Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte)






Un jeu politiquement correct ?
Astarte & Adrianna Tomaz



La situation fut des plus tendus. Malgré tous mes pouvoirs, toute ma volonté, nous manquions cruellement de temps. En ce moment, il fallait se battre sur plusieurs fronts. Il y avait bien entendu la gérance du Kahndaq, mais aussi, cette affreuse prophétie d’un futur sombre pour tous à éviter, et maintenant, ces nouveaux troubles qui venaient inquiéter de nombreuses nations dans le monde. Pour beaucoup, et notamment mes conseillers et généreux, il était clair qu’une entreprise de conquête silencieuse était en cours. Mais mener par qui ? Voilà toute la question. En premier lieu, les Etats-Unis d’Amérique furent pointés du doigt. Ce fut de chez eux dont venait l’armée de super-héros. D’autres, une mystification de nos vieux alliés de Chine. Ou bien une organisation secrète. Face à toutes ces manigances, ces forces noires qui sévissaient, il fallut prendre une décision.

Bien que je prêchasse l’amour et la tolérance, il fallait montrer que le royaume du Kahndaq était une nation forte et puissante. Si Adam était là, il aurait rassuré tout le monde, montrant notre puissance armée et faire déchainer la colère du ciel. Mais mon tendre époux n’était plus. Sa longue absence nous firent languirent et je sentais une perte d’espoir chez nos enfants. Il fallut alors prendre la barre, s’imposait pour de bon pour éviter que le navire ne coule. Cependant, je n’étais pas le seigneur Black Adam. Mais méthodes restèrent bien différentes des siennes. Il fallait se rendre à l’ONU. Bien que j’eusse un avis plutôt négatif de cette organisation qui ressemblait avant tout pour moi, à une cour de récrée géante, c’était le meilleur endroit pour se faire entendre et dire au monde « Personne n’aura notre maison ! »

Si Adam serait venu en faisant défiler tout un cortège de soldat, avec lance et fusil, moi je voulu quelque chose d’un peu plus spectaculaire. Mon escorte comptait quelques gardes, mais je savais un peu comment fonctionnaient les gens. Du spectacle je vous dis, et voir une déesse-reine égyptienne venir, tout le monde pensera à ce vieux film avec Elizabeth Taylor. Mais aucun Sphinx ne viendra se poser aux pieds des marches de l’Onu. Je fus transporté dans un siège porteur décoré, entouré de serviteurs qui transportaient nourritures et objets insolites, de musiciens jouant des notes envoutantes. Cette tentative pouvait avoir un effet double-tranchant, j’en étais consciente. Mais après tout, quoi que l’on puisse faire, vos détracteurs vous démolirons quand même. En tout cas, l’effet souhaité semblait être au rendez-vous. Les gens à l’extérieur furent en extase devant ce show traditionnel, prenant des photos.

Quelle était l’idée de tout cela ? Un message caché s’y trouvait effectivement. Si mon roi avait montré sa force par l’armée, moi je miserais sur les richesses, la fierté, le bonheur qui vivait au Kahndaq, et que nous n’avions besoin d’aucunes autorité étrangère sur nous, nous arrivions à nous suffire nous-même. Mais il y avait aussi un message plus diplomate. Il disait « Regardez ce que notre nation peut vous offrir ! Nous sommes prêts à partager, inutile de nourrir de noirs désirs. »

Malgré cela, il serait de bon ton de restait prudente. Des forces maléfiques agissaient en ce moment même, et trouveront un moyen de contre-attaquer. Nous n’avions fait que poser notre première carte de jeu, et je comptais bien mener la partie jusqu’au bout. Pied posé à terre, nous fûmes de suite accueillie par le personnel de l’ONU. De biens beaux et grands sourires d’hypocrites, mais je préférais répondre de même. Ici, la règle était simple, le premier qui faisait scandale, serait vite considéré comme le grand méchant à abattre. Chaque mot, chaque action comptait, et le moindre faux pas, c’était Game Over mes enfants.

"Je vous remercie pour votre accueil. Il me tarde que nous commencions, car j'ai cru comprendre que la situation était plus que critique."

Je vous épargnerais le long petit discours qu’on me fis, vous proposant à la place un rapide résumé. « Que nous en parlerions plus tard et profitons d’un peu de repos. Quelques mots agréables sur mon mari, même si je me doutais qu’ils étaient surtout ravis qu’il ne soit plus là en réalité. Des compliments pour mon entrée, même si là aussi leurs traits les trahissaient et tant mieux. »

Invitant mes enfants, nous entrions tous dans l’immense hall de l’ONU où nous retrouvions les autres joueurs de ce grand jeu qu’était la Politique.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 696
Batarangs : 127
Age du joueur : 32
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Sam 7 Sep - 8:21
Revenir en haut Aller en bas
L’ONU. La plus grande collection d’hypocrites de la planète, où les nations se prostituent pour du prestige ou des accords avantageux. Là où les puissants font la loi et les petits suent et saignent. Pour Astarte, il s’agissait simplement d’un champ de bataille différent. Les armes n’étaient celles de son arsenal habituel mais sa première défaite sur Terre l’avait obligé à revoir certaines de ses tactiques. Une planification à long terme, plusieurs dizaines d’opérations simultanées, des plans sur différents termes de durée et après l’affaire du porte-avion, elle avait enfin réussi à faire une faille dans l’armure de foi de cette planète envers ses super héros. Les super criminels de ce monde étaient une honte au nom qu’on leur donnait. Aucune vraie ambition. Aucune réelle portée. Dangereux, certes. Probablement. Mais tous autant qu’ils étaient, négligeables, tout au plus.
 
Quand elle avait imposé ses conditions, le monde, ou plutôt les États-Unis, ne s’étaient pas attendus à ce qu’elle aille au bout de ses menaces. Qui fallait-il blâmer quand les cartes avaient été sur la table depuis le début? Probablement pour la première fois de son histoire, la presse avait eu du mal à rejeter entièrement la faute sur l’Impératrice du Serpent d’Argent. Elle avait clairement fait savoir ses intentions et c’étaient les actions de super héros qui avaient causé autant de morts. Qu’on le tourne dans sa tête dans tous les sens, c’était la vérité la plus stricte. Et maintenant qu’elle contrôlait plusieurs petits pays voire des villes dans des pays plus gros, la partie la plus insidieuse de son plan prenait forme. Des pays commençaient à rejeter les super héros comme la solution à tous leurs problèmes. Refusaient de leur laisser accès à leur territoire. En faisaient des hors la loi.
 
Elle était ici aujourd’hui à l’ONU non pas sous les traits d’Astarte ou de la dirigeante de ses conquêtes les plus mémorables comme la Rheelasia ou le Tynanda. Non. Elle était ici sous les traits d’une haute dirigeante militaire de Trixia, la plus récente « conquête » de l’Impératrice. Cette petite nation d’Europe avait jadis causé des remous en 1951 dans une affaire impliquant des armes atomiques et une Amazone mais était somme toute disparue des radars depuis, écrasée par des siècles de dictature. Jusqu’à un récent soulèvement qui avait chassé du pouvoir le tyran pour mettre à sa place un nouveau gouvernement… Entièrement contrôlé par Astarte. Et après avoir subi des décennies d’oppression par des « super héros » à la solde du Tyran, l’ex Amazone avait décidé d’utiliser le climat actuel pour présenter Trixia comme la figure de proue du mouvement anti super héros.
 
Avec un peu de chance, elle pourrait convaincre des pays plus importants de la suivre. Peu lui importait si elle avait sous son contrôle uniquement des petits joueurs presque insignifiants sur l’échiquier mondial. Ils étaient tous en train de suivre la même ligne directrice. Sa ligne directrice. Bientôt, même l’ONU ne pourrait nier l’hémorragie en train de se produire, une goutte à la fois. Fidèle à elle-même, Astarte ne s’était pas mêlée aux autres, préférant attendre son « audience » avec le reste de la délégation trixienne. Elle n’avait donc pas vu l’arrivée de la reine Isis et l’eut-elle vu, elle aurait été globalement indifférente à la chose. Elle ne manqua pas de remarquer le brouhaha de toutes ces personnes entrant dans le bâtiment et ses gardes du corps se déplacèrent de façon à la protéger. Oh elle attirerait l’attention de la reine. Pourquoi? Parce qu’au milieu des hypocrites…
 
Elle était la seule à ne pas être en train de faire des courbettes ou du léchage de bottes. Intrigant, non?
Astarte
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 113
Batarangs : 54
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Sam 7 Sep - 15:30
Revenir en haut Aller en bas






Un jeu politiquement correct ?
Astarte & Adrianna Tomaz



Malgré la situation au combien tendu du monde, ce sera à un jeu que nous allions donc nous donner. Ici, c’était un véritable nid de vipères, des bandits, des bêtes cherchant la meilleure carcasse à rogner. Faites le moindre faux pas, et toute cette horde vous tombera dessus, pour vous dépouiller et humilier. Que croyez-vous ? Je n’étais pas naïve, la fourberie de l’ONU était bien connue, et pourtant, rester comme principal espoir de ce monde. Oui, nous n’étions pas sorties de l’auberge. Au moins, je connaissais un peu les règles de ce jeu. Il fallait savoir placer ses pions, chaque mot devait être choisi avec soin, les gestes aussi. Tout ceci en réalité, était bien plus qu’une partie d’échec, c’était du théâtre. Une chose dont justement, Adam aurait eu un peu de mal. Heureusement, grâce à ma subtilité, je sus esquiver jusque-là, les attaques cachées de ceux me faisant face. Pour cela, je répondais par des petits sourires innocents « Merci, je vous en prie, c’est un plaisir, etc. Tout en serrant quelques mains au passage bien entendu.

Naturellement, j’aurais bien aimé vivre dans un monde plus positif, être entouré de gens honnêtes. Pas d’hypocrisie, de réelles bonnes intentions. Mais si nous vivions dans un tel monde, la plupart de nos problèmes n’existeraient pas actuellement. Là, il fallait se jeter dans une fournaise, pour arriver à se faire entendre et obtenir ce que nous voulions. Tout le Kahndaq comptait sur moi, il fallait confirmer notre position, rappeler au monde que nous restions avant tout fort et indépendant et qu’il serait de mauvais ton de venir penser le contraire. Venir avec toute une armée m’aurait facilité également la tâche, mais si je comptais briser ce cercle vicieux, il fallait changer de méthode et encourager les autres à en faire autant.

Pendant que nous faisions le tour, nous vîmes nous présenter l’ambassadrice de Trixia. Comme pour tous les autres, je la saluais également.

"Enchantée de vous rencontrer. J’eus ouïe dire des efforts de votre nations pour se relevé."

Trixia ne nous était pas inconnue. Bien qu’étant une petite nation, ses déboires nous était parvenues à nos oreilles. Surtout l’histoire de dictature, dont le Kahndaq en restait très sensible. Et la petite histoire qui suivait, du renversement du tyran et d’un nouveau gouvernement, lui plaisait tout autant. Certes, il ne s’agissait point d’un dieu ancien venu libérer son peuple, et le nouveau dirigeant n’était peut-être pas un saint, mais ces récits ravivaient parfois de l’espoir chez beaucoup.

Concernant l’ambassadrice, nous avions clairement devant nous une femme forte, une militaire. Ce que j’aimais chez ces gens-là, mise à part un désire de protéger, c’était cette mentalité plus franche, plus direct qu’un politicien lambda. Oui, ils n’étaient pas exempts de mensonge, tous comme leurs chefs, mais disons que nous avions plus de chance d’avoir une réponse franche et direct avec eux, qu’avec ceux vêtu costume cravate. Après, nous pourrions déplorer leur manque de diplomatie, mais que vouliez-vous. Et je ne parlais pas selon des préjugés ou clichés, c’était du vécu, je vous le confirme. En tout cas, j’espérais retrouver cet état d’esprit chez elle, qui pourrait servir à souffler un peu ici, où on avait également l’impression d’avoir la tête sous l’eau pendant des heures.

Par contre, petit détail troublant, je percevais des ondes mentales, assez étrange. Je vous explique, j’ai le pouvoir de lire dans les pensées. Toutefois, je cherchais souvent à faire taire cette capacité par respect, m’en servant qu’en cas d’utilité urgente. Mais des fois, cela se percevait quand même. C’était comme entendre de la musique dans une radio. Ne pouvant l’éteindre, vous étouffez le son en y mettant une boite, des draps, etc. Dessus. Par moment, vous ne prêtez plus attention à la musique, à l’émission. Mais des fois, vous arrivez à entendre faiblement des sons, sans pouvoir les interpréter. Dans notre exemple, il vaudrait mieux s’en acheter une nouvelle non ?

Concernant notre amie ambassadrice, disons que je percevais ces fameux sons, toutefois, il y avait un quelque chose que je n’arrivais pas à expliquer. Nous verrons cela plus tard.

"Mais je manque à mes devoirs. Laissez-moi donc me présenter, Adrianna Tomaz, reine du Kahndaq." Oui elle devait déjà savoir qui j’étais, mais cela ne m’empêchait pas d’être polie tout de même.

Code par Asi'click



__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 696
Batarangs : 127
Age du joueur : 32
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Mar 10 Sep - 9:35
Revenir en haut Aller en bas
Astarte se présenta comme étant le Général Wiebke. Pas de prénom. Juste un titre et un nom de famille. Sans que le ton soit chaleureux, on peut déceler une tiédeur qui rompt avec l’extérieur froid et professionnel de la militaire. Elle n’a pas besoin de dire qu’elle préfère les manières de la reine : cela se sent. Le non verbal révèle beaucoup de chose quand on y porte attention. Son accent est définitivement européen mais… Allemand? Autrichien? Danois? Suédois? On dirait qu’il est proche et loin en même temps de plusieurs d’entre eux. Son anglais, sans être d’un lyrisme shakespearien, est plus que fonctionnel et compréhensible. Un des membres de son escorte lui communique quelque chose par langage des signes. Elle lui répond de la même façon avant de s’excuser auprès de la reine. La jeune femme est sourde et muette.
 
Avant qu’Adrianna ne puisse demander pourquoi, Astarte, oui plutôt son personnage, explique calmement que Hilde, car c’est son nom, a été brutalement torturée par les « super héros » à la solde de l’ancien dictateur. Anciennement une chanteuse à la carrière prometteuse, on l’a privé de ses cordes vocales quand elle a refusé de faire des faveurs sexuelles aux « défenseurs de l’état » et ils l’ont si sévèrement battu qu’elle en a perdu l’ouïe. Si le ton est calme, la colère qui gronde en dessous est pleinement perceptible. Clairement, le général ne porte pas les super héros dans son cœur. Évidemment, une reine à l’écart avec une militaire attire l’attention et un diplomate américain se hâte de venir s’incruster, sans doute espérant glaner quelque chose pouvant faire avancer son agenda politique. Comptez sur les vautours pour flairer la plus petite des opportunités.
 
Quand il s’adresse d’abord à la reine puis ensuite au général, cette dernière se tourne vers sa deuxième garde du corps qui s’adresse à elle dans sa langue natale. Le général hoche la tête, répond… Et la garde du corps traduit en anglais. Pourtant, le général vient de discuter en anglais avec la reine sans problème. Une marque de confiance, peut-être? Ou sa façon de se moquer de ces vipères qui pensent détenir toutes les cartes? Quoi que ce soit, la militaire utilise la stratégie et la tactique comme si l’ONU était un champ de bataille. Ce qui n’est pas exactement loin du compte. L’ambassadeur critique le haut col de la garde du corps muette, disant que c’est « un peu habillé pour la saison » et une fois que l’interprète eut traduit pour la générale, cette dernière traduit pour la garde du corps qui abaisse son col, révélant une horrible cicatrice. C’est plus une question d’esthétique, rétorque l’interprète, non sans une bonne pointe d’animosité dans la voix.
 
L’ambassadeur bat en retraite, visiblement troublé, laissant à nouveau les deux femmes seules. Le général repasse à l’anglais, félicitant la reine pour son choix stratégique concernant son arrivée à l’ONU. Elle n’en dit pas plus. Elle ne semble pas être du genre à faire de longs discours si elle n’a pas besoin d’en faire. Cela tranche avec toutes ces diarrhées verbales supposées flatter l’ego d’un tel et d’un tel avec de doux mots ou alors bien mielleux. Trop en dire revient à ne rien dire, après tout.  Ironiquement, en ce lieu techniquement dédié à la paix, la meilleure « alliée » de la reine est une militaire d’une toute petite nation qui ne s’encombre pas du mensonge alors que les puissants attendent le faux pas pour foncer sans la moindre pitié. Regardant discrètement à gauche puis à droite, le général se penche vers l’avant et demande quelque chose sur le ton de la confidence.

 
 « Dites-moi, souveraine du Kahndaq, quand viendra le temps de parler, les laisserez-vous vous museler? Moi non. Ils ne vont pas aimer ce que je vais leur dire et ils vont tenter de me faire taire. Vous êtes une dirigeante. Votre peuple est votre priorité. Je suis une militaire. La sécurité d’état est ma priorité. À la fin de la journée, ironiquement, notre objectif est le même. Sauver des vies. Et parfois, ce sont les solutions les plus radicales qui sont les plus bénéfiques. »
 
La militaire n’en dit pas plus, comme si elle attendait une réaction particulière de la reine…
Astarte
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 113
Batarangs : 54
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Mar 10 Sep - 14:34
Revenir en haut Aller en bas






Un jeu politiquement correct ?
Astarte & Adrianna Tomaz



Beaucoup de choses se firent en si peu de temps. Tout d’abord, le général Wiebke se présenta, suivit d’une explication larmoyante du récit d’une de ses proches. Aujourd’hui, nous aurions tendance en effet à croire que ceux doté de super-pouvoirs seraient des anges gardien. Mais la réalité en fut tout autrement. Les pouvoirs impliquaient une très grande responsabilité et peu, savent l’assumer. Ayant vu ce futur cauchemardesque où les dons furent donner comme du pain, il n’y avait que Chaos, dictature et souffrance. Et cette pauvre jeune femme, me fit rappeler cette douloureuse expérience. Cela ne concernait qu’un petit pays aujourd’hui « libéré », mais ne nous fourvoyons pas. Ce mal pouvait très bien se rependre au reste du monde, et j’eus fait la promesse en revenant chez nous, de tout faire pour y en empêcher.

Je ne pouvais que compatir à leur malheur, hésitant à proposer mes services pour tenter une guérison, mais nous fûmes interrompus par un de ces diplomates américains. Ces derniers avaient la réputation de toujours venir s’insèrent dans les affaires d’autrui, afin de lancer une conquête silencieuse. Fort heureusement, la représentante de Trixia trouva un stratagème fort amusant pour le remettre à sa place, et nous permettre de retrouver cette intimité pour poursuivre notre conversation. Du moins, grâce à cela, je savais à quoi m’en tenir, repérant ceux pouvant aider, et ceux à éviter. Ou bien, de manière plus subtile, savoir comment convaincre certains pour leur appuie.

"Je croyais que justement que ce lieu était prévu justement pour parler." Disais-je sur un ton emplit d’humour.

Wiebke faisait néanmoins honneur à l’image qu’on donnait aux militaires. Celle d’une personne franche, direct, parlant sans artifices et n’ayant pas froid aux yeux. Je pensais que si je devais être surprise par quoi que ce soit par elle, ce serait son ton glacial et direct. Mais sa franchise avait un quelque chose de rassurant. N’exagérons pas, toutefois j’espérais y trouver en elle, un certain soutient face à ce terrible nid de vipères. C’était drôle, mais sur le moment, elle me fit un peu penser à Adam. Avec cette attitude incarnant l’autorité, le cœur remplit de bonnes intentions, mais prêchant des moyens quelque peu discutables. Oui, nous pouvions avoir le même dessin en tête, malgré cela, j’eus peur que nous venions à diverger sur la manière. Restant toujours aussi douce et calme, j’interrogeais mon interlocutrice sur la question.

"Mais ne pensez-vous pas, que la manière radical serait préférable qu’en dernier recours ? Et qu’il ne serait bon que pour le court terme ? Je ne pose nullement la question sans connaissance de cause, croyez-moi."

Une méthode raciale répondait à un besoin dans l’immédiat. Sur le moment, tout le monde était content, car on avait eu ce qu’on voulait. Mais les conséquences pouvaient être dramatiques et nombreuses. Car on venait à supprimer tout ce qui pouvait être utile et appréciable pour le besoin d’une chose. Les effets du manque poussaient à un nouveau mécontentement, les mesures prises pour arriver au désir initial pesant. Il y avait tant à dire que je ne serais pas par où commencer. En tout cas, je croyais fermement, qu’un bon gros coup de balais serait utile, seulement s’il était impossible de faire autrement. Trop de complication, de corruption, de désolation… Si on ne pouvait pas arranger les choses petit à petit et que tout était dans un sale état, pourquoi pas. Je réprouvais seulement la solution ultime quand elle était choisie facilement au détriment de d’autres plus utile.

"Toutefois, je ne pense pas que vous serez la seule à faire du bruit aujourd’hui. La situation mondiale est de plus en plus tendu, nous risquons d’entre crier beaucoup de gens aujourd’hui."

Des pays en crises, des investissements misent en périls etc. De nombreux représentants risquaient de crier au scandale, et lors de la réunion, s’amuseront à s’accuser l’un l’autre. Et au milieu de toute cette possible agitation, il faudra réussir à se faire entendre par-dessus tout le monde. On vint finalement nous apporter à boire dans des coupes en verre. Remerciant le serveur, je me reconcentrais sur notre nouvelle « amie ». Qu’allait-elle donc jouer dans toute cette histoire ? Serions-nous vraiment alliées ? Et surtout, curieuse, j’aimerais savoir ce qu’elle avait tant à dire au reste du monde.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 696
Batarangs : 127
Age du joueur : 32
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Ven 13 Sep - 8:54
Revenir en haut Aller en bas
L’humour est la bienvenue, bien souvent, avec les diplomates ou les gens ayant à la base une personnalité plus « légère », capable de s’amuser, nommément. Malheureusement, pour la délégation trixienne, la tentative d’Adrianna n’a pas l’effet escompté. Un sourire poli, tout au plus. Le reste de ses paroles, par contre, suscite davantage de réaction. Surtout au vu de ce que Trixia a enduré et comment elle en est venue à se libérer des chaines d’un tyran. La manière forte ou radicale est quelque chose de bien connu tant de la population que des militaires de l’endroit. Naturellement, le personnage joué par Astarte n’en prend pas ombrage mais des clarifications seront indubitablement nécessaires. Comme dans bien des choses d’ailleurs. Si Trixia n’avait pas agi de manière radicale pour se libérer, elle serait encore sous dictature.
 
 « Je ne voudrais pas vous manquer de respect mais nous avons essayé la modération, sans succès. Notre peuple a appelé à l’aide à de nombreuses reprises, demandant à l’ONU d’intervenir. Ceux qui auront réussi à fuir, au prix de grands risques pour eux et leurs familles, ont dénoncé les atrocités commises par le dictateur de l’époque. Et le monde n’a rien fait. Il nous a regardé lutter et mourir. Tout simplement.
 
Si nous devons utiliser à nouveau une solution radicale, nous le ferons. Il est absolument hors de question de laisser l’ONU nous ignorer plus longtemps. Les États-Unis avaient peut-être une mesure de contrôle sur notre ex dictateur mais nous sommes libres désormais. Libre également d’utiliser nos vastes ressources. Et plusieurs ne manqueront pas de se rappeler que nous avons des armes nucléaires en parfait état de marche.
 
Nous ne désirons certainement pas déclencher une guerre. Drôles de paroles de la part d’une militaire mais nous avons suffisamment souffert de l’indifférence du reste du monde. Ce que je veux proposer, aussi radical que ce soit, est nécessaire pour protéger mon peuple. Notre peuple. Je parle bien sûr de rendre les super héros illégaux sur notre territoire. Ils sont de toute façon extrêmement impopulaires à Trixia. »

 
Le tout a été confié à voix basse pour ne pas susciter de réactions avant le temps. Certes, la reine pourrait avoir sa propre réaction mais Astarte compte sur la réputation de cette dernière pour ne pas faire une scène. Surtout que tout bien considéré, Trixia a toutes les raisons du monde de ne pas vouloir de super héros sur son territoire. Il existe une vérité que plusieurs tentent de dissimuler mais la plupart des super héros ne sont pas aussi vertueux qu’on le prétend et ils aident bien les pays et les communautés qui les arrangent. Oui, Trixia a eu un incident par le passé avec Wonder Woman, à cause de ses dirigeants corrompus mais était-ce une raison de laisser la population souffrir pendant plus de cinquante ans? Curieux, quand même, comment les oreilles n’entendent que ce qu’elles veulent bien entendre et ce uniquement quand ça les arrange. Hélas.
 
En un sens, Astarte se sent proche de Trixia. À la base, ils ont chassé, des décennies auparavant, un dictateur et pensaient mettre au pouvoir un homme bon avant de se faire abandonner lâchement par leur classe dirigeante, toute aussi corrompue que la précédente. Comme elle a été abandonnée par sa famille et par ses dieux après s’être sacrifiée pour sa sœur. Maintenant qu’elle en a le contrôle, elle va pouvoir faire de sérieux dommages à la crédibilité de ces individus qui se pensent ô tellement supérieurs… À commencer par sa nièce. Pour le moment, elle observe la réaction d’Adrianna. Oh oui. Elle ne sera pas la seule à faire du bruit… Mais elle va en faire un qui soit considérable. Voilà une nouvelle tactique pour le moins amusante. Déstabiliser l’adversaire. Pas aussi amusant que son extermination complète mais…
Astarte
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 113
Batarangs : 54
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Ven 13 Sep - 14:27
Revenir en haut Aller en bas






Un jeu politiquement correct ?
Astarte & Adrianna Tomaz



Je ne pouvais pas donner tort à la représentante de Trixia. Le Kahndaq a dû passer aussi par un épisode violent pour retrouver sa liberté du Tyran. Il eut des morts, des blessés… Quand le dieu Black Adam était revenu de sa prison antique, il exigea de bon droit de récupérer son trône et de chasser les usurpateurs de son royaume. Malgré cela, il fallut faire preuve de toute une diplomatie, d’un fin stratagème pour éviter que la moitié du pays se retrouve à moitié anéantis. Je ne narrais presque jamais mes exploits, mais il fallut surtout une bonne dose de persuasion pour permettre à notre nouveau roi, de limiter les pertes, punir les véritables criminels et gagner l’amour de son peuple. Quoi qu’il en soit, nous avions connu notre période de chaos, notre grande révolution. Mais là où je voulais en venir, ce n’était pas dire que la solution radicale était à proscrire, mais à éviter tant que toutes autres solutions n’ont pas été vues.

On pouvait quand même comprendre le ressentiment de dame Wiebke, celui de se sentir abandonné, ignorer d’un côté, mal traité de l’autre. On pouvait en sortir amer, méfiant, soupçonneux envers autrui. La guerre ne laissait que rarement de bonne chose en nous. Pour cela que je m’évertuais à soigner le plus de maux possibles. Mais malgré tous mes pouvoirs, la tâche resta ardue. Après tout, je n’étais que le réceptacle d’une partie des pouvoirs d’une déesse trop puissante pour moi. Enfin, nous faisions tous ce que nous pouvions. En tout cas, nous pouvions déjà être sûr d’une chose, ce n’était pas les organisations comme l’ONU qui allaient faire quoi que ce soit. Ici, nous étions comme dans une chambre des commerces. On cherchait avant tout notre profit, et les beaux messages n’étaient que de la publicité pour se donner bonne image. Alors, nous ne venions que pour mettre l’étiquette sur notre nation « Pas de Pub » faites attentions à vous.

Mais avant que je ne puisse préciser le point de vue sur les solutions radicales, l’ambassadrice enchaîna dans sa réponse la confidence de ses dessins. Ceci eut le mérite de me surprendre, et me faire faire quelques yeux ronds. J’eus surtout ouï dire de plans des nations pour avoir son armée de méta-humains et autres surhumains. Mais les interdire pour de bons, voilà qui restait original. C’était même un projet, pouvant choquer un groupe de bien-pensants, encourageant ceux suivant la masse à crier au scandale, et traiter dame Wiebke de folle alliée. Pourtant, j’arrivais à suivre son cheminement. Et lui répondant dans le même ton du secret :

"Voilà qui a le don de surprendre, vous ne m’en voudrez pas si je demeure quelque peu… Surprise aux premiers abords. Mais je peux comprendre votre position et même au final, la trouvée légitime."

Dans un premier ordre d’idée, je pensais qu’elle voulait surtout interdire les héros venants de pays étrangers. Par exemple, la Ligue des Justiciers était vue comme une super-armée des Etats-Unis. Tous venaient de ce pays-ci du moins la plupart, et les voir venir, parler de valeurs proches de l’Amérique ne plaisait pas à tout le monde. On les voyait comme les soldats d’une invasion silencieuse, qui cherchait à rattacher à l’une des plus grandes puissances terrestres, chaque pays qu’ils jugeaient faibles. Pour cela qu’Adam les chassait du Kahndaq dès qu’un posait le pied chez nous. Je fus bien plus accueillante que lui certes, mais je restais tout aussi méfiante quant à leur mobile. Toutefois, pour éviter toute mauvaise compréhension des projets de la représentante de Trixia, je la questionnais à ce sujet, tout en apportant quelques éléments personnels, si cela puisse la mettre à l’aise.

"Mais dite moi, interdisez-vous juste l’accès de notre territoire aux héros étrangers ou même ceux dotés de capacités de votre nation sont-ils concernés ? Si cela peut vous rassurez, nous suivons une politique assez assimilable au Kahndaq. Nous voyons d’un très mauvais œil l’intervention de héros venu de d’autres contrés. Ils ne sont pas formellement interdit, mais étroitement surveillé et au moindre faux pas... Enfin, nous ne sommes pas si dérangés que cela au moins."

Il était vrai que les héros venant nous rendre visite n’étaient pas nombreux. Ils respectaient sans doute l’autonomie et l’autorité de la souveraine. Quoi qu’il en soit, notre terre n’intéressait pas tant que cela le groupe des gardiens de notre monde et pour cela que j’eus créer une alliance magique. Mais ceci était une autre histoire. Pour rester sur les visiteurs surhumains, tant qu’ils ne provoquant aucun problème, tout allait bien. Ils étaient bien visités, et leurs intentions étudiées et parfois contrôler. Et quand ils venaient dans une optique de propagande pour leur nation, je détournais habillement leur projet pour le faire passer pour une œuvre désintéressée. Cela était arrivé une fois, peu de temps après la disparition d’Adam quand un « héros » venue de Chine était venu affronter un monstre géant, dirigeait par ce qui restait de l’Intergang.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 696
Batarangs : 127
Age du joueur : 32
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 16 Sep - 8:45
Revenir en haut Aller en bas
 « Nous parlons de l’intégralité des super héros, à l’échelle nationale comme internationale. Le peuple a parlé tant dans les rues que dans nos institutions nouvellement démocratiques. Après les abus de nos anciens dirigeants, il faudra des années avant que la notion de super héros ait une connotation positive. Dans l’intervalle, la police, l’armée et les services d’urgence restent en alerte. »
 
Naturellement, tout ceci était beau et bon dans la théorie. Dans la pratique, ceux qui avaient des prédispositions à devenir des super héros, principalement une génétique particulière, étaient discrètement retirés de la population pour ensuite être renvoyé au vaisseau mère de la Citizenry en orbite pour enrichir le bassin génétique de la puissante faction extraterrestre. Astarte ne planifiait pas toujours en termes d’années, parfois elle planifiait en termes de générations. Les nouvelles guerrières venant remplacer les anciennes tombant au combat ou dont l’utilité était arrivée à son terme. Et puis bon, c’était mieux pour ces individus une morte rapide et sans douleur que de se faire lyncher par la populace en colère ou lapider. Bien moins pénible à endurer, définitivement. Quand la population civile en a marre, elle peut être d’une spectaculaire cruauté.
 
Apparemment, les deux femmes ne pourront jamais avoir une discussion tranquille. L’ambassadeur américain revient… Avec du renfort. Un super héros, visiblement, et pas une des grandes pointures du genre Batman ou Superman. On dirait qu’il s’est costumé avec un drapeau américain. Et manifestement, il a les pires « qualités » qu’on se fait des habitants de ce vaste pays. Bruyant, prétentieux et ignorant visiblement énormément de choses quant à la politique internationale et son délicat ballet. Déjà, pour commencer, il critique la tenue de la reine en disant qu’on est au XXIème siècle et que les tenues du genre égyptienne c’est passé de mode et il lui donne des conseils bidon du genre jupe et tailleur d’une marque américaine hors de prix. La militaire, pour sa part, se renfrogne. Ce genre de « grande gueule », elle connait. Et elle n’aime pas. Son escorte non plus.
 
Elle dit quelque chose à son interprète qui traduit par une question. Est-ce que l’ignorance est un critère de recrutement chez vous, ambassadeur? À Trixia, nous nous évertuons à tenter d’éviter les incidents diplomatiques ».  Une mise en garde très claire car même si Trixia est un petit pays, sa population connait les rumeurs sur la puissance quasiment divine de sa reine. Avant même que l’ambassadeur ne puisse répondre, se rendant compte, trop tard, qu’il est en train de se couvrir de ridicule au lieu d’épater la galerie, le super héros, Capitaine Texas, répond avec condescendance que de un, quand on est pas capable de parler anglais, on n’a pas de leçons à donner, surtout pas aux américains et que de deux, les États-Unis ont assez de bombes nucléaires et de troupes pour apprendre le respect à « un pays tellement insignifiant que personne ne le connait ».
 
Maintenant, révéler tout de suite qu’elle parle anglais serait perdre un avantage stratégique pour plus tard alors Astarte use plutôt de subterfuge. Capitaine, traduit l’interprète. Et dans quelle guerre avez-vous combattu? Celle contre le bon sens et les bonnes manières? Car si oui, vous méritez effectivement votre grade. L’interprète est douée. Très douée. Tout est dans la façon de dire une phrase et il y a tellement de venin dans cette pique qu’elle pourrait décimer un régiment. Se disant qu’il aura probablement plus de chances face à Adrianna, qui jusqu’alors n’a rien répondu, il lui dit que si ce n’était que de lui, les États-Unis amènerait une bonne dose de démocratie à son pays pour chasser ce tyran de Black Adam et sa complice dans sa marche contre la liberté et la démocratie. Que d’hypocrisie : comme si un régime démocratique ne pouvait pas museler ou manipuler sa population…
Astarte
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 113
Batarangs : 54
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Lun 16 Sep - 13:52
Revenir en haut Aller en bas






Un jeu politiquement correct ?
Astarte & Adrianna Tomaz



Le projet de Wiebke ressemblait plus à une loi de répression que de sécurité, de quoi donné la chair de poule. Oui, ceux ayant des pouvoirs pouvaient être mal considérés pour de nombreuses raisons dans ce contexte, service à l’ancien Tyran, terroriser la population… Mais les nouvelles générations n’avaient pas à payer pour les crimes de leurs parents. Un Ancien Régime géré par la violence, remplacer par un autre. Finalement, il n’y avait rien de nouveau, on passait son temps à demander vengeance pour le crime commis par nos prédécesseurs et les suivants en feront autant. Un sordide cercle vicieux qui ne prendrait jamais fin. Je pouvais déjà me réjouir d’avoir réussi à calmer en très grande partie, la colère des habitants du Kahndaq, les faire voir les bienfaits du pardon et d’avancer vers un avenir, non dicté par la colère et la violence. J’aurais bien voulu demander à l’ambassadrice, ce qu’ils comptaient faire des enfants à qui on aurait découvert un gène dit de « super-héros » lorsque tout à coup, l’ancien représentant américain revenait en étrange compagnie.

Autant vous dire que nous pouvions nous croire dans une pièce de théâtre comique. Nous jouions la scène où quand l’un des personnages défendait son idéologie, un nouveau protagoniste faisait son entrée, cassant tous ses arguments rien qu’en rentrant. Ce Super j’ignorais qui, donnait envie d’approuver la représentante de Trixia. Aucune manière, provocateur, frôlant la crise diplomatique, machiste, visiblement xénophobe… Cet homme à la cape coloré ressemblait plus à une création marketing pour propagande. On lui a juste coller sur le torse un panneau, mais offert aucune éducation. Wiebke arrivait à contre-attaquer ce troll à la tenue trop moulante, mais la bête eut l’impudence de venir s’en prendre également à moi. Je pourrais crier au scandale, faire toute une scène etc. Mais ce serait un suicide politique. Gardant tout mon calme, j’usais de mon sourire le plus radieux, voir amusé, tout en lâchant mon venin telle la vipère égyptienne.

"Oh vraiment ? Si je comprends bien, vous apportez la liberté et la démocratie par la guerre en tuant des centaines, voire des milliers d’innocents ? Et ceux… Malgré le fait que le peuple à de suite réclamée Teh-Adam comme souverain qui a apporté prospérité et paix ?" C’était vrai, venez donc chez nous, et vous ne verriez aucune classe écrasante. Bien que certains pouvaient avoir des conditions de vie plus modeste, personne n’était sans emploi. Tout le monde mangeait à sa fin, avait de l’eau, de l’électricité, un toit. Chacun de nos enfants était aimé et protégé. Pas comme ici. D’ailleurs, j’en profitais également pour lancer une bonne pique. "Mais si le bien-être de la population et la démocratie vous importe tant… Où étiez-vous pendant que le Kahndaq était sous domination du Tyran et l’Intergang ? Pendant qu’on décapitaient des enfants dans les rues, qu’on empalaient leur mère et père, brûlait leur maison ?"

Je pouvais entendre l’ambassadeur ravalait sa salive, ce qui était une victoire. Car, les Etats-Unis semblaient avoir pour coutume de soutenir chaque dictateur du Proche-Orient. Ils faisaient affaire avec notre ancien chef, et Inter-gang leur apportait un beau tribut pour garantir leur silence. Bien entendu, je ne pouvais pas le crier ainsi sur les toits, mais cela me servait de carte qui était utile à faire peur aux autres joueurs. Là, notre ami au drapeau ne savait plus trop quoi dire. Lui qui prétendait défendre si bien les valeurs de son pays, trouva comme excuse qu’il devait sauver en gros des « chats dans les arbres ». Facile à accuser, difficile à se défendre non ? Devenant rouge, il abandonna son complice, et ne put résister à la tentation de frapper une des tables servant le buffet, qui vola et se fracassa dans la stupeur des convives. L’ambassadeur, humilié s’excusa et partie à son tour.

"Eh bien, même les spartiates savaient mieux se tenir. Nous faire entendre ici, sera plus facile que je le pensais."

Je n’avais pas perdu un seul instant mon sourire. Servant avant tout d’arme, il devait maintenant l’expression de mon triomphe. Je n’eus même pas besoin de contredire les autres points mentionner par ce prétendu héros, de toute manière, le monde allait se rendre compte de l’inutilité de nous menacer.

"En voyant un tel individu, votre projet est plus que tentant. Mais je reste curieuse à savoir sur le devenir de ceux ayant le sang que vous traquez. Quel sera leur sort en réalité ?"

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
[New-York] Un jeu politiquement correct ? (pv Astarte) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 696
Batarangs : 127
Age du joueur : 32
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Aujourd'hui à 8:33
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: