Partagez | 
 

 Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 9 Avr - 9:47

Dangers and meetings under the rain

Feriel était parti dans un sacré long monologue. Elle en savait bien plus sur le droit que moi, et en plus, sa parole avec un côté hypnotique, pour ne pas dire soporifique. Quoi je l’ai quand même dit ? En tout cas, elle semblait vraiment chercher à aider la criminelle. On aurait dit une vraie démocrate qui cherchait à faire réhabiliter les criminels. Après, s’ils se repentaient de leurs crimes, moi ça m’allait, tant qu’ils le faisaient avant de me trouer le front. Mais la question que l’on pouvait se poser était si cela allait vraiment marcher ? Est-ce que les belles paroles et le massage de Feriel feront effet ? Car si je me mettais à la place de la preneuse d’otages, quoi qu’elle puisse faire, elle sera un temps séparé de son lardon, que ce soit pour une courte ou longue période. Le supportera-t-elle ? Voudra t’elle bien confier son enfant à une parfaite inconnue ? Dans un monde rose bonbon, sans doute.

Le regard lourd de sens de la serveuse, me fit bien comprendre que je pouvais baisser ma garde. Pourtant, je ne me sentais pas plus à l’aise. J’avais l’impression qu’à tout moment, cette femme pouvait profiter de l’occasion pour reprendre le dessus. Telle une démente frapper par les déesses vengeresses, elle pourrait se jeter sur moi, ou sortir une arme et nous abattre tous. Pourtant, je baissais mon arme. Pas complétement, juste qu’elle n’était plus directement visée, ma nouvelle cible était le parquet sous nos pieds. Restant donc en retrait, je laissais Feriel agir. Je me demandais par contre si j’avais raison de laisser cette jeune femme jouer les médiatrices. Elle s’exposait à de grands dangers. Sauf si elle me cachait quelque chose.

"En quoi cela vous intéresse ?"

Elle restait toujours sur la défensive. On dira que c’est normal, malgré la compassion que manifestait la jeune serveuse. Bien qu’elle semblât au moins plus apaiser, elle n’accordait pas pour autant sa pleine confiance. En réalité, elle semblait se remontrer aussi froide qu’avant. Cela est sans doute dû avec tous ceux qui fut mentionnés juste avant. La méfiance en un mot pour résumé. Cela devait stresser tout le monde. Car on n'avançait pas dans cette histoire, et la crainte de voir ne serait-ce qu’une personne se faire blesser ne faisait que s’aggraver. Finalement, les sirènes se firent entendre juste à côté. Les forces de l’ordre se trouvaient à présent justes à côté de nous. Et l’agresseuse encore debout, tremblait de tout son être.

Si une décision devait être prise, c’était maintenant, car je ne pouvais pas garantir ce qui allait se passer. Quelqu’un s’approcha de la porte, arme en main. On pouvait voir à travers la vitre un uniforme bleu avec la fameuse casquette singulière. C’était bizarre, sans doute à cause du stress dû à être pris en otage, mais j’avais l’impression que quelque chose n’allait pas. Un petit truc clochait même. C’était comme si on vivait dans un rêve, et qu’un petit élément nous montrer que finalement, c’était faux, comme dans Matrix.

Le Policier enfonça la porte et braqua la cambrioleuse directement. Cette dernière sursauta et eut même les larmes aux yeux. Certaines personnes dans le resto-bar furent même submerger par les émotions. Sur le coup, je pensais que cela risquait de mal finir, que ça allait tirer de partout, mais le flic se montrait très, mais très professionnel. Même en me voyant avec une arme, il ne fit pas attention à ma personne. Dans d’autres conditions, je m’en serais accommoder, mais là, c’était louche, il savait déjà à qui, il avait à faire avec l’autre femme.

"Police ! Rends toi sans faire l'idiote, et tout ira bien."

Il était même zen, il parlait comme à un guichetier de poste, poser, annonçant juste qu’il voulait chercher une lettre.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 16 Avr - 17:43


Dangers and meetings under the rain.


Cette femme faisait partie des gens complexes et peu suggestifs. Bien que tu avais réussi à la toucher et attirer son attention avec tes paroles, elle n’avait pas baissé la garde – tout comme ton aîné, même s’il avait baissé son arme. Elle était méfiante et froide, mais une partie d’elle hésitait et semblait vouloir te croire. Mais, il était clair qu’on ne confierait pas aussi facilement notre enfant à une inconnue, même si cette dernière ne souhaite que nous aider. En réalité, tu aurais préféré qu’elle te le dise d’elle-même, pour créer une sorte de relation de confiance, mais tu pouvais très bien avoir toutes les informations par d’autres moyens – demandant à la police, par exemple, ou t’adressant à d’autres sources moins… légales. Si l’enfant était seul dans leur demeure, ce serait triste qu’il lui arrive malheur parce que sa mère avait fait une erreur. S’il était accompagné ou dans un hôpital, tu veilleras à ce qu’il ait tout ce dont il ait besoin et ce, dans la mesure du possible. Tu n’étais pas riche, mais tu pouvais encore advenir à ce genre de causes.

Quoi qu’il en soit, alors que tu comptais répondre à la jeune femme, la police arriva et entra en scène. Un officier que tu connaissais fut le premier à pénétrer dans l’Owl’Blues. C’était ce que tu pourrais qualifier comme étant une bonne personne : il faisait son job, n’usait pas de la violence sauf en cas de besoin, ne traînait pas trop avec les ripoux et ne se faisait pas remarquer pour qu’on lui fiche la paix. La première fois que tu l’as rencontré c’était il y a trois ans, il venait tout juste de rejoindre le GCPD et il t’avait fait entrer dans la cafet’ du commissariat – il croyait que tu étais une sorte de médium parce que tu avais senti qu’il était en deuil. Son père était mort, apparemment, mais il ne tenait pas trop à en parler.

La criminelle en tremblait, mais toute la tension qu’il y avait dans ces lieux n’allait pas tarder à tomber – progressivement, du moins. Sans perdre le sourire, tu adressas un petit signe de main à ton aînée pour l’inviter à se rendre et suivre gentiment le policier. À cet instant-même, tu répondis à sa question – qui, sans doutes, devait principalement être rhétorique :

Un enfant ne devrait pas payer pour d’autres erreurs que les siennes. Ainsi, il est exempté de vos crimes, madame. lui dis-tu, en toute sincérité. Tes mots étaient durs, puisque c’était la stricte réalité. Pourtant, certains trouvaient le réconfort dans la vérité. Si vos coéquipiers et vous n’étiez pas entrés comme vous l’avez fait ou que vous aviez continué votre chemin, vous auriez simplement pu vous mêler aux clients et partir sans faire d’histoires. Ce qui est fait ne peut être défait dans ce genre de situations. Prenez vos responsabilités et soyez tranquille, votre enfant ira bien. ajoutas-tu, regardant le policier, acquiesçant pour le saluer : Officier Svenson, pourriez-vous transmettre ces cas au cabinet Walter & Smith, s’il vous plaît ? Il y a eu plus de peur que de mal, ne soyez pas trop durs avec eux. Je vous revaudrais cela.

Ledit cabinet était non loin des tribunaux et ils représentaient une grande partie des criminels que tu aidais à coincer, des gens n’ayant pas trop de moyens, même s’ils avaient quelques gros poissons en guise de clients. D’ailleurs, avant qu’ils s’installent là-bas, ton père avait eu recours à eux pour une affaire de vol de propriétés dans l’un des endroits où il planquait des affaires. Enfin… planquer était un grand mot, c’étaient surtout des objets qui ne pouvaient pas être placés chez vous pour X raisons, façon placard ou garage. Il y avait pas mal d’antiquités et objets archéologiques, quelques objets dont il ne parvenait pas à se séparer, etc. En soi, vous voyagiez toujours légers, mais, une fois installés, vous avez entassé pas mal de choses…

Finalement, tu reculas, laissant que la police fasse son travail. Tu te plaças près de l’aventurier et regardas la scène en silence : tu aurais aimé faire plus pour cette femme, mais elle avait cherché cette fin – elle avait fait ses choix. Au moins, il n’y avait pas que ce semblant de prise d’otages qui s’était achevé : la pluie avait cessé, pour l’instant. Tu allais pouvoir retourner chez toi quand tout sera rentré dans l’ordre. Finalement, après quelques instants, tu regardas l’archéologue du coin de l’œil et lui demandas :

Comment va votre tête, M. Emerson ?

Tu n’avais pas oublié qu’il s’était pris un coup. Dans peu de temps, tout le monde pourra partir, il ne restait qu’un petit interrogatoire de routine, pour retracer les faits. Certains partiront sûrement avant et seront appelés un autre jour. C’était le train-train du GCPD, des criminels et des victimes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 22 Avr - 19:04

Dangers and meetings under the rain

Finalement, toute cette agitation avait pris fin. La police étant arrivée, les preneurs d’otages furent donc arrêtés. Bien entendu, je fus soulagé que tout se soit terminé sans effusion de sang et que ces criminels allaient finir derrière les barreaux. D’un autre côté, je ne pouvais m’empêcher d’éprouver de la peine, rien qu’un chouilla pour eux. La vie était difficile, les épreuves pouvaient pousser l’homme le plus droit dans les ténèbres comme un ancien procureur de cette ville… Et la gosse, qu’allait donc lui arriver ? Feriel comptait réellement s’en occuper ? Et puis même, pendant un moment cette enfant allait vivre loin de sa mère, quel impact cela aurait sur elle ? Personne ne devrait être séparé de sa mère, personne. Et aussi, pouvais-je les blâmer, sachant que moi, même, je n’étais pas un saint ? J’avais volé aussi, tué même. Pour d’autres raisons certes, mais cela me rendait-il meilleur homme qu’eux ? La serveuse me fit sortir de mes réflexions, en venant prendre de mes nouvelles. Je me mis à lui sourire, toucher par son inquiétude.

"Ca va je vous remercie. Et vous ? Vous vous en remettez ?"

En plus d’avoir une voix douce et rassurante, les traits de son visage avaient quelque chose d’apaisant. Bien qu’elle soit jouée un jeu dangereux tout à l’heure avec ces gens en tentant de dialoguer, il fallait avouer qu’elle savait se montrer convaincante. Sans comprendre comment, elle avait réussi à toucher le cœur de ces voleurs, moi-même, j’eus l’impression de ressentir ce qu’elle voulait faire comprendre. C’était difficile à expliquer, mais un peu comme une formule magique, ses mots s’installaient ou me frôlaient juste, changeant un minimum mon état émotionnel. Elle pourrait rejoindre le GCPD, ou bien devenir diplomate avec un tel don.

"Vous étiez en tout cas, remarquable. Sans doute un peu folle, mais ce fut impressionnant. Vous êtes doué avec les gens je vous l’accorde, bravo. Même si… Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais il y avait quelque chose d’étrange… Bah ! Sans doute mon imagination."

Pendant justement que je complimentais Feriel, le souvenir du moment où je voulais intervenir refit surface. Il eut un événement dont je n’arrivais pas à m’expliquer, et dont mon cerveau ne pouvait traiter. On aurait dit de l’eau, enfin quelque chose de semblable ayant attaqué ces preneurs d’otages. L’émotion sans doute, l’adrénaline et la peur qui me firent voir n’importe quoi. Une chose était sûre, je ne pouvais en parler à personne, car je ne serais pas l’expliquer, n’étant pas moi-même convaincu. Alors, quand la police arriva pour boucler les lieux, je n’en fis part lors de ma déposition.
Tout ce que je racontais, était mon arrivée dans le café, l’arrivé des cambrioleurs et comment chacun avait réagi. Bien entendu, j’eus droit à une brimade du fait d’avoir joué un peu les héros. Mais que vouliez-vous, je ne pouvais pas m’en empêcher, quand je voyais des innocents en danger, je me sentais obliger d’agir, et quand j’étais menacé d’une arme, je pouvais devenir méchant. En tout cas, comme il n’eut de blesser chez les otages, on me gratifia tout de même et on me ficha la paix. Une ambulance était là, prenant en charge ceux en état de choc. Toute la zone était entourée de flics et de journaliste qui voulaient interroger un des otages. Les ignorants, je vins vers Feriel.

"Pfff. Quelle histoire. Croyez-le ou non, mais ça ressemble à une journée de repos pour moi."

Je n’étais pas venu les mains vide. Vue la situation, on offrait du café ou du thé pour remonter le moral, et j’avais rapportais un gobelet en carton bien chaud remplit d’une boisson au gout discutable à ma camarade de survie. En réalité, c’était la première fois que je sortais d’une prise d’otage pour me retrouver devant des policiers et journalistes. Sinon, quand je me faisais enlever, je me retrouvais une fois libre au milieu d’un désert ou d’une forêt. Plus rarement dans un veille entrepôt. Mais c’était surtout après avoir réussis à m’échapper par moi-même, ou avec l’aide d’un complice occasionnel. D’ailleurs, avoir un partenaire ou une partenaire a vie pour ce genre de situation, pouvait avoir du bon. Déjà, je pouvais être heureux du dénouement de cette histoire.

"J’imagine qu’après une telle aventure, vous voulez rentrer. Je peux vous raccompagner si vous voulez."


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mer 25 Avr - 21:24


Dangers and meetings under the rain.


La police finit par arrêter le quartet et tu ne bougeas point : tu avais déjà fait ce que tu pouvais pour eux, ils auraient dû choisir une toute autre voie s’ils voulaient éviter cette situation. Encore est-il, tu comptais honorer ta parole, t’occuper de l’enfant de cette femme et leur rendre visite pour prendre de leurs nouvelles. Tu sentais que l’aventurier avait un peu de la peine pour eux, même s’il était soulagé qu’ils finissent entre les barreaux. Bienheureusement, ce dernier répondit affirmativement à ta question avant de te la retourner. Tu te contentas de lui sourire, acquiesçant silencieusement avant de balayer les lieux du regard : quelque chose te disait que le nettoyage du bar allait devoir attendre à un autre jour, ça n’allait certainement pas ouvrir demain, donc tu allais avoir une journée libre.

Ensuite, le brun ne tarda point à te complimenter, estimant que tu avais été un peu folle d’agir comme tu l’avais fait. Il semblait s’être rendu compte que de ton pouvoir, sans pour autant en être certain ; il n’était même sûr de ce qu’il avait perçu, de ce que tu transmettais ni, même, que tu le faisais volontairement. Tu étais naze avec l’hydrokinésie, mais tu te débrouillais très bien avec l’empathie – même si tu ne pouvais ni pourrais jamais contrôler la lecture permanente des émotions chez autrui. Ainsi, tu pouvais plus ou moins contrôler ce que tu transmettais, mais pas ce que tu percevais dans ton périmètre. Quoi qu’il en soit, le fait qu’il hésite à te faire part de ce qu’il croyait avoir remarqué et la façon dont il essaya de s’exprimer te firent glousser discrètement. Ce n’était pas le meilleur moment ni le meilleur endroit pour lui confier ton secret ; peut-être une autre fois ? Il méritait de connaître la vérité, après ce qui était arrivé – du moins, selon toi. Et, il se serait moins inquiété, sans doutes. Cet homme semblait être de confiance, mais rien ne te garantissait que tu le revois, si ? Ça serait sympa de mieux le connaître.

Tandis que la police bouclait les lieux et prenaient les dépositions des témoins, tu restas un peu en retrait. Quand ce fut ton tour, tu as dit ce qui s’était passé, sans mentir, mais tu n’as dit que le strict nécessaire – n’ayant pas trop envie de parler avec la presse dans le coin. Cette histoire prenait trop d’ampleur, à ton goût, et tu ne tenais pas à sortir à la TV. Tu détournas les yeux de la scène, du va et vient des clients tétanisés, des policiers et du personnel paramédical. Quelque chose d’autre t’importait davantage : la pluie. Pour l’instant, il ne pleuvait pas, mais tu savais que ça allait sans doutes reprendre d'un moment à l'autre – tu le sentais, l’air était humide et lourd, mais agréablement doux et frais. Prenant une profonde inspiration, tu fermas les yeux, t’imaginant déjà en train de patauger dans l’eau – tu en avais énormément envie après tout remue-ménage.

Alors que tu sentais le brouhaha s’éloigner, se transformant en un écho, et que tu te détendais, la voix de l’archéologue te ramena à la réalité – il était revenu près de toi. Tu étais plus ou moins habituée à ce genre d’événements, mais, si cet homme disait que cette soirée ressemblait à une de ses journées de repos, tu te demandais quand même ce qu’il avait vécu lors de ses voyages. Certainement, ils étaient aussi ou plus mouvement que les vôtres – ce qui titilla ta curiosité, de nouveau. Soigneusement, et par politesse, tu pris le café qu’il t’avait apporté et le remercias d’un sourire. Même si tu n’étais pas fan de cette boisson, quelque chose de chaud était le bienvenu.

En temps normal, tu aurais pu refuser la proposition de cet homme, mais tu avais envie de parler un peu plus avec lui et avoir quelqu’un avec toi, au cas où il pleuvait encore, ne serait pas un luxe ! Ainsi, riant un peu, tu pris la parole :

Si vous n’avez rien d’autre à faire et que vous n’êtes pas trop fatigué, ce serait sans refus. Je serais dans une piètre situation s’il pleuvait encore – et c’est un bel euphémisme. répondis-tu, en toute sincérité. Tu n’avais pas de parapluie et, même si tu en avais un, tu serais quand même dans la mouise. T’excusant brièvement, tu rentras dans le bar pour récupérer ton sac à main et ta veste avant de retourner auprès de ton aîné. J’habite à plus moins 20min d’ici. Voudrez-vous rentrer et boire quelque chose ? Je vous le dois bien et je pense que vous devriez bien aimer la maison : on a plein de souvenirs qui traînent un peu partout et une bonne partie ont été dénichés dans l’eau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Sam 28 Avr - 8:26

Dangers and meetings under the rain

Même si j’avais déjà connu pareille situation, voir pire, il y avait tout de même une impression d’être dans un film. Les méchants étaient arrêtés, la police était sur les lieux, et un des protagonistes vint apporter réconfort à sa partenaire. Comme quoi, le cinéma ne proposait pas que de la fiction. Et avec toutes ces invasions alien, attaque de robot et dieux ancestraux réclamant vengeance, qu’est-ce que Hollywood pouvait bien inventer de surprenant. Pour dire qu’à la fin, avec un début de recul, je me plaçais presque comme spectateur à la scène de la soirée. C’était comme si ce n’était pas moi qui fus prise en otage, mais quelqu’un d’autre, un acteur, ou un personnage de jeu vidéo où j’ai pu le voir à travers ses propres yeux. Un effet qui se faisait souvent chez moi, sans doute le contre coup, ou une forme encore inconnu psychotique digne de l’asile où j’y trouvais mon tripe. La mort, le danger, au fond de moi, cela était excitant, car l’adrénaline procurait était pour moi, mon héroïne. Mais était-ce par choix ou contrainte de vivre ainsi ? Tel était mon plus grand débat personnel.

Feriel avait accepté que je la raccompagne. C’était la moindre des choses. Elle était un peu l’héroïne de cette aventure, et même si elle avait fait preuve d’un immense courage, je supposais que cette expérience fut assez éprouvante pour elle. Un humain normal serait un minimum perturber par ce genre d’histoire. Et comme elle le présentait, la pluie menaçait de tomber, je n’allais pas la laisser rentrer chez elle par un temps si pourri. De plus, j’étais tenté de décliner sa proposition de boisson de peur de déranger, mais en parlant de trésor sorti de la mer, mes yeux ne purent s’empêcher de briller. Bien entendu, j’imaginais de suite celui de l’Atlantide, peut-être quelques pièces qui plairaient à Arthur Curry, aimant les revoir. Mais les océans et les mers cachaient bien plus. Tant de peuples ont disparu sous les eux et des navires charger de trésors reposaient encore en dessous de nos pieds depuis des siècles. Donc, j’invitais Fériel à monter dans mon pick-up. Vingt minutes disait-elle ? Nous y serions en un rien de temps.

En un rien de temps… En théorie. Car avec l’arrivé du GCPD, les voies étaient difficiles à pratiquer, des bouchons se créaient et le ciel se mettant à gronder ne donnait pas envie de renoncer pour continuer à pieds. Au moins, cela donnait le temps de discuter encore un peu entre nous. De quoi faire fondre un peu la glace et aider à « surmonter » cette crise. De mon côté, après en avoir tant baver, je ne savais pas si j’en avais toujours besoin, mais si on me disait le contraire, je ne serais pas surpris, car des fois, j’avais l’impression que plus cela venait, plus je me transformais en monstre.

"Et ben dite donc, quelle soirée. Ils auraient pu prévenir dans le guide de la ville."

Je ne savais pas trop comment démarrer la conversation. Alors je me lançais dans une petite blague. En réalité, je balançais tout ce qui me venait à l’esprit. Finalement, j’étais encore sous le choc, un peu, car je ressentais moins la faculté de me retenir, de contrôler mes pensées, pousser à me lâcher. De toute façon, je n’étais qu’un humain, un être fait de chair et de sang, d’os, de cheveux, d’ongles, d’eau… En fait j’étais plutôt bien foutu. Mais aucun pouvoir, et pas assez intelligent pour concevoir de super gadgets. J’avais donc mes limites, comme tout le monde. Feriel devait le comprendre.

"Au fait, avec tout ça, vous avez pu avoir l’adresse de la femme pour vous occuper de la gamine ?"

Je n’avais pas souvenir de l’avoir vue demander cette information. Mais je pouvais me tromper. C’était juste que je trouverais dommage que la serveuse ne puisse tenir sa promesse envers la criminelle enfin de compte. Déjà que cette dernière semblait un peu instable, il serait dommage que cette histoire la pousse au final à devenir une nouvelle superbe criminelle qui voudra faire souffrir tout le monde. Allons, ce n’était pas visiblement une menteuse, et j’étais sûr qu’elle arrivera à savoir ce dont elle avait besoin. Même si je trouvais cela risquer de faire une promesse à quelqu’un de cette ville. Pas que j’avais de gros préjugés, mais Gotham était un peu comme un esprit maléfique, on avait une chance sur dix de faire une promesse à quelqu’un de respectable. Et dans le cas contraire, on devait payer bien chère une telle erreur.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mar 1 Mai - 15:10


Dangers and meetings under the rain.


Quelque part, tu pensais que cet homme allait te raccompagner à pied, mais le hasard fit bien les choses : il avait une voiture. Un pick-up dans lequel tu grimpas, dès qu’on t’y invita. Par ailleurs, tu avais brièvement senti que ton aîné songeait à décliner ta proposition, mais la mention des souvenirs et des trésors que vous collectionniez sut piquer son intérêt.

Normalement, s’il n’y avait pas trop de bouchons, vous devriez tarder un peu moins que prévu et, avec de la chance, il ne pleuvra qu’une fois que vous serez rentrés chez-toi – quand vous serez bien au chaud et une boisson entre les mains. Mais, à Gotham, il est rare qu’il n’y ait pas trop de circulation… Même à des heures aussi tardives, il y avait toujours du monde dans les rues. Marcher était le moyen le plus rapide et économique pour se déplacer, ou bien, prendre le métro ; bien que les gens normaux n’allaient pas bien loin, à pied, toi, tu étais assez endurante pour traverser une partie de la ville, rien que pour aller patauger dans l’eau après tes boulots. Ce soir, tu allais te contenter de la piscine, vous aviez assez vécu et ton père devait s’inquiéter.

Silencieusement, tu regardas les rues puis le ciel à travers la vitre, posant ta tempe contre cette dernière. Tu avais le don de te détendre rapidement, une fois que les faits étaient passés. Après tout, rien de grave n’avait vraiment eu lieu, même si tu te souciais pour l’enfant de cette femme – et pour le petit groupe de criminels, en soi. Tu n’avais pas trop eu le temps de parler avec la police, mais tu avais réussi à savoir que cette femme était déjà venue auparavant au commissariat pour porter plainte contre son ex-mari, qui la maltraitait et qui avait violé un ordre d’éloignement – tu avais entendu parler quelques officiers, pendant qu’ils bouclaient la zone et s’occupaient des ravisseurs. Depuis, elle n’avait plus été vue, elle apparemment perdu sa maison et sa fille était hospitalisée. Au moins, elle n’était pas tout à fait seule, mais tu ignorais ce dont l’enfant souffrait. Il faudra que tu te rendes au commissariat demain, dès que tu le pourras, pour aller voir cette femme et ses coéquipiers – tu pouvais sûrement faire quelque chose pour eux, en plus de leur présenter un bon avocat, je veux dire.

Alors que tu réfléchissais à ce qui s’était passé au Owl’Blues et à ce que ton père allait te dire quand vous serez rentrés, l’archéologue attira ton attention. Il ne savait pas trop comment te faire la conversation, mais son commentaire te fit sourire : en effet, Gotham n’était pas et n’a jamais été la ville la plus sûre ni fiable. C’était une ville maudite, une ville sombre et qui, pourtant, hébergeait encore quelques bourgeons d’espoir et de tolérance. Dans ce genre d’endroits, peu importait qui nous étions, d’où nous venions et il n’était difficile de se faire accepter – pour étrange que l’on puisse être. Certes, il fallait également savoir avec qui, où et quand parler, comment agir et autres, mais c’était une simple question de logique et d’expérience.

Lorsque tu entendis sa question, tu éloignas ta tête de la vitre et le regardas – un sourire compatissant et tendre aux lèvres. Tu ne savais pas s’il se souciait vraiment du sort de l’enfant, ou s’il tentait de savoir si tu n’avais pas fait une promesse en l’air. Tu n’aimais pas faire des promesses par crainte de ne pas pouvoir les respecter. D’ailleurs, tu n’en faisais que rarement, mais, quand tu donnais ta parole, tu faisais toujours ce que tu disais.

J’irais demain au commissariat pour parler avec cette femme et ses coéquipiers. S’ils ne veulent pas m’adresser la parole, je demanderais les informations au GCPD. Au final, je n’ai besoin que du nom de ces personnes et, d’une façon ou d’une autre, je le trouverais le reste – j’ai toujours fait ainsi. répondis-tu, marquant une courte pause. J’ai entendu parler quelques policiers au sujet de cette femme et de son enfant, ce ne sera pas difficile de trouver où est hospitalisée cette dernière. Sachez que je n’ai pas pour habitude de faire des promesses que je suis susceptible de ne pas pouvoir tenir. Néanmoins, je n’ai qu’une parole et fais toujours ce que je dis.

Suite à ces mots, tu vis quelques gouttes tomber sur le pare-brise du pick-up. Tu étais contente d’être dans la voiture, au sec – sinon, tu aurais été dans une situation très cocasse. Il ne tarda point à pleuvoir plus fort.

Vous savez ? J’adore la pluie, mais pourvu que ça s’arrête d’ici quelques minutes ou que vous trouviez une place de parking devant la bâtiment... soufflas-tu, te penchant un peu en avant, regardant la pluie tomber. Tu n’étais ni effrayée ni perturbée, mais on voyait que tu ne tenais pas à te mouiller. Qu’il me pleuve dessus quand je suis près ou dans l’eau n’est un souci, mais… en pleine ville c’est beaucoup moins amusant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 14 Mai - 18:19

Dangers and meetings under the rain

Apparemment, Feriel avait déjà plus ou moins tout prévu pour remplir sa part du marché. Cela se voyait qu’elle n’était pas du genre à laisser tomber facilement et de tout tenter pour arriver à son objectif. Au moins, elle n’allait pas de déroger de sa promesse, et la femme ne deviendra pas une hystérique réclament la vengeance et traquant la serveuse avec un couteau, ou collectionnant des photos d’elle pour y écrire dessus avec du sang. Mais allez savoir, elle était peut-être déjà cinglée et pouvait démontrer un comportement extrême. De toute manière, je ne voulais pas trop m’en mêler sur le coup, me contenant de lever mes mains du volant en signe d’approbation.

"C’est tout à votre honneur. Le monde a bien besoin d’un peu plus de gens empathique. Ceci dit, j’ignore si j’aurais fait pareil que vous. Peut-être oui un coup de main, mais m’occuper d’un gosse…"

Je ne savais pas si je pouvais dire que j’avais la fibre paternelle. Les enfants, j’aimais bien, tant qu’ils n’étaient les miens. Mais ma vie ne me permettait pas de m’occuper de qui que ce soit. Avoir sous mon ail un bambin, ce serait augmenté ses chances de se faire tuer. En réalité, cette gamine était bien mieux dans cet hôpital, qu’avec moi. Et donc, il était plus prudent, je pense, que ce soit Feriel qui en prenne la charge. Au final, je préférais ne plus trop y penser, cette histoire était finie, les criminels arrêtaient, et tout le monde allait bien. La journée aurait pu bien finir, si cette pluie ne nous tombait pas dessus. Dommage, j’aurais bien aimé une soirée douce, et non mouillé. La serveuse semblait du même avis. L’entendre dire qu’elle trouvait plus amusant d’être trempé en campagne qu’en ville me fit bien rire. Sauter dans la boue était plus distrayant que dans une flaque sur un trottoir à la nature inconnu. Cependant, fidèle à moi-même, je ne pus m’empêcher de faire une vanne des plus que pourrie.

"Ne vous en faites pas, vous ne risquez d’avoir quelques gouttes. Rien qui ne risque de gâcher votre belle chevelure."

Cela me rappelait une anecdote amusante. Il y a quelques années, je fus engagé par le musée de Mexico pour retrouver une idole aztèque. Et pour cette mission, on m’avait confié comme coéquipière, une archéologue du Musée, Luisa Gonzales. Pas mal dans son genre, toujours bien vêtues, aux formes d’une déesse grecque. Elle en avait dans la tête, cultivé et maline. Pourtant, ce fut une de mes pires aventures. À se croire dans un mauvais film remplit de cliché, señorita se plaignait tout le temps à cause de ses cheveux, rien ne devait leur arriver, ni saleté, ni coupure, ni eau. Facile à dire quand on se retrouvait au milieu d’une jungle avec les membres d’une secte à nos trousses. Et le comble, ce fut quand nous devions passer sous une cascade. Cheveux trempés, elle chiala comme une gosse, attirant sur nous une armée d’homme jaguar zombis. Je me demande encore comment j’ai fait pour m’en sortir indemne.

Je fis de mon mieux pour éviter les accès où cela bouchonnait un peu. Mais dans Gotham, ce n’était pas facile. C’était le symbole parfait de la dystopie. Crime et bouchon, le combo gagnant. De plus, cela klaxonner de partout et au final, essayant de m’engager dans une nouvelle voie, nous nous retrouvions comme par magie coincé au milieu d’une file, éclairer par des panneaux lumineux et les hauts buildings de la ville. Ne voulant céder à une crise, je tentais de garder mon calme en tapotant sur mon volant. De toute façon, s’énerver ne servirait à rien.

"Bon, on dirait qu’on va rester coincé là pour un petit moment. Bienvenu en ville."

Impossible de voir ce qui provoquait le bouchon. Des travaux sans doute. Là, je ne voyais que de longues lignes de lumières rouges et jaunes devant moi, participant à un concert de klaxon qui n’était pas du tout distrayant. Peut-être que se rendre à pied, serait bien plus rapide, mais la pluie tombant de plus en plus, n’arrangeait en rien à la situation. De quoi choper la crève et être tremper, comme le redoutait Feriel. Le point positif en tout cas, c’était que nous n’étions pas totalement bloqués, la file avançait presque à la vitesse de pas… D’une tortue.

"Au moins on est à l’abris ici. Vous voulez peut-être prévenir votre père ? Au moins qu’il ne se fasse pas plus de souci que d’habitude ?"


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Sam 9 Juin - 20:22


Dangers and meetings under the rain.


On pouvait dire que tu adorais les enfants, mais il ne serait pas raisonnable pour toi d’en avoir. Tu ne pouvais pas te permettre de t’encombrer ainsi, d’autant plus que tu pouvais le mettre en danger. Ta vie n’était pas particulièrement dangereuse, mais tu savais que tu n’allais pas t’enraciner quelque part quand ton père ne sera plus là – au contraire. Tu voulais faire beaucoup de choses et fonder une famille était un luxe que tu ne pourras peut-être pas te permettre avant de trouver ta raison d’être, faire tout ce que tu penses avoir à faire et bien plus. Tu souris en entendant la blague pourrie de ton aîné : ta coiffure était le moindre de tes soucis, à vrai dire. Tu t’en fichais un peu, tout comme le fait de mouiller tes habits ou les tâcher – même si tu aimais quand même en prendre soin, comme tu faisais avec tout ce qui se retrouvait entre tes mains.

S’il ne pleuvait pas comme une vache qui pisse, tu ne t’en soucierais pas vraiment. Quelques gouttes ne pouvaient que faire ressortir tes écailles, mais avec les précipitations actuelles, tu risquais surtout de te transformer en pleine ville et tu ne tenais surtout pas à te faire aussi pitoyablement griller. La queue était quelque chose de très pratique dans l’eau, mais en dehors, c’était très encombrant et handicapant. Tu guidas plus ou moins l’archéologue et il tenta d’éviter les rues où se formaient les bouchons, mais… hey, c’est Gotham ! Il y a des embouteillages un peu partout… Votre déplacement stratégique ne fut qu’une partielle perte de temps, car vous étiez coincés dans un bon bouchon, avec des coups de klaxon et des citoyens qui criaient comme des poissonniers quand ils s’impatientaient – heureusement que tout le monde n’était pas ainsi. Jack tapotait le volant, se faisait violence de se contrôler : tu sentais que ça l’exaspérait et qu’il ne voulait pas s’énerver.

Bon, au moins, vous n’étiez pas totalement arrêtés.
Vous avanciez lentement, mais sûrement. Tu avais cru entendre qu’il y avait des travaux dans la zone pour changer va-savoir-quoi des lampadaires et de l’alimentation électrique. Les installations de certains quartiers avaient mal vieilli et il était temps de les remplacer. Quand le brun reprit la parole, tu le regardas et acquiesças – un peu gênée. Tu ne voulais pas le déranger, mais ton père risquait de s’inquiéter moins s’il savait que tu étais en sécurité et en chemin.

Ce serait sans refus, M. Emerson. Mon père m’avait prévenu ce matin de ne pas sortir, car il allait pleuvoir fortement. Mais je ne peux pas manquer au travail à chaque fois qu’il ne fait pas beau dans cette ville, sinon, je ne sortirais jamais de chez-moi. répondis-tu avec une pointe d’humour tout en rougissant légèrement.

Non seulement ton père t’avait prévenu, mais, en plus, tu avais oublié le parapluie près de la porte… Tu avais d’autres choses en tête et, même s’il était rare que tu oublies des choses, ça arrivait – comme à n’importe qui. Ainsi, tu empruntas le portable de ton interlocuteur. Tu n’en avais pas, toi, mais tu savais vaguement d’en servir – du moins, tu connaissais les opérations basiques, car tu te débrouillais mieux avec un ordinateur. Tu pris ton temps pour marquer le numéro de ton père, car ce dernier passait par une petite centrale privée et non-payante. Le numéro était plus long que d’habitude, de ce fait, mais viable. Même s’il ne connaissait pas le téléphone de l’aventurier, il ne tarda point à décrocher, sachant que ça pouvait être soit une connaissance du travail, soit toi – puisque tu empruntais souvent des téléphones pour lui passer des coups de fil rapides.

Papa ? C’est moi… Non, je vais bien. Un archéologue et historien très gentil me raccompagne, je l’ai rencontré au travail… oui.. hm-hmm. fis-tu, parlant en arabe égyptien. Non, oui… Arf, pap--… je ne sortirais pas tant qu’il pleuvra, je sais.

C’était la langue que vous employiez le plus, entre vous, mais il est vrai que vous n’y faisiez pas trop attention. Puisque vous étiez tous les deux polyglottes, vous communiquiez dans la première langue dont les mots traversaient votre esprit. Tu éloignas un peu le portable de ton oreille et on put entendre ton père hausser la voix : il était mécontent, non seulement tu étais dehors avec un temps pareil, mais, en plus, tu étais dans la voiture d’un inconnu – gentil ou pas. Toutefois, tu étais grande et tu savais ce que tu faisais. Il te criait dessus parce qu’il était inquiet, surtout. Il avait vu les nouvelles et était content de voir que tu n’avais rien. Malgré son coup de gueule, il était reconnaissant envers Jack et te demanda de le remercier de sa part.

Aucune idée, papa : il y a des embouteillages… … Ne t’en fais pas. Oui, à tout de suite. Je t’aime. ajoutas-tu, raccrochant avant de rendre le téléphone à son propriétaire. Tu avais fait aussi vite que tu le pus, ne voulant pas trop faire dépenser à ton aîné – c’était la moindre des choses. Mon père vous remercie d’avoir bien voulu me raccompagner, M. Emerson. Et qu’il est désolé que je vous cause du souci. précisas-tu, marquant une courte pause avant de poser tes mains sur tes genoux et te calant confortablement contre ton siège. Dites, si ce n’est pas trop indiscret… Je me posais la question, tantôt, est-ce que vous avez une spécialité ? J’imagine que vous devez toucher un peu à tout, puisque vous disiez aimer maintes mythologies. Vous n’êtes pas obligé d’y répondre, si c’est trop personnel, mais, ce que je me demande, c’est si vous faites des recherches sur quelque chose en particulier. Comme… l’Égypte ou les civilisations pré-colombines.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 11 Juin - 10:03

Dangers and meetings under the rain

Feriel attrapa donc son téléphone et put contacter son paternel. Ils échangèrent en arabe égyptien, une langue que je connaissais que trop bien, après tous mes voyages en Egypte, dont j’ai arrêté de compter, il fallait bien que j’apprenne quelques petites phrases bien sympas. Et quand je disais quelques phrases, c’était surtout que je pouvais vous faire tout un dialogue très riche abordant presque n’importe quel sujet. Une compétence très utile dans le métier, cela vous permettait de faire quelques économies en n'engageant pas d’interprète. Je ne perdais donc pas un seul de mot de leur conversation, pas que je jouais les inconvenants, juste que même dans une langue étrangère, ils n’étaient pas du genre discret. Mais bon, quand un père était inquiet pour la chair de sa chair, c’était normal de hausser un peu le ton non ? Quelque chose qui me manquait.

Feriel me rendit finalement l’appareil téléphonique et présenta les respects de son paternel ainsi, que de plates excuses pour tout ce qui se passait. Des excuses dont je ne comprenais pas le sens, car je ne voyais aucune raison de l’être. Levant mes doigts du dessus du volant comme si je voulais saluer quelqu’un passant juste devant, j’arborais un de mes fameux petits sourire du coin pour lui répondre.

"Ce n’est rien. Et puis, vous ne me causer aucun souci, ce n’est pas de votre faute tout cela."

J’aurais du mal à imaginer cette jeune fille, orchestrer cette prise d’otage juste pour divertir la soirée. Gotham était remplit de malades mentaux, mais pas à ce point tout de même. Ce serait plutôt ces criminels qui devraient s’excuser plutôt. Au moins, on voyait qu’il existait encore des gens dans cette ville, qui demeuraient bien élevés, le genre qui pouvaient encore redorer un peu le blason de la capitale du crime.

"Vous savez, avec tout ce que j’ai vécu aussi, j’aurais plus tendance à croire que c’est moi qui attire la poisse. Donc, ça devrait être moi, qui devrais m’excuser."

C’était peut-être un peu égoïste de penser de la sorte, cependant, je ne connaissais que de rares jours, où une arme n’était pas braquée sur moi. Ou bien une armée de monstres, une malédiction et j’en passe. À la longue, je m’attends à voir débouler un danger mortel à tout instant, mettant en danger tous ceux qui m’entouraient. Moi paranoïaque ? Peut-être bien. Après, à Gotham City, ce genre de chose devait arriver assez souvent. Se voir menacer de mort tous les deux jours au moins. Sans doute multiplier par dix avec moi. C’était surtout pour cette raison que je travaillais souvent seul. Mes compagnons, n’aimaient pas rester trop longtemps avec moi. Quand ils ne mourraient pas… Ils avaient assez de jugeote pour ne pas continuer dans cette vie au combien risquée. Et c’était mieux ainsi. Ne voulant pas rester sur un sujet aussi déprimant, je cherchais un autre sujet, et je pensais que ce serait drôle d’aborder celui-ci.

"Votre père semble être un brave homme. Il tient beaucoup à vous. Il ne veut même pas que vous vous mouillé. Haha !"

Ma déclaration était purement innocente, surtout quand on connaissait ma situation. Jadis, j’adorais mon père, c’était le héros à mon frère et moi-même. Tous les deux, on voulait lui ressembler, marcher dans ses traces. Même s’il nous menait parfois avec notre mère, sur des sites de fouilles parfois risqués, il veillait toujours sur nous tous, comme si nous étions du trésor de Toutankhamon. Mais à présent… Le père plein d’amour n’était plus. Ce n’était qu’une personne remplit de tristesse, et de colère. Devenu un vrai monstre. Au début, je pensais pouvoir le sauver, le raisonner. Hélas, lui et mon frère me virent comme un traître et décidèrent de me mettre à mort.

J’aurais aimé au moins avoir un père surprotecteur comme celui de Feriel, qu’un sous la coupe d’un ancien dieu extraterrestre de la destruction. Y’a pas photo. Malheureusement, je devais me contenter de ce que j’avais. C’est-à-dire rien, ma mère avait disparue quand j’étais ado, mon père sombra dans la folie pour finir enfermer dans une autre dimension avec un dieu maléfique, et mon frère, à Akham, juste à côté, car il l’avait suivi dans sa démence. J’eus l’impression d’être devenu un orphelin, car je n’avais plus de famille. Enfin si, ma cousine Yasmina, mais elle était zarbe.

"Ca commence à se dégager on dirait. On va pouvoir finalement arriver assez vite chez vous. Et au fait, cela ne te dérange pas si on se tutoies ?"


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Sam 23 Juin - 14:46


Dangers and meetings under the rain.


L’aventurier te rassura quand tu t’excusas au nom de ton père et que tu lui transmis ses salutations avant de te dire qu’il avait aussi tendance à croire qu’il portait la poisse. Tu as souvent cru que tu étais un oiseau de malheur, que tu l’apportais à ton père car… même s’il avait aussi eu des mésaventures sans toi, il fallait bien avouer qu’elles avaient surtout lieu quand TU étais dans les parages. Tu pouvais donc comprendre parfaitement et compatir avec ce que cet homme éprouvait…

Lorsqu’il parla de ton père, tu ne pus t’empêcher de sourire.
Oui, c’était un homme bien et il tenait énormément à toi, car tu étais tout ce qui lui restait et que tu étais son enfant – la seule chose qui le liait encore à ta mère. Ce n’était pas quelqu’un de très tactile ni même de câlin, raison pour laquelle tu avais manqué cruellement d’affection, mais c’était un bon père et il t’a toujours donné tout ce dont tu avais besoin, malgré tout – dans la mesure du possible. Il était certainement trop protecteur, en effet, mais ce n’était pas nouveau. Il ne pouvait pas s’empêcher de l’être, mais il était clair qu’il ne l’aurait pas été autant si tu avais été une simple humaine. Sans compter le fait que tu avais le don de te trouver au mauvais endroit et au mauvais moment…

Par ailleurs, tu sentais que quelque part, ton interlocuteur aurait aimé avoir un père comme le tien. Tu ne savais pas ce par quoi il était passé, mais la mention de la figure paternelle semblait lui évoquer des sentiments… peu sympathiques. Est-ce qu’il ne s’entendait pas avec le sien ? Ou lui est-il arrivé quelque chose ? La dimension de la famille était toujours quelque chose de complexe et de plus difficile à lire chez autrui. On pouvait savoir si on appréciait telle ou telle autre personne, mais la relation que le brun avait avec son géniteur n’était indubitablement facile à cerner.

Songeant à ceci, le bouchon commença à se dissiper. Les voitures avançaient progressivement, mais plus vite qu’elles ne l’avaient fait tantôt. À cet instant-là, lorsque ton aîné en fit le constat, il te demanda également si ça te dérangeait que vous vous tutoyiez. Tu n’y voyais aucun inconvénient, même si ça te faisait toujours bizarre, au début, avec les gens qui étaient plus âgés que toi. Habituellement, d’ailleurs, tu utilisais la politesse pour créer une certaine distance avec tes interlocuteurs, mais tu ne voyais pas l’intérêt de t’éloigner de cet homme. Tu l’appréciais et, d’une certaine façon, tu avais confiance en lui – même si vous veniez de vous rencontrer.

Si v--... enfin, si tu veux. Cela ne me dérange pas pour le moins. lui répondis-tu, lui adressant un sourire. Ton regard se riva alors sur la circulation, regardant les voitures avancer et les grosses gouttes de pluie frapper les vitres. Ce n’est pas vraiment le fait de me mouiller qui inquiète mon père, mais que je le sois loin de sa portée – pour ainsi dire. Je ne suis pas plus confiante que lui, mais je ne pense pas qu’il y ait de quoi en faire tout un plat. Il suffit juste que je sois prudente, éviter de me renverser des liquides dessus, tomber sur les flaques, qu’il me pleuve dessus et autres maladresses – ce qui n’est pas toujours évident. L’eau et la ville ne font pas bon ménage, à notre avis. soufflas-tu, en rapport avec les propos que ton aîné avait entretenus plus tôt. Après, il y a des endroits moins problématiques pour cela… En Amerique latine, je n’avais pas eu de soucis à me faire avec les natifs et au Japon, pareil. Les États-Unis et l’Europe sont plus… difficiles à gérer, dans ces situations. Tout dépend de la mentalité d’autrui, en réalité.

Suite à ces mots, tu te penchas un peu en avant de désigner une petite rue d’un seul sens. C’était le meilleur moyen de contourner le pâté de maisons et sortir de la zone où il y avait le plus de circulation, contournant les travaux et tout ça.

Tu peux tourner là-bas, puis à gauche dans la première ruelle. Il suffira de continuer vers les vieux bâtiments qui sont sur la droite. J’habite dans celui dont on voit les briques et qui a des grandes fenêtres. expliquas-tu, sans perdre le sourire. Essayez de trouver une place devant la porte du bâtiment ou pas trop loin, si possible.

Le bâtiment semblait à moitié abandonné, en fait. Il avait beaucoup de squats et des loyers pas chers à cause de l’état esthétique du bâtiment, mais vous aviez rénové votre demeure et vous aimiez la discrétion de cet endroit. Les impôts étaient raisonnables et les factures, aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 24 Juin - 15:57

Dangers and meetings under the rain

Je ne demeurais pas vraiment convaincu avec les explications de Feriel. Elle et son père, étaient-ils des hommes chats pour ne vouloir se faire éclabousser ? Et pourquoi parler de mentalité des peuples juste après ? Enfin, c’était pour dire que je ne savais pas trop quoi en penser, et ce que je devais comprendre. En réalité, j’avais la curieuse sensation qu’elle cherchait à me cacher quelque chose. Mais comme je n’avais aucun indice sur le sujet si ce n’était un lien avec le précieux liquide qui apportait la vie, je préférais ne pas trop insister. Chacun avait droit à ses secrets non ? Et celui-ci ne devait être de question vitale. Enfin si, mais je ne voulais vraiment pas, forcer Feriel à apporter des précisions. Alors, concentrons-nous sur la route et puis c’est tout.

Suivant les indications de la serveuse, nous arrivâmes enfin devant chez elle. J’imaginais qu’après toutes ces émotions, elle serait ravie de retrouver son foyer et sa famille, et qu’elle aimerait se changer les idées dans un bon bain, un repas ou un programme télé. Si ce n’était l’étude des fonds marins ou d’une culture étrangère. Me garant, je me penchais vers la vitre pour mieux observer son petit foyer.

"Ca me semble bien charmant comme endroit."

L’architecture était proche comme celle du reste de la ville de Gotham City. Des briques bien visibles et de grandes fenêtres, comme elle l’avait dit. D’un autre côté, je m’attendais à soit quelque chose de plus modeste, mais confortable comme les anciennes demeures durent le XIXe ou XXe siècles, soit tout le contraire, qu’elle vivrait avec son géniteur dans un manoir aussi imposant que celui des Wayne comme belle surprise. En tout cas, cela n’avait rien à voir avec mon chez-moi, un appartement moderne, décoré avec des objets datant de l’antiquité ou du moyen-âge. D’ailleurs, la présentation d’une maison ou d’un appartement, reflétait toujours la personnalité de son occupant. J’étais bien d’accord, mais concernant la famille de Feriel, je ne savais pas trop quoi en déduire. Cela avait un côté à la fois simple, et singulier, c’était indéfinissable.

"Attend ! Permes moi de t’aider."

Descendant de mon véhicule, je fis le tour pour venir lui ouvrir la porte, afin qu’elle puisse descendre, comme un bon chauffeur de limousine, ou un gentleman raccompagnant sa Lady après une bonne soirée. Que vouliez-vous ? J’avais dû savoir vivre, malgré mes manières de rustres et de fou. La galanterie ne m’était pas étrangère, enfin pas tout le temps. Gardant bien la portière ouverte, je regardais Feriel descendre, lui souriant, car j’étais bien heureux de la connaître et je l’appréciais beaucoup.

"Bon... Je suppose que c’est maintenant que nos chemins se séparent non ?"

C’était à prévoir que nous devrions nous séparer à un moment ou un autre. Nous n’allions pas faire notre vie ensemble. Mais si elle proposait de m’inviter, je ne refuserais pas. Car déjà, je l’appréciais beaucoup, mais aussi, j’étais curieux de rencontrer son père et de ses possibles travaux sur les civilisations. Et découvrir si possible, les trésors récupérés. Tout ceci me tentait bien, la curiosité scientifique était puissante. Néanmoins, je n’étais pas aussi mal poli pour m’introduire dans l’intimité des gens de cette manière. Je comprendrais que la serveuse héroïque, aimerait se retrouver seule, oublier un moment cette soirée, et se préparer à aider l’enfant de la cambrioleuse. Et puis, son père ne pouvait aimer voire débarquer un étranger chez lui. Enfin, tout cela je pouvais le supposer et aussi, le comprendre.

Et justement, il faudrait que moi aussi, je réfléchisse à la suite de mes projets. J’étais arriver en ville un peu déprimé pour raison familiale. Un peu perdu au départ, je sentais remonter en moi, la flamme de l’aventure. Mais surtout, à voir que je me souciais tellement des autres, que je comptais combattre chaque menace qui frapperait devant moi. Apophis pouvait revenir à tout moment. Et même si Isis était puissante, être deux contre ce monstre ne pouvait être que mieux. Si seulement je pouvais expliquer tout cela à Feriel, afin de lui dire merci, car grâce à elle, je me sentais revivre et prêt à reprendre le combat.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 5 Juil - 23:21


Dangers and meetings under the rain.


L’aventurier n’était pas dupe et il devait se douter du fait que tu ne lui disais pas tout – tu le sentais et, pourtant, il n’avait pas cherché à insister. Il faisait preuve de respect, dès le début et c’est en partie ce qui te mettait en confiance. Même si tu ne le connaissais pas et que tu ignorais comment il pourrait réagir face à la découverte de ta nature, tu avais le sentiment qu’il ne te verrait pas comme un monstre ou quelqu’un de peu fiable. Non, cet homme avait du vécu et il avait été témoin de choses que tu étais loin d’imaginer. Croiser le chemin d’une métisse atlante serait le moindre de ses soucis, certainement.

Quoi qu’il en soit, tu souris à ton aîné quand il fit un commentaire au sujet de votre bâtiment. C’était plutôt modeste, à l’extérieur comme à l’intérieur, mais vous, vous aviez pris le temps de faire des reformes dans les appartements que vous aviez achetés et reliez pour en faire une maison. L’entrée principale était au premier étage du bâtiment et donnait directement sur ce qui aurait pu être votre rez-de-chaussée : le hall-jardin, le salon et la cuisine ainsi que les escaliers menant aux autres étages. Ce n’était pas énorme, mais vous aviez pu en faire un nid accueillant et à votre image – à la fois rangé et un peu désordonné, au vu de tout ce que vous entassiez comme souvenirs et bouquins. Tu levas les yeux vers la fenêtre depuis laquelle tu voyais déjà tes plantes ainsi qu'un grand terra-nova marron qui t’attendaient. Il pleuvait toujours, même si les gouttes étaient plus grosses et moins fréquentes. Le brun quitta la voiture et fit le tour pour t’aider à sortir après te l’avoir proposé. Tu le regardas lui puis, la porte du bâtiment – déjà ouverte – puis le ciel : tu posas une main sur le flanc de la voiture, descendant de celle-ci tout en surveillant la pluie.

En te penchant pour sortir de l’habitacle, le col de ta robe glissa suffisamment pour découvrir tes branchies. Quelques gouttes ne pouvaient pas te faire grande chose d’autre qui faire ressortir quelques écailles au niveau de tes mains –  ces dernières étaient dorées et irisées, aux éclats dépendant de l’éclairage ambiant. Tu fis un peu la moue en entendant la question de l’archéologue : il ne voulait plus monter et boire quelque chose ? Voulait-il aller se reposer quelque part ? Tu n’en savais rien, peut-être… Tu lui rendis son sourire, même si tu étais presque triste d’entendre cette question. Pourtant, tu sentais qu’il était quand même curieux, craignait-il de s’imposer ? Tu fermas la portière toi-même et, avec une certaine tendresse, tu pris l’une des mains de ton aîné – ta peau était très froide, mais c’était normal à cause de ta condition d’hybride. Doucement, tu tiras sur son bras pour l’inviter à venir avec toi.

Ma proposition de tantôt tient toujours, Jack. Viens, tu pourras te reposer un peu, boire quelque chose et jeter un coup d’œil à nos trouvailles. répondis-tu, élargissant ton sourire.

Puisque tu commençais à prendre un peu trop de pluie, y compris sur la zone dénudée se trouvant entre les pans de ta robe et tes bottes, tu lâchas la main de ton aîné et allas te mettre aussitôt à couvert, le regardant. La décision lui appartenait, mais, indéniablement, tu étais ravie d’avoir quelqu’un à la maison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Ven 6 Juil - 9:08

Dangers and meetings under the rain

Feriel descendit donc de la voiture, et moi, je retenais la portière comme un bon gentleman qui reconduisait son invitée d’un rencard. J’avais mon habituel sourire amusé en imaginant cela. D’ailleurs, ceci ravivait en moi, les bons vieux souvenirs comme lors du bal du lycée où j’accompagnais ma cavalière jusqu’au lycée et la raccompagner après. Un pur moment. Cette soirée-là, j’étais un type normal, je ne courrais pas après une relique et n’affrontais pas des méchants et des monstres. Je vivais une vie d’ado normal. Par contre, mon sourire s’effaça quand je crus apercevoir quelque chose dans le coup de Feriel et là, où les gouttes touchaient sa peau. Voilà qui était étrange. Et il me semblait avoir aperçu le cours d’un instant des branchies.

Très vite, mon esprit fit une grande analyse, associant ce que je venais de voir avec les événements de la soirée, et quelques anecdotes contait par la serveuse. Je devais me tromper, mais à la fin, j’en venais par en déduire que Feriel était en réalité une mutante, ou une extra-terrestre. Oui, quelque chose dans le genre. Allais-je donc crier au monstre et exiger des réponses avant de la conduire au bûcher ? Non. Juste que je retrouvais mon sourire et fis mine que tout allait bien. Et puis tout allait vraiment bien non ? La jeune femme m’avait montré qu’elle n’était pas dangereuse. Et je pouvais comprendre pourquoi elle préférait se taire sur cette partie de sa vie. Les gens pouvaient se montrer si méchants et donc, la prudence était mère de vertu. Et puis j’aurais peut-être droit à quelques révélations un peu plus tard.

"Mais volontiers. Ce sera un réel plaisir que d’aller boire quelque chose chez vous."

Étant de nature distraite, j’avais un peu oublié aussi qu’elle m’avait déjà invité. Une erreur très vite corrigée, quand nous pénétrions dans sa demeure. L’endroit me paraissait confortable. Sans doute qu’un petit coup de balai par ici et par là serait le bienvenu, mais c’était pas mal du tout. Je pouvais voir justement les souvenirs de leur voyage, et la tentation fut grande d’aller voir et y toucher pour faire mes propres études dessus. Le père de Feriel et moi, ne travaillons pas exactement dans la même branche, mais entre savant, nous aimons en général, regarder les jouets de l’autre comme des curiosités.

"En effet, je voie que vous avez beaucoup voyager, mais je ne voie toujours pas l’hôte de la maison."

J’étais peu à peu attiré comme par magie par ces artefacts venant des fonds marins. C’était dur de se contrôler, j’étais comme un gosse se retrouvant dans une chocolaterie. On avait beau lui dire de ne pas toucher, l’enfant n’en faisait qu’à sa tête, tenter par ces bonnes choses. Je tendais donc les mains vers l’objet le plus proche, frôlant sa surface avec délicatesse comme si je caressais du velours. Il avait une forme étrange, et vue son état, il provenait des fonds marins. Feriel m’avait raconté qu’elle et son père avaient beaucoup plongé et ramener quantité de trésors. Je me demandais bien de quoi, il s’agissait. Vue comme ça, cela ressemblait à de la pierre. Mais au touché, c’était autre chose. Le retournant justement, je crus apercevoir un glyphe. Et pas n’importe lequel. Cet artefact était atlante !

Après ma rencontre avec Aquaman, et nos retrouvailles, j’avais réussi à étudier en profondeur cette civilisation qui me fascinait tant. Je n’étais pas encore un très grand expert, mais j’en avais appris pas mal, dont reconnaitre certains signes. A n’en pas douter, c’était bien quelque chose venant de là-bas. Mais comment le professeur et sa fille on put mettre la main dessus ? Les reliques du peuple des océans étaient jalousement gardées. Feriel… Feriel avait des branchies. Et si… Non mon pauvre Jack, tu devais halluciner. A trop côtoyer les momies les momies, reliques magiques et tout un monde imaginaire, tu te laisses facilement emporter. Et pourtant… Je savais que notre monde faisait constamment de nouvelles découvertes, mais chaque jours, j’eus l’impression de me retrouver en plein rêve, qu’au bout d’un moment, mon pauvre cerveau allait surchauffer et exploser avec tout ce que je voyais et tout ce que je supposais. On lui en demandait trop au pauvre.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mar 10 Juil - 16:58


Dangers and meetings under the rain.


Habituellement, la maison était plus propre parce que tu prenais le temps de la nettoyer dès que tu avais un moment libre. Toutefois, quand vous êtes montés, il y avait un peu de terre sur le sol et une sucrière renversée dans le coin cuisine – inutile de préciser que les méfaits avaient été signés avec des empreintes de pattounes canines et/ou félines. En dehors du hall-jardin qui servait d’entrée et qui était séparé du reste de l’étage par un petit couloir et un grand rideau, cette partie du triplex était en disposition ouverte : le salon et la cuisine étaient ensemble, à peine séparés d’un petit comptoir avec des tabourets. Il y avait aussi une salle de bain complète, derrière une porte discrète – avec toilettes et douches.

Tu aurais aimé que tout soit aussi propre que tu l’avais laissé en partant au travail, mais… puisque vous aviez des animaux, c’était normal d’avoir quelques surprises, parfois. D’un geste de main, tu invitas ton aîné à faire comme chez lui, pris le balai et nettoyas autant le sucre comme la terre. Pendant ce temps, tu laissas que ton invité survole vos trouvailles et souvenirs. Une fois que tu eus fini, tu retournas dans la cuisine et profitas pour retirer ta petite robe. Cette dernière était humide te dérangeait.

Mon père est sûrement dans son laboratoire. Je pense qu’il ne tardera pas à monter, sauf s’il est occupé à faire va-savoir-quoi… Même inquiet, il perd vite la notion du temps quand il est concentré. soufflas-tu, prenant deux petites serviettes propres dans le sèche-linge.

Tu avais un débardeur et un short en lycra sous celui-ci – raison pour laquelle tu n’étais pas nue, après cela. Tu accrochas ta robe dans un coin, histoire qu’elle sèche et attachas tes cheveux, machinalement, en un chignon un peu défait. C’était une habitude difficile à effacer quand tu étais chez toi et tu n’avais pas même songé au fait que tes branchies soient plus visibles que tantôt – bien que quelques mèches cascadaient dessus, nonchalamment. Serviettes en main, tu te tournas vers l’aventurier lorsque tu perçus un mélange d’émotions difficile à identifier : surprise, étonnement, curiosité, joie, confusion ? Tu n’arrivais pas vraiment à les discerner, du moins, jusqu’à ce que tu vois ce qu’il tenait entre les mains – un des quelques artefacts atlantes que vous aviez trouvé. Celui-ci n’était pas là, d’habitude, et… puisque le cadre avec la photo de famille n’était plus là, ça voulait dire que ton père l’avait regardé, tripotant l’objet avant de partir et emporter la photo – oubliant l’artefact sur l’étagère. L’archéologue, lui, il semblait connaître l’origine de cet engin. C’était presque comme s’il avait du mal à réaliser ce qu’il avait entre les mains.

Si tu veux, je peux étendre tes habits quelque part ou les mettre au sèche-linge quelques instants. Ce n’est pas bon que tes vêtements soient humides, par cette saison. Je m’en voudrais si tu t’enrhumais… soufflas-tu, tendant la serviette à ton aîné, avant de poser la tienne sur ta tête, séchant soigneusement tes cheveux. Mon père garde ce genre d’artefacts dans son laboratoire, habituellement. Il a dû l’oublier, s’il était en train de l’étudier ou autres. Je pense que tu sais d’où ça vient, n’est-ce pas ?

Tu adressas un doux sourire au brun : le fait qu’il n’ait pas eu d’autres émotions que tu aies perçu comme étant hostiles, de l’avidité ou quelque chose du genre avait fait tomber la dernière barrière que tu avais placé entre vous : tu pouvais lui faire totalement confiance, ton instinct ne te trompait jamais – ou presque.

Je sens que je n’ai pas besoin de me cacher auprès de toi, Jack. Alors, si tu as des questions, n’hésite pas à les poser. J’ai l’impression qu’Atlantis est quelque chose qui t’intéresse et je te le dois bien, car tu m’as épargné quelques désagréments en me raccompagnant. Mais, avant cela, qu’est-ce qui te plairait de boire : chocolat chaud, café, thé, infusion, soda ou autre chose ? lui demandas-tu, t’éloignant un peu, allant de nouveau vers la cuisine, laissant que ta serviette se repose sur tes épaules. Accessoirement, si tu te poses la question : je suis métisse. Mon père est humain, mais ma mère était une atlante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 12 Juil - 9:34

Dangers and meetings under the rain
Un rire m’échappait.

"Haha ! C’est tout moi ça aussi !"

Il m’arrivait parfois, enfin très souvent, de me laisser absorber par mon travail. Mon intention pouvant vite être prise par une poterie ou une fresque, j’oubliais le monde et le temps, pendant que j’étudiais cette nouvelle pièce devant mes yeux. On me le reprochait fréquemment d’ailleurs. Imaginez que pendant un combat même, je pouvais oublier mon adversaire ou tout type de danger quand je voyais un fragment d’Histoire. Parfois, c’était drôle, parfois non. Mais allons donc me houspiller pour aimer mon travail ? On dirait bien que oui.

Feriel me proposa par la suite de me faire sécher mes vêtements. Il était vrai qu’ils avaient pas mal prit l’eau avec la pluie et la « bagarre » dans le bar. Et ce serait sans doute plus agréable de porter quelque chose de bien plus sec sur le dos.

"Tu sais, j’ai connu bien pire. La boue, des choses bien gluante, le sable et même du sang, plus d’une fois. Mes vêtements, ils ont tout connu. Mais, merci quand même."

Je lui passai donc ma veste pour qu’elle puisse sécher, laissant à l’air libre mon haut à manche courte blanc. Un peu trempé aussi, mais rien de grave. Heureusement que j’avais toute une garde-robe, souvent des doubles de ce que j’avais, car je passais mon temps à courir dans les jingles, les grottes et tombeaux. Je rampais même dans la saleté pour vous dire. Donc, si on tenait à garder constamment des vêtements nickel, il ne fallait pas faire ce genre de métier. Me salir, c’était naturel pour moi, je n’avais pas peur. Donc, cette petite douche était loin d’être la pire chose qui me soit arriver. Même, je pense qu’elle a fait du bien à mes fringues.

La conversation tourna ensuite autour de l’artefact que je tenais. Avant, dire qu’un tel objet venant du continent perdu existait et qu’on en posséder un, ferait passer pour un fou. À présent, on trouvait non seulement des fragments de structures, mais aussi des armes sur le marché noir. D’un coup, les objets atlantes pullulaient d’un peu partout dans le monde. Et plus personne n’oserait dire que l’Atlantide n’était qu’un mythe. Même l’époque où on s’en moquait semblait comme effacer de la mémoire collective des gens. Évolution des mentalités ou hypocrisie ? Je voterais pour la deux.

"Oui, je pense avoir une petite idée. Bien que je sois un peu fortiche en antiquité et diverses autres époques, c’est surtout l’Atlantide qui me fascine. Je l’étudie depuis si longtemps… J’ai même rencontrer leur roi figure toi."

On va dire que je me penchais sur le sujet depuis quelques années seulement, étudiant chaque élément bien avant qu’Arthur Curry ne vienne avec son trident à la surface. Quel choc ce fut quand on a tous découvert le peuple Atlante. Dès ce jour, le célèbre Aquaman était devenu mon héros, j’admirais presque tout chez ce gars-là au point où j’avais tout mis en œuvre pour le voir. Et bien que j’eusse quelque doute qu’un jour, nous nous recroiserions, jamais je n’oublierais cette rencontre, qui dépassa toutes mes espérances. J’étais un sacré petit veinard je sais, un vrai chanceux. Reposant l’artefact, Feriel me proposa à boire et mon choix se posa sur le café. Suivit en suite d’une jolie petite révélation.

Un rire s’échappa entre mes lèvres, et je croisais les bras sur ma poitrine, prenant appui sur la table où reposait l’objet atlante. Une demie-atlante comme notre ami Curry. J’aurais dû m’en doute. Bon après, vue le monde dans lequel nous vivions, une chose extraordinaire pouvait avoir de nombreuses origines. Le contrôle de l’eau par exemple. Après, concernant Feriel, j’aurais cru que les Atlantes n’étaient trop du genre à se mêler aux humains, à l’exception du roi des océans. Comme quoi, les peuples pouvaient se rapprocher, comme l'a toujours voulu ce dernier, et moi donc.

"J’inspire tant confiance que ça ? C’est flatteur. Y’a t’ils des questions qui ne te serais point embarrassante ?"

Je n’allais pas me jeter sur elle pour l’assommer de question, même si ma langue me brûlait pour lui en poser mille et une. Par contre, j’étais curieux de connaître son histoire, la vraie. Comme l’union de ses parents fut possible, si elle avait les mêmes dons qu’Arthur, connaissait-elle l’Atlantide etc. Toutefois, j’avais un peu peur de tomber sur un sujet qui fâche. Même la demande la plus simple pouvait provoquer la plus vive des réactions. Il fallait faire preuve de doigté.

"Est-ce que c’est pour ça que tu ne voulais pas être mouillé ? L’eau à un effet sur toi non ? Après, Aquaman il ne semble avoir le même problème, je trouve cela curieux."

Il était même possible que chaque hybride eût sa particularité. Aussi bien ses avantages que ses inconvénients. Ce qui démontrait que chaque individu était unique. Raison de plus de chercher à se comprendre les uns les autres car en apprendre plus sur l’un, aider à comprendre les autres et sois même en même temps.



©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Ven 3 Aoû - 14:36


Dangers and meetings under the rain.


Waw, ton aîné avait rencontré Aquaman en personne ! Comment était-il ? Tu étais curieuse. Tu as toujours voulu le rencontrer, toi aussi, même si rencontrer d’autres atlantes – tout court –, pourrait partiellement assouvir ta curiosité : tu n’as jamais rencontré d’autres de tes congénères, en dehors de ta mère. Tu l’avais attentivement écouté, mais ce fut le détail qui résonna le plus en toi – tout comme le fait qu’il s’intéresse à l’Atlantide. Selon toi, désormais, il y avait d’autant plus de raisons pour qu’il s’entende avec ton père. Concerné qui, à votre insu, vous observait via les nombreuses cameras qu’il avait installé dans la maison.

Laissant sécher vos vêtements, donc, tu préparas vos boissons. Tu pris une boîte métallique dans la cuisine, la posas sur le plateau avec les tasses, les cuillères, le sucre et le lait – au cas où, mais, toi tu avais mis du miel à ton thé. Une fois ceci de fait, tu posas le tout sur la table basse du salon, invitant l’archéologue à prendre place – tout en répondant à ses propos :

Je t’admire, Jack. Ma mère a été la seule atlante que j’ai connue et Dieu sait que nous avons cherché longtemps, mon père et moi. Quand Aquaman, Aqualad et les autres se sont fait connaître, je ne savais pas vraiment quoi faire. J’ai toujours été curieuse, j’avais envie de les connaître, mais… mes congénères ne sont pas faciles à contacter et j’ai du mal à concevoir le fait d’aborder des inconnus sous prétexte que nous sommes de la même espèce. expliquas-tu, t’asseyant non-loin de lui. L’un de tes chats sauta sur tes genoux et s’enroula en boule, ronronnant. D’une main distraite, tu caressas cette boule de poils, reprenant : Oui ! Et, si je ne peux pas dire que je te fais une confiance aveugle, car je ne te connais pas suffisamment, je sais que je peux te faire confiance. Je le sens, tout comme je sens ce que les autres éprouvent – humains, animaux, plantes : tout. C’est un… don, si puis-je dire. Mais cela me rend plus lunatique que je ne le suis déjà. L’empathie est à double tranchant. ajoutas-tu, avec une pointe d’humour, touillant doucement ton thé avant de boire une gorgée. C’est bon. Tu peux demander ce que tu veux, je pense. Et… oui, c’est bien à cause de mon métissage que je ne dois pas être exposée à certains volumes de liquides aqueux.

Tu posas la tasse sur la table basse avant d’ouvrir la boîte métallique. À l’intérieur, il y avait des biscuits faits-maison : au beurre, aux fruits secs, cookies, vanille, cannelle, etc. Tous soigneusement présentés dans des caissettes plissées afin de les séparer les unes des autres et qu’il y ait plus de place – sans les saveurs se mélangent. Par ce geste, tu proposais implicitement et silencieusement des douceurs à ton interlocuteur. Toi, tu pris un biscuit au thé vert et au chocolat.

Tu sais ? Il y a plusieurs genres d’atlantes, selon ma mère. Aquaman est poseidonien, paraît-il, tandis que je suis tritonienne. Contrairement à lui, je n’ai pas de jambes dans l’eau. Quand je suis mouillée, je retrouve mon apparence atlante. répondis-tu, croquant le biscuit tout en regardant le brun. Ce n’était pas explicite, mais… on pouvait se faire plusieurs idées quant à ton autre forme. Peut-être que tu le lui montreras, plus tard. Sais-tu qui est King Shark ? Il est aussi d’origine atlante, d’après ce que j’ai cru comprendre. Ma mère m’avait dit qu’il y avait des animaux humanoïdes et des créatures qui n’ont rien d’humain, à Atlantis et ses environs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 5 Aoû - 8:39

Dangers and meetings under the rain

Feriel avait installé les boissons sur une petite table basse et m’invita à la rejoindre. J’acceptais donc volontiers de prendre place et profitai de la boisson chaude qu’elle m’avait servi. Très honnêtement, j’aurais du mal à dire quelle boisson je préférais. Entre le café et le thé, mon goût changeait. Sans oublier la bière. En réalité, je pense me laisser influencer inconsciemment par les breuvages typiques qu’on m’offrait. J’en avais bu des choses, du café à la boisson la plus exotique qui soit, au cours de mes voyages. Et j’en avais survécu. D’ailleurs, pour bien comprendre un peuple étranger, enter dans sa tête, se plonger dans ses us et coutumes, rien de mieux que de voir ce qu’ils buvaient. Et puis c’était respectueux. Les gens avaient leurs habitudes, il fallait s’y adapter. On n’allait pas imposer nos goûts comme ça. Coca-Cola le faisait déjà très bien.

En revenant à notre histoire, je fus très touché en écoutant Feriel. Elle était une atlante, mais n’avait pas encore rencontré un seul de ses semblables. Le fait d’être à moitié humaine ne devait pas beaucoup aider. Pourtant, Arthur Curry était lui aussi un hybride. Si quelqu’un pouvait comprendre la serveuse, c’était bien le roi des mers. D’ailleurs, en y repensant, notre dernière rencontre s’étant plus que bien passé, il m’avait laissé, il me semblait, un moyen pour le contacter. Pas de façon directe, mais je supposais qu’il serait possible que je puisse aider Feriel, en l’aidant à le rencontrer.

"Ecoutes, si tu veux, je peux tenter de le recontacter et parler de toi. Personne ne devrait être couper des siens. Et puis, Aquaman est un chic type. Je l’adore, c’est mon héros. Je suis plus que convaincu qu’il t’aidera à son tour à voir d’autres atlantes et t’aidé aussi avec tes dons."

Sur ce sujet, Arthur Curry me semblait être un homme plus que parfait. Non hautain, respectueux, soucieux d’autrui… J’étais plus qu’heureux d’avoir constaté que je ne m’étais pas trompé sur son sujet. C’était un vrai héros lui, qui n’avait rien à voir avec Superman qui pour moi, faisait bien trop propagande américaine. Notre conversation fut par contre interrompue par l’arrivée d’un nouveau venu. Petit sourire au coin des lèvres, je me joignis à Feriel pour caresser cette boule de poil. Quand on y réfléchissait, c’était incroyable de voir comment les chats étaient aimés dans le monde et les époques. C’était surtout au moyen-âge où cela coinçait. Mais après, ils redevinrent rapidement les maîtres du monde et de nos foyers.

Pendant que je caressais cette mignonne bestiole, la fille des océans m’expliqua son don. Je fis une moue en l’écoutant. Ses explications étaient claires, mais les pouvoirs… Et bien n’en ayant jamais possédé, je ne savais pas quel effet cela faisait d’en avoir. Alors des fois, je me disais que ce serait trop dangereux d’en posséder, qu’il valait mieux rester comme le commun des mortels. Ou bien au contraire, que j’aurais adoré en avoir. Donc, il m’était quasi-impossible de comprendre la situation de Feriel.

"Et comment as-tu découvert ton don d’empathie ? Est-ce que les autres atlantes le possède aussi ?"

Quoi de mieux pour comprendre quelque chose, que de poser des questions sur le sujet. Cependant, après quelques douceurs offertes par la jeune femme, elle me parla d’un autre personnage, qui pour moi, était inconnu du bataillon. Pourtant, son nom m’était quelque peu familier. Une sorte de mélodie d’une chanson populaire, dont on n’arrivait pas à mettre un titre, des paroles et encore moins le compositeur. L’Océan regroupait tellement de vie en son sein, tellement d’habitants semblables aux Atlantes et de monstres. C’était difficile de tous se les remémoraient. Et d’après ce que m’en disait Feriel, il devait s’agir d’un ancien humain ayant muté pour ressembler à quelque chose de très singulier. Soufflant un bon coup en reposant ma tasse, cela m’énervait de ne pas reconnaître un contemporain d’Arthur. Je ne devais pas être un si bon fan que ça, finalement.

"Très franchement, ce patronyme ne me dit rien. Honte à moi. Je suppose qu’il a un lien avec les requins haha ! Qui est-ce ? Un ami d’Arthur Curry ?"

Pauvre fou que j’étais. Si seulement j’avais su, je me serais sans doute moins couvert de honte. Au moins, mon héros préféré n’eut vent d’une telle ignorance de ma part, sinon je redoutais le trident Haha !


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» Jack Kerouac - Sur la route et autres écrits
» Wolf's Rain
» JACK KIRBY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: La Ville-
Sauter vers: