Partagez | 
 

 Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Jeu 23 Nov - 18:27


Tel un linceul blanc, la neige s'étendait un peu partout dans les plaines Canadiennes. Le moindre flocon qui détrempait le sol contemplait le ciel avec un semblant de tristesse. Eux qui venaient de là haut, ne pouvaient s'avouer vaincu ; pourtant, ils le firent, les langues rougeâtres d'un sang immaculé s'étendaient sur le linceul immaculé. De sa lente descente, les courbes sanguinaires coloraient la tristesse sous les traits de la mort. Un cadavre s'enfonçait alors dans ce qui deviendrait son tombeau, sa dernière demeure. Dans le craquement sinistre de la glace, les pas de l'assassin quittaient le lieu. Une lueur psychotique, instable, bleutée, brillait dans son regard. Un sourire amusé convoyait cette folie meurtrière tandis qu'un œil arraché, dont le nerf pendait entre le pouce et l'index, se vit porté entre les dents de l'assassin. L'onomatopée ne pouvait être autrement plus atroce qu'elle ne pouvait en aucuns cas être dévoilée. La mâchoire claqua, et il dégluti, fier de sa sinistre besogne il s'en alla vers une contrée dont lui seul possédait les clefs…


***


L'insécurité n'était que grandissante tandis que le monde se mettait à partir dans tous les sens. Peu importait où nous nous trouvions, la tristesse, la souffrance, la colère s'y trouvaient aussi. Se sentant presque chez moi ici, non loin de la capitale du Canada, je ne pouvais concevoir la scène qui se présentait à moi. Les genoux pliés, les mains gantées, mon regard se posait sur le cadavre meurtri, allongé sur le sol. De ce que les inspecteurs m'avaient confié, le corps de la jeune femme avait été retrouvé quelques heures plus tôt par un couple d'adolescents. Ces derniers avaient eu la peur de leur vie – pour les citer –, en ce qui me concerne, ce n'était qu'un énième meurtre à élucider. Depuis quelques semaines déjà, un tueur en série sévissait dans les environs. Avec cette jeune femme, le nombre de victime se portait à douze. Douze corps retrouvés dans la neige hivernale, encore habillés, et ne possédant aucunes autres marques que celle d'une larme leur ayant traversé le corps de part en part. Bien entendu, la marque de l'assassin se trouvait être une nouvelle fois visible. Toujours la même manière de faire, chirurgicalement, un œil était arraché. Jamais encore je n'avais eu à observer de telles prouesses dans la manière de faire. Les légistes étaient formels, aucun objet n'avait servit à arracher l'œil, tout cela était fait à la main. Quiconque possédant ce genre de capacité pouvait devenir un danger pour le reste de l'humanité… La fumée de ma clope montait jusqu'au ciel et me réchauffait le visage, tandis que la cendre tombait dans la neige immaculée, tâchée par du sang vermeil.

Passant mes doigts sur la plaie qui ouvrait son ventre, dévoilant la majeure partie de ses intestins brûlés, j'entendis un des jeunes policiers se retourner pour vomir, petite nature… Dans le ciel, les épais nuages rajoutaient à l'ambiance des plus lugubres de la scène. Pour ma part, je venais à peine d'arriver. La route depuis Ottawa était fastidieuse et la neige ne facilitait aucunement la conduite. On avait fait appel à moi, non pas la police, ni même les membres de la Police Montée, mais les âmes qui ne pouvaient trouver le repos. Celui qui avait fait ça s'y connaissait en magie noire, à un point tel qu'il avait réussi à les empêcher d'ouvrir les portes de leur repos éternel. Ce que je vis ne me plaisait pas vraiment. Tout ce qui se trouvait à l'intérieur du corps avait été brûlé par quelque chose. Une chose que je préférais ne pas me souvenir, une chose que j'avais affrontée et qui avait failli me coûter la vie. Un démon armée d'une larme de flammes, complètement suicidaire qui prenait pour acquis les corps de ses victimes… Le plus souvent en "salissant" leurs dépouilles… Pourtant, ce ne pouvait être lui. Je l'avais personnellement renvoyé en Enfer… Et à l'heure où ma clope se voyait jetée dans la neige, il devait encore s'y trouver, les pieds brûlés par ses anciens compagnons. Et oui, nul démon n'est épargné lorsqu'il se voit être renvoyé en bas par mes soins. Jamais je n'aurais cru possible de revoir un jour une pareille cicatrice. L'arme interdite, je l'avais détruite, enfermée dans la Tour de l'Eternité par l'autre encasqué de service et retournée au néant grâce à nos magies misent en commun.

Tout portait à croire qu'il était revenu d'entre les morts – ou des enfers – pour me hanter une nouvelle fois. Examinant un peu plus précisément le corps de la jeune femme aux cheveux d'or, je constatais qu'à la différence de ses précédentes victimes, son âge se situait entre vingt et trente ans… Chose rare pour celui qui n'avait tué que quadragénaires depuis le début. Il changeait de mode opératoire. Il me fallais faire le point sur tout ce qui s'était déroulé ces dernières semaines. Je connaissais quelqu'un qui n'apprécierait que moyennement ce qu'il osait faire… Activant mon portable, je regardais plusieurs minutes l'écran sur lequel était inscrit le numéro ; avant de l'effacer et de ranger mon cellulaire dans ma poche. Le froid hivernal me mordait le visage, et le vent qui commença alors à se lever n'arrangeait en rien les choses. D'ici peu, la scène sera prise d'assaut par une multitude de journalistes, de badauds et autres curieux. Les barrières de sécurités étaient déjà misent en place, un cordon fut tiré à plusieurs mètres alentours, et, en théorie, personne ne pouvait s'approcher de la scène s'il ne faisait pas partie des services autorisés. Sauf un type en trench avait une carte magique qui l'avait fait passé pour l'inspecteur en charge de l'enquête bien entendu.

J'avais besoin d'un café, un court, noir, et sans sucres… Comme je le prenais toujours. J'avais repéré sur le chemin un marchand ambulant qui en proposait à des prix modiques. Le goût n'allait pas être des plus agréables, mais tant pis, à défaut de mieux… Un café, une clope, le paradis sur Terre. Alors que mon café me réchauffait les fondements, un des flics me rejoignit. Ce dernier, en plus d'avoir un accent Québécois horrible – même s'il était bien loin de chez lui – il me fit part de ce qu'il avait vu, ou plutôt, de ce qu'il n'avait pas vu. Pas de traces de sang en dehors de la flaque qui entourait le cadavre, de traces de combat ou quoique ce soit d'autre. La neige avait tout recouvert et même les âmes qui flottaient autour de moi ne pouvaient me renseigner. Le café possédait une aigreur désagréable, goût que je complétais par la fumée qui coulait dans mes poumons. Maintenant je devais attendre le rapport du légiste, et continuer à chercher la moindre petite trace qu'il avait pu laisser sur la scène du meurtre. Entre deux gorgées une phrase s'échappa de mes lèvres…


- Le retour du démon psychopathe… J'ignore pourquoi vous m'avez appelé… Mais je sens que je ne vais pas être seul dans cette histoire.

Le vendeur de café ambulant venait de disparaître, comme s'il n'avait jamais existé. Toute cette histoire puait la magie noire et les problèmes à plein nez. Bravo John… Tu attire toujours les emmerdes toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Sam 25 Nov - 21:32

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same ••• Bonnet en laine visé sur le crâne, au milieu de ses cheveux blanc, Rose avait passé les cinq dernières minutes accoudée au mur d'un air flegmatique, en fixant l'ordre de mission sur le smartphone légué par son père – crypté dans un émail spammé évidemment. Slade détestait les Smartphones – aisément hackable, facile à voler, encore plus à détruire – mais pour suivre sa fille dans un nouvel essai de mission, il avait eu la magnanimité de lui en fournir un, mais avec comme ordre de lui envoyer régulièrement des updates sur sa tâche. Encore plus fliquée qu'un meurtrier récidiviste avec un bracelet accroché à la cheville. Si Rose ne sautait pas au plafond devant le bijou technologique, et partageait plus ou moins sa vision sur les téléphones intelligents, elle n'était pas non plus ravie de se retrouver dans cette situation. L'appareil était crypté, bloqué, codé sur moult aspects. Des dizaines de petites énigmes laissées de ça et là, par son adorable paternel qui aimait bien se rappeler au bon souvenir de sa fille. Surtout quand il s'agissait de la taquiner en lui compliquant la tâche. Non sans un ordre de mission subtilement signé : 'ne fais rien de stupide'. Merci Papa.

Rose ne crachait pas totalement dans la soupe, tout aussi froide soit-elle. Un peu de liberté de mouvement et de solitude était loin d'être désagréable. Et c'était pas au Canada qu'elle s'était attendu d'entendre un accent anglais. À peine arrivée via un bus – assez de temps pour prendre connaissance du dossier complet – elle avait flâné jusqu'à entendre grâce à ses sens améliorés par le sérum, une conversation qui l’intéresserait. Prétextant d'être une jeune femme comme les autres, pianotant sur son téléphone avec ses gants. Mais restait, de l'autre côté du mur, l'apparition qui venait de s'évanouir devant ses yeux. Comme ça, d'un coup d'un seul. Si son paquet ne fondait pas à vu d’œil – et qu'elle n'entendait pas d'ici son père lui dire de ne pas perdre son sang froid pour 'si peu' – elle en aurait fait tombé sa cigarette dans la neige.

À la place elle leva le nez d'un air contrit et agité. Mais dans quel merdier l'avait foutu son père? Elle aurait donné son second œil qu'il savait que cette affaire n'était pas reliée à de la chiure surnaturelle. À moins qu'il était sur un contrat qui avait un rapport de près ou de loin avec la batfamily et qu'entre Charybde et Scylla, il l'avait envoyé à Léviathan. Ça lui ressemblait bien. Ou alors il voulait la voir se dépatouiller avec un mystère bizarre, pour lui faire les pieds. Il ne manquait plus qu'à elle que ça fasse propre sur son CV.

Bien, donc on a un type qui tue visiblement en arrachant un œil, et pas seulement arraché, avec un mode opératoire, et des blessures qui ressemblent à rien de connu. Rose avait passé une bonne partie de son voyage a regardé les photos envoyé, et rien des armes qu'elle avaient tenus en main ne faisait de près ou de loin ce genre de saleté. Mais devant une apparition qui s'évanouit comme les espoirs du quidam commun devant les résultats de la loterie, et d'un type qui marmonne sur les démons, Rose présentait que cette affaire allait être crissement chiante en tabernacle, comme l'aurait dit le vendeur.

Elle renifla et hissa sur son épaule son sac de voyage. Pas bien gros mais assez lourd à vu de nez, mais absolument pas pour elle. Il contenait le strict nécessaire en change, son costume, et évidemment du matériel de base. A commencé par les picouzes de sérum léguées par son paternel. Pour sept jours, ni plus ni moins. Un moyen subtil de lui donner un compte à rebours -voyage compris.

Une main sur son sac, l'autre dans la poche, Rose quitta son recoin sombre et s'approcha sans grande méfiance de l'infortuné, désormais tout seul comme un abruti avec son café dans la neige. Il y avait des dizaines de façons d'appréhender ce qu'il venait de se passer. La réaction normale aurait plutôt été de s'enfuir en hurlant tout le dictionnaire, non sans appeler un exorciste, et orner son chez soi de gousses d'ails. Rose décida que pour sauver sa couverture, autant prétendre ne rien avoir vu. Méfiance : il se passait des trucs bizarres et le type était pas plus sécurisant.

« Désolée, pas plus m'empêcher d'vous entendre... »
Vous êtes juste pas discret monsieur. Malgré son enfance passé loin d'ici, Rose pouvait se vanter d'avoir un accent américain parfait -une fantaisie de sa mère. Pas de quoi la confondre avec une autochtone du coin. Elle prétexta une nervosité difficilement contenue, en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille et en rallumant une cigarette après avoir jeté l'ancienne au sol. Officiellement elle venait de voir un truc pas franchement naturel devant son unique œil. Pas franchement de quoi rassurer n'importe qui. Elle jeta des regards nerveux autour d'eux. « Vous êtes flic? » Elle prétexta chercher des yeux celui a qui il avait causé quelques secondes plus tard.

Qui d'autre peut poser des questions pareil à un type lambda? « Et ça vous rend pas nerveux, c'qu'y s'est passé? » Elle baissa le nez croisa les bras sous son manteau prétextant se réchauffer, alors que le froid la mordait à peine. Elle attrapa son téléphone et fit mine de chercher la photo de l'infortunée tuée ce matin, une photo normale où la jeune fille arborait un charmant sourire, le genre de photo qu'on voit sur les réseaux sociaux. L'affaire n'avait pas encore fait les choux gras de la presse, mais il restait une échappatoire. « J'suis là de passage, on devait passer quelques jours ensemble avec Céline, mais... ses parents m'ont prévenu qu'elle n'était pas rentrée. Du coup je... »

Elle afficha un silence pudique. Y'avait des tas de trucs que pouvaient faire une jeune femme de dix huit ans que le mercenaire le plus terrifiant du monde ne pouvait pas faire. A commencer par jouer les ingénues émotives.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mar 12 Déc - 16:44


Putain, ce que je pouvais détester ce genre d'histoires. Ca me tombait sur le coin de la gueule sans même que le vouloir. C'était le soucis, j'avais un trop grand cœur. Et j'interdis quiconque de s'étouffer de rire quand je le dis. Même si… Je dois bien l'avouer, je ne le dis jamais. Tout en avalant mon café je faisais le point sur ce que je savais. Pas grand-chose. Aucunes traces magiques ne flottaient dans les airs, rien de rien. C'était ça qui était étrange en fait. Les démons, pour la plupart laissent une marque dans l'espace et le temps, mais lui, à la différence de ses camarades, avait pour habitude de ne rien laisser derrière lui. C'en était même devenu emmerdant à force. Toutefois, je l'avais déjà renvoyé une fois en Enfer, et rien ne m'empêchait de le faire une seconde. Sauf que pour réussir un pareil tour de force, je devais le toucher. Le temps était donc ainsi fait. On vit, on meurt, on ne prend même pas le temps de constater que le monde qui nous entoure finira un jour ou l'autre par disparaître et devenir qu'un semblant de masse visqueuse dégoûtante, de la bouffe pour les vers. Cette pensée était sinistre alors que mon regard étudiait la moindre parcelle du corps meurtri qui se trouvait encore dans la neige. A la manière d'un pantin désarticulé, la jeune femme gisait dans la neige. Voilà bien des années que j'avais lu un livre, lui-même écrit d'après un fait divers des années 30… On avait tué une prostituée qui portait le nom d'une fleur. Le sujet n'était pourtant par là, dixit les fleurs, bonjour les démons. Merde de merde ! Comment a t'il réussi à s'en sortir ? Mes réflexions furent troublées par une voix féminine. Faussée, si mes oreilles ne me trompaient pas. Une octave plus haute que ses habitudes je dirais sans trop m'avancer.

Accent américain, tenue correcte quoiqu'un peu "chaude" pour la période… Et une nervosité relativement bien contenue pour une jeune femme se trouvant à proximité du lieu d'un meurtre. Le vendeur de café, je ne dis pas… Il n'était pas très clair dans son genre, et aucun flic n'aurait fait attention à lui, qui plus est quand il est invisible pour celles et ceux n'ayant pas des attraits à tout ce qui est surnaturel, ou des capacités hors du commun. Pourtant, et outre la distance et le cordon de sécurité, cette gamine s'était pointée ici comme une fleur, avançant des niaiseries qui auraient pu servir à écrire un livre à l'eau de rose ! Oui, j'étais flic – tout du moins pour le moment – et non, je n'étais nullement nerveux. Pourquoi faire au juste ? Ce n'était pas après moi qu'il en avait, quoique… Pas directement tout du moins. Elle me fit passer son portable, un vieux truc dont je préférais éviter de me servir la plupart du temps. Sur l'écran apparu le visage que j'avais vu tuméfié, sali, meurtrit par un acte tout aussi ignoble que malsain. Une jeune femme magnifique, débordant de bonheur et de joie de vivre… Une adulte nourrie aux amphétamines et autres anti-dépresseurs comme la plupart des gosses de son âge en fait.

Les mots qu'elle prononça pouvaient attrister n'importe quel flic ayant un semblant d'empathie pour les victimes ou leurs familles. Sauf que moi je n'étais ni flic, ni empathique envers la majorité des humains. Je vivais ma vie sans forcément m'inquiéter de la portée de mes actes. Même si pour une fois, une partie de moi fini par la prendre en compassion. Très certainement le fait que Mirabaï déteint de plus en plus sur moi… Néanmoins, je restais sur mes gardes. Tout était trop simple, allait trop vite. Elle était sortie de nulle part, usant d'un prétexte tout aussi bateau que pathétique. Deux choix s'offraient donc à moi, soit je rentrais dans son jeu, faisant mine de boire ses paroles à la manière du flic lambda, soit, au risque de me faire moi-même buter, je la coiffais au poteau en lui faisant cracher le morceau directement. Ou alors, une idée me vint soudainement à l'esprit. La neige avait ce petit quelque chose que j'aimais bien, cette agréable sensation de quiétude sinistre que l'on ressent parfois dans les cimetières ou les cryptes. John Constantine, tu es un putain de connard !


- Je doute qu'elle ne rentre aujourd'hui. Ton amie n'est pas des plus… Actives, vois-tu. Suis-moi, tu vas comprendre par toi-même.

Retournant vers le corps, je fis comprendre au Mounties en place que je voulais être seul. Non sans pester, il fini par acquiescer. J'avoue, sans vergogne, y avoir été pour quelque chose en usant de mes pouvoirs sur lui. Dans quelques secondes elle se retrouverait devant son "amie". Ce serait sa réaction qui me démontrerait si oui ou non ces deux femmes se connaissaient. Voilà le troisième choix. Le fait accompli. De nombreux sentiments peuvent être aisément recréés… Mais en ce qui concerne la peur, elle les attire, les âmes déchues. Du sang s'écoulait encore par endroits et la réaction, en dehors d'un cri de stupeur, n'était autre que de se tourner pour éviter de gerber sur son "amie". Dans les airs, je dessinais un pentacle nous protégeant des potentielles âmes déchues pouvant s'approcher de nous. De l'autre main, et du bout de ma clope, je lui présentais le corps étendu dans la neige immaculée.

- La soirée costumée spéciale pirate devra attendre…

Wait & see John…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mar 19 Déc - 13:49

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same •••Qui qu'il fut, son interlocuteur fut relativement peu sensible à son discours. Pouvait-elle vraiment le blâmer? Elle la première, ça l'ennuyait profondément toute ses histoires de discrétion, de déguisement, de couverture. Elle qui brûlait de faire jouer ses poings et ses épées de façon constante, se voir ainsi les pieds et poings liés par la sacro sainte sécurité, c'était une torture insupportable, et surtout une immense perte de temps. Il aurait été tellement plus simple de le mettre hors touche à lui demander directement ce qu'était cet immense bordel. Mais voilà que devant la carte du pathos, il se mit en route pour lui montrer... le cadavre. Rose savait que la jeune fille était déjà en train de bouffer les pissenlits par la racine, mais souhaitant voir d'elle-même le cadavre, elle acquiesça et le suivit. Dans la neige.

Et le voilà qui recommence, à tracer des trucs bizarre en l'air, comme un abruti. Rose comprit rapidement que c'était pas un truc qu'elle était supposée voir, sentir, ou même deviner. Probablement comme le type qui s'était évaporé plus tôt. Ravager n'avait pas la moindre idée de pourquoi son œil valide pouvait capter ce genre de truc : elle mit ça sur le coup du sérum. Pour ça, sa nervosité n'avait pas besoin d'artifice : peu ou prou soumise au surnaturel, elle n'en savait que ce que son père avait bien voulu lui dire. La voilà prise au sein d'une affaire dont elle ignorait tout, et elle n'avait pas la moindre idée de ce que Deathstroke avait cherché en l'envoyant seule enquêter sur ce genre de truc. C'était la méthode de la jeter dans le lac en disant que ça lui apprendra à nager.

Et enfin, son amphitryon lui désigna la face atrocement mutilée de la pauvre jeune fille. Rose avait pu voir le résultat des autres cadavres mais là? Elle plissa son œil unique. Difficile de tirer un semblant de renseignement sur le bordel monstre que l'assassin avait laissé derrière lui. Et c'est là que son acolyte se permit de glisser la petite blagounette qui va avec. Pour peu que Rose soit effectivement la jeune fille qu'elle avait clamé être il y a peu, elle la plaignit : combien d'année de thérapie pour se remettre d'un traitement pareil? Elle leva son œil unique vers le grand blond, d'un air perplexe. Laissant derrière elle la couverture de la jeune fille en pleurs, pour répondre au tac-o-tac à son interlocuteur : « Avec un peu de chance on peut arriver à l'heure pour celle des trous du cul habillés en clochard. »

Et merde. C'était sorti tout seul. Tant pis pour le numéro de charme, faudra faire avec maintenant. Rose plongea sa main dans la poche intérieur de sa parka pour en sortir une cigarette, qu'elle alluma sans gêne au dessus du cadavre. Si il faisait pareil, y'avait pas de quoi se gêner. «Je savais que j'étais une actrice pitoyable, mais wow. Le mec qui a fait ça est un tordu, mais toi mon gars t'es pas bien mieux. Enfin, j'suppose que c'est ma p'tite correction pour dire des vilains mensonges. Message reçu. »

Elle tira sur sa cancéreuse en s'accroupissant devant le cadavre, cigarette légèrement en retrait pour pas foutre de la cendre partout, bien entendu. Elle fixa principalement l'orbite bien trop proprement évidée du globe oculaire. Bordel. Elle comprenait mieux pourquoi son père s'était préoccupé de cette affaire. Ça coulait tellement de source qu'elle s'en voulu immédiatement de ne pas avoir compris sur le champ. Elle regarda le reste -et c'était un bien grand mot- de la jeune fille. Si elle n'en montrait rien, l'agressivité sans pareille qu'elle avait subit avant son trépas lui retournait l'estomac. Mais dans le travail, il fallait être pragmatique. Les émotions sont des boulets au pied, il valait mieux se les foutre en écharpe si on voulait travailler à tête reposée.

« Tant que je te tiens... » Elle héla celui qui l'avait mit devant le fait accomplit, relevant son regard vers lui. « C'est quoi ces signes zarbs que t'as tracé dans l'air? » Elle désigna l'endroit où il avait tracé le pentacle d'un pouce distrait. « Non, juste histoire que je sache direct si tu me mets dans la merde ou pas. »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mer 20 Déc - 20:14


Qu'il est amusant de pouvoir marcher dans la neige, les pieds s'enfonçant dans la frêle et gracieuse poudre blanche, courir ainsi, nonchalamment, et rentrer chez soi pour se caler au coin du feu avec un chocolat chaud dans lequel flotterait une guimauve rose. Sauf que le monde n'est pas ainsi, c'est un putain de cloaque insalubre remplis de démons, de salopards et d'argent sale. Les symboles magiques protègent de certaines choses, mais pas de tout. La preuve en est qu'ils ne couvrent pas les mensonges en démontrant la vérité au grand jour, et encore heureux, sinon je ne serais pas dans la merde pour le coup ! Maintenant, alors que nous sommes arrivés devant le cadavre, je reste muet – chose rare je le conçois – tout en observant ce qui commence à s'approcher. Hum… Rien de bien méchant, quelques ombres maudites, une âme perdue ou deux, pas de quoi s'affoler. La barrière magique que j'ai créée les empêchera de s'approcher plus. Pour le moment. Ma clope se consumait et je dus bouger le bras pour éviter de faire tomber des cendres sur le corps. Quoi qu'on puisse en penser, le terme "cadavre" m'a toujours répugner. Les morts restent morts, quoiqu'on y fasse, la nécromancie c'est bien joli, mais ça n'a jamais donné de très bons résultats. La magie noire ou tout ce qui s'ensuit c'est du pareil au même ; et puis, je ne vais pas commencer à utiliser de la magie devant une pseudo-gamine mentant aussi mal qu'un politicien sous Valium. J'attendais avec patience de voir sa réaction, qui de John ou de Constantine allait avoir raison ? Celui qui pensait qu'elle gerberait sur le corps, ou l'autre, qui espérait la voir courir dans tous les sens, les bras levés au ciel, hurlant après sa pauvre mère qu'elle souhaitait la revoir ? La réponse arriverait dans 5… 4… 3…

BAM ! Le direct du droit en plein dans la mâchoire, c'est un coup qui m'envoyait dans les cordes sans même que je n'eu le temps de réagir. La minette a des griffes et des crocs dirait-on. Un clochard, voilà un adjectif que personne n'avait osé utiliser depuis des années pour parler de moi. Bravo gamine, tu viens de te griller. Mauvaise menteuse, mais grande gueule. Son œil croisa mon regard, comment avais-je fait pour ne pas remarquer ça plus tôt ? La folie, la fougue et l'intelligence brillaient dans cet œil. Autre chose s'y trouvait aussi, ce petit truc que je préférais éviter habituellement, cette pointe de folie meurtrière qui, en plus d'être dangereuse pour elle-même, l'était tout autant pour les autres. Jetant le reste de ma clope dans la neige, je fis mine de ne pas plus relever que ça. Un sourire pour lui faire savoir que je l'avais entendu, un clin d'œil pour la classe et… Mon briquet pour allumer ma clope. Dans cet ordre. J'appréciais cette petite, elle avait une classe folle, et une paire de trucs que Superslip et compagnie moulaient dans des caleçons longs colorés. La répartie dont elle me gratifia manqua de me tirer un rire sonore, sauf qu'en tant que bon vieil Anglais qui se respecte, mon flegme prit le pas sur le rire.


- Ta mère ne t'a jamais dit que mentir c'était mal ? Ce n'est pas un tordu, c'est un démon.

Ma phrase, je lui avais balancé aussi violemment que sa précédente répartie à mon égard. Elle voulait se la jouer sauvage et violente ? Ok, j'étais son homme. Désormais elle comprendrait rapidement à qui, ou plutôt à quoi elle avait à faire. Affronter des super-vilains, des types avec des collants noirs et des super-pouvoirs c'est une chose, devoir buter un démon, c'en est une autre. Même si on les butaient, ils finissaient tôt ou tard par revenir, un peu comme la syphilis… Un mois d'antibiotiques et c'était nettoyé, jusqu'à la prochaine biture dans un bar miteux d'Oxford accompagné d'une entraîneuse de second ordre. Ouais c'était bien ça, les démons, c'est pire que tout, ils sont même capables de dépasser les anges quand ils le veulent. Voilà ma grande, après les mensonges, la vérité éclate au grand jour. JE VOIS DES MORTS PARTOUT ! Non je blague, pas partout, mais presque. Elle observait le corps, moi je surveillais les environs, hum… Ca commence à s'approcher. Ils ne peuvent pas bouger, mais nous ne sommes que deux, et eux… Deux douzaines au bas mot. Petit à petit je recommençais à nourrir la saloperie qui me rongeait les poumons, de la même manière qu'elle le faisait elle aussi. Pour rajouter au désordre ambulant, elle s'adressa à moi, me posant une question des plus ironiques.

- Il n'y en a eu qu'un, et si tu veux le savoir, regarde, observe et apprends ma petite. (Après avoir remit ma clope entre mes lèvres, je plaquais mes avant-bras l'un contre l'autre devant mon visage et je prononçais quelques mots en latin, le sort était levé et les âmes errantes devinrent visible à ses yeux, heu… A son œil, pardon.) C'est plutôt pour éviter que nos camarades ne s'approchent trop. La tristesse les attire. Tu as le choix, soit tu arrive à faire le vide en toi pour te détacher de ta copine, soit ils vont venir te mordre les orteils !

A quoi bon en avoir peur, ce n'était pas mon cynisme qui leur plaisait. Qu'en avais-je à foutre des autres ? Des gens ? De l'humanité ? Si j'aidais, ce n'était pas toujours par plaisir, souvent par obligation en fait. A moins, bien entendu que je ne pense ça pour m'éviter de m'ouvrir aux autres. Abruti de psy à la manque. Voilà maintenant que je commence à me dire que les autres peuvent compter sur moi.

- Le clochard te salue, il a un connard de démon à retrouver et à renvoyer en Enfer. (Je levais le bras tout en la quittant, ma clope dirigée vers l'azur bleuté du ciel.) Le bonjour chez toi.

Bouge toi le cul ma grande… Le sort que je viens de balancer ne va pas durer ad vitam aeternam non plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Ven 22 Déc - 12:20

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same •••« Non, à la place elle prenait le thé avec la tienne, le jour où elle devait t'apprendre à causer aux nanas. Laisse moi deviner, célibataire? »

Elle tira sur sa cancéreuse avec nonchalance, même si l’appellation 'démon' lui arracha un haussement de sourcil. Non pas qu'elle pouvait se permettre d'être sceptique, pas après tout ce que son père lui avait fait lire sur le sujet. Pas après le coup du mec au café. Mais disons qu'aucun chapitre de son entraînement de l'avait préparer de près ou de loin à lutter contre... quoique ce soit. Sauf si un démon pouvait très bien se prendre un coup d'épée sur le crâne comme tout le monde. Là, tout était négociable. Ceci dit rien n'indiquait dans la mission de son père de régler le problème : tout juste se renseigner suffisamment.

Elle se releva quand il la héla pour lui demander d'observer, et à coup de tour de magie bizarre, ce furent une myriade de petites formes qui sortirent de nul part pour apparaître autour d'eux. « Ah bah merde. » laissa échapper Rose, sur le ton de celle qui vient de faire tomber son chocolat chaud. Les sens aux aguets ceci dit : pas parce que les esprits savent pas tenir une âme que c'est pas dangereux. Quand on connaît pas, on doit se méfier. Règle importante si on veut survivre dans le métier.

« La tristesse? » Répliqua cependant Ravager sans cacher un cynisme latent dans son ton. Dégoutée, répugnée, ennuyée et outrée, peut-être, mais triste? Certainement pas. « Ohlala, j'vais me retrouver envahie dis-moi. J'en ai les genoux qui tremblent. »

Elle posa néanmoins les yeux une dernière fois sur la jeune fille à ses pieds. Le visage a peine reconnaissable. Rose compris rapidement qu'elle n'arriverait pas à tirer un quelconque indice sur ce corps, la boucherie avait été trop inhumaine. Trop... démoniaque. La pauvre méritait au moins qu'on fasse la lumière sur ce qui lui était arrivé, ou du moins que quelqu'un daigne s'y intéréssait. C'était en rien dans l'ordre de mission fournie par son père, mais ça n'empêcherait pas Rose de le faire. Si il n'était pas là pour vérifier ses faits et gestes autant en profiter pour faire quelques pas de côtés. C'est précisément à ce moment là que son téléphone vibra. Comme si Slade se rappelait à elle. Elle maugréa pour voir ce qu'il lui voulait, et elle eut en plein visage les quelques dizaines d'alertes placées via les chevaux de troie de ci de là. C'était bien ce qu'elle craignait : une paire de petits malins qui en avaient après Deathstroke s'amusait déjà à faire tourner quelques sales rumeurs sur les crimes aux cadavres éborgnés, et la condition des deux derniers Wilson. À coup de fausses informations, et de rapport d'autopsie falsifié. Formidable.

Personne de malin ne tomberait dedans, mais c'était le premier pas pour ruiner la réputation de mercenaire de son père. Et ça, ce n'était pas une option envisageable.

Mais déjà son unique piste se tirait l'air de rien, et Rose, devait bien avouer n'avait pas vraiment plusieurs solutions pour avancer dans ce bordel occulte qu'elle ne connaissait absolument rien.

« Hey! Attends deux secondes! »
Fit-elle en se rattrapant à grande enjambée. En tout réalisme, il fallait avouer qu'elle avait beaucoup plus besoin de lui qu'il en aurait jamais d'elle. Le type avait l'air parfaitement à l'aise dans tout ce petit monde d'esprit, de démon et quoique ce soit d'autre. Et pour peu qu'elle en sache, il pouvait parfaitement lui raconter des salades et être le coupable -quoiqu'il n'aurait pas d’œil à récupérer sur elle. Et pour combler le tout, elle l'avait copieusement insulté il y a même pas une minute.

Bon, il avait l'air d'avoir un semblant de sens de l'humour, et de toute façon Rose n'avait pas beaucoup d'autres idées qui lui vinrent en tête.

« T'es pas complètement con, et t'as compris que j'suis sur l'affaire comme toi. T'as pas besoin d'un garde du corps pendant ta petite sauterie? J'veux dire, avec ta tête à claque tu vas forcément énerver quelqu'un à un moment ou à un autre, et j'peux t'aider gratis. » D'un geste bien placé, elle sorti vaguement une arme blanche de sa manche, pour la refaire disparaître aussi rapidement, son petit tour de magie personnel. Mais qui pouvait tout aussi bien avoir l'effet d'un pétard mouillé, elle le savait. Ne sachant pas s'arrêter quand il le fallait, elle le désigna de ses deux index. « Je suis même sûre que j'peux t'aider pour cet affreux trenchcoat. Histoire tu sais... d'avoir moins l'air d'un clochard. »

Bravo Rose, très subtil.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Jeu 11 Jan - 18:23


Putain ce qu'il faisait froid ici quand même. C'en était presque admirable. Le Canada. Pays de cinglés. Le fils attardé de la mère France et du père USA. A croire que les pires idées, donnent les pires enfances… Bien heureusement que le froid n'avait pas autant d'emprise sur moi que ce qu'on pouvait penser. La flotte, le "fog" je ne dis pas. Mais la neige… Quelle idée à la con. Sans même me retourner je continuais de marcher dans la neige. Les âmes errantes devaient s'approcher de la borgne aux cheveux gris et de sa "copine". Après bon, ce n'est pas comme si elle pouvait craindre quelque chose. Tout ce que je lui avais dit n'était rien d'autre qu'un ramassis de foutaises et autres conneries dont j'avais le secret. Ce n'était que des apparitions habituelles dans un endroit habituel. Ce qui m'agaçait un peu par contre, c'était l'autre empaffé qui avait disparu sans laisser de traces. Se la jouer vendeur de café pour rien d'autre que le plaisir de me faire tourner en rond… Quelle idée stupide. Mon temps était précieux. Trop de cadavres sur les bras, un démon en liberté, et maintenant une menteuse accrochée aux jambes. Sacrée début de semaine John. Son ironie non contenue m'arracha un sourire amusé. Juste assez longtemps pour me faire ralentir et tirer plusieurs bouffées sur ma clope.

Qu'allait-elle faire ? Se la jouer sans peurs ni reproches, c'était bon pour la Team Superslip & co… Elle était de la même trempe que moi, celle de ceux qui n'en ont rien à faire de l'humanité, que le monde soit en ruines ou non. Ou tout du moins, qui croient dur comme fer que c'est le cas. Ouais, un putain de cœur de glace qui mériterait d'être jeté au feu pour y faire griller des saucisses. A peine quelques secondes plus tard elle se planta dans le sol, à la manière d'un piquet, m'empêchant d'avancer et me balançant une nouvelle fournée de conneries toutes plus grosses les unes que les autres. Une garde du corps ? Mais tu es épaisse comme une brindille ma jolie ! Retourne plutôt danser sur une estrade devant des vieux pervers libidineux et laisse faire les adultes… Voilà la phrase que j'aurais du lui balancer. Pourtant je n'en fis rien. L'aura qui l'entourait brillait d'une lueur sombre. Ca me rappelait quelque chose, ou quelqu'un. Mais dire qui exactement… Impossible. Mais, pourquoi s'en prenait-elle à mon trench ? C'était la classe les trench-coats ! Rien à voir avec des slips sur les collants. Sans compter que le sang de démon, ça coule plus facilement dessus. Car oui, le sang de démon, ça tache !


- Laisse donc ma tenue comme elle est gamine. Une garde du corps ? Tu penses être à la hauteur ? Vraiment ? (Je lui posais la main sur la tête, en signe de défi.) Pourquoi pas. Ca m'évitera de me faire casser le nez une énième fois, et si ça se trouve, tu pourrais même m'être d'une toute autre utilité quand tout cela sera terminé. Au fait, j'aime faire chier mon monde, c'est… Comment dire… Mon passe-temps favori.

Les choses se feraient en temps et en heure. Nous n'avions, d'ailleurs, qu'assez peu de temps. De ce que j'en avais apprit, notre cher ami démoniaque avait eu le plaisir de réduire la durée qu'il mettait entre deux meurtres. Il ne frappait pourtant pas au hasard. Tout démon qu'il était, ses réactions suivaient toujours une logique, potentiellement considérée comme psychotique, voir même chaotique, mais tout cela restait logique. Maintenant, il nous restait à savoir quelle était la sienne. Et pourquoi de jeunes filles… La vision d'un rituel ancestral me vint à l'esprit. Une injure glissa hors de mes lèvres alors que mes yeux s'écarquillèrent. Faire revenir un démon est une chose, mais se décider pour une merde comme un Hécatonchire… Là par contre ça sentait plus que mauvais ! Cents têtes et cents bras. Voilà de quoi faire trembler n'importe quelle star du porno !

Elle voulait m'être utile alors ? Elle le serait. Mais pas comme ça. Combattre une chose qui nous était invisible n'était pas une chose facile, tout aussi puissante prétendait-elle être. Où l'avais-je encore mit ? Pas dans cette poche, ni celle-ci… Voilà ! Une chaîne argentée s'extirpa d'une de mes poches intérieures, et, accrochée à cette dernière, la breloque noire aux reflets bleutés que m'avait confié la gamine. Avec ça autour du cou, elle pourrait voir ce qui ne l'est pas pour le commun des mortels. Je la lui tendis, ajoutant un sourire des plus amusé sur le visage.


- Bienvenue dans mon monde ma grande. Tu vas voir, c'est plein de méchants démons et de dangereux monstres. Tu vas adorer !

Comme je le pensais, le temps nous faisait défaut. La prochaine étape était simple. Nous devions nous rendre à la morgue pour étudier les autres corps mutilés. La porte nous serait rapidement ouverte. Et puis, si nous avions le moindre soucis, j'avais une garde du corps désormais !

* *
*

La morgue. Du carrelage blanc du sol au plafond. Des néons qui éclairait la pièce, des frigos dans les murs, des cadavres allongés. Un véritable supermarché de la vente d'organes en libre-service. Quelle joie de me retrouver ici – douce ironie –, l'odeur des produits et les scalpels brillants. La décoration parfaite pour un démon psychopathe. Malheureusement pour nous, notre nouvel ami – celui après lequel nous courrions – ne se trouvait pas ici. Quand aux vigiles et à la police, personne ne viendrait nous poser la moindre question. Qui s'inquiéterait de voir le coroner et une infirmière en civile dans une morgue ? Personne, voyons.


- Il faut qu'on trouve les corps qui ont étés mutilés. Le souci est qu'on a environ deux douzaines de frigos à ouvrir avant de trouver les bons. On fait un pari, celui qui en trouve le plus, paie un café à l'autre ! Ca te va ?

Liant le geste à la parole, je m'approchais du frigo le plus proche et l'ouvrit en espérant y trouver le premier corps… Sans succès… J'espérais que ma garde du corps serait encore moins chanceuse ! Elle savait ce qu'on cherchait. Mais pas encore les raisons…

- Tu devrais mettre ton nouveau collier. Je dis ça comme ça mais… Il pourrait t'être utile. Ah oui, j'ai oublié de te dire. Appelle-moi Tonton John. Comme tu es censée être ma garde du corps, autant me montrer un certain respect n'est-ce pas ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mar 16 Jan - 0:10

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same ••• La sacro-sainte patoune paternaliste sur la tête. Encore ça pouvait être digérable pour la jeune fille, quoique résister à l'envie de mordre dedans comme un hamster enragé fut un tantinet compliqué. C'était toujours moins compliqué de se voir donner des leçons par un type en trenchcoat. Sérieusement. Y'en a qui ne devrait même pas avoir le droit de parler dans ce genre de situation. Deathstroke devrait lui donner des leçons de style : l'armure et le costard, y'a que ça de vrai. Mais Monsieur Je-vois-des-gens-morts accepta sa proposition, probablement pour avoir une nouvelle occasion de se payer sa poire. Pas grave : C'était de bonne guerre. Par contre, 'une toute autre utilité'? Rose fronça le nez, quoiqu'il a en tête il avait intérêt à ne plus y penser vite fait.

« Sans déconner. » Qu'elle répondit platement quand il argua que faire chier était son passe-temps préféré. Quelle surprise. Heureusement qu'il a la bienséance de prévenir : Il aurait au moins fallut Interpol, le FBI, Sherlock Holmes et Batman sur l'affaire pour s'en rendre compte, tiens. Elle retira rapidement la main envahissante tranquillement posée sur son crâne pour intimer Trenchy de ne pas prendre ses aises avec elle. Rapidement il lui tendit une breloque. Un collier, qu'elle regarda d'un air perplexe avant de le prendre en main. Rose n'était pas spécialement habituée aux présents, encore moins aux bijoux, et surtout, vu tout le bordel surnaturel qui se passait autour d'elle depuis tout à l'heure, il aurait pu tout aussi bien lui tendre un cobra sifflant. Elle enfonça donc le bijou dans sa poche avant de rajuster son sac sur son épaule et de prendre sa suite.

Son nouvel acolyte était avare d'explications : des cadavres à la morgue et pas plus de choses à savoir. On aurait dit un jeu de piste morbide histoire de passer le temps. Il fallait probablement les analyser, mais comment on fait ça pour ce genre d'affaire avec des 'méchants démons et des dangereux monstres' ? En revanche, Trenchy n'est pas muet quand il s'agit de déballer des conneries. Ça tombe bien, car Rose n'a pas sa langue dans sa poche non plus. Elle haussa un sourcil à sa requête du sobriquet. Désignant son propre visage avec un geste circulaire du poignet elle commenta sans gêne : « T'es sérieux? Je suis pas un peu trop vieille pour tes délires chelous de pédophile? » lâche-t-elle avant de retourner vers un des frigos pour commencer sa recherche aussi. Mauvais pioche. Bon, tant pis.

Elle jeta un œil à la chaîne qui lui avait jeté plus tôt quand il lui conseilla vivement de la mettre sur le champ. « Moi j'veux bien, mais ça fait quoi ton truc? T'es sympa hein, mais je te protège déjà gratis, j'vais pas jouer à Jacques-à-dit toute la journée. » Elle le mit pourtant, après tout, hein, c'était juste un collier. Ça pouvait faire quoi de méchant, un collier? Bordel, qu'est-ce qu'elle détestait marcher à l'aveuglette comme ça. Elle réfléchirait à deux fois de se plaindre de Slade et de ses petits secrets, au moins il avait la décence de gérer des trucs qui sortaient pas de la bible ou d'un conte de fées ridicule. Et en plus ça n'avait pas le moindre sens pour Rose, de près ou de loin. Elle vivait peut-être dans un pays de bigots qui étaient assez débiles pour dire qu'ils croient en Dieu sur leur putain de billet, mais il serait un peu stupide d'oublier que la jeune fille avait été élevée par des Bouddhistes.

« Et donc, on cherche des trucs pour identifier ton copain c'est ça? Un truc assez taré pour attaquer des cibles d'âges assez différents, toujours avec même méthode et qui prend la peine de retirer un œil avec une précision inhumaine. » Elle haussa les épaules. « Ouais j'ai bouquiné un chouïa avant de venir dans ce trou perdu, je suis pas débile à ce... Ok j'en ai trouvé un. » Fit elle devant la seconde victime lacérée comme la pauvre fille qui devait à peine être tirée hors de la neige.

Elle allait ouvrir la bouche pour y aller d'un énième commentaire sarcastique quand une voix féminine résonna non loin d'elle.

« Vous faites quoi ici, vous deux? »

Une dame de la sécurité d'un certain âge, que Rose avait entendu arriver de loin avec sa démarche lourde et patibulaire, fixait du regard les deux malotrus qui avaient pourtant prit la peine de passer par l’accueil pour mentir comme des arracheurs de dents. Et pendant qu'elle était prise en tenaille par cette femme, l'autre en profitait probablement pour avancer sur leur petit pari. Mais pourtant Rose ne pouvait pas s'empêcher de perdre son temps en se montrant profondément hilarante.

« Ça se voit pas? Je change les literies. » Elle jeta l’œil autour d'eux. « Je me disais aussi qu'il était vraiment moche cet hôtel. » Sans surprise, la femme en face d'elle fronça les sourcils et ne rigola absolument pas. Mauvais public. Elle était sur le point de mettre en route son vieux talkie pour prévenir dieu-sait-qui, quand Rose intervint à nouveau : « Plus sérieusement, j'assiste le Coroner ici présent, pour une de ses enquêtes. On est juste là pour une inspection rapide. »

« Ça fait vingt ans que je travaille ici, et je ne vous ai jamais vu dans le coin. » Regard qui passe de l'un à l'autre. « Je sais pas quel baratin vous avez raconté à l'entrée, mais vous m'avez plutôt l'air de pilleurs de cadavre. »

Elle ignorait vraiment quel 'baratin' ils avaient utilisés en effet : c'est Mr SixiemeSens qui s'en était chargé. Rose, elle, se massa le crâne avec l'envie d'exploser celui de son interlocutrice avec un pied de biche. Non sans un long silence significatif elle pointa un index devant le corps gelé et peu ragoûtant qu'elle venait d'exposer : « Ils sont littéralement tous à poil! On est sensés pillés quoi ici? On a l'air assez crétin pour venir en plein jour tirer leurs organes, pépère ? »

Rien à faire, elle refusa de lui lâcher la grappe. Et pendant ce temps l'autre devait déjà rêver du café qu'il prendrait à ses frais. Putain de mission. Rose se surprit à espérer au moins qu'elle se tourne et qu'elle puisse être assommée en bonne et dû forme, avant qu'elle n'alerte toute la morgue avec ces conneries. Ou au moins qu'elle menace juste de sortir la matraque pour avoir une bonne raison de lui refaire sa chirurgie du nez avec le plat de sa chaussure.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mer 17 Jan - 17:21


Cette gamine me vendait du rêve. Littéralement. J'adorais sa répartie, presque autant que son fessier. Bon, je veux bien avouer que le côté pirate de la demoiselle me laissait un peu perplexe. Mais qui suis-je pour juger autrui ? Peut importait tout ce qu'elle pouvait me dire, je restais toujours moi-même. Tant qu'à déplaire à quelqu'un, autant que ce soit pour une bonne raison. Comme celle d'être moi, John Constantine. Mais par contre, nos recherches s'avéraient des moins fructueuses que les vannes qui passaient de l'un à l'autre. Merde. C'est elle qui trouva le premier cadavre mutilé. Tant pis, un pari était un pari. A moi les prochains ! Jamais je ne paierai de café à cette pirate d'opérette. Ce qui était bien quand on faisait de la fouille de cadavre dans une morgue, était qu'on n'était pas dérangé par le voisinage. Tout était insonorisé, "personne ne vous entendra hurler" aurait du se trouver au dessus de la porte d'entrée, à la place du panneau lumineux "EXIT". Ou mieux encore, un texte comme sur la porte des Enfers. Ca ferait tout un effet des plus sympathiques. Alors oui, mon cerveau passait d'une idée saugrenue à une autre alors que je fouillais les frigos. Niet. Rien du tout. Toujours rien. Pas le moindre corps. Un sandwich poulet crudités ? Le repas du légiste. Merci mon gars, j'avais un creux. Ma décision était prise, dès qu'elle aurait le dos tourné, j'échangerais de mur. Mes frigos ne donnaient rien.

Les portes s'ouvrirent. Dévoilant un pas lourd, boitant légèrement sur le pied gauche, et, d'instinct – et un peu aussi avec ce parfum ignoble acheté à la superette du coin – je devinais que nous avions à faire à une femme d'un certain âge. Avec les jeunes c'était simple. Quelques mots prononcés avec l'accent Anglais, un sourire en coin, et le tour était joué. Pour les plus vieilles… Non merci. Moi, gérontophile ? Non merci. Dans mon dos, je sentais que la tension commençait à monter. Ah les femmes ! Toujours à se taper dessus pour un rien. Tonton John à la rescousse. D'un mouvement du bras, je repoussais mon trench vers l'arrière et soutirais ma carte magique de ma poche. Usée jusqu'à la corde, je m'en étais déjà bien servi. Je n'avais pas que ce tour dans mes manches ; pourtant, je préférais garder l'autre manière de faire en second recours. La fonctionnaire ne me paru pas totalement dénuée de bons sentiments. Elle faisait son boulot, voilà tout. Trouver une femme avec un cache-œil, accompagnée par un "type louche" – pour citer la pirate –, effectivement, ça étonnait. Pas d'accent Canadien mal fait, ni même de fioritures inutiles. Elle désirait des réponses. J'allais les lui donner.


- Madame. Mon nom est John, je suis exorciste, Maître des Arts Occultes, et hypnotiseur à mes heures perdues. Voici ma carte de visite. (De ma carte magique, je fis un mouvement de main et elle se changea en cette dite carte.) Comme vous pouvez le constater. Nous ne sommes pas des pilleurs de cadavre, bien au contraire.

Faisant le tour de la table qui me séparait d'elles, non sans continuer à plonger mon regard dans celui de la gardienne, je m'octroyais un petit plaisir innocent en glissant ma main sur l'avant-bras de ma très chère congénère du jour. Une légère vague de magie passa entre nous, activant de cette manière son collier. Désormais, elle verrait ce qui n'était pas visible par les "non-initiés". Pour tout dire, et comme j'aime être précis sur certains points. Elle pouvait désormais percevoir les âmes qui pleuraient devant leurs corps allongés, maintenus dans un état plus que convenable par le froid. Dans le court laps de temps qui nous restait avant que la gardienne ne finisse par nous mettre dehors avec pertes et fracas nous devions trouver la première victime, et convaincre l'âme de nous suivre… Ce qui n'était pas chose aisée. Les âmes, ce n'est pas comme les fantômes. Ces derniers sont conscient de leur état, pas elles.

- Le sang, les organes humains, tout ça… Je ne suis pas du genre à aimer ça. Mais je suis Anglais. Donc les repas étranges, par contre, j'aime ça. Est-ce que vous aimeriez venir avec moi manger un morceau de ces soirs ? Non pas que vous me plaisiez vraiment, mais c'est que je cherche un moyen rapide de me débarrasser de vous en fait. Vous comprenez ?

N'importe qui d'autre se serait arraché les cheveux en entendant mes paroles. Même si elle faisait tout pour se la jouer façon "Batman", avec son regard sombre et son semblant de flegme, je percevais une pointe d'inquiétude. Etait-je fou ? Nullement. Car nous le sommes tous. A une différence près que moi, en mon âme et conscience, je le sais. La gardienne tomba dans mon piège, si je puis dire, le sort d'hypnose l'aida à quitter la pièce sans rien ajouter. Son talkie-walkie raccroché à sa ceinture, elle nous quitta avec un petit sourire satisfait sur les lèvres. Ne jamais quitter le regard de son sujet, jamais. Dans sa tête, elle se voyait courtisée, presque adulée par un jeune homme. Ce soir par contre, elle serait seule à sa table au milieu du restaurant de la Truffe Dorée. Avais-je le moindre remord ? Non.

- Bon, maintenant que ça c'est réglé, et ne me remercie pas. As-tu trouvé nos petits amis ? Celui qu'on cherche, ou celle qu'on cherche pour être précis, se trouve être la moins perdue de toutes. Jolie mais pas trop, borgne juste ce qu'il faut… Elle fut, comment dire ça poliment, le brouillon de l'autre psychopathe.

J'entendais des pleurs, des plaintes de souffrance et quelques râles d'agonie. Nous n'avions plus beaucoup de temps devant nous. Affronter des démons c'était pas un soucis. Mais devoir me retrouver nez à nez avec l'autre empaffé de cornu… Très peu pour moi, surtout avec l'autre minette à mes côtés. Je n'avais peur de lui, pas plus que lui de moi. Nos liens étaient… Une putain de haine pleine d'inimitié avec une violente envie de me trucider après ce que je lui avais fait. C'était ça. De son vivant, un de ceux qui se trouvait ici, pacte à l'appuis, eu la bonne – ou stupide – idée d'échanger son âme pour telle ou telle chose. Me tournant vers ma garde du corps, douce ironie, je l'interrogeais du regard. Qu'en était-il de sa discussion avec l'âme en question ? Ce n'est pas que j'étais vraiment pressé mais… Notre temps était compté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Dim 21 Jan - 15:29

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same ••• Tellement d'informations en même temps, et aucune qui n'avait le moindre sens. On aurait dit un Disney ridicule et mal écrit. Entre les démons dont elle n'en avait vu ni la queue ni les cornes, des cadavres en charpies, de l'humour déplacé et un mastodonte avec des seins, Rose regrettait presque les missions soporifiques de son père. Presque. Il fallait pas abuser non plus. John, puisque c'était son nom visiblement, s'approcha pour faire son numéro de charme, sous un sourcil relevé de la jeune fille -était-ce vraiment le moment de faire ça. Mais c'était moins surprenant que quand son acolyte se permit de passer sa main sur son bras. Rose commença à ouvrir la bouche pour lui dire avec virulence de garder ses sales pattes de Rosbif pour lui, quand elle dut retenir un hoquet pour ne pas faire face au visage spectral et tuméfié de la victime dont elle avait découvert le corps quelques minutes auparavant. La pauvresse la regardait en hoquetant, reniflant et avec des sanglots plein la gorge. Comme une humaine. Sauf qu'elle était plus vraiment vivante à première vue.

La vision eut assez de quoi rendre Rose éberluée une bonne minute : le temps pour Trenchy de finir d'organiser son rendez-vous galant de ce soir, quoique la mercenaire ne suivit même plus la conversation -et de toute façon elle serait mal placée pour jugée les goûts et les couleurs. Elle sursauta légèrement quand il lui adressa la parole après ce bref interlude en lui expliquant plus spécifiquement ce qu'ils cherchaient. Bordel : C'était pas trop tôt.

« Tu fais le plan petit à petit, ou c'est vraiment juste ta passion de perdre du temps sans raison? »


Elle resta coite un moment : mal à l'aise devant la jeune fille au visage salement défiguré, à l’orbite vide qui n'avait cessé de la fixer pour une raison qu'elle avait du mal à identifier. Elle se tourna vers John, pour se rendre compte qu'il venait de reporter son regard sur elle. Elle prit un air incompris contrit en objectant :

« Quoi c'est à moi de...? Oh bordel... » Qu'elle marmonne en laissant ses deux bras retomber platement, avant de faire une paire de pas pour se rapprocher du spectre. Mais pourquoi c'était à elle de faire la causette avec des esprits? C'était pas genre, son travail, l'exorciste maître des arts occultes et mon cul sur la commode? Elle avait déjà du mal à tenir une conversation banale un minimum polie sans avoir l'air gauche, ou sans avoir l'air de faire du pied. Et allez faire du pied à une morte, qu'on se marre deux minutes.

Elle était en train de se demander quelle était la meilleure ouverture pour discuter avec quelqu'un qui venait d'être assassiné avec barbarie -et c'était rien de le dire vu l'état lamentable de la pauvresse- quand l’intéressée entre deux hoquets, lui articula avec peine une petite question à peine soufflée :

« Il... t'a eu, toi aussi? »

Rose cligna de l’œil sans comprendre. « Hein? Oh. » Elle tapota son cache-oeil, venant de comprendre  l'allusion. « Non ça c'est... » comment dire ça poliment? « ...Une grosse connerie. Mais rien de méchant. » Voilà, bien résumé 'je me suis planté une lame dans la mirette jusqu'à la garde parce que j'étais défoncée. '

Alors récapitulons : dans l'ensemble difficile de donner un âge à cette femme, mais elle avait probablement été jolie autrefois. Au milieu du désert de charpie de son visage on pouvait apercevoir des traits charmants, si on y faisait grande attention. Et vu le reste du corps bien plus massacré que celui de la jeune fille retrouvée plus tôt dans la neige, Rose tenta sa chance : C'était peut-être l'objet de leur recherche.

Ok, cool. Mais pourquoi faire? Trenchy-je-parle-en-énigme n'avait pas été plus éloquent que ça. Si ça se trouve John savait déjà l'identité du coupable, et voilà que l'esprit recommençait à sangloter. De peine ou de douleur, Rose l'ignorait, mais le bruit était tout simplement insupportable.

« Mais je vais le trouver et l'arrêter. » Non Rose. Ça n'a jamais été prévu. Absolument jamais. Et pourtant elle comptait bien le faire : un truc pareil dans la nature c'était non seulement mauvais pour les affaires, et en plus  tellement de meurtre de bonne femme laissé comme ça. C'était sûrement mauvais pour le karma. Rose était titillée par un mauvais sentiment désagréable de justice à faire payer au centuple. Elle n'avait pas l'habitude et c'était loin d'être agréable.

« Doooonc... » qu'elle continua, impatiente et sincèrement lessivée de tout ce bordel magique. « Si tu pouvais... m'aider? Pour commencer, tu sais qui, enfin... quoi, t'as mit dans un état pareil?»

On demande quoi à un esprit quand on court après un démon? Un nom, un portrait robot, un numéro de SECU, une carte d'abonnement à Tim Hortons? Elle se tourna vers John, le regard entre l’accusation silencieuse et la supplication de lui venir en aide fissa. Elle espérait qu'au moins le gusse se marrait bien devant le spectacle pitoyable d'une profane qui se retrouve à faire la causette à une âme en pleurs au dessus de son cadavre.
Tant pis : de toute façon c'est à lui de lui payer un café.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Lun 22 Jan - 17:49


La magie, cette salope ventripotente qui nous nargue, nous autres apprentis de toute sa splendeur du haut de son trône d'or et d'airain. Voilà comment je percevais ce que j'utilisais jour après jour. Pourtant, je ne pouvais m'empêcher de m'en servir, de faire appel à elle. Et ce, pour plusieurs raisons. Principalement, car elle me permettait de faire un peu près tout ce que j'avais envie, ou m'évitais de faire ce qui me faisais copieusement chier. Comme par exemple, parler à des esprits meurtris par tel ou tel démon à la con. En ce qui concernait l'autre cornu, c'en était bien autrement. Lui, j'en faisais une affaire personnelle. La gamine qui m'accompagnait n'était ni de taille, ni dans la possibilité de l'affronter. Si j'aurais perçu sa trace sur le lieu du meurtre, elle serait repartie avec une sucette en forme de souris et une tape sur la tête. Je connaissais notre "ami borgne". Pourtant, une chose persistait dans les ténèbres, quel était son hôte. Aucune idée, aucune trace ne me permettait d'en savoir plus, et encore moins d'en connaître la moindre petite parcelle. C'en était frustrant. En parlant d'elle, à ce que j'en vis, elle venait d'entrer en pleine conversation avec l'âme errante de la première victime.

La journée fut longue, alors autant profiter des tables vides pour s'allonger un peu. Ce qui je fis sans même avoir la moindre gêne. Quand il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir dit-on. Une clope, le regard fixé sur le plafond, j'entendais les pleurs depuis que nous étions entrés dans la morgue. Ca puait le meurtre de masse à plein nez. Tous les cadavres se trouvant ici avaient connus une mort atroce, brûlée vive pour l'une, écrasé par un camion pour un autre… Un suicidé d'un autre côté, et même un noyé par la mafia locale. Sympathique spectacle qui s'offrait à mes yeux. Une lueur dansait sur le plafond, exécutant un cercle concentrique qui disparaissait lorsque la fumée de ma clope la touchait. Les portes de l'autre monde sont impénétrables pour les âmes qui ont encore une chose à faire sur Terre. C'est ce qu'on disait.

Lèvres pincées, l'oreille tendue, l'échange de paroles entre deux sanglots me confirma ce que je pensais. La jeune femme, ou plutôt son âme, n'en savait pas plus que nous. Son bourreau avait fait les choses plus rapidement que pour sa dernière victime. Dixit la technique chirurgicale, bonjour le carnage à la machette. Lorsqu'elle passa à côté de moi, je tendis la main, et, l'entourant de la fumée de ma clope, je lui offris la Paix qu'elle espérait pour pouvoir enfin quitter ce monde.


- Que ton sommeil te soit délicat, et que tes songes t'amènent auprès des êtres qui te sont chers. La Paix réside dans l'acceptation de ta mort, et non dans le rejet de ton existence. Pars en Paix. Ton âme est désormais libre.

Je savais que ce que j'avais fait allait changer du tout au tout ma garde du corps. Mais je m'en fichais. Pour tout dire, il fallait bien qu'à un moment ou un autre elle sache de quoi j'étais capable. Et surtout à quel point sa présence, et sa volonté de me protéger, étaient ironiques. Repliant le bras, je tirais plusieurs bouffées sur ma clope. La question resta en suspend. Nous ne pouvions pas la garder plus longtemps ici. Sa souffrance n'aurait pas tardée à nous envahir et la folie se serait fait un malin plaisir de nous submerger, jusqu'aux confins de notre volonté, nous poussant – dans le meilleur des cas – au suicide. Sa Paix était plus importante que nos réponses. Outch ! Ce que ces tables en métal pouvaient être inconfortables quand même.

- Elle ignore de qui il s'agit. Elle ne l'a pas vu. Cet enfoiré est capable de prendre le visage de n'importe qui. Un être cher, un abruti de passage, une star de cinéma… N'importe qui. (Les jambes pendantes sur le rebord de la table, je me frottais les yeux avant de reprendre.) Alastor, le bourreau infernal. Voilà son nom. C'est un vrai psychopathe, à côté de lui, Hannibal Lecter passerait pour un ours en peluche.

N'ayant plus rien à faire ici. Je sautais de la table, et me dirigeait vers les portes. Mon sort d'hypnose n'allait pas durer ad vitam æternam non plus, et donc, nous devions disparaître assez rapidement de la morgue. En chemin, je suis exposais ce que je savais sur lui. Il prenait plaisir à traumatiser ses victimes, des âmes déchues en exécutant le verdict de son cornu de patron. Son arme de prédilection n'étant autre qu'une dague, de nombreuses questions trouvaient réponses. Sauf une. Qui était son hôte ? Tandis que nous arrivions dehors, passant ainsi la dernière porte qui nous retenait dans les limbes de la morgue, une voix que je n'avais plus entendue depuis très longtemps m'interpella. Les cheveux noirs ébène, la tenue de Mountie et le corbeau sur l'épaule… Il me tendit un dossier, ajoutant un "pour te remercier du passé" ; avant de repartir sur son cheval. La scène aurait pu passer pour étrange, voir même pour magique, mais nous étions au Canada. Pays de la Police Montée !

Pas besoin de poser de questions sur comment il avait fait pour savoir que j'étais ici, son piaf avait dut le lui dire. Entre magiciens, on se connaît et on se sent… Dans un silence respectueux, je la dirigeais vers un café. Un pari était un pari, je l'avais perdu, alors je tiendrais parole. Quelques minutes plus tard nous étions assit autour d'une table de bois vernis, dans un bar où l'enseigne m'avait donnée plus envie de fuir que d'entrer : "Au Castor Ambitieux"… Intrigué par le dossier, je fini pas l'ouvrir. HELL ! Posé sur la table, entre nous, je le retournais et plaça mon doigt sur le visage massacré et borgne de l'hôte d'Alastor.


- Voilà donc notre "hôte". Southside. Ca ne m'étonne même pas que son choix se soit porté sur lui… Entre psychopathes ils doivent bien s'entendre. Maintenant, un autre souci se pose. Où se trouve t'il, je doute qu'il réponde à une petite annonce du genre "duo de comique recherche vilain psychopathe possédé par le démon" ; avec en prime ton numéro de portable… J'aurais bien une autre idée. Mais tu devras payer de ta personne.

Sourire carnassier, clope entre les doigts, regard un tantinet libidineux. Le trio gagnant pour lui faire comprendre que la prochaine étape serait d'aller à la pèche au super vilain. Mais ça ne serait pas avant quelques jours, avant ça, il me fallait fouiller un peu plus, renvoyer un démon en enfer, ça ne se faisait pas en un claquement de doigts. Encore moins lorsque ce dernier se trouvait être un proche de l'autre cornu. Tirant sur ma clope, je réfléchissais à la meilleure méthode à utiliser. J'avais une seule crainte. Qu'elle ne se fasse emporter en Enfer. Une fois m'avait suffit.

- Encore une chose. Comme tu es ma garde du corps, tu devras agir comme tel en temps voulu. Pense à ta copine et à ta promesse. Les âmes se souviennent toujours d'une parole, bien plus que les vivants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Ven 26 Jan - 17:11

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same •••« Je n'sais pas, je n'sais paaaas... » Gémit encore et toujours l'âme en peine. Qu'importe les questions que Rose peut poser : ce qu'elle faisait, où étaient-ils, lui faisait-il penser à quelqu'un? Si il ne l'avait pas vu, l'avait-il assommé par derrière avant de la lacérer sur le devant comme un chaton sur un fauteuil en cuir de daim ? Était-elle encore en vie quand son œil lui a été retiré, avait-elle vu l'outil utilisé pour une opération si précise ? Elle ne sait pas, elle geint, pleure, et pleure encore, qu'elle ne sait pas et qu'elle n'a rien vu.

Même l'esprit combatif de Rose renonce : aucune question un tant soit peu pragmatique et réaliste ne fonctionne. Elle s'en doutait déjà fortement : il lui aurait fallut être stupide ou être atteinte d'un sévère Syndrome de Scully au stade terminal pour nier tout ce qui s'était passé depuis qu'elle avait posé le pied dans cette affaire bizarre. Force était de constater qu'elle n'avait pas la moindre idée de quoi faire dans cette situation. Disons le franchement : elle ne servait absolument à rien. Et plus cette âme se plaint, pleure et gémit, à grand renfort de sanglots et de hoquets étranglés, plus Rose se sentait mal. Pourtant les sanglots de femmes, elle y était habituée. 'Sweet Lily' feu sa mère, savait les gérer d'une main de fer, avec empathie mais fermeté. C'était pour Rose, aussi habituel que les coups de feu. Mais ici... c'était bizarrement insoutenable. Toute la tristesse, la peur et l'incompréhension de la morte lui arrivait dessus avec la violence d'un crochet du droit de Superman.

Rose se frottait les tempes en grimaçant : le bruit des pleurs devenait définitivement gérable, et la cambodgienne se sentait au bord de l'implosion. À deux doigts de lui hurler de fermer sa grande gueule spectrale pour ne pas se mettre à pleurer à son tour sur son sort, par réflexe ses deux mains sur posèrent sur ses oreilles, sinon elle aurait était capable de se taper la tête contre un de frigo dans l'espoir futile que ça s'arrête. Plus jamais elle ne voulait causer à un esprit de sa vie : ça chiale, ça ronchonne et ça fait pas avancer le schmilblick d'un iota. Fort heureusement pour Rose: John se pointa et avec un tour de magie, la jeune femme put enfin reposer en paix, ou au pire : aller chialer ailleurs.

Elle se massait les tempes avec un air contrit et lessivé quand il s'épancha en explication. Ceci dit c'était peut-être la première fois depuis le début qu'il avait enfin la bienséance de lui expliquer un truc, alors Rose ne l'interrompit pas. « Hmm, je suppose qu'Alastor n'a pas de compte LinkedIn, ou un smartphone avec gooogle map pour le traquer... Tant mieux, hein, ça serait dommage que d'un coup ça soit aussi simple.» Fit-elle, même pas sur le ton de la plaisanterie, en se frottant l’œil avec le poing. Elle était presque sûre que ce sale traître était un peu humide un plus.

Ceci dit, 'Tonton' n'avait qu'une parole visiblement et la traîna dans un café pour qu'elle puisse reposer son esprit avec un breuvage noir comme les ténèbres de son esprit face à cette nouvelle menace.
Du moins c'était probablement là où ils se dirigeaient quand, sorti de nul part, un nouveau copain à Johnny, un type de la police monté, avec un corbeau de compagnie, lui tendant un dossier avec le plus grand naturel du monde.

Ok. C'était peut-être la chose la plus normale qu'elle ait vu de la journée, et pourtant c'était bel et bien le point de non retour pour elle. John réceptionna le dossier, avec la nonchalance de celui qui fait ça tout les jours, sans se poser la moindre question. Rose, elle, resta deux pas derrière eux, l’œil unique exorbité, les bras à demi tenu, l'air de demander tout à coup le sens de la vie, qui est venu en premier de l’œuf ou de la poule, quel genre de cursus scolaire un type peut prendre pour finir par faire ce genre de transaction, et si à dix-huit ans c'était trop tard pour une reconversion. Le corbeau penché sur l'épaule de l'inconnu, la regarda, l'air de se demander autant qu'elle se qu'elle pouvait bien faire ici, et ils disparurent tout les deux sans plus de cérémonie.

« Mais que... » Elle laissa retomber ses bras en roulant des yeux, et finalement trancha : « ...Ouais, en fait laisse tomber. » Rien de plus à dire. Non franchement : rien. Admettons que ça soit normal, c'était ce qui lui réussirait le mieux ici.

Bordel, c'était pas déjà assez les mercenaires, les moult ennemis de son père, les assassins, et les justiciers, fallait en plus se frotter à des démons. Ceci dit ça avait l'air un peu moins difficile à affronter des esprits qui chouinent. Et pour cause, il y avait un hôte! Un type, un humain quoi. Ça, c'était facile à tabasser. Elle regarda la face d'assassin qui découperait père et mère pour un magazine porno, lui et sa gueule de borgne. Et c'était franchement insultant. Slade était peut-être pas plus fréquentable, mais il était carrément plus agréable à regarder. Et ne parlons pas d'elle.

« Oh la vache, regarde moi ça. On dirait le chiard de Jeffrey Dahmer et Josef Mengele. »


Mais honnêtement, Rose ne tenu pas beaucoup sur son siège. Encore moins quand il lui affirma qu'elle aurait un rôle à jouer dans cette histoire, moment précis où son regard s'éclaira. Certes, cela promettait peut-être le pire pour elle. Mais pour le pire? Elle signerait volontiers sur le champ. Le Sérum le demandait.

« Ok, John. » Fit-elle en posant sa tasse sur le bois laqué de leur table, après avoir écouté le peu d'explication qu'il voulu bien lui donner. « J'ai compris que ton truc c'était le magicien-clochard un peu cool qui cause en énigme, et loiiiin de moi l'idée de casser ton trip mais... »

La serveuse se mit à hurler, visiblement un charmant polisson était en train de courir vers la sortie – sans payé. Probablement un touriste : aucun canadien ne volerait de façon aussi grotesque, juste un café en plus, franchement... tant de foin pour si peu.

Par pur réflexe, sans même regarder la cible, elle envoya son café brûlant dans la figure du fieffé voleur, qui stoppa net sa course non sans une exclamation de douleur. Elle acheva son œuvre par un croche pied qui lui fit embrasser le sol, tout en essayant de regarder si il restait au moins une gorgé de café dans sa tasse sacrifiée pour la cause – trop de bonté la perdra.

« Enfin un truc de normal dans ce pays. » Soupira-t-elle avec soulagement, en écrasant la nuque du type de sa lourde botte pendant que la serveuse appelait la police. « Bref, comme je disais : t'as un plan pour moi; parfait. Tu veux le garder à demi secret; c'est cool pour toi. Mais si l'impro c'est vaguement 85 % de mon travail, j'ai besoin d'un minimum de préparation. En résumé, le plus clairement possible : je dois faire quoi? » Elle leva cependant une main catégorique :  « Et je te préviens, si il s'agit de vendre mon âme ou ma... » Elle posa un silence, comprenant soudainement l'allusion dont il venait de faire preuve, sans oublier son répugnant duo 'sourire et jeux de sourcil'. « Oh non. » souffle-t-elle devant la soudaine réalisation qui lui fit autant plaisir que de marcher sur les charbons ardents.

Elle leva sa tasse avec une mine sombre, pour recevoir le refill tant mérité après son action héroïque. Et avant celle à venir. En espérant qu'il soit dilué dans le xanax. Il lui faudrait au moins ça pour tenir.

« Qui te dit que ça l’intéressera de toute façon? Il me manque déjà un œil. »
Point important, au demeurant.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Ven 2 Fév - 14:29


J'aimais l'ambiguïté qui émanait de ma personne, j'appréciais les actes pseudo héroïque de certains, mais par-dessus tout, j'appréciais avec un petite d'humour enfantin la manière dont elle ralenti le type qui tentait de quitter le café sans payer. Chose rare pour les Canadiens, eux qui étaient connus pour posséder un sens aigu de la droiture. Certes, ils ne l'étaient pas tous, certains passaient pour être de parfaits abrutis, ou somme toute, de parfaits américains. L'ego surdimensionné en moins. Le vol plané se termina sur le sol carrelé, et sans même y prêter attention je continuais d'écouter les propos de ma garde du corps. Une description pareille me concernant m'aurais très certainement fait serrer la mâchoire il y a quelques années auparavant. Mais, avec le recul, elle n'avait pas totalement tort. Peut importe la manière dont les gens peuvent me percevoir, ce n'était pas comme si j'en avais quoique ce soit à faire. Observant dehors, je m'aperçu que la neige tombait à nouveau, merde, ça risquait de poser quelques soucis d'ordre pratique. S'il y avait la moindre possibilité de retrouver des traces sur les lieux des précédents meurtres, outre ceux perpétrés en intérieur bien sûr, je doute que le reste ne soit utilisable.

Tel un linceul immaculé désormais tâché de sang, je constatais que la neige avait perdue de sa splendeur, de blanche, elle tombait grisâtre. Le voile qui étendait ses bras vers les cieux me fit réfléchir à de nombreuses manières de faire, de réagir et d'agir surtout. J'entendais à peine ses paroles, plongé dans mes pensées, mon cerveau filtrait ce que mes oreilles entendaient. Le silence alentour, troublé par les sirènes de la police canadienne venant chercher le fuyard, disparu sans même que je ne m'en rende compte. Trop de choses troublaient mon esprit. Les âmes errantes glissaient sur les routes, et encore un peu, et la ville serait bientôt infestée de zombies et de démons rampants… D'ailleurs en parlant d'eux…


- Ton œil c'est juste une question de vision des choses. Le cœur ne perçois que très rarement ce que le regard observe. Notre ami n'ayant pas de cœur, ou pas dans le sens où on l'entend, il ne fera pas la différence avec ça.

Un tour de passe-passe plus tard, et l'illusion mise en place, je tirais sur son cache-œil, dévoilant une abominable cicatrice. Pirate un jour, pirate toujours. La cicatrice disparue presque instantanément. Un coup ne tarderait pas à me percuter le visage, mais ce n'était que secondaire. Elle s'était retrouvée à mes côtés, donc elle devait agir comme je le lui disais. Cet œil n'était pas réel, il n'était qu'illusion. Pour n'importe qui la croisant, ce dernier serait là, mouvant, existant, sauf pour elle et moi. Nous seuls connaissions la vérité. Même l'autre psychopathe n'y verrait que du feu. Ironique pour un démon.

- Je me fiche complètement de savoir si ça peut l'intéresser ou non ma grande. Tu es ce qu'il cherche, point. (Je m'allumais une clope, encore, et sans même relever les yeux, je continuais de parler.) Un démon est un démon, peu sont ceux qui réfléchissent. Attention, la majorité est très loin d'être stupide. Le monde dans lequel tu viens de mettre les pieds est bien différent de celui que tu connais. Oublie les poney et autres arcs-en-ciel multicolores.

Quelque chose attira mon attention. Une odeur. Une putain d'odeur de merde que je connaissais que trop bien. Certains poisons possédaient des arômes d'amandes, mais là, ça venait de dehors… Comme si un volcan venait d'entrer dans une rage folle, non de… Mon regard se tourna vers la fenêtre et, d'un mouvement rapide, je tirais ma garde du corps sous la table. Du souffre, des démons, et autre chose de bien trop gros pour l'affronter s'approchait de nous. Il fallait faire profil bas durant quelques jours. A croire que mon passage dans la morgue les avait attirés. Ils venaient pour moi. Pas pour elle, non. Juste pour ce bon vieux Constantine. Avais-je peur ? Non. Mais emmerder l'autre cornu passait encore. Sauf qu'eux… Ils étaient quatre. Et pas du genre à avoir envie de rire.

Partir. Partir vite. Très vite ! File John Constantine ! File plus vite que le vent, plus vite que les démons qui ont une folle envie de t'arracher les couilles pour s'en faire des bilboquets ! Cours putain ! Voilà ce que je me répétais intérieurement alors que nous longions les murs, passant de rues en rues. Cette espèce de simulacre de course poursuite se termina devant un hôtel à la sortie de la ville. Si tant est que de se planquer dans un motel en bord d'autoroute puisse être considéré comme la sortie de la ville bien entendu. Il fallait que je me fasse oublier quelques jours, s'ils me tombaient dessus, j'étais mal, et quand à elle… Une seule innocente suffisait. Jamais je ne me pardonnerais de sa disparition.

* *
*

Trois jours s'écoulèrent durant lesquels je ne sortis pas une minute du motel, observant par la fenêtre, à travers la semi opacité des rideaux, les allées et venues des quatre comparses. Au moins, ils avaient échangés leurs chevaux contre des motos, et une fois n'est pas coutume. Ces derniers jours, nous avions pu mettre nos idées en commun, le plan prenait place. L'endroit était choisi, parfait, d'ici peu j'irais pour y préparer l'invocation. Néanmoins, je me perdais encore face à une chose, son nom. Trois jours durant, ni elle ni moi n'avions mit ce point sur le tapis. C'est con à dire mais… J'en avais besoin pour le sort… Et puis… Loin s'en faut que… Je commençais à m'attacher à cette gamine. La mort l'entourait, et elle puait la vengeance à plein nez. C'était… Amusant. Tirant ma clope, je me tournais vers elle, les pieds sur la table basse, affalé dans ma chaise, m'y balançant sur deux pieds.


- Au fait gamine, c'est quoi ton prénom ? Et pas celui que tu donne comme ça, le vrai…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Ven 16 Fév - 20:48

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same •••« Non, mon œil c'est une question de NON vision des choses. » Se permit-elle de corriger avec un sarcasme teinté de dubitation. Trop occupée par la vision des sirènes, elle ne le vit pas se permettre de lui retirer son cache œil, parfaitement à l'aise. Non seulement toutes les alarmes de son espace personnels se mirent à chanter les cœurs de l'armée rouge, mais en plus savoir cette partie particulièrement repoussante de son anatomie exposée sans pudeur à la vue du monde lui fit instantanément voire rouge. Le souvenir de son automutilation était encore récent et l'avait suffisamment marqué au fer rouge pour qu'elle insiste pour que son œil en moins soit non subtilement dissimulé au monde. Alors bien sûr un cache-oeil était on ne peut plus visible, mais c'était bien son unique solution, tout du moins la seule qui la mettait un tant soit peu à l'aise. Alors effectivement, ses phalanges ne tardèrent pas à rencontrer le nez de Tonton John dans une salutation expéditive, alors que son café rencontra également la main du malotru. Plaisir d'offrir.

La scène n'échappa pas aux personnes présentes, les regards glissèrent du type qui se faisait menotter et embarquer -de façon bizarrement calme pour tout américain- à eux, le duo atypique où l'une venait de défigurer l'autre sans autre forme de procès. Mais absolument personne n'avait les yeux rivés sur son œil absent. Rose resta pantoise quelques secondes le temps de comprendre qu'un de ses tours de passe-passe avait eu raison de la vision d'autrui, et que même en tapotant la cicatrice bien présente, elle avait l'air juste d'une fille passablement bizarre qui se trifouillait le globe oculaire l'air de rien.

« Je demanderai bien c'est quoi ce bordel... » Commença-t-elle alors qu'il venait de finir son discours, quand bien même elle ignorait quelle allure elle pouvait lui donner, pour qu'il imagine que les poneys et les arcs en ciel soit son quotidien. « ...mais aucune réponse ne me conviendra. »

Conclue-t-elle alors que John a cessé de s’intéresser à elle, pour regarder quelque chose dehors. Déjà pas bien coloré, Tonton devint sans préavis parfaitement livide, et la mandale qu'elle lui avait retourné n'avait rien à voir avec ça. Il avait précisément la tête de celui qui vient d'apprendre que le prix du tabac va quintupler. Son visage se tourna vers la fenêtre et Rose suivit son regard, et tout aussi peu sensible à tout ce qu'il pouvait foutre dans son petit univers démoniaque, quelque chose dans l'air attira ses sens augmentés par le sérum. Difficile de savoir d'où ça venait. C'était soudainement oppressant, brûlant, dangereux et proche. Malgré la ligne qu'elle avait tracé à coup de poing entre John et son espace vital, elle ne se fit pas prier pour le rejoindre sous la table quand il l'empoigna violemment pour le rejoindre.

Rapidement, le sang gorgé d'adrénaline afflue à ses veines et se mit à battre dans ses tempes avec violence. Les dents plantées dans les lèvres inférieurs, quoi qui était en train de s'approcher, elle le savait : elle ne pouvait pas l'affronter. Pas aujourd'hui, pas comme ça. Tonton avait son plan, et quoi qu'il soit, Ravager avait un rôle précis à y jouer. Elle devait se résoudre que pour l'heure, la seule chose à faire, c'était de garder ses mains dans ses poches, en rêvant à un peu d'action corsée plus tard. Alors soit : elle attendrait. Et pour l'heure, ses talents furent de première utilité pour fuir. Une prouesse qu'elle omettrait sagement de mettre dans son CV.

***

Trois jours. Trois looooongs jours où le Sérum n'était en rien utile pour supporter les divagations surnaturelles de Constantine. Au contraire, l'adrénaline lui donnait de sévères envie de castagnes dignes de ce nom, et le fin fond du Canada n'est en rien comparable avec Gotham et ses quartiers où il suffit de se promener cinq minutes dans la rue pour trouver une tête à claque qui demandait qu'à finir sur le pavé avec trois dents en moins. À l'entendre parler de démon toute la sainte journée, Rose était à une phalange de se faire baptisée, puis de se tirer une balle pour foncer droit en enfer pour enfin avoir le plaisir d'avoir un buffet à volonté de créature démoniaque à dézinguer. Certes un fantasme, mais au moins une douce pensée dans cet endroit froid, désert et désagréable, avec comme unique compagnon, une gueule de con pareille. Au moins il refusait de quitter sa chambre -fort heureusement ils n'avaient pas la même- ce qui lui donnait plusieurs heures de répits par jour pour sortir. Elle avait cependant remit le cache-oeil à sa place. Sort d'illusion ou pas, elle détestait juste la sensation de l'air qui fricote avec son œil béant. Rien que d'y penser l'énervait prodigieusement.

Elle leva le nez de la cigarette qu'elle était en train d'allumer quand il lui adressa la parole. Il avait l'air vraiment fier comme un paon pour un type terrorisé à l'idée de mettre un pied dehors. Tout énervement dût au sérum, Tonton était un type marrant. Chiant comme la pluie, encore plus enigmatique que son daron, et insupportable, mais marrant.

« Aaaah ouais, y'a ça. » marmonnait Rose, qui se rendit piteusement compte que ça faisait en effet trois jours que ses noms oscillaient entre 'Gamine' et 'Pirate'. Elle haussa les épaules, ne voyant pas l'intérêt de parler de son prénom hmong, bien qu'elle savait à quoi il faisait référence. « Tu peux m'appeler Rose. » Fit elle en s'approchant de la fenêtre en collant sa cigarette entre ses lèvres.

Elle lui désigna la table avec moult dossiers qui ressemblait vaguement à un espèce de plan qu'ils avaient laborieusement organisés. Elle commençait à y voir un semblant clair dans ce merdier mais c'était loin d'être de l'eau de roche. « Ça fait combien de temps que tu t'amuse à... faire tes trucs de magiciens là? C'est lucratif comme affaire? » Elle croisa les bras avec nonchalance, l'épaule appuyée sur le mur. « 'Fin clairement : y'a des gens qui te payent pour ça? »
Alors certes, on la payait pour des affaires relativement louches, mais tout de même un tantinet réaliste. Elle avait du mal à imaginer quiconque ouvrir volontairement son portefeuille pour une sombre affaire de possession démoniaque. Quoique les gens sont tellement cons...

« Tant qu'on discute, tu veux qu'on passe quand aux choses sérieuses? C'est peut-être ton trip de prendre racine, mais ouais... désolée papy mais j'suis un peu trop jeune pour rester dans ma chambre à faire des mots croisés. »


Probablement une des rares fois où elle était en train de sourire depuis qu'elle avait mit le pied dans ce gigantesques piège à con.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mer 14 Mar - 15:12


Le temps était passé aussi lentement que je le craignais. Ces quatre abrutis n'avaient pas perdu leur patience légendaire, ils tournaient et retournaient encore et encore, suivant mon odeur comme une meute de loups affamés. Sauf que pour eux, je n'étais que du menu fretin, ils avaient autre chose en tête. L'autre psychopathe ? Oulah ! Si c'était le cas, alors toute cette histoire ne tarderait pas à partir dans tous les sens. Non sans que je puisse craindre quoique ce soit, c'est juste que ces types ne soient pas là pour faire beau. Dixit les mecs se promenant sur des poneys maléfiques, aujourd'hui, ils font dans la moto customisée aux couleurs de l'Enfer. Chaînes, crochets, flammes, la totale en fait. Mais maintenant, ils étaient partis. Enfin ! Devrais-je plutôt dire. Ce qui m'agaçait, fut autre que le temps perdu, les informations reçues par le poste de télé qui se trouvait dans ma chambre avaient fait office de lien avec l'extérieur. Deux nouveaux meurtres en trois jours. Etrange, il semblait vouloir accélérer la cadence. De plus, en jetant un œil sur le simulacre de plan que nous avions mit en place, je me rendis compte d'une chose des plus importantes. Le nombre d'or. L'âge de toutes ces femmes correspondait à ce dernier, moins un dernier. En espérant que cette Rose aux pétales de sang soit de cet âge, sinon nous étions salement dans la merde. Pour faire court, le plan était simple, elle sortait, il la sentait ; de là, elle le dirigeait dans un endroit au calme, je balançais un sort, et pouf, je rentre chez moi avec un démon de moins sur les bras. Néanmoins, ce n'était que la version "optimiste" de ce bordel. Avec ma chance légendaire et mon instinct autodestructeur, ça tournerait au vinaigre.

Nous n'avions guère beaucoup échangé sur nous, en dehors de la base de notre plan bien sûr. Cela étant, lorsqu'elle me parla, me posant quelques questions sur ce que je faisais, je ne pu retenir un haussement de sourcil étonné. Trop de questions en une seule fois. Depuis quand s'enquérait elle de ce que je faisais de mes journées ? Tirant ma clope d'entre mes lèvres, je créais plusieurs cercles de fumées. Ma chaise retomba sur ses pieds, mes talons claquèrent sur le sol et, l'œil brillant, le sourire amusé, je commençais ma tirade habituelle sur qui j'étais. Ô que mon histoire était triste, un père alcoolique qui me battait, une mère absente, une femme qui m'avait viré de la maison, une fille préférant une bestiole verte et malodorante à son propre géniteur, puis tout ce qui fait bien "guimauve" dans une vie. La vie sous le placard, la peur du grand vilain curé, les potes, la drogue, la baise, les mecs, les femmes, les bastons, la mort, l'autre Cornu, Maggie Marzena… Bref. Je lui étendait une vie totalement stupide et, pourtant, assez proche de la mienne. Dans les grandes lignes… Les très grandes lignes.


- Si c'était lucratif tu crois vraiment que je perdrais mon temps ici ? La magie, la sorcellerie, le Vaudou… Tout ça, c'est loin d'être un film, une idée superbe avec un chapeau qui parle. C'est une merde sans nom. Tu vois tes potes crever à tour de bras, tu vois les gens que tu aimes te fuir, et même l'alcool et la drogue ne t'aident pas à oublier ma grande. Même la plus parfaite des femmes ne te le permettra jamais. (Je tirais plusieurs bouffées avant de reprendre, la voix plus grave que jamais.) La magie, c'est la mort de l'âme. Le Diable ne s'habille pas en Prada, Rose… Il porte un manteau fait avec un morceau de peau de tous les abrutis qui ont osé user de la magie. J'ai un morceau de peau du cul en moins comme preuve ! Tu veux voir ?

Comment rester sérieux plus de cinq minutes ? Je l'ignore, et cette question, je me la pose un peu plus chaque jour. Sans trouver de réponse. Le faire, ce n'est pas moi. L'ironie, c'est ma barque sur ce fleuve de merde et de larmes. Si jamais j'arrête de ramer, je coule et je claque. Ce n'est pas franchement le moment pour partir dans un délire traumatisant. Non, on a un plan, un démon à chasser. Et très peu de temps. Trop peu. Alors maintenant, place à l'action, à l'exorcisme. Dans ma tête, j'imaginais la scène. Tout était simple, efficace, propre. Elle s'occupait de l'hôte, moi du démon. A distance, je prononçais une nouvelle fois le sort que je lui avais jeté dans le café. Derrière son cache-œil se trouvait désormais un globe oculaire parfaite, magnifique, innocent. Voilà ce que cherchait Alastor, la pureté des femmes, le nombre d'or tel que décrit par la Vénus de Milo. Mon trench quitta le dossier de la chaise, se retrouvant dans le même mouvement sur mes épaules, et passant à côté de Rose, laissant les dossiers en tas sur la table, je me dirigeais vers la porte. Nous avions du chemin à faire.

- A défaut de mots croisés, tu aurais du venir dans ma chambre. Je t'aurais montré comment t'occuper

Voilà qui était dit. Une bonne pique, juste pour l'agacer assez pour la mettre en colère. Ce sentiment attirait les démons, ça et son semblant de pureté.

* *
*

Après avoir loué une voiture – dont le volant se trouvait à gauche – nous nous étions rendus dans une ville proche. La prochaine qui, d'après mes calculs se verrait devenir le terrain de chasse de notre cible. Alastor, Southside, peut importait son nom. Petit à petit, nous avions mit les choses en place. Un bar miteux dans lequel se retrouvait tous les jeunes du coin, tenu par une caricature de bûcheron canadien avec sa chemise rouge à carreaux et sa barbe brune ; je fis comprendre à Rose de prendre place au bar, et, comme convenu, de jouer de ses charmes jusqu'à trouver notre "ami". Alastor était connu pour ses capacités de beau parleur, de métamorphe et de charmeur. Mon sort eu, en dehors du fait de lui permettre de retirer son cache-œil, celui de lui permettre de voir au-delà de l'être humain. Ainsi, le démon se distinguerait de la masse habituelle. Faisant comme si de rien n'était, et fumant clope sur clope, envoyant chier ceux qui avaient l'idée de m'en demander une, mes pas me dirigèrent vers un parking particulièrement bien éclairé. Sous un tout autre contexte je me serais amusé à briser quelques ampoules, jetant dessus des cailloux ramassés ça et là, mais pas ce soir. La lumière serait mon alliée. Au boulot John… Traçant sur le sol les symboles qui ouvriraient les portes des enfers, je sifflotais, amusé tout autant que concentré.

Soudain, la présence démoniaque se fit plus intense, plus proche… Il arrivait. Rose… C'était à toi de faire ce qu'il fallait pour qu'il te suive jusqu'ici. Dans mon for intérieur j'espérais une chose, vraiment, ne pas la perdre. Si l'hôte se retrouvait en Enfer, alors tant pis, cela ferait un assassin de moins sur Terre… Mais Rose, en dehors du fait qu'elle sentait autant la mort et la souffrance d'autrui que moi, avait ce petit quelque chose de touchant. Pas de rédemption pour ceux qui se fiche de leurs actes, pas plus que pour les fous ou les suicidaires. Petit Rose aux pétales de sang, ne fait pas n'importe quoi. Debout, au centre du cercle magique, j'attendais, calmement, m'allumant une clope.


- Vu son caractère, elle va lui en mettre une dans la gueule avant de l'amener ici. Du moment qu'il ne fiche pas le camp… Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre.

Quand il me verrait, sa volonté de me tuer prendra le dessus sur celle de s'occuper du cas de Rose… Je n'aurais donc pas beaucoup de temps pour agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
avatar
The Ravager
Messages : 150 Age du joueur : 26 Crédits : avatar : peanutonthegrass Sign : 2981 12289 0 + tumblr Batarangs : 4500

Feuille de personnage
Nom de Code: The Ravager
Multi-Comptes: Lucifer, Cassandra Cain
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Ven 23 Mar - 4:11

Le linceul immaculé, désormais tâché de sang
This man understands that existence and adversity are one and the same •••Alors certes, Rose avait demandé un semblant d'explication pour un choix de carrière on-ne-peut-plus atipque. Voire même un CV si ça l'amusait. Une biographie complète? Non. Elle se retrouva à écouter malgré elle une vie chargée en magie, conneries diverses et accidents de parcours, dépit post coucheries... proprement fantasque et presque déplacé. Rose ne l'interrompit pourtant pas. Si au début hébétée par cette avalanche d'informations non voulue, elle fut ensuite septique, et puis se prêta au jeu, finissant affalée sur la table, joue enfoncée dans son poing, à écouter sans rien dire 'tonton' causer de sa triste existence. Et chargée : la vache! Qu'il en avait, des choses à baver. Et c'était pas rien de le dire. Ça pleurnichait pas pourtant, c'était presque détaché et cynique. En même temps, mieux vaut ça qu'il se mette à chialer sans préavis. Elle détesterait avoir à consoler un mec pareil. D'ailleurs elle n'y arriverait pas. La dernière fois qu'elle avait tenté, elle était pétée comme un coing, encore engourdie par un karaoké. Pas certaine qu'elle réussisse à nouveau l'exercice alors qu'elle était déjà d'une humeur de hyène à cause de son traitement des derniers jours, alors compatir... sa vie à elle était peut-être pas aussi chargée, mais elle était pas bien plus rose. Au moins le type avait des choses à raconter, elle n'était même pas sûre d'arriver à ce mérite.

Et enfin : ce putain de ton paternaliste à deux dollars. Ils ont quoi, tous, à lui raconter des grandes leçons de vie? Magie ou pas, c'est probablement peu ou prou le même traquenard sordide dans lequel ils s'embourbaient tous. Elle répliqua juste une chose à sa longue diatribe qui empestait la solitude et le donage de leçon d'un type trop blessé pour ne pas arrêter d'être cynique.

« Si tu penses que crever la gueule ouverte et seul comme un con c'est uniquement réservé aux gens qui font mumuse avec la magie, c'est que t'es le dernier des abrutis, et que tu devrais sortir ta tête du cul de démon où tu l'as foutu. »


Okey, des trucs surnaturels, admettons : c'est moche. Mais quand la propre famille de ton daron vient pour te descendre toi et ta mère, pour des raisons aussi illogiques que pathétique, ça s'appelle comment? Quand t'as crevée, littéralement crevée, y'a un an pour les mêmes raison et que ton daron te tire des enfers et que t'es condamnée à obéir au doigt et à l’œil à ton propre père qui te drogue pour ta survie, et que c'est le seul à te fournir ta came, c'est ça cette vie paisible sans esprit vengeur collé au cul? Quand le seul mec que t'as jamais voulu t'as envoyé chier pour la raison que vous êtes -strictement- pareils, pile après que vous ayez foutus le feu à un building comme des gros psycho, c'est ça les poney et les arc en ciel dont il causait tout le temps? Devoir tenir compagnie à la solitude parce que personne d'un tant soit peu sain d'esprit refuserait d'approcher une gamine qui ne survit qu'à l'adrénaline c'est être bien à l'abri des démons ça? Et qu'en est-il des siens? Ils font peut être pas 4 mètres avec des cornes, mais ils restaient cruellement palpables et réels.

Quelque chose qu'il n'avait pas l'air de comprendre, parce que comme tout les autres, il pensait en savoir plus qu'elle, et que tous s'imaginait immensément supérieurs à elle. Et elle savait qu'au final, c'était sûrement la vérité. L'humiliation était pire de jour en jour, et elle savait que malgré tout ses souhaits, jamais son père ne la laisserait crever. Parce qu'il était trop fier pour ça, pour un énième échec. Elle devait porter le rôle de l'homme de paille, et d'être le miroir d'une pathétique réussite. Parce que l'honneur du paternel Wilson vallait plus que sa santé mentale. Et que l'Égo de Tonton John valait plus que regarder dans son œil valide et d'y voir d'autres démons que ceux qu'il chassait. Et elle n'avait de toute façon rien espérer.

« Raaah, ta gueule. » Réplique-t-elle à sa dernière réplique indécente, avec un mouvement d'humeur en écrasant sa cigarette dans le cendrier qui portait le poids de trois jours d'enfermement et de réflexion. Le plus insultant soit qu'il s'imagine pouvoir tenir face à une meta humaine.

Ils étaient tous à la queue leuleu à lui cracher à la gueule leur méprit en faisant passer ça pour de la bienveillance. De son daron à Constantine, c'était la même chose, encore et encore. Elle se vit violence pour pas le conchier sur le champ.

Parce qu'elle a promit quelque chose à une morte.

***
La voilà en place pour le plan. Elle avait même fait l'effort d'aller acheter une robe pour l'occasion. Un truc noir, sobre, avec des collants pour prétendre en avoir quelque chose à foutre de la neige du pays. Son œil meurtri à l'air libre la démangeait affreusement, et devoir faire semblant de rien, même  avec le sort d'illusion, était de loin le pire. Ouais. Même pire que d'être une pute à démon. Parce que prenons pas de gants : ce soir c'était bel et bien son unique rôle. Attiré ce trou du cul avec un sinistre guet append, aussi peu subtile qu'efficace. C'était pas un problème pour une jeune femme qui a été élevé dans un bordel, ça en restait toujours autant dégradant. Pas sur la forme : sur le fond.  Ravager la mercenaire, dont la seule utilité de toute cette affaire aura été d'être une traînée pour créature obscure. Pire expérience à mettre sur un CV. Félicitation Rose, que ce soit ta mère ou ton père, c'est toujours du pire dont tu hérites.

Des jeunes la regardèrent en biais, un peu suspects face à cette nouvelle que personne n'a jamais vu dans le coin. Faut dire que ça attire pas beaucoup les touristes cet endroit, et que généralement c'était pas une fille toute seule de son âge. Rose ne dit rien, a l'habitude, et surtout en a rien à cirer. Bien que pour une fois, ce n'était pas pour son œil en moins qu'on la dévisageait. Un changement pas plus appréciable que ça. Le barman lui, ne lui demande rien : même pas sa carte d'identité pour lui servir sa bière. La soirée est calme, l'endroit est un peu cradingue et vétuste, mais l'ambiance est plutôt sympa. La musique aussi : une playlist youtube des années 80 : la même qu'elle mettait pour traîner chez elle en slip.

Mais la gueule de borgne psychopathe fini par se traîner dans le coin aussi. Posé au comptoir tout comme elle, commande sa pinte l'air de rien, alors que son regard traîne un peu partout, s'attarde sur elle. Il prétend s’intéresser un moment à son smartphone quand Rose, elle, fait mine de rien. Elle fixe les murs, et colle ses mirettes dans ceux d'une blondasse non loin, à peine plus jeune qu'elle, qui se croit discrète au point de scruter les gens sans se faire remarquer. La jeune fille bats des cils, rosit et recolle les yeux dans son soda avec gêne. Ah. Fausse alerte : la blonde avait juste un crush. Dommage qu'elle soit en mission. Pas souvent qu'on la regarde avec ces yeux là.

Et c'était encore plus inhabituel qu'on l'interpelle pour autre chose que pour des conneries. Alastor, ou Southside, prit les devants. Bordel : elle ne l'avait même pas vu se déplacer entre les 3 tabourets de bar qui les séparait.

« Ce sont de très jolis yeux que vous avez là. »
Tout aussi gueule de psychopathe qu'il puisse avoir, il avait tout de même ce charme étrange qu'il dégageait. Mais il y avait fort à parier que ce soit celui du démon et non pas Southside qui dégageait un quelconque charisme.

« C'est une approche très directe. » Commenta l’intéressée avec le sourire avant de reprendre un peu de sa bière. « Mais aussi très dépassée. Si je peux me permettre. »

Il haussa les épaules avec un sourire en coin. « Ah! vous m'avez-vous vu ? Pour approcher les jeunes filles, je dois tout miser sur la carte du charme de l'ancien. »

« Je n'ai pas dit que c'était spécialement négatif! »
Fit-elle avant de regarder autour d'elle, avec l'air de celle qui s'est ennuyée toute la soirée, et qui est enfin ravie de voir quelqu'un s’intéresser à elle. Elle passa sa main dans ses cheveux d'un geste qui se prétendit machinal, alors qu'elle était partagée entre l'envie de l'envoyer chier, ou de lui détruire sa sale gueule d'assassin puéril.

« Alors, dites moi... qu'est-ce qui amène une jeune fille comme vous ici? » Il fixa les autres jeunes qui discutaient sans elle, vraisemblablement plus habitués qu'elle. « Pas du coin j'imagine? »

Elle prétexta un long soupire en roulant des yeux. « Affaire de famille. J'ai quitté la soirée, ils m'ont tous ennuyés avec leurs histoires. »

« Parfois, rien de mieux que la solitude, n'est ce pas? »

Elle se tourna vers lui, sourire charmeur aux lèvres, celui qu'elle réservait pour jouer la comédie et masquer ses angoisses. « Qui a parlé de solitude? »

Trois minutes de plus il lui a fallut. À peine. Pute à Démon a accomplit sa mission, et les voilà tout les deux sorti sur le parking. 'Une petite balade' qu'il a dit.  Sous entendu de conclure une affaire réglée vite fait derrière le cabanon, entre un vieux con lubrique et une gamine qui s’ennuie. Sauf qu'elle sait ce qui l'attend. Et mieux vaut que ça soit elle qu'une autre.

La blondinette n'avait fixé du regard quand elle a suivit Southside. Un air de déception dans le visage, et beaucoup de regrets. Rose aussi regrettait. Mais elle le savait, si ça n'avait pas été Rose, c'est cette fille qui aurait subit le courroux d'Alastor. Dans d'autre circonstances... quoi? Rose serait allé la voir, pour flirter un peu? L'écouter toute la nuit, peut-être, vu qu'elle n'a jamais rien à dire? Juste de quoi comprendre qu'elles n'auraient rien en commun, et que leurs vies sont à des années lumières? Ça aurait changé quoi? Elles se seraient tenus la main peut-être? Assez pour ressentir quelque chose? Et se séparer le lendemain matin parce qu'il y a tellement de choses que Rose ne peut pas se permettre? Comme prétendre deux secondes qu'elle avait deux yeux? Conneries. À oublier. Très vite.

Rose a encore un boulot, et là, il consiste un vieux démon dégueulasse par la manche en ricanant comme une abrutie, sous l'effet de l'alcool.

« T'es vraiment mon type. » Fit Alastor en lui saisissant par le menton pour mieux l'observer. D'un geste un peu trop brutal pour être vraiment parfaitement innocent. Rose fait mine de rien, joue encore les ingénues qui prend ça pour un gentil jeu.

« Ooooh?... »
Fit elle en lui posant ses deux mains sur les épaules, en le poussant gentiment d'un air joueur vers la lumière. « Et c'est quoi ton type, mon gars?... » Ses mains se serrèrent d'un coup sur ses épaules. Comme des serres. Furieuses. « Celles qui ne peuvent plus faire des clins d'oeil? »

Sa main fonce comme un aigle vers sa gorge, et le soulève littéralement pour jeter son enveloppe charnelle dans la lumière des lampadaires, comme si il n'avait été qu'un fétu de paille. Metahumaine, salopard.

Tout sourire disparu, son sabre extirpé de la doublure de sa robe. Rose est d'une humeur de hyiène. Depuis trop longtemps.
Et jamais, elle a eu une cible de choix à ce point. Il représente peu ou prou tout ce qu'elle déteste. Et elle a trois jours de frustration accumulée avec le sérum à libérer.

Tonton a eu intérêt à bien bosser, sinon il va prendre cher aussi.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1580-rose-the-ravager http://legendsofdc.creationforum.net/t1605-rose-knuckles-and-swords#24192 http://legendsofdc.creationforum.net/t1581-rose-feed-my-brutality http://legendsofdc.creationforum.net/t1734-arcs-narratifs-de-rose-wilson#26728
avatar
♆ The Hellblazer ♆
Messages : 208 Age du joueur : 32 Crédits : Matt Ryan Batarangs : 2700

Feuille de personnage
Nom de Code: The Hellblazer
Multi-Comptes: Arthur Curry
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   Mer 4 Avr - 15:25


Innocente frustration que celle qui suit une attente incommensurable pour savoir ce qu'il va bien pouvoir trouver pour s'échapper de cette merde. Car ouais, je le connais ce salopard, loin d'être aussi con que les autres, réfléchit, manipulateur, tendancieux et psychopathe à la fois. Ouais, c'est la perfection incarnée. Encore un peu de bonne volonté, et j'aurais presque pu le surnommer "papa". Alastor est un démon supérieur. Gérant une partie des enfers, pote à l'autre cornu, et sans compter l'aide que j'ai avec le cœur du Snob – même si je ne l'ai pas sur moi –, mon nouveau copain magique ne sera bientôt plus qu'un lointain souvenir. Sauf s'il trouve une entourloupe pour m'échapper. Chose rare. En parlant de rareté… Un corbeau se pose sur le rebord du banc sur lequel je viens de m'asseoir. Mais pas n'importe lequel. En fait, on perçoit souvent ce genre de bestiole comme les messagers de la mort, un charognard ou d'autres trucs bizarres et sombres. Mais non, ça serait même plutôt l'inverse. Je chie sur le monde, et sur toutes ces croyances débiles. Même les écrits saints se targuent d'avoir utilisés des piafs blancs pour faire le sale boulot. Conneries. Noé – si tant est qu'il est vécu – le savait déjà bien. Toutefois, pas besoin d'épiloguer. C'est une créature qui pue la mort. Point. La mort ne venant jamais seule, aujourd'hui elle se trouve accompagnée par un type à la tronche défoncée et au regard vif. Il me tend une bouteille. L'odeur est puissante, abrupte. Scotch. Je n'aurais jamais pensé qu'il était du genre à boire.

On échange quelques mots. Apparemment, les quatre en avaient après lui. Très certainement parce qu'il avait mon odeur sur les fringues. Lorsqu'ils nous trouvaient c'était quitte ou double. Le massacre physique, ou la mort sans dignité. Et ben mon pote… Ils t'ont arrangés le portrait les gaillards. On boit. On discute. Puis il me fait promettre une chose. Moi, John Constantine je dois faire une promesse. Southside est à lui. Rien ni personne n'a le droit de le tuer. Tout porte à croire que son rôle de flic est plus important que le fait de renvoyer un démon en enfer. Quoique, finalement, je suis capable de faire la même chose. Je me lève, la bouteille à la main et la clope aux lèvres. Quelques petites modifications rapides avant qu'elle n'arrive avec lui. Une odeur de souffre s'approche de moi. Pourquoi je dis "moi" ? Car il est déjà repartit. A croire que quand tu veux te la jouer "Darkness" il faut forcément disparaître sans laisser de traces. Bon. Ils arrivent. Un peu de concentration. Mais comment faire ? Elle roule du cul comme une voiture voilée. Sa robe en montre un peu trop et je manque de la siffler… Sauf que je n'en ai pas le temps. Elle le lève comme une merde infernale, le jette dans le cercle et… C'est à moi d'agir.

Mes incantations sont récitées. Il n'a pas le temps de dire le moindre mot que les deux êtres sont séparés. Southside avec ses cheveux bleu et sa tronche de psychopathe d'un côté, Alastor le démon géant de l'autre. Alors que je m'apprête à le renvoyer en enfer, une ombre apparaît, emportant Southside dans son sillage, elle éteint plusieurs bougies. Non d'un chien ! PUTAIN DE CON ! Je vais le buter ! J'attrape mon briquet, saute vers les bougies éteinte dans l'optique de les rallumer avant qu'Alastor ne réussisse à sortir du piège… MERDE ! Il a de la poigne quand même, je dois bien l'avouer. C'est ainsi que le sort de John Constantine se termine… Ou pas ! Serrant petit à petit, son regard me fixe, amusé. Sans me défaire de ma clope, je lui parle, desserrant à peine les lèvres pour le faire.


- Dis donc mon gros. Ca faisait un moment qu'on ne s'était pas vu ! Même pas un petit "salut, comment tu vas" ? Et ça se dit ami !

Mes mains chauffent, et je fini par créer une flamme assez intense pour lui faire passer l'envie de m'écraser. Ma vieille carcasse de sorcier tombe sur le sol, et l'halète, mon souffle est court mais je n'ai guère le temps d'y penser. Je jure que dès que je croise la route de ce Mounties à la con de son putain de piaf, je les démonte ! Entre deux râles, ma voix casse le semblant de silence qui s'installe alors que le démon hurle sa colère au monde.

- Tu attends quoi toi ? Le déluge ? Vise le coeur ! C'est un démon, pas un immortel !

Derrière une salve de sorts de lumière, un bouclier bleuté recouvert d'arcanes magiques apparaît et entoure l'arme de la minette. Tout aussi résistant soit-il, le métal qui n'est pas touché par la magie est inutilisable contre les démons. Elle désire du sang. Il va y en avoir. Et le pire dans toute cette histoire, c'est que l'autre cornu va m'en vouloir encore plus qu'avant… Tant pis. Je dormirais mieux demain. Dans les bras de Mirabaï… Toutefois, j'espérais qu'elle n'allait pas oublier notre rôle, le tuer oui, mais pour l'empêcher de revenir, les bougies devaient être toutes allumées. Avec ou sans la tête sur les épaules, ce crétin serait bien capable de revenir encore et encore. Southside n'était plus ici, Rose se trouvait face à un démon. Littéralement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1526-the-laughing-magician-is-here#22879 http://legendsofdc.creationforum.net/t1534-le-grimoire-de-john-constantine#23013 http://legendsofdc.creationforum.net/t1540-parchemins-et-autres-tablettes#23056 http://legendsofdc.creationforum.net/t1541-arcs-narratifs-de-john-constantine#23061
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le linceul immaculé, désormais tâché de sang [PV Rose Wilson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amulette blasphèmatoire et pendentif de sang avec palaquin.
» D'amour et de sang
» Les liens du sang
» [Chattam, Maxime] Le sang du temps
» Loïs 5 : L'Apollon de Sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Amérique-
Sauter vers: