Partagez | 
 

 Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Jeu 7 Sep - 18:40

Juste une vérification de routine, they said. Allez Adrian, fais le pour nous, they said. National City est une ville tranquille, they said. Alors expliquez-moi comment il se fait que je sois ENCORE au milieu d’un chaos indescriptible! Je suis analyste en chef, pas agent de terrain et encore moins un super héros. Que fait Supergirl, je vous le demande. Goodness gracious, ces maudits coloniaux sont-ils incompétents au point de n’avoir ni plan d’action ni protocole de sécurité en cas de catastrophe? Certes, certes, je peux comprendre qu’une voiture qui explose a de quoi choquer mais quand même, ressaisissez-vous et… Vous savez quoi? Je vais citer un poster extrêmement célèbre du Royaume-Uni, ma terre natale : keep calm and carry on. Vous ne connaissez pas ce poster, dites-vous? Non? Même pas un tout petit peu? C’est une blague?

Je vous plains. Vraiment.

Sincèrement.

Le stoïcisme britannique n’est plus à prouver depuis longtemps et je trouve cette tendance généralisée à l’hystérie en Amérique des plus déplaisantes. Se mettre à hurler et à courir dans tous les sens ne va rien arranger du tout. Crowd control. Est-ce que ceci est plus familier pour vous? On va essayer d’éviter que des gens se fassent piétiner par cette masse humaine courant dans tous les sens comme les taureaux de Pampelune…  Je monte sur un banc public (je ne voudrais pas recevoir une contravention pour être monté sur le capot d’une voiture) et je commence à essayer d’une voix forte de réorganiser tout ce chaos. Une intention noble, vous ne croyez pas? Car c’est effectivement le cas.

Mais… Comment dire…

Il semblerait que quiconque ait fait sauter cette voiture ne soit pas exactement d’accord avec moi qui essaie de rétablir l’ordre. Comment je le sais? Oh mais c’est fort simple. Une détonation d’arme à feu et une balle qui me manque d’une poignée de centimètres. Si je reviens du travail blessé, encore une fois, ma douce et tendre va piquer une de ces colères et je ne sais pas ce qui me fait le plus peur : les terroristes ou mon épouse. Je comprends qu’elle se fasse un sang d’encre pour moi mais quand même, je ne vais pas abandonner ces innocents à leur sort! Ce serait… Très peu britannique et je…

Qu’est-ce que ce commentaire mesquin sur les colonies d’Albion?

Preposterous! Slanderous lies!

Votre audace n’ayant d’égal que votre irrespect n’a-t-elle donc aucune limite? Enfin qu’importe. Je refuse de m’étendre sur tant de mauvaise volonté. Des vies sont en jeu. Donc ce n’était pas un acte au hasard. Quelqu’un était visé. Mais qui. Allez Adrian, utilise ce prodigieux cerveau qui est tien et essaie de déterminer qui serait la personne ayant le plus de valeur à capturer pour des gens mal intentionnés… Je ne vois ni hommes d’affaire d’envergure ni politiciens ni figure importantes dépeintes dans les tabloïds… Serait-ce alors quelque chose de plus personnel? Un acte de vengeance sur quelqu’un? Il n’y a rien d’aléatoire dans la présente situation et que je sois pendu si je ne…

Comment ça, toi? Moi? Oh.

Oh…

Yes… That would make sense.

But… Mais… Personne ne savait pour ma venue ici. Enfin si, la Section Huit, of course mais en dehors de certains officiels gouvernementaux… Une taupe? Un traitre? Plus que possible. Mais dans ce cas, cet attentat était-il destiné à me tuer ou à servir de couverture pour un enlèvement? Je ne sais pas. Mais je sais que je refuse catégoriquement de me rendre sans combattre. Je ne suis pas un de ces lâches de Français avec leurs « we surrender » d’une vous haut perchée. Je suis un britannique et nous nous battons jusqu’au bout! For Queen and Country. What? Je dois vraiment le dire? Fine… And the US of A…

Une chose est bien certaine par contre. Au vu de ce que je peux apercevoir, il y a au moins sept terroristes qui ont commencé à converger vers moi. J’ai une arme de service avec chargeur standard contre des hommes armés comme une milice paramilitaire. Autant dire que j’ai l’air idiot avec mon complet cravate et mon pistolet contre ces brigands. Oh je ne mentirai pas. Des renforts seraient plus qu’appréciés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mar 12 Sep - 15:31

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Tranquillement assise devant la télévision, je zappe les chaînes pour essayer de trouver quelque chose d’intéressant à regarder. Je m’arrête sur l’une d’entre elles qui diffuse des images en direct de National City. Les rues de cette dernière sont victimes de plusieurs terroristes qui sèment le chaos là où il passent. Habituellement, je n’aurai pas pris la peine de me lever pour venir en aide à ses habitants mais là, c’est différent. Adrian est là-bas et je suis certaine que ce dernier va tout faire pour venir en aide aux victimes. Il va encore mettre sa vie en danger et il rentrera blessé voir pire. Donc, il est hors de question que je reste ici sans rien faire et je me dirige vers l’abris de jardin qui dissimule une pièce cachée avec de la technologie Kryptonienne.

J’attrape ma combinaison et je me presse de l’enfiler. Je n’oublie pas mon casque qui dissimule une grande partie de mon visage afin d’éviter d’être reconnue par Adrian. Ce n’est pas la première fois que je lui viens en aide mais je tiens trop à lui pour le laisser dans des mauvaises situations qui pourraient lui être fatales. A présent que je suis prête, j’emprunte la voie des airs pour me diriger vers National City. Au passage, Kara Zor-el ne fait pas son travail vu qu’elle est censée protéger la ville. Je ne retiens aucunement ma vitesse, filant à vive allure pour arriver rapidement sur les lieux où le chaos règne en maître.

Dans un premier temps, j’essaye de repérer Adrian dans la foule en panique et je remarque que ce dernier s’est caché derrière un banc public. Ce n’est pas avec ça qu’il va se protéger des balles surtout que les sept hommes en question, se dirigent dans sa direction. Je décide de plonger directement vers le sol pour servir de barrage entre mon homme et ses criminels. Les balles ricochent sur mon armure et j’esquisse un léger sourire en coin sous mon masque. Néanmoins, il faut reconnaître que ses hommes font de l’excellent travail. J’aurai pu les recruter pour mes plans de conquête mais malheureusement, ils cherchent à s’en prendre à mon époux et il est hors de question que je les laisse en vie après ça.

« Restes en retrait, je me charge d’eux… » M’exprimais-je d’une voix déformée pour Adrian.


Suite à mes mots, je décide de passer à l’action en m’attaquant rapidement à ses hommes et sans retenir mes coups.  Qu’ils meurent ou qu’ils restent en vie, cela m’est complètement égal. Six des sept hommes sont déjà hors d’état de nuire à qui que ce soit et j’attrape le dernier par la gorge afin de le soulever du sol sans éprouver la moindre difficulté.

« Qui vous a envoyé et quel est la cible de cette attaque ? Réponds si tu veux avoir une chance de survivre. »
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mar 12 Sep - 17:08

Des renforts! Enfin… Ce n’est pas le type de renforts que j’aurais espéré mais dans ma situation, il ne faut pas faire le difficile non plus. Ce ne serait pas la première fois que cette mystérieuse Kryptonienne débarque de nulle part pour me porter assistance. Pourquoi? Je ne sais pas et c’est ce qui est le plus frustrant. Les explications rationnelles ne mènent à aucune conclusion satisfaisantes et les théories les plus folles me terrifieraient presque. Je suis un homme marié, quand même, la théorie vide de sens d’une fan de mon travail ou de ma personne ne me plaisant conséquemment pas du tout.

Que dirait ma douce et tendre Jennifer si elle savait?

La simple pensée de pouvoir lui faire de la peine me brise le cœur.

Si douce et innocente…

Enfin bon, nous ne sommes pas ici pour louanger mon épouse. Nous sommes ici parce que quelqu’un quelque part a révélé que je venais en ces lieux et a décidé de m’enlever ou de me faire taire. Et non, je ne suis pas paranoïaque. C’est un scénario plus fréquent que vous ne l’imaginez. Maintenant, qui est derrière cette tentative, je l’ignore, pour le moment. Les indices à ma disposition ne me permettent pas d’identifier avec certitude le responsable de cette machination. J’ajoute que le fait que cette Kryptonienne toute aussi mystérieuse ne me facilite pas la tâche puisqu’elle ne retient pas ses coups et donc, conséquemment, la plupart de ses victimes trépassent dû à un usage de super force. Ceci dit, je suis quelqu’un de persévérant. Je trouverai bien ce que je cherche à déterminer.

Je ne serais pas le meilleur analyste qui soit autrement.

Donc… N’écoutant que le sens du devoir et mon courage tout ce qu’il y a de plus britannique, je quitte cette maigre protection offerte par le banc et arme au poing, je décide d’aller porter aide et assistance à la Kryptonienne. Certes, elle viole un certain nombre de lois en faisant ce qu’elle fait mais tout tribunal raisonnable sera prêt à considérer des circonstances atténuantes. Pour le moment donc, je n’ai pas à faire tomber sur sa tête tout le poids de la justice. Chose certaine elle travaille vite : la plupart des assaillants sont neutralisés et… Oh? Que fait ce civil? Pourquoi s’approche-t-il de la femme extraterrestre? Oh my goodness gracious! C’est un terroriste déguisé! Et est-ce que… Mais c’est une bien curieuse lame qu’il tente vainement de dissimuler!

Poignarder en traitre une alliée, ne fus-ce que temporaire, une femme, ce qui rend l’acte encore plus odieux et en lâche par-dessus le marché? Pas si j’ai mon mot à dire! Je vise, je tire et je touche le faux civil dans le biceps du bras tenant cette arme que je suspecte de nature particulière. Sans doute étaient-ils prêts à réagir si Supergirl pointait le bout de son nez. Ceci étant, leur assaillante ne s’est pas encombrée de présentations ni même d’un avertissement donc… Leur plan a été sévèrement compromis. Je m’approche de la Kryptonienne et de sa proie et comme les choses doivent se faire suivant les lois, je commence à lui expliquer les motifs de son arrestation. Si, si. Il le faut. C’est la…

OUCH!

Quelqu’un vient de me tirer dessus! Encore un faux civil! Et il ne m’a manqué que de peu, le projectile a frôlé ma joue. CURSES! Jennifer sera furieuse! Je pense que j’aurais plus de chances de m’en sortir avec un acte adultère que de revenir blessé à la maison… Encore. Je sais, je sais, je me répète, j’ai dû utiliser cet exemple des dizaines de fois. J’ajoute que ce ne sera pas facile à dissimuler, ça. Et encore, on dirait que Jennifer a un sixième sens pour détecter quand je suis blessé ou non. Même si c’est couvert par un vêtement, elle le sait dès que je passe la porte de la maison. Comment elle fait? Mystère.

Le terroriste tenu au-dessus du sol par la Kryptonienne lui indique que la cible, c’est moi et qu’il ne sait pas qui l’a engagé et que de toute façon, ça n’a aucune importance car ils ont des renforts qui s’en viennent. Peuh. Un Eversfield ne bat jamais en retraite. Nous nous battons pour protéger le monde, la veuve et l’orphelin. Nous donnons nos vies pour que d’autres, plus importantes, puissent porter à bout de bras le flambeau de la liberté. Alors qu’ils viennent, ces renforts. Je ne fuirai pas. Absolument hors de question.

Jennifer sera furieuse, I know.

Mais c’est plus fort que moi. Je refuse de céder à la peur et à la terreur.

Inspectant rapidement les armes abandonnées par les terroristes neutralisés par la Kryptonienne, je calcule que mes chances de survie sont de soixante-sept pourcent sans aide de la Kryptonienne et que ces chiffres passent autour de quatre-vingt-douze pourcent si je la considère dans l’équation. Ceci dit, il va falloir que j’empêche une tragédie de se produire. Je ne sais pas pourquoi mais mon… Alliée… Semble particulièrement furieuse après le terroriste qui m’a tiré dessus et si je n’interviens pas, elle va lui faire deux beaux trous dans le crâne avec sa vision laser. Je n’aime pas les terroristes et les criminels. Ceci dit, les lois existent pour une raison et qu’on aime on non, il faut en tenir compte.


« S’il vous plait, mademoiselle. Please. Ne le tuez pas. La blessure est mineure et saigne à peine. Je vais bien. Je sais qu’il est frustrant de savoir que les tribunaux risquent de lui donner une sentence trop faible pour ses actes mais la Justice est la base même de notre civilisation. Si vous vous rendez coupable de meurtre, je serai forcé de tenter de vous arrêter et ce même si mes chances de succès sont minces. »

Jennifer me dit souvent que j’ai un ton, une voix qui a tendance à calmer les gens. Certains ont un ton de commandement, moi, il paraitrait que c’est parce qu’on peut sentir la compassion et la bonté en moi quand je parle. Allez savoir. Je me risque à poser une main réconfortante sur l’épaule de son armure ou tenue de combat et je la sens presque se relaxer. Funny, Jennifer a exactement le même réflexe quand je fais ce geste pour l’aider à se calmer quand elle se fâche après moi quand je rentre blessé. Ah Jen, my love, comme j’aurais préféré être avec toi plutôt qu’ici, avec une deuxième vague d’ennemis qui s’en viennent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mer 13 Sep - 18:31

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Décidant d’intervenir pour sauver une énième fois mon cher époux, Adrian, je me place entre lui et ses agresseurs. Quelques instants plus tard, je décide de passer à l’action en m’attaquant aux terroristes et sans retenir mes coups. Il y a peu de chance pour qu’ils survivent à cela et j’attrape le dernier par le cou pour le soulever du sol. Je peux très bien l’éliminer directement mais au lieu de cela, je préfère l’interroger pour essayer de connaître la cible de cette attaque et le commanditaire. L’individu décide de s’exprimer, m’indiquant que la cible est Adrian et je plisse les yeux suite à ce qu’il vient d’annoncer. Un criminel, habillé en civil, profite que mon attention soit sur celui que je suis entrain d’interroger pour s’approcher de moi dans mon dos. Adrian n’hésite pas à tirer sur ce dernier pour le neutraliser et me sauver la vie par la même occasion.

L’arme qui tombe sur le sol est un poignard en kryptonite verte et je commence doucement à ressentir les effets. Je me presse de le détruire à l’aide de ma vision thermique pour empêcher que les effets se propagent et me mettent en position de faiblesse. Un nouveau coup de feu retentit et c’est Adrian qui est visé. La balle lui effleure la joue et cela me met dans une rage folle que je lance mon prisonnier sur le côté à une dizaine de mètres. Il a des chances de survivre à sa chute mais cela n’est pas mon problème. Mon problème est cet homme qui vient d’utiliser son arme à feu sur celui que j’aime et lui, je vais l’éliminer directement avec ma vision thermique.

Sur le point de trouver l’individu, Adrian décide d’intervenir pour m’empêcher de commettre ce crime et je porte mon attention sur ce dernier. Je suis assez surprise qu’il intervienne en la faveur de cet homme qui vient d’essayer de le tuer et j’avoue ne pas comprendre la raison qui le pousse à agir de cette façon. Est-il sérieux là ? Il veut m’arrêter si j’élimine cet homme ? Je ne peux m’empêcher de rire légèrement sous mon masque qui modifie complètement ma voix et je décide de m’exprimer.

« M’arrêter ? En êtes-vous certain ? J’ai plusieurs meurtres à mon actif et aujourd’hui, la liste vient de s’allonger. Adrian, ses hommes méritent la mort pour leurs crimes. Quand ils seront relâchés de prison, ils vont recommencer… Alors laissez-moi me salir les mains à votre place. »

Ce n’est pas juste, il vient de poser l’une de ses mains sur l’une de mes épaules et ce toucher m’apaise complètement. Le problème est, qu’il va se rendre compte d’une similitude avec moi vu qu’à la maison, il me fait la même chose lorsque je suis en colère.

« Ne fais pas ça… » marmonnais-je assez fort pour qu’il puisse l’entendre.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mer 13 Sep - 20:06

« Really now? Voilà une bien curieuse confession, s’il faut le dire. Et une bien désagréable complication. Well… Si je vous laisse le tuer sans rien faire, je me rends coupable de meurtre par association. Vous comprendrez que je ne peux pas faire ça. Pour les autres terroristes, on peut considérer légitime défense. Pour celui-là, il est désarmé et ne représente un danger pour personne dans son état actuel. »

Et ce que je dis est vrai. Le terroriste déguisé en civil est mort de peur. Il ne prie pas dans une langue étrangère un dieu issu d’une religion différente de la nôtre. C’est dans un anglais très états-uniens et avec une prière issue du christianisme qu’il implore un pardon ou un sauvetage divin. Ironiquement à bien des égards, la Kryptonienne qui était sur le point de la tuer est une déesse. Plus grande que nature, dotée de pouvoirs surhumains… Enfin là n’est pas la question.

Je ne peux pas la laisser faire.

La justice est imparfaite. Flawed.

Mais je refuse de juste me dire que comme elle est imparfaite, on peut la prendre à notre guise entre nos mains. Pourquoi? Parce que si je commence à décider d’agir seulement quand les choses m’arrangent, je ne suis plus en harmonie avec mes valeurs. Avec le serment que j’ai fait. Avec moi-même. C’est plus qu’une affaire de convictions. C’est plus qu’une affaire d’orgueil. C’est refuser de se laisser contaminer par ces monstres auxquels je dois faire face sur une base plus ou moins régulière. Ceux que je traque avec mes satellites, mes drones et des dizaines de milliers de pages de rapport et d’analyse. Je refuse d’emprunter une voie qui me rapprocherait d’eux. Catégoriquement.

Parce que sinon on devient le monstre qu’on pourchasse.


« Vous semblez tenir à moi, mademoiselle. Ce n’est pas la première fois que nos chemins se croisent. J’oserais même dire que vous me respectez. Si tel est le cas, relâchez cet homme. Il sera jugé et condamné pour ses crimes. Et vous, si vous croyez vraiment en ce dieu que vous invoquez… Vous oubliez un principe fondamental de votre religion. Tu ne tueras point. Tâchez de mieux lire votre bible à l’avenir. »

Mon ton est apaisant face à la Kryptonienne et sévère face au terroriste. De penser qu’on puisse volontairement faire du mal à son prochain. Scandaleux. J’entends des sirènes : les autorités s’en viennent. J’entends aussi des éclats de voix. La seconde vague de terroristes ou de mercenaires envoyés pour me capturer. Je soupire. Je ne veux pas qu’il y ait davantage de morts aujourd’hui. Il y en a déjà trop eu. Et parlant de morts, la Kryptonienne a lancé avec force le dernier terroriste formellement identifiable. Le pauvre homme aura besoin de premiers soins. Oui, c’est un criminel. Oui, il a commis un acte terroriste. Mais c’est un être humain malgré tout. Si on ne peut formellement déterminer que c’est un monstre, peut-être est-ce juste un homme influençable ou désespéré qui a été honteusement manipulé, aussi.

Je le cherche dans ce léger chaos qu’ils ont déclenché lui et ses amis et je le trouve très mal en point. Ensanglanté et je doute qu’il survive à ses blessures. C’est qu’elle n’y va pas de main morte, cette mystérieuse Kryptonienne. Je vais essayer de le stabiliser, de lui donner les premiers secours et… Qu’est-ce qu’il vient de laisser tomber celui-là? ARE YOU SERIOUS? Une grenade. Je viens lui sauver la vie et il essaie de me tuer à la grenade. J'ai à peine le temps de me mettre à couvert que le machin explose.

Je me relève, sonné, fais un pas, deux pas puis…

Blackout.

Je ne sais pas ce qui est arrivé à la deuxième vague de terroristes. Je ne sais même pas si Supergirl a fini par débarquer. Mon seul regret c’est que sans moi pour tenter de calmer le jeu, je suis prêt à parier que la Kryptonienne a fait un massacre, un carnage. Déjà qu’elle était prête à tuer un homme qui m’a à peine blessé… Encore des morts que je n’aurai su éviter. Regrettable. Et frustrant, surtout. Très frustrant. Si seulement je…

Je reprends connaissance à cause d’une odeur familière. Est-ce possible? Mais non, jamais un nez britannique ne pourrait oublier l’odeur du thé. Et pas n’importe quel thé. C’est un thé chai, pour commencer et une variété que j’affectionne tout particulièrement. Suis-je de retour chez moi? Non. Je ne suis pas dans un hôpital non plus… Peut-être davantage une clinique privée. Sans doute la mystérieuse Kryptonienne m’a amené ici. J’entends des voix. La première, celle d’un homme, je ne la reconnais pas. Au ton, je dirais un médecin. Un professionnel. L’autre… Je deviens livide. Oh oh…

Il s’agit de ma douce et tendre épouse.

Jennifer Eversfield.

Elle va être furieuse de me savoir encore blessée. Morte d’inquiétude, hélas. Oh my love, je suis tellement désolé de te tourmenter autant… Comme à l’habitude, comme si elle avait un sixième sens, elle sait que je suis réveillé et conscient et elle entre sans frapper dans ma chambre. Avant que je ne puisse m’excuser, encore une fois, elle me serre contre elle et je sais que je lui ai fait du mal et je m’en veux, naturellement. Je ne suis qu’un être humain tentant de sauver le monde comme il le peut avec dans le camp d’en face tant des organisations bien décidées à s’opposer à ma vision des choses que des super criminels capables de me réduire en cendres sans faire d’effort. Je comprends sa crainte.

Celle de recevoir un jour la visite d’un membre du gouvernement lui annonçant…

Bref. Mieux vaut penser à quelque chose de positif.


« Jennifer my love, je suis tellement désolé je… Je crois que nous devons encore tous les deux remercier cette mystérieuse Kryptonienne qui semble toujours apparaitre quand je suis en danger. Tu es la seule femme dans ma vie, of course mais mon esprit chevaleresque souffre de la douleur que semble porter cette personne esseulée… So much pain… Enfin. Je vais bien, my love. Quelques égratignures, quelques bleus, quelques bosses mais… Rien de trop grave. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 15 Sep - 22:20

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Il faut savoir mettre les choses aux claires et après lui avoir avoué que je suis prête à me salir les mains à sa place, je le pense réellement. J’ai déjà énormément de cadavres sur la conscience et cela ne me dérange pas du tout d’en avoir un de plus. J’écoute sans l’interrompre son speech sur les lois et le fait que cet homme est désarmé. Je pourrai lui répondre que je me moque complètement des lois et qu’il soit désarmé ou non, je ne fais aucune différence. Posant mon regard sur le terroriste en question, je remarque que ce dernier est mort de peur. Ses humains sont des choses si fragiles qu’ils ont peur à la moindre difficulté qu’ils rencontrent.

J’écoute attentivement les nouvelles paroles de mon mari et je ne peux m’empêcher de lâcher un léger rire suite à ses propos. Il est évident que je tiens à lui et beaucoup plus qu’il le pense vu que je suis sa femme. Par contre, pour ce détail, il n’est pas au courant vu que je ne lui ai rien dit concernant le fait que je suis une Kryptonienne. D’ailleurs, je me demande quelle sera sa réaction si un jour il apprenait qui je suis réellement. Pour le moment, je préfère ne rien lui avouer et garder ma véritable identité secrète. Je n’aimerai pas le perdre à cause de mes mensonges et de mes crimes, je tiens trop à lui.

« Très bien, vous avez gagné… Je vais le laisser vivre pour qu’il puisse être jugé par votre justice. »

Je n’aime pas me montrer clémente envers un ennemi mais pour Adrian, je suis prête à tout pour ne pas le décevoir. Je ne quitte pas des yeux Adrian qui se dirige vers le terroriste que j’ai lancé un peu plutôt pour lui prodiguer les premiers soins. Au lieu de ça, cet individu sort un objet qu’il tient dans sa main. Je comprends en retard qu’il s’agit d’une grenade et malgré ma vitesse, je n’ai pas le temps d’empêcher ce drame.

« Adrian !!! »

La grenade explose et mon mari a eu le temps de se mettre à couvert. D’ailleurs, je vois qu’il se relève avant de s’écrouler sur le sol.

« Non !!! »

Je pourrai très bien éclater de rage et éliminer le reste des terroristes mais je préfère laisser les forces de l’ordre prendre la relève. Je prends Adrian dans mes bras pour m’envoler dans les airs et l’emmener directement dans un hôpital pour qu’il puisse subir les premiers soins. La plupart des personnes qui me voient arriver par les airs sont surpris et j’appelle immédiatement des infirmiers pour qu’ils prennent en charge mon homme. Suite à cela, je décide de partir pour pouvoir me changer et revenir immédiatement pour être auprès de lui. Je me moque complètement qu’il comprenne que je suis la Kryptonienne et en tant que femme, je me dois d’être à ses côtés. Après m’être renseignée où il avait été conduit, je me dirige vers la chambre en question pour y entrer sans frapper. Voyant qu’Adrian est réveillé, je me jette immédiatement dans ses bras car je suis rassurée de voir qu’il va bien.

« Adrian, j’ai eu tellement peur de te perdre… »

Je l’écoute me parler de la Kryptonienne et m’avouer qu’il n’aime que moi. Je ne doute pas de son amour car je suis comme lui, je n’aime que lui et je passerai ma vie à ses côtés.

« Je me moque de qui est cette Kryptonienne… Je veux que tu quittes ton travail… C’est trop dangereux… Je n’aimerai pas te perdre… »

Voilà que je me mets à sangloter, cela ne me ressemble pas mais je tiens tellement à lui.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Sam 16 Sep - 5:26

« Jennifer… My love… Tu sais que je ne peux pas faire ça. Si je fais ce métier c’est pour te garder en sécurité. Pour faire de ce monde, notre monde, un endroit plus sécuritaire, moins dangereux. Ne pleure pas, my love… »

Je n’aime pas quand ma douce et tendre pleure. Je peux comprendre sa détresse et ça me fait mal de devoir lui dire que je ne peux pas faire ce qu’elle me demande. Mais je n’ai pas le choix. J’ai un talent, un don, une aptitude qui me permet de voir des liens, des corrélations, que les autres ne peuvent voir. Je peux empêcher des catastrophes, des tragédies. J’ai cette possibilité devant moi. J’aime Jennifer, j’aime ma femme de tout mon amour, un amour sincère dont on ne saurait me détourner. Mais en même temps… Vous ne pouvez pas me demander de ne pas tout faire pour sauver des vies. C’est plus fort que moi. C’est quelque chose qui est dans ma famille depuis des siècles. C’est pratiquement instinctif, rendu là. Et je ne plaisante pas. Du tout.

Je suis parfaitement sérieux.

Et c’est peut-être ce qui est le plus terrifiant.

Je sais pourquoi ma douce et tendre s’inquiète. Je ne suis pas Superman. Je ne suis pas Batman. Je suis de chair et de sang, un civil, comme vous diriez, bien plus qu’un militaire. Mais cela ne m’empêche pas de donner plus que mon cent pour cent pour tenter de faire du monde un monde meilleur. De tenter de neutraliser les menaces, d’empêcher les drames, avant qu’ils ne se produisent. Au détriment de ma propre santé si nécessaire. Au risque de ma propre vie. Je le savais avant d’épouser ma douce et tendre et elle le savait aussi. Simplement, je suppose que jamais nous n’envions vraiment envisagé… Enfin, vous savez de quoi je parle. Je voudrais trouver les mots pour la rassurer mais je ne sais pas si j’en serai capable. Je suis tellement désolé… Je voudrais être un mari parfait pour elle. Partir le matin, rentrer le soir, lui raconter ma journée.

Pas partir en catastrophe à l’autre bout du monde.

Pas rentrer en piteux état.

Pas rentrer déprimé de la folie du monde.


« My love, je te promets de prendre une semaine de congé entière, juste pour toi, et de te la dédier entièrement. De vraies vacances. Si tu veux, nous irons sur le domaine de ma famille en Angleterre et je mettrai ce chapeau melon qui a su conquérir ton cœur à l’époque. Le look du parfait gentleman anglais. Qu’en dis-tu? »

Je caresse sa chevelure, je lui donne tout mon amour et j’essaie de la rassurer. C’est le moins que je puisse faire. J’ai mal partout mais ce n’est pas dramatique. Je lui offre même un sourire encourageant malgré la douleur. Si elle avait une super vision, elle verrait que bien que sincère, je souffre un peu. Mais ma douce et tendre est une humaine ordinaire, comment pourrait-elle savoir? Je serai fort pour nous deux. Je la protègerai à mon corps défendant. Elle le sait. Tiens. Je vais essayer de l’amuser. Lui changer un peu les idées. Ça lui fera du bien. Je vais lui raconter une histoire d’héroïsme... Et de l’imprudence « comique » de son mari adoré.

« Sais-tu que j’ai sauvé une Kryptonienne aujourd’hui? Un des terroristes voulait la poignarder avec une lame en kryptonite. Mais tu me connais, je ne m’arrête pas une fois lancé. Voulant porter assistance à un de ces criminels, j’ai oublié, l’espace d’un instant, que moi… Je ne suis pas Kryptonien. Goodness gracious, si tu avais pu voir ma tête quand j’ai aperçu la grenade…

Mais tu sais, je pense avoir posé une bonne action aujourd’hui. Cette Kryptonienne a épargné des vies aujourd’hui. Comme quoi, quand on prend le temps de parler aux gens, on peut établir un vrai dialogue. My love, si ce n’est pas abuser, tu pourrais m’aider à boire mon thé? C’est un peu gênant mais les antidouleurs font que je ne sens pas ma main… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Dim 17 Sep - 19:55

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Comme je l’imaginais, Adrian refuse d’abandonner son travail pour me protéger et il me demande de ne pas pleurer. Comment voulez-vous que je ne pleure pas ? Je tiens à cet humain même si je suis considérée comme une criminelle. Pour ce qui est de ma sécurité, je ne crains rien mais Adrian ne le sait pas. Par contre, est-ce que je dois lui avouer qui je suis réellement ? Est-ce que je dois lui dire que je suis cette Kryptonienne qui lui vient tout le temps en aide ? J’ignore quelle sera sa réaction si je le lui dis et je préfère garder le secret pour le moment. Pourtant, j’aimerai le lui dire car je ne veux pas avoir un quelconque secret pour lui mais il m’est difficile de le lui dire.

« Je comprends. » Toujours en sanglotant.

Ce sont les seuls mots qui s’échappent de mes lèvres alors que je me blottie un peu plus contre lui. Je n’aimerai pas le perdre à cause de son métier mais vu qu’il ne veut pas l’abandonner, que puis-je faire en tant qu’épouse ? Quand il me fait part qu’il va prendre une semaine de congé pour qu’on puisse en profiter pleinement, cela me fait très plaisir. Je pense que cela nous fera du bien et on pourra passer une semaine sans se soucier de son travail.

« C’est d’accord mon amour, une semaine de vacances dans ta résidence familiale nous fera un énorme bien. Excellente idée pour ton chapeau, tu es très sexy quand tu le portes. »

Il arrive à me faire sourire et je lui adresse par la même occasion un petit clin d’œil complice. Je suis une femme comblée en sa compagnie et je suis vraiment heureuse d’être son épouse. Quand il me raconte son exploit de la journée, avoir sauvé la Kryptonienne, il est vrai que j’ai eu beaucoup de chance qu’il est intervenu pour m’éviter de prendre un coup de poignard en Kryptonite. Il m’explique aussi le passage de la grenade et effectivement, j’ai vu la tête qu’il a fait sur le moment. Il est vrai qu’il m’a empêché de commettre plus de crimes aujourd’hui et il peut être satisfait de cette performance.

« Malgré tous les super-héros présents sur terre, tu es le seul qui compte à mes yeux… Tu es mon super-héros et je t’aime… »

Suite à mes propos, je décide de l’embrasser avec douceur pour éviter de lui faire mal car il ne faut pas oublier, il a été assez secoué par l’explosion de la grenade.

« Après nos vacances, je vais quitter mon métier de serveuse pour m’investir dans le tien… Je souhaite aussi protéger les personnes comme toi et je pourrai être à tes côtés pour veiller sur toi par la même occasion. »
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Dim 17 Sep - 21:33

Mon sourire est presque gêné quand elle me complimente. Je suis quelqu’un de très modeste malgré le fait de mes origines ou de mes capacités. Je suis qui je suis par les actes que je pose, non pas un titre ou simplement des qualités sur le papier. Tu vas me faire rougir, Jennifer. Ceci dit, par contre, je suis loin d’être un super héros. Je ne me considère même pas comme un héros, en fait. Je pourrais. Mais je ne le fais pas. Je n’en vois pas la logique d’ailleurs. Dire qu’on est quelque chose, essentiellement, c’est rendre cette affirmation invalide. Un vrai professionnel sait ce qu’il est, il n’a pas besoin de le crier sur tous les toits. À mon humble avis, c’est le même principe pour moi.

Peut-être est-ce pour cette raison qu’on me regarde de haut.

Personne n’aime les gens qui leur rappellent qu’au fond, nous sommes humains.

Il est si facile de regarder Superman et de se dire que ce serait merveilleux d’avoir ses pouvoirs pour combattre le mal en toute sécurité. Je n’ai pas la prétention de dire que je suis meilleur que Superman, grand mal m’en fasse. Cependant j’ai accepté de vivre avec mes limitations et de chercher à me dépasser à travers elles. Ce que tout le monde devrait faire mais c’est si facile de croire en de fausses idoles… Et la facilité est séduisante. L’effort est ce que l’eau est au chat échaudé. Indésirable et pas qu’un peu. Alors non.

Non, Jennifer, my love, je ne suis pas un super héros. Un héros, peut-être, mais certainement pas un super héros. Et encore, un héros… Est-ce héroïque que de faire son travail avec zèle et abnégation? Je ne penserais pas. C’est une question d’opinion, je suppose. Enfin bon. Je suis bien, là, avec ma charmante épouse. Je suis blessé, d’accord, j’ai mal, soit mais… Je me sens bien malgré tout. Allez. Une petite gorgée de thé pour faire passer le goût de médicament qui refuse de me partir du gosier et je… QUOI!?

Je recrache ma gorgée d’un trait, regardant Jennifer avec des yeux exorbités. Absolument hors de question! Est-ce qu’elle a perdu la tête?! Jamais, jamais, vous m’entendez, je n’accepterai une telle chose, la laisserai prendre de tels risques. Il y a bien assez de moi pour risquer sa vie et revenir amoché à la maison. Je te sais courageuse, my love mais non. Je ne peux pas te laisser faire. Et oubliez la notion d’homme du couple et tout. En tant qu’être humain, en tant que personne, je ne peux pas en bonne conscience te laisser faire. C’est insensé. Complètement fou. Non, non, non et encore non. Ni maintenant, ni jamais. Et je sais qu’elle le dit sans vraiment le penser : c’est l’émotion, voilà!


« Jennifer, my love… Hors de question. Je ne peux pas en bonne conscience te laisser faire une telle chose. C’est insensé. Impensable. Non. Non. Oh non. Je veux que tu conserves ton emploi. Je risque ma vie tous les jours. C’est vrai. Mais c’est pratiquement de famille. La simple pensée de te savoir en danger me transperce le cœur de mille aiguilles chauffées à blanc. Réfléchis, pour nous deux… »

Évidemment que réagir si violemment allait faire s’affoler les appareils et le médecin entre dans la pièce avec une mine inquiète. Il me fait savoir d’un ton sévère que si je ne suis pas capable de rester calme, épouse ou non, plus de visite jusqu’à nouvel ordre. Je lui jette un regard noir avant de lui faire savoir non sans une pointe de glace dans la voix que contrairement à lui, certaines personnes ont encore des sentiments et des émotions. J’ai le droit de m’inquiéter du sort de mon aimée, non mais!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 22 Sep - 16:15

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Je me doutais que lui proposer de travailler à ses côtés, allait provoquer ce genre d’effet. Adrian vient tout juste de recracher sa gorgée de thé après lui avoir fait une telle annonce et je peux comprendre parfaitement qu’il ne soit pas d’accord avec ce que je souhaite faire. D’ailleurs, il prend la parole pour me faire part de son désaccord sur ce que je veux vraiment et je suis parfaitement capable de le protéger. Il ne faut pas oublier que je suis la mystérieuse Kryptonienne qui intervient à chaque fois pour le sortir de ses mauvaises situations. Je l’aime plus que tout, il me permet de montrer les meilleurs côtés de ma personne et en tant que femme, je me dois d’être toujours à ses côtés que cela soit dans les meilleurs ou les mauvais moments.

Bien entendu, le fait qu’il refuse ma proposition me fait sortir hors de moi et si je laissais ma colère s’exprimer, je serai certainement entrain de retourner toute la chambre mais je me retiens de le faire. Je ne dois pas lui dévoiler qui je suis réellement même si j’en meurs d’envie et peut-être que là, il me laisserait me joindre à lui pour l’aider.

« Ne crois pas que je suis simplement une femme sans défense… Je sais me battre et tirer avec une arme ne sera pas un problème après un bon… »


Je me fais interrompre par le médecin qui entre dans la chambre suite à l’affolement des appareils. Ce dernier fait comprendre à Adrian que s’il ne se calme pas, il n’aura plus le droit d’avoir de la visite et suite à ses propos, je serre les poings. De quoi se mêle-t-il celui là ? JE suis sa femme et j’ai le droit d’être là avec ou sans l’accord du médecin. Je suis sur le point de lui faire part de mon ressenti sur ce qu’il vient de dire mais mon époux se charge de le faire à ma place. Après ça, j’ouvre la porte pour que le médecin puisse sortir de la chambre et je la referme après son passage pour pouvoir reprendre la discussion avec Adrian.

« Arrêtes de t’inquiéter pour moi… Tous les jours, c’est moi qui m’inquiète pour toi car tu es souvent en danger… Quand tu rentres à la maison et que tu es blessé… Ca me déchire de ne pas pouvoir être à tes côtés pour te venir en aide… Je t’aime Adrian et étant ta femme, j’exige d’être à tes côtés pour tes missions… Que tu le veuilles ou non ! »

Tapant presque du poing sur la table se trouvant à mes côtés, je m’arrête à quelques centimètres de cette dernière. J’évite de l’exploser et par la même occasion de lui dévoiler qui je suis réellement.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 22 Sep - 17:27

« NEVER! Hors de question! Je te veux hors du danger pas parce que je te crois sans défense mais parce que nous savons tous les deux que ta décision est purement impulsive et émotionnelle et tu le sais très bien! Regardes moi dans les yeux, Jennifer Eversfield, et ose me dire que tu prends cette décision à tête reposée et en toute objectivité! Nous savons bien que non. La discussion est close! »

Je n’utilise son nom complet que quand il s’agit de quelque chose de suprêmement important. Par exemple, quand je sais que ma douce et tendre va prendre une mauvaise décision sous le coup de l’impulsivité. Comme la fois où elle voulait aller engueuler mon patron parce qu’à cause de sa négligence, j’ai failli y laisser ma peau. Ou quand elle a voulu aller dire sa façon de penser à mes supérieurs en Angleterre comme quoi je ne suis pas un pion qu’on peut utiliser et déplacer à loisir. Ou… J’aime ma femme. De tout mon cœur. De tout mon amour. Et ça me fait mal de hausser le ton sur elle, de devoir me montrer si catégorique mais je ne peux pas en bonne conscience la laisser faire. Ce serait une grave erreur, un terrible manque de jugement et… Et…

Et les conséquences pourraient être funestes. Je me force à me lever, je la prends dans mes bras et je la serre contre moi. J’ai toujours su comment la calmer, comment la ramener à la raison, comment désamorcer ce genre de situation. Et que le docteur aille voir ailleurs si j’y suis. J’ai survécu à bien pire. My brave warrior princess… Elle serait capable de se dresser entre moi et je ne sais quelle odieuse menace sur un coup de tête. N’importe quel homme peut se sentir fier et honoré d’avoir une femme aussi merveilleuse. Forte et fière, my love. Et je ne la voudrais en rien comme le cliché de la parfaite petite épouse avec juste assez de QI pour faire la cuisine et le ménage.


« Excuses moi. Je n’aurais pas dû hausser le ton. Je comprends ton inquiétude et je comprends aussi ta douleur. Et jamais, jamais, jamais je n’oserais impliquer que tu es faible ou sans défense, my love. Tu es une femme merveilleuse et tu le sais, je donnerais ma vie pour toi. J’ai fait un choix, de risquer ma vie pour que d’autres vivent. Ne rend pas mon sacrifice inutile en te mettant en danger. »

Je l’embrasse tendrement. Pas timidement du bout des lèvres ou pas de façon à susciter le désir chez elle. C’est… Comment dire… Un baiser style conte de fée. Un baiser magique. Pour faire redescendre le stress, pour la ramener à de meilleurs sentiments, pour exprimer mon amour pour elle. Je caresse sa joue, son cou, son bras et… Tiens donc, est-ce que j’aurais la berlue? Il ne me semble pas, non… La vilaine cachotière. Jennifer, que je lui demande, est-ce que tu t’entrainerais en cachette, par le plus grand des hasards? Il y a définitivement une belle définition à ce bras, plus athlétique que dans mon souvenir. Mignon. Elle s’entraine parce qu’elle veut… GOODNESS GRACIOUS! Non! C’est mignon sans être mignon! Si elle s’entraine pour devenir membre de la Section Huit, je ne… Adrian, du calme. Jennifer a le droit de s’entrainer, de se tenir en forme.

Ne sautons pas aux conclusions.

Une infirmière entre pour vérifier mon état et cet air blasé, bon sang… C’est à peine si elle me regarde et en plus, elle ose ouvrir la télévision sans même me demander mon avis. Euh… Mademoiselle, le patient, c’est moi, cette télé était très bien fermée et vous pourriez au moins avoir la politesse de la refermer en sortant et… Mademoiselle! Eh! Oh! Le manque de savoir vivre des gens! Et quelles inepties se disent-ils en ce moment? WHAT!? SLANDEROUS LIES! Selon le journaliste, la Kryptonienne qui m’a sauvé est dépeinte comme une sorte de… D’assassin qui a éliminé des terroristes sans défense. ARE THEY INSANE!? On parle de TERRORISTES pas d’un autobus rempli d’orphelin! Où est mon téléphone que je leur dise ma façon de penser? Je vais remettre les pendules à l’heure, oui! Vous allez voir! Je suis en colère là! GRRR!


« Des mensonges! D’odieux mensonges! Sans cette Kryptonienne je serais entre des mains malveillantes et hostiles à la démocratie! Je vais leur dire ma façon de penser! Tu sais quoi my love? Ces vacances me feront le plus grand bien et si je suis honnête, je souhaiterais que cette mystérieuse Kryptonienne vienne me sortir de ce lit d’hôpital et m’amène avec sa super vitesse et ses capacités de vol en Angleterre!

Si J’osais… En fait si, j’ose! My love, aides moi à ramasser mes affaires s’il te plait et rentre faire tes valises. Je vais m’enfuir de cet hôpital et quitter le pays. Je veux ces vacances et je les veux maintenant. Il me faudra plus que des bleus et des bosses pour m’arrêter. J’aviserai mon patron une fois loin de ce pays de paranoïaques et de menteurs compulsifs. Maudit soit le sensationnalisme journalistique! C’est un fléau! »


Et dire que si je connaissais le secret de ma douce et tendre, je saurais que ladite Kryptonienne est en ce moment dans cette pièce et Jennifer doit être en train de rigoler intérieurement de voir son homme, son mari et son protégé (ça c’est moi) fulminer de la sorte et vouloir défendre un être capable de réduire la ville entière en cendres… Je suis moi, bon, chevaleresque et tributaire de nobles valeurs et idéaux, bon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Sam 23 Sep - 16:25

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Ca y est, il commence à hausser le ton dans ses nouveaux propos et cela m’agace énormément. Je ne suis pas loin de quitter la chambre pour aller m’isoler ou faire quelque chose qui ne faut pas. Par respect pour mon mari, je ne fais rien de tout ça et je préfère rester planter là à le regarder alors que je commence à nouveau à avoir les larmes aux yeux. Bon sang, cet humain m’a vraiment transformé en une personne sensible et je le déteste pour ça car cela ne me ressemble pas du tout. Normalement, la Kryptonienne que j’étais par le passé, lui aurait tenue tête au risque de démolir le bâtiment en entier mais là, je reste plantée face à lui sans rien faire.

« Je n’aime pas quand tu me parles de cette façon… » Lui avouais-je d’une petite voix.

Il se lève pour me rejoindre et me prendre dans ses bras. Une nouvelle fois, je laisse mes larmes perler le long de mes joues sans rien ajouter d’autres à mes propos. Je n’aime pas cette situation, je n’aime pas quand nous avons un avis différent car je l’aime plus que tout. Il me présente ses excuses et il n’a pas vraiment à le faire vu que je ne lui en veux pas du tout. Sa réaction est tout à fait normale vu qu’il ne souhaite pas que je me retrouve dans une situation périlleuse. Par contre, je me demande si il aurait toujours le même avis si je lui annonce que je suis la mystérieuse Kryptonienne qui lui vient toujours en aide.

« Je ne t’en veux pas du tout et je comprends parfaitement ta réaction. Cependant, il faut que tu saches que… »

N’ayant pas le temps d’achever mes propos, Adrian m’embrasse et j’y réponds avec beaucoup de douceur. J’aime énormément sa façon d’embrasser, sa façon d’agir avec moi, sa façon de me calmer… J’aime tout chez lui. Par contre, quand il me caresse le bras, je remarque que quelque chose ne va pas et je constate que je suis trop tendue sur le coup même si le baiser a le don de m’apaiser. Du coup, mes muscles sont contractés et cela augmente légèrement ma force. Peut-être qu’il est temps pour lui d’apprendre qui je suis réellement même si ça risque de détruire notre mariage. Oh non, je ne veux pas du tout que cela se produise, je ne veux pas le perdre. Dois-je encore garder le silence sur ça ?

« …Que je t’aime plus que tout mon amour. » Terminais-je ma phrase après avoir rompu l’échange.

Une infirmière entre dans la chambre sans frapper et je n’apprécie guère vu qu’elle interrompt un moment intime avec mon amour. Elle allume la télévision sans la moindre gêne et je la fusille du regard.

« Mais de quoi elle se mêle celle là ? »

Les informations du moment font l’état de ce qui s’est passé plutôt dans la journée et il accuse la fameuse Kryptonienne d’assassin pour avoir éliminer des terroristes sans défenses. Sans défenses ? C’est une blague, j’espère ? Je n’apprécie pas qu’on me qualifie de cette façon alors que je n’ai fait que sauver la vie de mon amour et de ses humains qui courraient dans tous les sens en appelant à l’aide. La réaction d’Adrian est immédiate et je dois reconnaître qu’elle me fait énormément plaisir car il me défend. D’ailleurs, il souhaite qu’on parte immédiatement en vacances et ce n’est pas une si mauvaise idée que ça.

« Oui mon amour, ses vacances nous feront du bien à tous les deux et je vais t’aider à sortir de cet hôpital, pas besoin de Kryptonienne ou de super-héros pour ça. »


Je l’aide à rassembler ses affaires et je le tiens ensuite par le bras pour lui éviter une mauvaise chute en cas de problèmes. Je le guide jusque la sortie de la chambre et il n’y a pas intérêt à ce que le médecin ou autres infirmières se pointent pour m’empêcher d’emmener mon mari en vacances.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Sam 23 Sep - 17:43

Tout est pardonné. Heureusement. Je ne suis jamais réellement en colère après Jennifer. Juste très inquiet. Je l’aime, évidemment et que ce soit par esprit chevaleresque, un système de valeur fort ou juste qui je suis, jamais je ne voudrais qu’il lui arrive quelque chose. Comprenez-moi. Je suis un fervent défenseur de l’égalité des sexes. Jamais et je dis bien jamais je ne verrai ma douce et tendre comme mon inférieure. Jamais. Sauf que je continue de croire que nous avons une responsabilité envers nos épouses, nos femmes, nos filles, la gent féminine en général. Elles sont porteuses de la vie, quand même. Vouloir protéger n’est pas diminuer autrui. Vouloir protéger n’est pas dénigrer. C’est un réflexe naturel, observable même dans la nature. Où est le mal?

Ceci étant dit, et c’est aussi observable dans la nature, la femelle de plusieurs espèce est prête à se battre pour son nid, pour ses petits. Chez l’être humain, elle se battra pour son mâle si nécessaire. La réaction de Jennifer est toute aussi normale et c’est pour cette raison que moi non plus je ne lui en veux pas. Oh je la connais. Elle va revenir à la charge. Elle n’a jamais été du genre à abandonner facilement. Mais ce ne sera pas aujourd’hui ni pendant nos vacances. Probablement la prochaine fois que je finirai à l’hôpital. Ou dans une clinique. Ou dans un établissement de soin. Vous avez compris.

Une femme forte et fière, je vous le dis, moi.

Sa réaction face à l’intrusion de l’infirmière est classique de ma douce et tendre. Je ne la dirais pas jalouse et possessive mais elle tient à ce que je sois bien traité. Je lui murmure à l’oreille « hush, my love », ou si vous préférez « calme-toi, mon amour » avant de l’embrasser à nouveau, doucement, tout doucement. Et par la suite elle a bien raison. Nous n’avons besoin de personne pour partir en vacances bien que je maintiens que la mystérieuse Kryptonienne aurait aidé à accélérer le processus. Et moi dans tout ça? Je me sens beaucoup mieux en fait. Comme je l’ai dit, j’ai été sonné. Quelques bosses, quelques bleus, rien de sérieux. Un peu d’amour, un peu de repos et ça ira beaucoup mieux.

Plus de peur que de mal, promis, juré.

Pendant que nous nous dirigeons vers la sortie, un médecin nous intercepte et son ton condescendant me ferait grincer des dents si je n’étais pas éminemment Britannique. En tout cas je peux sentir Jennifer se raidir tout d’un coup et son tempérament parfois volcanique revient à la charge. Encore une fois, c’est curieux, encore cette impression d’une musculature plus définie dans le bras que je tiens. Je jurerais que quand elle était « calme » ce n’était pas le cas. Si je ne fais rien, ça risque de faire une scène et toute une. C’est que ma douce et tendre n’a pas la langue dans sa poche, oh que non.

Show time, Adrian.

Avant que Jennifer ne puisse déchainer sa colère sur le médecin, je me plante devant lui et l’aborde de façon parfaitement calme et maitrisée. Je commence à lui poser des questions, sur l’éthique, sur la politesse, sur l’importance pour le patient de se considérer comme une personne. Physiquement, il ne recule pas mais son air arrogant se défait tranquillement et son assurance fond comme neige au soleil. Avec les mots, je suis redoutable. Au final, ce petit coq si fier a l’air d’un pigeon roucoulant, se répandant en excuses et il ouvre même la porte pour Jennifer. Une victoire à l’Adrian. Un baiser sur la joue me confirme que comme d’habitude, ma douce et tendre aime voir son homme à l’œuvre et comment il peut se servir de son cerveau pour régler les problèmes.

Je fais signe à un taxi et nous montons à l’arrière.


« Well, my love, que dirais-tu d’un peu de magasinage avant de partir en vacances? Un nouveau maillot de bain, peut-être ou de jolis vêtements pour impressionner ma parenté? Pour me faire pardonner de t’avoir inquiété à ce point, c’est moi qui paie. Si, si, j’insiste. C’est toi la plus belle, nous le savons tous les deux mais je veux que tout le monde le sache. Alors par quoi allons-nous commencer, my… »

Je ne termine pas ma phrase car ma douce et tendre vient de m’embrasser fougueusement. Goodness gracious, je ne me souviens pas l’avoir déjà vu si démonstrative en public… Ce n’est pas très britannique comme pensée mais… Je ne déteste pas ce petit côté de ma charmante épouse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Dim 24 Sep - 19:24

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Après le petit passage de l’infirmière désagréable et le moment ou l’on m’accuse d’être une criminelle pour avoir éliminer des terroristes, je sors de la chambre en compagnie de mon époux, Adrian. Une nouvelle fois, un médecin décide de nous mettre des bâtons dans les roues pour empêcher la sortie d’Adrian. Pour qui il se prend celui-là ? Même si les médecins ont de l’autorité dans leurs établissements, ce n’est pas une raison pour lui d’agir de cette façon. Donc, je commence à bouillir intérieurement et je ne suis pas loin d’exploser. D’ailleurs, je ne fais pas attention à la contraction de mes membres qui développent à nouveau ma musculature.

Adrian décide de se glisser entre nous pour éviter que cela dérape et je le laisse faire sans montrer le moindre signe de protestation. C’est qu’il sait s’exprimer mon amour et je dois reconnaître que je suis très fière de sa performance. Le médecin décide de ne rien ajouter à ce que vient de dire Adrian et il m’ouvre même la porte pour me laisser passer. Je dépose un baiser sur la joue de mon époux devant le nez du médecin juste pour féliciter sa victoire sur ce dernier. Nous sortons de l’établissement et Adrian fait signe à un taxi pour qu’il puisse nous prendre en charge. Je n’arrive pas à croire que nous allons partir en vacances, cela va nous faire un bien énorme.

Adrian commence à faire un petit planning pour préparer notre départ et j’acquiesce légèrement sans pour autant y répondre. Par contre, il continue à blablater et je décide de l’interrompre dans un long baiser fougueux. Des fois, quand il s’exprime, il n’y a pas moyen de l’arrêter et c’est pour cette raison que j’ai décidé d’agir de cette façon. D’ailleurs, je viens même m’installer sur lui pour prolonger le baiser alors que le chauffeur porte un regard sur nous et je m’en moque complètement. Je finis par rompre l’échange et retourner à ma place initiale, histoire de ne pas trop déraper.

« Pour te répondre, oui on peut faire quelques achats avant notre départ et effectivement, c’est toi qui paye. » Lui avouais-je tout en lui tirant la langue. « Maintenant que j’y pense, il serait peut-être temps pour nous d’agrandir la famille ? Qu’en penses-tu ? »

Houlà, je suis entrain de faire quoi là ? Je lui demande de fonder une famille alors que j’ignore si je suis capable de donner la vie. En imaginant que cela ne soit pas le cas, comment va-t-il réagir si je ne suis pas capable de lui donner un héritier ou une héritière ? Je me sens un peu mal sur le coup, sachant que je ne lui ai pas avoué que j’ai déjà rempli le formulaire pour entrer dans la section huit. Cela va mal finir tout ça, j’en ai bien peur.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Dim 24 Sep - 20:40

Et bien, on ne peut pas dire que ma douce et tendre a fini de me surprendre. Agréablement, il va de soi. D’abord ce baiser fougueux, elle qui s’assoit sur moi puis cette question sortit de nulle part… Agrandir la famille? Euh… C’est… C’est une question qui demande réflexion… Certainement pas maintenant en tout cas. Un taxi n’est pas un endroit pour prendre des décisions importantes et plus précisément, personnelles. C’est absolument impensable. Est-ce que je veux vraiment que le chauffeur de taxi ait vent de mes décisions ou pire, décide de donner son avis? Goodness gracious, non! Quand nous serons en Angleterre sur les terres familiales, je ne dis pas. Mais pas maintenant. Je ne peux que me demander d’où sort cette curieuse question d’ailleurs.

Je donne des directives au chauffeur pour passer par le centre commercial. Le trajet sera court et après avoir fait savoir à Jennifer que nous aurons l’occasion d’en reparler une fois en Angleterre, je passe un coup de fil, comme je l’ai précédemment mentionné, à cette chaine de nouvelles qui raconte n’importe quoi pour prendre la défense de cette mystérieuse Kryptonienne. Je ne supporte pas ce genre de diffamation, c’est plus fort que moi. Et puis bon, je ne suis pas du genre orgueilleux mais ma douce et tendre aime quand j’utilise mon intellect pour réparer les torts faits aux autres. Raison de plus pour préconiser une approche pacifique. Tout pour faire plaisir à mon épouse. Est-ce que j’ai déjà dit que je l’aimais éperdument? Oh oui, plus de fois qu’on ne le croit.

Nous arrivons au centre commercial, je paie le chauffeur, nous descendons et je me rends compte qu’est tombé de ma poche, accidentellement, un trésor inestimable. Je fais signe au taxi de ne pas repartir, étant descendu. Retrouver ce véhicule serait fastidieux et pénible et… Et il existe encore de bonnes personnes dans ce pays! Le moteur tourne et semble forcer un peu plus que de raison mais le véhicule ne bouge pas donc il m’attend! J’ouvre la porte, récupère ledit trésor, un cadau de Jennifer pour notre première année ensemble, une petite broche en argent sterling avec ACE gravé dessus. Mes initiales. Ce que je ne sais pas, par contre, c’est que le chauffeur comptait bien repartir sans attendre et que Jennifer a utilisé sa super force pour maintenir le véhicule en place le temps que je reprenne ce qui m’appartient. Évidemment, personne n’a rien remarqué.

Le bruit des voitures, tout ça… Enfin bon. Ce que je ne sais pas doit bien la faire rire, tiens. Nous entrons dans le centre commercial et pour lui faire une blague, le premier arrêt est une boutique de maillots de bain. Il y a de superbes endroits pour se baigner au Royaume-Uni et je compte bien faire en sorte que ma douce et tendre passe de superbes vacances. Et puis bon, payer pour elle va me faire plaisir. J’aime lui offrir des choses. Offrir est une action facile à faire et elle fait plaisir tant à celui qui donne qu’à celui qui reçoit. À moins d’offrir des choses désagréables mais c’est une autre histoire.


« My love, je l’ai toujours dit, tu es un trésor tant de corps que de cœur ou d’esprit. Une femme merveilleuse qui mériterait adulation et adoration. Alors comme nous partons en vacances, je veux que tu sois si bien habillée et si belle que toi, une américaine, une coloniale, tu jettes la honte sur les représentantes féminines de l’éternelle Albion. Ils vont voir que le plus chanceux des Eversfield, c’est moi! »

À ce qu’il parait je suis doué avec les compliments. En tout cas, Jennifer est rouge jusqu’aux oreilles et elle me dit de cette petite voix timide et gênée qu’elle n’est pas si extraordinaire que ça. Si modeste et si belle quand elle est gênée. C’est simple, même en colère, elle est sublime. Une déesse, oui! Et moi, je suis le mortel qui a été suffisamment chanceux pour l’épouser!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Jeu 28 Sep - 15:12

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
On va oublier le passage ou je parle d’avoir un enfant car ce n’est pas le moment et l’endroit pour ça. Cependant, cette idée, je la garde côté pour pouvoir en reparler plus tard, comme pendant nos vacances par exemple. Donc, je préfère ne plus parler de ce sujet pour le moment et je me contente d’écouter Adrian qui donne ses directives au chauffeur du taxi. Au passage, mon cher et tendre mari me fait savoir que nous reparlerons de cette histoire lorsque nous serons en Angleterre. Je lui adresse un doux sourire, accompagné d’un petit clin d’œil complice. Adrian prend son téléphone pour passer un coup de fil à la chaîne qui a osé dire que la mystérieuse Kryptonienne est une criminelle et tout en regardant vers l’extérieur, j’esquisse un fin sourire en coin en écoutant ses propos.

Quelques instants plus tard, nous arrivons au centre commercial et nous descendons du taxi avant qu’Adrian remarque qu’il a oublié quelque chose dans ce dernier. Le taxi semble vouloir partir malgré les appels de mon amour et discrètement, je glisse ma main droite discrètement vers le véhicule pour l’empêcher de mettre les voiles. Adrian entre dans ce dernier pour récupérer ce qu’il avait perdu et je laisse partir le taxi à la sortie de ce dernier. Heureusement que mon chéri n’a rien remarqué et je peux me permettre de sourire légèrement en coin suite à ma performance. A présent que nous entrons dans le centre commercial et Adrian décide de s’arrêter devant une boutique de maillot de bain. Je ne peux m’empêcher de rire légèrement et si il veut que je porte ses petites tenues sexy pour lui en mettre plein la vue, cela ne me dérange pas du tout.

Comme à son habitude, Adrian ne peut s’empêcher de complimenter et à chaque fois, je termine toujours toute rouge. Il a une de ses façons de le faire que cela ne me dérange pas du tout de les entendre. Si ça tenait qu’à moi, j’aimerai qu’il me complimente à longueur de journée mais je sais être raisonnable et ne pas lui demander cela.

« Tes compliments sont toujours un plaisir à entendre mais je ne suis pas si extraordinaire que ça… » Lui avouais-je d’une voix timide.

C’est vite dit car il ne faut pas oublier que je possède des pouvoirs et que je suis capable de faire certaines choses hors du commun. Mais ça, c’est une autre histoire vu que mon cher époux ne connaît pas du tout mon secret même si cela me brûle les lèvres de tout lui avouer. De toute façon, un jour ou l’autre, il faudra que je me lance pour tout lui dire et j’espère que cela ne détruira pas notre mariage de lui dévoiler un tel secret. Au passage, j’en profite un peu pour me rapprocher de lui et de l’embrasser juste par envie.

« Si tu veux que je défile dans l’un de ses maillots pour ton propre plaisir, n’hésites pas à me le faire savoir. » Lui demandais-je avec un doux sourire.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Jeu 28 Sep - 17:13

Que de modestie. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle a des origines modestes que les compliments semblent la gêner mais je pense ce que je dis. C’est à mon tour de rougir quand elle laisse planer la possibilité de parader devant moi dans un maillot sexy. Comprenez-moi, je ne suis pas… Comment dire… Incommodé par bien… Mais nous sommes quand même dans un lieu public et… Qu’importe. Si cela fait plaisir à l’élue de mon cœur, qu’elle parade, qu’elle montre que c’est elle la plus belle et que les autres femmes ne peuvent que rêver d’un tel niveau de perfection.

Ah les États-Uniens. Tellement moins de retenue que nous, Britanniques. Il faut leur reconnaitre une certaine audace, je ne dis pas le contraire. Simplement, parfois, je me demande si moi-même je ne devrais pas exhiber davantage ce genre de qualités. Dans mon travail, aucun problème. Je peux prendre des risques sans hésiter une seule seconde. C’est mon devoir. Mais dans ma vie de tous les jours, quand je ne suis plus l’analyste en chef, mon goût du risque semble s’effacer et je deviens considérablement plus prudent… Parfois presque à l’extrême. Je suis très protecteur de ma douce et tendre. Pas envahissant et contrôlant, goodness gracious, non. Mais j’ai quand même installé un système de surveillance très sophistiqué à la maison et je ne le lui ai pas exactement dit mais je ne sors plus sans être armé. Paranoïa? Non. J’ai fait un choix stupide et je dois l’assumer.

Je n’aurais jamais dû épouser Jennifer. Je la mets en danger. Il ne se passe pas un instant sans que je craigne pour sa vie à cause de moi. De mon métier. Des idéaux que je défends. Ça me hante la nuit et j’en fais des cauchemars terribles. Dans ces moments-là, je quitte notre lit commun, je vais dans mon bureau et je m’enterre dans le travail pour oublier. Ce qui j’ignore c’est que ce comportement n’a pas échappé à ma Kryptonienne d’épouse. De savoir qu’elle pourrait être enlevée et torturée par ma faute… Je ne le supporterais pas. Quel mari digne de ce nom pourrait le supporter? Aucun, voyons!

Je suis tiré de ces pensées pour le moins désagréables par Jennifer qui me demande si ça va. Je me force à sourire et je lui dis que oui, tout va bien. Ce n’est ni vrai ni faux. De la savoir en sécurité en ce moment me rassure. Le fait que nous soyons dans un lieu public donc très exposés me dérange. Mais en même temps, je ne peux pas enfermer Jennifer dans la maison « au cas où ». Elle me dit qu’elle sait exactement comment me changer les idées : en trouvant le maillot le plus sexy possible et en paradant devant moi.

Mon réflexe naturel est de protéger sa dignité en mentionnant qu’en agissant ainsi elle risque d’attirer des regards lubriques et irrespectueux et… Est-ce une pointe de frustration que je vois dans ses yeux? Comme si le fait qu’elle puisse être désiré par un autre que moi la mettait en colère. C’est à mon tour de lui demander si ça va et elle me sourit en répondant que oui. Je lui fais pleinement confiance. Pendant qu’elle va se changer, je décide de lui faire une surprise. J’ai vu en arrivant un petit café qui me semble fort sympathique et je décide d’aller lui acheter une brioche à la cannelle. Rien à voir avec celles que je fais à la maison. Analyste de génie, plombier, électricien, cuisinier, homme à tout faire… Je m’arrange pour que ma douce et tendre soit comblée.

Je retourne dans la boutique de maillots de bain et ma bonne humeur se désintègre en une fraction de seconde. De toutes les personnes que je pouvais rencontrer, pourquoi il fallait que je tombe sur ELLE? Permettez-moi de vous présenter, bien malgré moi, Stacy Delaney. Elle travaille pour la Section Huit et c’est la secrétaire particulière du directeur adjoint de l’organisation. Seins refaits, lèvres au collagène, de multiples chirurgies esthétiques, je me demande si elle n’est pas plus plastique que de chair et de sang. Une personne à la superficialité effarante qui serait capable de se plaindre que sa nourriture est tiède à côté d’enfants affamés du tiers monde. Oui. Ce genre de personne.

Autant vous dire que je ne l’aime pas du tout.

Elle flirte avec tout ce qui bouge et qui est de sexe masculin. Moi? Je n’ai aucun intérêt pour un être humain qui offre des conversations moins intéressantes que ma calculatrice. Et depuis les deux derniers mois, elle est déterminée à me séduire et à me mettre dans son lit. Une idée absurde. Je suis marié, fidèle ET britannique. Ceci dit, « non » veut dire pour elle qu’elle peut quand même réussir, quand même le faire. Elle me voit, trop tard pour tenter de se cacher et elle s’avance vers moi de façon que moi je trouve vulgaire. Personne, au naturel, ne marche en mettant ses seins bien en avant pour se faire voir. Du courage, Adrian. Je la salue poliment et lui demande de bien vouloir garder une distance professionnelle entre nous. Peine perdue. Autant demander la paix dans le monde.

Elle se colle pratiquement à moi et elle empeste le parfum de mauvaise qualité. Elle me demande si cette brioche est pour elle, je lui réponds que non, certainement pas mais elle en prend quand même une bouchée en s’assurant de se mettre du glaçage plein le visage pour le lécher de façon perverse. Si ça continue, soit je vomis, soit je risque de poser un geste qui risque de me coûter mon boulot. Je réitère plus fermement de maintenir une distance professionnelle, que ses avances me laissent de marbre et qu’elle me doit le montant de la brioche en mentionnant bien que tout non règlement à l’amiable fera en sorte que je ferai une note de service au département concerné. Oh qu’elle n’aime pas ça.

C’est une créature d’orgueil et de vanité alors elle décide de faire une scène en espérant me faire plier. Ma réaction est fort simple, je regarde ma montre en lui disant que j’ai à faire. Que je ne suis pas là pour l’écouter se plaindre. Ça lui fait péter les plombs. Elle commence à m’insulter, à tenter de me rabaisser mais son manque de vocabulaire la rend plus à plaindre qu’autre chose et je lui fais savoir que bon, j’ai assez perdu de temps, que je vais aller retrouver mon épouse avec qui je pourrai avoir autre chose qu’une conversation monosyllabique. Elle me met une gifle puis m’attrape par le col de mon vêtement et je lui fais savoir le plus calmement du monde qu’elle n’aurait pas dû faire ça. Qu’au palmarès des mauvaises idées, on tient un beau cas. Elle me demande pourquoi.

Oh… Simplement parce qu’une Jennifer enragée sort de sa cabine d’essayage en criant à l’autre de lâcher son mec. Je sais pertinemment que je ne suis pas en faute et ma douce et tendre le sait aussi. Je lui ai raconté à plus d’une reprise la conduite absolument odieuse de cette femme. Madame la secrétaire adjointe, je vous présente mon épouse, Jennifer Eversfield, que je lui dis. My love, mademoiselle Stacy Delaney, secrétaire adjointe du directeur adjoint de la Section Huit. Vous voyez? Je suis imperturbable. Plutôt que de s’avouer vaincue, elle commence à insulter mon épouse en dénigrant son physique. « Elle a moins de seins que moi, cette garce, qu’est-ce que tu lui trouves? » C’est plus fort que moi, j’éclate de rire. Comment peut-on être stupide à ce point?

Elle me met une autre gifle et c’est là que ma douce et tendre… Sembler péter les plombs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 29 Sep - 14:26

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Quelque chose tracasse Adrian et cela se voit sur son visage. Dommage que je n’ai pas le don de lire dans les pensées, je pourrai connaître ce qui met mon tendre époux dans cet état. Cependant, je ne fais rien d’autres que lui demander si ça va et il essaye de sourire tout en me disant que oui mais je n’y crois pas vraiment. Je me contente de sourire à mon tour même si je continue à m’inquiéter. D’ailleurs, j’ai une idée pour lui changer ses idées, je lui fais part que je vais enfiler un maillot de bain, sans doute le plus sexy du magasin et je suis certaine qu’il va apprécier cela. L’idée n’est pas si bonne que ça vu qu’il me fait part que je risque d’attirer les regards des autres sur ma personnes, ce qui pourrait provoquer certains désirs ou autres choses irrespectueuses.

J’avoue que cela ne me plait pas du tout d’attirer les regards des autres car si je m’habille de cette façon, c’est pour Adrian et pour personnes d’autres. A son tour, il me demande si je vais bien et je lui donne une réponse positive tout en souriant. Après un moment d’hésitation, je disparais dans les cabines pour me changer et enfiler le maillot super sexy. Je prends mon temps pour me changer et de l’enfiler correctement. Je tourne sur moi-même pour m’admirer dans le miroir et il faut bien reconnaître que ce maillot me va parfaitement bien. Adrian va certainement apprécier la vue et j’espère que le magasin n’est pas bondé de monde.

Ma super ouïe me permet d’entendre une discussion que vient d’entamer Adrian avec une femme dont la voix ne me dit pas grand chose. C’est moi ou elle est entrain de séduire mon époux ? Attends que je sorte de cette cabine et que je lui dise ma façon de penser à celle-là. Non mais je rêve là, elle l’insulte à présent et tant pis, je ne me change pas du tout et je décide de sortir de la cabine pour intervenir. Je ne peux pas laisser cette grognasse agir de cette façon et ses airs de pétasses ne m’impressionnent pas. J’hallucine, elle vient de le gifler avant de l’attraper par le col et je décide d’intervenir verbalement cette fois.

« Hey ! Toi là-bas ! Lâches mon époux si tu ne veux pas que je te refais le visage ! »

Ce que je viens de prononcer à l’instant, ne sont pas des paroles en l’air car je suis parfaitement capable de lui refaire le portrait. Je m’avance vers Adrian et cette hystérique pour faire face à cette dernière. Adrian fait les présentations et voilà donc cette fameuse Stacy qui tourne autour des hommes mariés.

« Tu devrais avoir honte de vouloir séduire les hommes mar… »

Je n’ai pas le temps d’achever mes propos qu’elle commence à m’insulter alors que je me suis montrée très polie avec elle. Adrian ne retient pas un rire, amusé par les propos de sa collègue et il se mange une nouvelle gifle. Cela me met hors de moi et j’attrape la jeune femme par le cou pour la soulever de sol comme si elle était aussi légère qu’une plume.

« De quel droit oses-tu frapper mon homme ?! » Lui demandais-je alors que je suis dans une rage folle. « Donnes-moi une bonne raison de ne pas broyer ta gorge ?! »

Au diable la politesse, je suis sur le point d’éliminer cette femme parce qu’elle a osé me pousser à bout en s’en prenant à mon homme et je ne me soucie pas de faire cette démonstration de force devant les quelques personnes présentes.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 29 Sep - 16:46

Wow. Je savais qu’une femme pouvait se montrer protectrice de son mari mais là c’est une toute autre chose entièrement. Je n’ai jamais vu Jennifer en colère comme ça. Enragée, serait probablement un terme plus adéquat. Si je n’interviens pas, ça pourrait devenir vilain. Je ne dis pas que Stacy ne mérite pas ce qui lui arrive. Elle l’a bien cherché. Cependant, je n’aime pas entendre ma douce et tendre parler de la sorte. Je doute fortement qu’elle mettrait quelque menace que ce soit à exécution de toute façon. Comme si ma femme était une tueuse. Ha ha ha, c’est grotesque. Certainement pas ma Jennifer d’amour. Elle est simplement en colère, c’est tout. Hum? Si je trouve anormal qu’elle lève d’une main et sans effort Stacy? Non, pourquoi?

C’est une grosse montée d’adrénaline, c’est tout. Une grande colère peut faire ce genre de choses et ainsi résulter en une force physique accrue. C’est parfaitement bien documenté, il y a eu plusieurs études. Pourquoi devrais-je être alarmé outre mesure? Jennifer a le droit d’être hors d’elle. C’est un être humain et les êtres humains sont des créatures d’émotions. Vous ne vous attendez quand même pas à ce que je la blâme pour son comportement! Un peu excessif, certes mais je dirais que c’est un cas classique de « plus de peur que de mal ». Je demande à Jennifer de reposer Stacy par terre mais elle ne semble pas m’entendre. Je réitère ma demande, un peu plus fort. Toujours pas de réaction. Euh… Jennifer, my love? Je dis ça je dis rien mais si tu lui broies le cou…

Tu vas un peu beaucoup la tuer, là…

Après, on me dira que ce ne serait pas une grosse perte pour l’humanité mais ça resterait un meurtre là. Et naturellement, miss barbie siliconée n’arrange pas les choses en hurlant comme un cochon qu’on égorge qu’on tente de la tuer. Mademoiselle Delaney, que je lui dis. Vous ne faites rien pour arranger les choses. Discutons calmement et je suis sûr que nous pouvons régler cette… Mésentente. Vous voyez? Diplomatie. J’oublie, par contre, que la diplomatie fonctionne avec les êtres intelligents. Pour toute réponse, Stacy me crache au visage. Ce qui fait que Jennifer pousse un cri de rage et la lance comme un vieux chiffon et la blonde idiote termine sa course dans un présentoir à maillots de bain. J’estime quelques contusions mais rien de sévère. Beau lancer, soit dit en passant.

Quand je vois que Jennifer s’avance pour donner un round deux à Stacy, je l’attrape par le bras et je suis étonné de la force requise pour qu’elle se rende compte que j’essaie de l’empêcher d’avancer. Manifestement ses niveaux d’adrénaline doivent être fort élevés… Elle se retourne vers moi et sur le coup, ne semble pas me reconnaitre et me repousse violemment. Ne m'attendant pas à cette réaction, je perds l’équilibre et tombe à la renverse et c’est comme si on venait d’éteindre un interrupteur dans le cerveau de ma douce et tendre. Elle se rend compte de ce qu’elle a fait et je vois dans son visage qu’elle retient ses larmes. Je vais bien, que je lui dis, ne t’en fais pas, my love.

Je me relève, paie pour l’achat qu’allait faire ma douce et tendre et viens pour quitter avec elle quand Stacy, complètement hystérique, menace futilement mon épouse. J’ai encore ma brioche, celle que cette écervelée a souillé de sa salive et je décide de m’en servir pour qu’elle arrête de faire tout ce cirque. Certes, elle a peut-être manqué de s’étouffer un peu mais au moins, on ne l’entend plus. Je prends Jennifer par le bras et je l’amène vers un endroit où l’achalandage est à peu près nul et pour cause : la section est en construction. Je vois bien qu’elle veut me dire quelque chose mais je l’embrasse tendrement avant de la serrer dans mes bras. Hush, my love, il n’y a rien à dire.


« Chut. Ça va, c’est fini. Tu as juste voulu défendre ton homme. Tu n’es pas en faute, nous savons tous les deux que je peux le prouver et il n’y aura pas de représailles. En tout cas, quelle force! Pendant un instant j’aurais presque pu jurer que tu étais une Amazone ou une Kryptonienne. Ha ha ha! What a ridiculous idea! L’adrénaline, c’est tout. Les gens s’imaginent toutes sortes de choses alors que bon… Bref. »

Je l’embrasse une deuxième fois et lui offre un sourire rassurant. Intérieurement je suis inquiet. On dirait qu’elle va craquer, comme si quelque chose lui pesait terriblement sur la conscience. Oh my love, tu culpabiliserais parce que tu penses avoir fait quelque chose de mal? Jamais voyons. Comme si tu étais capable de faire quelque chose d’horrible. Tu es la femme la plus merveilleuse du monde. Je le lui dis tellement souvent, si elle ne le sait pas encore… Ce serait encore bien surprenant.

« Tu es la femme la plus merveilleuse que je connaisse. Pleine d’admirables qualités. Douce, aimante, on ne saurait demander meilleure épouse. Voilà qui est Jennifer Eversfield. À ta place, moi aussi je t’aurais défendu. Même que dans un cas plus extrême, je n’aurais pas hésité à la menacer de mon arme. Tu as protégé notre couple, c’est tout. My Superwoman. Je t’aime même si tu m’as fait tomber sur les fesses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 29 Sep - 18:05

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Cette femme s’en prend à mon mari et je deviens complètement folle de rage. Je ne supporte pas qu’on lui fasse le moindre mal et cette dernière vient de faire quelque chose qu’elle n’aurait jamais du. Je la soulève avec aisance par le cou et je commence à faire une légère pression sur ce dernier. Au passage, je n’entends pas les deux demandes d’Adrian qui me suggèrent de poser Stacy sur le sol avant que cette dernière meurt entre mes mains. A vrai dire, je n’entends pas grand chose sur le moment car j’ai envie de supprimer cette peste en jupon. Adrian, quant à lui, essaye de calmer la truie vu qu’elle crie de cette façon et au lieu de ça, elle préfère lui cracher à la figure.

Poussant un cri de rage suite à son geste, je décide de lancer la blonde vers un présentoir à maillot et je m’avance dans la direction de la jeune femme car elle n’a pas assez souffert pour moi. Mon époux tente de me stopper en m’attrapant le bras mais cela ne m’empêche pas d’avancer. Il est obligé de forcer pour que je me rende compte qu’il essaye de m’arrêter et je porte un regard sur sa personne avant de le repousser violemment pour le forcer à lâcher prise. Suite à sa chute, je finis par me calmer et je lui lance un regard larmoyant suite à ce que je viens de faire.

« Je suis désolée… » M’exprimais-je d’une petite voix.

Adrian se relève aussitôt pour payer le maillot avant de me rejoindre pour m’emmener dans un coin tranquille. Concernant les paroles de Stacy, je n’y prête guère attention et mon homme lui cloue le bec en lui mettant une brioche dans la bouche. Hors du magasin où j’ai failli griller ma double identité, j’observe Adrian d’une manière à lui présenter mes excuses pour ce que j’ai fait.

« Pardonne-m… »

N’ayant guère le temps de prononcer la suite de mes paroles, je me fais interrompre par mon amour qui vient de décider de m’embrasser pour me faire taire. Comme à mon  habitude, je prolonge l’échange tout en me blottissant contre lui et en fermant les yeux. Evidemment, je regrette de l’avoir repoussé de cette façon mais je ne regrette pas du tout d’avoir failli tuer cette allumeuse. Au moins, cela lui servira de leçon et j’espère qu’elle réfléchira à deux fois avant de vouloir séduire ou frapper un homme marié. Adrian s’exprime, cherchant à me rassurer en m’avouant que ce n’est pas de ma faute, que j’ai juste cherché à le défendre et il a parfaitement raison, c’est pour le défendre que j’ai agis de cette façon.

Il me compare à une Amazone ou à une Kryptonienne et j’avoue que sur le coup, j’ai peur qu’il comprenne qui je suis réellement. Il conclue que c’est l’adrénaline qui a causé ce changement chez moi et intérieurement, je suis soulagée qu’il ne poursuit pas son hypothèse sur la Kryptonienne. Il m’embrasse une seconde fois et j’y réponds à nouveau. Adrian, si tu continues à m’embrasser de cette façon, je pense que cela risque de déraper légèrement. Bref, j’écoute ses nouvelles paroles, me complimentant comme à son habitude et je retrouve lentement le sourire. Il m’avoue également qu’il n’aurait pas hésité à la menacer avec une arme si les rôles étaient inversés.

« Je suis désolée de t’avoir repoussé de cette façon, j’étais complètement hors de moi… Moi aussi, je t’aime Adrian Eversfield et personne ne pourra effacer cet amour que j’éprouve pour toi. » M’exprimais-je avant de lui voler un baiser. « Je suis la plus heureuse des femmes à tes côtés et t’épouser est la meilleure chose qui m’est arrivée dans ma vie… »
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Ven 29 Sep - 20:32

Qu’y aurait-il à pardonner, au juste? Elle a eu un mouvement d’humeur, c’est parfaitement humain. Cela arrive à tout le monde. Et c’est normal. Aveuglée par la colère, elle m’a poussé, je suis tombé et je ne me suis pas VRAIMENT fait mal donc… Pourquoi en faire tout un plat? Je ne lui en veux pas, en tout cas et je ne veux pas qu’elle culpabilise non plus. Nous sommes un couple et en tant que tel, nous pouvons affronter toutes les épreuves qui se dresseront devant nous. Ne t’en fais pas, my love. Tout va bien aller. Je me permets toutefois une légère provocation. Adrian Carlyle Eversfield, lui fis-je remarquer puisqu’elle avait utilisé un seul de mes deux prénoms. Je suis flatté, naturellement, qu’elle voit notre couple sous cet angle. Très flatté.

Bon. Il faudrait que je lui change les idées. En tant que bonne personne, je sais que Jennifer peut souvent s’en vouloir déraisonnablement sur de longues périodes de temps. Comme cette fois où la mystérieuse Kryptonienne avait tenté de me porter assistance et que j’avais été momentanément emporté par le courant. Cette mésaventure n’était en rien la faute de Jennifer et pourtant ce soir-là, elle n’avait pratiquement rien mangé, huit heures après les faits. Pourquoi culpabiliser, elle n’était même pas sur les lieux de l’incident… Enfin bon. Je veux que ma douce et tendre soit heureuse. Je veux lui changer les idées. Alors j’ai un plan pour ce faire. Et quel plan! Je suis sûr qu’elle va adorer!

Si vous vous souvenez, elle devait parader dans son maillot sexy tout à l’heure mais n’en a pas eu la chance. Et si je paradais dans quelque chose de sexy, moi aussi? Nous sommes un jeune couple qui s’en va en vacances. Vous pensez vraiment que le jeu de la séduction est mort entre nous? Balivernes. La flamme de la passion brûle encore pour nous. Et comme elle me fait confiance, je lui demande de fermer les yeux et de me laisser la guider. Je l’amène dans une boutique de vêtements pour homme, la fait s’asseoir sur un siège et lui demande d’attendre sagement. Quand elle ouvre les yeux, je porte un ensemble qui sans être affreusement serré épouse bien mon corps. Bon…

Je ne suis pas forcément le plus athlétique des hommes mais je m’entraine sur une base régulière et mon métier, qui devrait être celui davantage d’un « fonctionnaire » fait en sorte que rester en forme est une affaire de survie, pratiquement. Évidemment, comme on le sait, il n’y a rien de plus séduisant que quelqu’un qui ignore tout de l’effet qu’il fait. Ce qui est mon cas, considérant que la vantardise n’est pas dans mes prérogatives et que bon, comment pourrais-je savoir que les envies des Kryptoniens sont bien plus aiguisées que ceux des Humains? Certes, Jennifer m’embrasse souvent avec passion et cet épisode dans le taxi où elle s’est assise sur moi passent pour des incidents isolés mais après un grand stress comme elle vient de vivre? Peut-être était-ce une idée discutable. Ou pas.

Le but étant de bien paraitre pour elle, de trouver des vêtements pour ces vacances que je prends avec elle et de lui changer les idées en se concentrant sur « son homme », je dirais que j’ai parfaitement réussi dans cet objectif. Je n’ai pas l’habitude de parader ainsi en public mais pour ramener Jennifer à de meilleures pensées, je… Bien je défilerais nu devant elle si nécessaire, voilà! J’aime ma femme d’un amour sincère et je veux la voir heureuse. Bien peu de sacrifices me semblent trop difficiles à faire quand il s’agit de Jennifer. Je lui fais un clin d’œil complice avant de m’avancer vers elle.


« Tadam… What do you think, my love? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mer 11 Oct - 19:32

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Oh punaise, que j’ai chaud sur le coup, la colère m’a fait perdre le contrôle de moi-même et j’ai failli éliminer cette femme parce qu’elle a décidé de s’en prendre à mon mari. D’ailleurs, j’ai même cru que ma seconde identité allait être grillée, si je peux me permettre de dire cela de cette façon, et au lieu de ça, il met cet accès de force sur le coup de l’adrénaline. Il est vrai que cette dernière peut permettre beaucoup de chose mais de là à soulever une personne d’une seule main et sans la moindre difficulté, c’est un peu exagéré, non ? Bref, Adrian m’emmène ailleurs, dans un autre endroit que ce magasin pour que je puisse me calmer en toute tranquillité.

C’est là que monsieur décide de me changer les idées en demandant de fermer les yeux dans un premier temps et il me prend la main pour me guider. Vu que j’ai une totale confiance en lui, je décide de jouer le jeu en fermant les yeux et en laissant Adrian m’emmener dans un lieu parfaitement inconnu. Où est-ce qu’il m’emmène ? En voilà une excellente question mais je ne dispose pas de la réponse pour le moment. Il m’invite à prendre place sur un siège, chose que je fait et il me demande d’attendre. J’acquiesce légèrement de la tête tout en restant assise à ma place et en gardant les yeux fermés.

Attendant patiemment sur le siège depuis quelques minutes, je m’interroge sur les intentions de mon mari. C’est alors que ce dernier revient près de moi et me demande d’ouvrir les yeux. Ce que je fais immédiatement et à ma grande surprise, ce que j’ai sous les yeux, ne me déplait pas du tout. Au contraire, j’apprécie grandement et je ne retiens pas des rires ainsi que des applaudissements. Dans la logique des choses, c’était à moi de parader en maillot de bain et non l’inverse. Cependant, je le remercie du fond du cœur car il me permet de ne pas culpabiliser et n’hésites pas une seconde à me changer les idées lorsque je suis mal.

« Tu es vraiment très séduisant. » Lui avouais-je tout en me levant pour me rapprocher de lui. « Je te remercie pour tout ce que tu fais pour moi, je suis vraiment la femme la plus heureuse et j’ai énormément de chance de t’avoir… Je t’aime de tout mon cœur. »

Pour appuyer mes dires, je l’embrasse tendrement tout en glissant mes mains sur sa nuque. Même si je suis censée être méchante et une criminelle, Adrian arrive à faire sortir les bons côtés de ma personne.[/color]
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Mer 11 Oct - 20:48

Voilà qui est nettement mieux. Ma douce et tendre, heureuse. Satisfaite. Pleine d’amour et d’affection. Elle a son petit tempérament, d’accord, mais qui n’a pas des hauts et des bas dans sa vie de tous les jours, hum? Même moi, et je suis britannique, il m’arrive de perdre patience. C’est très rare mais ça arrive. Et s’il faut être parfaitement honnête, j’avais presque oublié ce que c’était que d’être quelqu’un de normal. De ne pas sentir le poids constant de trop lourdes responsabilités sur mes épaules.

De juste être un homme amoureux, soucieux, désireux de rendre son épouse heureuse. Satisfait de sa réaction (ce baiser était ma foi fort agréable), je retourne me changer et je parade encore devant ma belle pendant une quinzaine de minute, à essayer divers ensemble d’été pour des vacances bien méritées. Tant pis pour les regards jaloux.

C’est à Jennifer que je suis marié, de toute façon, pas à ces hommes qui jalouse ma chance d’avoir épousé une si grande beauté, un intellect si aiguisé et de merveilleuses qualités. J’aime ma femme et j’ose dire que ma femme m’aime. Si pour le démontrer je dois, à l’occasion, considérer faire quelque chose de plus osé, soit. Tant qu’on ne verse pas dans le vulgaire, pourquoi ne pas pimenter un peu les choses? Oh je connais certains membres de ma famille qui s’insurgeraient mais… Je ne contreviens à aucune tradition, après tout. Ce serait quand même impensable de renier des siècles d’histoire familiale pour une… Fantaisie au demeurant éphémère. Non. Évoluer est important mais il ne faut pas abandonner le passé pour autant. Un Eversfield fait la cour à sa belle, il ne se dévergonde pas. Ce serait cultiver le germe de l’infamie, oui! Mais je m’égare…

Cette petite séance de magasinage terminé, je décide d’aller manger un morceau avec ma douce et tendre. Le but étant, naturellement, de continuer à lui changer les idées. Ça et peut-être aussi le désir égoïste de dissuader quiconque nous verrait de venir embêter ma belle et charmante épouse. Certains hommes ne comprennent pas qu’une femme mariée ne va pas magiquement divorcer pour se jeter dans des bras plus musclés ou un organe reproducteur masculin plus… Imposant. Ce que je ne sais pas c’est que Jennifer serait probablement plus du genre à faire semblant d’être séduite et de leur faire mordre la poussière mais ignorant tout de sa nature plus sombre… Je ne suspecte rien. Justement…

Nous sommes en train de manger une crème glacée (que je lui ai offerte, je suis un gentleman) et un homme costaud, le genre tout dans les muscles, rien dans la cervelle et qui pense pouvoir séduire les femmes avec son bronzage orange, ses phrase de drague pitoyables et son sens de la mode discutable s’approche de notre table et commence à faire subir à Jennifer sa tentative pénible de séduction. Il est de mon devoir, en tant que son mari, de la défendre. Pas parce qu’elle n’en serait pas capable, loin de là. Simplement parce que franchement, je serais le dernier des imbéciles si je la forçais à devoir endurer un spectacle si pathétique. Monsieur, dis-je, madame est mariée. Il s’agit de mon épouse comme cette bague à son doigt le montre. Je vous prierais de cesser de l’importuner.

Mais la bête refuse d’écouter en disant que lui, c’est un homme, un vrai et que ses gros muscles peuvent lui permettre de mettre la femme de son choix dans son lit, y compris celles qui sont homosexuelles. Il ajoute que son parfum fait tomber les femmes à ses pieds, ce à quoi je rétorque qu’effectivement, le chloroforme a ce genre de propriété. Voilà que j’ai touché un nerf sensible et me dominant de toute sa hauteur, il tente l’approche du faible, l’intimidation. Je lui indique calmement que je lui donne trois secondes pour s’excuser car il va se rendre ridicule. Il m’attrape par le col et menace de me frapper pendant que j’égrène les secondes… Et arrivé à zéro, je mets en pratique ce qu’un entrainement d’agent de la Section Huit peut faire et cet imbécile est vite neutralisé par une clé de bras des plus efficaces. La sécurité du centre commercial arrive et d’une voix autoritaire après avoir présenté mon badge, je clame « Security! Arrest that man! ».

Que voulez-vous. Moi aussi je peux avoir l’air… Comment dites-vous déjà? Badass.


« Je ne suis peut-être pas Superman ou Batman mais je saurai quand même te défendre, my love. Et pardon de te dire cela mais tu devrais fermer la bouche avant d’avaler une mouche. Ce n’était pas si impressionnant que cela, après tout, je n’ai rien d’un super héros. Oh bon, je sais, je sais, en général je ne suis pas si… Comment dire… Porté sur la confrontation physique mais je serais un terrible époux si je ne me tenais pas debout pour toi! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 79 Age du joueur : 30 Crédits : Google Batarangs : 1850

Feuille de personnage
Nom de Code: Rhea
Multi-Comptes: Donna Troy
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Jeu 12 Oct - 21:53

Juste une vérification de routine, they saidAdrian x Jennifer
Epouser Adrian est certainement la meilleure chose que j’ai faite dans ma vie. Cet homme est vraiment génial, il a énormément de talents qu’il met en œuvre pour me changer les idées et je ne sais pas si je mérite d’être sa femme. Il connaît que le meilleur côté de ma personne, la douce et gentille Jennifer qui prend soin de son homme. Par contre, il ne connaît pas le mauvais côté de ma personne, sachant que mon vrai nom est Rhea et je suis considérée comme une criminelle par les miens. Du moins, pour ceux qui sont encore en vies comme Kal-El et Kara par exemple. Il va vraiment falloir que je pense à m’occuper d’eux si je veux avoir une chance de garder ma seconde identité secrète.

Après la séance de magasinage et le beau défilé qu’à fait mon cher époux pour me changer les idées, il décide de poursuivre sur sa lancée en m’emmenant manger quelque chose. Une crème glacée, c’est mon pêcher mignon et j’en prends une à la fraise vu que c’est ma préférée. Je sais que je l’ai déjà dit et que je me répète mais Adrian est vraiment un homme formidable et j’ai énormément de chance de l’avoir comme mon mari. A présent, je profite de cette glace tout en lançant des regards rempli d’amour à mon époux et malheureusement pour nous, notre bonne humeur vient d’être interrompue par un homme souhaitant me séduire pour une raison que je connais parfaitement.

On ne peut pas passer un moment sans qu’une personne ennuyante, pour rester polie, vienne interrompre notre moment de tranquillité ? J’ai l’impression que c’est la malchance qui s’acharne sur notre couple et je vais vraiment finir par devenir méchante. D’ailleurs, je suis sur le point de me lever et de faire une nouvelle démonstration de ma super force à Adrian mais ce dernier me devance en s’exprimant face à cette personne. Bien entendu, je le laisse faire et j’observe avec attention la scène. Si l’individu en question, tente quoi que ce soit sur mon mari, je vous préviens qu’il va passer un sale quart d’heure entre mes mains.

Les mots ne suffisent pas visiblement et Adrian vient de toucher une corde sensible de l’inconnu qui commence à le menacer. Je n’ai pas le choix, je vais devoir intervenir si je ne veux pas que mon mari se retrouve une nouvelle fois à l’hôpital. Alors que ce dernier se fait saisir par le col, il commence à faire un décompte et rapidement, l’inconnu se fait maîtriser par Adrian grâce à une clé de bras. J’avoue que sur le coup, je suis bluffée par sa façon de faire et je dois reconnaître que je suis impressionnée par la facilité dont il a réussi à maîtriser cet homme. La sécurité intervient et Adrian ordonne à ses hommes d’arrêter l’inconnu.

Le calme étant revenu, je porte mon attention sur Adrian qui m’explique qu’il n’est pas Superman ou Batman mais qu’il sera toujours là pour me protéger. Ses paroles me touchent énormément, il faut le reconnaître et je me lève pour faire le tour de la table afin de m’asseoir sur ses genoux pour l’embrasser avec amour.

« A mes yeux, tu n’as pas besoin d’être Superman ou Batman… Tu es bien meilleur qu’eux. Tu es mon Super-Héros et sache mon amour que tu le resteras toujours. »

Au passage, il va vraiment falloir que je m’occupe de Superman et de sa cousine. Pour se faire, je vais devoir prévoir un face à face avec Kal-El pour l’éliminer en premier.
©️ YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 67 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 2950

Feuille de personnage
Nom de Code: Ace
Multi-Comptes: Maggie Marzena et Astarte
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)   Jeu 12 Oct - 22:31

Moi? Un super héros? Allons donc. Je suis de cher et de sang, mortel et certainement pas plus grand que nature. Je laisse ce genre d’arrogance à d’autres. Je suis parfaitement conscient de mes limites et de mes faiblesses, chose qu’il faut beaucoup d’humilité pour accepter. Personne n’aime se faire prendre en défaut ou avoir tort. Pourtant, cela fait partie de la vie et nous nous devons de l’accepter. Ce n’est pas facile, je suis le premier à le reconnaitre. Cela dit, il le faut. Si je refusais d’accepter qui je suis, je ne pourrais prétendre faire mon travail comme il faut. Et en quelque part, c’est le grand défaut de la plupart des super héros. Prenons Superman, par exemple.

Quand il affronte Metallo en plein cœur de Metropolis, parce qu’il est Superman, parce qu’il a des pouvoirs, il croit que c’est sa responsabilité de sauver la veuve et l’orphelin. Mais prend-il en considération tous les dégâts qu’il cause et les victimes qu’il fait, directes ou collatérales? Nous sommes dans le vrai monde. On n’évacue pas le centre-ville d’une agglomération importante en trente secondes. Cela prend du temps et bien souvent, il y a encore des gens dans les bâtiments qui sont détruits dans l’affrontement. C’est la dure réalité des choses mais est-ce qu’il va changer sa façon de faire? Non.

Moi, si on doit faire un parallèle, le sais que toute anomalie peut apparaitre pendant une fraction de seconde sur mes écrans et disparaitre. Cette anomalie peut être une fine trace de radiation comme un ordre de lancement d’un test de missiles. Si je ne suis pas attentif, la différence entre l’apocalypse et une journée comme les autres n’est pas forcément si impossible à prendre en compte. Un seul geste peut déclencher une guerre. Et avec la quantité de missiles atomiques sur cette Terre… Tout cela pour dire que si je suis un super héros, mon pouvoir principal, dans ce cas, c’est le gros bon sens. Une qualité qui fait trop souvent défaut en ce bas monde. En tout cas ça me fait bien rire, tout ça.

Jennifer s’est assise sur mes genoux et je deviens tout rouge, peu habitué par ce genre de démonstration en public. Je ne sais pas ce qu’elle a ces derniers temps mais je lui découvre un côté bien plus… Osé, si on peut dire. Comme si je regardais Jennifer sans vraiment regarder Jennifer. Curieux certes mais bon, c’est globalement inoffensif, elle n’est pas en train de faire un strip tease sur la table ou de m’embrasser à la française. Peut-être cherche-t-elle simplement à garder la passion dans notre couple. Je ne sais pas. C’est plausible. Chose certaine, après l’intervention de cet imbécile nourri aux anabolisants, ce centre commercial me semble soudain bien moins fascinant. Deux indésirables en l’espace d’une demi-heure, quand même. Il serait plus sage, je crois, de rentrer à Washington D.C. et de faire nos valises. Les vacances m’attendent!


« My love, je crois que nous devrions partir. Deux indésirables en trente minutes n’est pas pour me plaire et ces valises ne vont pas se faire toutes seules. Nous en avons pour plusieurs minutes de routes en voiture mais si tu préfères, je peux tenter d’avoir un hélicoptère ou un jet privé. Ce n’est pas comme si je pouvais juste m’envoler et nous ramener à la maison. Tu imagines? Moi, voler? Ha! Ridiculous. »

Le temps de se décider sur un moyen de transport, je décide de faire une vilaine blague à ma charmante épouse. Je la serre contre moi et vif comme l’éclair, je place une main glacée contre son dos. À mon tour de me sentir aventurier et de te faire une farce en plein public. Certes, ce n’est pas ce qu’il y a de plus… Impressionnant mais bon. En général, je suis sage comme une image, en public…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Juste une vérification de routine, they said... (PV Jennifer Eversfield)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» LOUIS XIII LE JUSTE (14/05/1610-14/05/1643) Denier tournois de Navarre - 1635
» [Sollogoub, Tania] Il y avait un garçon de mon âge juste en dessous de chez nous
» Routine soin du visage
» Que faire lorsque la routine, la monotonie s'installe dans un couple ?
» Double tournois type warin, Louis XIII le juste 1642 H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: National City :: La Ville-
Sauter vers:  




Le très célèbre criminel Jonathan Crane dit l'épouvantail s'échappe de l'asile d'Arkham à l'aide de Deathstroke. Lire la suite

Participer aux news ICI !

Une News pour 100 batarangs !
Places libres : 2/3



Réunion entre criminels
Soirée costumée

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !