Partagez | 
 

 Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON
Messages : 374 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 550

Feuille de personnage
Nom de Code: Aucun
Multi-Comptes: Selina Kyle
Infos Diverses:
MessageSujet: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Dim 21 Mai - 15:04

Ainsi donc, un être aussi primordial et redoutable que Swamp Thing en avait après lui...
La tête appuyée contre la vitre froide du bus qui l'éloignait du cœur de National city, Jason ruminait cette glaçante information en tentant timidement de comprendre d'où avait bien pu naître cette animosité. La journée se terminait dans un crépuscule rassurant, au-dessus de la ville élue par Supergirl pour être son terrain d'action principal. Assis au fond du bus, le druide se trouvait être le dernier passager encore dans le véhicule ; le seul individu qui avait volontairement choisi de séjourner dans le motel le plus excentré de cette grande ville de la Côte Ouest. Si, à sa montée dans le transport en commun, l'hôte d'Etrigan avait pu croiser le regard d'humanoïdes à l'aspect exotique, ces derniers s'étaient progressivement éclipsés au fil des arrêts en banlieue qui jalonnaient le trajet du bus, l'abandonnant à ses sombres conjectures.


Peu de végétaux tolèrent les côtes salines ; redouterais-tu ici l'avatar du Green ?  Se moqua la très probable raison du récent allongement de la liste des menaces pesants sur le modeste guide touristique.

Du bout de l'index, le trentenaire britannique suivit le tracé du "cadeau" que lui avait offert Malmaewn : une morsure, assez profonde pour avoir pénétré la chair et laissé une empreinte qui déjà, imprimait son relief sur l'avant-bras gauche du magicien, sous la chemise d'un bleu incertain qu'il portait. Quant bien même il ne demandait jamais rien en retour pour son aide, le druide recevait régulièrement ce type de compensation pour ses efforts. Le pucka, natif du Glamorgan, avait été ravi de son installation dans une ville plus ouverte aux humanoïdes, du fait de sa politique d'intégration des extra-terrestres ; le petit être avait insisté pour remettre à Jason la bénédicton de Bres Macelatha "de manière traditionnelle" (les faes étaient généralement conservatrices, et les puckas encore plus). La bénédiction était venue compléter un avertissement proféré par le goblinoïde de sa voix chargé du lourd accent écossais.

" Watch carefully where you step, wise oak ; the Tuatha Dé Danann are not so silently mourning anymore. We, folk of the Green, are hearing uneasing whispers... "


Pour un apparenté des gobelins, il s'est montré plutôt explicite. Le panthéon des êtres féériques s'agite, et toute la famille des faes liés au végétal entendent une inquiétante rumeur. Qui me concernerait, puisque ce cher Malmaewn a jugé bon de me transmettre la protection du dieu des végétaux et de l'agriculture...

Jason avait été profondément touché par le geste du réfugié féérique. Des interdictions sanctionnées par la mise à mort planaient sur le vieux peuple, notamment sur le fait de donner trop d'informations féériques aux mortels (même ceux ayant un pied dans le monde de la Magie). Sans en dire trop, et en demeurant assez évasif, Malmaewn avait malgré tout fait de son mieux pour avertir le possédé du danger qui se profilait dans sa direction, et l'en prémunir.
Sans l'avoir jamais rencontré, le britannique soupçonnait la fameuse menace d'être l'avatar du Green lui-même, le légendaire Swamp Thing aux objectifs rarement compréhensibles pour d'autres que lui. La Chose des marais obéissait à la nécessité de préserver la Nature, neutralisant parfois quelqu'un des décennies avant qu'il ou elle ne s'avère être une menace pour l'environnement ; le reste du temps, il communiait avec ses frères et sœurs de sève, apaisant leur trépas ou stimulant leur croissance. Véritable instrument n'obéissant qu'aux plus hautes autorités surnaturelles, l'avatar du Green était unique en son genre, une entité de régulation supervisant la planète entière. L'hôte d'Etrigan devinait que la survenue su Terre d'un général démoniaque cracheur de flammes n'avait pas dû plaire au Swamp Thing, lequel était apparemment sorti de sa retraite pour venir supprimer une nouvelle menace pour la Nature.


Heureusement qu'il est possible de discuter avec ce colosse de lianes... Soupira en son for intérieur l'anglais, qui résidait pour la majorité de son temps en Nouvelle-Angleterre, soit la région la plus humide et verdoyante des États-unis, un emplacement où la Nature pulsait avec vigueur et où le surnaturel avait laissé sa marque.

La très californienne National city, avec son climat sec favorisé par la présence d'un désert en limite de la ville, ne lui manquerait guère. Le résident de Salem avait les yeux irrités et la gorge saisie de toux intempestives depuis le début de la semaine, date de son arrivée à l'autre bout du pays. Maintenant qu'il était assuré que la relocalisation de Malmaewn s'était déroulée sans encombres, le spécialiste des mythes arthuriens pourrait reprendre la route vers l'Est dès le lendemain. Pour l'heure, descendant au terminus de son bus, il n'aspirait qu'à boire une demi-bouteille d'eau, se débarbouiller le visage, et tenter de se préparer pour une nuit modérément envahie de cauchemars nés des essais incessants d'Etrigan pour entamer sa volonté. À National city toutefois, Jason s'autorisait à relâcher un peu sa vigilance vis-à-vis de son alter-égo : même s'il venait à perdre le contrôle, la kryptonienne locale se trouverait là pour l'empêcher de nuire. La clef de sa chambre en main, une tenue légère adaptée au climat californien sur le dos, le britannique couvrit d'un pas modéré les centaines de mètres le séparant de sa chambre sans charmes. La température extérieure, redescendue de quelques degrés, permit à un semblant d'humidité de revenir dans l'air ambiant. Moins éprouvé par la sécheresse, le promeneur aux cheveux châtain assista au rituel devenu familier pour lui de l'allumage des éclairages publiques bordant son logement ; le soleil avait finalement disparu derrière l'horizon, chassant la chaleur insistante de National city loin vers l'Ouest et l'océan.


_________________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1452 Age du joueur : 29 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 906

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Lun 22 Mai - 21:52

LE MOINDRE MAL
FEAT. JASON BLOOD & POISON IVY
Robinson Park, probablement le seul endroit de Gotham où je n'avais pas la nausée. Le seul endroit où je me sentais réellement à ma place, hormis dans les bras de Clyde. Petit carré de végétation au beau milieu la jungle urbaine, le réconfort était mince et insuffisant. Mais cela me permettait tout de même de tenir le coup et d'endiguer la rage qui coulait dans mes veines. Il faisait nuit, le parc était désert. Loin de moi, je faisais abstraction des bruits de la ville et m'imaginais sur mon île, au centre de mon jardin. Pieds nus, je ressentait chaque brin d'herbe entre mes orteils, chaque infime parcelle de terre qui parvenait à caresser ma plante de pied. Je caressais chaque arbre que je croisais, j'entrais en symbiose parfaite avec Mère Nature. L'espace de quelques secondes, j'eus la douce illusion que les derniers mois de ma vie n'étaient qu'un pur cauchemar. Le Suicide Squad, Amanda Waller, mon retour forcé à Gotham... rien de tout cela n'était arrivé dans mon esprit. Malheureusement, cela n'était vrai que dans mon esprit et je fus brutalement ramenée à la réalité lorsque je sentis un regard pesant sur ma personne.

Ce parfum... je l'aurais reconnu entre mille tellement il m'inspirait mépris et dégoût. J'esquissais alors un sourire forcé, luttant contre ce désir ardent de me ruer sur elle pour briser chacun de ses os. J'ouvrais finalement les yeux et me retournais vers elle. Elle était là, assise sur un banc comme si de rien n'était. Son arrogance m’exaspérait au plus haut point mais pour le moment, je n'avais pas les cartes en main pour lui faire ravaler. J'aurais pu user de mes toxines et la forçait à me libérer mais cette sorcière de Waller avait tout prévu. Les points rouges qui dansaient à mes pieds me faisaient clairement comprendre qu'à la moindre tentative d'hypnose, je tirerai ma dernière révérence. Je serrais les poings et plongeais mon regard dans celui de mon bourreau. Elle ne s'était certainement pas déplacée pour rien, elle venait m'annoncer du lourd, aucun doute. Le dossier dans ses mains m'indiquait qu'elle avait une mission pour le Suicide Squad. Pourtant, autour de moi, aucun membre de l'escadron, j'étais seule, entièrement seule. Il ne m'en fallait pas plus pour comprendre que j'allais effectuer ma première mission solo.

"Bonsoir Pamela."

Me dit-elle sobrement. Je ne lui répondais même pas et ne lui offrais en gage de retour que mon regard glacial. Elle avait si peu de respect pour moi que cela ne sembla même pas la déranger. Son regard était vide, je n'étais qu'un soldat qui devait exécuter ses ordres, je n'avais aucune valeur à ses yeux. Cela ne faisait qu'accroitre ma haine envers elle et les pensées les plus sombres à son égard me submergèrent.

"J'ai une mission très spéciale pour toi. Tu vas pouvoir faire tes preuves et te rapprocher un peu plus de ton retour au bécaille."


Voilà comment Waller me motivait, en me promettant de me libérer au plus vite si j'atteignais mon quota de réussite. Elle savait que l'ivresse de la vengeance ne tarderait pas à s'emparer de moi mais elle ne me craignait pas. Pourquoi? Parce qu'elle me tenait, elle savait où se trouvait mon île, il lui suffisait de lever le petit doigt pour que ma famille toute entière soit détruite. Elle savait que je ne prendrais pas un tel risque. Elle savait que je serai prête à tout pour y retourner au plus vite. J'étais à sa merci. Je ne pourrais rien tenter avant d'avoir trouver un moyen de faire "disparaitre" mon jardin d'Eden de ses radars. Je lui faisais donc croire que son petit arrangement me convenait, que j'étais la chose docile et obéissante qu'elle croyait avoir engendré en m'injectant cette nano-bombe dans la nuque. Mais dans le plus grand secret, je m'évertuais à trouver une porte de secours, un travail de longue haleine qui n'entamait en rien ma détermination.

Je sentais dans la voix de Waller une pointe de moquerie quand à mon jardin et mes intimes convictions. Cela ne m'atteignait pas, elle n'était qu'une vile créature qui ne pouvait pas comprendre le lien spirituel qui me liait à la Terre et ses merveilles. Une impie qui ne méritait pas que je perde mon temps à lui expliquer le sens de la vie, le sens de ma vie. Je croisais alors simplement les bras et attendait ses ordres. Qu'il était difficile pour moi de me rabaisser ainsi devant elle mais la simple idée qu'un jour je tiendrai enfin son coeur encore chaud dans le creux de ma main me donnait la force de ne pas craquer. Je ne devais flancher sous aucun prétexte afin de pouvoir me délecter du goût exquis de la vengeance assouvie. Waller se levait finalement du banc et s'approchait dangereusement de moi, ultime provocation de cette sorcière. Rares étaient les inconscients qui osaient entrer dans mon espace vitale lorsque j'arborais ma véritable apparence. Amanda n'en montrait rien mais je savais qu'elle jubilait. Elle adorait asseoir son autorité sur nous et nous balancer au visage l'emprise qu'elle avait sur nos pauvres âmes égarées. Je ne la quittais cependant pas du regard et attrapais le dossier qu'elle me tendait sans sourciller.

"Jason Blood ou plutôt Etrigan. Cet homme abrite une entité d'une puissance dont nous sommes incapable d'estimer la mesure mais que nous savons d'ores et déjà colossale. Nous ne pouvons le laisser en liberté, il doit être cadré et contrôlé. Sa captivité nous sera d'une grande utilité dans la compréhension et l'appréhension d'une dimension que nous ne maitrisons pas encore. Nous comptons sur toi pour nous le ramener sain et sauf, envoûté et doux comme un agneau."


Alors qu'elle déblatérait son speech qui ne m'intéressait guère, j'ouvrais le dossier pour découvrir les minces informations que l'ARGUS avait récolté sur ce Jason Blood. Mon attention se porta sur quelques photos volées, j'allais faire subir à cet homme le même sort que moi. Ma conscience s'en accommoderait sans problème. Je mémorisais alors le visage de ma cible et commençait à réfléchir à la meilleure stratégie à adopter.

"Un conseil si je peux me permettre, n'aies à faire qu'à Jason, évites de réveiller Etrigan".


Sur ces dernières paroles Amanda s'éloigna avant de disparaitre dans la pénombre puis, les lumières rouges disparurent à leur tour. Le message était clair, l'ARGUS, le Suicide Squad, personne n'avait de quoi neutraliser cet Etrigan. Je serai seule face à lui et cela avait quelque chose de très excitant. Sans perdre un seul instant, je partais en direction de National City, là où avait été vu pour la dernière fois ma cible. Affublée de mon costume de ville, comprenez par là mon apparence humaine, je n'eus aucun mal à me fondre dans la foule et à atteindre ma destination. J'arrivais donc sans encombre dans la ville de Supergirl. L'ARGUS m'avait renseigné sur l'hôtel où séjournait ma cible, leur soutien s'arrêterait là et au final, ce n'était pas plus mal. J'aimais ce sentiment d'être aux commandes même si au fond j'avais pleinement conscience d'être un simple pantin guidé par leurs mains expertes. Mais je n'avais aucun mal à en faire abstraction pour me concentrer sur la mission. J'avais donc pris une chambre avoisinante de la sienne et avais attendu son retour toute l'après-midi. Et finalement, il arriva, j'allais enfin pouvoir m'amuser. Je le laissais passer devant ma chambre et attendais quelques secondes pour faire mon entrée en scène.

Comme si de rien n'était, je sortis de ma chambre, toujours sous mon apparence humaine, et refermais la porte. Un seau à glaçons dans les mains, je m'avançais simplement vers le distributeur au bout de l'allée. Je passais donc fatalement près de Monsieur Blood. Astuce aussi vieille que le monde et que toutes les séductrices dignes de ce nom connaissent, je le bousculais "accidentellement". Je m'excusais et au passage lui caressais le bras, laissant déferler mes phéromones sur sa peau. Et alors que nos deux regards se croisaient pour la première fois, dans un léger soupir, je libérais mes puissantes toxines afin de renforcer les effets de mon "charme". Jason Blood n'était pas un homme comme les autres, je devais mettre les bouchées doubles pour envahir ses pensées, devenir sa seule et unique obsession. Là résidait toute la beauté de la chose, je devais le capturer et pourtant c'était lui qui allait venir à moi de son plein grès. Je me dirigeais ensuite nonchalamment vers le distributeur, ne doutant pas une seule seconde, ou presque, des effets dévastateurs de mon enchantement. Presque, car je me trouvais pour la première fois face à l'hôte d'un démon et le résultat n'était pas du tout assuré. Mais j'étais Poison Ivy, je me devais de tenter, ne serait-ce que par défi. Je retournais finalement dans ma chambre, attendant que l'homme vienne à moi...
©linus pour Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON
Messages : 374 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 550

Feuille de personnage
Nom de Code: Aucun
Multi-Comptes: Selina Kyle
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Sam 27 Mai - 16:23

Pour éviter de devoir la justifier, Jason dissimula sous sa manche la marque de morsure, vérifiant d'un œil qu'aucun promeneur solitaire ne l'observait depuis la fenêtre d'une des chambres. Les motels excentrés hébergeaient toutes sortes d'individus, souvent aux aguets, et avec une forte tendance à observer leurs environs par derrière leur rideau. Pour venir quasi quotidiennement en aide à une catégorie d'individus qui courraient après l'anonymat et la tranquillité, le druide ne s'étonnait jamais d'une telle méfiance ; il savait (pour l'avoir surpris en pleine nuit) qu'une des chambres était occupé par un humanoïde cyclopéen qui se nourrissait de sel cristallin, et soupçonnait une autre résidente d'avoir le pouvoir de passer au-travers des murs. La quiétude régnait, pourtant, dans le motel ; jamais encore Jason n'avait entendu de bruits réellement inquiétants, et, de tous les locataires, il se pensait sincèrement être le plus dangereux.

Sans la remarquer vraiment, le guide touristique nota qu'une femme marchait en sens inverse dans la même allée du motel. Par pudeur et compassion, il détourna les yeux ; combien d'extra-terrestres résidant en périphérie de la ville ne sortaient qu'à la nuit tombée, car ils ne supportaient plus les regards des terriens causés par leur apparence atypique ? Les mentalités n'évoluaient jamais assez vite, pour les êtres n'appartenant pas à la norme ; le britannique aurait souhaité rassurer tous ces aliens, leur affirmer qu'ils n'étaient pas plus dérangeants à  côtoyer qu'une kelpie ou qu'un korrigan. Le secret entourant le vieux peuple s'opposait malheureusement à cette confession.
Sans doute parce qu'il réfléchissait à son voyage du lendemain, le trentenaire anglais heurta sans le vouloir la personne marchant en sens inverse. En dépit des excuses de la demoiselle, Jason se répandit en phrases maladroites, ses yeux remontant par réflexe sur la locataire.


Oh my god! I am so terribly sorry... Ne vous excusez pas, miss, je suis le seul fautif... Vous alliez simplement prendre de quoi vous rafraîchir, et moi, comme un idiot...

Ce fut d'abord sa chevelure - un roux cuivré cascadant - qui coupa la parole au célibataire endurci. L'inconnue avait exactement les mêmes cheveux que Dawn... Et tout comme sa tendre gothamite inaccessible, elle apparut instantanément d'une aveuglante beauté au druide ; son parfum floral, le teint délicatement satiné de sa peau, l'intensité de son regard... Tout en cette femme (humaine, au moins de l'extérieur) avait de quoi ravir. Elle partageait ce même vert rutilant dans les iris, qui avait su chez Dawn charmer le mage britannique : une lueur d'émeraude iridescente, qu'il découvrait sous un faible éclairage électrique, et qui ne manqua pas de le captiver à nouveau. Les similarités entrent les deux femmes achevèrent de perturber l'esprit du guide touristique, qui ne sut plus dire pour laquelle des deux rousses son cœur battait. Le visage détendu, un sourire rêveur aux lèvres, l'hôte d'Etrigan regarda paisiblement cette silhouette inconnue mais familière remplir son seau et regagner sa chambre ; lui était resté planté sur place tel une souche au milieu d'une clairière.

L'aube d'un amour passé ressurgit... Je ne puis supporter tant de niaiserie !  Grommela le général démoniaque dans l'esprit de son véhicule humain, en feignant de se sentir nauséeux

Une sensation de démangeaison tira l'anglais de ses rêveries. La morsure du pucka commençait déjà à lui irriter l'épiderme, ce qui ne l'alarma pas tant qu'agaça Jason ; le druide s'attendait à passer une nuit épouvantable, si le "cadeau" du fae s'ingéniait à le démanger. Par chance, il connaissait la composition en plantes médicinales pour résoudre ce type de problème. Presque à regret, le possédé marcha vers sa propre chambre, et constata presque immédiatement qu'il éprouvait une vive difficulté à s'éloigner de la chambre dans laquelle était rentrée la jeune femme. Telle une lancinante mélodie, les brefs souvenirs de leur rencontre revenaient hanter les pensées du magicien. Incapable de passer à autre chose, Jason rejoua la scène mentalement, imaginant ce qu'il aurait pu (ou dû) dire pour avoir l'air moins crispé. Le visage de cette rousse lui restait d'une très nette clarté, comme si sa mémoire bataillait pour en préserver l'éclat. Progressivement, l'idée tentante, mais gênante, de retourner auprès de cette demoiselle, germa dans l'esprit du britannique. À la possibilité séduisante de pouvoir à nouveau s'attarder sur la beauté de cette dernière se liait le sentiment dérangeant de devoir trouver un prétexte à cette seconde rencontre ; dans le cas contraire, toquer à la porte d'une inconnue résidant dans un motel - et se trouver incapable de justifier sa visite, revenait indirectement à admettre être un célibataire en mal de compagnie féminine. Une approche ô combien humiliante.


J'aurais vraiment l'air d'un pauvre type prêt à tout... Sauf si je vais simplement la voir pour lui présenter de meilleures excuses ! Rien d'ordre sentimental, juste l'envie d'un gentleman de s'assurer qu'il avait réparé tout tort éventuellement causé.  Imagina finalement le trentenaire, qui n'avait pas été capable de s'éloigner de plus de trois pas de l'endroit où son corps avait rencontré celui de la mystérieuse locataire.

Tout ce qui lui manquait, présentement, était le courage de surmonter son appréhension. Un sortilège mineur de stimulation pouvait pallier à ce problème. Il incanta donc doucement, semblant de loin n'être qu'en train d'inhaler profondément l'air nocturne :


Calm agus Serene, ann do bhroinn prìomh-oifis sìth.

Apaisé, ignorant les démangeaisons qui gagnaient son avant-bras en intensité, Jason remit de l'ordre dans ses cheveux pour qu'ils retombent en un amas grossièrement discipliné derrière sa nuque. Préparant un sourire avenant sur ses lèvres, il marcha (d'un pas bien plus énergique et volontaire) jusqu'à la porte qui aimantait ses pensées, puis y frappa. Deux coups secs, légers mais fermes.

Excuse me, miss?  Appela-t-il au travers du battant, pour que le son de sa voix indique à l'habitante l'identité de son visiteur.

Assez difficilement, le trentenaire attendit qu'on lui ouvre. Grâce à son sortilège, il se sentit suffisamment à l'aise face à la belle rousse pour lui offrir un vrai sourire, et la regarder droit dans les yeux sans se laisser happer par ses souvenirs de Gotham.


Navré de vous déranger à nouveau... Je tenais juste à me faire pardonner, pour tout à l'heure. Expliqua (sans bafouiller une seule fois) le druide, avant d'ajouter : Je vous ai vue vous servir en glace, et je n'ai même pas réagi... Les glaçons de cette machine ne valent rien ; le propriétaire règle le thermostat à la température minimale pour que la glace se forme, mais dès que vous les sortez, ils fondent. Lui apprit-il d'un timbre expert, en s'adossant tranquillement à la chambranle, sans parvenir à retenir sa langue à temps.

En revanche, moi je pourrais... Commença naïvement le bienveillant magicien, en s'interrompant bêtement lorsqu'il réalisa son erreur.

Il se décolla brusquement de la chambranle, comme électrisé par celle-ci.


... Vous générer de la glace vraiment froide, et qui tienne toute la nuit ? Avec de la Magie ? Jason, you bloody cad! Contrôle tes fichus hormones ! J'allais vraiment faire une aussi grosse gaffe ? Songea le britannique, scandalisé par sa propre bêtise, avant de rattraper son étourderie du mieux qu'il le put.

Well... Je pourrais vous emmener acheter de la vraie glace. Proposa-t-il très maladroitement avec un rictus incertain, en se rendant progressivement compte d'à quel point l'ensemble de sa réplique perdait tout son sens. Confusément, Jason essaya de se justifier, retrouvant très vite sa maladresse coutumière avec les femmes.

Il se laissa partir dans un rire sans joie.


Ha ha ha... Navré, c'était... Pitoyable. En vérité, je voulais vous revoir parce que... Hé bien, vous me rappelez fortement une femme de Gotham dont je suis longtemps resté amoureux... Avoua le célibataire, en ne trouvant pas mieux qu'un fragment de la vérité pour alimenter son discours.

Malgré tout, il exultait intérieurement de pouvoir à nouveau partager la proximité de cette femme dont il ignorait le nom. Bizarrement, ce genre d'information lui paraissait secondaire, superflue. Contrairement au spectacle sans cesse renouvelé de ce visage au mille expressions réjouissantes, et de ce corps, qui se devinait de façon fugace sous ses vêtements.


_________________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1452 Age du joueur : 29 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 906

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Sam 27 Mai - 22:55

LE MOINDRE MAL
FEAT. JASON BLOOD & POISON IVY
De retour dans ma chambre, j'attendais calmement assise sur mon lit. Mes phéromones et mes toxines étaient-elles assez puissantes pour venir à bout d'un être aussi exceptionnel que ce Jason Blood? C'était la première fois que je croisais le chemin d'un démon. Je ne connaissais rien à cet univers bien que j'ai eu vent à maintes reprises d'activités magiques à Gotham. Mais il s'agissait là d'une dimension qui ne m'attirait guère. La magie noire, les démons, les sorcières, les fantômes... Je n'avais jamais été à l'aise avec tout cela. Mais cet Etrigan, il m'intriguait. Peut être que finalement j'allais aimé ce que j'allais découvrir et me découvrir une passion pour l'occulte? Et pourquoi pas y trouver des solutions à mes problèmes? Ça, Waller ne l'aurait pas vu venir. Je me demandais d'ailleurs ce que cette sorcière était entrain de faire alors que moi je m'affairais à séduire un démon pour lui ramener sur un plateau d'argent? Elle devait être entrain de lire un vieux livre l'accompagnant d'un bon verre de bourbon confortablement installé dans un immense fauteuil au coin du feu. Ah... pour certains la vie était elle. Envoyer les autres au casse pipe et se prélasser tranquillement loin de la ligne de tir, cela semblait être sa spécialité. Certaines rumeurs au sein de l'escadron racontent que Waller était un excellent agent de terrain et qu'elle était redoutable dans l'action mais je demandais encore à voir.

Soudain, on tapa à la porte, m'extirpant de mes pensées. Je pouvais sentir l'odeur de ma cible et esquissais un sourire. J'avais réussi. J'avais augmenté un peu plus l'étendue de mes pouvoirs en m'attaquant à un démon. Mais où étaient mes limites? Je ne me lasserai jamais de tenter de le savoir. A part ce satané Batman, personne n'était en mesure de me résister et je le prouvais encore ce soir. Ma première mission solo s'annonçait déjà comme un retentissant succès. Je me levais donc de mon lit pour ouvrir la porte et découvrir Jason Blood. Son regard ne laissait aucun doute possible, il était sous mon emprise, envahi par un désir qu'il ne pouvait, qu'il ne pourrait pas contrôler. Je n'eus même pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il se perdait dans des propos qui n'avaient ni queue ni tête. C'était charmant même si je devais avouer préférer les hommes avec plus d'assurance. Et puis, sans prévenir, d'un coup d'un seul, il m'avoua la véritable raison de sa présence sur le pas de ma porte. Je lui rappelais donc une femme qu'il avait aimé autre fois... Excellent. Une information des plus intéressantes qui me serait très utile dans l'avenir. Rien de tel que le fantôme d'un amour passé pour tenir un homme. Je pourrais donc le manipuler à ma guise et en faire l'agneau qu'attendait Waller. Mais je ne perdais pas de vue son autre lui, Etrigan, quelque chose me disait que celui là, il me donnerait du fil à retordre. A moins que je puisse le séduire aussi...

Je vous en prie, ne soyez pas gêné, tout cela est très flatteur pour moi. J'espère seulement que je ne vous rappelle pas de mauvais souvenirs, je m'en voudrais énormément. Mais ne restez pas là, entrez.


Pas farouche la jolie rousse mais je n'avais pas le temps de jouer les femmes respectables. Waller m'avait prévenu, il ne valait mieux pas que je laisse le temps à Etrigan d'entrer dans l'équation, je devais faire vite.
©linus pour Epicode


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON
Messages : 374 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 550

Feuille de personnage
Nom de Code: Aucun
Multi-Comptes: Selina Kyle
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Dim 28 Mai - 17:01

Ta damoiselle n'a que la peau sur les os ; quel gigot ferais-je d'une telle hirondelle ?
Mande donc à pénétrer séant auprès de cette chétive, qui ravive si prestement ce bien bel émoi qui t'amende...
 Entremêla Etrigan, en commençant par regretter de ne pas apercevoir chez l'inconnue assez de nourriture pour envisager de la dévorer, avant de pousser son hôte timoré à accepter la surprenante invitation qui venait de lui être faite.

Jason en resta coi ; cette superbe jeune femme qu'il venait sans élégance ni raffinement d'aborder, avec sur son dos une tenue au cachet discutable et au fond du regard un éclat fatigué, n'hésita pas à lui ouvrir sa porte. Le doute n'avait qu'à peine sa place, dans la proposition de cette voisine de chambre - qu'il ne se rappelait pas avoir croisée les jours passés. Toute autre nuit que celle-ci, le druide se serait fortement méfié de la facilité avec laquelle s'enchaînaient les événements ; tant de créatures ou d'extra-terrestres savaient travestir leurs traits carnassiers derrière un visage avenant, et n'invitaient à les rejoindre que ceux qu'ils prévoyaient de transformer en victimes. Mais sous le ciel dégagé de National city, accompagné d'un soupçon fugace de vent venant flatter les mèches d'une énigmatique rousse, le chanceux britannique se sentit pousser des ailes. Demain, il retournait chez lui ; cette nuit serait la dernière qu'il passerait sous l'égide d'une kryptonienne, l'ultime nuit où il pouvait se permettre de faire relâche. Craignant d'être déjà en plein rêve, au vue du stupéfiant résultat que son amorce d'excuse avait provoqué, Jason ne risqua pas d'action susceptible de le faire sortir d'un cadre onirique. Il pouvait lui suffire de s'attarder sur un détail, une anicroche de moindre importance dans cette scène délicieuse, pour que la fragile construction de sa psyché s'effondre, le ramenant d'un sursaut à un réveil solitaire, alourdit par une profonde déception. Le possédé n'avait plus rêvé ainsi depuis si longtemps qu'il tenait fermement à savourer ce songe, où le souvenir légèrement altéré de sa chère Dawn prenait corps pour l'accueillir.


C'est tellement étrange... Les choses se déroulent trop bien pour être réelles, mais avec assez de cohérence pour ne pas être l'unique fruit de mon imagination... Est-ce que ce serait l'accent ? Ça semble marcher pour John, alors peut-être qu'après tout... Songea le druide en son for intérieur, tout en entrant dans la chambre sans rien dire (car son cerveau ne trouvait pas de réplique pertinente à ajouter).

À quoi bon recevoir un garde-fou du Sort, si dupé dès ce soir, toi-même tu l'ignores ? Gronda (un peu tardivement) la créature infernal, plongeant son interlocuteur mental dans un léger état d'hésitation.

La démangeaison qui fourmillait sur son avant-bras n'aida pas le britannique à se focaliser sur cet avertissement. Et son esprit inclinait si fortement à laisser cette jeune femme envahir ses pensées... Debout dans la pièce, Jason n'osait pas s'aventurer à faire le premier pas, craignant de briser la magie de l'instant. Pourtant, il n'aspirait à rien d'autre, en ce moment, qu'à tester si les lèvres de cette jumelle de Dawn (qu'il dévorait des yeux) avaient le même goût que celles de la gothamite. Son sortilège mineur de stimulation mentale lui souffla de lâcher une phrase. Quelque-chose de court, d'intelligent et de concis, appelant une réponse de l'enivrante rousse, qui dissiperait tous doutes relatifs à ses intentions.


Hélas, si, ce sont de mauvais souvenirs... Mais si cela vous pèse, nous pourrions simplement en créer de nouveaux pour les remplacer. Plus... Plaisants. Suggéra l'anglais d'un timbre parfaitement maîtrisé, avec un naturel qui le surprit lui-même.

Poussé par l'adrénaline (une sensation que le druide croyait avoir définitivement perdue), le trentenaire considéra le décor dans lequel il se trouvait d'un œil langoureux, la bouche toute prête à sourire.


À moins, bien entendu, que vous ne m'ayez laissé entrer que pour m'écouter vous raconter mes déboires sentimentaux.  Plaisanta-t-il sur un ton débordant d'ironie, avant de brutalement perdre toute expression.

Dans son avant-bras, la démangeaison venait de faire place à une sensation nettement moins simple à ignorer. Alors que Malmaewn ne se trouvait de toute évidence pas dans la chambre du motel, le druide ressentit à nouveau la cuisante douleur de sa morsure dans sa chair. Il fit de son mieux pour ne pas hurler soudainement (ce qui aurait sans doute manqué de provoquer une crise cardiaque à sa voisine), mais sentit toute langueur déserter son organisme, comme si un brave assistant était venu lui enfoncer une pointe de scalpel dans la main pour l'aider à se réveiller.

Uniquement pour combler le silence gênant qui venait de surgir à l'improviste, Jason se rabattit sur une question réflexe pour donner le change.


J'oubliais ! Je m'appelle Jason Blood. How do you do, miss... ?

_________________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1452 Age du joueur : 29 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 906

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Sam 10 Juin - 18:51

LE MOINDRE MAL
FEAT. JASON BLOOD & POISON IVY
J'avais fait entrer ma cible dans la chambre pour une seule et unique raison, je voulais en finir au plus vite sans témoin gênant. Loin de moi l'idée de le séduire réellement, mon coeur n'appartenait qu'à un seul homme et cela, rien n'y changerait. Même Amanda Waller ne pouvait me commander sur ce point. Je préférais mourir que de trahir Clyde. Seuls, en tête à tête dans cette chambre de motel, rien ni personne ne pourrait interférer dans ma capture de Jason Blood ou plutôt d'Etrigan. Il fallait être honnête, c'était bien cette entité maléfique qui intéressait le l'ARGUS. L'homme en lui même n'avait pas grand intérêt. Mais je me demandais s'ils n'étaient pas entrain de jouer avec le feu. Ils ne connaissaient pas assez l'univers des démons, seraient-il à la hauteur pour contenir une telle puissance? Au fond, je m'en moquais pas mal, si cet Etrigan pouvait anéantir l'ARGUS et ainsi m'aider à retrouver ma liberté, je ne lui barrerai assurément pas la route. Je suivais donc bêtement les ordres en veillant cependant à préserver mon intégrité physique et celles de mes plantes. A partir du moment où ce démon n'était ni une menace pour moi ni une menace pour le monde que je tenais tant à préserver, il n'était finalement pas mon ennemi. Je laissais Waller faire ses choix sans lui donner mon opinion, espérant au plus profond de moi qu'elle en paierait tôt ou tard les conséquences.

Je fus donc ravie lorsque l'homme entra dans ma chambre, le piège se refermait doucement autour lui et bientôt, je passerai à l'attaque. Un baiser pour l'endormir paisiblement, mais assez profondément pour canaliser la bête, puis mes compagnons pour l'étreindre et le faire prisonnier. Le plan était bien dessiné dans mon esprit mais je savais qu'avec ce genre d'entité, que je rencontrais pour la première fois, rien n'était assuré. Tout pouvait venir bouleverser le plan et faire échouer ma mission. Je gardais cette idée dans un coin de ma tête, bien que j'étais persuadée de ma puissance et de mon éminente victoire. Mais même si je ne doutais pas de mes compétences, je n'en sous-estimais pas pour autant mon adversaire, jamais. L'homme s'adressa alors à moi, m'extirpant de mes pensées. Des souvenirs plus... plaisants... Et bien, il semblait se dérider et prendre confiance. J'esquissais un sourire, cela me plaisait de jouer avec lui. Il ne s'attendait pas une seule seconde au sort que je lui réservais, un délice. Très vite, Jason s'éloigna de ce jeu de séduction qui commençait pourtant à devenir intéressant. Visiblement, il n'était pas très à l'aise avec la gente féminine. Je me rapprochais alors de lui, plongeant mon regard dans le sien, il était à ma merci. Je savais bien que je ne devais pas cela à ma beauté extraordinaire ou à mon charme naturel... mais uniquement à mes toxines. Cela ne me dérangeait pas, j'aimais ce sentiment de puissance, de contrôle sur les hommes, ils ne méritaient rien d'autres de ma part.

Et si nous cessions de perdre du temps en bavardages inutiles.


Dis-je alors que je m'avançais doucement vers lui. Une fois à sa hauteur, j'esquissais un sourire et poser ma main sur son torse. Puis je fis lentement le tour de sa personne, laissant ma main caresser son dos avant de revenir à son point de départ. Je posais alors ma deuxième main sur son torse et me hissais sur la pointe des pieds pour l'embrasser, libérant une de mes toxines les plus puissantes. Celle qui l'endormirait d'un sommeil profond. Un sommeil dont je serai la seule à pouvoir l'extirper. Et tandis que nous nous embrassions, d'une passion feinte et tout à fait artificielle, je laissais ma véritable nature reprendre le dessus. De fines lianes montaient délicatement le long de ma peau qui arborait désormais de nouveau un vert somptueux. De petites veines vertes foncées apparurent sur le visage de Jason, signe que mon poison commençait son ascension pour gagner tout son être. Et dans ce qui semblait être un baiser interminable, suspendu dans le temps, des lierres venaient recouvrir les murs de cette misérable chambre de motel, lui offrant ainsi une splendeur qu'elle n'aurait jamais pu connaître sans mon intervention. Le tableau était d'une poésie remarquable. Jason ne souffrait pas, pas encore, il savourait ce moment de passion sans savoir qu'il s'agirait probablement du dernier.
©linus pour Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON
Messages : 374 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 550

Feuille de personnage
Nom de Code: Aucun
Multi-Comptes: Selina Kyle
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Dim 11 Juin - 18:49

Something is not right... Il se passe quelque-chose d'anormal... Mais qui n'est pas directement lié au surnaturel, sinon, je l'aurais senti.  Songea le druide, en préférant s'intéresser à l'analyse de sa situation personnelle pour ne pas trop s'attarder sur ce qui lui arrivait actuellement.

Une confiance magnétique rayonnait au fond du regard vert de la femme qui l'avait attiré dans sa chambre, une assurance inébranlable en son pouvoir de séduction qui dissuadait quiconque l’apercevait de se penser capable de lui résister. Jason frissonna. Il connaissait la signification de ce regard carnassier et possessif, ce qu'il sous-entendait sur sa propriétaire. Les kelpies avaient le même, lorsque, sous les très d'une belle jeune femme, elles s'avançaient vers d'innocents promeneurs attirés vers leur cours d'eau, juste avant de reprendre leur apparence naturelle et de les dévorer à pleines dents. Le trentenaire ne fut pas détrompé par la suite des événements. Pareille à une araignée jouant lentement avec sa mouche déjà engluée dans de la soie collante, l'inconnue aux cheveux cuivrées coupa court aux interrogations de sa proie, prenant son temps pour venir l'embrasser. Fasciné, prisonnier d'une envie de coopérer parfaitement étrangère, le britannique se laissa faire, percevant encore les échos lointains de ses précédentes pulsions dans un recoin de son esprit. Craignant immédiatement le pire, l'anglo-saxon ne put trouver assez de tonus musculaire pour se crisper ; mentalement, en revanche, l'hôte d'Etrigan était tout sauf détendu. Il s'imaginait déjà ressentir la brûlure d'un acide, ou l'amertume glaçante d'un poison destiné à le tuer, et prit garde à ne pas trop s'attarder sur la sensation agréable que lui procurait ce contact intime avec une femme lui évoquant Dawn.


Hum... Ses lèvres n'ont pas du tout le même goût... Ne put s'empêcher de remarquer l'éternel célibataire, en commençant à se sentir partir.

Une langueur tiède s'empara de son corps, prenant naissance à ses extrêmités, pour graduellement remonter. Jason eut l'impression de couler dans un liquide épais, chaud et anesthésiant. Déjà, ses bras trop lourds se mirent à pendre le long de son torse. Intuitivement, il devina que lorsque la torpeur atteindrait son cerveau, il sombrerait dans un lourd sommeil sans rêves, dont il risquait de ne pas se sortir. Grâce au don de Malmaewn, les yeux du druide restèrent ouverts, et son esprit garda assez de lucidité pour remarquer le teint de sa courtisane virer au vert. En arrière-plan, une végétation invasive transformait l'intérieur de la chambre du motel en une réplique close de forêt équatoriale. Alors que le stress aurait dû les accélérer, les battements cardiaques du trentenaire descendirent à un rythme dangereusement bas, sa respiration ralentit irrémédiablement, et sa vision se troubla, comme si ses yeux eux-même devenaient trop fatigués pour effectuer la mise en point.


The Green! She is the One! Ce n'est pas une fæ, mais elle tire profit des forces de la sylve, comme l'avatar du Green !

Merveilleuse déduction ! Peut-on passer à l'action ?  Intervint le général démoniaque.

Dos au mur et pressé par l'action envahissante du poison qu'on lui administrait, son hôte jura intérieurement. S'il ne convoquait pas Etrigan, Jason redoutait le pire. Il se déporta donc sur la solution légèrement moins mauvaise (qui restait l'opposé d'une bonne décision), et tenta naïvement de prendre une inspiration pour prononcer les rimes d'appel... Ce que son torse refusa de faire. L'engourdissement muselait indirectement le druide, qui réalisa que son corps anesthésié tout entier menaçait de glisser à terre, comme s'il s'était métamorphosé en poupée de chiffon sous l'action du baiser de la rousse. Heureusement, grâce à la reconnaissance d'un pucka, le britannique avait encore une carte à jouer.


Bres Macelatha's blessing! Of course! Le sortilège imprimé par la morsure de Malmaewn, la protection contre les énergies du Green. Songea avec soulagement l'homme dont plus aucun muscle ne pouvait être sollicité.

Confusément, il crut sentir un léger sourire endormi fleurir sur ses lèvres, lorsque le sommeil caressa son esprit pour le souffler comme une flamme de bougie. En son for intérieur, le druide mobilisa ce qu'il lui restait de forces pour activer la magie latente. Le poison employé par la traîtresse du motel lui épargna même la douleur qu'il aurait dû ressentir, lorsque la marque de morsure commença à suinter du sang. Goutte après goutte, le liquide vermeil tomba sur le sol, mais ne s'y attarda pas. Animé d'une énergie surnaturelle, l'hémoglobine dessina une série de caractères en Gaélique ; des mots qui, apposés par un certain druide de Salem, pouvaient tenir lieu d'Appel à destination des enfers. Etrigan, impatient d'entrer en scène, ne discuta pas la façon dont il avait été invoqué.

Auparavant amorphe, l'air profondément endormi, tel un pantin aux fils coupés et totalement vulnérable à celle qui l'avait drogué, l'anglais bondit soudainement sur l'inconnue pour lui hurler au visage (dans un jump scare que n'aurait renié aucun film d'épouvante) en la saisissant des deux mains. La peau tendue à en craquer, les veines saillantes, une énergie surnaturelle irradiant de ses pores, le possédé adressa à sa prise un sourire torve, qui dénudait ses crocs contre-nature ; le rouge de ses iris luisait au milieu d'une sclère devenue noire. Dans le silence qui suivit, son rugissement assourdissant résonnait encore, et le monstre humanoïde semblait s'en réjouir. Des relents de soufre, de chaleur et de fer persistèrent dans l'air ambiant, souvenirs moites et déplaisants de l'haleine du démon incarné en Jason, qui ne perdit pas une seconde à rendre à la séductrice toxique la monnaie de sa pièce.


J'approuve : cessons les bavardages inutiles. Passons plutôt au moment où je te mutile ! Gronda de sa voix grave le démon pervers, juste avant d'envoyer voler la mortelle par la fenêtre avec une force surhumaine.

Le geste avait été parfaitement bien calculé : l'énergie cinétique de la rousse était telle qu'elle pulvérisa le verre (sans dommages pour elle) et emporta le rideau qui masquait l'ouverture, pour continuer son trajet vers le haut. Goguenard, Etrigan considéra qu'il avait sans le vouloir épargné la majorité des dégâts à sa victime, et s'élança dans son sillage pour la rattraper tandis que la gravité commençait à la tracter vers le sol. D'une main fermement placée autour de la gorge de la mortelle au teint vert, le général démoniaque se mit à léviter de plus en plus haut, menaçant de lâcher sa prise lorsqu'il aurait atteint une hauteur convenable.


Alienne ? Surhumaine ? Qu'es-tu, exactement ? Non, ne réponds pas : je le devinerai à ton sang...  Ricana Etrigan, dont l'étau de fer empêchait quasiment sa prisonnière de respirer, en maintenant le suspense quant au moment où il la lâcherait.

_________________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1452 Age du joueur : 29 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 906

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Sam 1 Juil - 14:52

LE MOINDRE MAL
FEAT. JASON BLOOD & POISON IVY
Jason Blood était à ma merci, ce langoureux baiser signait sa fin et mon succès auprès d'Amanda Waller. Un succès qui me rapprocherait peut être un peu plus de ma liberté. Je l'imaginais déjà sous l'emprise de l'ARGUS, derrière des barreaux spécialement enchantés pour le garder captif. Derrière des barreaux comme moi je l'avais été lorsqu'ils m'avaient extirpé de mon jardin... Cette sensation d'impuissance, ce sentiment d'être un animal en cage... elle nourrit encore et encore ma haine envers Amanda Waller, envers le Suicide Squad, envers l'ARGUS. Si aujourd'hui je devais me dresser contre Etrigan, nul doute qu'un jour, je me battrai à ses côtés, il s'agissait là d'une certitude. Mais pour le moment, je devais le combattre, je devais achever ce que j'avais commencé et le livrer à Waller. La chambre d'hôtel se transformait alors en une véritable serre, sublime et luxuriante. Je sentais ma puissance augmenter au fur et à mesure que la végétation reprenait sa place, j'étais dans une espèce de transe, légère et agréable, euphorique et sereine. Une fois mes toxines délivrée en abondance, je décollais mes lèvres de celles de Jason et admirait mon oeuvre. Ces fines veines vertes qui remontaient le long de son cou, grimpant délicatement sur son visage, c'était magnifique.

J'esquissais un large sourire quand soudain un son infime détourna mon attention. Comme une fuite d'eau désagréable, je baissais alors les yeux et vis du sang s'écoulait du bras de Jason. Ça... ce n'était vraiment pas normal. Mais c'est lorsque je vis des symboles étranges se dessinaient au sol que je compris que rien ne se déroulerait comme je l'avais imaginé, j'allais bientôt perdre le contrôle. Je n'avais pas su agir assez vite et allais très vite rencontré celui que je m'étais tant évertuée à éviter... Etrigan. J'arquais mon sourcil gauche, mes mâchoires se serraient et je reculais doucement pour m'éloigner de la bête. Était prise celle qui croyait prendre. Jason bondit littéralement sur moi, m'agrippant comme un vulgaire pantin. Ses yeux rouges, ses crocs acérés, ses veines emplies de ténèbres recouvrant désormais son visage, son haleine fétide, ce rugissement venu d'ailleurs... la nausée s'emparait alors de moi, j'avais un avant goût de l'enfer. Je lançais alors une première vague de lierres sur Etrigan mais elles ne semblaient que caresses sur lui et ne l'empêchèrent pas de m'envoyer valser à travers la fenêtre de cette maudite chambre d'hôtel. Avec une rapidité déconcertante, il vint me rattraper au vol, serrant sa main autour de mon cou divin, s'élevant dans les airs, m’entraînant loin de ceux qui pouvaient me venir en aide. Les mots d'Amanda Waller prenaient alors tous leurs sens, elle ne plaisantait pas en me conseillant d'éviter à tout prix le démon.

Certes j'étais en mauvaise posture, mais il en fallait bien plus pour m'impressionner. Je n'étais pas du genre à baisser les bras ou à m'incliner face à l'adversité. Contrairement à ce que certains pensaient, je n'étais pas une lâche mais bel et bien une téméraire, prête à se battre jusqu'à son dernier souffle. Et c'était bien ce que j'avais l'intention de faire.

Je... suis... une... Reine!

Dis-je avec grande difficulté tant je peinais à respirer sous l'emprise du démon. Mais l'on pouvait tout de même voir et entendre ma détermination, mon animosité, ma sauvagerie. Finie de faire la belle pour tenter la manière douce, j'attaquais maintenant la manière forte. Quitte à mourir cette nuit, autant le faire en beauté. Ce n'était pas pour rien que j'avais transformé cette chambre d'hôtel en véritable serre, j'avais préparé le terrain, préparé une base au cas où les choses tourneraient mal. Et j'avais eu raison. A peine avais-je eu terminé ma phrase que trois plantes carnivores géantes s'élevèrent brusquement pour nous rejoindre. Mes préférées... Majestueuses, ténébreuses, affamées! Elles nous encerclèrent, menaçantes et féroces. Leur seul but était de me protéger coûte que coûte. La plus grande, la plus belle, la plus forte, lança alors une de ses lianes, épaisses et puissantes, pour se saisir d'Etrigan. Tel un anaconda faisant pression sur sa victime, la liane se serra avec une force décuplée autour du démon pour le forcer à lâcher prise et ainsi me libérer.  
©linus pour Epicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON
Messages : 374 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 550

Feuille de personnage
Nom de Code: Aucun
Multi-Comptes: Selina Kyle
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]   Mer 5 Juil - 14:37

Une reine, dis-tu ? Une bien jolie version ! Votre altesse s'est perdue, dans cette autre nation ? Fit mine de la croire Etrigan, en agitant de gauche à droite son bras pour faire osciller le corps qui y pendait à l’extrémité.

La survenue de tentaculaires végétaux croissants à une vitesse surnaturelle ne tira du démon qu'un rire joyeux, qui se répercuta dans l'air nocturne de National city. Passant de manière saccadée de sa captive aux nouvelles venues, son regard rouge se mit à luire d'impatience.


Sont-ce là vos soldats qui rappliquent ? Dira-t-on que mon cas se complique ? Se demanda la brute à voix haute, alors qu'une liane entreprenante l'enlaçait de plus en plus, lui comprimant le corps dans ses anneaux rugueux.

Comptant la flore amassée contre lui, le britannique possédé devina que les fleurs géantes réceptionneraient leur reine sitôt qu'il lâcherait cette dernière... Et conclut qu'il pouvait mettre à profit cette priorité. Sans se faire prier, il relâcha sa prise, avant de vomir un jet de flammes infernales dans sa direction. La langue embrasée avait été tirée avec un angle assez fermé pour léser les liens qui l'enserraient au passage, mais sa cible principale demeurait la rousse, que ses protecteurs chlorophylliens préservèrent de la fournaise en faisant barrage aux flammes. Ravi d'affronter une ennemie sur qui le feu était aussi redoutable, Etrigan prolongea son souffle en se maintenant dans les airs, carbonisant tout élément floral qui apparaissait dans son champ de vision avec une satisfaction évidente. En pleine nuit et au-dessus des bâtiments, ces soudaines illuminations jaune-orangé portaient loin, évoquant un feu d'artifice impromptu que la municipalité de National city aurait organisé en secret.


Tu deviendras bientôt un simple souvenir, que tes chères plantes regarderont pourrir ! Affirma le démon ravageur de sa voix puissante, en abusant des flammes pour neutraliser tout ce qui menaçait de s'approcher trop près de lui.

Jason, de son côté, flottait toujours dans un état de totale relaxation. Son esprit n'avait pas été épargné par le poison du baiser, l'empêchant de se mêler même de très loin des actions qu'on imputaient à son corps. Il se sentait béat, dispensé de toute inquiétude ; cette nonchalance artificielle l'aurait inquiété s'il avait été en état de le faire, mais il se contenta de laisser filer tous les événements qui se déroulaient à l'orée de sa conscience.

Indifférent aux résidents du motel qui commençaient à paniquer et à fuir la zone du combat en hurlant, le général démoniaque gronda une formule magique dans une langue oubliée de tous, puis écarta ses mains paumes ouvertes. Les vitres des chambres éclatèrent en fragments qui tourbillonnèrent en un menaçant cyclone vrombissant, lequel filait d'un recoin à l'autre en hachant menu tout élément de la sylve qui prétendait venir au secours de la rousse.


Je suis Etrigan, démon, fils de Belial ; celui qui te tuera, sous cette lune opale ! Promit le britannique d'un timbre caverneux, en pointant son index sur celle qui avait tenté de le réduire au silence chimiquement.

Toutes les langues de feu crachées par l'intéressé avaient fini par allumer des départs d'incendies dans le motel, et une fumée noire, riche en cendres, ne tarda pas à tourbillonner dans les cieux, sans que le fautif ne s'en préoccupe. Lui voulait simplement briser la nuque de sa proie, ou refermer ses crocs dans son abdomen (s'il ne se contentait pas de l'empaler sur un réverbère et de la projeter à toute vitesse contre le sol).


_________________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284
 
Le moindre Mal [PV Pamela L. Isley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Freeman, Pamela] Le langage des pierres - Tome 1: Le dit du sang
» Paget samedi 29.08 sur M6 aux côtés de... Pamela Anderson !
» [Travers, Pamela Lyndon] Le retour de Mary Poppins
» [AIDE] Impossible de recevoir le moindre fichier bluetooth
» [Film] Mais qui a tué Pamela Rose?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: National City-
Sauter vers:  




L'Homme-mystère s'est évadé de l'asile d'Arkham et s'en est pris aux forces de police de Gotham, heureusement que l'amazone Troia n'a pas eu peur de résoudre les sordides énigmes de ce psychopathe ! VOIR ICI

Ajoutez votre new ICI!



Réunion entre criminels
Royal Holiday

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !