Partagez | 
 

 Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Ven 18 Nov - 10:44

Tel est pris qui croyait prendre
J'aime quand un plan se déroule sans accro, comme dirait Hannibal Smith dans l'Agence Tous Risques. C’était aussi mon cas. Je ne passais pas des heures et des heures, des semaines même parfois, pour finalement ne pas le réaliser à cause d'un accro (humain, les meta-humains étaient encore une autre histoire). Non monsieur. Alors quand les Santinis ont commencé à reprendre du poil de la bête, voire carrément essayer de déclarer la guerre à mes Rogues (certains ont encore des souvenirs de certaines rencontres mémorables), vous imaginez bien que je n'allais pas rester les bras croisés à ne rien faire. Le problème des Santinis, c’était qu'ils ne sont pas suffisamment auto-suffisant dans leurs ressources et leurs partenaires. Beaucoup de leurs membres étaient des arrivistes, des types qui essayaient simplement de se faire un nom dans le milieu sans n'avoir aucun respect, aucun honneur. « La famille », qu’ils s’appelaient…Ha ! Elle était bien bonne celle-là ! Hormis pour les deux frères qui tenaient les rênes initialement, ils n'étaient pas une famille. Mais je m’égare.

En tout cas, nous n'allions pas laisser cette bande de rigolos faire la loi sur le territoire de Rogues encore bien longtemps. Nous ne nous étions pas beaucoup montré, dans l'ensemble. Essayant surtout de prévoir nos coups envers eux, ainsi que de leur faire croire à des victoires faciles, dans l’idée qu’ils ’deviennent un peu trop confiant dans leurs capacités. Ne jamais se montrer trop confiant dans ses affaires, car c'est là que l'on faisait des erreurs stupides. Cependant, des attaques envers eux, on en a réalisées. On a coupé leur accès à plusieurs de leurs ressources. Monétaires, alimentaires, militaires…cette dernière était une de mes favorites. Pour le coup, je pouvais remercier très grandement Lisa, qui avait fait le sale boulot. Ah, Lisa…si j'ai toujours ce fond de culpabilité pour son arrivée dans la criminalité, je devais bien reconnaître qu'elle était un atout non négligeable pour les Rogues, une de leurs membres fondateurs, même. Sans compter que ça me permettait de garder un œil sur elle, ça me rassurait en quelque sorte.

Nous avions prévu d'attaquer leur QG d'ici quelques jours, histoire de bien leur faire comprendre qu’à Central City, c’était nous qui faisions la loi et que s’ils voulaient avoir une part du gâteau, ils allaient devoir nous demander très gentiment, et encore, il n’était pas dit que l'on accepte. Le plan était prévu, le timing réglé à la seconde près. Les membres de l'équipe choisis (en fait, hormis Trickster Jr qui était encore beaucoup trop imprévisible et Hartley qui était notre base à distance, toute l'équipe était de sortie), mais à peine trois jours avant l'attaque, quelque chose vint essayer de glisser un grain de sable dans mes rouages bien huilés, quelqu’un, plutôt. Catwoman.

Elle nous avait approché, Lisa et moi alors que nous déjeunions en paix à Saints and Sinners. Elle avait eu vent de nos petites attaques envers  les Santinis et voulait en être. Prétextant vouloir faire amende honorable après avoir mis son nez dans mes affaires la dernière fois. Cela tira un haussement de sourcil à Lisa, à qui j’avais omis de raconter mon entrevue avec Catwoman, ne jugeant pas cela très important pour sin information. Un simple regard lui signifiant que je lui expliquerai plus tard, je fis savoir à Kyle que je la contacterai dans la journée, après avoir réfléchi. Je ne pu m’empêcher d’ajouter, comme une piqûre de rappel.

"Après tout, tu ne t'attendais pas à une réponse à chaud de ma part, n'est-ce pas ?"

Suite au départ de la féline voleuse, j'expliquais tout à Lisa, et il fut finalement décidé qu'elle serait des nôtres pour ce coup, mais sous surveillance. Je ne lui faisais pas confiance, ce qui se sentit notamment par le choix du lieu pour voir le plan avec elle : l’arrière boutique de Saints and Sinners. Hors de question que je lui donne l'adresse même d'une seule planque des Rogues à Central. Même pas en rêve. Nous nous mimes d'accord sur la marche à suivre (et je devais admettre qu’elle a eu quelques très bonnes idée pour le plan), puis le jour J arriva.

"Bien, tout le monde sait ce qu'il a à faire. Pas de contact hormis si vous êtes vraiment dans la merde. Peek-a-Boo, aile Ouest." la téléporteuse disparut "Heatwave, entrée principale avec Mirror Master. Sis et Catwoman, avec moi."

Mick et Sam acquiescèrent, et je pouvais voir cette lueur dans les yeux de Mick qui promettait un beau spectacle. Parfait, c’était exactement ce qu’il nous fallait. Tandis que Lisa, Selina et moi allions vers l'aile Est du bâtiment, profitant des distractions de l’entrée et à l'Ouest pour nous introduire discrètement. Trois cambrioleurs de renommée mondiale, qui serait mieux placés pour réussir cela ? Le but de la manœuvre ici, était certes de mettre une sacrée pagaille dans le QG des Santinis, mais aussi de récupérer autant d’informations que possible sur leurs alliés, leurs projets, leurs plans et leur organisation générale…je me rapprochai de Lisa, lui glissant à l'oreille en un murmure à peine audible.

"Garde un œil sur notre invitée, veux-tu ?"

Pas besoin de préciser de qui je parlais ; Selina.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Sam 17 Déc - 23:07


Toujours les écouteurs sur les oreilles, je pouvais très bien faire mon boulot et écouter de la musique en même temps. Mon boulot ? Genre j'ai un boulot avec un patron qui me prends la tête et m'agenouille devant lui pour lui lécher les bottes ... Non ça colle pas, en faite mon boulot est aussi une passion, par exemple aujourd'hui je piratais des réseaux privés pour aider mon frère qui avait déjà un plan d'attaque en tête. Enfin il n'est pas trop du genre "j'attaque", il sait aussi parler et faire des compromis, c'est toujours bien d'avoir du monde amis ou ennemis dans sa poche, même Flash n'y avait pas échappé. Alors je craquais des codes, je désactivais des part feu et parfois il m'arrivait de chanter en même temps que je m'éclatais avec cette passion unique en son genre. On peut appeler ça hackeuse, mais non, je trouvais que ce n'était pas assez puissant pour décrire ce que je faisais, c'était comme dire à mon frère qu'il était un voleur. Un voleur ? Un simple voleur ? Il faut arrêter les préjugés, certes il y a eu des casses et du vol, mais il y avait aussi autre chose. Je suivais les directives de mon frère sans rien dire, je m'amusais toujours lorsque je regardais son meilleur ami jouer avec le feu et c'était reparti pour semer la pagaille niveau informatique.

Aujourd'hui, alors que je déjeunais avec mon frère, une certaine miss féline arriva comme un cheveux sur la soupe. Je regardais celle-ci de haut en bas alors qu'elle s'adressait à mon frère, cette fois-ci il eu le droit à l'un de mes regards qui voulait dire "tu as plutôt intérêt à m'expliquer", j'eu un soupire, ok que cette Cat ... Chose fasse partie du casse pour ce coup-là j'avais confiance en Léonard, mais un pas de travers et je l'a descends.


Finalement le jour tant attendus arriva bien vite, après avoir construis les groupes c'était tout bon, je voyais déjà Mick avec un sourire en coin ... Quelque chose me disait qu'une alarme incendie allait sonner. Alors que mon frère me glissa à l'oreille de surveiller le chat, je n'eu même pas à hocher la tête. Je détournais mon attention vers la femme.

-Alors ? Tu te sens seule à ce point la pour avoir envie de jouer avec nous ? Je dirais que c'est ... Presque mignon

Dis-je un rictus en coin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Sam 24 Déc - 12:25



Un délicieux frisson d'excitation m'effleura rapidement l'échine, au moment de nous séparer en trois groupes. Je dus faire mine de m'étirer sèchement la nuque pour en dissiper les fourmillements, qui refusaient de me quitter. Fichue addiction à l'adrénaline !
Mon instinct de survie aurait dû me hurler de faire marche arrière, tandis que nous progressions en formation serrée vers l'aile ouest du manoir Santini. Je savais pertinemment qu'il aurait été salvateur pour moi de ne surtout pas me trouver dans les parages : une bombe menaçait de m'exploser à la figure, et moi, comme une perdue, je m'en rapprochais pour essayer de la désamorcer au dernier moment. Parfaitement débile, et inexcusable ; à se demander comment j'avais bien pu rester en vie avec ce genre de conduite suicidaire. Mais honnêtement, qu'est-ce que je pouvais prendre mon pied !


Ouh ! Jolie et spirituelle ? Ronronnais-je d'un ton satiné à Lisa Snart, incapable que j'étais de ne pas me fendre d'un commentaire provocateur. Je comprends maintenant, pourquoi tu ne voulais pas que je la rencontre, Snart... Flirtais-je de manière implicite, en faisant naturellement descendre ma voix chaude d'une octave.

J'avais ostensiblement dirigé ma réponse vers la sœur, tout en veillant à ce que son destinataire réel n'en perde pas une miette. Sans même avoir à l'observer, je pouvais deviner que son mignon frangin s'agaçait déjà de mon manque de professionnalisme. Pour le glacial Captain Cold de Central city, tout cambriolage, toute attaque, tout opération devait se dérouler dans un silence religieux, chirurgical ; me voir encourager sa cadette à papoter bon train allait sans doute lui faire regretter sa décision de m'inclure dans son escarmouche. Qu'il blâme Gotham, et son atmosphère délétère, alors ! Pour nous autres, résidents de cette ville lugubre, les discussions étaient un réconfort précieux. Et en bonne gothamite douée de parole, je ne savais pas échanger avec mes alliés de circonstance autrement que dans un registre passif/agressif. En plus, moi qui croyais devoir subir la compagnie du pyromane, je savourais d'avoir à disposition une interlocutrice capable de répliquer autre chose que des grognements primitifs, et qui ne me fracasserait pas le crâne à la moindre pique.

Snart m'avait un peu prise de court, en acceptant sans trop rechigner ma "candidature spontanée". C'était une bonne surprise, au demeurant : moi qui m'étais préparée à devoir négocier cher cette faveur... Deux explications à ça m'étaient venues à l'esprit, durant nos petites heures de planification : soit j'avais sous-estimé l'impact de mon charme féminin sur le chef des Rogues, soit Snart s'était simplement dit que ma proposition dissimulait un coup fourré, et que le mieux à faire dans sa position était de rester aux premières loges, afin de me prendre la main dans le sac. Or, vu comme le glaçon s'était empressé de m'affecter à son trinôme, avec une autre membre de sa parenté pour le seconder, je pensais pouvoir en déduire que j'étais toujours lucide, sur mes maigres chances de conquérir le cœur froid de ce beau voleur.
Heureusement que je n'étais pas venue pour ça.

Étrange de se lancer à l'assaut d'un bâtiment qu'on connaissait déjà comme sa poche... Je savais, par exemple, d'un côté que la téléporteuse allait se charger de causer du raffut dans la partie orientale du manoir, puis que la tête brûlée de service se ferait un plaisir de feindre un assaut frontal, tout ça pour attirer les mafieux loin de notre point d'entrée ; parallèlement, j'avais conscience du fait que cette distraction finement réfléchie était purement inutile : lors de n'importe quelle attaque, les Santini désertaient l'aile est, jugée superflue, pour se concentrer dans les portions de leur quartier général "prioritaires" : armurerie, coffres, garages, bureaux des patrons... Peut-être fallait-il aussi y voir l'influence d'une certaine cambrioleuse
freelance, qui leur avait certifiés que, oui oui, un système de verrouillage automatique déclenché par lasers garantissait qu'on ne puisse pas s'introduire dans le manoir par les aérations de l'aile est.


Je rappelle : pas besoin de surveiller mes arrières ! On ne se laisse pas distraire, même si c'est très tentant. Fis-je à mi-voix, en réussissant à avoir l'air sérieuse, alors que mes doigts jouaient avec les fixations des grilles d'aération.

Je savais très bien que les Snart avaient une vue imprenable sur ma croupe, lorsque je me fis progressivement entrer dans l'étroit conduit – c'est sans doute pour ça que j'accentuais un peu le mouvement de déhanché, tant que mon bassin demeurait visible. Une fois à l'intérieur, et invisible, je pus soupirer, et me remettre à progresser à allure normale. Ok. Objectif numéro un : arriver jusqu'à la section des conduits protégée par les lasers, et guetter le moment où Lisa les désactiverait. Objectif numéro deux : déverrouiller l'entrée secondaire pour que le glaçon et sa sœur amatrice de dorures rappliquent.

Objectif prioritaire : ne pas se faire voir par Franck ou Vince Santini (les retrouvailles ne se passeraient pas bien, je pouvais le sentir).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Dim 29 Jan - 11:05

Tel est pris qui croyait prendre
C’était étrange d’avoir une autre personne flirtant avec autant d’aisance que ma sœur au même endroit. Le temps d’une demi seconde, le fait qu’une telle alliance risque plus de me porter préjudice que d’aide m’effleura l’esprit, mais je la reléguai vite au fond de mon esprit. Ce n’était pas le moment pour les doutes. Et puis, si cela permettait à Lisa de s’amuser un peu au milieu de toute cette opération, tant que cela ne mettait pas en péril la dite opération, pourquoi pas ? De toute façon, si l’attention de ma sœur était sur notre invitée (bien que je restai attentif à ce qu’il se passait aussi de son côté, ne lui faisant pas exactement confiance non plus), je n’avais pas trop à m’inquiéter pour le moment. Je pouvais me concentrer sur l’infiltration  que nous effectuions en ce moment-même. Même si, je devais l’admettre, l’attitude de Selina m’irritait un poil. Mais que pouvais-je faire de plus ? Elle ne faisait pas partie de mes Rogues officiellement, et, aussi rageant que cela puisse paraître, je n’avais que si peu de pouvoir sur elle. Elle avait très bien compris que si je lui disais de rester en arrière elle devait le faire, mais autrement, son attitude, ses actions externes…je n’y avais aucun pouvoir. Techniquement, je n’en n’avais pas plus sur le reste de mes Rogues, mais je n’avais pas besoin de les materner sur ce genre de sujets ; ils connaissaient parfaitement l’attitude à suivre durant une opération.

J’entendis un grand fracas au loin et des radios s’affolant non loin. Attendant que les sons s’éloignent, je jetai un regard par une fenêtre et, ne voyant personne, fis signe à Selina d’ouvrir la grille d’aération. Son commentaire me tira un très fin sourire et je ne pus m’empêcher de répondre à son commentaire.

"Ne te surestime pas Catwoman."

Ce qui m’agaça un peu plus qu’un simple commentaire léger fut qu’elle passe devant. Je fusillai du regard sa forme disparaissant dans le conduit d’aération. Retenant à peine un soupir d’agacement, je laissais Lisa monter ensuite, vu qu’elle devait bifurquer un peu avant nous pour atteindre la salle des contrôles et désactiver les lasers (et injecter un virus informatique créé par Rathaway au passage) avant de nous rejoindre à nouveau. De plus, je pouvais effectivement surveiller nos arrières, les miennes en l’occurrence puisque si n’importe quel gorille des Santinis arrivaient derrière nous, c’était sur moi qu’il allait tomber en premier. Nous avancions dans le conduit sans accro, et quand il fut temps, nous nous séparâmes, et je m’arrêtai, attendant le retour de ma sœur avant de continuer.

"Tu ne bouges pas de là."


Dis-je à Selina. Elle était peut-être tentée d’avancer pour atteindre l’objectif, mais il était hors de question qu’elle espère faire cavalière seule. J’avais accepté qu’elle fasse partie de cette opération, mais elle savait qu’elle devait m’écouter, sinon je n’aurais aucun scrupule à la planter dans un coin pour les Santinis. Non, vraiment aucun scrupule. Et je n’allais certainement pas laisser ma sœur seule, nous avions une stratégie après tout, cinq minutes maximum pour se débarrasser des possibles garde dans la salle de contrôle et pour faire ce qu’elle avait à faire, si elle n’était pas revenue d’ici là, j’allais la chercher. Dans mon esprit, le compte à rebours avait déjà commencé.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Dim 26 Fév - 18:27



Je pouvais très bien comprendre que ramper dans des conduits froids, métalliques et austères, ça puisse provoquer des crises d'angoisse chez les personnes claustrophobes. Personnellement... Cela faisait partie des passages d'une infiltration/évasion qui me rassuraient (je ne l'avouerais jamais en public ! On me croirait folle). Rien de glauque ni d'extravagant à ça ; ce type d'environnement m'était simplement familier. Combien de fois passer par un conduit m'avait sauvée la mise ? Les boyaux de cette taille empêchaient généralement mes poursuivants, plus larges et moins souples, de me suivre, si bien que mon cerveau en faisait un endroit rassurant. De plus, je m'y sentais comme un poisson dans l'eau : grâce à mon petit gabarit et mon corps entraîné à se contorsionner, j'y évoluais avec une aisance appréciable. D'instinct, mes bras et mes jambes s'activaient pour me faire avancer aussi vite que possible, dans une combinaison subtile de reptations et de tractions que j'exécutais désormais sans avoir à y penser.

Il ne me restait qu'à espérer que mes deux acolytes soient aussi à leurs aises que moi, et qu'ils n'aient pas une peur panique des petites araignées ou de la poussière (je n'ai jamais prétendu que les conduits étaient des espaces adaptés pour les pique-niques). Évidemment, je pris un malin plaisir à ne pas ménager mon allure, histoire de faire un peu transpirer les deux glaçons. Officiellement, de toute manière, nous suivions un planning au timing serré, donc mon attitude se justifiait parfaitement. Quoi qu'il en soit, ni l'amatrice de dorures, ni son frigorifique frère n'émirent de protestations quant à la vitesse que je leur imposais (travailler avec des professionnels, ça avait tout de même des côtés positifs ; qu'est-ce que je pouvais détester les geignards !). Notre formation rampa jusqu'au carrefour où il avait été décidé que Lisa s’engouffrerait seule, nous laissant, Leonard et moi, à nous languir de son retour. Je prévoyais déjà de passer les prochaines minutes à assaillir silencieusement mon coéquipier de regards langoureux (révisées la veille devant mon miroir, avec Holly pour me coacher) dans cette ambiance un peu particulière, où l'adrénaline échauffait les esprits ; avec Bruce, l'approche fonctionnait à merveille. Au repos, il se montrait aussi austère et distant qu'un cube de glace repoussé par magnétisme, mais dans le feu de l'action... Quand on venait d'échapper à une fusillade meurtrière, et que nos deux cœurs battaient à l'unisson... M. "Pas-de-ça-Selina" tombait les masques !

Cold se permit toutefois de me lancer un ordre (ou disons, une
directive puisque théoriquement, nulle hiérarchie ne nous liait) ; chose qui me fit dire que malgré ses fières affirmations, il appréciait bien nos échanges. Pourquoi, sinon, m'adresser la parole, si c'était pour me rappeler une évidence ? (dans le contexte actuel, il était assez superflu de me rappeler de ne pas avancer). D'ailleurs, n'étions-nous pas supposés nous faire discrets, en ce moment ?
Je ne pus résister : en souplesse, je modifiais mes appuis et ma position dans le conduit pour diriger mon visage dans sa direction, et me libérer une main (oui, c'était aussi un peu de la frime). Un brin insolente, j'apposais un index sur mes lèvres, comme pour lui reprocher d'avoir faire du bruit. L'étape suivante aurait été d'enchaîner sur un petit commentaire sarcastique (quelque-chose comme « Tu vas nous faire repérer, voyons ! ») mais un imprévu m'empêcha de me montrer aussi agaçante.

Venant probablement de la salle de contrôle (où se trouvait Lisa seule) nous parvinrent des sons inquiétant, qui me firent froncer les sourcils. Dans le plus optimiste des cas, notre saboteuse de détecteurs lasers venait de provoquer une cacophonie  de tous les diables, qui menaçait notre entrée en finesse ; dans le pire, elle était tombée sur un gros os, et aurait du mal à s'en tirer seule). Je savais déjà que le sang de Leonard n'avait fait qu'un tour. Sérieusement (soulignons-le), j'échangeais un bref coup d'œil avec le cambrioleur de Central city.


Fonce ; j'attendrai que vous ayez désactivé les lasers. On se retrouve juste après.

L'heure n'était ni aux plaisanteries, ni aux critiques. Parce que si Lisa venait de tomber nez à nez avec l'un des Santini susceptibles de me griller, j'allais devoir improviser un plan B en quatrième vitesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Dim 2 Avr - 17:24

Tel est pris qui croyait prendre
Un regard glacial rencontra celui taquin et joueur de Selina alors qu’elle me faisait signe de me taire. Je levais les yeux au ciel. Incorrigible. Rappelez-moi pourquoi j’ai accepté de la laisser venir ? Ah, oui, garder un œil sur elle. Essayer de comprendre aussi ce qui avait pu la pousser à vouloir s’inclure dans cette opération précise, alors qu’il n’y a pas quelques semaines, je la remettais en place sans aucune retenue, mais tout aussi calmement que je pourrais vous lire l’annuaire. D’expérience, je sais que les gens qui vivent cela n’ont pas franchement une haute appréciation de celui ou celle les ayant mis dans cette situation humiliante. C’est donc qu’il y a anguille sous roche. Je ne sais pas encore laquelle d’anguille, mais je le découvrirais en temps et en heure, j’en suis persuadé. L’important maintenant est de poser les bonnes questions pour y comprendre quelque chose. Et bien que ne comprenant pas le fonctionnement de Central City, Selina est loin de manquer de matière grise, sinon, aussi agile et féline soit-elle, jamais elle se serait arrivée là où elle est aujourd’hui.

Soudain, un bruit qui n’aurait pas dû avoir lieu retentit en écho depuis la salle des contrôles et je me tends, tournant la tête vers l’ouverture, permettant à mon oreille de mieux recevoir les sons nous parvenant. Je n’aimais pas ces sons. Lisa était une grande fille pouvant se défendre toute seule, mais il y avait tout de même le fait que nous arrivions à la fin des cinq minutes accordées à cette partie de la mission…Selina me convia à descendre pour aider ma sœur, et j’eus une hésitation. Non pas pour la sécurité de Selina, mais bel et bien parce que je préférais savoir ce qu’elle faisait plutôt que de la laisser seule dans un conduit, pouvant se faire la belle d’une minute à l’autre (elle avait déjà prouvée avec quelle efficacité elle pouvait remonter ces conduits). Je pinçais les lèvres puis avançai, me préparant à descendre aider ma sœur. Je lançais cependant une dernière phrase à Selina.

"Tu ne bouges pas de là. A la première incartade, tu rejoins le club du Pingouin, je le rappelle."

Je ne comptais même pas hésiter si le besoin se faisait sentir. Je descendis finalement dans la salle des contrôles et gela la jambe d’un homme qui retenait ma sœur. Elle se fit un plaisir de l’envoyer plus loin et la jambe se brisa nette, tirant un cri de l’homme, que j’assommais d’un coup de crosse dans le visage.

"Qu’est-ce qu’il s’est passé ?"
"Les Santinis sont plus prévoyants que l’on ne le supposait, apparemment. Mais c’est bon, le virus de Pied Piper est en place et suit son cours. Je reste là pour surveiller les caméras, toi et Kyle vous continuez. On se retrouve au point de rendez-vous à l’heure prévue."
"Lisa…" mon ton n’avait rien de plaisant, je la connaissais suffisamment pour savoir qu’elle pouvait se débrouiller seule mais elle restait ma petite sœur.
"Files Lenny, tu sais que quand il s’agit de filer à l’anglaise, je suis la meilleure"

Un clin d’œil de sa part et je repartis dans le conduit, bien décidé à rejoindre Selina et à la garder à l’œil à présent. Si elle tentait quoi que ce soit de louche en présence des caméras, Lisa pourrait me prévenir de toute façon.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Mar 25 Avr - 22:30



Incapable de conserver une expression neutre devant tant d'insistance, je roulais lourdement des yeux à l'intention de Snart. Il ne s'était même pas écoulé dix minutes depuis la dernière fois que Cold me l'avait intimée, et, à nouveau, telle une minette récalcitrante, je recevais une piqûre de rappel quant à mon interdiction de vadrouiller en solitaire. On l'aura compris, que mon mot d'ordre, c'était " Pas bouger " !

J'aurais pu me sentir un poil flattée par cette nouvelle preuve que Leonard se trouvait décidément incapable de rester silencieux en ma présence, mais non ; je n'entendais et ne voyait qu'un cambrioleur m'apparaissant de plus en plus psychorigide. J'étais à peu près certaine qu'il n'apprécierait pas ma marque d'insolence, mais le pire, c'est que je me comportais présentement avec énormément de sang-froid (comme quoi... Sa morgue glaciale commençait à déteindre sur ma personnalité) ! À l'accoutumée, plus on me serinait de
ne pas faire quelque-chose, plus ça me donnait envie de le faire (juste pour démontrer que je me contrefichais des ordres, des consignes, et des conséquences de mon irrévérence) ; or, même si ça mettrait sacrément à mal ma renommée si on l'apprenait, je ne comptais pas désobéir au voleur de Central city (qui, pourtant, aurait mérité que je prenne le contrepied de sa ligne directrice). Encore moins naturel pour la féline indomptable que j'étais : je fis grâce à Snart de toute remarque au vitriol - qui aurait immanquablement suivi dans ce type de situation impliquant un partenaire de crime prétendant me donner un ordre. Tout ça pour dire que j'étais vraiment une crème avec ce vilain filou, et que, tout chose bien considérée, je ne faisais qu'une entorse minime à son ordre en lui filant le train.

Là, c'était sans doute mon égo qui prenait les commandes, mais je n'aurais pas pu jouer les bons matous restant à leur place en obéissant à la lettre à Cold. Si je n'osais pas vraiment lui désobéir de front en prenant de l'avance sur le planning, rien ne s'opposait à ce que je me rapproche de sa position, histoire de laisser traîner mes oreilles près de la sortie de conduit donnant sur la salle où sa sœur rencontrait un os (je descendais et remontais les conduits bien plus vite que lui, même en veillant à le faire silencieusement ; ça aurait été bête de ne pas en profiter – et ça me permettait de transgresser une règle sans me mettre en danger). N'osant pousser trop loin ma chance, je restais prudemment dans le conduit (seuls les sons de ce qui se déroulait me parvinrent). Heureusement, la petite fratrie ne lésina pas sur les méthodes peu orthodoxes, pour neutraliser leurs adversaires ; avec seulement les bruitages, j'imaginais très bien ce qui échappait (sans regrets) à ma vue. L'essentiel me monta vite aux tympans : les Santinis n'avaient apparemment pas résisté à leur envie de gonfler leurs effectifs de surveillance, et désormais, Snart disposait d'une paire d'yeux supplémentaire qui veillerait sur ses arrières depuis chaque objectif des caméras du manoir. Ça n'impactait que très légèrement mes plans initiaux, aussi remontais-je le cœur léger, pour que Snart me retrouve exactement là où il m'avait laissée dans le conduit. Gentillesse suprême : de ma bouche ne sortit pas un commentaire narquois, pas la moindre petite provocation (et pourtant, il m'en venait des poignées à l'esprit) ; je me bornai à noter d'un regard neutre son retour, puis à froncer mes sourcils dans une interrogation muette concernant l'absence de la sœur, supposée revenir avec nous.

Ma comédie de grimacière ne dura pas ; je ne laissais que quelques battements de cœur à Leonard pour m'apprendre ce que je savais déjà, avant de reprendre ma progression dans l'étroit passage, modérément dérangée par le fait que Vince avait manifestement ignoré mon avis sur la répartition de ses effectifs. Je lui avais pourtant glissé cette recommandation à l'oreille en veillant à ce que son attention soit focalisée sur moi... Qu'allait devenir le monde, si les hommes ne se laissaient plus manipuler par le bout du nez ?

Initialement, le conduit devait nous permettre d'atteindre la salle de bain de l'une des chambres d'amis de l'aile Est, pièce qui avait peu de chance d'être occupée au moment de notre assaut, en plus d'être moins contraignante qu'une buanderie ou un garage, comme point d'entrée dans l'aile du manoir Santini. Sauf que maintenant que nous savions que les imprévus s'étaient invités à la fête, je vérifiai d'une série de coups d'œil par la grille que la salle d'eau était effectivement aussi déserte que prévu avant de m'y introduire, quittant avec joie l'intimité poussiéreuse des ventilations. Des bruits de course et des cris animaient tout cette étage autant que le rez-de-chaussée sans qu'il me soit véritablement possible d'y démêler des phrases précises ; je préférai aller furtivement entrouvrir la porte menant sur la chambre, tandis que Snart sortait à son tour du conduit (bien moins gracieusement que moi ; fallait-il le préciser ?).


RàS. Lui murmurais-je d'une voix feutrée (peut-être moins sèche que mon habituelle intonation discrète).

Doucement, ma main fit coulisser la porte, juste assez pour que je m'engouffre dans une pièce respirant le produit d'entretien et les décorations italiennes. Sans m'attarder, j'allai tendre l'oreille vers l'accès au couloir du premier étage. Normalement, notre chambre se trouvait dans un cul-de-sac avec peu de passages. Une caméra mobile couvrait cette portion du premier, ce qui dissuadait généralement les propriétaires d'y affecter une patrouille – mais avec le raffut d'aujourd'hui, je misais sans hésiter sur la prudence. Je fis tout juste bailler la porte. Rien, sinon une caméra qui me dévisagea froidement, avant de pivoter pour surveiller ce qui arrivait vers nous. Zut ! Si Lisa avait maintenu cette caméra vers moi, j'en aurais joyeusement profité pour embarquer son frangin dans une embrassade passionné, le tout en lui lançant un regard provocateur.

Tant pis ! Ce serait donc un retour au programme initial : redescendre du premier jusqu'au rez-de-chaussée, où se trouvaient toutes les pièces cools de cette aile, celles dont le contenu nous intéressait. J'offris mon meilleur profil à Cold, avant de sortir à pas de loup.


La voie est libre.

Mon dos glissa le long du mur, jusqu'à arriver à l'angle du corridor qui abouchait perpendiculairement au couloir principal. Durant le briefing, je n'avais pas émis de protestations en apprenant que je devrais occuper la tête du groupe (les Snart voulant évidemment me garder devant eux) sauf que cette disposition avait été décidée avant qu'on apprenne qu'il y aurait certainement une résistance imprévue dans le manoir. Si je tenais compte de ce paramètre, ça allait être à celui de nous deux qui avait un flingue d'ouvrir la voie (pour qu'il soit en mesure de geler toute rencontre indésirable), tandis que je resterais en retrait, hors de son champ de tir.
Enfin, ça, c'était la conformation qui aurait été la plus recommandée en théorie, sauf que quand je signifiais ma proposition d'un mouvement de la tête à Cold, il me signala en retour qu'il ne se sentait pas vraiment de me laisser dans son dos (ou du moins, c'est ce que je traduisis de notre échange silencieux). Finalement, nous convenons d'avancer côte à côte, pour qu'il puisse me garder dans la périphérie de son champ de vision, mais hors de son champ de tir. Tout ça en évoluant à pas feutrés - parce que nous sommes des cambrioleurs, ce qui s'avéra vite payant.

Droit devant nous, alors que nous approchions des escaliers menant au rez-de-chaussée, deux hommes de mains interrompent leur sprint vers le pallier pour se figer et écouter ce que leur raconte leur oreillette. Dans la précipitation, ils ne nous avaient pas remarqué, ce qui durerait encore une bonne minute (d'après mon estimation). Mon regard se tourna vers mon partenaire, à qui je décochais un sourire complice, guettant sa réaction.
En fait, j'attendais surtout de voir quelle décision il allait prendre, parce que moi, j'avais un don pour décrypter ce genre de décision. Est-ce qu'il se chargerait de neutraliser seul les deux individus (possiblement à mains nues) ? Dans ce cas, il cherchait à m'en mettre plein la vue (et je n'allais pas m'en plaindre). Ou est-ce qu'il allait me proposer qu'on se charge chacun d'un des mafieux ? Alors j'en déduirais qu'il commence à me voir comme une acolyte fiable, avec qui former un duo prometteur. Et s'il me demandait de faire tout le boulot ? Ça, ça signifierait qu'il apprécie de me voir en action (et je ne me priverai pas pour le combler, s'il aimait me voir faire le spectacle).

Oui, dans tous les cas, j'en tirerais du positif !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Lun 5 Juin - 17:48

Tel est pris qui croyait prendre
Je fus, presque, surprise de voir Kyle m’attendant bien sagement là où je l’avais laissée quelques instants auparavant. Aurait-elle compris où se trouvait sa place quand elle travaille avec moi ? Je ne peux pas exactement dire qu’elle travaille pour moi, puisqu’elle ne fait pas officiellement partie de l’équipe et quand bien même, si je suis le Leader des Rogues, je ne suis pas du genre monarchie absolue, mais plutôt conseil constitutionnel. Je prends les décisions finales, mais tout le monde a le droit à son opinion, à ses choix dans les plans la plupart du temps. Chacun avait son droit de parole et je les encourageais même à me tenir tête s’ils en sentaient le besoin. C’est ainsi que l’on se créé une équipe soudée, à mon humble avis, et non pas en les tenant en laisse par la peur de représailles pour chaque prise de parole. Cependant Selina n’était pas dans mon équipe, elle était sa propre équipe et c’est à cause de cela que ma méfiance était renforcée. Sans compter que depuis qu’elle est venue nous voir un peu avant le jour J, il y a quelque chose qui me chiffonne dans toute cette affaire, mais allez savoir quoi.

A sa demande silencieuse je lui expliquais en quelques mots que Lisa nous rejoindrais au point de rendez-vous après l’opération. Elle n’avait pas besoin d’en savoir plus. Nous reprenions notre avancée dans le conduit et arrivions dans une salle de bain, vide, comme prévu. Je sortis du conduis et remerciais silencieusement ma sœur de m’avoir forcé à porter une veste noire plus fine que la parka qui fait partie de a signature, car déjà que sortir d’un conduit d’aération n’est jamais chose aisée, je n’ose imaginer ce que cela aurait pu donner avec la lourde parka. De là ce fut une avancée tout en prudence et de concert pour les deux cambrioleurs que nous étions. Vu la tournure que prirent les évènements, la formation choisie pour avancer jusqu’au rez-de-chaussée fut modifiée. Ainsi je me retrouvais avec Selina sur ma gauche, la gardant en vue sans pour autant sembler menaçant, mon Cold Gun était de retour dans le holster à ma cuisse. Les hommes travaillant pour les Santinis étaient suffisamment bruyants pour les entendre arriver et dégainer en avance, mais pour le moment, il était plus simple pour moi d’avoir mes deux mains de libres.

Ce fut un arrêt net que nous effectuions quand deux gorilles croisèrent notre route sans pour autant nous remarquer tout de suite, une main à mon gun que j’armais, et les yeux parcourant les alentours à la recherche d’une issue ou d’une autre voie de passage, je savais bien que je n’avais pas beaucoup de temps pour prendre une décision et Selina me regardais avec insistance, attendant une décision de ma part. Il est vrai que l’on pourrait avoir une confrontation avec ces deux gus et continuer ensuite notre avancée. Cependant, le but étant de récupérer les informations le plus discrètement possible, alors voir deux corps inconscients (car non, je n’avais pas l’intention de tuer ce soir, même les pauvres types qui ont attaqués Lisa sont vivants ; en même temps, cela faisait partie de mon deal avec Flash, ne tuer qu’en cas de self-défense) était un peu contre-productif dans l’idée de discrétion à l’intérieur. Alors je pris une autre décision que la confrontation. Je me saisis du bras de Selina et l’entraina à ma suite dans la première pièce que nous croisions. Un bureau semble-t-il, mais je ne portais que peu attention à ce qui se trouvait dans la pièce, sombre par manque de lumière, vérifiant simplement qu’elle était bien vide puis refermai la porte derrière nous et écoutait attentivement à l’extérieur, que les pas des deux gorilles se soient éloignés suffisamment pour pouvoir sortir.

Je savais Selina non loin, car si la pièce était sombre, elle n’était pas noire, et pouvais voir d’un coup d’œil la silhouette de la brune se mouvoir dans la pièce.

"On visitera une autre fois Selina."

Même si, je devais l’admettre, j’étais curieux de ce que je pourrais trouver dans un endroit pareil. Rien de très intéressant sûrement, mais parfois, les apparences sont trompeuses.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Sam 10 Juin - 18:39



La prise ferme de Cold déclencha une discrète tension de plaisir de la part de mon corps (un peu exagérée, peut-être, mais je voulais m'assurer qu'il comprenne que je n'avais rien contre ce type d'initiative). Ne pas voir Snart en action fit monter en moi une pointe de déception, laquelle s'effaça en une expiration, celle qui me caressa les lèvres tandis que j'emboîtais le pas de mon acolyte. Je devinais pourquoi le chef des Rogues m'emmenait à l'écart, mais fis mine, telle une adolescente impatiente, d'imaginer qu'il voulait nous trouver un petit coin tranquille (tout cela miroita dans mon regard ; je ne pouvais pas passer mon temps à sourire d'un air radieux, non plus !).

On joue à cache-cache ? Compte jusqu'à dix, alors... Ronronnais-je (pour la forme), tout en me lançant immédiatement à l'assaut de la pièce dans laquelle nous nous trouvions, mes pas de velours ne soulevant aucun son dans le bureau tranquille.

Leonard ne jugea même pas utile de me répondre, préférant ne faire aucun bruit pour se concentrer sur la surveillance du couloir que nous aurions bientôt à retrouver. J'anticipais sur le cas très peu probable où des gardes viendraient fouiller la pièce, et me mis en quête d'une bonne cachette (ce à quoi ma petite réplique faisait référence), tout en baladant mon regard et mes mains dans le bureau. Ma priorité était de mettre la main sur des documents m’incriminant, mais j'allais devoir me préparer un plan B, au cas où. En ce sens, la sœur de Snart, -qui s'était gentiment isolée dans son coin - m'offrait une piste exploitable, mais qui allait demander beaucoup de délicatesse pour aboutir. La question se résumait à : comment me débrouiller pour faire savoir aux Santini qu'une fouineuse vulnérable occupait actuellement leur poste de surveillance ? Parce qu'une fois cette réponse trouvée, tout se mettrait automatiquement en place. Lisa appellerait son cher frère à la rescousse, Leonard se précipiterait vers sa sœur l'arme à la main, et j'aurai tout le loisir du monde de leur fausser compagnie, les documents détruits. Officiellement, j'aurais juste l'air d'une cambrioleuse s'étant tirée d'un plan ayant capoté, et que rien ne trahirait. Idéalement.

Je ne disposais pas d'assez de temps pour fouiller fond en comble le bureau, mais il ne ressemblait pas à celui d'un des grands patrons. Mon intuition me soufflait que je ne trouverais pas grand-chose d'intéressant en m'éternisant ici... Et je ne pouvais de toute façon pas vraiment justifier de traîner dans les parages. Dès que Cold ouvrit la bouche, je revins à ses côtés, lui effleurant la joue d'un index aguicheur.


Une cambrioleuse ne s'arrête jamais de chercher des larcins intéressants, Snart... Si tu ne le sais toujours pas, je devrais peut-être te donner quelques cours privés ? Osais-je lui murmurer au visage, en me reposant essentiellement sur le fait qu'il n'était pas homme à facilement s'agacer des sous-entendus sur sa compétence.

Un peu tardivement, je regrettais cette remarque semi-spirituelle, en repensant à la prise rapide de décision que Leonard avait effectuée. Sa réaction à la présence des deux mafieux avait été la bonne, bien plus sage que ce que mon tempérament de risque-tout m'aurait suggérée. Deux corps, assommés ou tués, auraient signalé notre position ; il aurait fallu neutraliser cette patrouille puis la dissimuler, ce qui nous aurait coûté trop de temps. Mon collègue de Central city n'entendrait jamais mon mea culpa, cependant. Faute de mieux, je haussais des sourcils à son intention, l'air moqueuse, avant de forcer notre binôme à reprendre sa progression.
Personnellement, je me souciais peu de ce que la patrouille avait pu recevoir comme message (sans doute l'ordre de se rendre vers l'aile centrale, où le gros de la diversion battait son plein). Pourtant, tandis que mon vaillant chevalier et moi avancions dans le couloir, en direction des escaliers, je ne pus m'ôter du crâne que la sœur de Snart, elle, pouvait espionner ces conversations. Ce qui, en d'autres termes, pouvait lui fournir un avantage tactique sur moi. Ce que je n'aimais pas. D'autant que je voyais encore mal de quelle manière j'allais pouvoir l'en priver.

Le palier. Un passage un peu critique de notre infiltration. Tout en notant la présence d'une caméra couvrant en angle large la zone, je faillis me trahir en considérant que, si danger il y avait, la charmante sœur de Cold nous l'aurait indiqué. Sauf que je n'étais pas censée le savoir. En brave féline docile, je fis l'effort d'avertir mon partenaire avant d'agir, afin qu'il ne soit pas surpris.


Je jette un œil.

Sur cette courte phrase feutrée, mon corps bascula vers l'avant, s'articulant autour de la rambarde qui courait le long des marches couvertes d'un tapis. Doucement, je me laissais descendre tête la première, centimètre par centimètre, prête à me tracter vers le haut au moindre mouvement. Mon visage dépassa juste assez bas pour obtenir une visibilité sur le rez-de-chaussée du manoir. Trois secondes s'écoulèrent, le temps que mes yeux photographient ce qui nous attendait, puis je revins auprès de Snart de la manière la plus acrobatique qui soit, en sollicitant tout un tas de petits muscles rarement dérangés, et qui gémirent de protestations (pas un son ne s'échappa de mes cordes vocales, mais intérieurement, je n'étais pas du tout à la fête – parfois, ma fierté me faisait plus souffrir qu'autre chose).

Trois pièces, et personne à l'horizon pour les surveiller : une, fermée par une porte à double battant sans serrure (menant certainement à une salle à manger, ou à une salle de réunion) ; une dont la porte est bien mise à l'écart, avec un beau scanner rétinien pour en verrouiller l'accès, et une caméra qui ne la lâche pas de l'œil ; et  une dernière, dont la porte avec serrure me semble un peu trop anodine pour être honnête. Rapportais-je.

Je savais que par le grand salon du rez-de-chaussée, je pourrais atteindre ce que je soupçonnais fortement être le bureau de Vince Santini, dont les gorges ne résisteraient pas au chant de mon rossignol. Sauf que pour en arriver là, il allait me falloir pousser Leonard à me quitter des yeux. Mon descriptif très orienté visait à pousser l'ennemi de Flash vers la réserve, le saint des saints des Santini, où ils entreposaient tout ce qui avait de la valeur. La porte anodine en était vraiment une, puisqu'elle donnait sur des toilettes. Sans oser en dire plus, de peur de me dévoiler, j'attendis que Leonard donne le cap, non sans cesser de consulter le plan mental que j'avais des lieux. Une patrouille du rez-de-chaussée voulant fouiller l'étage passerait fatalement par le salon, dont les portes (bruyantes) nous alerteraient avec l'efficacité d'un tambour. Une fois descendus, nous serions dans une position d'où il serait très compliqué de nous surprendre (ce que mon partenaire ignorait peut-être).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Lun 12 Juin - 19:05

Tel est pris qui croyait prendre
Selina et ses jeux. Je ne sais pas comment cette femme a réussi des cambriolages en équipe un jour. Surtout si quelqu’un de la dite équipe lui a tapé dans l’œil. Je ne suis pas aveugle, Lisa non plus, mais on a surtout pris le parti de ne pas relever. Enfin surtout moi. Ca faisait beaucoup rire Lisa qui ne cessait de me taquiner à ce propos, car il est vrai que ce n’était pas tous les jours qu’une autre cambrioleuse me faisait autant les yeux doux. Le fait que ce soit Catwoman, connue pour ses charmes, ne faisait que renforcer un peu plus la taquinerie dont j’étais victime de la part de ma sœur. Mais que voulez-vous ? C’est ça, aussi, d’avoir une sœur que l’on n’a pas vu pendant des années. Elle rattrape le temps perdu quand elle le peut. Jamais lorsque ce n’est pas le moment cependant ; elle sait faire la part entre les moments où rigoler et plaisanter est de mise et où c’est le boulot qui l’emporte.

Evidemment qu’elle trouverait à redire à mon commentaire. Elle trouve toujours quelque chose à dire. En fait, je pense que je dois m’inquiéter quand elle ne rétorque rien. A mon avis. Mais ce qu’elle dit me tire un sourire amusé. J’ai l’impression de m’entendre parfois. Pas vexé pour deux sous, je finis par me faire à sa taquinerie chronique et ai appris à ne plus faire cas de ses provocations, je croise son regard, ou tente malgré la pénombre, et lui répond.

"C’est vrai qu’il y a toujours le temps de voler un petit quelque chose."

Ce qui ne veut pas dire qu’elle a l’autorisation de continuer à fouiller et elle dut le sentir, car après un simple haussement de sourcil amusé de sa part, elle reprend la marche. Notre avancée se fait jusqu’au pallier, sur lequel nous effectuons un arrêt. C’est le genre d’endroit critique qui, si mal pris, pouvait mettre à mal toute une opération. Certes, toute l’équipe était préparée au cas où le plan partirait dans les ronces. Quelque chose qui n’était pas régulier mais qui arrivait, parfois, quand celui d’en face avait eu le temps de se mettre à jour sans que ne soyons au courant, ou bien que nous l’ayons, erreur de ma part, sous-estimé au préalable. Quand Kyle me signifie qu’elle va voir, je retiens un soupir. Certes, elle ne sait pas que Lisa peut voir ce qu’il se passe ici et à l’étage du dessous, vu là où elle se trouve, et perdre de précieuses secondes pour la laisser faire son show est quelque peu frustrant (bien qu’appréciable pour les yeux, reconnaissons-le). Elle revient et je l’écoute attentivement. Jusque-là, ça concordait avec les plans que nous avions dénichés et étudiés en amont de cette opération. Maintenant, le gros soucis est ce fichu scanner rétinien. Je suppose que tout le monde n’a pas accès à cette réserve, et il faudrait savoir qui y avait justement accès et le ramener très vite. Usant de notre système de communication interne, je fis appel à Lisa.

"Sis, trouves-moi qui, dans les dernières heures, est entré dans cette réserve. Et préviens Mirror Master par la même occasion." Je me tourne vers Selina "On descend"

La recherche de visage ne devrait pas prendre trop de temps. Je me dirige vers la dernière porte, les toilettes, d’après nos plans, et endroit avec des miroirs. J’entre à l’instant où Sam sort d’un miroir et que Lisa me parle dans mon oreillette.

"C’est Vince le dernier Lenny…"
"D’accord. Scudder, visites les miroirs et trouves-moi Vince Santini. S’il est trop loin d’ici, ramènes-le avec toi, demande de l’aide à Peek-a-Boo si besoin. Micke reste comme distraction."
"…Okay Cold. Oh, pour info, la ‘distraction’ a brûlé la moitié du hall d’entrée et je serais d’avis d’activer un peu si on veut sortir sans trop d’encombre."
"C’est aussi pour ça que tu es là Scudder" lui répondis-je avec un sourire. Il repart en levant les yeux au ciel et je me retourne vers Selina "Si je ne m’abuse, le bureau de Vince se trouve de l’autre côté de la salle derrière les portes battantes ; Si on allait y jeter un œil, des fois que Vince ne se cache pendant l’attaque de son propre QG ?"

Ce qui ne m’étonnerait pas, et qui me faciliterait la vie, je dois bien l’admettre. Jetant un rapide coup d’œil dehors, je sors et me dirige droit vers les portes battantes qui n’attendent que nous.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Lun 26 Juin - 12:00



Mon regard alterna entre Snart, communiquant avec ses Rogues, et nos environs. Je ne redoutais pas spécialement l'arrivée d'une patrouille, mais il fallait bien que j'ai l'air de faire autre chose, pendant que Cold passait ses ordres. J'opinais silencieusement de la tête lorsqu'il m'indiqua de reprendre la route, soulagée d'entendre que, comme souhaité, le cambrioleur s'intéressait d'abord à la porte la plus difficile d'accès. Pendant que mon accompagnateur descendait les escaliers, je bondis directement par-dessus la rambarde en m'accrochant avec mon fouet. Simple question de sécurité : si quelque-chose attendait en embuscade qu'on passe par l'escalier, ma trajectoire atypique me permettrait de l'atteindre et de le neutraliser avant que Snart ne soit en danger. À l'inverse, si en sautant à l'étage inférieur, j’atterrissais au beau milieu d'un coupe-gorge, l'homme au pistolet frigorifique disposerait d'une position de tir idéale pour me couvrir.

Accroupie suite à ma descente express au rez-de-chaussée du manoir, je fis revenir mon fouet dans ma main, tout en tournant mon regard dans les plus sombres recoins. Je brûlais d'impatience de pouvoir me jeter dans le bureau d'un des boss Santini, mais mon intuition me souffla de n'en rien faire tant que Snart pouvait me voir. Et il y avait toujours cette satanée sœur qui nous surveillait depuis les moniteurs... Mon confrère de Central city pénétra dans les toilettes comme un businessman serait entré dans son bureau ; d'ailleurs, l'un de ses associés s'y trouvait (associé auquel je n'accordais qu'une brève œillade, puisque de nouveau, je pris de moi-même le rôle de sentinelle). Cette équipe de voleurs m'apparut de toute façon très bien rodée ; en deux phrases, les nouvelles instructions furent distribuées et pas une seconde ne fut perdue en contestations. Malgré moi, j'observais cette mécanique aux rouages bien huilées fonctionner à plein régime, une lueur un peu envieuse dans les prunelles. À Gotham, ce genre de discipline s'obtenait surtout par la terreur, et la composante "pyramide unilatérale" de la hiérarchie ressortait énormément.

Le type capable de voyager d'un miroir à l'autre partit en quête de Vince Santini (pour le ramener à nous, afin que nous l'invitions à coller sa rétine dans le scanner), secondé par la téléporteuse des Rogues. Ce qui n'arrangeait pas du tout mes affaires. J'eus tout juste le temps de chasser de mon visage tout signe de panique, avant que Cold n'en revienne à moi, me proposant de chercher le dernier mafieux à avoir utilisé le scanner dans son bureau. Ce qui me rappela (si je commençais à oublier ce genre de détails, j'étais cuite !) que le bureau de Vince ne possédait pas de caméras (sinon, Snart aurait su par sa sœur si le patron s'y trouvait actuellement). Une pièce aveugle ? Exactement ce dont j'avais besoin ! Il allait me falloir penser à aveugler les miroirs du bureau de Vince, mais à cette précaution près, je tenais ma porte de sortie. D'une voix feutrée, j'interpellais le glacial cambrioleur, en me glissant à côté de lui, mais sans le toucher.


Attends !

D'une voix faible, un murmure féminin qui ne porterait certainement pas loin, je lui fis valoir ma proposition, en tablant sur des arguments valables plutôt que sur un regard enjôleur pour convaincre mon interlocuteur.

Si on entre tous les deux dans le bureau et que Vince s'y attend, on a toutes les chances de se prendre une balle avant d'avoir pu réagir : un mafieux dos au mur, ça tire avant de poser la moindre question. Leonard m'avait déjà froidement rappelée que les mafieux de Gotham n'étaient pas nécessairement comme ceux de Central, mais sur ce point, je pensais ne pas me tromper. Il faudrait qu'on entre dans le bureau par deux endroits, de manière à ce que si Vince s'y trouve, au moins l'un de nous d'eux puisse l'approcher et le neutraliser pendant que l'autre accapare son attention. Poursuivis-je, mes yeux se tournant brièvement dans la direction de mon objectif, avant de revenir vers Snart. De nous deux, je suis la plus à même de contourner rapidement le bureau, et aussi celle qui aura le moins de mal à se faufiler par un accès secondaire. Laisse-moi quelques minutes pour trouver un chemin alternatif, puis va dans le bureau. Normalement, je me tiendrai prête à rentrer de mon côté aussi. Affirmais-je avec assurance (ce qui m'étais d'autant plus facile que j'avais déjà en tête un itinéraire).

Le Temps ne s'était pas ralenti tandis que nous discutions stratégie, aussi m'élançais-je dès que Cold montra le premier signe d'une acceptation de ma proposition. Il y avait, littéralement, le feu !
En silence, j’entrebâillai l'un des battants, me coulant comme du liquide par la mince ouverture en résistant à l'envie qui me pris de chiper un baiser au cambrioleur "parce que ça portait chance" (en revanche, peut-être que mon regard caressa un instant de trop ses lèvres) ; dès que le battant revint en place, je pris mon élan.
Le grand salon, où Vince m'avait reçue une fois, était mangé sur tout un pan par une cheminée ventrue au manteau de briques brunes. Une armoire à alcools trônait avec aplomb à côté d'un bar, dans un recoin de cette salle rectangulaire empestant éternellement la fumée de cigare, la poudre et le whisky. En deux appuis, j'amorçais une pirouette m'emmenant par-dessus une table basse et l'ensemble de banquettes attenant. La longue table de réunion embaumant la cire se refléta quelques secondes dans un coin de mon champ de vision, mais je l'ignorais sans remords : la porte du bureau de Vince qui se trouvait de ce côté ne m'intéressait pas. Cette pièce n'était qu'une étape dans ma progression vers l'arrière-cuisine de cette aile.

Le bureau de Vince Santini avait été installé dans une pièce voisine de l'arrière-cuisine, même si aucune porte ne reliait les deux pièces entre elles. Toutefois, j'avais déjà pris soin de noter qu'une grille d'aération avait persisté lors du réaménagement. Cette voie de communication directe avait bien sûr été obstruée par les nouveaux occupants, mais à la va-vite... Or, les petits chatons malicieux adoraient jouer avec les calfeutrages mal fixés. D'une seule main, je pouvais désormais enlever l'épaisse plaque en métal qui masquait la grille dans la hauteur de l'arrière-cuisine. Ne me restait qu'à m'y rendre, ce qui me prendrait beaucoup moins de temps que l'escomptait Snart (ce qui tombait très bien, puisque j'allais avoir besoin de ce temps en plus pour sauver ma peau). Tout en évoluant dans un environnement qui m'était familier, je fis de mon mieux pour esquiver caméras et miroirs, ne me montrant que de temps à autres pour éviter les suspicions. Si Lisa me gardait trop à l’œil, elle serait en mesure d'évaluer la facilité avec laquelle j'avançais ; si elle ne me voyait plus du tout, elle penserait à un coup fourré. Idem vis-à-vis des miroirs. Et dans tous ces cas de figure, Snart serait alerté dans son oreillette. Ma plus grande inquiétude, malgré tout, demeurait Vince Santini lui-même, et ce qu'il était susceptible de lâcher sur moi s'il m’apercevait avec les Rogues. J'allais devoir le rendre inconscient pour l'empêcher de parler - d'une manière ou d'une autre, ce qui serait simple s'il se trouvait bêtement dans son bureau, et... Infiniment plus dur à justifier si ce n'était pas moi qui lui mettait les griffes dessus.

À partir du moment où je fus proche de l'arrière-cuisine, je devins invisible ; si le moindre partenaire de Cold pouvait lui signaler que je m'apprêtais à entrer dans le bureau de Vince, il s'y précipiterait à son tour, et je n'aurais rien gagné. Il fallait qu'il en soit réduit à une estimation, et donc, qu'il préfère attendre un peu trop que pas assez. Concentrée sur ce que je faisais, je fis apparaître ma voie royale vers le bureau, priant pour qu'il soit occupé (et que personne n'a déjà trouvé Vince ailleurs dans le manoir). Je me trouvais en hauteur, avec une vue plongeante sur l'intimité d'un parrain de la mafia de Central city... Et mon premier réflexe fut de plonger en silence dans la pièce, pour commencer à la fouiller. Les Santini connaissaient assez bien les pouvoirs des méta-humains affiliés à Snart pour savoir qu'il ne fallait pas avoir de miroir dans les pièces maîtresses de leur quartier général ; un soucis de moins pour moi.

Personne ne se trouvait dans le bureau. Merde !

D'un bond, je me fis virevolter auprès de la porte, derrière laquelle mon partenaire ne devrait pas tarder à arriver. Aussi doucement que possible (mais quand même assez fort pour être entendue depuis l'autre côté), j'articulais doucement :


Snart ? Appelais-je, jusqu'à entendre une réponse. N'ouvre pas la porte ; il y a quelque-chose d'étrange, de mon côté... On dirait que Vince nous a laissé une surprise. Mentis-je, avant de m'éloigner pour me mettre en quête du moindre document susceptible de trahir mes liens avec les Santini.

J'avais laissé Cold suspecter un engin explosif relié à la porte. Il ne disposait (j'en étais quasiment certaine) d'aucun moyen de s'en assurer, donc devait me croire sur parole. La solution la plus évidente, et qui lui viendrait sans doute, consistait à geler la porte (et tout produit inflammable y étant attaché) pour ensuite la briser (Freeze employait souvent cette technique). La porte finirait en éclats de glace difficiles à recomposer, ce qui éviterait à mon vilain mensonge d'être percé à jour.
Via un aimant de ma ceinture, je rendis illisible les disques durs de la pièce, puis empilais pelle-mêle toute la paperasse qui semblait importante, et y mit discrètement le feu dans une corbeille, en exploitant l'aération d'où je venais pour justifier que l'odeur de brûlé ne nous soit pas venu aux narines plus tôt. Je fis de mon mieux pour réduire en cendres la plupart des preuves matérielles (tant pis si je détruisais des choses qui auraient pu m'être utiles !), puis étouffai les flammes, afin qu'un petit restant de papier subsiste au fond de la corbeille. J'aurais évidemment souhaité pouvoir y jeter un dernier coup d’œil, des fois que le Hasard m'ait jouée un tour en laissant subsister sur une petite parcelle de papier mon nom, mais Snart déboulait déjà.


J'espère que les autres auront plus de chance que nous... Marmonnais-je d'un air faussement déçu, en lui tendant la corbeille encore chaude.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 24 Age du joueur : 25 Crédits : Avatar : Ayu ; Sign : XynPapple Batarangs : 450

Feuille de personnage
Nom de Code: Golden Glider
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Ven 30 Juin - 17:26


Tel est pris qui croyait prendre

Depuis la salle des commandes, je voyais tout, rien ne m'échappait et surtout pas cette petite voleuse qui nous avait rejoint apparemment sans raison. Elle était agréable et cela me changeait des Rogues, mais je n'avais vraiment pas confiance en elle. Trop mielleuse pour être honnête. Et puis une cambrioleuse de son niveau peut-elle seulement être honnête?

J'avais profité d'un instant où Catwoman étaient bien sous le regard de Lenny et que tout était sous contrôle pour les autres pour ligoter et bâillonner les hommes de main des Santini que j'avais trouvé dans la salle de contrôle. Il était trois, l'un n'était pas prêt d'émerger, entre le coup qu'avait porté mon frère et sa jambe en moins, mais les deux autres, je n'avais aucune garantie. Par précaution, je les avais tous les trois attachés ensemble, au fond de la salle bâillonner bin comme il faut. Et si jamais l'un d'eux finissait pas se réveiller et se rebeller un peu trop, j'avais mon Gold Gun pour les faire taire. Certes Lenny avait dit pas de mort, mais je n'allais pas laisser la mission échoué à cause d'un pauvre mec qui voulait l'ouvrir.

Quand je reportai mon attention sur les écrans, je remarquai que Mick avait complétement ravagé le hall d'entrée, les flammes léchaient les murs mais je ne pus pas en voir plus car la caméra n'avait pas supporté la fournaise. Au moins ça m'en faisait un de moins à surveiller, mais il y avait déjà suffisamment de pièces aveugles dans ce manoir sans qu'on ait besoin de ça. Il ne restait qu'à espérer que cela ne nous porte pas plus préjudice. Au cas où, j'en informai son frère.

- Plus aucun visuel sur le hall d'entrée. Avec le feu, la caméra a lâché.

Je continuai ma surveillance. Dans un couloir, je voyais Catwoman et Lenny discutait. Je n'aimais pas trop sa manière de tourner autour de lui, mais cela ne semblait faire ni chaud ni froid à mon cher frère. Puis après un petit discours, elle fila dans un conduit et je la perdis de vue. Heureusement, Lenny me rassura aussitôt qu'ils avaient convenu d'un plan pour rentrer dans le bureau de Vince. Je fis pivoter la caméra pour surveiller le reste du couloir. Rien en vue pour le moment. J'en profitais pour jeter un œil aux autres. Tout roulait. J'avais appelé Mick, l'ayant perdu depuis la coupure de la caméra. Du peu que j'entendis, il continuait à s'amuser alors je le laissais.

Mes yeux allaient d'un écran à l'autre veillant sur mes coéquipiers. Je commençais à m'ennuyer mais mon rôle était nécessaire à la réussite de l'opération, alors je prenais mon mal en patience.

- Dépêche-toi de rentrer, deux gorilles en approche dans ton secteur. Je ne sais pas encore s'ils vont vers le bureau de Vince, mais à ta place, je ne trainerai pas dans le couloir.

Derrière moi, j'entendis bouger. Ça ne venait pas de la porte, non, au contraire. Ça venait du fond de la salle. Je me retournai en vitesse vers les trois hommes. L'un émergeait tout doucement. Ah, j'allais enfin pouvoir m'occuper un peu.

- Bonjour toi, je pense que tu vas pouvoir nous aider.

Je m'agenouillai pour me mettre à son niveau et commençai à lui caresser doucement la joue. Je voyais bien qu'il ne savait pas comment réagir. Cela tombait bien, quand ils sont perdus, ils finissent toujours par tomber dans mes filets. Je continuai mon petit manège pour le mettre en confiance, usant de ma voix la plus charmante.

- Tu me promets de tenir ta langue un minimum, je n'ai pas envie que tes amis nous interrompent, ce serait embêtant. Et puis, si tu n'es pas coopératif, j'ai de quoi te faire taire tout en te rendant inestimable, chuchotai-je tout en attirant son regard vers la ma hanche.

Il acquiesça avec une lueur de peur au fond des yeux. Je ne lui étais pas totalement inconnue apparemment car il fixait le Gold Gun à ma taille. Et voilà, je le tenais, la peur et le charme, et ils sont à moi. Ils m'obéissent au doigt et à l'œil. Je lui enlevai son bâillon et aucun son ne sortit de sa bouche. C'était parfait.

- Donc dis-moi, est-ce que tu sais où est ton patron, Vince Santini? Mon frère et moi, on le cherche.

Il hésita, il tremblait comme une feuille. Mais je ne devais pas être si terrifiante que ça car il finit par faire non de la tête. Il mentait, il ne voulait juste pas trahir son patron car il savait ce qu'il lui arriverait s'il le faisait. Je devais en faire plus pour le convaincre.

- Allez, cherche bien dans ta mémoire, tu ne voudrais pas me décevoir tout de même? Dis-moi où est Vince Santini.

J'appuyai chaque mot en me rapprochant de lui pour n'être plus qu'à quelques centimètres de son visage. Je pouvais voir perler la sueur sur son front. Un combat intérieur se menait en lui entre l'envie de craquer et satisfaire une jolie femme et la loyauté à son patron. Je passai un doigt sur sa joue pour l'encourager à se confier et il craqua.

- Il est parti vers l'aile ouest quand il y a eu l'alerte, vers l'armurerie.

- Merci, lui dis-je en me relevant avant de lui asséner un coup bien senti sur la tête. Et fais de beaux rêves.

J'appelai aussitôt Lenny et Mirror pour leur donner l'information que je venais d'obtenir, tout en regardant si j'apercevais notre ami Santini dans l'aile ouest. Il n'y avait aucun signe de lui mais il était bien au manoir.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1139-lisa-snart-j-aime-quand-ca-brille http://legendsofdc.creationforum.net/t1148-rp-de-lisa-snart http://legendsofdc.creationforum.net/t1147-liens-de-lisa-snart
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 234 Age du joueur : 26 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 1490

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Bekka - Steve Trevor - Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Mar 25 Juil - 9:17

Tel est pris qui croyait prendre
Jusque-là, le plan se déroulait sans accroc jusque-là, mais pas forcément sans difficulté. Ce qui m’arrangeait bien, une opération trop simple serait ennuyeuse, il faut bien le dire. Je n’ai pas compté sur le Flash se montrant ce soir, il a voulu venir un jour où Lisa et moi attaquions les mafieux et il a bien faillit mal finir, donc je pense qu’il a compris qu’entre les mafieux et nous, c’est une guerre fermée, nous n’acceptons pas de nouveaux joueurs. Sans compter que ça lui fait ça de moins à s’occuper de toute façon, non vraiment, je lui rends la vie bien trop facile à ce gosse. Il ne faudrait pas qu’il s’y habitue…

Arès mes quelques ordres donnés à Lisa et Sam, je me dirigeais vers la porte battante, mais m’arrêtant à l’appel doucereux de Selina. Quoi que j’extrapole peut-être un petit peu sur ce point, mais ce n’est pas comme si c’était impossible pour elle après tout. Elle parle, je l’écoute, car j’écoute toujours ce que es coéquipiers ont à dire, et ensuite, seulement, je décide si ça vaut la peine d’être suivi ou simplement mis aux oubliettes. Pour le coup, elle a de bons arguments, et un plan qui me semble correcte, même si, je dois l’avouer, la laisser hors de ma vue ne me plaît qu’à moitié. Je ne lui fais toujours pas confiance après tout, mais des fois, il faut savoir faire des concessions. Sans compter que bien que parlant doucement, ce que me dit Selina est entendu par Lisa via notre oreillette, vu la proximité qu’elle instaure. Mais plus que cela, je sais que Lisa la suivra à la trace avec les caméras, autant que faire se peut en tout cas, car nous savons tous les deux qu’il y a beaucoup de pièces aveugle, dont le bureau de Vince, sinon Lisa aurait déjà pu me dire s’il y était ou non. C’est bien ma veine. Je ne peux pas avoir de la chance à chaque fois, ni prévoir pour toutes les situations non plus. Je vise le maximum, mais il y a des choses que même moi je ne peux prévoir ou anticiper.

J’opine silencieusement de la tête, et lance un regard vers une des caméras, signifiant silencieusement à Lisa de ne pas la lâcher, ce dont elle avait déjà conscience je pense. Elle en profite pour me dire que Mick a fait fondre une caméra, ou pas loin s’en faut, et qu’elle n’a plus de visuel sur le hall. Ca m’agace un peu, mais je m’y attendais malgré tout.

"Mick est un grand garçon, il connait ses feux mieux que personne. Ca ira."

Phrase inutile, mais je détestais la position dans laquelle la féline cambrioleuse me poussait. Dans l’expectative, obligé de suivre sa voie plus que la mienne. My plan, my rules, en théorie, mais depuis quand Catwoman était connue pour être docile ? Je m’étonnais déjà de la facilité avec laquelle j’avais réussi à lui faire suivre mes directives jusqu’ici. Je ne suis pas dupe, ce n’est pas que pour mes beaux yeux qu’elle est si complaisante, elle a un but caché, mais la question est quoi ? Au message de ma sœur, je me faufile dans le salon, gardant la porte à peine entrouverte pour observer arriver les gorilles. Je me dirige vers le bureau et va pour entrer quand l’avertissement de Selina me parvient. Zut ! Je me retourne alors et la porte battante s’ouvre sur les deux gorilles, ni une ni deux, j’ouvre le feu avant de retourner la table basse en bois massif et de me cacher derrière afin d’éviter une balle fâcheuse, voire faucheuse, et tire, visant mains, jambes, incapacitant plutôt que tuant. Ils ont beau être des mafieux, mon deal avec Flash tient toujours, même sur les mafieux. Ils finissent par tomber et je les assomme d’un coup de crosse avant de franchir la pièce et d’entrer dans le bureau. Au diable la finesse pour le moment, je tire sur la serrure et y donne un grand coup de pied. Pas de déclenchement de dispositif, ni d’explosions, et je commence à douter sérieusement de l’excuse que m’a sortie Selina, mais pour le moment, je n’ai pas le temps de me lancer dans une guérilla interne avec elle. Je regarde à peine la corbeille, il n’est pas difficile de voir qu’on n’en tirera rien de plus. Cependant, je fouille les tiroirs et récupère deux, trois clés USB ainsi que les disque-durs de l’ordinateurs en ouvrant ce dernier avec mes outils. Même si le temps n’est pas en notre faveur actuellement. Puis Lisa me fait passer un message, et je souris. Enfin.

"Selina, que dirais-tu de jouer au chat et à la souris ?"

Lui dis-je avant de sortir du bureau d’un pas conquérant, enjambant les deux hommes de Vince à terre, l’un les mains gelées autour de son pistolet et l’autre une jambe clairement cassée dans la glace. Nous sommes repérés, le chaos a commencé à s’installer (ce que Mick doit adorer par ailleurs), alors autant s’amuser un peu…J’avance comme un roi marchant sur les camps ennemi, mettant hors d’état de nuire les hommes de main que je rencontre. Selina en a sa part aussi et bien plus vite que si nous avions voulu la jouer fine, nous arrivons dans l’aile ouest. Maintenant, c’est là qu’il fallait faire attention, car si Vince s’est réfugié dans l’armurerie, il aurait bien plus de puissance de feu que nous, sans difficulté.

"Lisa, est-ce que tu as un visuel dans l’armurerie ? Et dis à Mick de se calmer sur le feu pour le moment, s’il veut se battre pas de soucis, mais on a encore besoin de pouvoir sortir sans encombre."

Si elle avait un visuel, ça me permettrait de lui parler sans même avoir à m’inquiéter de ses réactions, puisque Lisa pourrait me tenir au courant de ses actions. Dans le cas contraire, il allait falloir prendre une couverture en cas d’assaut armé de la part du mafieux…
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1925 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2370

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]   Dim 6 Aoû - 11:30



En reposant la corbeille remplie de cendres, j'observai Cold faire une razzia (redoutablement efficace) dans le bureau du mafieux. Vince Santini courrait toujours, nous n'avions donc pas de temps à perdre, et Snart en avait pleinement conscience. Le cambrioleur-phare de Central city n'usurpait pas sa réputation : à peine arrivé dans le bureau, il balaya la pièce du regard, empochant disques durs et clefs USB à mesure qu'il les trouvait ; ça n'avait l'air de rien, mais je savais d'expérience que très peu de gens auraient pu l'égaler. Faussement impressionnée, j'affectais une mine approbatrice :

À Pâques, ta sœur devait te détester... Est-ce que tu lui laissais au moins un œuf à trouver, dans le jardin ? Une confiserie de consolation, un morceau de nougat ?

Intérieurement, je m'en voulais d'avoir raté les clefs USB... Si l'une d'entre elles contenait des informations me compromettant, j'allai au devant de gros ennuis avec les Rogues. Sauf que je ne devais rien en laisser paraître, pas avec un Captain Cold déjà méfiant à mon égard. Me débrouiller pour envoyer une patrouille déloger la sœur de son nid douillet s'annonçait de plus en plus compliqué...

Sans prévenir, Snart me décocha un sourire que j'estimais de mauvaise augure, et qui attendait paradoxalement de ma part une réponse enjouée. Notre proie avait été repérée par l'un des Rogues, ce qui mettait leur leader dans d'assez bonnes dispositions pour se permettre un trait d'humour. En d'autres circonstances, j'aurais trouvé la plaisanterie peu inspirée, mais c'était Cold. Il savait user du ton approprié pour rendre une blague totalement éculée amusante à nouveau. En guise de reconversion professionnel, je l'imaginais très bien déguisé en clown blanc, à tirer des rires d'enfants sous un
chapiteau par son stoïcisme inébranlable face aux pitreries de son partenaire (Mick, par exemple). J'étais déjà heureuse que nous ayons dépassé le stade du "Pas bouger, gentil chaton". D'un geste, je fis sèchement saillir les griffes de mes gants, souriant à mon partenaire telle une prédatrice tout en miaulant sinistrement.

Meow... Répliquais-je en roulant des cervicales comme pour m'étirer, les pupilles dilatées par l'excitation (une excitation nerveuse, mais ça, j'espérais que ça ne transparaîtrait pas sur mon visage).

Reprenant la tête de notre expédition, le glacial braqueur de banques sortit de la pièce, moi sur ses talons, les lèvres un peu trop pincées, sans doute. J'avisai d'un air désintéressé les deux truands dont Snart s'était manifestement débarrassé en mettant sans dessus-dessous le salon (des impacts de balles dégradaient le cachet du mobilier), et compris que nous venions d'en terminer avec la phase « discrète » de notre infiltration. En guise d'indication concrète de la direction que nous prenions, il se mit à faire de plus en plus chaud... Et le vrombissement bas de foyers de flammes commença à meubler les rares silences qui tombaient dans le manoir des mafieux. Ce coup-ci, lorsqu'une patrouille armée nous surprit au détour d'un couloir, Cold ne me tira pas vers une cachette, préférant glacer à la volée ses ennemis. Il ne fallait pas m'en dire plus ! Je bondis pieds en avant sur l'un des mafieux, seulement partiellement gelé au torse, lui imprimant violemment mes talons sur la tempe avant de chuter à terre. En roulant en arrière, je me remis sur mes appuis, même pas décoiffée, et parfaitement disponible pour saisir le pistolet qu'un autre homme de main s'efforçait de dégainer.


Ne joues pas avec ça, tu vas te faire mal ! L'avertis-je d'un air sévère.

Il tenta de me faire lâcher prise en pivotant maladroitement pendant que je tirais l'arme à moi ; je le laissais volontairement faire, pour que son élan nous emporte tous les deux au sol. Pendant cette chute un peu comique, je mis en place mes appuis pour réaliser une clef de bras qui se conclut sur le son retentissant d'une épaule déboîtée.


Je t'avais prévenu ! Le sermonnais-je, avant d'en finir avec lui d'un crochet solidement envoyé dans sa mâchoire.

Plus stimulée qu'éreintée par ce premier corps-à-corps, je guettais une providentielle autre patrouille, tout en accompagnant Snart vers l'aile ouest du manoir. Mon impatience ressortait fortement dans l'énergie que je mettais à enchaîner les foulées et lorsque, enfin ! Le hasard voulut que nous tombions sur d'autres Santini, je n'attendis même pas qu'ils nous repèrent. Un sifflement taquin s'échappa de mes lèvres, suivit de près par l'arc de mon fouet qui gifla les quatre hommes. Le temps qu'ils se remettent de cette diversion, je voltais déjà entre deux d'entre eux, prenant appui sur l'un pour grimper sur l'autre et l'expédier dans les airs. Mes oreilles captèrent le son du cold gun, mêlé aux insultes du dernier mafieux à qui je décochais un coup de pied au sternum. Privé d'air, il se plia en deux et lâcha son arme, me laissant une éternité pour l'achever.


« À couper le souffle » ? Oh ! On m'avait dit que les italiens avaient le sens des compliments, mais là, c'est trop, voyons ! Je ne suis pas si jolie poupée... Minaudais-je, en enlaçant  ma victime comme un amant, pour approcher ma bouche de son oreille juste le temps d'y murmurer : Une intruse en salle de contrôle. Fais semblant d'être K.O. !

Sans être certaine qu'il ait saisi le message, je me glissai dans son dos en le faisant pivoter pour le projeter contre un mur, après quoi il s'affala à terre, faussement (ou réellement) inerte, et je rejoignis le chef des Rogues. Ce dernier me transmit la position de Vince via une question posée à sa sœur, ce qui me permit au passage de réaliser que nous étions bientôt arrivés à destination. Le ponte s'était évidemment replié dans une enceinte close et remplie d'armes à feu. Je n'avais jamais mis les pieds dans l'armurerie, mais devinais qu'on n'y trouverait pas de miroir. En revanche, cette portion du manoir devait être couverte par une caméra (que Vince aura détruite, s'il se doutait que nous avions mis la main sur leur salle de contrôle). Le timing ne m'arrangeait pas : nous allions tomber sur mon ex-employeur bien plus tôt que je ne le souhaitais...

S'il nous refait la scène finale de Scarface, je ne compte pas être de celles qui vont dire « Bonjour » à sa sulfateuse ! Grinçais-je à Cold, légitimement inquiétée pour ma santé. Si le plan se résume à se mettre à couvert et à échanger des tirs en espérant réussir à le neutraliser, très peu pour moi. Ajoutais-je, en m'écartant tout en profitant de ce prétexte pour retarder le moment fatidique.

Si je ralentissais suffisamment les opérations, et que mon message avait correctement été interprété, Lisa recevrait tôt ou tard la fameuse visite qui forcerait son protecteur de frère à se replier vers elle. Tout ce que j'avais à faire, c'était jouer les félines peu motivées à démarrer un duel de cow-boys avec Vince Santini.


Si nous allons le chercher, on finira criblés de balles ; ce manoir est grand. Moi, je suggérerais qu'on se place en embuscade quelque-part, et qu'on le laisse venir à nous, pour le forcer à se découvrir. Proposais-je, en bonne adepte des stratégies plus rusées que frontales, tout en croisant les bras pour bien montrer qu'il n'était pas question que je soutienne l'approche fusillade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
 
Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tel est pris qui croyait prendre [FT Lisa Snart et Selina Kyle]
» Tel est pris qui croyait prendre
» [Dahl, Roald] Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre/Et maintenant ?
» Tel mépris qui croyait prendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Central City :: La Ville-
Sauter vers:  




Envie de voir figurer votre RP dans ce sublime encart afin de le faire partager à la communauté de LoD ? Ajoutez votre new PAR ICI !

Une News pour 100 batarangs !
Plases libres : 3/3



Réunion entre criminels
Soirée costumée

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !