Partagez | 
 

 Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 152 Age du joueur : 38 Crédits : CHRIS PRATT Batarangs : 3
MessageSujet: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Mer 31 Aoû - 14:20




New-York, interlude extraordinnaire pendant la bataille


Jamais ça ne serait arrivé ! JAMAIS ! Voilà ce que je pensais en poursuivant ma parabole au travers des airs avant de percuter ce mur de brique blanches du New-York Historical Society et d'y imprimer ma silhouette pour la postérité pour ensuite retomber au sol au milieu du fracas de débris et de la voiture qui s'écrasaient sous mon poids.

Le combat au dessus de Central Park faisait rage et je me jetais de toutes mes forces dedans comme à mon habitude, forces amputées de celles que je mobilisais pour empêcher ma nature sombre de faire surface, n'utilisant ni mon A4 ni l'Astro-force pour combattre ces suppôts de Darkseid convoqués par les Ombres qui m'avaient localisé ou du moins sentis.
J'en avais éliminé quelques uns sans problème jusqu'à ce que deux d'entres eux, profitant d'un moment d'inattention de ma part, ne me portent chacun un coup simultanément et m'envoient virevolter dans les airs comme un vulgaire sac de son.

Honte à moi !!! Et quelle faiblesse cela démontrait de ma part ! La Terre m'avait ramolli à ce point ?!?
Je m'extirpais de la tôle défoncée d'une ex superbe chevrolet sous les yeux horrifiés de son propriétaire le cul par terre encore son trousseau à la main, la clef prête à ouvrir la porte. D'un coup de poing, je délivrais mon pied qui était bloqué entre les vestiges d'une porte et le toit et enfin je sautais lourdement sur le sol et regardais autours de moi pour vérifier si ma chute inopinée n'avait blessé personne avant de repartir au combat.

J'aidais le gars à se relever alors qu'il me tendait la main le regard complètement dans le vague, encore sous le choc, puis faisais un tour rapide sur moi même histoire de vérifier. Heureusement, il y avait peu de badauds à cette heure, les bus de touristes n'arrivant en général que bien plus tard dans la matinée, et les rares personnes présentes n'avaient rien. Une petite vieille qui continuait son chemin en maugréant sur les super héros d'aujourd'hui, un couple qui après m'avoir dévisagé et tiré le portrait traversa pour faire des photos et des selfies du parc et de la bataille, le gars de la voiture qui n'en était pas encore revenu de l'avoir perdue, une jeune femme avec un sac à dos dont je vis le visage apparaître et me dévisager bizarrement avant de disparaître à nouveau derrière le tronc, quelques curieux qui arrivaient maintenant attirés par le bruit et des flics qui convergeaient dans ma direction, papotant avec vigueur dans leur radios retenues à leur uniformes. Rien de bien spécial ... Si ce n'est ...

Le visage de la femme au sac à dos s'imprima en technicolor dans la partie avant de mon esprit ... Ce visage ne m'était pas inconnu, mais d'où ... Un illumination soudaine, un trou noir de suite ... Il fallait que j'en ai le coeur net maintenant, avant de repartir dans la mêlée, avant qu'elle ne puisse disparaître.
D'un pas décidé je me dirigeais vers son arbre et j'allais le contourner pour l'en débusquer quand elle même sortait de sa cachette et se retrouva à quelques centimètres face à moi avec une drôle d'expression sur le visage ... Je devais baisser les yeux et pencher la tête pour la regarder et nos regards se croisèrent ...
On se connaît ? Arrivais je à demander après quelques instants interminables à chercher d'où ce fabuleux minois marquait tellement mon esprit ... On se connaît! Répétais avec ce ton assuré et autoritaire qu'on les professeurs quand ils affirment une vérité indéniable. Qui êtes vous ?
A ce moment là, la Terre aurait bien pu arrêter de tourner, Darseid débarquer d'un autre BoomTube, la source tomber en poussière ou le temps se figer à jamais tout autours de nous, je ne voyais qu'elle, tendu vers elle, cherchant son nom qui frôlait ma mémoire sans pouvoir sortir de mon esprit. Qui était elle par tous les pouvoirs de la Source et de l'Équation réunis !?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t343-dean-o-ryan-alias-orion-adventures#4019 http://legendsofdc.creationforum.net/t342-dean-o-ryan-alias-orion-links#4018
avatar
Messages : 84 Age du joueur : 25 Crédits : Blakes et Tumblr Batarangs : 250
MessageSujet: Re: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Jeu 1 Sep - 1:03




Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleur
Dean O’Ryan • Rebecca Loveless
Jour de repos, ENFIN. Depuis que j’avais repris espoir qu’Orion soit toujours vivant, je passais mes journées à parcourir le globe dans l’espoir de le retrouver et…Et…Et je ne sais pas en fait, ce que je ferais quand je le retrouverais. Je n’avais plus espéré un tel moment depuis si longtemps…J’improviserai quand le moment sera venu je pense. S’il vient un jour et que ce n’est pas encore chasser après un fantôme. J’avais déjà visité une grande partie du monde habitable, mais jamais, étrangement, il ne m’étais venu à l’esprit qu’il puisse se cacher en pleine vue. Dans une des villes les plus peuplées et animée du monde : New-York. Pourtant, il y avait une certaine logique derrière : tant de monde, une foule immense dans laquelle se mêler. Une vie en tout anonymat au milieu de milliers d’autres. Intelligent, je devais le reconnaître. J’avais fait une chose similaire après tout, en venant m’installer à Metropolis…

Cependant, ce qui me mis la puce à l’oreille pour New-York fut le fait qu’une partie de la Justice League (et quelques alliés) s’étaient dirigés par là. Ils pouvaient être là pour autre chose que la recherche d’Orion, certes, mais une piste est une piste et il faut savoir suivre les pistes comme me disait souvent Lois. Alors j’ai suivi ma piste. Je suis resté loin des justiciers cependant. Ce n’était pas le moment de me faire remarquer plus que prévu par ces derniers…Pourtant, il n’était pas difficile de deviner qu’un combat faisait rage plus loin ; les bruits résonnaient jusqu’ici bien que nous soyons encore protégé par la distance des dégâts les plus importants…Ou du moins je le crus, jusqu’à voir voler une silhouette dans l’air, mais pas voler dans le sens vol contrôlé, plutôt dans le sens vol  « je-viens-de-me-faire-envoyer-dans-le-décor ». J’observais la course de la personne et eut une grimace de douleur pour la personne qui venait d’atterrir contre un mur solide. Je m’approchai un peu, sans pour autant être tout de suite visible grâce à un arbre savamment placé là par la providence. Je voulais d’abord savoir qui était le malheureux (j’étais au moins sûr du genre, les épaules étaient bien trop larges pour être une femme) qui venait de faire un impact visible.

Ce que je vis…Je restais figée derrière mon arbre alors que je dévisageai la personne. Non…Ca ne pouvait…Et pourtant…Les cheveux et surtout les yeux étaient différents, mais le reste. Il lui ressemblait tellement. Sans compter qe je pourrais reconnaître cette armure parmi des milliers d'autres. Je sens mon palpitant battre un peu plus fort dans ma poitrine alors que l’espoir grandissait un peu plus en moi. Le voyant se tourner vers moi, j’eu le réflexe instinctif de me cacher derrière mon arbre. Bon sang Bekka, ressaisis-toi ma fille ! Ne devrais-je pas aller le voir, lui parler ? Ou le serrer contre moi ? Ou…je ne sais pas, je ne sais plus. Je ne m’attendais pas à cela, je devais l’admettre. Finalement, je décidai de prendre mon courage à deux mains et sortis de derrière on arbre pour me stopper brusquement en me retrouvant nez à nez avec un torse sous un t-shirt. Je relevai les yeux et le vit, lui. Les yeux non plus, n’étaient pas les mêmes mais…Je ne m'étais pas trompée. Ma voix resta bloquée dans ma gorge tandis que l’on s’observait mutuellement et ce fut sa dernière question qui m’interpella. Qui j’étais… ? Alors…Il ne s’en souvenait plus ? Je relâchai la respiration que j’avais inconsciemment retenue et en repris une avant de répondre, d’une voix faible par l’émotion.

"Je…Mon nom est Bekka…" je n’ai même pas envisagé de lui donner mon nom humain. Je veux qu’il se souvienne, pourquoi ne se souvient-il pas ? Je lève une main pour toucher son visage, comme pour m’assurer que je ne rêve pas, une nouvelle fois. Mes doigts rencontrent sa peau et je rate une respiration "Bon sang, tu es vivant…Orion…"

Je sens la présence de mon alliance sur mon doigt comme jamais depuis mon arrivée sur Terre, et je ne sais pas si les larmes qui me montent doucement aux yeux sont de soulagement, de joie ou de tristesse à sa perte de mémoire, mais elles sont bien là…
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t552-rebecca-loveless-bekka-what-if-i-say-i-m-not-like-the-others#6989 http://legendsofdc.creationforum.net/t576-le-courrier-de-rebecca-loveless#7131 http://legendsofdc.creationforum.net/t566-bekka-s-links
avatar
Messages : 152 Age du joueur : 38 Crédits : CHRIS PRATT Batarangs : 3
MessageSujet: Re: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Jeu 1 Sep - 10:15


Les humains disent que le ciel leur tombe sur la tête quand quelque chose leur arrive et les met dans un état émotionnel extrême, ça datait de l'époque d'Alexandre le Grand je crois, moi, là, aujourd'hui, en cet instant, c'était plusieurs univers et contres-Univers qui venaient de s'abattre sur moi.
D'abord ce visage qui m'interpella, ensuite, alors que nous étions face à face brusquement, ce parfum qui l'entourait, pas celui qu'elle devait mettre le matin, celui qui exhalait d'elle naturellement.

Ce furent ses yeux qui me bouleversèrent le plus et dont je ne pouvais plus décrocher les miens. Le monde s'était alors arrêté autours de nous, plus de bruits, plus de mouvements, plus de combats, plus rien qu'une brume diffuse et à peine perceptible où se mouvaient des ombres.
Quand elle ouvre ses lèvres et que ses mots les franchissent, une fontaine de lumière inonde mon être, chaude et fraîche à la fois, et des images me reviennent en mémoire brusquement par vagues qu'une obscurité malfaisante repousse une à une, n'en laissant que des bribes et s'obstinant à recouvrir les empreintes qu'elles laissaient en moi.
Ce même sourire, ces même yeux, milles fois contemplés, milles fois noyé dans leur profondeurs, ces lèvres dont le goût et le parfum m'effleurent comme une brise légère sous un soleil de plomb.
Bek ... Bekka ... Cette voix, ces mots qu'il me semble avoir déjà entendus et prononcés dans des circonstances similaires ...

Comme un film, des images défilent devant mes yeux de ce jour où j'en étais arrivé à avoir ma nature sombre qui avait pris le dessus sur celle que je m'étais forgé depuis l'enfance, transformant mon visage en ce masque hideux si proche de celui de mon géniteur, et que j'avais trouvé refuge sur la planète rendue à la nature pour y puiser la force de repousser cet autre partie de moi vers la cage intérieure qu'elle avait quitté. Ce jour là, une jeune femme que je connaissais déjà m'avait rejoint et malgré mon aspect repoussant s'était approchée, m'avait parlé, avait vaincu cette malédiction rien que par sa présence rien qu'en tendant la main et touché le visage.

Ce souvenir était si fort que j'en ressentais encore le contact de ses doigt et de sa paume sur ma joue et tout à coup je re-bascule dans la réalité mais une main, sa main est là, comme ce jour là ...
Bekka ... C'est un murmure, à peine un souffle qui passe entre mes lèvres ...
D'aucuns diraient que c'est une similitude, une ressemblance et un tour que me joue mon esprit mais elle les fit taire en quelques mots à peine audibles et chargés d'une émotion comparable à celle qui me submerge actuellement. Elle connaît mon nom !
Elle connaît mon nom ?!? Un vertige me prend et rend mes jambes aussi molles que si j'avais combattu pendant des heures contre une armée entière.
Encore des images, des souvenirs qui font fléchir les ombres, des rencontres, nos mains qui se lient, son sourire, ses rires, ses froncements de sourcils, autant de petits détails qui reviennent et en engendre d'autres plus grands, plus importants. Bekka et moi le jour d'un mariage, pas le nôtre, celui d'amis, Bekka en robe de mariée cette fois, qui tourne son visage vers moi les yeux pleins d'amour et de tendresse, d'espoir et de volonté, et qui prononce ce simple mot "OUI". Mais là une tornade de souffrance m'entoure d'où émerge une épée qui me transperce le coeur. Bekka au dessus de moi, en pleurs, des cris, du sang, le noir ...
Je chancelle tout à coup comme si l'arme était planté encore en moi et ma main se lève, s'arrêtant un instant sur mon sein pour le palper, cherchant la froideur meurtrière de l'acier incrusté de Radion. Je n'y trouve que le vide et je la remonte jusqu'à mon visage, glissant doucement le bout de mes doigts sur le dos de sa main, y puisant une force inconnue et puissante, oubliée et retrouvée à ce contact charnel avant de la lui saisir et de l'étreindre en l'éloignant de ma joue doucement, tendrement.
Nous nous retrouvons ainsi, la main dans la main comme deux enfants des dieux que nous sommes, face l'un à l'autre et les yeux dans les yeux, perdus dans une bulle de temps et d'émotions qui nous est personnelle.
Je suis bien Orion, c'est mon nom ... J'arrive à peine à parler écartelé entre une part de moi qui chante son allégresse, une autre qui refuse obstinément cette réalité effacée et ma conscience qui ne sait plus où elle en est.
Une bile remonte de mon estomac et dans mon esprit en apportant un autre souvenir, celui d'une présence derrière moi, la Source, et dressé devant moi mon père adoptif, le "Trés Haut Père" Izaya qui me signifiait mon bannissement alors qu'un rayon provenant du mur qui nous séparait de la plus puissante entité connue obscurcissait mon esprit peu à peu.
Je baisse les yeux pour qu'elle ne puisse y lire et je tombe sur la bague glissée à son doigt, cette même bague qui était le signe indiscutable de notre lien éternel ...
Tu ... Tu la porte encore ? La honte, la confusion, la colère, la frustration, toutes se bousculent dans mon esprit et involontairement je serre sa main un peu plus avant de me reprendre. Je ... Je ne me souvenais plus ... Juste Izaya qui me donne l'ordre de partir sans retour pour la sauvegarde de New Genesis ... Je suis désolé, si j'avais su ...

Un désespoir m'envahissait au fur et à mesure, avoir tant espéré, avoir été si heureux si peu de temps avant et pendant le mariage même pour un dieu, et avoir tout oublié même sous le joug de cette puissance ancienne et céleste, j'étais impardonnable ...
Et elle, là à nouveau devant moi après tout ce temps qui portait encore cet anneau sacré, symbole de notre union, elle qui n'avait pas démérité à notre égard ...
Je suis désolé ... Dis je la tête baissée, mes doigts commençant à glisser entre les siens alors que je suis si honteux et désespéré, si peu digne de cet honneur d'être lié à elle depuis ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t343-dean-o-ryan-alias-orion-adventures#4019 http://legendsofdc.creationforum.net/t342-dean-o-ryan-alias-orion-links#4018
avatar
Messages : 84 Age du joueur : 25 Crédits : Blakes et Tumblr Batarangs : 250
MessageSujet: Re: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Jeu 1 Sep - 14:45




Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleur
Dean O’Ryan • Rebecca Loveless
Je pense qu'à cet instant précis, une bombe pourrait exploser à un mètre de nous et nous ne remarquerions rien du tout. Plus jeune, j'ai vraiment cru vivre le plus beau jour de ma vie lorsque j'ai épousé cet homme en face de moi. Mais rien ne peut se comparer à la joie et le bonheur qui m'envahissent quand je le retrouve, ici, bien vivant devant moi après l'avoir cru mort et perdu à jamais durant de si longues années. Qui plus est, alors que nous venions à peine de célébrer nos noces. Il est pourtant le fils de celui que nous cherchions à détruire avec mon père (que je cherche toujours à detruire si je dois être honnête, à plus forte raison à présent). Rien de tout cela n'aurait dû avoir lieu en toute logique...mais il est un adage Terrien qui dit: "le coeur a ses raisons que la raison ignore", je pense qu'il n'a jamais été aussi approprié que dans notre cas. Une issue que mon père n'avait jamais envisagée d'ailleurs, et pour laquelle il n'a jamais manqué de réserve. Notre union l'inquiétait (ce qui pouvait se comprendre quand on y réfléchit deux secondes), mais il ne s'y est jamais opposé réellement; il est comme beaucoup de parents: il veut le bonheur de son enfant, et le mien passait par Orion, aussi étrange que cela puisse paraître.

La joie que je ressentais était pourtant assombrie par la réaction (ou non reaction, cela dépend du point de vue je dirais), de l'homme en face de moi. Je n'avais aucun moyen de savoir ce qu'il se passait dans sa tête, mais le fait qu'il ne m'ait pas reconnu ne me laissait pas espérer le meilleur pour la suite. J'attendais cependant; observant, anxieuse, Orion qui semblait rassembler les pièces du puzzle doucement. Ou des pièces disparates, du moins. Je me laisse faire quand il saisit ma main, sans un mot, attendant le moindre signe que ça y est, il me reconnaît. Étrangement, c'est la vue de mon alliance qui semble le ramener à moi et je baisse les yeux vers cet objet, unique vestige (jusqu'à maintenant), d'un mariage mort-né. Un sourire s'étire sur mon visage. Une part de moi voudrait lui en vouloir; d'avoir oublié, de m'avoir laissé croire à sa mort aussi longtemps. Mais une autre part de mon être ne peut que lui pardonner; il m'est revenu et c'est tout ce qui importe. Surtout qu'il mentionne Izaya et un ordre que ce dernier lui aurait donné...je connais sufisamment Izaya pour me douter qu'il y a anguille sous roche quelque part. Je sors de mes pensées quand il s'excuse à nouveau et mon coeur se gonfle d'affection à sa vue. Sans relâcher sa main, je passe mon bras libre derrière son cou pour l'attirer contre moi. Une simple étreinte, mais une dont j'avais terriblement besoin.

"Cet objet était la seule chose physique qu'il me restait de toi. Evidemment que je la porte toujours..." ma voix se brise sur la fin. Trop d'émotions me submergent à la fois "Je t'ai cru mort, Orion. Je..." je resserre ma prise sur lui "Mon père m'a forcée à fuir, pour me mettre à l'abri. Alors j'ai utilisé un Boom Tube mais...bon sang si j'avais su qu'il y avait la moindre chance que tu sois toujours vivant, je ne serais jamais partie!"

Je n'avais pas voulu le laisser seul même en le croyant mort alors imaginez s'il avait été uniquement agonisant. Je me serais battue bec et ongle pour le sortir de là. Comment lui dire que je l'avais vu mourir dans mes bras, que j'avais senti la vie s'échapper de son corps de manière irrémédiable? Je ne le sais pas, alors je ne dis rien à ce sujet. Je me contente de profiter du fait qu'il est de nouveau là. Je voudrais rester là, dans ses bras le plus longtemps possible et pourtant, les souvenirs de comment il a atterri si près de moi me reviennent et je m'éloigne brusquement, soudain inquiète.

"Tu n'as rien?! Je t'ai vu faire un sacré vol plané..." je me mets sur la pointe des pieds, essayant d'ausculter son crâne et je continue sur ma lancée "Que se passe-t-il? Tu as besoin d'aide? Il me suffit d'aller chercher mon épée et je viens t'aider"

Si on ne m'arrête pas très vite j'allais bientôt utiliser un Boom Tube pour retourner chercher mon épée à Metropolis. Il y a des fois où je démarre beaucoup trop vite...
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t552-rebecca-loveless-bekka-what-if-i-say-i-m-not-like-the-others#6989 http://legendsofdc.creationforum.net/t576-le-courrier-de-rebecca-loveless#7131 http://legendsofdc.creationforum.net/t566-bekka-s-links
avatar
Messages : 152 Age du joueur : 38 Crédits : CHRIS PRATT Batarangs : 3
MessageSujet: Re: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Jeu 1 Sep - 15:53


Passer du combat à une étreinte venue du fond du coeur, il n'en faut pas plus pour mettre sans dessus dessous le corps et l'esprit de quelqu'un, et si en plus vous y ajoutez le fait que vous vous rendez compte que des souvenirs vous ont été volés soit disant pour le bien commun et que la femme que vous avez aimé et épousé vous croyait mort mais avait encore quelque chose envers vous dans son coeur, je vous dis pas le carnage à l'intérieur.

J'avais presque envie de fuir, de honte et de peur, honte d'avoir été berné et d'avoir oublié, peur de cette inconnue qui s'avérait être la personne la plus importante de ma vie au fur et à mesure que la mémoire me revenait par vagues successives, comme à marée montante sur la plage.
Et au lieu de me fustiger, de me repousser, d'être furieuse, elle m'entoure de ses bras et se serre contre moi.

Que dire de ce contact qui me manquait depuis si longtemps sans le savoir avant qu'elle ne s'accroche à mon cou ? Mes mains viennent tout naturellement se loger sur sa taille puis dans son dos et je la serre à mon tour, doucement, avec autant de précautions qu'elle était et est redevenue importante à mes yeux.

J'étais mort, jusqu'à ce que je revienne près du mur de la Source ... Seul avec mon père ... Personne ne savait, personne ne devait savoir, même pas moi ... On m'avait même effacé cette mort ...
Soufflais je réponse, mon âme inondée de bonheur et de félicité à l'avoir ainsi dans mes bras. Cela dure encore quelques secondes et brusquement, elle me repousse, me déchirant un instant de l'intérieur avant que je ne comprenne son inquiétude et que je ne sois fier d'aimer une déesse aussi courageuse et vaillante.

Elle s'inquiète pour ma santé d'un simple choc contre un vulgaire mur alors qu'elle me croyait mort quelques minutes avant et la seconde d'après veut participer aux combats en dépits des risques pour elle même. Nous autres, les Néos-Dieux, nous sommes une grande race, Bekka est l'une des plus grandes parmi nous et je suis honoré d'avoir une place dans son coeur ...
Mes mains passent de sa taille à ses bras et je plante mes yeux dans les siens d'un air sévère et décidé :
Ne t'inquiètes pas, j'ai la tête dure, tu le sais et tu me l'as souvent répété et reproché avant que nous ne décidions d'annoncer aux autres que nous nous aimions ... Et pour ce qui est de cette bataille, toi tu restes en dehors de ça ... S'ils savaient que tu es ici aussi alors c'est sur que nous verrions débarquer Darkseid dans l'heure qui suit avec toutes ses troupes ... Ce monde n'est pas encore prêt, ni moi non plus ... Et je ne veux pas risquer de te perdre aussi vite que je t'ai retrouvé ...

Je la lâchais et passant mes mains derrière son dos, je l'attirais contre mon torse la serrant et lui caressant les cheveux :
Pendant tout ce temps, il me manquait quelque chose et je cherchais ce que c'était, maintenant je sais ...
Dix battements de coeur, dix milles années, une éternité dans quelques secondes, et je la détache de moi puis fait un pas en arrière, à la fois écorché vif et baigné d'une énergie nouvelle revivifiante ...
Au loin, la rumeur du combat fait rage qui m'appelle, moi, le Chien de Guerre. Maintenant je ne me bats plus que pour ce monde ou ceux qui le peuplent et me sont autant d'étrangers, je me bats pour elle aussi et avant tout !

Ce soir, dans le Queens, 12-54 150th St, Whitestone, tu trouveras une brasserie nommée Stone Tavern. J'y serais si tout se passe bien ...
D'un pas en avant, je suis contre elle et je lui prend le menton du bout des doigts pour lui faire lever le visage vers moi qui me penche et je lui baise les lèvres doucement, tendrement, longuement.
Puis, pour éviter qu'elle ne m'attrape, je m'écarte encore plus loin et la regarde en souriant, m'imprégnant de sa personne.
A ce soir ! Dis je avant de m'élancer d'un bond prodigieux vers Central Park et de me fondre à nouveau dans la mêlée, fort de nouvelles énergies, celles de cette femme retrouvée et celles de cette rage meurtrière qui monte en moi à peine l'ais je quitté. Il vont me payer cette dette, Izaya et Darkseid,deux pères, aucun pour racheter l'autre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t343-dean-o-ryan-alias-orion-adventures#4019 http://legendsofdc.creationforum.net/t342-dean-o-ryan-alias-orion-links#4018
avatar
Messages : 84 Age du joueur : 25 Crédits : Blakes et Tumblr Batarangs : 250
MessageSujet: Re: Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)   Jeu 1 Sep - 23:16




Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleur
Dean O’Ryan • Rebecca Loveless
Ses mains puissantes arrêtent mon inspection et son regard stoppe ma voix complètement. Je vois à son regard qu’il n’est pas l’heure de discuter ou de se disperser. Pendant un instant, je crains d’avoir dépassé les bornes et de l’avoir agacé, mais sa voix, quand il parle est aussi douce que précédemment. Déterminée, certes, mais douce. C’est quelque chose que très peu de gens savent à son propos, surtout sur ma planète. Oui, il est le Chien de Guerre, le furieux guerrier et fils de Darkseid, mais il est aussi Orion, un homme qui a plus de tendresse en lui que je n’en n’ai rencontré sur ma propre planète en guerre. Il ne la montre pas à n’importe qui, cependant, et savoir qu’il me considère digne de voir cette tendresse cachée m’a toujours emplie d’un sentiment de bonheur.

Je l’écoute, un petit rire m’échappant quand il dit avoir la tête dure ; c’est vrai que je le lui ai dit si souvent qu’il doit l’avoir retenu à force. J’aurais dû m’en souvenir aussi. Pour la suite…Je me mords l’intérieur de la joue pour ne pas l’interrompre ou le contredire, bien que l’envie ne manque pas. Ses arguments sont plus que valables, même si j’ai envie de lui hurler que je n’ai pas non plus envie qu’il retourne risquer sa vie. Mais cela serait égoïste de ma part, je ne peux pas lui proposer de fuir, ce n’est pas dans son âme d’être lâche et c’est une des grandes qualités qui le composent, qui me rende si fier de lui. Alors je hoche doucement la tête et le serre contre moi quand il m’étreint, profitant encore un peu de sa proximité avant qu’il ne doive repartir se battre.

Puis il me donne une adresse, une heure (vague, certes), et je sais que l’on va se revoir. Je ne peux pas envisager le contraire.

"J’y serais."

Evidemment que j’y serais, je vais même y aller dès son départ et l’y attendre. Je m’en fiche de devoir l’attendre plusieurs heures, je ne partirais pas de cette brasserie à moins qu’on me mette dehors pour cause de fermeture. Son baiser me fait fondre et je suis à deux doigts de le ramener à moi mais il s’éloigne, se doutant de mes réactions à présent et il s’en va.

"Fais attention à toi !"

Je ne sais pas s’il m’a entendu, mais je n’ai pas pu m’en empêcher. Bien, maintenant qu’il est parti, il faut que je trouve le Queens et l’adresse qu’il m’a donnée. Mais avant, je vais m’asseoir un peu. Parce qu’il y a beaucoup trop d’émotions qui ont traversé mon corps et mes jambes me semblent en coton maintenant qu’Orion n’est plus là pour me soutenir. Je m’assois au pied de l’arbre derrière lequel je m’étais caché, attendant de me remettre un peu de mes émotions pour ensuite partir. Direction : le Queens !
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t552-rebecca-loveless-bekka-what-if-i-say-i-m-not-like-the-others#6989 http://legendsofdc.creationforum.net/t576-le-courrier-de-rebecca-loveless#7131 http://legendsofdc.creationforum.net/t566-bekka-s-links
 
Pour le meilleurs et pour le pire, quand le pire est déjà advenu où est le meilleurs (Rebecca - Orion)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma vie à deux pour le meilleur... ou pour le pire! [Missbean]
» meilleurs voeux pour 2013
» IAN SOMERHALDER • Tu te souviens, nous nous sommes mariés pour le meilleur et pour le pire.
» [Roy, Suzanne] Pour le meilleur et pour le pire
» meilleurs voeux pour 2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Amérique-
Sauter vers:  



Batman a été enlevé par Astarte pour attirer Wonder Woman vers la Citizenry. Un combat éclatera t-il entre la tante et la nièce ? Suivez l'affaire par ICI!


Les habitants de Floride secoués par un affrontement entre le Feu et la glace ! À Miami Beach, un homme, manifestement possédé, tente d'empêcher Killer Frost de nuire ! Suivez l'affaire par ICI!


Un certain Chevalier d'Arkham vient de prendre en otage un immeuble entier. Black Canary tente de l'arrêter pour le livrer aux mains de la Justice. Suivez l'affaire par ICI!