Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
What Doesn't Kill you. [les docks]

What Doesn't Kill You
« Bénis sont les gens dont la vie est sans crainte, sans doute, pour qui le sommeil est une bénédiction qui vient toutes les nuits et n'apporte que doux rêves. » — Bram Stoker.


Voilà un moment que les ombres se sont installées dans l'appartement somptueux, calme et paisible. Les secondes s'écoulent lentement, aussi doucement que résonne le tic-tac rassurant de la petite pendule accrochée au mur. A l'intérieur règne une impression de sérénité, de la propreté impeccable du foyer jusqu'au faible ronflement canin qui vient parfaire la toile. Tout inspire la sécurité entre ces quatre murs.

Tout, sauf les faibles gémissements paniqués qui proviennent du canapé.

Profondément ancré dans le pays des rêves et de l'illusion, Jason s'agite. Sa respiration devient rapidement erratique alors que des légers spasmes ne cessent de secouer son corps sous le regard inquiet de Murphy – maintenant alerte. Ses muscles se contractent involontairement, ses doigts sont crispés dans des poings serrés et un filet de sueur coule contre ses tempes. Ses démons le poursuivent même dans son sommeil, le torturent encore plus chaque nuit sans répit.

Le réveil aussi, est rude. Quelques minutes plus tard à peine, le garçon se redresse en sursaut avec un cri étranglé – son cœur bat la chamade tandis qu'il lutte pour reprendre son souffle. Il lui faut bien quelques secondes pour se reconnecter avec la réalité et noter l'absence de danger autour de lui. Jason soupire et se frotte pensivement les yeux humides avant de cacher sa tête entre ses mains. Encore un cauchemar dans lequel il se voit sombrer, de nouveau, vers un endroit obscur et brûlant. Encore des visions remplies de clowns tapis dans l'ombre et prêts à lui dévorer la moelle à la première occasion. Aujourd'hui, Todd en bave nettement moins qu'il y a quelques années, mais le jeune homme commence à désespérer que jamais les mauvais rêves ne disparaissent. Pas complètement.

Une grande respiration et Jason regarde grossièrement sa montre. 7:00 PM. Il a dû s'endormir sur le canapé, Murphy toujours docilement affalé sur son torse. Le garçon lui tapote gentiment le haut du crâne avant de se lever et se diriger vers la fenêtre du salon. Dehors, la vieille Gotham brille de mille feux alors que la nuit n'est pas encore complètement tombée. A l'horizon un halo orangé sillonne doucement entre les bâtiments. Bientôt, le crépuscule s'en ira.

Mais Jason n'a ni le temps ni l'envie de s’apitoyer sur son sort, il a des choses importantes à faire. Un peu d'eau sur le visage est tout ce qu'il lui faut pour reprendre complètement ses esprits et récupérer son masque implacable de confiance et d'arrogance. Ce après quoi il attrape rapidement son équipement de patrouille et quitte son appartement. C'est la même routine tous les soirs.

Gérer un empire de drogue n'a jamais été un business facile. Il faut régulièrement traiter avec des guys à moitié camés, pour ne pas dire totalement défoncés – sans oublier les combines à deux balles visant à te doubler. Pour être honnête, voilà quelques temps que Red Hood pense à se retirer du marché, à laisser en plan l'empire qu'il construit depuis son retour à la maison. Après tout, sa mission n'a plus vraiment lieu d'être ; il voulait principalement attirer l'attention de Bruce, et c'est chose faite. Pour le reste, il n'est plus aussi convaincu qu'à l'époque de faire ce qui est juste pour prévenir les dommages collatéraux. Des enfants continuent de mourir à cause de ces saloperies tandis que la peste poursuit sa progression dans les boyaux de la ville sans réel signe de régression.

Gérer un empire de drogue n'a jamais été un business facile. Surtout lorsque tu empiètes sur les plats de bande d'un gros poisson comme Roman Sionis. Mais voilà pourtant l'une des raisons élémentaires qui fait que Jason ne se sent pas encore prêt à raccrocher : il a toujours eu pour passion de faire chier le monde en faisant capoter des transactions, surtout lorsqu'il s'agit de son grand ennemi Black Mask. Cela ne date pas d'hier, il a toujours semblé aux deux hommes qu'il n'y avait de la place à Gotham City que pour un seul masque, rouge ou noir. Et maintenant que le royaume du Red Hood commence à faiblir, Roman en profite. Mais après tout, s'il doit bientôt tirer sa révérence, autant mettre un joyeux bazar dans le milieu, n'est-ce pas ?

Jason ne compte pas non plus se laisser écraser par son plus grand rival sans dire un mot, c'est une question de fierté. Il a ses indics qui lui ont parlé d'un grand coup préparé par Black Mask sur les docks et il compte bien faire une apparition. S'il y a de la marchandise à voler, armes ou drogue, ce sera toujours bon pour son business – sans compter que ce genre d'artilleries se porte toujours mieux le plus loin possible d'un dangereux psychopathe.

Le casque rouge est arrivé un peu tôt sur le lieu de rencontre, le temps de faire un premier repérage – même s'il connaît l'endroit comme sa poche. Il était déjà sur place quand les premiers hommes de Black Mask sont arrivés, ce qui lui a permis de déchiffrer leur organisation, de savoir précisément le nombre de gros bras présents et à quels postes. L'ancien disciple de la chauve-souris s'est ensuite assuré de placer des charges explosives sans se faire repérer à tous les points sensibles, une sorte de police d'assurance en cas de pépin. A tout moment il sera capable de créer une brèche dans la défense de Black Mask, rien qu'en appuyant sur un détonateur.

Maintenant le garçon est calé à quelques blocs du point de rendez-vous, sur une pile de containers de métal – les jambes affalées loin devant lui. Il se permet même de tirer sur une cancéreuse tout en sachant que le vent est contre lui et que les fumées de tabac n'ont aucun risque d'alerter les sbires de sa présence. Parfaitement détendu, Jason observe l'échange de loin, n'ayant cependant pas pu placer de micros assez proche pour avoir du son. Désormais il ne lui reste plus qu'à attendre l'action.


__________

Cute but sarcastic.

ω Every day is a fresh horror. Every memory a nightmare. There's always a pasty-faced clown sitting in the corner of the room, just laughing. At us.

Jason Todd
ADMIN ❖ if found please return to Ravager

Profil
Perso
What Doesn't Kill you. [les docks] Tumblr_o6hjt2alGh1tju49no2_500

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 31/01/2018
Crédits : Twizzle
Messages : 358
Batarangs : 1850
Age du joueur : 22 Outlaws
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
Mer 24 Avr - 12:50
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: