Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz)
Aller à la page : Précédent  1, 2






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Est-ce que les gens se doutaient qu’ils construisaient au-dessus d’un des vestiges les plus importants du pays ? Comment cette mythique tombe a-t-elle fini par disparaître ? De nombreuses théories pouvaient l’expliquer. La plus probable concernait le tremblement de terre, ayant provoqué la destruction du phare de Pharos et du palais des Ptolémées. La tour funéraire a dû aussi s’effondrer lors du cataclysme également, et ses fondations durent être réouvertes par cette ancienne mosquée. Sinon, j’aurais aimé imaginer qu’en réalité, la tombe eut mieux tenu le choc, et que ces murs se dressant devant nous, soient celle du tombeau. Malheureusement, leur aspect était bien trop moderne pour dater du dernier siècle avant J-C.

Toutefois, une question demeurait. Comment entrer ? Le seul moyen qui me paraissait judicieux, serait par effraction. Le bâtiment était abandonné depuis plusieurs années et oublié de tous. Si on s’y prenait de manière discrète, personne ne remarquerait notre présence et les autorités n’auraient que faire de nous. De plus, Katrina semblait lire dans mes pensées. Elle aussi devait deviner le plan qui se préparait, et elle devait tenter quelque chose qui s’apparentait à de l’humour. Pourquoi pas, je tentais d’en faire de même. Détendre l’atmosphère ne serait pas de refus, histoire de faire oublier qu’une secte d’assassin nous courrait après.

"Si on avait le temps oui, mais on irait plus vite en passant par une fenêtre. L’administration a bien changer depuis Imhotep."

Enfin, il n’y avait pas qu’en Egypte qu’il y avait des problèmes administratifs. Ici, disons que les papiers pouvaient vite se perdre. Et question discrétion… Des fuites pouvaient rapidement se faire. Un papier s’égarait par « accident » et se retrouverait entre de mauvaises mains comme par hasard. Déjà, avant que toute cette histoire commençât, je me souvenais des problèmes de papiers. Surtout pour les droits de fouiller, et déplacer des artefacts. Et quand on arrivait à avoir les autorisations, les autorités qui nous contrôlaient pouvaient mettre un temps fou pour vérifier ces derniers si besoin était, en fin besoin, c’était vite dit. Encore, anecdote bien plus drôle, c’était Jack qui me l’avait raconté. Cela s’était passé en réalité en France. En fait, mon fiancé devait veiller à la livraison d’un chargement d’objet datant de Louis XI. Mais l’administration française, avait paumée ses papiers, tout était mal rangé, bref, c’était un beau bazar. Ils s’étaient tellement mélangé les pinceaux, que finalement, ce pauvre Jack dû attendre plus d’un mois pour partir.

L’entrée principale de la mosquée fut condamnée. Une grande planche en bois barrait les deux battant. Sans oublier la chaîne qui condamnait bel et bien cet endroit. Mais, j’aurais aimé entrer par ailleurs. La porte ici, était bien trop exposé et l'a forcé nous attireraient quelques regards et oreilles indiscrètes. Le mieux fut de faire le tour et de trouver une des fenêtres du rez-de chaussé. Elle aussi était condamnée, mais elle était à l’abri des regards. Et une palissade en bois, pouvait nous dissimuler. Tout ce qu’il y avait à faire, fut que Katrina m’aide à grimper. Là, je m’accrocherais aux rebords et pourrais forcer le passage. Quelques coups assez forts devraient avoir raison de ce bois. Plus personne ne s’occupait du bâtiment, et donc, le bois ne devait plus être trop dur.

"Tu risques de ne pas aimer, mais j’aurais juste besoin d’un bref appuie pour grimper par-là. Après je me débrouillerais."

Ne me demandait pas pourquoi, mais j’avais comme le sentiment, que cette idée ne plairait pas à la milliardaire. Déjà pour l’effort à faire, mais surtout, pour l’idée de se salir un peu. Moi qui suis habituée à la voir faire les sales taches par quelqu’un d’autre, la misse sera bien obligé de se tâcher un peu, jeu de mot, si elle comptait participer à l’aventure. Ok, elle cherchait sans doute la valeur pécuniaire de l’artefact et des trouvailles qu’on fera dans les tombeaux. Mais, elle ne devra pas juste me suivre et me regarder faire. Ce n’était pas un film, Katrina n’était pas simple spectatrice dans une sale de cinéma. Elle était aussi actrice et donc, ses jolies mains devrons se recouvrir un minimum de terre.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Ven 19 Avr - 11:02
Revenir en haut Aller en bas
Quoi, elle pense vraiment que je suis princesse au point de ne pas vouloir mettre l’épaule à la roue? Je ne suis pas ici en vêtements Armani que je sache mais parfaitement équipée pour cette expédition et s’il faut se salir les mains, soit. Je traine aussi ma part d’ombre et je n’ai jamais eu de problème à faire le sale travail moi-même. Ce n’est pas parce qu’en général je confie ce genre de tâches à d’autres que je suis incapable de le faire. Encore une fois, c’est le propre de détourner l’attention pour son propre bénéfice. J’adore quand les gens tombent dans le panneau et tirent de mauvaises conclusions. C’est ce qu’il faut pour rester imprévisible. Me contentant de lever les yeux au ciel, je m’approche d’elle et lui donne l’appui qu’il faut pour qu’elle puisse escalader. C’est qu’on ne va pas y passer la journée, quand même. J’ai mieux à faire.
 
Une fois à l’intérieur, je ne perds pas de temps à me mettre au travail soit faire un repérage des lieux. Repérer les issues. Tenter de déceler quelque chose hors de l’ordinaire. On ne sait jamais. Si cette bande d’illuminés est arrivée avant nous, je veux le savoir. À la quantité de poussière qu’il y a ici, à moins d’être capable de léviter, personne n’est passé par ici. Je porte un mouchoir à mon nez. De dire que c’est mauvais pour les poumons ne commence même pas à décrire la chose. J’espère que nous trouverons… Quoi que ce soit… Rapidement. Plus encore, je suis prête à parier que ce ne doit pas être le bâtiment le plus structurellement solide du quartier au vu de son abandon. Je ne compte pas m’éterniser quand tout ceci pourrait potentiellement nous tomber sur la tête. En fait peut-être que ce ne serait pas si bête de prévoir un plan B. Quel genre de plan?
 
Disons que j’ai toujours aimé la logique qui dit que si je ne peux pas l’avoir, personne ne peut l’avoir. Donc, si je m’arrange pour faire en sorte que si les cultistes prennent l’avantage, tout s’effondre et les enterre vivants, ce serait quand même une superbe façon de se venger d’eux soit depuis la tombe ou depuis la fuite. Et puis bon, les lieux sont abandonnés, je ne crains pas dommages collatéraux. Et quand bien même, je n’ai jamais été du genre à m’en formaliser. Tant que je survis, le reste est de peu d’importance pour moi. Une des premières leçons à apprendre dans le milieu des affaires, c’est de toujours avoir de quoi négocier avec soi. Heureusement pour moi, je suis très douée pour ce genre de choses. Et ce toujours au détriment de mes adversaires. Et c’est tant mieux. Oh je ne dis pas que miss archéologue va approuver mais… J’aime avoir des options.
 
Donc, pendant qu’elle va invariablement se mettre à fouiner partout à la recherche d’un passage vers les ruines, je me dirige vers certains éléments structurels auxquels j’attache de petites charges explosives. C’est l’avantage de voyager en jet privé et de ne pas passer par les douanes. On peut transporter un tas de trucs illégaux sans le moindre risque. S’il fallait que je passe un contrôle chaque fois que je vais quelque part… Je n’ose imaginer la montagne de complications qui suivraient peu après. J’aime voyager… À ma façon. Tout simplement. Le genre de façon que le commun des mortels ne saurait approuver mais en même temps, je vis pour moi, pas pour les autres. Certainement pas pour les autres. Mon travail terminé, je reprend innocemment une position plus centrale, laissant entendre un soupir d’exaspération pour rester dans mon rôle de vilaine riche.

 
 « Alors, tu as trouvé quelque chose? C’est que bon, si c’était aussi évident que tu ne sembles l’indiquer, que le temple est sous ce bâtiment, quelqu’un l’aurait trouvé, non? Comment on construit par-dessus quelque chose sans s’en rendre compte ou sans le consigner quelque part? C’est si mal géré dans ce pays? Il y a vraiment des coups de pied au cul qui se perdent, ce n’est rien de la dire, ça non! »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Ven 19 Avr - 19:08
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Finalement, Katrina accepta de me faire la courte-échelle. Moi qui aurais imaginé cette femme, répugnait à l’idée de devoir porter quelqu’un, se voir plus soulever comme une reine dans un trône portable, voilà qui méritait d’être mentionné. Passant sur ce détail, nous nous retrouvâmes dans la mosquée abandonnée. L’air ici était saturé de poussière et d’une odeur faisant penser à de la moisissure. Les murs furent ternes, la peinture ayant déjà sauté, ce bâtiment était des plus tristes. Des animaux devaient également passer dans le coin pour se loger, ce qui n’arrangeait en rien l’odeur. Les étroites fenêtres, ne laissèrent passer que de faibles rayons lumineux, ce qui plongeait tout le bâtiment dans une pénombre qui m’obligeait à sortir ma lampe de poche.

Ma théorie serait qu’il existerait un passage conduisant au-sol, qui à son tour mènerait aux ruines. Et à ce sujet, Katrina posa une question qui pourrait paraitre évidente. Chose amusante, car beaucoup de monde pouvait se la poser, mais dans les faits bien entendu, les choses n’étaient pas aussi simples. Car on oubliait toujours un facteur essentiel, le facteur humain.

"Les gens en général, ignorent sur quoi reposent leur maison ou autre bâtiment. Les anciennes fondations sur lesquels ont bâti, on croit toujours qu’elle date de la veille, alors que ce n’est pas le cas. En France, après des travaux, le propriétaire à découvert qu’une maison médiéval se cachait sous la sienne. Pareil en Turquie, un homme à découvert toute une cité sous-terraine. En réalité, on se concentre toujours sur son petit monde. On ne fait pas attention au reste, car rien n’a plus de valeur que ce que l’on fait. Et souvent, quand on se rend compte de notre erreur, il est déjà trop tard. Je suis sûr que sous ton palais, ce cache aussi des merveilles archéologiques."

Intéressez-vous donc au sujet. Demandez-vous, qu’est-ce qui peu se cacher sous vos pieds en ce moment ? Une maison ? Une ville ? Un temple ? Toutes les terres de cette planète furent utilisées et réutilisées. Il existait donc plusieurs couches d’occupations, dormant sous nos maisons. Et ceux ayant bâti cette mosquée étaient sans doute dans la même optique. Ils ont découvert de vieux murs pouvant leur servir, point barre. S’ils s’avaient. Et d’ailleurs, je pensais avoir justement découvert ce que nous venions chercher.

"Et si au lieu de faire, je ne sais pas quoi, tu veniez m’aidez plutôt ?"

Une porte était barrée d’une épaisse planche en bois. Amusant de voir ce système, c’était le même utiliser dans les temps anciens. La planche qu’on faisait pivoter pour fermer une porte, à la place du verrou et de la clef. Ce bâtiment était donc bien ancien, un point réconfortant. Accrochant ma lampe dans ma poche, je m’approchais de ce passage fermé, pour tenter d’en libérer l’accès. Le bois était si vieux, et les accroches en fer étaient un peu rouillé. Il fallait forcer pour réussir qu’à la faire bouger. Quelque chose semblait aussi coincé, mais quoi que cela puisse être, nous parvînmes quand même à l’ouvrir. La planche alla se cogner contre le mur rejoignant celui de la porte. Il fallait forcer encore un peu celle-là, pour qu’enfin, elle finisse par s’ouvrir.

En réalité, on se serait cru dans un film d’horreur. La porte ancienne, qui une fois ouverte, donnait sur un escalier se perdant dans l’obscurité. Que pouvait-il donc se cacher sous nos pieds ? Sans aucun doute, la tombe que nous recherchions, mais quoi d’autre ? Non, je ne croyais toujours pas en la magie et autre superstition. Mais depuis que l’œil avait dévoilé ses capacités, d’autres surprises pouvaient nous attendre. Et par là, j’entendais le genre piège mortel. Pas de momies et de monstres, restons donc logique.

Malgré cela, mon cœur battait de plus en plus fort dans ma poitrine. Car non seulement, nous allions découvrir la dernière demeure de la dernière reine d’Egypte, mais aussi la prochaine étape qui nous mènera au tombeau d’Osiris. Celui de la plus grande souveraine et d’un dieu… Sans doute la plus grande des découvertes de notre siècle, voir de toute l’Histoire. La vantardise n’était pas mon genre, mais l’émotion que procurerait de telles trouvailles, sera bien là. Enfin, je pourrais exposer ces lieux fièrement, une fois que tout ceci sera fini. Et ainsi, nous aurions tous des réponses sur les plus grandes énigmes de notre temps.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Mar 23 Avr - 8:30
Revenir en haut Aller en bas
Est-ce que l’humanité dans son ensemble est complètement et irrémédiablement stupide ou quoi? Vous construisez un bâtiment… Sans vérifier ce qui se trouve en dessous. Pour ma part, aucun des édifices m’appartenant ne souffre d’un tel manque de prévoyance. Franchement, je commence à penser de plus en plus à me dire que ma paranoïa est une défense redoutablement efficace dans ce nouveau type de société. Construire sur des bases existantes sans prendre le temps d’en faire la « cartographie ». Il y a des coups de pied au cul qui se perdent. Mon reniflement dédaigneux résume une tirade incendiaire sur l’imbécilité humaine. L’être humain, l’espèce la plus intelligente qui soit. Mon cul, oui. Et je me moque de la vulgarité de ma pensée. C’est un résumé on ne peut plus exact de ce qui me passe par la tête. Mais bon. On ne va pas s’y attarder.
 
Il faut forcer une porte. J’ose espérer que ses vaccins sont en règle car si on se blesse sur ce truc, ça promet de créer un paquet de problèmes. Déjà que sans rajouter ce… Détail… Les lieux sont franchement insalubres, si on peut s’éviter des ennuis supplémentaires, je ne suis pas contre. Avoir su, j’aurais acheté d’avance le bâtiment et j’aurais subtilement informé la presse d’un gros projet de restauration des lieux. Oui, nos ennemis auraient pu se mêler aux ouvriers de construction mais tout dépend encore de qui est derrière le projet. Toujours avoir des gens qui vont jouer les nouveaux propriétaires avec vous en arrière-plan pour véritablement tirer les ficelles. Enfin bon. Le temps jouant contre nous, je n’ai pas exactement ce luxe, pas vrai? Par contre, je pourrais acheter le bâtiment AVANT d’annoncer la découverte. La valeur du terrain à elle seule pourrait… MERDE!
 
Un coup d’épaule un peu trop vigoureux manque de me faire partir vers l’avant et c’est un escalier qui descend dans les profondeurs obscures qui nous attend derrière le battant. Cette idée aussi de vouloir prouver que je ne suis pas qu’une richarde bien habillée et globalement inutile pour les tâches manuelles… Ça va être d’un chiant pour descendre de façon sécuritaire. Et on peut oublier ça, ne pas laisser de traces. C’est limite impossible avec toute cette poussière et l’absence complète de lumière. Qui a eu l’idée stupide de concevoir un tel système sans un dispositif « d’urgence » pour avoir de la lumière? Le bois des torches va être complètement pourri et le métal des lanternes rouillé comme pas possible… Au moins, la technologie moderne offre des moyens fiables de s’éclairer et la durée des batteries modernes est franchement étonnante. Et bien sûr, j’en ai de surplus.
 
Il va donc falloir descendre. Passe en premier, que je lui dis. Hors de question que je sois la première à descendre. Paranoïa oblige, je ne peux faire autrement que m’imaginer un coup en traitre. Et c’est dans son intérêt de passer en premier sinon je n’aurai aucun scrupule à la faire descendre sous la menace d’une arme. De toute façon, c’est ma relique, mon expédition et mes ressources qui sont engagées dans cette affaire. C’est donc moi qui décide. Oui, elle pourrait argumenter sur le fait que ce pourrait être dangereux pour elle mais demandez-moi si je m’en soucie. La réponse est non. Pas le moins du monde. Et encore, j’ai fait un effort pour être agréable. Ce qui n’est pas facile. J’ai tendance à mépriser le commun des mortels pour des raisons personnelles. Il y en aurait long à dire sur le sujet alors lisez entre les lignes et ne posez pas de question. Tout simplement.

 
 « J’espère que ce que nous alllons trouver est petit à transporter. Le reste des reliques peut attendre. Et s’il te plait, si on doit se battre contre quelqu’un, peut-on le faire dans la partie bâtiment abandonné? Je ne suis peut-être pas une fanatique de l’histoire comme toi mais ça me ferait mal au cœur de détruire un artefact pour des raisons pragmatiques. Tu penses qu’ils seraient assez débiles pour nous attaquer ici? »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Mar 23 Avr - 15:22
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



En temps normal, toute une procédure serait respectée pour partir explorer un lieu ancien, comme une tombe ou un temple perdu. Hélas, nous manquions cruellement de temps. Et si nous devions respecter un règlement, l’ennemi aurait vent de nos affaires en une fraction de seconde. C’était vraiment le genre de secte, qui s’infiltrait dans la haute société, les places les plus importantes. Par forcément pour contrôler le monde, mais pour rester aux faits, des dernières nouvelles les conduisant à ces reliques. Alors, n’ayant donc pas les moyens de faire du chichi, je passais en première sans y voir à redire.

"Ce sont des serpents Katrina. Ils t’attaqueront quand cela leur semblera le bon moment, sans prévenir comme dans ton manoir."

Me retournant vers elle, je braquais ma lampe torche vers elle.

"Ils ont un grand respect en général pour les artefacts et les reliques. Ils les vénèrent comme dans l’ancien temps, ils n’y voient pas le paquet de fric comme toi, et ne veulent les voir exposé au monde comme pour moi."

Plus j’y réfléchissais, plus je me rendais compte que j’ignorais beaucoup de choses sur Eversfield. Je devrais me sentir honteuse, mais pas vraiment. La milliardaire occultait toute sa vie personnelle, paranoïaque, tout ce qui la touchait était comme secret-défense. C’était sans doute ce qui a forgé cette légende noire autour d’elle. Et oui, quand on refusait de dévoiler des choses sur soi-même, on imaginait facilement pour combler ce qui manquait, même si cela pouvait devenir absurde. J’étais tentée de demander quelle était sa véritable histoire, mais je pensais bien, qu’elle m’enverrait paître à sa manière. Avait-elle connu des déboires ? Des traumatismes ou en était-elle la responsable de son devenir ? Mystère…

L’escalier nous mena à ce qui ressemblait à une petite réserve. Ou était-ce une bibliothèque. Car la pièce était remplie de meubles vitrés, mais toutes vides. Les croyants de ce lieu, avaient pris soin de tout emporter avec eux. Fouillant avec ma lampe, je découvris ce qui ressemblait à un interrupteur. Tentant de le faire fonctionner, une simple ampoule, clignota au-dessus de nos têtes, avant de grigner pour de bons. Au moins, nous fûmes fixés pour l’éclairage.

Chaque bibliothèque était en parfait état, mais étant vide, il me paraissait inutile de les ouvrir pour les fouiller. Ceux qui m’intéressaient furent les murs. Surtout l’un d’eux où un bout de papier chiffonner et jaunie, était accrocher sur la surface du mur. M’en approchant, je tentais une traduction. C’était effectivement écrit en arabe, ce qui n’était pas un problème pour moi. Je savais parler une bonne dizaine de langues vivantes, et presque autant pour les mortes. Et je doutais que Katrina puisse comprendre celle-ci.

« En raison du décret du gouvernement, cette pièce doit être refaite. Sa structure se fragilise, et pour des raisons de sécurité, personne ne doit s’approcher de ce mur. »

Examinant ce fameux mur, on aurait dit justement qu’il commençait à s’effondrer sur lui-même, qu’il se pliait comme une étagère sous le poids de bibelots ou de gros ouvrages. Arrachant le message, je tâtais la pierre, testant leur solidité. Certaines bougées, d’autres non. Aucune poussière se glissait du plafond pour arriver sur notre tête, ma déduction se faisait sans appel.

"Ce n’est pas un mur porteur ! Il sert à condamné quelque chose derrière."

Sans attendre, je retirais les pierres les plus faibles, faisant attention à ce que tout le mur, ne me tombait pas dessus, et éviter aussi, de créer un bouquant pouvant attirer des oreilles indiscrètes. L’excitation fut à son comble. Car il ne pouvait avoir de doute possible, la chambre funéraire de la reine nous attendait juste derrière. Là où Cléopâtre serait morte, s’étant enfermée avec toutes ses richesses. Un lieu ayant fait fantasmer beaux nombres d’archéologue, d’écrivain et le monde du cinéma. Ainsi, que la clef qui nous mènera au tombeau d’Osiris.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Ven 26 Avr - 8:36
Revenir en haut Aller en bas
C’est trop simple. Je continue de penser qu’un tel trésor archéologique aurait inévitablement exploité, rapporté, surtout au vu de l’importance historique d’une telle tombe pour le gouvernement égyptien. Quelque chose cloche. Imaginons un instant que la situation se passerait en Europe, avec une importante cache appartenant aux templiers. Je suis convaincue que le pays touché aurait remué ciel et terre pour mettre la main sur un tel trésor historique, peu importe cette excuse de « les gens ne font pas attention ce sur quoi ils construisent ». Plus encore, si ce mur donne accès à la tombe, le gouvernement savait parfaitement ce qu’il y a derrière ou encore s’en doute. Je ne peux m’empêcher de penser que c’est un piège. Paranoïa ou non. Appelez ça comme vous voulez. Instinct. Pressentiment. Appréhension. À vous de choisir le mot.
 
Si cette foutue secte s’est effectivement infiltrée partout, elle est potentiellement derrière cette absence de révélation publique quant à la découverte de la tombe. Nous sommes peut-être observées en ce moment même. La parallèle est facile à faire. Imaginez un instant que vous avez découvert un vaisseau spatial. Exemple fictif, évidemment mais imaginez. Maintenant, vous ne pouvez pas le faire fonctionner faute d’un code d’activation et comme c’est bien trop avancé technologiquement, vous ne pouvez pas simplement forcer le démarrage du système. Il faut donc obtenir le code en question. Vous pouvez le chercher activement ou attendre que quelqu’un le livre entre vos mains. Et en ce moment? C’est clairement le cas de figure où ils vont attendre qu’on leur amène la larme pour agir. Enfin. C’est comme ça que moi je le ferais, si j’étais à leur place. Considérablement plus pratique.
 
Nous sommes en train de faire tout le travail pour eux, en fait, et je commence à me dire que peut-être que j’aurais dû amener plus de troupes avec moi. Une mission en duo contre un nombre indéterminé d’ennemis, dans quoi est-ce que je me suis embarquée? Je le regretterais presque. Je n’aime pas me trouver dans un bâtiment en ruine, plus ou moins coupée de tout. Ça me rappelle des événements de mon passé que je ne veux pas revisiter. Mes yeux se promènent dans tous les coins de la pièce et mon attitude en général pleine de contrôle et d’assurance trahi des signes de nervosité. On ne se libère jamais vraiment des chaines de son passé. J’ai toujours pensé que c’était un morceau de pseudo poésie particulièrement stupide mais visiblement, c’est bien plus vrai que je ne voudrais l’admettre. Le moindre bruit suspect manque de me faire tressaillir. Déplaisant.
 
Comme je ne suis pas « toute là », présente de corps mais partiellement absente d’esprit, il me faut un moment pour me rendre compte que miss archéologue me parle et je sursaute. Reprenant contenance, je me réfugie derrière mon armure émotionnelle, lui faisant savoir de façon sèche que tout va bien, même si elle ne m’a rien demandé. Ceci dit, à moins d’être aveugle, mon teint pâle et les quelques gouttes de sueur sur mon visage trahissent une toute autre réalité. Trop méfiante pour consulter quelque thérapeute que ce soit, je m’autodétruis lentement depuis plusieurs années sans chercher nécessairement à stopper le processus. Oui. Ce serait logique que je l’aide à retirer les briques, pierres ou quoi que ce soit qui bloque notre progression. Comment voulez-vous avancer, sinon, et battre de vitesse les salopards qui ont flingué mon personnel et endommagé ma propriété?

 
 « Est-ce qu’on peut se dépêcher un peu plus? Ce genre d’endroit me rappelle des souvenirs que j’essaie d’oublier depuis plus de dix ans. Consulte un psy, Katrina. Tu as besoin d’aide psychologique, Katrina. Oh oui parce qu’aller confier ses secrets à quelqu’un qui les divulguerait sans hésiter, c’est très intelligent. La confidentialité du patient. AH! Au nombre de dossiers de mes rivaux que j’ai acheté… »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Ven 26 Avr - 16:41
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz




Je ne manquais pas de me laisser surprendre quand Katrina vint me rejoindre. Oui, je lui avais demandée un coup de main, mais je ne m’attendais pas, à demi m’avouer son malaise. Pire que de la voire sourire, une Katrina qui se confié ne serait-ce que sur un simple petit détail de sa vie, pouvait choquer. Balayant la pièce avec ma lampe pour examiner l’endroit, je me posais la question, à savoir si oui ou non, Eversfield serait claustrophobe ou quelque chose dans le genre. Mais comprenant qu’il valait mieux ne pas contrarier la dame, je me dépêchais d'en finir avec ce mur. En quelques minutes seulement, le passage fut grand ouvert devant nous. Toujours armer de ma lampe torche, je fouillais la pénombre qui dominait ici, voulant voir ce qui nous attendait à l’intérieur, avant de me concentrer sur ma mécène du moment.

"Tu es sûr que ça va ? Si tu veux, je peux finir ici et tu m’attends dehors d’accord ?"

Katrina pouvait bien être un monstre, une femme froide à l’image de la pourriture sadique, etc. Même si sa légende noire puisse être exagérée, elle n’était pas une femme inspirant confiance et sympathie. Malgré cela, je ne pouvais m’empêcher de ressentir de la compassion pour elle. J’ignorais comme le reste de la Terre, son passé et le pourquoi de son devenir. Mais l’avoir vue ainsi, si vulnérable et peut-être avoir un début d’indice du pourquoi et du comment, forçait un peu plus la sympathie. Rare étaient ceux, qui vinrent en monde en véritable tyran, être l’incarnation du mal. Le passif de chacun, contribuait beaucoup à la personne que nous devenions, j’en savais quelque chose. Eversfield ne devait pas échapper à la règle.

Ce fut bien tentant de lui demander ce qu’il se passait, de narrer si besoin était-ce, son épisode traumatique. Ce n’était pas pour avoir quelque chose me donnant un certain pouvoir sur elle, c’était de la réelle compassion. Mais, je doutais fort que Katrina puisse voir les choses ainsi, et connaissant la dame, cette dernière ne se priverait sans doute pas de m’envoyer paître à sa manière, pour se cacher une fois de plus, derrière ce robot Terminator psychopathe. Alors, ne voulant perdre mon souffle pour rien, je ne disais rien. Si Katrina désirait aller plus loin, confier encore quelque chose, alors libre à elle. Sinon, nous venions d’entrer dans la dernière demeure de la dernière reine d’Egypte, enfin !

À quoi imaginiez-vous le fameux tombeau de la reine Cléopâtre ? Une immense sale remplit d’objets précieux et richement décorés, comme dans la scène finale du film avec l’actrice Elizabeth Taylor ? Quelque chose d’aussi extravagant comme l’aimait la dernière des Ptolémée ? Et bien, vous risquiez d’être bien déçu. La salle était bien grande en effet, entièrement plongé dans l’obscurité. Les murs que nous pouvions voir, furent recouverts de quelques hiéroglyphes, mais aucun objet précieux ne reposait ici. Ni collier, ni pièce d’or, ni vase ou statuette, la pièce fut immensément vide. Étais-je tout aussi déçus ? Non, car cela était à prévoir. Bien entendu, j’avais gardé espoir que le trésor soit toujours là, mais cela aurait était trop beau.

"Katrina, nous voici dans le légendaire tombeau de Cléopâtre VII. C’est une découverte qui n’a pas de prix."

S’il y avait bien une chose qui me dégoutais bien dans cette découverte du siècle, c’était l’absence du corps. Au milieu de la salle, se trouvait une sorte d’autel. C’était là où les corps pouvaient être déposer et reposer en paix. J’ignorais par contre, si Cléopâtre et Marc-Antoine furent inhumé dans un sarcophage, la légende ne précisait pas plus que les deux souverains furent enterrés l’un à côté de l’autre. Mais aucune trace de ces grands coffres en bois d’or. L’endroit fut entièrement vidé et sans doute, depuis près de deux milles ans…

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 29 Avr - 9:01
Revenir en haut Aller en bas
Mon réflexe naturel aurait été de répliquer avec une phrase pleine de vitriol sur ce que je pense de sa compassion mais c’est bien une des rares fois où quelqu’un semble vraiment avoir sincèrement du souci pour moi. C’est une curieuse sensation, ce n’est rien de le dire. Pour cette raison, je garde mes commentaires pour moi, me contentant de faire non de la tête, comme quoi je reste. Katrina M. Eversfield ne bat jamais en retraite. Je devrais, probablement, de temps en temps. Mais non. Et si un minimum de chaleur humaine était sur le point de montrer le bout de son nez, oubliez ça après la découverte des plus décevantes qui s’offre à nous. C’est ÇA la tombe d’une des plus grandes souveraines qui soit? Non. C’est bien trop simple. Je veux bien croire qu’une tombe puisse être pillée mais c’est trop… Simple. Je le redis encore une fois.
 
Mon regard se fait dur, froid, calculateur. Je regarde la pièce dans son ensemble, observe la disposition générale à la recherche d’un indice. Quelque chose. Évidemment, ce serait un très mauvais travail si c’était visible d’un simple coup d’œil donc je suppose qu’il va falloir examiner tout ça avec plus d’attention. Définitivement, j’aurais dû amener avec moi une équipe complète. Passer cette pièce au peigne fin ne sera pas une partie de plaisir. C’est que c’est quand même grand et que ça va en faire des centimètres carrés à couvrir. Je suis convaincue que cette pièce est un leurre. Une salle qui donne l’impression d’avoir trouvé le trésor et sans doute à la base, il devait y avoir des trésors dedans. Une diversion pour cacher le vrai gros lot. Je connais cette technique, je l’utilise dans mon coffre-fort. Sauf que pour ma part, c’est un peu plus… Comment dire… Agressif.
 
Je n’entrerai pas trop dans les détails mais disons que je connais des gens en Australie et en Amazonie qui sont capable de me fournir des poisons rares et exotiques pour punir ceux qui voudraient s’emparer de mes biens. Quoi? C’est eux qui sont venus pour s’adonner à un acte criminel. À eux d’en assumer les conséquences, aussi funestes puissent-elles être. Je ne me sentirai certainement pas coupable. Bon. Je ne suis pas une grande connaisseuse des hiéroglyphes égyptiens mais il doit y avoir un lien, un indice quelque part. Je commence à fouiner un peu partout, certaine de ma théorie. Je suppose que la spécialiste que j’ai engagé doit se poser des questions alors… Autant lui livrer le fruit de mes pensées. Une tombe sans piège et si facile d’accès pour un personnage si important? À d’autre on fera le coup. Certainement pas à moi. Clairement pas.

 
 « Il est évident que cette pièce n’est que diversion. Je parie ce que tu veux qu’il y a un indice dans cette pièce qui va nous mener à la vraie tombe.  Aucun piège, aucune complication et n’importe qui aurait pu entrer ici sans risque? Je n’en crois pas une seule miette. Il y a une autre pièce menant à la tombe, la vraie et je compte bien le prouver. Et si j’avais à parier, j’irais avec un classique : sous l’autel. »
 
Qu’elle me croit cinglée si ça lui chante mais je suis convaincue de ma théorie. Je commence à inspecte ledit autel et je me rends compte qu’il y a sous le plateau des incisions dans la pierre. À priori, dommages du temps ou imperfection minérale, ce genre de chose mais c’est trop régulier pour être naturel. Clairement on a tenté de faire croire à la chose, par contre. Oui, vous ne rêvez pas, moi, la riche et puissante Katrina, je suis à quatre pattes à chercher un moyen d’accéder à la vraie tombe. Ça doit vous faire un choc mais bon. On ne met pas la main sur les trésors les plus importants sans se salir un peu, ce qui implique parfois de tuer pour obtenir ce qu’on veut. Espérons simplement que pour le moment, cette option n’aura pas à être employée. Je note ce que je vois dans un petit calepin, toute source électronique étant trop facile à pirater de toute façon…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 29 Avr - 16:46
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Je comprenais parfaitement le désarroi de Katrina. Après toutes ces histoires, légendes, fantasme hollywoodien, on pouvait imaginer qu’un immense trésor nous attendait ici, à l’abri de tous les regards. Et son idée de fausses tombes pour cacher la vraie, n’était pas stupide du tout. Dans les pyramides par exemple, on concevait de fausses chambres, et de fausses galeries, mêmes dans les tombeaux creusés. Et ces pièces, étaient normalement vide ou conduisait à un de ces fameux pièges souvent mortel. Katrina ne disait pas n’importe quoi, son raisonnement avait du sens. Malheureusement, bien que Cléopâtre rêvât de refaire vivre l’Egypte des Pharaons, son tombeau aussi glorieux puisait-elle désirait, présentait de nombreux défaut.

"Le tombeau de Cléopâtre est unique. Son Mausolée est une imposante tour pour qu’il soit à la vue de tous, brillait pour mille ans. Elle s’était enfermée ici lors de l’arrivée d’Octave, premier empereur de Rome, menaçant de se tuer et lui privé de toutes les richesses se trouvant ici. Mais deux soldats romains sont arrivés à entrer par une ouverture et ont capturé la reine. Après sa mort, les romains et peuple arabes, ont dû piller les trésors depuis longtemps. Sans oublier qu’un immense tremblement de terre, a détruit près de la moitié de l’Alexandrie antique. Regarde."

Un petit détail qui pouvait facilement échappait à n’importe qui, la salle était curieusement penchée. Pas autant que la tour de Pise, mais on notait une légère inclinaison de la salle. Pour une seconde pièce secrète, le bâtiment ne devait pas être assez grand pour un avoir une. Et si vraiment, il en existait, il ne devait plus rien en rester depuis longtemps. Poursuivant mon exposé, j’expliquais aussi que l’effondrement de la tour, avait dû détruire les autres possibles salles, et que comme il ne restait plus que celle-ci, vide, n’ayant rien d’intéressant au premier regard du non-initié, elle fut tout simplement utilisé comme fondation pour la mosquée. D’ailleurs, c’était une technique utilisé même en Occident, un bâtiment religieux monothéiste, qui remplaçait un de culture polythéiste.

Et concernant la marque, je doutais qu’il puisse s’agir de l’interstice d’un passage. Si cela devait être le cas, l’autel où auraient dû reposer les deux souverains, était bien trop lourd pour qu’à nous deux, nous puissions la faire bouger. Une équipe serait le bienvenu, mais attirerait à coup sûr, l’attention de personnes non-désirables. Pourtant, une part en moi, aimerait croire en la théorie de Katrina. Garder espoir de la découverte du trésor presque complet de la dernière reine d’Egypte. Mais un nouveau détail attira mon intention. Ce n’était pas l’entrée de la caverne d’Ali Baba, mais cela eut le mérite d’être intéressant.

"Katrina, regarde. On dirait la Larme non ?"

Sur le dessus de l’autel, était finement graver des lignes. Il ne s’agissait pas d’Hiéroglyphes, mais d’un dessin, ressemblent étrangement à la larme. Mieux qu’une simple gravure, cela s’apparentait à… Une serrure ? Bizarrement, l’idée que la relique et le dessin puissent s’emboîter, traversa l’esprit. Après tout ce que nous avions vue depuis le début, on pouvait supposer qu’un mécanisme cacher, dévoilerait la suite de la carte, ou même, soulèverait cette imposante pierre, pour révélait un secret de la tombe. Un secret, ayant échappé à Octave et ses hommes. L’excitation d’une enfant grandissait en moi. Dirigeant ma lampe en direction de la milliardaire, je lançais un regard remplit de sous-entendu à ma complice du moment.

Comme elle désirait conserver la relique sur elle, alors c’était à elle de tenter l’expérience et de poser la Larme sur son double en 2D. Sans doute, laissais-je mon imagination débordait et me faire espérer des choses incroyables, mais j’avais justement la conviction, que ceci, n’était pas là par hasard. Dans l’Egypte Antique, tout avait une importance, chaque détail dans les temples, palais, tombes et même les maisons, avait une importance. Pour nous, nous ne verrions que des éléments de décoration, comme des lotus pains, des animaux, des statuettes, qui correspondraient à nos bibelots. Mais pour eux, cela avait une véritable symbolique, une raison d’être. Rien n’était choisit au hasard.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Ven 3 Mai - 7:19
Revenir en haut Aller en bas
Voilà le genre de nouvelle qui ne va en rien améliorer mon humeur. Pas de salle secrète, pas de trésor caché, rien de rien qui puisse vraiment justifier les coûts reliés à cette expédition. Tout ça pour qu’une secte à la con nous laisse tranquille. S’il n’en tenait qu’à moi, j’aurait recruté une armée composée des meilleurs mercenaires ainsi que graissé la patte de quelques officiers militaires (russes ou américains, peu importe, tant que ça dispose d’une force de frappe digne de ce nom voire d’un arsenal atomique à portée de main) pour faire une purge qui ne ferait aucun survivant. Mais non. Miss archéologue avait réussi à me convaincre de me lancer dans cette aventure qui ne faisait qu’accumuler les déceptions. Frustrant. Très frustrant. Et aucun subordonné à engueuler à portée de main. C’est la misère, voilà ce que c’est.
 
Au moins, elle pense avoir trouvé où mettre la Larme, ce qui est au moins ça de gagné. Je n’appellerais pas cela un triomphe mais c’est déjà un début. Je m’approche avec l’artefact que je pose dans le sens du dessin en me disant que c’est complètement stupide. Ce n’est pas comme s’il y avait des capteurs capables d’identifier la composition de la larme ou sa signature subatomique ou je ne sais quel concept plus ou moins scientifique qui pourrait en faire l’équivalent d’une carte d’accès grand luxe. C’est un joli bijou, oui, qui a fait un truc étrange, oui, mais sans plus. Enfin bon. Je m’assure que la chose soit bien droite et j’attend de voir ce qui se passe. Rien, bien entendu. Et au moment où je viens pour passer un commentaire incendiaire, naturellement, c’est là qu’à nouveau, cette chose se manifeste. Au moins, cette fois, je m’y attendais, ce qui m’évite une attaque cardiaque.
 
Pendant que la gentille archéologue s’extasie devant cette nouvelle manifestation, la méchante femme d’affaires elle décide de s’attarder davantage à ce qui pourrait déclencher une telle chose. Toujours trainer avec soi les bons outils. Je sors de mon sac un petit compteur Geiger et je me rends compte qu’à l’endroit où est déposé la Larme, des radiations sont perceptibles. Rien de nocif pour l’être humain, à priori, mais cela ne ressemble à rien que j’ai pu voir par le passé. Après, je ne suis pas physicienne nucléaire. Mais définitivement, il n’y a pas de magie derrière ce truc. Juste un phénomène scientifique pour le moment inexpliqué. Rien de plus. Hum… Il y a peut-être moyen de récupérer ce semi fiasco dans ce cas. Je connais bien des laboratoires qui tueraient pour la prochaine « découverte de la décennie ». Les miens, par exemple…

 
 « Intéressant… Pour les anciens Égyptiens, de la magie. Pour moi, une opportunité pour une nouvelle découverte scientifique. La larme réagit à un certain type de radiations que je ne connaissais certainement pas. Quant à son activation initiale… Potentiellement quelque chose de résiduel qui aura réagit à tes tests sans que tu ne t’en rendes compte… Voilà qui pourrait me remettre de bonne humeur… »
 
Il faut absolument que je découvre la provenance de ce curieux… Isotope ou je ne sais pas comment les scientifiques appellent ces choses-là. S’il y a moyen de révolutionner les méthodes de communication modernes, il est clair que je veux que ce soit mes sociétés qui en aient le monopole. Avec l’essor de la technologie, ce serait complètement stupide de ne pas capitaliser sur une occasion en or. Oh bouh hou houh. La méchante capitaliste qui ne pense qu’à faire du profit. Si vous étiez intelligent, vous auriez réalisé depuis longtemps que c’est comme avec les boulimiques. Ils mangent pour cacher un autre problème. Mais personne ne s’intéresse plus aux personnes de nos jours. Juste à son petit nombril et à son propre profit, quelle que soit la forme qu’il prend. Et en un sens, c’est tant mieux. Personne ne veut vraiment avoir l’air vulnérable…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Ven 3 Mai - 13:53
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



La larme fut installée, et comme cela avait plus de mille ans, le mécanisme devait rouiller un peu. En tout cas, je ne regrettais pas de faire confiance à mon instinct, tous les archéologues devaient le faire. Car cette déduction, aussi simplette soit-elle, se révéla bonne. La larme se mit à briller, et ce qui ressemblait à un interstice sous l’autel, comme l’ouverture d’un passage, brilla à son tour d’une couleur bleu. En réalité, ceci prenait l’apparence d’un circuit électrique antique venant d’être alimenté en courant. Puis, le diamant envoya un rayon lumineux vers le plafond, éclairant un dôme et dessinant sous nos yeux, des dieux et des monstres dorés. Mes yeux en furent tout autant illuminé par tant de prodiges.

"Magnifique ! Une carte du ciel !"

Très vite, j’attrapais un calepin et un crayon pour noter ce que je voyais, pendant que Katrina elle, sortie je ne savais d’où, un compteur Geiger. Des radiations ? Ceci pouvait bien être la source de cette énergie. Comment les égyptiens purent-ils à cette époque, maîtriser l’atome ? Je voulais bien croire qu’ils étaient bien plus avancés que nous le pensions, mais c’était la seule chose en effet, comme la dit Katrina, qui usait d’une telle technologie. Sans doute en rapport avec ma théorie, que ce savoir fut exclusivement réservé au clergé, comme la lecture des hiéroglyphes. De plus, il valait mieux ne pas imaginer ce qui ce serait passer, si cette pratique ce serait démocratisé. Sans doute comme dans les années cinquante et soixante, avec tous les objets du quotidien, du produit de soin au jouet, fait avec du plutonium.

"Soit patiente Katrina. Cette tombe, même vide, n’a pas de prix. Et là… Nous venons d’avoir une carte conduisant directement à la tombe d’Osiris !"

À travers ces représentations mythologiques, certaines étoiles brillaient plus que d’autres, et sur la pierre cachait derrière la projection, j’eus reconnu la carte de l’ancienne Egypte. Il suffisait de faire quelques petites corrections, mais je crus reconnaître la constellation d’Orion, celle qui devait représentait Osiris et l’une de ses étoiles, émettait un éclat noir entouré d’une aura verte. Il s’agissait des deux couleurs du dieu des morts, celle de l’empereur ayant uni les tributs d’Egypte, avant l’apparition des Pharaons. C’était une victoire, je voulais sauter de joie, crier au monde que nous avions réussis, mais le destin en avait décidé autrement. Car mon élan fut littéralement tué dans l’œuf.

Il fallait croire que le moment de paix, ne serait que de courte duré. Après tout, je m’attendais qu’à un moment ou un autre, ils allaient nous tombés dessus, seulement, j’aurais eu la préférence que cela se fasse beaucoup pus tard.

"On dirait que nous arrivons juste à temps."

Comme toujours, ils venaient au nombre de trois, ce qui bien entendu, révélait du symbolisme, mais n’en parlons pas maintenant. Trois hommes venaient d’entrer aussi discrètement que des vipères. Vêtus de treillis militaire, et d’un top aux manches longues, noir, ils portaient toujours leur fameux masque vert. Bras croisé dans le dos, ils nous défièrent à travers des yeux creux, comme s’ils se voyaient vraiment comme les princes de ce monde. Ceci, n’eut pour mérite que de faire augmenter en moi, toute la colère qui s’était calmée jusque-là.

"Avez-vous cru seulement, que vos petites ruses allaient fonctionnés ? Nous vous surveillons depuis le début, jamais, nous ne vous avons perdu de vue."

Je voulais bien le croire, les Membres d’Osiris avaient des espions partout. Leur influence était très concentrée dans les pays orientaux, mais ils devaient opérés aussi en occident. Combien existaient-ils d’adeptes ? Je l’ignorais, cette secte, savait entretenir le mystère.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 6 Mai - 8:33
Revenir en haut Aller en bas
Évidemment que cette bande d’emmerdeurs allait débarquer une fois que nous ayons fait le travail pour eux. Quiconque éprouverait de la surprise est un imbécile. Je m’attendais à les voir débarquer. Qu’est-ce que je raconte. Je savais qu’ils débarqueraient. Et en conséquence de, j’étais prête à y faire face. Je me fous de leur entrainement, de leurs croyances, de leur façon de faire. Un fait demeure : ils constituent un obstacle et il faut inévitablement s’en débarrasser. Et pour ce faire, croyez-moi, je suis plus que déterminée. Motivée, également. Je n’aime pas me promener dans de vieilles ruines oppressantes ou des bâtiments abandonnés, je n’aime pas me retrouver dans des endroits réveillant de vieilles blessures parce que je n’aime pas avoir l’air faible. Je ne prétends pas être mentalement stable donc mieux vaut ne pas faire un truc stupide.

Seulement voilà : les illuminés de type cultistes ne peuvent pas s’empêcher de faire des choses stupides. Clamant de façon prétentieuse qu’ils ont la seule vraie voie dans la vie, ils ont le don de me causer une grande irritation. N’étant pas souvent d’une grande patience, on se doutera que je suis prompte à réagir et bien souvent de façon très expéditive. Renvoyer des employés. Poursuivre des rivaux en justice. Et quand l’envie me prend, faire éliminer un certain nombre d’individus. Souvent par des professionnels. Ceci dit, quand je suis menacée directement, je ne me gêne pas pour faire le sale travail. Comme maintenant. Et si ça devient violent… Tant pis si ça devient brutal et sanglant. Je ne me casse pas la tête. J’ai déjà mis au moins deux balles dans le torse du premier avant que les deux autres ne soient en mesure de réagir. En fait, pour tout vous dire, ça se passe plutôt rapidement.

Trois ennemis. Trois morts ou agonisants. Toute seule, comme une grande fille. Et quand mon chargeur est vide, je frappe avec la crosse de mon arme l’enfoiré en avant de moi qui se défend de plus en plus faiblement. Moi? Je ne suis plus là du tout. Je suis ailleurs. Des années en arrière, à un autre endroit, la source de toute cette agressivité difficilement refoulée et contenue. On prétend que l’être humain est l’espèce la plus évoluée mais derrière le vernis de la civilisation, la bête sauvage subsiste encore. Pour survivre, nous sommes prêts à faire beaucoup. Et certainement pas toujours des choses digne de « l’Homme ». Alors je continue de frapper et chances sont que même une fois qu’il sera mort, je vais continuer de frapper. Je vous l’ai dit. Je ne suis plus là. De corps, oui. D’esprit, non. Sauf si quelqu’un intervient. Ce qui se passe. Quelqu’un m’attrape et m’éloigne.

Le retour à la réalité est brutal. Je suis couverte de sang, je suis en sueur et il est clair que je suis en détresse psychologique. Évidemment, ces trois imbéciles ne sont pas venus sans renforts et ils se manifestent dans un émetteur-récepteur pour savoir où ils en sont. Nous nous sommes gagnés quelques minutes avant de voir les autres pointer le bout de leur nez. Est-ce que je vais être en état de les affronter? Je ne suis pas convaincue. Miss Archéologue n’a pas eu droit à sa part d’action, d’accord… Pour le moment. Il y en aura d’autres à buter. Reste à savoir si elle va vouloir les affronter seule ou tenter de crever l’abcès et de me faire parler. Clairement que je ne suis pas en état de faire grand-chose en ce moment. Je suis assise, jambes repliées contre moi, visiblement en état de choc ou mal en point. J’Aurais dû rester dans ma tour d’ivoire et laisser les autres faire le boulot à ma place…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 6 Mai - 19:48
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Ce fut une véritable débauche de violence qui s’offrait devant moi. Katrina, telle Sekhmet, mit en pièces les trois disciples. Même si je trouvais que c’était trop facile, que les sbires ne semblaient trop se défendre, Eversfield ne leur laissa aucune chance. Balles dans le corps et coups de crosse, elle ne laissa qu’une infâme bouillit de chaire sur notre passage. Pendant ce qui semblait durer des heures, je restais là, proche d’être tétanisée devant une si grande agressivité. Mais, la réalité revenait à moi. Une alarme sonna dans ma tête, c’était le signal qu’il fallait se dépêcher. Vu notre victoire, enfin celle de Katrina, je la tirais par le bras, lui disant qu’il fallait fuir. De toute façon, ils étaient morts. N’oubliant pas la Larme au passage, nous tentions de quitter au plus vite la mosquée.

Mais, la riche femme d’affaire était visiblement en état de choc. Jambes croisées, elle était comme dans un autre monde. Je plongeais mon regard dans le siens. Je ne savais pas trop quoi faire en pareil circonstance, mon expérience ne touchait pas le domaine médical, ni psychologique. Cependant, je ne pouvais pas la laissée comme ça, il fallait faire quelque chose. "Katrina tu m’entends ? Regarde-moi ! Respire, ok ? Respire." Je lui donnais donc ce genre de conseil, espérant que cela, l’aiderait à aller déjà mieux. Il faudra peut-être aussi qu’elle se confie sur son mal être, afin de voir comment je pourrais l’aider à s’en sortir. Malheureusement, nous n’avions pas le temps de faire une thérapie. Des râlements, suivit de grognement, venaient de la chambre de la reine. Ce n’étaient pas ceux de quelqu’un agonisant sur la pierre poussiéreuse, mais des cris de rage, la colère qui montait.

"Mon Dieu… Ils sont encore vivant..."

Ce n’était pas possible. Avec ceux que leur avait donné Katrina, ils ne devraient plus être de ce monde. Et pourtant, je les voyais au loin. Leur silhouette rampante sur le sol, se redressant sur leurs pattes arrière avec difficulté. On aurait dit un film d’horreur, des zombis se relevant pour poursuivre leur chasse de chaire fraiche. Ce n’était plus rien à comprendre, mais avec tout ce que nous venions de voir, j’étais prête à croire en la magie, enfin en partie. Tirant à nouveau sur le bras de Katrina, je criais :

"On ne doit pas rester là ! Il faut partir !"

Ce n’était pas facile de se balader avec quelqu’un qui ressemblait à une coquille vide. Mais il fallut ruser pour pouvoir s’échapper dans la ville, sans attirer l’attention, et éviter les copains de ces… Choses ? Bon sang, qu’est-ce que c’était en réalité ? Ce fut la première fois que je voyais des disciples revenir à la vie. Jusqu’ici, je n’en avais vu que des ninjas drogués et mortels. Mais pas en version Zombis. Nous aurions tout notre temps pour y réfléchir, une fois en sécurité. Pour l’heure, il fallait trouver une bonne cachette. Le mieux que j’ai pus trouver, c’était un petit hôtel miteux dans les vieux quartiers. Discret, entre deux vieux immeubles dans un sales états aussi, personne n’aurait l’idée de venir nous chercher ici. Pour plus de sécurité, j’avais donné de faux noms, et surveillais par la fenêtre.

Katrina, je l’avais installé sur le lit, l’ayant aidé à s’allonger afin qu’elle puisse se remettre de ses émotions. Et pour l’aider, j’étais remonter avec quelque chose à boire. Seul une boisson alcoolisée ne présentait aucun risque de contamination, contrairement à l’eau. Je vous assure, allant chercher à boire, l’eau eut une couleur peu encourageante. Elle était maronnasse, de quoi vous donner une mine de dégout et vous rabattre vers quelque chose de plus fort.

"Tiens, voilà pour toi. Ça devrait aider."

Depuis le début, j’avais toujours vue cette femme comme un requin, un monstre sanguinaire et assoiffé de richesse. Mais à présent, nos rapports semblaient avoir évolué. Car j’oubliais presque son image noire de la veille, pour découvrir une toute autre personne.

"Tu n’es pas obligé d’en parler. Mais, qu’est-ce qui s’est passer en réalité ? Tu n’étais plus la même."

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Jeu 9 Mai - 9:00
Revenir en haut Aller en bas
De tout ce qui s’est passé après la fusillade, je n’ai aucun souvenir. Quand le traumatisme remonte à la surface, je suis complètement déconnectée de la réalité. Mon corps bouge de lui-même, pratiquement, quand miss archéologue nous fait sortir d’ici. Une chance qu’elle a un minimum de principes moraux. Moi, j’aurais pris la larme et je l’aurais abandonnée à son sort. Qu’est-ce que je raconte. Pour toute la froideur que je peux avoir et le pragmatisme que je peux revendiquer, même moi je n’aurais pas fait un truc pareil. Je reprends partiellement mes esprits de longues minutes plus tard, après une gorgée d’un alcool absolument infect qui n’est pas sans rappeler l’odeur du dissolvant à peinture. J’ai des ouvriers pour s’occuper de l’entretien de mes propriétés, ce n’est pas comme si j’allais le faire moi-même. Mais l’odeur demeure. Une odeur franchement désagréable.
 
Pendant de longues secondes après cela, je reste silencieuse. Est-ce que j’ai vraiment envie de me lancer là-dedans? Non. Est-ce que ça risque de revenir sur la table plus tard ou avoir un impact négatif sur mes performances? Potentiellement. Et je ne tiens pas à me faire tuer dans ce pays merdique loin de mes avoirs et du siège de mon pouvoir. Certainement pas pour une saloperie de relique vis-à-vis de laquelle j’ai de plus en plus envie d’y attacher une charge explosive et de la réduire en millions de petits fragments. Je n’aurais jamais dû m’embarquer dans cette aventure. Pas au prix que c’est en train de me coûter, psychologiquement. Le silence se poursuit. Lourd. Pesant. Oppressant. Je déteste être laissée seule avec mes pensées. Alors j’ai intérêt à me lancer avant de faire comme je fais tout le temps. Me refermer sur moi-même et refuser toute aide. Eh oui.

 
 « Tu ne t’es jamais demandé pourquoi je n’utilise jamais le nom sur lequel ma fortune s’est bâti? Moldoff? Non. Évidemment. La plupart des gens voient un nom dans un magazine et ils ne vont pas plus loin. J’ai adopté le nom de famille de ma mère après une expérience particulièrement désagréable. Dans les films, l’enlèvement d’une fille de riche est soi très romancée, soit franchement dégueulasse. La réalité est bien pire.
 
Mon père de son vivant était un imbécile de première catégorie, un homme dont la vanité était aussi importante que sa fortune. Il a donc dit et fait des choses qui lui ont attiré l’attention des mauvaises personnes. J’étais jeune et blasée à l’époque. Une petite princesse qui avait tout ce qu’elle voulait. Et lui, il est venu combler un vide. La petite princesse seule dans sa tour d’ivoire. Mais il était de mèche avec ceux qui allaient alors m’enlever.
 
Enfermée pendant des jours dans une pièce minuscule et surchauffée à attendre que mon père paie la rançon. J’ai été franchement stupide de croire qu’il sauverait sa fille chérie. À la place, il a payé des mercenaires pour faire le travail avec ordre que je sois une infortunée victime collatérale pour qu’il puisse empocher l’argent de mon assurance vie et montrer que rien ne l’empêcherait de faire ce que bon lui semblait. Super papa, non?
 
Nous étions sur un bateau et je ne sais pas si tu as déjà vu des rats se battre pour survivre quand le navire coule. Je me suis trouvé ce jour-là une brutalité que je ne pensais pas avoir en moi. Je revois encore et encore le sang. Tellement de sang. La folie furieuse qui régnait au travers de ce chaos. Et les cris. J’entends encore ses cris alors que je le frappe. Je me suis arrêtée quand je me suis foulée un poignet dans le processus et je… Je… »

 
Non. C’est le plus que je me rends avant que les émotions ne me submergent et que je me transforme en une pathétique chose en train de brailler toutes les larmes de son corps. Parce que l’histoire ne s’arrête clairement pas là. Non, on oublie toute la portion où j’ai découvert un certain nombre de choses sur mon père et l’intervention de mes avocats pour me disculper de tout soupçon. Ainsi que d’autres broutilles toutes aussi sombres et pouvant réduire en miettes votre équilibre psychologique. Mais bon. Un traumatisme à la fois. Merde que je déteste être en position de vulnérabilité. Je me hais encore plus dans ces moments-là. Je lutte de toutes mes forces pour reprendre le contrôle de mes moyens. Hors de question de lui laisser l’occasion de prendre avantage de moi. Tu n’as pas d’Amis, Katrina. Personne à qui tu puisses faire confiance. Ils conspirent tous contre toi, directement ou indirectement…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Jeu 9 Mai - 17:15
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



C’était une histoire tout à fait incroyable. Que disais-je, horrible et choquante. Déjà, je fus fortement surprise de voir Katrina se confiée sur quoi que ce soit, une première qui devait mériter d’être mentionné aux informations du 20h. Mais c’était tout bonnement incroyable qu’une telle chose, le kidnapping et ce pseudo sauvetage, ne soient connues du grand public. Son père avait du tout faire pour taire l’information. Je ne voulais pas jouer les psychanalystes, cependant on pouvait mieux comprendre certaines choses concernant Katrina, à commencer par son caractère des plus pourri. Sur le moment, ce fut tentant de dire que justement, à travers ce cheminement, la milliardaire avait fini par adopter celui de son géniteur, mais sans doute devait-il exister une différence.

J’aurais aimé lui dire que je comprenais, que j’eus connu une expérience similaire, rien que pour la rassurer, mais ce serait mentir. La vérité fut que je ne connaissais même pas mes véritables parents. Du moins, mes souvenirs d’eux étaient flous. Enfants, je vivais jusqu’à mes cinq ou six ans au Kahndaq. À l’époque, le pays était sous la domination égyptienne et on nous traitait comme la Chine traitait le Tibet aujourd’hui. Pour avoir de meilleures chances, mes parents m’envoyèrent chez de la famille en Amérique où je pus faire des études et devenir, la femme que j’étais à présent. Mais, ceci n’avait effectivement rien à voir avec l’Histoire de Katrina. D’autres problèmes, mais rien de comparable.

Là, j’ignorais ce que je devais faire. Eversfield n’était pas une personne très sociable, et j’avais peur que la moindre chose émanant de moi, soit mal perçu. Tout ce que je pouvais dire, était un "Je suis désolé." Même si ces mots, aussi sincères puisaient-ils être, n’auraient aucune valeurs pour elle, du moins le risque était grand. Si seulement Jack était ici. Il était beaucoup plus sociable que moi, et trouvait toujours les mots qui redonnaient le sourire. Pour la suite alors, je pensais que changer de sujet serait une bonne chose, alors je nous fis nous reconcentrer sur notre principale mission. Quoi qu’est put éprouver Katrina, à la fin de cette histoire, elle pourra sa vanter d’avoir sauver le monde. C’était drôle, mais maintenant elle me paraissait beaucoup plus… Humaine, sympathique. L’image du monstre disparaissait peu à peu, se désintégrant doucement devant mes yeux.

"Sinon j’ai une bonne nouvelle. Je sais où se trouve exactement la tombe de l’empereur Osiris. La carte a pu être déchiffrer. Alors nous y sommes, c’est la dernière grande étape, plus qu’un saut et nous y seront, le grand final de cette aventure."

Voilà qui était effectivement la bonne nouvelle. La ligne d’arrivée était visible, nous pouvions sentir la fin de toute cette folie. Une fois chose faite, chacune pourra rentrer chez elle en paix. Sans oublier les trésors archéologiques qui nous attendaient là-bas, les découvertes, le savoir caché des anciens. Que c’était excitant ! Une fois la secte mise en déroute, je ferais tout pour superviser les recherches et continuer à fouiller et déterrer cette partie de l’Histoire qui ne fut considérer que comme un mythe. Enfin, ceci n’était que la partie « Bonne nouvelle », vous aviez sans doute compris alors qu’il y avait son exact opposé qui rééquilibrer un peu la balance. En plus d’avoir les membres d’Osiris à nos trousses, le tombeau se trouvait au plus profond du désert égyptien. Loin de toute civilisation et d’Oasis, le coin était si reculer que nous y rendre sans plus de préparation, ce serait la mort assurer.

La vallée des rois, où reposaient les derniers pharaons, était bien plus facile d’accès et disposait de tout ce que l’homme moderne pouvait offrir niveau confort pour les touristes. Là, nous serions livrés à nous même. De plus, j’eus ouïe dire d’après une légende urbaine, urbaine façon de parler, que beaucoup s’étant aventurer dans ce secteur, disparaissaient sans donner de trace. On parlait bien entendu de malédiction, d’une présence maléfique, mais l’esprit cartésien vous dira qu’il était facile de se perdre dans le désert. Mais avec tout ce que nous venions de voir, la Larme, les disciples qui semblaient se comporter comme des… Revenants, je me sentais prête à croire aux malédictions. Pourvu que je délirais.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 13 Mai - 8:33
Revenir en haut Aller en bas
Elle est désolée. Bah voyons. J’ai toujours détesté les formules de politesse avec un vitriol des plus venimeux. Comment ça va, qu’on demande aux gens, en se foutant bien de la réponse. Et de dire qu’on se sent mal sans avoir la moindre idée ce qu’est ce type de souffrance… Je me retiens de lancer une réplique assassine car je sais que fondamentalement, ce n’est pas dit pour me provoquer. Encore heureux, on me dira. Il n’en demeure pas moins que ce n’est pas le genre de choses que j’aime entendre. J’ai l’impression qu’on me prend en pitié et je déteste ça. J’en ai même horreur, s’il faut être précis. Vraiment, qu’on en finisse, j’ai envie de dire. Et si jamais à la fin de cette expédition complètement dingue on trouve une lampe magique ou un truc permettant de faire des vœux, ce qui relève de la fantaisie la plus pure, naturellement… Bien…
 
Je sais déjà ce que je vais demander. Oublier tout ça. Tout simplement. Les traumatismes et toute cette merde. On se demande souvent ce qu’on serait devenu si X événement n’était pas arrivé. Dans mon cas, j’ose espérer que j’aurais été quelqu’un de plus heureux. Toute la fortune du monde et toute l’érudition du monde ne vous donnent clairement pas le bonheur. Si la recette était aussi simple, tous les milliardaires de ce monde seraient des gens heureux. Et comme ce n’est clairement pas le cas… C’est qu’en quelque part, dans ce cas, il y a autre chose au bonheur. Quoi? Je ne sais pas. Probablement se sentir bien dans sa peau, pour commencer. Ce qui n’est pas exactement mon cas. Je sais ce que je projette comme image et c’est purement un mécanisme défensif. Personne n’est réellement comme ça en vrai. Enfin. Dans la théorie. Dans la pratique… Mais je m’égare.
 
Ce qu’elle m’annonce est en soi une bonne nouvelle. Qui serait contre des progrès significatifs dans cette histoire? Car soyons francs : oui, nous avons trouvé une tombe soi-disant des plus importantes mais un, c’est moche, deux, c’est plutôt vide et trois, à part avoir fait en sorte qu’on se soit fait prendre en embuscade après avoir trouvé le prochain indice, il ne s’est rien passé de bien intéressant. Je ne demande pas grand-chose, quand même. Juste que… Comment dire… On atteigne notre objectif sans être morts d’ennuis ou morts tout court. Ce qui reste une possibilité distincte avec cette bande de fous furieux qui nous courent après. Tu parles d’un beau bordel. Foutus cultistes. Ils ne peuvent pas se trouver un hobby plus sain et moins… Sanguinaire? Finir sacrifiée à je ne sais quel dieu fou et oublié n’est clairement pas à mon agenda. J’en suis certaine!
 
Tout de même. Tout ça pour un trésor détenu par un souverain mort depuis des siècles. Oui d’accord, je veux bien admettre que tout ce côté mystique et ésotérique peut séduire plus d’une personne mais de là à faire un culte voué à je ne sais quel objectif… Allez on se secoue et on se remet au travail. En selle, cowboy, comme dirait l’autre. Résolument, je me relève, je me dirige vers le… Minibar… Je me ressers un verre et quand je me retourne, toute trace de vulnérabilité a disparu. Ce moment de faiblesse n’est plus. Nous allons nous rendre à la tombe. Nous allons trouver le trésor. Nous allons mettre un terme à tout ceci. Et je vous garantis qu’ils vont payer chèrement de m’avoir fait paraitre pour faible devant autrui. Je me fous que ce soit en plein désert ou en enfer s’il faut s’y rendre. Ils ont fait une erreur et une belle. M’énerver. Et j’ai la rancune extrêmement tenace.

 
 « Qu’est-ce qu’on attend alors? On sait où c’est. On sait qui nous court après. On sait qu’ils vont venir nous emmerder quand on aura le trésor. Alors on s’arme pour prendre d’assaut une armée, on s’amène suffisamment de vivres pour tenir un siège et je veux bien manger tous les foutus billets de banque que je possède si je laisse ces salopards me couper l’herbe sous le pied. C’est quoi ton plan de match? »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Mar 14 Mai - 3:22
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Alors dans ce cas, comme on le disait « Allons-y ! » C’était la dernière ligne droit, l’arrivée pouvait être visualisé, la fin de cette histoire. Le cœur bondissait hors de la poitrine, il battait plus vite, plus fort, encourageait par l’adrénaline. Je pouvais déjà ressentir quelques crampes, souvenirs de ces aventures passés, et certaines, prophétisaient les futures douleurs à venir. Après tout ce temps, tous ces mois où je traquais les membres de ce culte, que je cherchais un moyen de les nuire et les mettre hors-jeu, nous y étions. La tombe d’Osiris était la meilleure et la seule solution pour arriver à ces fins. Une fois découverte, une fois ce qu’ils recherchaient tant se retrouve prit ou détruit, leur mouvement mourra comme par magie.

Katrina semblait avoir changé ses motivations par contre, et je devais avouer que la voir plus désireuse de se venger et oublier ses autres projets m’était rassurant. Disons que là, je m’attendais à moins de coups de bas de sa part. Et surtout, motivé à mettre un terme à tout ça, et donc devenir une véritable alliée très précieuse. Concernant justement notre expédition, il fallait faire quelque chose qui ne me plaisait pas en pareille circonstance. Nous n’avions plus trop le choix de toute façon, et si le culte d’Osiris nous traquait et arrivait à nous suivre, notre discrétion n’était plus assurée. Toutefois, il valait mieux prendre quelques dispositions.

"Malheureusement, nous n’y arriverons pas juste à nous deux. La tombe doit être enterrer sous le sable. Il faudra donc une équipe avec nous. Toutefois, il faudrait qu’elle soit réduite au maximum avec ouvriers et gardes. Il faudra que ce soit vraiment des personnes de confiance."

Sans doute me trouverez-vous aussi paranoïaque que Katrina, mais n’oubliez pas que les membres d’Osiris ont des oreilles partout. Des agents pouvaient s’infiltrer facilement et attendre le bon moment, l’ordre pour agir. Nous risquions de nous entrainer un ou deux dans notre équipe, malgré cela, ce serait toujours mieux que de voir tout un groupe. Il faudrait aussi interdire les moyens de communication, ou juste laisser Katrina et moi, la main sur les téléphones afin d’éviter que le potentiel espion, ne prévienne ses complices ou ses supérieurs. Mon Dieu, que tout ceci était stressant. Mais nous n’avions plus droit à l’erreur. La ligne d’arrivée souvenez-vous. Le moindre faux pas pourrait avoir bien plus d’incidents qu’avant.

"Nous pourrions nous faire passer pour un groupe de touriste et venir dans des voitures différentes pour brouiller les pistes. Et le temps qu’ils nous retrouvent, nous aurons sans aucun doute déjà ouvert le tombeau et leur privé de ce qu’ils recherchaient."

Il était vrai que nous ne savions toujours pas la nature exacte de leur recherche. Je suspectais la dépouille de l’empereur. Revendiquer comme étant les découvreurs de la momie d’Osiris, accroîtrait considérablement leur influence et leurs rangs grossiraient comme un ballon de baudruche. Et là pour les affronter… Autant se battre contre une mer en pleine tempête, nous y arriverions plus facilement. Mais ne perdons pas espoir, car là, tout n’était pas encore jouer, la course n’était pas terminée. Cependant, je sentais que nous loupions quelque chose. Un élément, une pièce du puzzle nous échappait. J’eusse compris les intentions d’Adam, son rêve de devenir maître du monde, le baratin habituel. Mais il y avait quelque chose d’autre, quelque chose d’important, qui était cacher sous nos pieds.

Nous le découvrirons bien assez vite. Le risque était grand, c’était la seconde raison pour laquelle, je voulais voir peur de gens nous accompagnés pour éviter les pertes inutiles. Alors, ne voulant pas perdre plus de temps, je préparais déjà mes affaires. Le strict minimum s’imposait, comme vêtement de rechanges, mes notes, de l’eau, des barres nourricières, et mes armes. On pouvait déjà sentir que la fin de cette histoire ne se passera pas dans le calme. Ce sera un combat ultime, beaucoup de sang allait couler, la violence allait pleuvoir… J’aurais aimé une voie pacifique, éviter tout ce mal. Mais ils y étaient allés beaucoup trop loin. Ils étaient comme les membres d’une cellule terroriste, endoctriner, borner et fermer. Pour eux, seul comptait leur intérêt, le bien commun… Pouvait disparaitre.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Sam 18 Mai - 8:50
Revenir en haut Aller en bas
Y aller déguisés en touristes. Et puis quoi encore? À cette idée, je lui lançai un regard méprisant qui en disait long sur ce que je pensais de son plan. Fini la rigolade. C’était moi qui finançais ce projet, non? À moi, donc, d’aller piger dans les fonds d’urgence. Elle voulait des gens de confiance? Ça c’était utopique. Déjà, une personne dans ma position ne fait confiance à personne et tant mes rivaux que mes alliés de circonstance me rendaient la pareille. Non. Il fallait faire une offre qu’on ne peut pas refuser. Si les cultistes préfèrent leur fanatisme à l’argent, ce n’est pas le cas de tous et vous seriez surpris ô combien ces merveilleux billets verts peuvent faire en sorte de vous faire oublier toute notion de risque ou de danger. C’est s’attaquer à une des pires faiblesses du genre humain. Vive le capitalisme et le matérialisme qui ont remplacé l’instinct de survie.

Vous avez déjà vu Indiana Jones et la dernière croisade? Cette scène où l’officier militaire allemand fait signe à quelque chose et qu’on voit le char d’assaut débarquer puis le reste d’une colonne de véhicules militaires? Je vais faire exactement pareil sauf qu’en plus je vais me rajouter du support aérien. Ces maudits cultistes ne peuvent pas être partout et je suis convaincue d’avoir plus d’argent qu’eux. Et s’ils nous suivent, soit, mais j’ai plus d’un tour dans mon sac. C’est un fait que personne ne connait sur moi mais j’ai eu des cours de cryptologie assez poussés. Je sais comment crypter mes messages et les envoyer tout en les rendant horriblement durs à intercepter. Il faut ce qu’il faut pour survivre dans le milieu des affaires. Je ne me suis pas hissée au sommet pour connaitre la chute, certainement pas. S’il doit en survivre une, ce sera naturellement moi. Je suis une survivante.

Alors j’envoie des messages. Je fais des dépenses comme rarement j’ai dépensé. Et je viens collecter des dettes et des faveurs. Si vous saviez le nombre d’officiels gouvernementaux de différents pays qui doivent leur succès à une de mes généreuses donations… J’assemble derrière moi toute une équipe de mercenaires et de spécialistes de tous domaines confondus. Je ne laisse rien au hasard car cette fois, je suis vraiment, vraiment, vraiment de mauvaise humeur et quand on fait l’erreur de me chercher, on me trouve et pas qu’un peu. À cause de cette bande d’imbéciles, j’ai eu l’air faible. Ils vont me le payer et je ne ferai ni prisonnier ni exception. Pas de pitié. Je ne sais pas ce que miss archéologue compte faire. Je sais ce que moi je compte faire. Ils ont voulu la guerre : ils vont l’avoir. Et s’il doit y avoir des pertes « dans mon camp », vous ne pouvez pas savoir comme je m’en moque.

Est-ce que ma réaction est impulsive? Oui. Illogique? Très probablement. Dangereuse? Je m’en fous. Tout ce qui m’importe, plus encore que cette connerie de tombeau, c’est d’éliminer de façon totale et complète l’opposition. J’ai moi aussi plus d’un tour dans mon sac, plus d’une corde à mon arc et plus d’un as dans ma manche. Ils ont peut-être l’entrainement et l’expertise du terrain. J’ai l’argent et la technologie de mon côté. Et ceux qui disent que l’argent ne résous pas tous les problèmes sont des imbéciles. Vous allez voir ce qu’un compte en banque bien rempli peut faire. Que ma… Partenaire d’expédition… Se prépare comme elle l’entend. Ce qu’elle ne sait pas et qu’elle n’a pas besoin de savoir c’est que si je dois faire sauter la pyramide ou mausolée ou truc ancien… Ça aussi j’ai les moyens de le faire, tant que j’emporte avec moi mes adversaires… La victoire ou la mort.
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Sam 18 Mai - 23:35
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Autant vous dire que la suite de cette aventure ne se passa pas forcément bien. Alors que j’étais prête à prendre quelques risques, Katrina elle, désirait y aller par la manière forte, nous faisant perdre notre avantage si durement gagner. Nous savions où était la tombe, il fallait s’y rendre pour leur bloquer le passage. Mais non, Eversfield fut si énervée qu’elle semblait prête à réduire le monde en cendre. J’aurais alors bien voulu prendre le risque de partir toute seule, tenter ma chance avant l’inévitable. Mais non, c’était elle qui avait la Larme. Et j’en aurais besoin pour entrer dans la tombe de l’empereur. Autant dire alors que j’étais coincée. Si seulement j’étais parvenue à lui voler la relique. J’aurais fait cavalière seule, et nous ne nous retrouverions pas à un moment pareil.

"Te rends tu comptes que tu vas tous nous faire tuer ?"

Au vue de son état, Katrina devait s’en moquait. Ce qui lui valait sa légende noire devenait plus que visible. Une femme cruelle, violente et sans pitié. Après, je pouvais comprendre que ce soit une réaction dû à ce qui venait de se passer. Sa crise qui la sans doute bien retournée. Mais ce n’était pas une raison pour risquer nos vies de la sorte. Le danger était bien plus grand qu’elle l’imaginait et on dirait qu’elle avait du mal à le comprendre. Sans doute que restée trop enfermer dans sa tour d’ivoire imaginaire, où elle se croyait la reine du monde, tout lui serait facile, qu’elle n’avait plus qu’à sortir les billets pour avoir ce qu’elle voulait. Mais non, son argent allait nous attirer un sort des plus néfaste.

"Ce serait y aller avec une grosse cible sur la tête. Je te rappelle qu’ils sont partout. Une fuite et ils nous tomberont dessus. Sans oublier qu’ils peuvent infiltrer ton escorte et alors, ce ne sera pas qu’au front que tu devras te défendre, mais aussi à l’intérieur de ton armée."

Je savais de quoi je parlais. J’en avais vue se trouver là où on s’y attendait le moins. Non seulement ils avaient infiltré les musées les plus importants, mais aussi la police et des gouvernements un peu partout dans le monde. Sans compter tous ceux qui leurs sont soumis, tenter par leurs alléchantes promesses ou ayant peur de ces assassins de l’ombre qui pouvaient frapper n’importe quand. Et face au fanatisme et la peur, l’argent n’avait que très peu de pouvoir. Malheureusement, j’avais le sentiment que raisonner Katrina serait peine perdue. La femme avait aussi la réputation d’être la plus têtue du monde. Et l’espoir que je voyais à porter de main, semblait s’envoler comme un oiseau effrayer par un coup de feu.

Non ! Je n’allais pas laisser la misse gâcher tout mon travail. Tous ces mois à parcourir les terres les plus hostiles, à devoir tuer malheureusement des gens… Devenir ce que je ne voulais pas… Hors de question que tout cela n’est servit à rien. Jack était mort à cause de cela, et je refusais aussi que son sacrifice et celui de tant d’autres soit vain. Savait-elle ce que cela faisait de voir ses proches mourir autour de soi ? Des gens qu’on ne pouvait pas sauver car on ne pouvait rien n’y faire ? Là, il était possible de sauver des millions, des milliards de vie. Mais la richarde était prête à tout envoyer balader par pure égoïsme. Hors de question vous disais-je !

"Sinon, laisse-moi dans ce cas la Larme. J’irais seule au tombeau, je me débrouillerais. Mais ces monstres ne te poursuivront plus, ils seront plus occupés avec moi. Tu en seras débarrassé le temps de la traque et enfin libre quand je me serais occupé d’eux. Et non, je ne cherche pas à jouer l’Héroïne, juste m’assurer que plus personne d’innocent n’est à souffrir."

Sa réponse me paraissait évidente. L’un des plus gros ennuis avec elle, fut qu’il s’agissait d’un mur. Lui parlait, nos mots ricocheraient sur sa surface de pierre. On pouvait dire ou faire n’importe quoi, cela ne changeait jamais. Et si elle comptait chargée comme un taureau enragé, je devrais prendre des dispositions. Sérieusement, était-elle vraiment femme d’affaire ? Comment était-elle arrivé à un tel niveau ? Car pour marchander, établir une stratégie etc. Cela ne semblait pas son fort. A croire que son plan était toujours la même chose, sortir assez d’argent pour combler son caprice. Elle ne me paraissait plus être la femme rusée que je croyais.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
MODO ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) - Page 2 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 677
Batarangs : 11690
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Jeu 23 Mai - 8:06
Revenir en haut Aller en bas
 « Alors on en est là. Je me doutais que tôt ou tard, ce serait inévitable. Tu veux jouer à ce petit jeu avec moi? Soit. Considères notre accord annulé et ta personne libérée de mes services. Je vais finir le travail moi-même. Il n’y a qu’une seule Larme et des dizaines de spécialistes dans ton genre. Et si ces enfoirés de cultistes regardent, j’espère qu’ils vont apprécier le spectacle autant que moi. »
 
Vous savez ce qu’on dit des meilleurs plans : ils font usage de l’élément de surprise. En ce moment, parce que nous faisons front commun, les cultistes sont incapables de nous arrêter. Mais s’ils pensent que je suis vulnérable, ils vont vouloir capitaliser sur cet avantage et tenter de prendre de force la Larme. Ils ont déjà perdu un certain nombre d’éléments et perdu de précieuses ressources. De ce que je sais de ce genre de personnes, l’échec n’est pas du tout toléré, pas plus que les contretemps, pas plus que la plus infime forme de résistance ou d’opposition. Ce n’est pas si différent des grands chefs d’entreprise, en fait mais nous n’entrerons pas dans ce débat. L’essentiel, c’est qu’il ne faut pas leur donner une cible. Il faut leur donner une diversion. Les faire chercher dans la mauvaise direction. Et qui, franchement, penserait à chercher un mort?
 
Ou dans le cas présent, une morte. Je suis toujours armée depuis le début de cette expédition mais aussi vigilants soient nos ennemis, je ne suis pas une néophyte quand il faut mentir, tricher et manipuler. En conséquence de quoi, à moins de vérifier les numéros de série, ce qu’on ne verra pas avec les caméras de sécurité, l’arme que je braque sur l’archéologue est la même que j’ai utilisé précédemment. La différence, par contre, c’est que celle-ci contient un produit capable de simuler la mort avec un composé excessivement similaire à du sang. Donc, quand je tire sur cette dernière, si tant est que tout se passe comme prévu (il est rare que tout se passe comme on l’a prévu), ce sera comme si je l’avais tué pour de vrai. Ce qui ne sera pas le cas. Aussi, je vérifie le contenu d’une valise protégée par un code complexe que j’emporte avec moi. Diversion.
 
La valise contient un faux. La vraie Larme est à un endroit où personne ne va penser à chercher. Et l’indice pour la trouver? Nécessairement, Adrianna va vouloir fouiller dans mes affaires pour essayer de trouver des réponses à ses questions. Elle va y trouver un certain nombre d’artefacts… Et seule une experte de son calibre saura d’un seul coup d’œil trouver le faux prétendant être vrai, déchiffrer ce qui est écrit dessus. Comment est-ce que j’ai fait mon coup, entre le court laps de temps entre le retour de la tombe, mon effondrement nerveux et mes préparatifs? Une femme d’affaires se doit d’avoir des secrets. Ce que vous avez besoin de savoir, c’est que depuis le début j’ai planifié cette trahison qui n’est pas une trahison. Elle va avoir le champ libre pendant que je fais du bruit, pendant que je suis l’assistante de la magicienne qui attire toute l’attention.
 
J’en reviens aux meilleurs plans qu’on ne saurait exécuter sans une dose de duplicité. J’appelle mes contacts, comme prévu et je vais amener ces salauds de cultistes à des dizaines de kilomètres du vrai prix de toute cette aventure. Diviser pour régner? On verra si ça fonctionne. Tout repose sur les épaules de celle qui a le plus de chances de réussir. Je déteste admettre une telle chose. Que mon argent ne peut pas régler tous mes problèmes. Qu’il va falloir que je me fie à quelqu’un d’autre pour réussir. Ça me fait me sentir… Inutile. Mais bon. Il faut ce qu’il faut. Suivez-moi, tas de crétins. Je vous promets une danse dont vous vous souviendrez. J’espère qu’Adrianna va trouver amusant de savoir que j’ai planqué la vraie larme dans le double fond que j’ai rajouté… Dans sa valise. Quoi? Personne n’irait penser à fouiller les affaires d’un « sous-fifre »…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 170
Batarangs : 8200
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Jeu 23 Mai - 16:36
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: