Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz)
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Pour certains, l’histoire est une précieuse leçon pour éviter de commettre les erreurs du passé. Pour d’autres, une occasion de redonner au monde une gloire perdue, une culture oubliée, un héritage capable de survivre au passage du temps. Pour moi, c’est tout simplement une opportunité supplémentaire de m’enrichir sur le dos de ceux qui accordent bien trop d’importance à ce genre de babioles. Dans le milieu, je suis celle qui sait tout des transactions louches. Des excavations illégales. Des opérations dans le gris ou le noir de la loi. Bon sang, bien souvent, c’est moi qui en finance la grande partie. Du coup, comme j’ai de quoi faire chanter les riches et les puissants… Tout le monde me déteste mais c’est vers moi qu’ils se tournent quand ils ont besoin d’une information. Ou d’une faveur. Et ça, les faveurs, j’en fait collection. Oh que oui.

Vous pensez vraiment que je donne quoi que ce soit gratuitement? Jamais. Vous voulez quelque chose, vous allez offrir quelque chose en échange. Certes, cela fait en sorte qu’on me déteste encore plus mais… Je n’ai jamais dit que je voulais être miss popularité. Du coup… Je m’en moque éperdument. Parlez de moi en bien ou en mal, vous parlez quand même de moi. Le plus drôle, c’est quand ceux qui se considèrent comme bons et vertueux doivent venir me voir, pratiquement en grinçant des dents pour « faire un pacte avec le diable ». Évidemment, je ne suis pas SI terrible mais aux yeux de ces messieurs dames, je suis un cancer qui ronge le milieu archéologique et ça les énerve au plus au point. Tant mieux, snobinards bâtards moralisateurs. Vous vous concentrez sur vos principes, moi sur mon argent et chacun fait ses petites affaires de son côté sans emmerder l’autre.

Confortablement installée dans un divan des plus confortables, je bois le contenu d’une flûte de champagne tout en lisant un rapport financier sur ma tablette. La vente aux enchères à Marrakech a rapporté plus que prévu, ce qui ne peut que me faire plaisir. Les sommes que les gens sont prêts à dépenser pour un vulgaire vase. Un vase ming, d’accord, mais un vase quand même. La semaine dernière c’était un artefact minoen… Ou était-ce corinthien… Je ne m’en souviens pas par cœur… Enfin bon. Ce que je veux dire c’est que pour des trucs purement décoratifs, je ne vois pas l’intérêt de pareilles dépenses. Considérant que la magie n’existe pas en ce bas monde et qu’aucun artefact « venu d’ailleurs » n’a jamais été trouvé, c’est investir dans quelque chose que n’importe quel humain avec du talent peut faire. D’où mon incrédulité. Et pas qu’un peu.

Je porte ma flute à mes lèvres pour me rendre compte qu’elle est vide. Je pourrais me lever et aller la remplir, il y a quoi, dix pas entre moi et la chaudière remplie de glace dans laquelle trône la bouteille mais on ne se bâti pas une fortune se chiffrant en milliards pour se lever comme le commun des mortels. Du coup, j’appuie sur un bouton pour faire venir un serviteur qu’il s’en occupe pour moi. Oh et j’indique que je veux aussi un plateau de chocolats. Ceux qui ont un quelque chose au centre. Noix, fruits, alcools, je m’en moque, j’ai envie de chocolats. Une minute passe puis deux. Personne ne vient. C’est se moquer de moi ça. J’en connais un qui va se faire mettre à la porte une fois que je l’aurai fait tabasser par la sécurité. J’appuie deux autres fois sur le bouton, me disant que si je me lève, ça va barder. Enfin, après quelques minutes de plus, la porte de la pièce s’ouvre. Il va m’entendre celui-là!


« Ah bah c’est pas trop tôt! Bordel, c’est trop demander que de faire son travail correctement? Je paie mon personnel pour être efficace, pas pour prendre son temps et perdre le mien. Un tel niveau d’incompétence, ça devrait être criminel. Grouille toi à m’apporter mes chocolats et mon champagne et ensuite disparait de ma vue! Oh et félicitations, tu es viré, pauvre con. La sécurité va se charger de te foutre dehors! »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Dim 17 Mar - 18:50
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Voilà depuis un des mois que je suis sur les traces de ce lieu mythique. D’ordinaire, il fallait passer des heures dans une bibliothèque, à s’esquinter les yeux devant des pages manuscrites, et parlementer avec des responsables de musée, avant de finir sur un site de fouille, ce n’était pas tout à fait pareil avec moi. Contrairement à la plupart de mes confrères, mes méthodes étaient quelque peu… Plus direct. Comment cela, vous vous demandez sans doute, laissez-moi d’abord vous raconter cette histoire, qui je pense, vous apportera son lot d’explication…

Déjà, ce n’était ni dans une bibliothèque, ni dans un musée, et encore moins sur un site de fouille, où je me trouvais, il s’agissait plutôt d’une résidence de luxe aux U.S.A. Et bien entendu, je n’y étais pas invitée. M’étant infiltrée de manière discrète, je me faufilais à travers ces corridors et pièces qui étaient dans l’ensemble, un vrai petit dédale. Ici, la sécurité était de mise, combien de fois manquais-je de me faire voir par une patrouille de garde de la sécurité et une caméra ? Mais ce petit jeu de cache-cache prit rapidement fin quand je tombais enfin sur le vestiaire du personnel.

"Excellent." Soufflais-je, d’un air ravis.

Apparemment, cette sorte de cagibi était le coin le plus négligé du reste du domaine. La patronne ne devait trop apprécier ses employés, allons donc lui faire subir une action, très peu syndicale. Forçant l’un des casiers encore fermer, je m’emparais de la tenue qu’y s’y trouvait pour me l’enfiler. Cela devrait faire parfaitement illusion, du moins, tant que je ne l’ouvrais pas trop. Mais si mon plan se tenait, je n’aurais pas besoin de rester ici bien longtemps. Je repère l’artefact, je le récupère et Ciao la compagnie ! Refermant la blouse, je sortais d’un pas tranquille pour perfectionner mon jeu d’actrice, qui semblait bien trop fonctionner quand un « collègue », m’attrapa l’épaule pour me tirer vers lui.

"Tu es nouvelle ?"
"Et bien..."
"Oh peu importe ! Tiens, prends ça ! La patronne attend depuis déjà une minute ! L’andouille qui devait s’en charger est ivre mort !!!"

De manière assez brutale, il plaqua le plateau contre ma poitrine, manquant de me couper en deux, et me fit le geste, comme quoi, j’avais intérêt à me grouiller. Acquiesçant comme une idiote, je me dirigeais vers là, où la reine attendait. Marchand d’un pas tranquille, une main dans le dos comme je l’ai si souvent vue lors de réception ou à la télévision, je remontais tout un couloir richement vêtu, pire que de l’art baroque. Chaque pas fait fit battre de plus en plus, mon cœur. Je crus même qu’il allait exploser, me demandant bien à quel genre de monstre j’allais avoir à faire. J’eus déjà entendu de nombreuses rumeurs à son sujet. Dans le domaine de l’archéologie, elle était très bien connue pour être soit un soutient inestimable, ou bien votre pire cauchemar.

Au moins, si je me rendais dans le saint des saints, les chances de trouver ce que je recherchais augmentait. Sans doute, était-il caché dans son bureau, sous le sofa, dans la robe de cette créature de cauchemar… Et parlant de créature de cauchemar, à peine avais-je ouvert la porte, que je fus « sympathiquement » accueilli. Déjà, me tenant au seuil de cette porte, me provoqua un stress que je n’eus jamais connu. Et une fois les battants repousser, Cerbère cracha ses flammes sur la pauvre âme venant s’échouer dans l’Erèbe. Alors, avec un large sourire, je répondais de la manière la plus calme que je pouvais :

"Désolé madame, cela ne se reproduira plus."

Ça, tu pouvais le dire, une fois l’artefact en main, je me casserais de cet endroit à la première occasion. Pas envie de rester ici une seconde de plus. Faisant comme elle me l’avait demandé, je me dirigeais vers elle, posant le plateau recouvert de chocolat et avec une flûte à champagne. Ce n’était certainement pas du Champomy. Me dirigeant vers elle, je jouais au scanner sous-marin, jetant un regard de manière panoramique sur la pièce afin de repérer l’endroit potentiel ou le trésor m’attendait. Malheureusement, cet objet pouvait se cacher n’importe où. Arrivant près de miss Rageuse, je versais la boisson dans son verre. Il fallait que je trouve un moyen de m’assurer de pouvoir fouiller ici, sans être dérangée. Toutefois, je vis quelques objets intéressants qui pouvaient me servir à faire cracher le morceau à ma patronne du soir.

"Madame a vraiment de belle pièce. Avez-vous fait une nouvelle acquisition ?"

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 18 Mar - 8:18
Revenir en haut Aller en bas
Je vous jure. C’est tellement compliqué d’avoir du personnel compétent ces dernières années. Ils veulent tous être syndiqués, avoir la conciliation travail-famille, ils veulent des avantages à ne plus savoir quoi en faire… J’ai l’air de quoi, la charité, peut-être? Ce n’est pas parce qu’on est milliardaire qu’on aime forcément dépenser n’importe comment. Qu’ils commencent par prouver leur utilité, on regardera aux récompenses APRÈS. Certainement pas avant. Où est leur motivation à performer s’ils ont déjà tout ce qu’ils veulent? Je vais vous le dire moi : il n’y en a pas! Et ce n’est pas comme si je n’étais pas au courant de leurs frasques idiotes. Ils se servent dans mon cellier à vin! Le personnel de sécurité, par contre, lui, il est compétent donc dans lui j’investi. Mais le reste… Des parasites. Je devrais vraiment investir dans quelque chose d’automatisé.
 
C’est à peine si j’accorde de l’attention à la personne qui m’apporte mon champagne et mon chocolat. Est-ce que c’est mon boulot de parler au petit peuple? Non. Mon attaché de presse s’en charge merveilleusement bien. Par contre, quelque chose attire mon attention. Vous me direz que c’est de l’ordre du détail mais en affaires, c’est ce qui fait la différence entre dépenser une somme ridicule pour une toile de maitre qu’un imbécile a confondu pour une reproduction et des fortunes pour ladite reproduction. Dans le cas présent, c’est dans la manière de servir. Tous les imbéciles que j’embauche sont formés et tenus de se conformer à un protocole strict. Ça permet de détecter si quelqu’un s’est mêlé à vos employés avec de mauvaises intentions. Comme… Maintenant. Aucun de mes employés n’oublierait la chose car c’est une cause de renvoi automatique. Tout simplement.
 
Je feins donc de ne pas le remarquer et je m’enfonce davantage dans mes coussins, ma main se refermant sur ce que je cherche. Souvent, les gens dans ma position aiment se procurer une arme à feu de type pistolet, souvent stupidement plaquée d’or ou je ne sais quelle dépense grotesque. Moi? Je suis bien plus pragmatique à cet égard. Spécifiquement, un Heckler & Koch MP7. La mire laser et le bruit d’une arme qu’on charge devrait indiquer à cette femme que je ne suis pas du genre à apprécier les intrusions. Et en plus, elle a osé me parler. Ne sait-elle donc pas que le personnel n’a pas le droit de m’adresser la parole? Si je veux faire la conversation à quelqu’un, j’appelle mon avocat ou mon chef des finances, des gens capables de paroles sensées, contrairement à ces imbéciles qui m’entourent. Riches et pauvres, il y a une réelle différence entre nous.

 
 « Bien essayé l’infiltration mais c’est raté pour deux raisons, l’une étant que tu m’aies adressé la parole. Aucun de mes employés ne se serait permis une telle chose sauf s’il tient à passer un long moment avec la sécurité. Et attention. Je sais me servir de cette arme. Alors pas de gestes brusques et on va attendre ensemble les gardes. Qui es-tu et qu’est-ce que tu viens foutre chez moi? Il faut des couilles en béton armé pour tenter un truc pareil… »
 
Protéger sa fortune implique de savoir se défendre soi-même. Je n’aurai aucun scrupule à tuer si la chose s’avère nécessaire et ce n’est pas pour rien que je m’entoure d’un personnel de sécurité des plus efficaces. J’embauche ce qui se fait de mieux et à mes yeux, c’est le plus sûr des investissements. Une fortune protégée est une fortune qui ne se fera pas voler et ça, c’est le seul argument dont j’ai besoin. J’ai appuyé sur un bouton d’alarme silencieuse. D’ici quelques secondes, il y aura assez de flingues dans cette pièce pour la transformer en passoire. Je ne prends pas de chance. On peut survivre à une balle théoriquement fatale. Moins à une trentaine ou une centaine d’entre elles. C’est la merde, par contre : si ça dégénère, ça va coûter une fortune en nettoyage. Mes meubles, mes tapis, les murs… Enfin bon. Il faut ce qu’il faut je dirais…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 18 Mar - 15:34
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Mon subterfuge n’avait fait long feu. Cette femme était bien trop paranoïaque pour avoir un niveau de vigilance maximum élevé. Et cela se justifiait, sachant que justement, j’étais venu telle une passagère clandestine dans son domaine. Toutefois, je crus comprendre que ce genre de comportement ne garantissait pas une fin heureuse. Mais bref passons, car là, il y avait bien plus urgent. Une chose sur laquelle j’étais prête à pariée, fut que je ne serais pas tout simplement, raccompagner gentiment à la porte ou finir dans une cellule. Je le verrais plutôt dans le genre de Monsieur Burns dans les Simpson, me laisser me faire dévorer par ses chiens ou un truc dans le genre. Donc, c’était le moment ou jamais, de trouver une très bonne réplique pour me sortir de ce léger petit guêpier.

"Cela fonctionnerait-il si je vous dis être une de vos fans ?" Questionnais-je sur un ton moqueur.

Il faudra s’attendre à ce que mademoiselle Eversfield n’ait aucun sens de l’humour. Enfin, j’imaginais plutôt que son genre serait l’humour noir, voir sadique. Peut-être salace, mais je ne désirais point le découvrir. Ça ne serait plaisant pour personne, mise à part Miss mais je n’en avais pas envie. Revenons une fois de plus à nos moutons. Car cette petite vanne n’était pas une formule magique qui me sortirait de là. Juste que quelques misérables secondes furent gagnées. Malgré cela, mon cerveau eut tant fait d’analyser la situation, je ne voyais pas de nombreuses solutions pour me sortir de là en vie. Eversfield avait pour le moment l’avantage, et ce sera pire quand ses gorilles arriveront ici en trombe pour me mettre en pièces. Au choix alors, suis-je disais la vérité, ou bien, je devais lâcher un beau petit baratin comme dirait… Peu importe.

Mes lèvres s’entrent ouvrir pour annoncer une réponse. Cependant, juste un "Je..." s’échappa à peine audible, quand tout à coup, des bruits effroyables résonnèrent dans les couloirs du manoir. Cela ressemblait à des cris, des ordres et des tirs. Une bagarre ressemblant à celle dans Scarface, se déroula de l’autre côté de la porte et me surprit. C’était si soudain et surtout, inquiétant. Sans doute une personne qui en voulait à Katrina Eversfield, ce ne serait pas étonnant. J’imaginais la liste de ceux qui désirait voir sa tête en haut d’une pique, aussi longue que le Nil. La violence de ce combat s’intensifiait. Y’avait-il de plus en plus de participants ? Non, cela se rapprochait de nous rapidement.

Intriguée, j’oubliais un moment celle qui me menaçait de son flingue, pour me pencher vers ce qui semblait être la seule issue. Me tenant prête au cas où… Je ne savais pas trop quoi, ma vigilance devait égaler celle de la maîtresse de maison. Puis, aussi soudainement que cela avait commencé, le vacarme du conflit prit fin subitement. Qui avait gagné ? Aucune idée. Que se cachait-il derrière cette porte ? Nous n’allions pas tarder à le savoir quand cette dernière, s’arracha de ses gonds et manqua de m’écraser, si je n’avais pas roulé sur le côté pour l’éviter. C’est alors qu’ils firent leur entrer.

Trois individus, portant une capuche et un masque vert apparurent. Ils étaient armés bien entendu, mais ce n’était pas des revolvers ou des AK-47, c’étaient des lames. Des dagues à leur ceinture et des épées à la lame recourbée faisant penser à une demi-lune. Ces choses m’ignorèrent, me passant devant. Leur intention fut portée sur Eversfield et l’un d’eux, lui gronda derrière son masque, pointant son épée sur elle :

"La larme d'Isis. Donnez là nous chienne d'infidèle !"

J’ignorais ce que comptait faire Katrina, si elle allait obéir, ce que je doutais fort, ou s’en sortir en vie à la fin. Mais je m’en moquais complétement. Tout cela n’eut plus la moindre importance car je reconnaissais ces types. Je les avais bien trop côtoyés pour ne plus jamais les oublier de mon existence. Et un sentiment que j’eus étouffer depuis longtemps, refaisait surface. Celui de la colère ! De la vengeance même ! Toujours imbus de leur personne, ils avaient osé m’ignorer malgré ce que je leur ai fait. Grossière erreur, car cela me donna le loisir de sortir de dessous mon costume mon 92FS – 9mm. Et sans hésiter, j’abatis le plus proche de moi, le criblant de balle pour qu’il ressemble à une passoire sanguinolente.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Mer 20 Mar - 8:52
Revenir en haut Aller en bas
Chose certaine, elle ne manque pas de cran cette intruse. En d’autres circonstances, j’aurais probablement trouvé ça très drôle et je lui aurais offert un boulot parce qu’une telle audace fait plaisir à voir, en un sens. Le truc c’est que je ne me sens pas forcément d’humeur magnanime en ce moment donc il est clair que ma… Tolérance… Déjà à la base pas énormément élevée s’il faut l’admettre, n’est pas à son meilleur. Ce serait vraiment tentant d’appuyer sur la détente. Et extrêmement facile par-dessus le marché. Je ne dirais pas que je suis une tireuse d’élite. Cependant, je sais me servir des armes que je porte ou emploie. C’est parfaitement con de prendre un truc pour le facteur intimidation si on ne sait pas le manier adéquatement. Si confrontation il y a, ça risque, non, ça va se retourner contre vous. C’est quasiment certain, en fait.
 
Évidemment, le bordel dans le corridor ne va pas arranger mon humeur. Déjà que je me disais que la butter elle allait très certainement coûter son petit montant en frais de nettoyage, s’il faut en croire le chaos que j’entends, ça va me coûter un max. À quoi ça sert de se payer les meilleures forces de sécurité privées que l’argent peut offrir si c’est pour se retrouver avec ce trio de clowns dans mes quartiers, armés de surcroit, osant exiger quelque chose de moi en m’insultant? L’intruse leur donne le fond de ma pensée avant moi en en butant un et je peux vous garantir que je ne tarde pas à faire de même avec le second et de blesser le troisième à des fins d’interrogatoire. Si vous pensez que je vais tolérer pareille chose… C’est mal me connaitre. Et avec des avocats comme les miens, les tuer ne sera qu’une formalité juridique. Légitime défense, ce genre de choses. Le classique.
 
Oh et parlant de classique, je trouve quand même étrange que par hasard, au moment où j’ai une intruse en joue, un paquet d’autres débarquent pour foutre le bordel chez moi. Le fait qu’elle en ait tué un ne veut rien dire. Ce pourrait être des balles à blanc ou peut-être qu’elle se fout de la vie de ses alliés, si ce sont ses alliés. Une tactique pour me faire abaisser ma garde et me faire un sale coup au moment où je m’y attends le moins. Mais on ne me la fait pas à moi. Certainement pas. Je suis dans ce business depuis suffisamment longtemps pour savoir que personne n’est jamais aussi vertueux qu’il tente de le faire croire. Toujours se méfier de tout et de tout le monde. Toujours. Ça permet de rester en vie. Du coup, je remets en joue l’intruse. Reprenons la conversation où nous l’avions laissée. Je ne sais toujours pas qui elle est et ce qu’elle veut, après tout. Prudence, Katrina.

 
 « Tu sais tirer, il faut te donner ça. Ceci dit, je vais te demander de lâcher ton arme. Que tu aies descendu un de ces types n’enlève pas le fait que tu es chez moi illégalement et les intrus armés viennent en général pour tuer, pas pour demander un service. Je ne sais pas ce qu’il me reste de sécurité mais… Ce sera numériquement à ton désavantage. Et toi connard, arrête de gémir comme une merde, tu m’énerves. »
 
Non mais c’est qu’il est chiant. Le mec débarque chez moi, me menace et après il saigne sur mon plancher et il a les couilles de se plaindre en plus? Je ne sais pas s’il y a d’autres assaillants, je ne sais pas qui ils sont mais je sais ce qu’ils veulent et ils ne l’auront pas. Cette babiole historique sera mise aux enchères très prochainement et la mise initiale est dans les six chiffres sans même forcer. C’est fou comme les artefacts égyptiens ont la cote cette année. La dernière fois que c’était arrivé, ironiquement, c’était avec la sortie du film « Astérix : Mission Cléopâtre ». Enfin bon, c’est sans importance. Ce qui compte, c’est que je veux des réponses et que je les aurai, d’une façon ou d’une autre. C’est un point dont je suis particulièrement fière d’ailleurs. J’ai aussi dans mes relations de travail un spécialiste en torture. Il saura me donner les réponses que je veux avoir…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Mer 20 Mar - 14:38
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Il fallait avouer que ce fut plutôt impressionnant de voir Katrina arriver à abattre deux de ces ninjas. D’ordinaire, ces gars étaient bien plus rapides que Speedy Gonzales, arrivant même à esquiver les balles. L’effet de surprise sans doute. J’avais même vue un groupe plus lourdement armé, aussi entraîner qu’un commando d’élite, se faire massacrer par deux seulement de ces types. Encore, ces derniers faisaient partie d’une garde d’élite. Ceci gisant au sol, devaient venir d’un rang inférieur. Sans doute pensaient-ils qu’ils seraient plus faciles qu’à l’accoutumé d’entrer et avoir ce qu’ils voulaient. Il fallait avouer que ces gars avaient la bêtise de souvent sous-estimer leur adversaire. Mais ils avaient la même mentalité que ceux de la secte des assassins, la mort ne leur faisait pas peur.

Katrina Eversfield n’en démordait pas. Déjà qu’elle avait mauvais caractère, paranoïaque même, cette histoire n’allait rien arranger. Cette fois-ci, c’était moi qui me retrouvais devant le viseur de son arme. La seule chose qui m’inquiétait un minimum, car pour ceux de la sécurité, on ne devait pas se faire d’illusion. Tous ceux s’étant mis sur leur chemin, devait prendre un bain dans leur propre sang à cette heure-ci. Et je venais à éprouver un certain regret, celui de ne pas avoir laissé cette secte éliminer Katrina, avant de m’occuper d’eux. J’aurais eu un problème de moins sur les bras. Toutefois, au lieu de chercher à aggraver les choses en faisant ma forte tête, j’acquiesçais en jetant mon arme à terre.

"Je ne suis pas venu demander un service justement. Contrairement à eux, j’avais opté pour une approche plus propre."

La mission était juste d’entrer, prendre ce que je voulais, et sortir n’ayant eu besoin que d’assommer une ou deux personnes au passage, rien de plus. Si on m’avait laissé faire, les murs ne seraient pas repeints de rouge sang, et criblés de balles. Mais non, la vie ne voulait pas que les choses soient faciles alors elle vous envoyait un tas de choses pourries pour vous faire souffrir. Pourquoi la Larme n’était-elle pas dans un musée où je n’aurais eu qu’à jouer de mes relations pour l’obtenir sans mal ? Ceci me fit bien souffler. Revenons donc au moment présent.

"Par contre, je vous trouve bien hypocrite pour parler d’illégalité. Vous trainez pas mal de casserole derrière nous il me semble."

On prêtait à Katrina, de nombreuses histoires allant même jusqu’à du fantastique. Voir de l’horreur. Mais, sans mentionner ces histoires pour Hollywood, Eversifled était connu pour être impitoyable en affaire. Et puis, on n’atteignait pas des sommets dans le monde, sans verser des pots-de-vin et en se montrant honnête. Donc, c’étaient deux genres de voleuses qui se confrontaient en ce moment même. Après, même si je n’étais pas toute blanche, je savais que j’étais moins condamnable que la miss. Enfin, j’approchais sans doute plus de la sainte avant, mais depuis… Depuis ce fameux jour, tout avait basculé.

"Pour vos gorilles, je suis désolé mais il ne fau..."

Ma phrase fut coupée lorsque je vis un des assaillants commencés à se relever. Damn ! J’avais oublié ce petit point chez eux, de véritables sales bêtes ces pourritures. Était-ce par altruisme ou par instinct, je ne savais pas trop. Mais je n’eus besoin que de me laisser glisser sous le bras tendu de la Lady Diva, esquivant ainsi tout mauvais coup. Une chose importante, si on travaillait sa vitesse, on pouvait éviter n’importe quelle attaque. Sauf une explosion nucléaire bien entendu. Glissant sur quelques centimètres, je rattrapais mon arme et d’une balle, je tirais en plein entre les deux yeux du masque. Ce dernier se fissura à partir du point d’attaque, et le corps se mit à tressailler. Chancelant, il laissa dans un premier temps tomber son arme, avant de s’écrouler lourdement. Fière de moi, je rangeais la mienne d’arme dans son holster.


"Ils ont appris à ignorer la douleur. Le mieux est de viser dans la tête"

Me retournant, je fis de nouveau face à une Eversfield crispé. Mais là, ayant retrouver mon sang-froid, je me sentais à nouveau maîtresse de la situation, et ceci me fit bien rire. Car la terrible chienne Katrina qui pouvait faire peur en aboyant, ressemblait d’un coup à un pauvre petit chiot perdu.

"J’imagine que vous ne savez pas qui, ils sont. Et encore moins ce que vous avez provoqué. Typique des gros richards péter de dunes. Sans vouloir trop vous vexer."

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Ven 22 Mar - 8:34
Revenir en haut Aller en bas
Où ai-je déjà vu cette tête?  C’est bien le problème quand comme moi vous adorez votre propre personne. Vous avez tendance à rapidement oublier les autres. Je suis convaincue de l’avoir déjà rencontrée. Je n’oublierais quand même pas une attitude si désagréable à l’égard des riches et des puissants. Mais où? Il faudrait que je demande à… À qui au juste? Mon attaché de presse? Mon secrétaire? Je ne sais pas. Interrogeons donc notre mémoire. Je suis sûre que c’est en rapport à mes affaires. Voyons, voyons… OH! OH! Je m’en souviens maintenant! La dernière fois c’était à Oak Island en Nouvelle Écosse! Mais oui! Ah on crache toujours sur ceux avec des liens avec le monde criminel mais c’est bien pratique de venir les voir quand on a des questions à poser! Et je suis convaincue de l’avoir vue avant cet épisode anecdotique également…
 
 « Mais bien sûr! Je te reconnais! Enfin, ça aura pris du temps. Ma pauvre, tu as pris du poids… J’ai l’adresse d’un excellent gym si tu veux et… Oh. C’est un établissement exclusif et je doute que tu aies les moyens de te payer l’abonnement. Enfin. C’est sans importance. Toi aussi tu veux ce truc… Ils ont dit quoi déjà? Les larmes d’Isis? Tu ne pouvais pas prendre rendez-vous comme quelqu’un de civilisé? »
 
Des gens sont morts dans mon domicile. Il y a trois cadavres dans la même pièce que moi. Mais non. Ça ne me fait pas réagir. Si elle est ici c’est qu’elle a besoin de moi ou de quelque chose que je possède et mon instinct de prédatrice quand il s’agit d’argent est titillé et pas qu’un peu. Cherchant un peu, je retrouve le plateau de chocolats, heureusement intact et ma flûte de champagne est encore remplie. Tant mieux. C’eut été un tragique gaspillage sinon. Je lui fais signe de s’asseoir et sur ces entrefaites, ce qu’il reste de mon équipe de sécurité débarque. Je leur fait savoir que tout va bien et de se charger d’aller chercher le personnel requis pour nettoyer ce bordel. Ils ont de la chance. De tout mon personnel, ils sont les seuls à avoir un minimum de considération. Précaution de sécurité élémentaire connue même des dictateurs les plus reculés qui soient.
 
Certains disent que j’ai des tendances sociopathes parce qu’à mes yeux, bien peu de vies ont de la valeur. Bah voyons. Tout de suite les grands mots. Je ne suis pas sociopathe, je refuse simplement de me mettre à chialer chaque fois qu’on voit un enfant affamé à la télévision. Est-ce que ça rapporte de l’argent tout ce sentimentalisme écœurant? Non. Alors pourquoi perdre son temps? De l’argent, plus d’argent, encore et encore. Ça c’est investir son temps, sans mauvais jeu de mots. Juste au cas où, je fais signe à un garde de rester. On ne sait jamais. Des fois que. Mon manque de curiosité quant à savoir qui est venu m’attaquer chez moi est une ruse élaborée. Ne jamais laisser voir aux autres qu’ils ont une information ou quelque chose que vous voulez. Autrement, ils vont chercher à profiter de vous. Une babiole sans valeur devient soudainement hors de prix, vous voyez?

 
 « Et pour te répondre, qui ils sont… Des cadavres qui gisent un peu partout sur ma propriété. Ce que j’ai fait ou déclenché… Absolument rien. Si mes affaires en dérangent d’autres, c’est juste de la compétition. Rien d’alarmant, donc. Et j’ajoute que deux personnes qui veulent le même artefact en une soirée… Je devrais quadrupler le prix de la mise aux enchères. Cette soirée devient de plus en plus intéressante! »
 
Tout ceci est une ruse élaborée. Elle sait que je n’ai aucun scrupule et que maintenant que je sais ce qu’elle convoite, il n’y a aucune chance qu’elle mette la main dessus. Je vais renforcer la sécurité. Prendre des mesures additionnelles. Lui pourrir la vie jusqu’à ce qu’elle capitule et que je la fasse manger dans ma main. Elle va me dire ce que je veux savoir ou elle va pouvoir dire adieu à cet artefact. Car fait plus ou moins connu… Quand je mets la main sur quelque chose que je vais revendre, je le piège. Si quelqu’un tente de me voler… Boum. Plus d’artefact. Techniquement, plus de main du voleur non plus. À plus d’une reprise j’ai menacé des mauvais payeurs de faire exploser leur investissement. Je vous l’ai dit. Aucun scrupule. Mais en même temps, c’est également bien connue que devant une offre alléchante, je ne suis jamais la dernière à me lancer dans l’aventure…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Ven 22 Mar - 15:17
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Ne vous laissez pas abuser par cette subite convivialité. Cela pourrait paraître caricatural, mais ces petites légendes avaient un fond de vérité. Car derrière ses beaux sourires forcés, se cachaient des chattes se tenant prête à bondir l’une sur l’autre pour s’étriper. Voyons donc dans cela de la diplomatie et tachons d’éviter de gâcher quelques balles. Au moins, nous gagnions un instant de répit et de quoi mettre en place un plan, pour sortir victorieuse de cette rencontre. Cela me fit remémorer la rencontre avec une femme au proche orient. Elle se voyait comme une Sultane toute-puissante, entourée de ses gangsters. Elle m’invita à un repas, mais c’était un banquet à la Damoclès, où le moindre faux pas aurait pu me coûter ma tête. Mais comme à chaque fois, je savais rebondir et éviter de voir ma tête séparée du reste du corps. Et donc, je ne me privais pas de quelques remarques comme celle-ci quand elle fit allusion à mon poids.

"Tu sais de quoi tu parles, avec tout ce chocolat que tu te fais livrer. A moins que tu payes quelqu’un pour faire la gym à ta place non ?"

La remarque fut suivie d’un petit rire forcé, afin de donner l’illusion que tout cela se passait sous le signe « du rire et de la bonne humeur », mais il fallait être bien naïf pour croire en une telle chose. Cela servit néanmoins à m’offrir une certaine protection temporaire.

Et parlant de temps, nous enchaînions déjà sur affaire. Katrina Eversfield était avant tout, un requin, une véritable femme d’affaires qui ne répondait qu’à l’appel de l’argent. Il fallait le voir venir, et je soupçonnais son idée de revente de l’artefact, être un stratagème pour avoir quelque chose de moi. S’attendait-elle à ce que j’achète, lui soit endetter ou lui fournisse quoi que ce soit ? Ce serait mal me connaître que de penser que je puisse être aussi facile. Limite insultante. Donc, je préférais lui couper l'herbe sous le pied, lui montrer qu’une telle entreprise, n’apporterait rien que ne soit une longue liste de problèmes.

"Tu peux toujours essayer. Mais je ne garantis pas que tu puisses trouver un acheteur. Maintenant que ces ninjas savent où se trouve l’artefact, ils ne te lâcheront pas. Pire, ils n’achèteront pas non plus la larme, car eux ne payent rien, ils prennent comme si c’était un dut. Et tous ceux qui tenteront de l’acquérir, finiront comme ton personnel de sécurité. Ce n’est pas très bon pour les affaires ça."

L’avantage que j’avais, fut que je connaissais bien notre ennemi et ses motivations. Rien à voir avec le mafieux du coin qui pouvait s’acheter un pays. Nous parlions d’une secte, des fanatiques. Des gens enfermaient dans une idéologie où toute discussion est quasi-impossible. Tendez-leur un billet de cinq cent ou un gros chèque sous le nez, ils en resteront indifférant. Donc, si Katrina voulait prendre des risques avec eux, c’était son problème. Toutefois, j’aurais aimé récupérer le Larme avant. Car s’ils mettaient la main dessus, cela pourrait être bien catastrophique pour tout le monde. Il fallait à tout prix que je les devance afin de les stopper une fois pour toute.

Ceci me mena à une idée. Et je me demandais si au final, ce n’était pas l’ambition de Katrina depuis le début. Si tel était le cas, entrons donc dans ce jeu. Mais il serait important avant tout, d’imposer ses conditions. Si je me laissais traînée, pieds et poings liés, jamais je ne sortirais de cette histoire. Sauf peut-être dans un trou entre quatre planches. Imitant son allure de femme d’affaires, je jouais avec le verre, comme si j’étais parfaitement détendu, et que c’était moi, la maîtresse de la situation. Car, connaissant un minimum Eversfield, il me restait un atout à poser. Une carte qui devrait mieux faire agir la dame, que celle sur le devoir ou le sens de l’éthique.

"Cependant, tu peux gagner beaucoup plus en la jouant plus finement. Si tu m’aide à percer le secret de la Larme d’Isis, tu toucherais bien plus que quelques millions ou milliards. En plus, tu te débarrasserais de pas mal de gêneur dont ces gens en chemin. Là, ce serait bénéfique pour toi non ?"

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 25 Mar - 12:42
Revenir en haut Aller en bas
J’aime quand on parle affaires. Politique, religion, environnement, ce genre de conneries ne m’inspire qu’un mépris glacé. Sauver le monde. Qu’est-ce que le monde a fait pour moi? Rien. Ce que peu de personnes connaissent, c’est la vraie histoire de Katrina Eversfield. Mes biographes, mes avocats et même les journalistes vont tous vous raconter le récit d’une femme qui est en quelque sorte l’incarnation du rêve américain. C’est on ne peut plus faux. Je suis née dans de terribles conditions, j’ai passé le plus clair de ma vie à lutter pour survivre et quand j’ai enfin obtenu la fortune que j’ai aujourd’hui, il a fallu que je continue à me battre pour garder la tête hors de l’eau. L’analogie du requin est quand même intéressante. Il y a toujours un autre prédateur pour tenter de vous bouffer. C’est ça la vie, apparemment. Enfin.
 
Je ne comprendrai sans doute jamais comment cette femme peut vouloir redonner des fortunes colossales au monde et ce gratuitement. Je sais qu’elle tente de me manipuler et franchement, vendre un artefact « maudit », même s’il y a meurtres, ne sera pas mauvais pour MES affaires. En fait, aussi étrange que cela puisse paraitre, pour les riches, c’est encore PLUS intéressant! Vous imaginez les intrigues de fou? Ça va devenir le nouvel article à envoyer à ses rivaux, à ses ennemis… Mais bon. Rusons. Feignons d’être intéressée uniquement par l’argent, comme si son plan était le meilleur du monde. Haussement de sourcil minutieusement pratiqué pour marquer l’intérêt, je m’installe encore plus confortablement en faisant mine de réfléchir aux gains, aux bénéfices. Je ne suis pas dupe. Admettons que cet artefact mène à un plus gros trésor. Qui en bénéficiera?
 
Très probablement pas moi, c’est presque certain. Elle va sans doute tenter de tout récupérer pour je ne sais quel musée ou fondation et je vais me ramasser avec bien moins que ce qu’elle prétend que je pourrai toucher. Le tout étant donc d’accepter sans sauter sur l’occasion, de négocier, âprement si nécessaire, pour s’assurer d’avoir sa juste part du gâteau. Il y a tellement de clauses et de conditions spéciales à inclure dans un contrat… Mes avocats sont des experts en la matière. Si je suis un requin, ce sont des vautours et sans doute de la pire espèce. Non pas que je m’en plaigne. Tant que ça sert mes intérêts. Et j’aime quand je gagne plus que je perds. Ce que je peux détester les concessions. Personne n’en sort jamais heureux de toute façon. Mais bon. Il le faut bien, parfois. Autrement on ne peut arriver à rien de productif. C’est dur la vie, parfois…

 
 « Et je suppose que tu vas me laisser repartir avec ce que nous allons découvrir? Sans rien demander en échange? Je te sais idéaliste, pas stupide. Alors dis moi ce que tu veux et évitons-nous un fastidieux jeu de miroir pour tenter de déterminer qui cherche à tirer la couverture de son côté. Et puis bon. Je suppose que partir à l’aventure je ne sais où à tes côtés sera plus intéressant qu’une bête vente aux enchères. »
 
Je lui souris de mon sourire de requin parce que bon. Elle a besoin de ce que je possède et j’avoue que savoir ce qui veut ma peau ne serait pas une mauvaise chose non plus. Nous allons de nouveau travailler ensemble on dirait. J’ai toujours adoré quand vous avez d’un côté ceux qui se considèrent comme les bons forcés de travailler avec des gens… Moins bon mais pas forcément méchant. Limite. Mais ça titille leur fibre de faiseurs de bonnes actions et moi j’adore ça. Je me demande si je lui fais l’insulte de lui demander de me mettre ça par écrit. Une précaution pour moi. Une forme d’affront pour elle car cela veut dire que je ne lui fais aucunement confiance. Ce qui est le cas d’ailleurs. Ce sont trop souvent ceux qui ont le compas moral le plus fort qui se retrouvent à commettre des trucs vraiment étranges en pensant bien faire…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 25 Mar - 15:45
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Katrina était vraiment une femme compliquée est têtu. J’eus le sentiment que même si sa vie était en danger, elle la risquerait pour atteindre ses objectifs. Pouvait-on parler de détermination et d’incorruptible ? Laissez-moi donc rire. Cette femme était dangereuse, un bulldozer pouvant tout ravager sur son passage telle l’armée d’Artaxerxés qui, comme des sauterelles, ravageait tout devant elle pour fonder l’immense empire perse. Une femme pouvant sacrifier n’importe quoi pour combler ses désirs. Je demandais si, elle ne serait pas capable de vendre son âme ? Très honnêtement, je la verrais bien faire ça. Après bien entendu, vendre père et mère pour ses ambitions. Donc, avec elle je ferais quand même attention là où je poserais le pied. Et une fois cette histoire terminée, il faudra que je prenne rapidement le plus de distance. Déjà que sa présence ici me donnait presque de l’urticaire. Désolé, mais ce genre de personnage riche et arrogant, ça me rendait malade. Ils provoquaient presque tous les maux de notre monde.

Finalement, Katrina semblait vouloir abréger cet échange, allant directement aux affaires. C’était elle qui avait commencé ce petit jeu, et on dirait qu’elle en avait déjà assez. Amusant. Toutefois, elle ne demeurait pas conquise pour autant. Peut-être avait-elle peur que ce stratagème se retournait contre elle, et réclamait déjà que tout le monde jouait carte sur table, dévoilant ses atouts. Bon très bien dans ce cas, si cela pouvait satisfaire madame.

"Je crois surtout que ceux qui se trouve là-bas doit rester enfermer pour toujours. Ce que je veux, c’est stopper ces malades une bonne fois pour toute en coupant l’herbe sous leurs pieds. L’artefact les attire comme du miel pour les abeilles. Et ils feront plus que piquer, tous ceux l’ayant touché. Et vue qu’il est en ta possession, je propose un « partenariat », afin de localiser ce qu’ils recherchent vraiment, et ainsi, sauver plus d’une tête dont la tienne."

Je maintenais mon idée que cela restera mauvais pour ses affaires, si Katrina se retrouvait décapitée ou empalée. Sans doute, se croyait-elle intouchable avec ses murs, ses caméras et son personnel de sécurité. Mais juste trois d’entre eux, on presque massacré tout le monde et son arrivée jusqu’à elle. Et si je n’étais pas là, la richarde s’en serait sorti avec un ou deux bras en moins. Je n’attendais pas de remerciement de sa part, surtout d’elle, juste qu’elle comprenne que la situation la dépassait et qu’elle ferait mieux de se montrer un peu plus maline et le comprendre. C’était dingue de voir comment l’argent pouvait rendre aveugle et stupide.

"Et si je suis si idéaliste comme tu dis, tu dois savoir que ce genre de projet me suffirait largement."

Pourquoi ne cherchais-je pas à défendre les trésors historiques pouvant se trouver là ? Croyez-moi, j’aimerais pouvoir le faire. L’ennui fut que devant Katrina, je restais impuissante. Elle, d’un claquement de doigt pouvait tout avoir. Si je voulais défendre ne serait-ce qu’une seule relique, je devrais me montrer prudente et maline aussi. Mais avant, il fallait savoir que rien ne permettait d’affirmer oui ou non qu’un trésor fait d’or et d’argent, nous attendait. Pour le moment, tout reposait sur une légende. Oui, les légendes furent fondées sur des faits réels, mais rien de bien extraordinaire. Et je savais par expérience, qu’il ne fallait pas trop se fier aux éléments comme les malédictions, les montagnes d’or et la magie.

Si vous voulez mon avis, là où nous iront, il risque de ne pas avoir grand-chose. Peut-être bien, n’est-ce qu’une immense grotte décorée et rien de plus. Alors, pourquoi avais-je peur que ces monstres la découvrent ? Déjà, ils abîmeraient un lieu historique, puis, je soupçonnais qu’ils ne recherchaient pas vraiment un objet doté d’immense pouvoir. À mon humble avis, leur quête devait leur permettre d’accroître leur influence, gagné encore plus de fidèle, légitimé je ne savais trop quoi, et en quelque sorte, se servir de ce « pouvoir mental » sur les gens pour dominer le monde.

L’Histoire se répétait toujours. Par exemple, il suffisait que quelqu’un découvre la tombe d’Alexandre le Grand, de Gengis-khan et dirent « Je suis son descendant, sa réincarnation, j’ai trouvé sa couronne etc. » Bref, il ou elle gagnerait un pouvoir de charisme incroyable auprès de centaines de personnes. Avec une renommée fraichement gagner, il ou elle pourrait se lancer dans une immense campagne pour remodeler le monde à son image, ne trouvant que peu de résistance. Et croyez moi encore, quand je vous disais que les gens pouvaient être stupide pour se laisser convaincre par de tels individus.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Jeu 28 Mar - 8:15
Revenir en haut Aller en bas
Soit, soit, si ça peut lui faire plaisir de croire à ce qu’elle dit. Nous irons à la rencontre du danger, nous le regarderons droit dans les yeux et nous lui cracherons au visage! Oh que oui! Le temps de préparer mon matériel, de l’acheter si je ne l’ai pas, de faire préparer mon jet privé, mes bagages, ce genre de choses… D’ici deux ou trois heures nous devrions être en mesure de partir. Quoi, vous pensez sincèrement que je vais m’en aller à l’autre bout du monde sans préparation, sans rien? Vous rigolez j’espère. Peut-être que les gens ordinaires et les va nu pieds le font mais pas moi. En affaires comme dans n’importe quoi, le manque de préparation est crucial. Excusez-moi mais ce n’est pas un « what if », ici où un plan à la Indiana Jones, donc de l’improvisation pure et dure, va nous tirer d’affaire. Ridicule. Complètement ridicule. Oh oui.
 
Il faut se documenter. Obtenir les bons papiers, aussi. Les gens pensent souvent que je suis plus souvent vers les sphères criminelles que légales. Oh non. Oui, les affaires criminelles rapportent énormément… Sur le court terme. Mais savoir quelle loi est en vigueur où, quel formulaire octroie quel droit, c’est encore plus efficace que la menace d’une arme. La guerre, la vraie, ne se fait plus en face à face. Elle est économique, juridique, via le net et les réseaux… Et vous ne vous rendrez jamais compte qu’elle se passe juste sous votre nez. Pendant que les larbins et la sécurité se chargent d’enlever les cadavres et de nettoyer ce foutoir, je fais signe à l’exploratrice patentée de s’approcher de mon bureau, dans le fond de la pièce. Je n’en démords pas, il nous faut un plan. J’effleure à peine la souris que cette merveille technologique est déjà au travail. J’adore l’argent.
 
Pour commencer, à mon sens, regarder qui on peut facilement mettre dans notre poche là où on va. Je ne sais pas où on va. Je pencherais pour l’Égypte mais je peux me tromper. Je lui pose donc les bonnes questions pour avoir des réponses claires et précises et ainsi planifier notre itinéraire. Il va nous falloir un endroit où dormir et il est hors de question que ce soit autre chose qu’un hôtel cinq étoiles. Je suis riche. J’ai des standards. Et la carte de crédit pour me les payer. Elle peut protester tant qu’elle veut, si jamais l’envie lui prend. Ou elle dort dans le même hôtel et je me charge des dépenses, ou elle paie sa propre chambre ailleurs. Mais la relique reste avec moi, ça c’est sûr et certain. Non mais. Il y a une différence entre mesure de confiance et inconscience pure et dure. Et je ne suis pas du genre à me départir de mes affaires facilement, de toute façon. Enfin…
 
Pas celle ayant de la valeur. Beaucoup de valeur. Vous ne bâtissez pas une fortune simplement en dépassant et en gaspillant. De l’extérieur, c’est l’impression que vous aurez. Que je suis une sale riche qui ne pense qu’à dépenser pour son plaisir égoïste. Je vous assure que peu peuvent se vanter d’avoir des finances aussi stables que les miennes et un inventaire aussi détaillé de ce que je possède. Je suis extrêmement méticuleuse. Mon caractère est pourri. Pas ma façon de gérer. Et si vous pensez que je vais déroger à mes principes, vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude. C’est son idée, d’accord. Mais c’est moi qui prends les commandes. Et si ça ne lui plait pas, c’est son problème. Et puis bon, je connais peu de personnes qui n’aiment pas un peu de luxe de temps en temps. Ça ne peut que lui faire du bien, moi je dis. C’est moi qui offre. Pour cette fois.

 
 « Alors c’est réglé. Hôtel, avion, matériel… Nous passerons chez mon tailleur pour les vêtements. Tu ne vas quand même pas partir en expédition dans ces vêtements affreux quand même. Profites-en. Toutes les dépenses, je m’en charge. Et pour les armes, si jamais tu as besoin de quelque chose de particulier, fais-moi une liste. Il ne sera pas dit que je ne suis pas une partenaire d’affaire avare ou rechignant sur les affaires d’argent. »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Jeu 28 Mar - 13:42
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



J’ignorais si Katrina voulait vraiment se montrer impliquer, ou alors elle profitait de la situation pour étaler sa richesse. Hôtel de luxe, voyage en première classe, tailleurs et j’en passe, tout y était. En même temps, j’imaginais mal cette femme vouloir se déplacer en taxi ou en charrette. Déjà que rien que pour ce soir, elle avait ses caprices, alors le voyage promettait d’être un niveau au-dessus. Bref, je n’allais pas cracher sur le confort qu’on m’offrait. Même si je fus plus habitué à un niveau de vie plus modeste, comme tout le monde, j’appréciais les petits moments de luxe que la vie offrait. Toutefois, ce n’était pas ça le plus important pour moi. Il y avait plus urgent à gérer, sinon, toutes ces choses ne dureront pas plus longtemps.

"Parfait dans ce cas. Mais il faudra qu’à un moment, je puisse examiner la Larme. Sans elle, toute cette expédition ne servira à rien."

N’oublions pas que l’artefact demeurait important, c’était le cœur de toute cette histoire. Et étant un peu la spécialiste, j’en avais besoin pour la faire avancer cette histoire. Sinon, nous pourrions mettre des jours, voire des mois si ce n’était des années pour trouver ce que l’on recherchait. Vous l’aurez sans doute deviné alors. La larme, d’après les textes, servaient de carte. Par contre, pour dire comment elle fonctionnait, ça, il faudra que je la regarde. Mais nous pouvions attendre d’arriver en Egypte pour cela. Soupçonnant du manque flagrant de confiance de Katrina vis-à-vis de ma personne, je me doutais qu’elle ne serait emballée à l’idée de déjà me la confiée. Mais elle en sera bien obligée. Sinon, elle devra regarder tout son argent s’envoler. Tiens, ce serait tentant, je laisserais presque la secte accomplir son sinistre plan, pour voir ça.

"Déjà, je peux te donner un début de piste. Première cape, Alexandrie. Nous devrons nous rendre là où vivait la principale représentante de la déesse Isis. Après, on devra jouer avec la Larme."

Si Katrina croyait vraiment à mon intégrité, elle saurait que je ne chercherais pas à l’entourlouper. Surtout au point où nous en étions. Là, je serais étroitement surveillée. Je soupçonnais même la femme d’affaires, mettre en place tout un système pour me garder à l’œil et me contrôler. Mais là où je risquais surtout d’agir, ce serait à la fin de notre belle et éprouvante aventure. Comme on dit, pendant la scène finale, le boss de foin. Car oui, je sentais qu’un combat allait se profiler, que des tirs et des coups seraient échangés avec, bien entendu, du sang. C’était sans doute à craindre, mais moi, au plus profond de mon être, j’espérais ce conflit. Car malgré la bonne image qu’on aimait me donner, mon cœur renfermait le désir de me venger. Quand je disais en finir pour de bons, c’était dans le sens le plus radical du terme.

Toutefois, nous n’en étions pas encore là. De la route nous attendait et nous ne sommes qu’au tout début. Déjà, je savais où se cachait l’artefact. Cela aurait put être dans un meilleur endroit, mais au moins, il n’était pas entre les griffes de mes principaux ennemis. Oui, c’était au moins ça. Et même si Katrina Eversfield, nourrissait quelques ambitions secrètes, je pensais pouvoir mieux les gérer que les plans de la secte. Désolé, mais notre amie était la moins méchante, ou dangereuse à l’heure actuelle. Et puis, vue contre qui, nous allions nous battre, il était fort possible que ses projets viendraient à tomber à l’eau.

Mais arrêtons pour le moment, toutes suppositions. Là, on pouvait imaginer tout et n’importe quoi, mais ça ne nous fera pas plus avancer. Vivement que nous arrivions à bon port, car comme on le disait, plus vite on commençait, plus vite on avait fini !

"Donc, rendons-nous chez Claude François. Je ferais une liste de tout ce que je pourrais avoir besoin. Mais nous risquons de manquer de temps. Alors, dépêchons-nous, chaque minute compte."

Si Katrina veut jouer la mécène, elle ne sera pas déçus. Sans doute était-ce, mon expédition le plus importante, la plus cruciale que j’eus à mener. Et si on désirait me soutenir, il faudra s’investir au maximum. Être déjà pas mal équipé serait une première bonne chose, car la secte, ne manquait pas de moyen non plus. Peut-être que là, nous pourrions nous battre à armes presque égales.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Sam 30 Mar - 12:45
Revenir en haut Aller en bas
Bon c’est réglé alors. Les préparatifs sont en bonne voie, nous nous sommes entendus sur une façon de fonctionner, je sais précisément où on s’en va et à quelle heure… Vous pensez vraiment qu’une personne dans mon genre accepte les contretemps? Le temps c’est de l’argent. Et ce qui est perdu se récupère difficilement, la plupart du temps. Je déteste perdre de l’argent. Et encore, c’est peu dire. Perdre à la bourse fait partie du jeu. C’est comme ça que fonctionne le monde de la finance. Mais perdre des sommes parce que quelqu’un n’a pas fait son travail correctement? Parce que quelqu’un ne s’est pas s’en tenir à un horaire précis et détailler? C’est un plan extrêmement simple pour s’attirer ma colère et en général, c’est suivi d’un renvoi ou de conséquences qui vont vous laisser un souvenir potentiellement indélébile. Échouer n’est pas dans la liste de choses que je tolère.
 
Je m’attendais à ce qu’elle me dise qu’elle voudrait consulter l’artefact. Ici? Hors de question. Les installations ont été compromises, infiltrées par une faction ennemie et donc on peut très bien, en passant, faire préparer le nécessaire pour des analyses… Pas sur le pouce mais en mouvement. Je ne lui fais pas confiance. Qu’on se le tienne pour dit. Un minimum, sinon jamais je n’aurais accepté cette… Expédition mais pas des masses non plus. Je n’ai jamais été du genre à accorder ma confiance facilement. Et ce ne sera jamais le cas non plus. Ce qui est à mon avantage, par contre, c’est que contrairement aux gens avec qui je fais affaire en général, elle est considérablement plus honnête et… Fiable. Oh elle va tenter quelque chose. C’est inévitable. Mais ce sera pour la fin. C’est toujours pour la fin. Le sens du théâtral, du dramatique. Cliché? On ne saurait faire plus dans le genre.
 
Les ordres sont donnés et mon chauffeur, conditionné à accomplir mes quatre volontés, se hâte de venir nous récupérer aux pieds de ma tour d’ivoire. Et comme je déteste le trafic, une escorte policière nous attend. Mon… Invitée… A pu assister à tout l’échange. Appelons cela un système de faveur. Je fournis l’argent pour la réfection complète d’un de leurs postes de quartier, une dépense de quelques dizaines de milliers de dollars et eux me fournissent tout ce que je peux demander pour assurer ma protection jusqu’à mon départ. Si je veux une unité du SWAT, il se feront une joie de me dérouler le tapis rouge et de me l’envoyer. C’est beau avoir de l’argent. Surtout quand on sait l’utiliser de façon si judicieuse. Jugez tant qu’il vous plaira, je prends les mesures nécessaires pour que les choses se fassent. Et croyez-moi. Les choses vont se faire. C’est une certitude.
 
Nous prenons place à l’arrière et le cortège démarre. Certains trouvent le son des sirènes de police agressant. Moi? Chaque seconde est comme le son d’une pièce de monnaie judicieusement dépensée. Quels assassins seraient assez fous pour s’attaquer à une pareille colonne? Et je ne suis pas sans défense. Ni en compagnie incapable de se défendre. Le milieu de l’archéologie est bien moins académique qu’on peut le penser, avec tous ces rapaces que se prétendent chasseurs de trésors. Mais qu’est-ce que je raconte… C’est moi qui les finance, en général. Que voulez-vous. J’aime l’argent. Le patrimoine historique… Moins. Beaucoup moins rentable. Mais quand vous êtes accompagnée par une défenderesse de ce genre d’artefacts… Vous gardez ce genre de réflexions pour vous. Notre virée magasinage se passe heureusement sans heurts. Tant mieux ça. Tant mieux…

 
« Dernière chance pour une course de dernière minute. L’avion décolle dans vingt minutes. Armes, équipement, laboratoire portable… Tout a été amené à mon terrain d’aviation privé et le site est suffisamment protégé pour faire passer certains terrains de l’armée de l’air pour de la rigolade. Je détesterais avoir des passagers clandestins, surtout quand le trajet va servir à ce que tu fasses tes analyses… Et que tu dictes le cap à suivre. »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Sam 30 Mar - 20:53
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Eversfield ne voulait pas me confier déjà l’artefact. Chose dont je m’y attendais déjà, connaissant un rien sa paranoïa légendaire. Malgré cela, c’était fort regrettable, car plus vite, j’aurais étudié ledit objet, plus vite cette histoire se terminerait. Mais sa majesté semblait en avoir décidé autrement. Fort bien, comme on le disait, « Mieux valait tard que jamais. » J’espérais juste que toutes ces manœuvres, ne causeront pas notre perte. La voyant distribuer ses ordres et son argent à droite et à gauche, on pourrait penser que nous mènerions une expédition, du moins un début, sas trop de heurte. Finalement, il faudra faire une croix sur la discrétion.

Je comprenais bien l’idée de dérouter nos poursuivants de toute tentative d’attaque. Cependant, nous les attirons quand même. Moi qui pensais que nous pourrions leur passer sous le nez et garder une longueur d’avance, ils n’avaient plus qu’à nous suivre tranquillement et attendre le bon moment pour frapper. Mais je sentais que si j’en fis la remarque, j’allais me faire balader. Donc, gardons nos commentaires. De toute manière, c’était trop tard et je soupçonnais une fois de plus Katrina, cherchais à en mettre plein la vue. Si jamais, elle continuait à nous apporter le mauvais œil ainsi, il faudra que j’intervienne. Hors de question de laisser ma carcasse sans vie, pour une erreur du genre.

D’après ce que j’avais compris, le strict nécessaire fut déjà acheminé à l’avion. Très franchement, j’imaginais l’avion spéciale, avec laboratoire, piscine, cinéma, discothèque et j’en passe. Par contre, je doutais qu’un musée puisse s’y trouver. Peut-être bien un parc d’attractions, car après tout, avec Eversfield je m’attendais à tout. En fait, cela pourrait ressemblait à un avion qu’on pourrait voir dans Totally Spies, mais sans la décoration de fleurs et de cœurs. Que Dieu nous en gardait. Mais comme Katrina était du genre à aimer le luxe, cela demeurait fort possible. Mais nous n’étions pas là pour profiter de ces choses, il y avait plus important à faire.

"Il nous faudra au moins, des vêtements discrets au moins. En Egypte, on sera en territoire ennemi. Et si tu comptes t’y rendre avec une quelconque escorte, ce sera une très mauvaise idée, car on risque fort de recevoir un très mauvais accueil."

Libre à elle de m’écouter ou non. En tout cas, n’ayant pas le temps de récupérer mes affaires pour un voyage qui risquait de durer, je m’achetais ce dont j’avais besoin. Vêtements, produits hygiéniques, des cartes mêmes, un ou deux bagages, un peu de papeterie et j’étais fin prête. Pendant que j’allais rejoindre la richarde, mon esprit me harcelait en disant toutes les dix secondes, que nous n’avions pas droit à l’erreur. Là, c’était un essai ou rien. Et dire que dans ma tête, j’étais retourné et retournais un millier de fois, de nombreux plans. J’avais imaginé cette lutte finale de façon si variée, que j’ai dû créer des univers alternatifs avec ça. Et pourtant, jamais je n’aurais supposé que les choses se passeraient ainsi. Après, oui, je m’étais vue parfois accompagné dans un tel péril, mais sans doute pas avec Katrina Eversfield. Et encore moins dans ces conditions.

Ceci eut le mérite de nous apprendre une chose sur la vie. Cette dernière, personne ne la comprenait. Et malgré toutes les philosophies du monde, elle échappait à notre entendement et nous réservait toujours des surprises, bonne ou mauvaise. Et concernant ce destin qui m’attendait, était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Je serais tentée de répondre l’un, mais vous devez déjà vous douter de la nature de cette réponse. Mais à mesure que je m’approchais de ma destination, en plus de cette petite voix oppressante, chaque pas me rappelait un épisode de ma vie. Non, on ne remontait pas jusqu’à ma tendre enfance. Cela concernait des moments récents, ceux qui de manière directe et indirecte, m’ont conduit vers cette quête quasi-suicidaire. Le genre de chose qui vous poussait à dire « Si j’avais su, j’aurais fait ça à tel moment. »

"Bon, je suis prête. Nous pouvons partir de suite si c’est possible." Disais-je à l’intention de Katrina, lui faisant face, portant un sac sur le dos, dont je retenais par l’une de ses sangles.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 1 Avr - 8:45
Revenir en haut Aller en bas
Les préparatifs terminés, le cortège policier nous amena jusqu’au terrain d’aviation et après avoir donné les directive s’imposant pour le trajet, je pris place dans ce qui ne pouvait être décrit que comme extrêmement luxueux. Tout était fait, par contre, avec goût. Rien de vulgaire ou d’ostentatoire. Cependant, en regardant les lieux, on ne pouvait arriver qu’à une seule conclusion : la propriétaire de cet aéronef a de l’argent. Beaucoup d’argent. Je me disais que ce ne serait pas une partie de plaisir. Une fois à destination, une foi réellement sur la piste de… Quoi que ce soit que nous cherchions, adieu le luxe et les bienfaits de la civilisation moderne. En plein désert? Si nous voulions être discrètes? Même pas en rêve. Je savais pertinemment qu’à tout instant, tout pouvait aller mal. Ces ennemis sans nom devaient nous suivre ou alors nous attendre.

Mon… Invitée… Semblait les connaitre et le fait qu’elle ne soit pas très bavarde à leur sujet indiquait quelque chose de personnel. Probablement de très personnel. Quoi exactement? Je pencherais pour la perte d’un proche. Comme dans ces séries télévisées où le vertueux archéologue affronte des hordes de méchants pour sauver les artefacts de l’histoire… Vomitif. Absolument vomitif. Comme si les drames humains avaient une incidence aussi marquée sur le développement de quelqu’un… En fait si. Mais… Pas au point d’en faire quelque chose d’aussi affreusement cliché. Je finirais bien par savoir. Pendant le vol, je mis en marche le système informatique pour planifier le reste du trajet. Ensuite de quoi, nous irions au laboratoire que j’avais fait installer pour l’analyse de l’artefact. S’il s’agissait vraiment d’une carte, je voulais tout savoir à son sujet.

Et au cas où vous vous demanderiez, la Larme ne me quittait pas. Jamais. Je dormirais avec s’il le fallait. S’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est que si vous n’êtes pas capable de protéger vos biens, vous méritez de les perdre. Toujours avoir un œil sur ce qui vous appartient… Et une arme à portée de main pour assurer une défense efficace. De toute façon, où irait-elle, au juste? L’avion était compartimenté, rien ne s’ouvrait sans une empreinte biométrique et naturellement, les siennes ne figuraient pas dans le système. Oh oui, il y avait un système manuel… Mais bien caché et certainement pas évident comme le nez au milieu de la figure. Si l’avion doit s’écraser à cause d’un imbécile, je l’emporte dans la tombe avec moi. Tout simplement. Y a-t-il plus poétique comme vengeance? Mais nous n’en arriverons pas là, naturellement. De cela je suis bien certaine. Absolument, même.

Je fais un effort minimal pour me montrer… Agréable. Après tout j’ai besoin d’elle pour me débarrasser de ces parasites qui en veulent à ma vie. Et une fois que nous nous en serons débarrassé? Peut-être considérerais-je faire de notre partenariat quelque chose de plus permanent. L’argent, plusieurs prétendent y être immunisés. J’ai appris que ce n’est jamais réellement le cas. Trouvez le bon montant et ils finissent tous de la même façon. La nature humaine se base sur l’accumulation. Biens, richesses, connaissances… Nous voulons toujours posséder davantage. Une sorte de boulimie qui nous poussera éventuellement à rendre stérile cette planète. Mais je m’en moque. J’ai les moyens de me payer un terrain sur la lune si l’envie me prenait. De recruter une équipe d’astronaute. De faire préparer une navette spatiale. Vous pensez que c’est aussi simple que claquer des doigts?


« Alors, madame l’archéologue, voici le fameux artefact que ces imbéciles voulaient me subtiliser. Je dois être complètement folle de te confier quelque chose d’aussi précieux mais… Si je veux savoir où aller, il faut bien que je te fasse un minimum confiance. Alors… Est-ce que tu vas enfin me dire quel est ton lien à cette bande d’assassins? Tu sembles les connaitre de façon plus ou moins personnelle… »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 1 Avr - 20:19
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



L’avion n’était en rien extravagant. Il respirait la richesse, le luxe certes, mais ce n’était pas blingbling. Accordons donc un point pour Katrina. En même temps, à l’intérieur, il y avait vraiment tout ce qu’il fallait. En fait, on pouvait limite vivre à bord pendant des jours comme dans une maison volante. Cela devait être pratique. Si on devait aller aux quatre coins du monde sans arrêter, un tel appareil serait pratique, plus besoin de faire un crochet chez soi pour se préparer pour la future destination. Et comme la richarde l’avait fait comprendre, un laboratoire était installé. Il était plus petit que ceux que j’eus déjà visité sans doute, mais il était en réalité bien mieux équipé qu’eux. On se croirait dans un roman de science-fiction. J’en fus à la foi impressionnée, et inquiète. Nerveuse, je fis ce que j’avais pour habitude de faire en pareille situation. Mes doigts vinrent faire tourner l’anneau doré sur mon annulaire gauche.

"On y va, ça y est."

L’avion donc commença son voyage et le pilote nous mena, aux coordonnées que j’eus communiqué. J’en profitais pour m’installer dans mon nouveau lieu de travail temporaire, cherchant avant tout, à me familiariser avec cet endroit et ses appareils. Certains semblaient venir d’une autre époque, du futur ou d’une autre planète. Mais les testant et en lisant les notices, j’apprenais très vite leur fonctionnement. Et c’était pendait que j’en examinais un, que la maîtresse de l’avion débarqua. Elle avait emmené avec elle, la fameuse relique qu’elle me confia, visiblement à contre cœur.

Si elle comptait le garder constamment sur elle, sans jamais me le confier pour étude, nous n’avancerions jamais, et les conséquences seraient dramatiques. Mais… Je pense mettre suffisamment pencher sur le sujet, alors inutile de revenir dessus. Et comme Katrina semblait plus tête de mule qu’autre chose, je n’allais pas perdre mon temps et mon souffle à le lui réexpliquer. Mon énergie devait être user à autre chose de plus important. Alors, je me contentais de dire "Merci." Et de commencer mes examens de l’artefact.

Toutefois, je n’étais pas tranquille pour autant. Sans attendre, Eversfield me posa la question inévitable. Et, entre vous et moi, je m’y attendais. Oui, un jour je devrais lui en parler, et ce moment semblait arrivé. Bien entendu, l’ayant prévu, je pensais le faire plutôt, mais les événements ne nous ont pas laissé le temps de tailler une bavette comme le voulait la tradition. Pourtant, même m’y attendant, l’effet produit quand on vous le demandait, n’était pas agréable. Je pouvais sentir mes muscles se crisper, sentir des pics geler sur mes articulations et une légère décharge statice dans tout mon corps. Même si je m’étais repassé cet épisode une centaine de fois dans mon esprit, ce dernier me procurait toujours un grand frisson.

Me sentant donc encore nerveuse, et des souvenirs à la fois nostalgiques et sombres refirent surface, je me mis à jouer avec mon anneau autour du doigt, par mécanisme, mais aussi, comme si cela devait agir en mode grigri, devant me protégé des démons de passé. Soufflant, je vins me poser contre la table qui supportait l’artefact et plusieurs appareils d’analyses à côté. Allons, jetant nous dans l’eau du Nil avec ses Crocodiles, comme ça, ce sera fait.

"Je suis déjà étonnée que tu n’en est pas une petite idée. L’histoire fut relatée par les médias. Mais il est vrai que beaucoup d’éléments furent occultés. Cela remonte il y a trois ans au moins. J’avais déjà un début d’activité dans le domaine archéologique. Mais à l’époque, je fréquentais un groupe de chercheur aventurier comptant trois membres. Jack Emerson, Théo Adam et moi. Quand on connait mes origines, se faire aussi bien accepter est un cadeau du ciel. Donc, nous formions des mousquetaires archéologues. On avait fait pas mal de travaux ensemble et traverser par mal d’épreuves. Et j’avais même fini par me fiancer avec l’un d’eux."

Je pris quelques secondes, avant d’enchainer, car plus cela venait, plus ce fut difficile de prononcer les mots, qui ressemblaient à des petites lames qui se plantaient dans ma bouche.

"Nous devions nous marié il y a deux ans déjà. Cependant, il y eut… C’était arrivé lors de notre dernière fouille ensemble. Nous étions sur la piste de la Larme d’Isis. Retrouver un saint graal égyptien était amusant. Cependant, plus nous le cherchions, plus Théo devenait fou. Il était complétement obsédé par cette relique. Il en devenait même effrayant. C’est alors que tout à déraper. C’est là… Que nous les avons rencontrés. « Les membres d’Osiris. » Une secte égyptienne, qui recherchaient depuis, d’après la légende, des siècles la tombe de l’empereur-dieu. Je ne savais comment, mais Adam les avait rejoints. Jack tenta de l’arrêter lui et sa démence, mais Théo… Théo tua mon fiancé devant mes yeux. Et, il me proposa ensuite avec culot, de l’aider dans son entreprise. Refusant, il me laissa pour morte dans notre camp."

Des larmes perlèrent sur les joues. Avec ma main, je les essuyais, avant de regarder Katrina, le visage rouge.

"Les autorités ont conclu à une attaque de pillards. Quant à moi, me sentant acculé, j’ai entrepris de me venger. Je compte retrouver ce trésor avant eux, et leur en privé. Car aucune autorité dans ce monde, ne serait rendre justice."

Le plus dur fut fait. L’histoire douloureuse était sortie, je pouvais enfin souffler, annonçant les détails les moins pénibles.

"Les « Membres d’Osiris », sont des fanatiques. Ils ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin, surtout avec Adam à leur tête. Ils se sont infiltrés dans de nombreuses organisation en orient et ont des oreilles partout. Selon la légende, le dieu Osiris, aurait été un empereur. Un souverain ayant unis l’Egypte. Mais trahit par son frère, il parvint à survivre grâce à la magie de son épouse Isis. Transcendant la mort, il attendrait son retour de son tombeau, scellé par la larme de sa reine qui devait le retrouver à un certain moment. Les disciples de la secte, croit que ce roi aux pouvoirs effrayant, vit toujours. Et ils pensent qu’en le réveillant, il leur donnerait l’immortalité."

Soufflant un bon coup, cela faisait un peu de bien de sentir ce poids disparaitre de ses épaules. Toutefois, ce n’était pas encore le bienêtre absolu.

"Voilà donc l’histoire, tu sais tout maintenant."

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Mer 3 Avr - 9:37
Revenir en haut Aller en bas
J’adore les histoires de vengeance. Moins quand elles sont dirigées contre moi mais… S’il y a bien une chose que j’ai apprise en affaires c’est que de ne pas garder la tête calme c’est se destiner à perdre cette tête. Elle prétend que c’est juste pour empêcher cette secte de mettre la main sur l’artefact. E sais très bien que ça va finir dans le sang. Que des gens vont mourir et que, « inexplicablement », ce ne sera pas elle ou les « gentils » de l’histoire. Les « gentils ». J’en rigolerais presque. Jamais je ne me considérerai comme une bonne personne. Je fais ce que j’ai à faire pour assurer le succès de mes affaires et c’est tout. Point de morale ou d’éthique quand cela nuit à la marche du profit. Je l’écoute et j’affiche les réactions qu’on s’attendrait à voir d’une « richarde » dans mon genre. Pourquoi ne pas montrer mes véritables sentiments? C’est simple.

Parce que son histoire me laisse complètement indifférente. Nous vivons tous des drames. Des tragédies. Et ironiquement, on finit toujours par vouloir comparer si ce qu’on a vécu était plus destructeur ou non. Moi? J’ai réalisé il y a longtemps que les sentiments sont dangereux. Horriblement dangereux. Il y a une raison pour laquelle on ne me verra jamais avec un vêtement pouvant exposer mon ventre. Ou mes bras. Ou mes jambes. Ou… Vous comprenez le principe. Mais si je reste indifférente, comme toute « bonne » personne, elle va mal le prendre. Alors je feins de la tristesse et un minimum de compassion. J’aime quand, après avoir gratté un peu à la surface, on voit les vraies couleurs des gens. Miss archéologue a des squelettes dans son placard et du sang sur les mains. Je tâcherai de m’en souvenir pour… Plus tard. Oh je sais que ça va me servir tôt ou tard.

Pour le moment, je la laisse travailler sans plus d’interruption. Je reste en arrière-plan, bien sûr, des fois qu’elle tenterait de faire un échange entre la relique originale et une copie. Des fois que… Je lui fais confiance sur certains points. Certainement pas sur tout par contre. Jamais. La confiance peut tuer et je suis bien placée pour le savoir. Je veux voir comment elle travaille. Les gens ont une façon de faire les choses et cette dernière est excessivement révélatrice quand on sait quoi regarder et comment regarder. Ma vie risque de se retrouver entre ses mains à un moment ou à un autre de cette aventure. Et quand ce moment arrivera, je veux être prête à ce qu’elle va faire. En affaires, je reviens encore à cette notion, tout passe par l’observation et la planification. La civilisation a conquis la jungle, prétend-on. La jungle urbaine est considérablement plus dangereuse.

Civilisation est un mot poli pour « tuer son prochain avec plus d’options et pour davantage de raisons ». Je l’ai expérimenté aux premières loges, bien malgré moi. Au moins, elle a l’air de savoir ce qu’elle fait. C’est encourageant. Je ne suis pas une experte en analyse d’artefacts mais j’ai quand même des bases. Le temps passe, les minutes filent mais je ne quitte pas mon poste. Je la regarde. C’est mon investissement. Mon expédition. J’ai donc droit de regard sur tout. Absolument tout. Au bout de près de deux heures, par contre, je me résigne à l’action en avisant le poste de pilotage de nous apporter quelque chose à manger. Une hôtesse de l’air va se charger du reste. Nous ne mangerons pas, évidemment, dans la partie laboratoire à proprement parler. Trop de risques de contamination. Autant la prévenir. C’est important de se sustenter quand on travaille.


« Prends donc une pause. Cela fait au moins deux heures que tu travailles et un ventre vide n’aide pas à la concentration. Je nous ai fait préparer quelque chose à manger et tu peux me croire, c’est bien meilleur que ce qu’on sert dans un avion conventionnel. J’ai quand même des standards de qualité. Alors. Que peux-tu me dire de ce fameux artefact que tant de gens convoitent? À part qu’il est joli à regarder, j’entends. »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Mer 3 Avr - 19:20
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Katrina Eversfield triste ? Touchée par mon histoire ? J’eus du mal à le croire. Elle qui affichait d’ordinaire, l’image d’une statue froide, autoritaire, qui pouvait abattre quelqu’un sans sourciller… Cela devait cacher quelque chose, et je ne pouvais admettre que ce genre de récit puisse la toucher. C’était mon malheur, je ne l’avais pas choisi, mais je ne lui demandais pas de m’apitoyer. C’était-elle qui m’avait posé la question, et en toute honnêteté, je lui ai répondu. Toutefois, cette femme restait un requin, doué d’une grande intelligence et sans doute, un sens aiguisé de la manipulation. Aurais-je eu raison de me confier aussi facilement ? Au moins, j’essayais d’apporter un climat de confiance entre nous, même si Katrina semblait être la plus grosse paranoïa du monde. J’en remerciais le ciel de ne pas m’avoir rendu milliardaire. Cette vie devait être un poison, se méfier de tout le monde, voir le mal partout, même ses amis ne devaient pas être digne de confiance… Une vie simple apportait des bienfaits, bien plus que l’extravagance, car malgré son étalage de richesses, on sentait qu’il n’y avait pas de réel bonheur dans tout ça. Toujours menacer, toujours escroquer, toujours vouloir plus…

La larme d’Isis était constituée de deux parties. La principale était un diamant. Une bien grosse pièce taillée de la taille du poing, faisant passer le Koh-i-noor, pour un stupide caillou. Selon la légende, Isis aurait versé une larme sur le corps de son défunt mari, qui se serait durcit comme de la glace pour former cet élément précieux. La deuxième partie formait une sorte de cadran doré, sur lequel la larme reposait. On y noter quelques gravures dont le sens des symboles m’échappait quelque peu. On aurait dit des hiéroglyphes, mais leur forme ne ressemblait en rien à ce qu’on avait découvert jusque-là, et leur interprétation était bien plus compliqué que prévu. Cela pouvait être des mots, des sons, ou peut-être même les premières coordonnées de l’histoire. Mais je soupçonnais qu’il s’agissait d’un ancien dialecte, sans doute le tout premier de l’Egypte.

Je faisais subir toute une série de test à l’artefact. Analyse spectrale, signature énergique, relevé chimique… Et ceci semblait être payant. Car je crus déceler au plein cœur de la pierre, une pointe d’énergie. Le diamant pouvait contenir ce genre de chose comme un réceptacle ? Si oui, ce serait incroyable. Et alors que je me penchais dessus, cherchant à deviner l’utilité d’un tel prodige, Katrina vint me retrouver, pour me proposer un encas. Levant la tête, je déclinais poliment son invitation.

"Pas tout de suite, je pense avoir trouver quelque chose et j’aimerais..."

Mais alors que je terminais ma phrase, un phénomène étrange apparu. Le diamant libéra une lumière aveuglante qui me surprit au point où je me projetais moi-même en arrière, me plaquant contre une des machines contre le mur. La lumière aveuglante se transforma en faisceau lumineux, qui frappa la surface du plafond du laboratoire. Et en quelque secondes seulement, nous vîmes une image projetée une image des plus nettes. On y voyait une antique citée, avec un palais gigantesque, gardés par deux pharaons et une allée de sphinx. Au fond, la mer avec un phare qui dominait le paysage et entre les deux, à l’extrémité du palais, une seconde tour, plus petite, mais recouverte d’or et surmonté d’une statue d’une déesse que je reconnaissais parfaitement, Isis-Fortuna. C’était incroyable, irréelle, jamais de ma vie, je ne vis tel miracle.

"C’est incroyable ?! Comment une telle chose puisse être possible ?!"

Mon émerveillement laissa place à mon esprit scientifique, et très vite, je me mise à étudier cette projection pour tâcher de reconnaitre les lieux. Et, leur identité ne laissa place à aucun doute possible. Même un novice ayant vue le documentaire adéquate, pourrait reconnaître les lieux. J’en fus médusé tellement j’eus du mal à le croire. C’était comme trouver le Saint Graal, l’Atlantide. Un trésor convoité par des millions de gens, chercher par les plus grands experts de notre monde sans rien trouver. Et finalement, il était là, sous nos yeux, tendant ses bras…

"Katrina, c’est Alexandrie ! Et je pense que nous venons de trouver le tombeau de Cléopâtre philopator !"

Et il n’y avait pas que cela, on y voyait aussi le mythique palais qu’on disait être le plus grand du monde et qui, toutes comme les merveilles de la ville, avait disparue sous la mer. Localiser l’endroit exacte en ville du tombeau par contre, ne devrait prendre plus de temps, mais j’étais convaincu que c’était là, que se cachait le second indice.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Lun 8 Avr - 9:03
Revenir en haut Aller en bas
J’ai eu à peine le temps de poser le plateau sur un meuble qu’un truc étrange se produit. Une intense lumière. Les réflexes se mettent en branle et j’ai déjà sauté me mettre à couvert, arme à la main et j’ai activé le bouton d’alarme. Cette dernière se déclenche, l’éclairage passe au rouge et je suis prête à défendre chèrement ma peau. On se doute que ce genre de réaction implique un précédent. Que je suis plus qu’une femme riche avec des ennemis. Pensez-y. S’entourer de mercenaires hors de prix est une chose. Se promener constamment armé en est une autre. Quelque chose s’était produit que je refusais de mentionner et ce quelque chose avait de quoi, potentiellement, sérieusement compliquer notre « relation de travail ». Quand je me rendis compte que le danger était bien moindre que ce que je craignais, je désactivai l’alarme et rangeai mon arme.
 
Ma réaction et la pâleur de mon visage laissait à penser à un épisode de choc post traumatique. De quoi ou plutôt à cause de quoi, je n’allais certainement pas le dire sans une bonne raison. Reprenant des couleurs après un court moment et mon regard passa d’une pointe de panique à son expression arrogante coutumière, je me redonnai contenance et ma main, celle qui tremblait, se retrouva bien vite dans ma poche pour la dissimuler. Je jetai un regard meurtrier à cette pseudo archéologue qui avait déclenché je ne sais quoi dans mon avion. De dire que je ne partageais pas son enthousiasme était sans doute bien trop faible en comparaison de la colère non diluée qui coulait en ce moment dans mes veines. Si elle avait été aussi surprise que moi, cela indiquait très clairement qu’elle ne s’attendait pas non plus à ce qui s’était produit se produise. Ce qui voulait dire que…

 
 « Est-ce que tu es stupide ou quoi? Tu aurais pu nous tuer! Tu as activé je ne sais quoi, clairement une technologie qui n’aurait pas dû exister à l’époque et non seulement ça mais tu n’as aucune idée de ce que c’est ni comment c’est arrivé. Alors non, je ne partage clairement pas ton excitation! Tu refais un truc du genre, je te balance par-dessus bord sans parachute, est-ce que c’est clair? PLUS JAMAIS! »
 
Cette explosion de colère ne m’est pas caractéristique. En général, bien au contraire, je suis celle qui reste de marbre. En affaires, mes armes sont des nerfs d’acier et un sang froid à toute épreuve. Ce qui s’est passé m’a solidement ébranlé si je déroge ainsi à mes principes, si tant est qu’on peut appeler ça des principes. J’active l’intercom, ordonne qu’un garde vienne surveiller le laboratoire le temps que je retourne à mes quartiers pour… Reprendre mes esprits. Un verre va me faire le plus grand bien. Et si jamais elle essaie de faire une connerie, je le saurai. Le laboratoire est sous surveillance, après tout. J’ordonne au pilote de changer de cap pour… Je ne saurais trop dire donc je lui dis de voir ça avec « l’archéologue ». Une chance que j’ai gardé assez de sang froid pour ne pas la flinguer… Mais ce n’est pas l’envie qui me manquait. De prendre de tels risques et ce sans…
 
Je prends une grande respiration et ma nature méfiante reprend immédiatement le dessus. Et si elle avait fait exprès? Si elle avait manigancé tout ceci? Je repars en sens inverse. Je n’ai pas fait dix mètres en fait. Je peux toujours boire mon verre dans le laboratoire. Clairement que je ne vais pas laisser un simple garde avec elle. Règle numéro un : si l’on veut que les choses soient bien faites, il faut les faire soi-même. Alors je vais la regarder travailler dans un silence glacé et avec mon arme à portée de main. Je ne me ferai pas avoir deux fois de suite avec le même truc. Certainement pas. Surtout qu’en plus je veux savoir où on va et surtout c’était quoi ce bordel. Je n’ai jamais vu, lu ou entendu quoi que ce soit à propos d’une technologie qui semble holographique. Ça n’a absolument aucun sens. Si une telle chose avait véritablement existé, elle aurait été documentée quelque part…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Lun 8 Avr - 23:36
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



Mon hôtesse entra dans une colère noire. Certes, cette projection holographique fut anachronique pour le peuple qui le détenait durant l’antiquité. J’en étais la première surprise. Toutefois, je trouvais sa réaction disproportionner. En réalité, Katrina voyait le monde des archéologues, comme un philistin la poésie. Remplis de cliché et d’idées reçues. Petit topo, un archéologue n’avait jamais, jamais, jamais… Jamais ! La science infuse. Quand on sortait de l’Université le diplôme en poche, nous n’avions que des bases. Mais le métier du chercheur, était justement d’étudier, de découvrir. Si nous savions déjà tout sur tout, à quoi bon aller fouiller des vestiges et passé une décennie voir deux à les étudier ? Comme le biologiste ou l’inventeur, les expériences ne serviraient à rien s’ils savaient déjà tout sur tout également. Mais que vouliez-vous, les gens et leurs préjugés. Une personne vue comme intelligente, devait savoir tout faire, et même prédire l’avenir. Nous n’étions pas dans un univers de bande-dessiné ou à la télé tout de même.

Toutefois, malgré sa panique, je demeurais calme. Aucun son plus haut que l’autre, je ne m’emportais pas. Pourquoi ? Peut-être pouvais-je comprendre l’esprit étriqué de Katrina, l’ayant déjà rencontré plus d’une fois. Ou bien, y avais-je noté qu’il s’agissait d’autre chose que de la colère et de la pure méchanceté. L’intuition féminine sans doute. Donc, au lieu de lui faire une rapide présentation de ce qu’était un archéologue, comme je m’y étais préparée à le faire, j’optais pour une approche plus douce.

"Ca va aller ?"

Personne sur cette terre, n’aurait imaginé un tel prodige, moi-même, j’en avais des frissons. Comment ce peuple a-t-il pu concevoir un tel artefact ? Les Égyptiens étaient déjà très en avance sur leur temps. Mais là… Le plus incroyable fut que jamais nous n’avions découvert d’autres objets ayant la même caractéristique. La Larme était unique dans toute la Terre. Était-ce une découverte faite par le fruit du hasard bien plus incroyable que la poudre à canon ? Ou bien, l’objet ne venait pas de notre monde… Cette idée aurait plu à Jack. Lui qui était adepte de la théorie des anciens astronautes, il nous aurait déjà inventé une belle histoire autour de cet objet. Encore une idée farfelue, qui me rendrait folle, et qui me manquait…

Chassant ces idées bien tristes de ma tête, il fallait rester concentré sur notre mission. Cependant, ceci eut le mérite d’annoncer la couleur. Car en plus des ninjas égyptiens à affronter, voilà que nous devions côtoyer une technologie inconnue. Et je préférais me dire que ceci, était plus un tour de passe-passe réalisé par les plus grands génies de cette époque, plutôt qu’avouez sur la magie et donner raisons aux membres d’Osiris.

"C’est une toute première dans le domaine archéologique Katrina. Personne n’avait vue ça, rien ne permettait de soupçonnait une telle prouesse. Cependant, nous devons rester encore plus sur nos gardes. Car qui c’est ce qui nous attends durant notre périple."

Si déjà avec la Larme, nous étions témoins d’un tel phénomène, que nous attendait donc au bout de notre périple ? Là, j’imaginais toute une ingéniosité très avancée, caché sous les dunes du sable d’Egypte. Serait-ce les signes d’une civilisation ancienne ayant précédé celle de l’Egypte et de toutes les autres ? Je me voyais tout à coup, dans un épisode d’Assassin’s Creed. Ou bien, cela pouvait être un peuple si avancé, qu’ils aient inspiré l’œuvre de Platon sur l’Atlantide. Après tout, le philosophe avait raconté qu’il tenait ce savoir d’un ancien maître, qui le tenait à son tour d’un prêtre de Saïs, en Egypte. La culture atlante pouvait être plus oriental que Grec, et ces derniers, très xénophobes, l’on adapter à leur sauce.

« Du calme ma fille tu t’emballe trop ! » En effet, je partais vite en délire là. Nous n’avions qu’une pièce du puzzle et si cela se trouvait, une fois arrivé à bon port, nous aurions une belle surprise où nous nous y attendront pas. Pour l’heure, direction Alexandrie. Nous allions déjà faire une découverte majeure, la tombe perdue de Cléopâtre. Avec un peu de chance, nous y retrouverons même les momies des deux amants ayant signé la fin de ce qu’on nommait l’Egypte antique. Si nous n’étions pas en danger de mort, je trouverais toute cette histoire si excitante.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Jeu 11 Avr - 8:57
Revenir en haut Aller en bas
Flashback. Des coups de feu. Des explosions. Des jurons et des cris. Je m’en souviens comme si c’était hier. Personne n’aime être la cible d’un attentat. Mais… Dans le monde des affaires, vous vous faites de nombreux ennemis. Surtout quand le succès vous tend les bras… Ou que vous l’arrachez des mains de vos rivaux.  Certains prétendent que la civilisation, c’est le triomphe de l’Homme sur la jungle et ses lois. Pourtant, ladite civilisation est simplement une couche de vernis sur une nature qui n’a en rien été « civilisée » de quelque façon que ce soit. Si ça se trouve, nous nous sommes donné les moyens d’être encore plus efficace pour éliminer son prochain. Des crocs et des griffes nous sommes passés aux bâtons et aux pierres puis à l’épée, au pistolet… Et maintenant, un empire financier peut s’effondrer de la simple pression d’une touche sur un clavier. Je l’ai déjà dit. Je le redis encore. Car si vous ne comprenez pas ceci…
 
Vous ne pouvez pas comprendre ce que c’est de se trouver au cœur d’un maelstrom dont la thématique est la destruction à tous ses niveaux. Vous commencez en vous disant que vous allez jouer selon les règles puis vous vous rendez compte que la règle non écrite, c’est de tricher à tout prix pour vous maintenir en tête du peloton. Pire encore, si la jungle implique des proies et des prédateurs, ici, il n’y a que des proies et certaines se prennent pour des prédateurs. Quand vous pensez être au top, c’est là où vous êtes le plus vulnérable et où le plus dur sera la chute. J’arrive encore à me regarder dans le miroir le matin. Par contre, parfois, j’ai l’impression de voir la même corruption que chez certains de mes rivaux, passés comme présent. Survivre. Et de penser que nous prétendons que la civilisation nous permettrait de retirer le « sur » et de garder les cinq lettres qui suivent… Ce qui fait qu’à sa question, il n’y a qu’une réponse.

 
 « Non. »
 
Et je n’en dis pas plus. Parce que je ne veux pas en dire plus. Je ne veux pas repenser à cette journée qui avait commencée sous le signe du succès pour finir au bord de la ruine. Il y a des squelettes qui sont mieux de rester profondément enterrés. Pour l’empêcher de poser davantage de question, je lui fais signe d’y aller avec son exposé, hochant la tête quand il faut, m’emmurant dans un mutisme résolu. J’occupe mon esprit à quelque chose que je sais être capable de faire avec brio. Calcul de risques. Calcul de bénéfices. Une telle découverte se monnaye. L’artefact à l’origine de cette projection est entre mes mains et je vais tout faire pour le conserver. Si les scientifiques à mon emploi sont capables de dupliquer cette technologie… Je vais cimenter encore davantage ma position dominante dans le monde des affaires. Et faire en sorte que plus jamais l’Événement ne se reproduise. Plus. Jamais. C’est un bon objectif.
 
J’ajoute que si on peut faire une découverte digne de ce nom par-dessus le marché, j’ai déjà prévu une offre à faire à la vertueuse archéologue m’accompagnant. Je lui donne le plein crédit pour la découverte de la tombe tant et aussi longtemps que je suis mentionnée comme la commanditaire. Naturellement, mes avocats vont faire en sorte pour que je puisse obtenir d’intéressantes sommes de l’exploitation archéologique du site et s’il faut graisser quelques pattes au passage… Soit. Que sont quelques milliers de dollars quand on peut en faire des millions? Il faut toujours et je dis bien toujours regarder la vue d’ensemble… Avec soi en plein centre. Voilà qui me redonne une once de bonne humeur. Et l’envie de parler un peu. Enfin. Orienter la discussion en terrain connu. Il n’y a pas de petits profits. Il n’y a qu’une myriade d’opportunités. C’est à l’investisseur averti de sauter sur l’occasion avant la compétition et de se faire une fortune efficacement.

 
 « J’avoue que ma curiosité est piquée. Une telle technologie aurait dû être documentée et je ne vois pas en quoi les Égyptiens de l’époque auraient eu avantage à ne pas utiliser davantage une telle trouvaille de façon plus… Libérale. Il y a de quoi chambouler tant la communauté historique que scientifique. C’est très intriguant. Et ce qui est intriguant rapporte. Je ferai en sorte que tu aies le crédit pour la découverte de la tombe. C’est la moindre des choses. »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Jeu 11 Avr - 18:11
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz



La milliardaire joua franc jeu en répondant que non. Mais je comprenais qu’il serait futile de lui poser des questions sur son état. Déjà, je n’avais pas très envie, car j’avais peur de quelle intimité, elle pourrait m’avouer. Et on sentait bien aussi, qu’Eversfield ne voulait nullement s’épancher sur le sujet. Que pouvait donc être la véritable raison de son comportement ? La projection fut certes, surprenante, mais ceci ne devait expliquait une telle frustration. Du moins en partie. Quoi qu’il en soit, il vaudrait mieux en effet ne pas creuser plus loin. Chacun avait droit à un jardin secret, et ma conscience me disait que celui de Katrina devait rester ainsi. Bon très bien, j’avais avoué certaines choses me concernant. Sauf qu’à l’inverse d’elle, ma conscience était bien plus légère que devait être la sienne. Sur cette femme, les rumeurs à son sujet furent légions. On lui collait une si mauvaise image de femme d’affaires, que j’étais prête à pariée, qu’elles pouvaient avoir un fond de vrai.

Terminant donc sur les possibles dangers à rencontrer, Katrina enchaina sur quelque chose qui me paraissait ambigu. Déjà, oui une telle découverte mériterait d’être documenter. Et on pouvait se poser la question, pourquoi une telle prouesse technologique, ne fut pas plus démocratisé en son temps ? La question m’avait effleuré l’esprit. Il devait y avoir de nombreuses raisons. Si on comparait à notre époque, beaucoup de savoirs anciens ont disparue. Notre soi-disant progrès, nous condamnait à une ignorance à rendre honte. Puis, pas mal de technologie sont usé pour un simple usage, caché des autres. Donc, il n’était pas impossible que la Larme en soit un exemple de l’antiquité.

"Nous le découvrirons sans doute plus tard. Déjà trop de questions attendent une réponse. Après, il est possible que comme il s’agissait d’un objet de culte, son fonctionnement restait volontairement singulier. Ainsi, le peuple croyait facilement à la magie et aux pouvoirs des dieux. Comme avec les OVNI. Un vaisseau dernier modèle se faisant passer pour un engin extra-terrestre."

Le peuple égyptien, aussi avancé pouvait-il être, fut très superstitieux. La moindre chose dans la nature, était considérée comme un signe des dieux. Et voir ce diamant aux propriétés incroyables, devaient les convaincre une bonne fois pour toute, de la puissance de ces déités. N’oublions pas que le clergé égyptien, comme partout ailleurs, cherchait à dominer la nation, maintenant les sujets dans la peur et l’ignorance. Les prêtres étant éduqués, usaient de leur savoir pour soumettre le peuple à sa guise. Il était donc possible, qu’ils aient réussi à concevoir un tel objet dans ce but. Et si jamais la Larme venait à être copié, la supercherie risquait fort d’être démasqué. Ou bien, l’autorité des prêtres pouvait être remis en cause. Mais ça, c’était ma théorie.

Par contre, la partie de ses phrases qui me paraissait ambigüe, fut celle mentionnant l’argent. Ecouter une première fois, sa proposition paraissait être honnête et avantageuse. Toutefois, connaissant un peu le personnage, je ne pouvais m’empêcher de supposer qu’il y avait en réalité Tentative de Corruption. Après tout, si Katrina Eversfield était arrivée là où elle en était, ce n’était pas grâce à la charité. Combien de personnes, partenaires, politiques, judiciaires, rivaux, avait-elle payer pour parvenir au sommet ? C’était un univers bien sombre, entacher par la corruption qui me répugnait. Après, je pouvais comprendre pourquoi, elle me fit une telle proposition. La richarde avait vécu ainsi pendant des années et ne savait trop comment agir autrement. Rappelons-lui qui j’étais.

"Je te remercie pour l’offre. Mais l’argent ne m’a jamais attiré. Ni le pouvoir. Ce qui m’anime, c’est la recherche, la quête de la connaissance. Ce que je cherche dans le tombeau de Cléopâtre et celui d’Osiris, ce n’est pas la renommée, mais la vérité. Rien de plus."

Qu’elle me crût ou non, cela n’avait pas d’importance. Je ne serais même pas surprise qu’elle me soupçonnait d’une quelconque manigance, tellement elle paraissait paranoïaque. Je pariais même que si je passais mille ans à prouver ma bonne foi, elle pourrait toujours me voir comme quelqu’un de mauvais. Peu importait, je ne cherchais pas à lui plaire ou prouver quoi que ce soit. Ma mission était bien plus importante.

Une voix grésilla dans les hauts parleurs. Il s’agissait de celle du pilot, qui nous annonçait que nous approchions déjà de notre destination. Parfait dans ce cas ! Qu’il me tardait de découvrir le célèbre tombeau de Cléopâtre. Si nous avions eux plus de temps, j’aurais pus en profiter pour l’étudier au maximum, mais notre passage risquait d’être très court. Car une fois là-bas, nous devrions rapidement localiser le tombeau du mythique empereur et repartir au plus vite.


Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Dim 14 Avr - 13:42
Revenir en haut Aller en bas
À quoi bon faire des efforts si c’est pour se faire répondre de pareilles platitudes? La quête de la vérité. Faites-moi rire. Tout le monde a un prix, une faiblesse, un quelque chose qui fait en sorte qu’en appuyant sur les bons boutons et en tirant sur les bonnes ficelles, on finit par obtenir ce qu’on veut. Je ne parle pas ici de la manipuler. Enfin. Pas complètement. C’est plus… Comment dire… Une façon gentille de voir comment tisser des liens plus solides puisque nous sommes un peu forcées de travailler ensemble. Nous avons deux mentalités très différentes et pas forcément faciles à concilier. J’essaie de faire un effort minimal pour être sympathique mais bon sang que c’est difficile par moment. Me faire répondre un truc pareil me ferait presque vomir tellement c’est… Guimauve et naïvement optimiste. La vérité. Quelle vérité!?

Mais je ne dis rien. À quoi bon. Tout ce que ça ferait c’est confronter davantage deux personnalités des plus opposées. Et puis du reste la séquence d’atterrissage est amorcée donc il va falloir regagner nos sièges. Sans vraiment lui laisser le temps de protester, je reprends la larme et je retourne m’asseoir dans la partie « passagers » de l’avion. Je ne sais pas ce qui va nous attendre là-bas mais… Tant que je serai capable de me servir d’une arme, ces salopards ne m’auront pas vivante. Je défends chèrement ma peau. J’ai un plan en tout cas pour brouiller les pistes. Le pilote a ordre de repartir deux heures après notre arrivée avec à son bord deux sosies de moi et mon… Invitée. Si vous voulez confondre vos ennemis, vous devez leur faire croire que ce qu’ils font est de leur propre initiative. Jamais je ne les ai forcés à surveiller cet avion, mon avion. Mais ils le feront.

Et pendant qu’ils le font, un second avion, tout aussi bien équipé que le premier, va nous attendre à un endroit de mon choix. Je n’ai pas fait part de ces détails à miss archéologue parce qu’elle n’a pas besoin de le savoir. Une fois posé, la porte de l’avion est ouverte et le capitaine m’informe que le véhicule que j’ai demandé nous attend. Tant mieux. Comme je suis du genre à planifier d’avance, je me suis assurée qu’il n’ait pas de GPS ou de système de positionnement. Après tout, on ne peut pas suivre ce qu’on ne peut pas voir et si ces imbéciles veulent utiliser la technologie contre nous… Ils vont vite se rendre compte qu’avoir son nez dans les contrats du ministère de la défense a un certain nombre d’avantages. Mais nous y reviendrons plus tard. Je supervise le chargement du matériel avant de m’installer sur le siège passager. On va pouvoir se mettre en route.

Quoi, vous ne pensez quand même pas que je vais conduire quand quelqu’un d’autre peut le faire à ma place. Je sais conduire. C’est un fait peu connu mais j’ai déjà piloté une voiture de NASCAR, une fois que je m’ennuyais comme pas possible. Une expérience intéressante, ce n’est rien de le dire. Je peux être une vraie boite à surprise, une réalité que bien des gens ignorent, étant dans l’impression que je ne suis qu’une riche femme d’affaires paranoïaque et névrosée. Oh je le suis… Mais je ne suis pas QUE ça. Je m’assure que l’artefact est bien en ma possession et j’attache ma ceinture. Les gens négligent trop souvent l’importance du port de la ceinture. Je ne sais pas ce que cette aventure va nous réserver mais j’ai comme l’impression que nous allons avoir plus d’action en une journée qu’une super production américaine. Une intuition…


« On va y aller à l’ancienne. Pas de GPS. Trop facile à traquer. J’espère que tu sais lire une carte parce que sinon on est dans la merde. Je ne sais pas non plus ce qu’on va trouver dans ce temple. Avec un peu de chance, Indiana Jones, c’est des conneries et ce sera tellement facile que c’en sera presque ennuyeux et nous pourrons nous remettre en chasse plus rapidement. Quoi? On peut toujours espérer… »
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Dim 14 Avr - 20:54
Revenir en haut Aller en bas






La valeur de l'Histoire
Katrina Eversfield & Adrianna Tomaz




Je me doutais bien que ma réponse ne puisse satisfaire Katrina. Nous venions de deux mondes si différends. Deux cultures presque opposées comme l’Egypte et la Grèce, ou les USA et l’URSS. Eversfield vivait dans un monde de corruption, où chaque jour, elle voyait la noirceur de l’âme humaine, ses vices et ses faiblesses. Alors quoi, j’étais rempli d’espoir. Certes, je n’étais pas une Sainte, je traînais des cadavres derrière moi et dus faire des choses discutables. Pourtant, je gardais avec optimisme l’idée, que le monde n’était pas entièrement enténébré. Mais peut-être bien que Katrina ait en elle, une part de lumière, tout comme j’avais une part de ténèbres. D’où la complexité de l’humain, à ne pas correspondre à une seule étiquette. Mais trêve de psychologie, nous arrivions à bon port.

Une voiture fut préparée, et nous pûmes partir. Borg El Arab, l’aéroport de l’ancienne capitale des Ptolémée, n’avait pas changé. Ni la ville même. Nous nous enfoncions dans ce que nous appelions la « Nouvelle Alexandrie. » Comme toutes cité ancienne, il existait deux zones, la première qui pouvait remonter jusqu’à l’antiquité, et la moderne, qui dominaient la plus ancienne, avec des bâtiments plus ou moins modernes. Et bien entendu, la ville ici même, ne faisait pas exception. J’aurais aimé visiter ses célèbres nécropoles et le palais engloutit. Sans oublier le théâtre romain. Mais malheureusement, nous n’avions pas le temps pour faire du tourisme. Si nous arrivions à vaincre le culte, alors peut-être m’autoriserais-je quelques vacances.

Alors que nous nous engouffrions dans les rues, serpentant entre des immeubles ressemblant à de gros blocs de grès, car les bâtiments avaient un aspect presque minable comme à New-York, Katrina vint me poser une question qui ne manqua pas de me faire rire.

"Bien entendu que je sais lire une carte. C’est important dans mon métier. Mais rassures toi, je sais où nous devons nous rendre."

Ayant déjà visiter quelques fois la ville, j’avais appris ses plans. Surtout ceux datant de l’air Ptolémaïque et médiéval. La plupart des monuments ayant fait la renommée de la coté, ont disparue. Détruite, incendié, engloutit et recouvert par une couche de « modernité. » Toutefois, les fondations devaient être encore présente, et si ce que nous recherchions existait encore, même partiellement, prions pour que la partie la plus importante pour notre quête, est survécu.

"Et c’est un tombeau que nous recherchons, pas un temple à proprement parler. Même si nous pouvons débattre dessus. On raconte que contrairement aux Pharaons de l’ancien temps, Cléopâtre ne fit ériger de Pyramide ou de tombeaux creusés dans le sable comme dans la vallée des rois. Non, elle fit ériger une tour en plein cœur d’Alexandrie où elle espérait reposée aux côtés de son mari, Marc-Antoine. Et pour la retrouvé, nous devons nous rendre à la limite, entre la vieille et nouvelle ville."

La tombe de Cléopâtre avait inspirée de nombreux fantasmes. On disait que c’était le plus grand, le plus riche et le plus beau de tous. Que c’était même un palais etc. Techniquement, le tombeau servait bien à la fois de « Palais » pour l’autre vie, et de temple pour le défunt. Mais comme chez les égyptiens, rien n’était simple pour les occidentaux, il ne fallait pas voir que ça. Ne nous perdons pas dans ce sujet, nous avions plus important à faire. Jack lui, aurait profiter de l’occasion pour vous en faire un exposé, un livre entier tellement le sujet l’aurait passionnée.

"Nous voici arrivé. La tombe doit-être en-dessous."

Le véhicule s’arrêtait devant une ancienne mosquée. Il en existait des centaines, si ce n’était des milliers. Et beaucoup furent abandonné comme celle-ci. Ce qui devrait faciliter notre travail pour nous infiltrer et trouver ce dont on avait besoin. En plus, cet édifice religieux était une planque parfaite. Il n’avait rien d’extraordinaire, c’était une sorte de gros cube, surmonté d’une tour, comme une chapelle et son clocher. Sauf qu’ici, il n’y avait pas de cloche. Restait donc par contre, la question de savoir comment nous allions y entrer. Se faufiler sera simple je pense. Après, il faudra trouver un moyen pour rejoindre ce qu’il restait de la dernière demeure de la dernière reine d’Egypte.

Code par Asi'click


__________


I love you for the end of timeYou are the king of my heart, the emperor of my soul, the god of our love. For ever I would be your queen for eternity.

Adrianna Tomaz
ANIM ♔ Queen of Kahndaq

Profil
Perso
La valeur de l'histoire (PV Adrianna Tomaz) 93wg

Pseudo : Iskaras
Date d'inscription : 17/07/2017
Crédits : Avatar : TWIZZLE, Iskaras, Ex Harley - Gif : TUMBLR
Messages : 668
Batarangs : 11090
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Mar 16 Avr - 9:30
Revenir en haut Aller en bas
Ma question la fait rire bien que je ne comprenne pas exactement pourquoi. Je veux dire… Il existe un grand nombre de personnes qui dépendent presque exclusivement de la technologie pour évoluer au sein de notre monde. Aucune autonomie. Aucune initiative sans leurs téléphones intelligents. Personnellement, bien que j’adore ce genre de gadgets, j’ai naturellement appris à vivre sans ce luxe dans l’éventualité où une catastrophe X se produirait. La paranoïa n’a pas que du mauvais quand elle vous aide à garder les yeux ouverts sur ce qui pourrait vous menacer. Et moi, j’ai les deux yeux grand ouvert. Mais bon. Commenter sur la question serait futile et je gaspillerais ma salive à tenter de comprendre ce qui n’a pas vraiment besoin de l’être. Elle veut rire? Alors rigole, miss l’archéologue. Tant que tu nous amènes à destination.
 
Comme je le suspectais, la solution ne va pas tomber du ciel dans un halo lumineux. Il va falloir chercher et heureusement, il semble que j’ai la bonne personne pour ce job. Tant mieux. Personnellement, ma main est sur mon arme, prête à en faire usage. Nous sommes ici en terres hostiles. Le gouvernement local, s’il savait ce que nous allions faire, tenterait sans doute de nous en empêcher ou chercherait à voler ce que nous allons découvrir. Voilà ce qui arrive quand « le patrimoine mondial » est concerné. Au calcul du nombre de zéros après le premier chiffre. Demandez à la Chine et au temple qu’ils ont inondé et détruit pour construire un barrage si vous ne me croyez pas. L’argent est un puissant motivateur et j’ai vu un grand nombre de personnes se faire corrompre par cette chose. Vous ne survivez pas aussi longtemps dans le milieu en étant naïf. Certes non.
 
Je l’écoute parler d’une oreille plus ou moins distraite. Pas question de mettre la radio. De un, ce sera probablement dans une langue que je ne comprends pas et de deux, mes goûts musicaux et les siens risquent de différer grandement. Chemin faisant, nos passons devant un bâtiment portant le logo de ma division agricole, ce qui a le mérite de m’arracher un sourire. Voilà comment on laisse sa marque dans l’histoire. En s’emparant de parts importantes du marché et en se constituant un héritage digne de ce nom. Mais mon expression redevient vite sérieuse car nous arrivons à destination, ce qui veut dire que le danger ne sera pas loin. Nous nous garons derrière le bâtiment, à l’abri. Je verrouille les portières et pendant qu’elle ne regarde pas, j’active un dispositif sur le véhicule. Rappelez-vous. La paranoïa qui n’a pas que de désavantages et…
 
Évidemment, qui dit bâtiment abandonné dit camoufler les traces de son passage sinon ce culte de débiles profonds aura tôt fait de nous retrouver. Ce que je ne veux certainement pas. Je les ai déjà vu et le plus tard on les reverra, le mieux ce sera. Je ne suis jamais vraiment personnellement entré en effraction quelque part mais j’ai vu les vidéos et les rapports de gens travaillant pour moi qui l’ont fait à ma place. J’ai donc une base théorique solide et je suppose que mon « alliée » n’en est pas à sa première infraction non plus. Je fais une blague en disant que plutôt que de risquer de se faire pincer, je pourrais acheter le bâtiment via une des mes sociétés écran. Je pourrais le faire, véritablement. Ce serait juste un peu long, tout dépendant de l’efficacité de l’administration locale. Reste à voir si elle a le même sens de l’humour que moi ou non. À chacun sa façon de faire des blagues…
Katrina M. Eversfield
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 03/09/2017
Crédits : N.A.
Messages : 162
Batarangs : 7800
Age du joueur : 31
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1346-adrian-carlyle-eversfield-for-queen-and-country-and-the-us-of-a http://legendsofdc.creationforum.net/t1365-adrian-carlyle-eversfield-registre-des-interventions http://legendsofdc.creationforum.net/t1364-adrian-carlyle-eversfield-liste-de-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1367-arcs-narratifs-de-adrian-carlyle-eversfield
Mar 16 Avr - 13:43
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: