Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Texas - Austin] Les affaires familiales





Les affaires familiales








SladeWilson


Le bruit de la grille métallique s’ouvrant résonna dans tout le couloir. Un son bien agressif, mais personne ne réagissait à ce dernier. Sans doute trop bien habitué à l’entendre jour après jour, ne devenant plus qu’une simple sonnette, ou bien étant devenu aussi familier que le vent, enfin, s’ils pouvaient l’entendre ici. Le couloir s’étendait devant, ressemblant à celui qu’on pouvait voir dans un simple hôpital, mais ce n’était pas qu’un hôpital ici. Les gens qui se trouvaient là, ne firent guère attention à moi. Les employés allaient et venaient, ne m’accordant qu’un bref regard. Alors que les patients eux, ne cherchaient pas à croiser le mien. Les yeux baissés, ils fixaient soit le sol comme s’ils avaient perdu quelque chose, ou admiraient un néant.

Après quelques secondes, une personne vint à ma rencontre. Il s’agissait d’une femme, devant avoir près de la trentaine. Sa façon de marcher, de se tenir, de s’habiller et de parler faisait bien penser à la caricature de la psychiatre froide et dénuée d’émotion. Enfin, pour bosser ici, il valait mieux savoir se détacher des gens, pour ne pas finir aussi tarer que ceux qu’on enfermait ici. Le médecin s’approcha de moi et de manière très professionnelle, me tendit la main pour me saluer.

"Monsieur Wilson ? Soyez le bienvenu à l'Hôpital d'état d'Austin. Avez-vous fait bon voyage ?"

Sa question n’était là que pour la forme, cela se voyait à travers son regard et sa façon de s’exprimer, faisant penser à un androïde. Alors, je me contentais de lui serrer la pince, mais ma seule réponse fut mon propre regard, masqué par des lunettes de soleil qui masquaient mes yeux. N’étant pas venu ici pour me sociabiliser avec qui que ce soit, ma venue ici ne visait qu’un simple but. Et le médecin semblait l’avoir compris, ou le savait déjà. Alors, sans perdre plus de temps, enchaîna sur le plus important. Parfait.

"Je suis le docteur Collins. Veuillez me suivre, je vais vous guider jusqu’à elle."

Joignant l’acte à la parole, la psy ouvrit donc la marche, me faisait faire un petit tour du propriétaire. Ici, cet asile n’avait rien à voir avec Arkham. On n’enfermait pas les plus dangereux criminels, qui soient, du moins pas comme à Gotham. D’après ce que j’avais pu découvrir, l’établissement avait bien meilleure réputation depuis des années et un visiteur avait peu de chance de finir poignardé par un cinglé. D’ailleurs, ne l’étions-nous pas tous ? Un monde malade, jetant des fous en prison pour sauver d’autres fous. Alors que les plus dangereux sont en liberté en réalité, les asiles devenaient le meilleur refuge pour les gens un rien sain d’esprit. D’ailleurs, c’était un peu pour ça que je l’avais envoyé ici. Cet endroit était une petite forteresse, pouvant la protégée aussi bien d’elle, que du monde extérieur qui ne penserait qu’à la mettre en pièces. Et il valait mieux, vu le prix que cela me coûtait.

Pendant que nous arpentions le couloir, Collins me fit un bref rapport du patient. Pas de monologue pour sympathiser, d’hypothèses pouvant être faussées… Non, juste le nécessaire. Les faits en gros. Je ne demandais pas mieux et donc, le médecin montait un rien dans mon estime. De toute façon, sans avoir besoin d’un don de prémonition, je savais déjà comment cette histoire allait finir et croyez-moi, ce sera tout, sauf un Happy End.

"Son état n’a pas évoluer depuis plusieurs mois. En fait, depuis quelques jours son admission ici. Elle parle peu, mange peu, bois peu… Littéralement, elle se laisse mourir."

Faisant un demi-tour sur elle-même, elle cherchait à m’examiner, comme si elle désirait deviner ce que je pouvais exprimer. Avais-je les yeux mouillé ou une envie de dire quelque chose ? Quelque soit ses attentes, rien ne se fit. Finalement Collins nous arrêta devant une porte, et jouant avec une carte magnétique sur un boitier, l’ouvrit. Un déclic se fit entendre et la chambre fut de suite accessible.

"Je suis juste à côté si vous avez besoin. Ou contactez un employé au cas où."

Puis, elle s’en alla directement, faisant résonner le bruit de ses chaussures dans le long couloir blanc presque désert, sans se retourner. M’ayant juste donné un passe pour sortir. La voyant donc partir, je m’engouffrais dans cette cellule ressemblant à une chambre, laissant la porte se refermer derrière moi. La pièce était sombre. Malgré que nus soyons encore en plein jour, la lumière passant à travers la fenêtre, ressemblait à celle de la lune. Entre la vitre et moi, se tenait une personne, assise, contemplant le monde extérieur sans broncher. Même ma venue ne l’a pas fait réagir. Un long silence se fit sentir. Cela ne dura quelques secondes, laissant le temps à chacun en fait, à prendre conscience de ce qui se passait.

"Est-ce toi ?" Me demanda la femme, de manière fébrile, sur sa chaise.

Sans lui répondre de suite, j’approchais d’elle. Et une fois arrivé à sa hauteur, je déposais ma main sur son épaule, contemplant avec elle, la vue qu’offrait cette fenêtre sur un parc avant de lui dire :

"Oui. Bonjour mère."






© Méphi.



__________
Wilson



Theme:
 
Slade Wilson
MODO ♔ DEATHSTROKE

Profil
Perso
[Texas - Austin] Les affaires familiales De09

Date d'inscription : 08/05/2017
Crédits : Iskaras (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff
Messages : 1005
Batarangs : 13323
Age du joueur : 27 Injustice League
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
Sam 2 Mar - 13:28
Revenir en haut Aller en bas





Les affaires familiales








SladeWilson


Elle n’avait pas daigné tourner la tête. Ni même attrapait ma main pour la garder près d’elle comme le ferait toute mère retrouvant son enfant. Mais je sentais que sous ma prise, ses muscles se décontractaient et que la chaleur remontait. Theresa était ravie sans doute de me revoir, hélas la situation ne prêtait pas aux échanges affectueux attendus. De toute manière, je ne pleurais pas à ses pieds, ni la pris dans mes bras. Me sentant toujours coincé dans ce corps de robot, je fis la même chose que ma pauvre mère, regarder à travers la fenêtre, laissant un silence pesait sur nous. Celle qui m’avait mis au monde ne bougea pas d’un cil. Je devais tenir ça d’elle. En réalité, c’était à croire que son corps était mort et son esprit à l’agonie. Ce qui au fond, était le cas.

Finalement, Theresa brisa ce silence après quelques minutes.

"Est-tu venues pour admirer ton œuvre ? Ou prendre des nouvelles mon fils ?"

En réalité, nos réponses prenaient quelques secondes à être énoncer. Rien n’était spontané, comme si chacun de nous deux, prenions le temps de réfléchir aux mots qui devront être employés. Mais bien que la voix de ma mère fût tintée d’un minimum d’émotion, trahissant l’état d’une femme affaiblit et à bout, moi je demeurais neutre dans mes paroles.

"Voir comment tu vas. On te traite bien ici ?"

Ma mère finissait bien par bouger. D’un faible mouvement du bras, elle désigna le vide qui nous séparait de la fenêtre, mais le ramena rapidement près d’elle, comme privé de force.

"Avec tout ce que tu as fait, comment pourrais-je aller mal Slade…"

Là, je détournais le regard, déviant mes yeux masqués par les lunettes de soleil, vers le lit parfaitement fait contre le mur. J’ignorais si ma mère m’en voulait, voir me haïssait. Mais si tel était le cas, je ne pourrais pas lui en vouloir. Elle aurait plus que raison de jeter la faute sur mon dos, je ne m’en défendrais pas. D’ailleurs, je la questionnais sur le sujet, et ce, de façon aussi détachée qu’à mon habitude.

"Tu crois que je suis responsable de tout ? Tu peux le dire je le sais. J’ai commis tant d’erreurs déjà."

La liste de ces erreurs, justement, serait si longue… Et malgré ma mémoire et mes capacités surhumaines, les cités me fatigueraient. Moi qui pensais toujours agir pour le mieux, je traînais derrière moi un beau paquet de casseroles. Jadis, je rejetais la faute sur autrui, mais à présent, j’assumais chacun de mes choix, me sentant près à réparer mes fautes et repartir sur une meilleure voie. Déjà, je pensais être bien partie avec Thérésa, ayant fait ce qui avait de mieux à faire. Et c’était sans doute un peu pour ça que j’étais venu voir ma mère, pour me prouver que j’eus raison d’agir ainsi. Ça et d’autres choses encore qu’il fallût que je règle.

Mère tourna délicatement la tête vers moi. Elle semblait chercher du regard mon visage, que je m’efforçais de cacher dans l’obscurité, sentant la honte bien trop lourde sur mes épaules. Et malgré cet échec, elle parvenait à esquisser un sourire, qui demeura bien faible. J’ignorais par contre, si je devais en être rassurer, ou me sentir mal.

"Slade… Mon chéri, depuis tout petit tu voulais bien faire pour nous. Tu as le cœur sous la main et je ne pourrais jamais t’en vouloir pour ça. Même si… Si tu t’es un peu perdu en chemin."

L’amour d’une mère disait-on était ce qui avait de plus puissant. Mais aussi de plus aveugle non ? Sans doute oui, que gosse je voulais bien faire. Mais aujourd’hui, je n’avais plus rien à voir avec cet enfant. Elle gardait à l’esprit l’image du petit garçon casse-cou qui prenait des risques et voulait aider sa famille. A présent, cet enfant n’était plus, transformer en une bête sanguinaire qui n’a laissé que chaos derrière lui. Alors, mon regard se concentra à nouveau sur la fenêtre, comme si je m’attendais à un signe salvateur pour nous deux.

"Mais tu m’en veux quand même."

Elle n’avait pas dit les mots « Non, je ne te déteste ou t’en veux pas Slade. » Elle était restée vague, cherchant comme dit, à se rassurer sur qui j’étais. Pourtant, il ne faisait aucun doute de son ressentiment. Mère voulait quelque chose, elle réclamait ce que tout humain était en droit d’exiger. Et moi, je le lui avais interdit. J’avais privé ma mère d’un droit qu’elle attendait, car je pensais bien agir pour elle ainsi, mais me rendais peu à peu compte, de mon erreur.







© Méphi.



__________
Wilson



Theme:
 
Slade Wilson
MODO ♔ DEATHSTROKE

Profil
Perso
[Texas - Austin] Les affaires familiales De09

Date d'inscription : 08/05/2017
Crédits : Iskaras (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff
Messages : 1005
Batarangs : 13323
Age du joueur : 27 Injustice League
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
Mar 5 Mar - 15:31
Revenir en haut Aller en bas





Les affaires familiales








SladeWilson


Il fallait croire que ce moment pouvait durer un temps indéfini. Ainsi était-ce chez les Wilson, nous ne nous disions rien, et pourtant, tant de choses furent dite. Avant, c’était différend. Les échanges furent bien plus humains, on arrivait à mieux se parler à cœur ouvert. Mais depuis des années, c’était comme si ces relations mourraient. Nous avions tous changer, nous traversions chacun des épreuves qui nous transformait. Cependant, c’était difficile de dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Tout ce que nous pouvions voir, c’étaient les écorchures faites par la vie. Mais, impossible d’affirmer si ces cicatrices nous encourageaient à faire le bien, ou nous condamnaient dans une belle folie. La folie… Voilà qui était typique à la famille il fallait croire. Une tare que nous avions tous chacun et que nous donnions à la génération suivante.

"Je me souviens encore, quand tu n’avais pas plus de dix Slade. Un enfant actif, qui voulait toujours bouger, faire quelque chose et aider. Un peu turbulant, mais si attachant. Tu voulais à chaque fois aider."
"Mais cet enfant n’est plus, tu le sais."
"Nous n’arrêtons jamais d’être qui nous sommes mon chéri. Tout le monde ne voie que ton armure faite d’acier et de glace. Mais moi, j’ai toujours vue l’enfant qui se cachait dedans. Ce n’est pas moi, que tu duperas… Tu es choqué que je sache pour ta vie de mercenaire ?"

Malgré le fait que je jouais la statue de marbre froide et inexpressive, je sentais que ma mère, lisait en moi. Sans doute, était-elle celle qui me connaissait le mieux sur cette fichue planète. Mise à part Wintergreen, même si lui aussi devait se tromper sur mon sujet. J’aimerais croire ce qu’ils disaient à mon sujet, qu’un cœur battait dans cette carcasse. Hélas, j’avais bien trop de sang sur les mains, bien trop de cadavre derrière moi, pour prétendre être un enfant innocent, ou un héros. J’étais une âme damnée qui ne méritait rien de personne, et qui devait se battre pour survivre, car je ne savais pas quoi faire d’autres.

"Adeline est venu te voir alors. Il faut que je te parle d’elle justement."
"Ainsi, tu venais bien pour cela, je m’en doutais un peu. Si je te réponds, m’aideras-tu mon fils ?" Me demanda t’elle avec un regard suppliant, lui donnant l’air d’une vielle dame souffrant de tous les maux de la terre.

Râlant légèrement, je détournais le regard pour ne plus croiser le sien.

"Je t’ai déjà aider mère. Cet endroit est le mieux que je puisse faire à l’heure actuelle."
"Ce que tu m’offres, n’est pas ce qu’il me faut Slade. Je sais ce que je demande est bien lourd, mais il faut…"
"Dois-je te rappeler que tu as manqué d’être condamné à mort pour meurtre ? Et que c’est presque de justesse que je t’ai évité la peine capitale ?"

Mon ton avait grimper d’un niveau. Theresa s’embrunit, les traits de son visage s’étirant devant moi. Tournant la tête, elle regardait par la fenêtre comme tout à l’heure. On aurait dit une enfant à qui on venait de refuser un jouet au magasin. Sauf que là, le cadeau souhaité n’avait rien d’amusant. Ma mère était brisée, à bout, et même si elle se rendait compte que ce qu’elle désirait, était difficile à réaliser, elle pensait qu’elle n’avait plus rien à perdre. Tout son univers était détruit à présent. Elle n’avait plus de raison de se battre selon elle. Et ironiquement, c’était moi qui cherchais à la persuader du contraire.

"Vas-y, poses moi donc tes questions. Que veux-tu savoir ?"

Il n’y avait pas une, mais plusieurs raisons qui m’ont poussé à venir la retrouver ici. Cependant, je n’avais aucune idée dans quel ordre les abordait. Alors, j’y allais un peu au feeling, quand l’une d’entre elles se proposait à moi. Il y avait tellement de choses à réglés, et hélas, peu de temps pour les faire. J’étais au moins content que Rose ne soit pas là. Même si j’aurais aimé qu’elle rencontre sa grand-mère, la voire dans cet état l’aurait sans doute poussé dans une nouvelle crise. Et nous perdrions un temps précieux par-dessus le marché. Mais si mes objectifs parvenaient à atteindre leur terme, pourra t’elle me comprendre et me pardonner, en voyant que j’aurais améliorer sa vie ? J’eus quand même l’impression que ça ne serait qu’un bout de sparadrap sur une jambe coupé.






© Méphi.




__________
Wilson



Theme:
 
Slade Wilson
MODO ♔ DEATHSTROKE

Profil
Perso
[Texas - Austin] Les affaires familiales De09

Date d'inscription : 08/05/2017
Crédits : Iskaras (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff
Messages : 1005
Batarangs : 13323
Age du joueur : 27 Injustice League
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
Sam 9 Mar - 14:55
Revenir en haut Aller en bas





Les affaires familiales








SladeWilson


Je voudrais bien lui poser comme première question se reportant sur son état. Mais je me doutais déjà de la réponse, et ce ne serait alors que perte de temps et d’énergie, chose que je détestais. Pour ceux qui seraient curieux de sa réponse justement, sachez juste qu’elle aurait répété les mêmes répliques que depuis le début, sans vraiment me répondre. Et nous n’allions pas faire durer cette histoire. Le temps pressait hélas et je devais respecter un certain timing si ce que je prévoyais, devais fonctionner comme il fallait. Donc, qu’on me pardonnait mon manque de tact envers celle qui m’avait donnée la vie, mais je devais me montrer direct.

"Adeline. Est-elle venue te voir ? Si oui, que voulait-elle savoir."

Ma très chère mère ne répondait pas de suite. Juste un petit rire qui s’échappa d’entre ses lèvres. Enfin, cela ressemblait plus à un gloussement, mais de toute manière, je ne savais comment interpréter son comportement. Se doutait-elle de ma demande ou bien au contraire, s’agissait-il d’une belle surprise qui tuait ce à quoi elle s’attendait ?

"Adeline… Une sacrée jeune femme, je comprends pourquoi tu la épouser Vous avez un peu le même tempérament. Tu as toujours eu un faible pour les femmes fortes, avec de l’autorité et du caractère. Non ?"

Je ne répondais pas à sa question. La aussi la réponse semblait évidente. Chacun avait son type de femmes, ou d’hommes. Je n’ai jamais aimé les bimbos, ou les femmes dociles. C’étaient toujours celles pouvant surprendre, celles qui ne se faisaient pas marcher sur les pieds qui m’attiraient. Celle, avec qui une relation ressemblait plus à un combat, plutôt qu’à un conte de fées. Sans doute était-ce cette attirance qui m’avait coûté fort chère et mit dans pareille pagaille. D’ailleurs, quand j’étais sur cette ile de femmes guerrières, celle que j’avais affronté, même n’étant pas vraiment humaine, m’avait fait quelque chose qui était plaisant. Mais, nous n’étions pas là pour parler de mes attirances. Bien que cela puisse jouer dans les rouages ayant fait l’homme que je suis devenu, le sujet de cette rencontre était tout autre. Ma mère posa sa tête sur sa main, plongeant son regard par la fenêtre avant de continuer.

"Oui elle est venue. C’est elle qui m’a laisser ces fleures prêt du lit." Disait-elle en désignant vaguement avec la main, la localisation du cadeau. "Elle c’était montrée plus chaleureuse et familiale, comme une bonne belle-fille soucieuse de sa belle-mère. Mais, j’ai vite appris que dans cette famille, rares furent les attentions des intéressées. Elle voulait des informations sur toi. Savoir justement si tu m’avais contacter, pour autre chose que le procès."
"Et que lui as-tu raconter ?"
"Que veux-tu que je lui racontes Slade ? Depuis ton entrer dans l’armée, tu es devenu un vrai mystère. Je ne reconnais même plus mon fils. Toute ta vie est un secret qu’on ne découvre que par des rumeurs ou les infos."
"C’est mieux ainsi. Il y a trop de monstres qui me chassent, ils dévorent ceux qui sont dans la confidence. Adeline est devenue l’un d’entre eux. Mais je dois arranger ça et trouver un moyen pour la calmer."
"Alors, je te dis bon courage mon enfant."

Elle n’avait pas tort. S’il y avait une chose que j’avais aimé, en même temps détester chez mon ex-femme, ce fut sa détermination. Sans doute la femme la plus têtue du monde, elle ne lâchait jamais sa proie. J’eus fait ce rêve justement, cette vision étrange, où elle et moi, aurions pus travailler ensemble. Une sorte de famille de criminel, comme Batman et son gang. Malgré cela, ce n’était rien de plus qu’un fantasme digne d’un gosse. Il y aurait beaucoup de trop de chose en jeu, et bien trop de risque. Et jamais de toute façon Adeline, accepterait. Moi-même, je n’étais sûr de le vouloir. Désormais, il n’existait plus qu’un seul chemin devant moi. Et j’étais obligé de l’emprunter. Aller sur le côté ou prendre un raccourcie ne servirait à rien, je finirais toujours au même point. J’espérais juste qu’une fois face à elle, ce qui devrait arriver, le sang ne serait exigé.

"Je dois le faire. Sa vendetta prends de l’ampleur, et des innocents vont être toucher."

Je pensais à Rose. Adeline voulait s’en prendre à elle, uniquement à cause de moi. C’était moi qu’elle voulait faire souffrir. Rose était une enfant batarde, née lors de notre grosse crise de couple, elle servait juste de bouc émissaire. Mais bien que je pouvais comprendre le ressentiment d’Adeline, jamais je ne la laisserais toucher à mon unique enfant.






© Méphi.



__________
Wilson



Theme:
 
Slade Wilson
MODO ♔ DEATHSTROKE

Profil
Perso
[Texas - Austin] Les affaires familiales De09

Date d'inscription : 08/05/2017
Crédits : Iskaras (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff
Messages : 1005
Batarangs : 13323
Age du joueur : 27 Injustice League
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
Ven 26 Avr - 11:32
Revenir en haut Aller en bas





Les affaires familiales








SladeWilson


Ma mère devait comprendre ce sentiment. Vouloir protéger sa progéniture contre les vents et les marées. Certes, beaucoup de mères se montraient indignes de ce rôle, sacrifiant leurs enfants, les livrant à la corruption de ce monde. Sauf que moi, j’eus le souvenir de femme présente, souriante, luttant contre le monde pour rester optimiste. Je dirais aujourd’hui, que ce serait stupide de garder la foi dans cet univers que les humains on créer, un monde où les bonnes choses furent corrompus. Mais je devais désirer y croire encore, préserver le peu d’innocence qu’il lui restait. Enfin, vu la situation, ce qu’il lui en restait devait être mort depuis longtemps maintenant. Ma main sur son épaule, je cherchais à donner la chose dont j’étais incapable d’offrir, du réconfort.

"Ce que tu as fait, d’autres l’auraient fait aussi."
"Peu importe les justifications Slade. La vengeance n’est pas une justice. Mais cette dernière vient punir ceux qui se sont laissé à sa sœur."
"Il nous a menti à tous les deux. Il a créé ces monstres qui ont failli tous tuer."
"Ne soit pas hypocrite mon enfant. Toi aussi tu nous as cacher beaucoup de chose. Mais, ton frère à suivit le même chemin, à croire qu’effectivement, votre père à transmit plus que son sang. Quoi qu’il en soit, j’étais prête à assumer et affronter les conséquences. Tu as tort de croire pouvoir m’arracher des griffes de la justice mon fils. Je n’ai pas élevé mon enfant pour qu’il se croit au-dessus de la morale."
"Damned ! Te rends tu comptes que je t’ai échappé de la peine capitale ? Tu ne méritais pas la sentence suprême. Tu fus une femme bafouer, humilier, qui de plus, devait se défendre pour rester en vie."
"Nous verrons ce que le Ciel en aura décidé Slade. Mais n’oublie pas, tu ne tiens ni le rôle de juge, encore moins de bourreau. Ceux qui usurpent la place ne leur étant donné, la paye très chère. On paye toujours les conséquences."

Ma mère pouvait être très exaspérante. Mais je ne pouvais la contredire. Car au fond de moi, je savais qu’elle disait la vérité. M’étant isolé du monde, je m’étais forger ma propre vision de la justice. Je confondais comme beaucoup vengeance et justice, croyant agir de bon droit. Maintenant, je me rendais bien compte à quel point je m’étais fourvoyer et les fameuses conséquences qui me tombaient dessus. Le pire sans doute fut que je m’en rendais bien compte, mais que je ne savais pas quoi faire pour tout arranger. J’agissais selon une logique, un calcul mental qui me dictait une marche à suivre, sans prendre en compte le facteur humain. Là, à cet instant précis, je me sentis coincé, ne sachant pas où mettre les pieds pour sortir de cette histoire.

Theresa chercha quelque chose dans son gilet. Engouffrant sa main dans une poche, elle sortie un tout petit bout de carton qu’elle me tendit fébrilement.

"Je ne connaitrais sans doute jamais ma petite fille. Mais au moins, que je veille à ce qu’elle aille bien. Adeline voulait savoir si tu m’avais juste contacté et dit quoi que ce soit. Répondant non, elle m’a donnée ce numéro à contacter si jamais tu passais. Mais je crois qu’elle s’attendait à ce que je te le communique."

C’était bien elle. Pas besoin de serum, Adeline savait prévoir de nombreuses choses et établir des plans à l’avance. Elle ne voulait pas me contacter directement, elle espérait que ce soit moi qui le fasse, que je me rende en territoire inconnu, afin de mieux m’avoir. Une belle façon de garder le contrôle de la situation. Je soupçonnais même son attaque contre Rose, être une mise en scène. Elle lui voulait vraiment du mal, mais je doute qu’elle soit aller jusqu’aux bout avec elle. En réalité, j’étais prêt à parié qu’elle cherchait depuis le début, à m’attirer jusqu’à elle. Une fois son caprice réalisé, elle laissera ma fille en paix. Remerciant Theresa, je la laissai seule dans sa chambre, lorsqu’elle me lança cette réplique inquiétante au moment où je sortais.

"Tu sais ce qu’il va se passer une fois que tu seras partie."
"Oui… Maman."

Et ainsi je partais, laissant ce bâtiment derrière moi, donnant mes dernières instructions au personnel comme de bien veillé sur elle, sachant parfaitement que plus jamais, je ne reviendrais ici…






© Méphi.



__________
Wilson



Theme:
 
Slade Wilson
MODO ♔ DEATHSTROKE

Profil
Perso
[Texas - Austin] Les affaires familiales De09

Date d'inscription : 08/05/2017
Crédits : Iskaras (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff
Messages : 1005
Batarangs : 13323
Age du joueur : 27 Injustice League
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
Dim 23 Juin - 14:52
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: