anipassion.com
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson)
The price of justice
Le vent frais qui fouettait mon visage alors que déjà, l’air ambiante donnait des frissons malgré que je sois confiné dans ma veste. Tout autour de nous, de la brume s’était levé, n’ayant pas fait de grasse mat, elle était présente bien avant que les premiers rayons se soient montré à l’horizon. Cet épais manteau blanc et opaque, nous obstrua la vue, ne laissant que quel quelques pauvres mètres de visibilité devant nous. Et le fait de devoir la traverser, nous fit bien sentir l’humidité, avec ces quelques gouttes cacher dans cette vapeur, qui s’accrochaient aux vêtements et à la peau. Au moins, le contact était doux. Et que dire des remous sous le bateau. Faibles, mais indiscret, dont on entendait les vagues mourir sous la coque, tout en le faisant agité comme sur ces montagnes russes pour enfants. Mais tout ceci était normal, surtout en cette saison et aux alentours de l’Angleterre, plus précisément, non loin des îles de Scilly.

Malgré une météo peu rassurante et des flots capricieux, qui justement, pouvaient aussi bien vous agiter qu’être calme, je restais concentré sur mon travail. Me trouvant sur le pont, près de la rambarde, je laissé au capitaine toute notre confiance et notre destin pour nous mener à bon port. De toute manière, il s’agissait d’un petit navire, pas d’un paquebot. Nous guider en sécurité ne devrait être compliqué pour lui. Pour ma part, je m’occupais de ceux, en quoi j’étais qualifié. Comme on l’aura sans doute deviné, j’étais en mission. Mais une mission plus que particulière, me sortant bien de mes habitudes. Pour faire simple, cette fois-ci, c’était mon vieil ami Jason Blood qui m’avait engagé.

Ce compère historien, m’avait parlé d’une torque celtique. Un artefact aux pouvoirs incroyables, qui pouvait aussi bien servir pour de nobles causes que de mauvaises. Jusqu’ici, rien de bien anormal. Mais après quelques recherches sur le sujet, des détails troublants firent surface, et j’étais justement en train de les consulter une fois de plus dans mon carnet en ce moment même. En réalité, cette relique, fut l’une des nombreuses rechercher par le roi Arthur et ses célèbres chevaliers. Une histoire très bien cachée de beaucoup, et dont trouver ces sources fut un véritable miracle. Mais, il y avait toujours un mais, de nombreuses expéditions furent lancer avant, et chacune ayant échoué. Jusque-là, rien de bien troublant. Jusqu’à ce qu’il y a peu, on aurait parlé dans le secteur de disparition inquiétante de gens, d’habitants d’îles voisines ainsi que de touristes, et même, de représentant de l’ordre. Tout cela, dans le dernier secteur, suspecter d’avoir caché la Torque de Beissirissa.

"T'es sûr Jack que c'est bien ici ? Veux dire, les îles du coin sont déjà répertorié et fouillé alors…"

Fermant mon carnet pour regarder mon nouvel interlocuteur, je lui répondais en souriant, montrant que j’étais sûr de moi.

"Allons Jim, tu n'as plus confiance en moi ? Et vue cette brume, il y a de quoi cacher une île, ou même plus gros comme la garde-robe de ta femme."

La blague pouvait être machiste, mais elle eut l’effet escompter en faisant rire le principal intéressé, surtout quand on le connaissait bien. En réalité, cette petite expédition s’était montée va-t-on dire, par le fruit du hasard et sans doute de la bonne fortune. Suite à ces disparitions qui semblaient augmenter ces derniers mois, plusieurs pays voulurent tenter une nouvelle opération de secours, avec des membres triés sur le volet. Et quand on eut ouï dire de mes intentions, ont voulu m’engager. Mes recherches historiques ne les intéressaient pas plus que cela, mais le fait de bien connaître la région et ayant mentionné une possible île où tout le monde pourrait se trouver, on tenta l’aventure. Et voilà, pourquoi j’étais ici. Comment tout cela put avoir lieu.

Jim voulu s’en griller une, et le voyant faire, j’essayais de m’écarter un peu, ne supportant pas l’odeur de la fumée et du tabac. Après tout, c’était en gardant un corps saint, que j’arrivais encore à vivre cette existence au combien sportive. Par contre, je trouvais drôle de voir comment sa propre fumée, disparaissait facilement dans l’épais brouillard qui nous étouffé. Après l’avoir inhalé, il reprit.

"J’ t’avoue que je ne pensais pas qu’on se retrouverais encore dans cette aventure ensemble Jack. Ce doit faire deux ans qu’on ne s’était revue je crois. Et j’ai compris que t’étais encore à la chasse d’un trésor c’est ça ? Tu croix que ton machin est lié à toutes ces disparitions ?"

Mon visage réjouit, voir moqueur s’effaça. Me reposant sur la bard métallique et froide qui nous empêcher facilement de tomber à l’eau, mon regard se perdit dans ce nuage venu se poser sur terre. J’ignorais ce que je pouvais examiner ainsi à l’aveugle, mais je le fis.

"J’en doute fort Jim. Mais plus ça vient, plus tout cela devient suspect. Cette torque n’a pas vraiment de pouvoir maléfique, par contre, il est possible qu’autre chose se cache là-bas."

Si j’avais appris une chose au cours de mes aventures, c’était que nous n’étions jamais au bout de nos surprises et qu’il y avait quelque chose de bien plus monstrueux qui se cachait toujours, derrière chacune de ces histoires. Alors que je méditais là-dessus, quelqu’un vint à notre rencontre pour apporter sans doute, ce qui sera la meilleure des bonnes nouvelles de la journée.

"On pense avoir trouver quelque chose ! Une terre droit devant !"


Codage par Libella sur Graphiorum


__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Ven 18 Jan - 9:04
Revenir en haut Aller en bas

The Price of Justice.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. » — G. K. Chesterton.


L’Angleterre, quel beau pays ; riche de culture et de légendes toutes plus captivantes les unes que les autres – en bref un patrimoine culturel à faire pâlir grand nombre de Nations. Dans la cité des Beatles, tout est semblable et différent à la fois : sans trop entrer dans les clichés, l'attitude des Anglais – dont la retenue et les bonnes manières sont d'un irréprochable – tranche avec celle de la population des Etats-Unis où, à l'inverse, surjouer ses émotions semble être un standard de conduite. Et tandis que la société de consommation est belle et bien toujours présente, comme pratiquement partout ailleurs, celle-ci semble bien mieux dissimulée au milieu de la foule.

Dick a posé les pieds sur la terre ferme au petit matin, après un vol en première classe dans l'un des jets privés de Bruce. Ce n'est pas la première fois qu'il visite le pays : il a accompagné Alfred quelques fois étant enfant, le majordome (plus près d'un grand-père) connaissant sa fascination pour Robin des Bois et la forêt de Sherwood. Il lui est arrivé de visiter le pays un couple de fois tout au plus bien plus récemment, mais on ne peut pas vraiment dire qu'il soit un habitué du coin. Le jeune homme a immédiatement été accueilli par un ciel gris et une légère bruine – ce n'est peut-être pas la saison la plus flatteuse pour faire du tourisme, mais au moins il ne se sent pas dépaysé... et bien à condition de laisser son accent américain de côté.

S'il est ici, c'est pour affaires. Plus ou moins. Grayson doit représenter la famille Wayne auprès d'un vieil investisseur de Wayne Enterprise. Bruce est bien trop occupé pour se déplacer à ce genre d’événements secondaires, surtout lorsque cela ne concerne pas directement son entreprise ; mais il ne peut aisément décliner l'invitation d'un si gros investisseur. Alors, comme toujours dans ces cas là, il a envoyé l'un de ses fils pour ne pas sembler impoli. Quand c'est du sérieux, Tim est de corvée. Mais quand la mission consiste simplement à sociabiliser avec des vieux grincheux, à charmer le monde avec des sourires éclatants et des plaisanteries, il peut être sûr que c'est pour sa pomme. Apparemment, il est plus doué pour ça que pour faire des « trucs » d'entreprise et de comptabilité. D'accord, ce n'est peut-être pas totalement faux.

La vérité, c'est qu'il déteste ce genre de soirées mondaines : il ne supporte déjà pas les galas de charité à domicile, alors les gros richards dont il doit revérifier le nom avant de se présenter à la grille, non merci. Son cœur éternellement resté dans les caravanes du cirque au sein duquel il est né, Dick ne s'est jamais senti à sa place durant ces événements ; il est même arrivé à certains invités tellement obnubilés par leur propre personne de le lui rappeler quand il était enfant. Et une fois quand il était un peu plus vieux. Dick peut encore se souvenir d'un très jeune Jason Todd prenant sa défense, couvrant un smoking flambant neuf de vin rouge et usant d'un vocabulaire tellement coloré que même Alfred n'aurait pas été capable de le rattraper. Non pas qu'il n'aurait pas pu se défendre seul à cet âge là de toute manière, mais le comportement de son petit frère l'a vraiment touché à l'époque.

C'est comme ça que le jeune flic – forcé de prendre quelques jours de congés – s'est retrouvé dans cet immense manoir sur la côte au sud du Pays, perturbé par ces nombreuses copies conformes de son British préféré et râlant intérieurement contre les crampes sur son visage à force de sourire à tous ces inconnus. La situation est pire que d'ordinaire, parce que cette fois il n'a pas de cavalière. Barbara ne se sent pas encore prête à voyager dans son état. Il aurait pu proposer à Donna de l'accompagner, mais cette dernière était pas mal occupée ces derniers temps et il ne voulait pas déranger. Alors voilà que sa soirée se passe majoritairement en compagnie des petits fours du buffet, qu'il engloutit plus vite encore qu'ils n'arrivent.

C'était du moins sa petite entreprise jusqu'à ce qu'il entende le sujet phare de la soirée : une vague de disparitions mystérieuses autour des îles de Scilly, qui perdure depuis bien trop longtemps pour le laisser indifférent. Voilà des mois que les autorités semblent au point mort concernant leur enquête, et d'après les dires plusieurs pays commenceraient à se mêler de cette affaire. Non, Dick. Tu ne peux pas régler tous les maux dont souffre le monde, cette affaire ne te concerne pas. La police est déjà sur le coup et tu n'as aucun équipement ici, la partie rationnelle de son esprit commence par lui souffler.

Mais depuis quand il l'écoute ?

Grayson a trois passions : les mystères, aider les gens, et Bon Jovi. Il a ici de quoi en nourrir deux d'entre elles (trois pour peu que Jon Bon Jovi ne soit impliqué dans l'affaire, bien qu'il en doute), c'est plus fort que lui. Ce n'est pas comme s'il avait plus intéressant à faire après tout. Alors il passe le reste de la soirée à récolter davantage d'informations sur ces disparitions, trouvant entre autre par chance le commissaire de la ville aussi invité au gala et ravi d'assouvir la curiosité d'un collègue américain. Plus il creuse, et plus il est convaincu que l'affaire est bien plus sérieuse qu'elle ne le paraissait au premier abord : il peut même trouver des articles carrément alarmants sur le net, son portable étant directement relié aux systèmes de la batcave.

Bien entendu, toutes ces informations obtenues par le biais du commissaire, du commérage des vieux bourgeois et des articles en ligne ne peuvent lui servir que de point de départ  : Grayson a besoin de se rendre sur place s'il veut faire son travail de détective comme il en a l'habitude, sinon ce serait bien trop facile. Il a besoin d'indices matériels s'il veut des pistes concrètes. Alors dès le lendemain à l'aube, voilà le jeune acrobate parti louer un bateau à moteur (sous une fausse identité) avant de prendre le large vers les îles de Scilly : il sait désormais où diriger ses recherches en premier.

Son uniforme de justicier ne fait pas partie de ses bagages : Nightwing ne doit pas être vu en même temps que Richard Grayson hors de Gotham City, il serait bien trop aisé de faire le rapprochement entre l'homme et son alter ego. Mais Dick, il a toujours un masque sur lui, juste au cas où. Alors avant de partir, il a enfilé un sweat bleu marine un peu large sous sa veste de cuir noire, la capuche du vêtement dissimulant le masque domino posé sur ses yeux pour cacher son identité. Peut-être aurait-il dû prendre le soin de tenir Bruce informé de ses projets, mais l'homme aurait totalement désapprouvé cette mission de toute manière. Est-ce qu'il aurait eu raison ? Seul le temps saura apporter une réponse à cette question. Mais une chose est sûre : Dick a toujours été du genre à sauter dans le vide sans vérifier la présence d'un filet de sécurité, avant d'improviser. Et jusqu'ici, cela lui a toujours réussi. Espérons simplement que le vent ne tourne pas en cours de route.


__________
Dick Grayson
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) 200w

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 26/06/2016
Crédits : Twizzle
Messages : 2431
Batarangs : 6660
Age du joueur : 22 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Dim 24 Fév - 1:07
Revenir en haut Aller en bas
The price of justice
Le climat ne semblait vouloir devenir clément. Au fur et à mesure que nous nous approchions de cette silhouette massive et noir, qui se détachait de l’épais brouillard, nous pouvions ressentir comme de minuscules morsures sur la peau. Notamment au niveau des mains et des joues. Rapprochant justement mes propres mains de mon visage, je me mis à souffler dessus avant de les frotter afin de retrouver un minimum de chaleur, sans quitter cette nouvelle terre des yeux. Curieux d’ailleurs, car au fur et à mesure que nous nous approchions, l’atmosphère devenait glaciale. A croire qu’une force maléfique, planait au-dessus de ces montagnes et de ces rivages.

"Tu… Tu crois que c’est là Jack ?" Me questionna Jim, sans poser son regard sur ma personne.

Ne donnant aucune réponse, je préférais continuer ma contemplation. Sérieusement, si l’air n’était pas hivernal, rien que la vision de cette île, suffirait à vous geler le sang, donnant des sueurs froides et transformant vos os en glace. Mais finalement, après quelques secondes de silences, j’accordais une réponse à mon collègue.

"Il faut croire… Je veux dire, tout correspond d’après nos infos."
"Alors… Ils doivent tous être ici."

Là aussi, il fallait croire. Cette île que personne ne semblait connaître, était sans doute la clef de tout ce mystère. Était-ce ici que se cachaient les disparues ainsi que la légendaire torque ? Mon esprit s’emballait à l’idée que oui. Malheureusement, la difficulté d’y réfléchir devenait forte. Car, au moment même où toute l’île s’était enfin détachée de la brume, un son aigue manqua de me rendre sourd. Attrapant ma tête entre mes mains, je lâchais un râle. Cela ressemblait aux ultra-sons qui rendaient fou les chiens. Et je n’étais pas le seul à souffrir de ce mal, Jim et celui qui était venu nous rejoindre, s’écroulaient au sol, les oreilles comprimées. Tout le monde demandait d’où venait ce bruit et qu’est-ce que cela pouvait bien être. Mais personne ne pouvait y répondre. Ce fut persistant, et de plus en plus puissant.

Arrivant à me redresser, j’arrivais tout juste à supporter ceci, mais pour combien de temps ? Comme par réflexe, je bondissais sur le pont, grimper en deux temps l’échelle pour rejoindre la cabine de pilotage, où le capitaine se trouvait. Plaquant violement la porte pour entrer, je titubais, sentant ma résistance s’amenuisée à vue d’œil. Par contre, chose bien plus étrange, je voyais le maître du bâtiment, se tenir droit, la barre en main. Comme si de rien était. Pourquoi ne réagissait-il pas, alors que de là où il était, on voyait tous les passagers et membres d’équipages, criaient à l’aide, se vautrant sur le pont ? Ramenant une de mes mains contre mon oreille droite, je tentais de prévenir tout de même le responsable.

"Capitaine… Mais… On doit vite se tirer d’ici ! Faites demi-tour vite !"
"On doit rejoindre l'île… Nous devons nous plier à la loi." Souffla t'il sans broncher.
"Quoi ?!"
"L’Ordre… Doit être respecter."

Puis, sans attendre plus d’une seconde, le capitaine abaissa une manette. Celle qui ordonnait aux machines de tourner plein gaz, même si ce rafiot ne fonctionnait pas au gaz. Et le changement de vitesse se fit bien sentir. Tel un cheval se préparant à foncer droit devant lui, le bateau se mit à trembler, me faisant perdre l’équilibre et me mit à terre. On sentait bien les remous, la vitesse qui faisait vibrer le sol sous nous. Sans oublier le bruit des vagues qui se faisaient pulvériser sous la coque. Mais qu’est-ce que fabriquait le capitaine ? Était-il devenu complétement fou ? Voilà que maintenant, il s’apprêtait à renouveler l’expérience du Titanic. M’agrippant à une rambarde, je me relevais péniblement et continuai à tituber pour m’approcher de l’avant et voir ce qu’il se passait.

Le navire se soulevaient plusieurs fois à cause d’une eau qui semblait de plus en plus agité. Mais le pire ne fut pas ces vagues et la vitesse, ni même voir les passagers commençaient à se battre entre eux, non c’était ces récifs, ces pics ressemblant aux dents de Charybde. D’immenses pics noirs qui sortaient de l’eau et menacèrent de pulvériser, voir de déchiqueté le bateau. Comprenant donc que la situation était plus que grave, je bondissais sur le capitaine pour le faire arrêter.

"Mais vous êtes complétement barge ! Vous allez nous tuer !"

Je tentais de reprendre les commandes, malgré ce mal lancinant dans mon crâne. Hélas, malgré le fait que le capitaine semblait être dans un état de trans, il résista.

"Si tu n’écoutes pas la voix de la justice… Tu dois être condamné."

Et là, le bougre attrapa mes bras et me repoussa. Ainsi, nous finissions dans ce que je voulais éviter, la baston. La capitaine voulait nous projeter contrer ces rochers, moi les évités et tous nous sauver. Cependant, la tâche se révélait bien plus ardu. Car ne voulant lui faire de mal, comprenant qu’il agissait à cause d’une force extérieur, ce dernier ne se priva pas pour donner des coups violent, manquant plus d’une fois de m’assommer. Et malgré mes suppliques pour qu’il revienne à lui, rien n’y faisait. Le fatigué peut-être, cependant c’était surtout moi qui faiblissais, à force de repousser ses coups, et supporter un son horrible, alors que le capitaine lui, était au mieux de sa forme, ignorant ce problème.

Finalement, nous finissions presque à nous rouler par terre. Ne supportant plus de soutenir ses attaques, protégeant mon visage, je tentai de lui placer un violent coup avec mon pied, le faisant décoller et voler à l’autre bout de la cabine. C’était ma chance de tout arrêter et nous éloigner de cette maudite île au plus vite. D’un bon, je me retrouvais sur mes pieds et couru jusqu’aux commandes. Mais, il était trop tard. Car pour être arriver sur l’île, nous étions arrivés.

La dernière chose dont je me souvenais, était cette terre effrayante qui obstruait ma vue. Puis, le trou noir, plus rien. Un son assourdissant qui n’était pas celui que j’entendais jusque-là, mais celui du bateau qui se fracassait contre le rivage résonna dans ma tête. Était-ce la fin pour nous tous ? Ça en avait l’air, car comme on le disait, les lumières furent toutes éteintes en un instant…

*****

"Ecoutez ma voix… Ecoutez la voix de la Justice. Suivez là pour connaitre la paix et la sécurité… Mes enfants."


Codage par Libella sur Graphiorum

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Mar 26 Fév - 18:18
Revenir en haut Aller en bas

The Price of Justice.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. » — G. K. Chesterton.


Comme un fidèle destrier à l'aube d'une course, l'eau se réveille et s'agite ; s'accroche désespérément à la petite coque de bois comme si elle voulait l'engloutir. Plus le justicier solitaire se rapproche de sa destination, et plus les flots s'abattent contre la barque – pénètrent dans chaque fibre du petit bateau à moteur. La colère monte en puissance, la mer rejette l'homme contemplatif, mais Grayson s'accroche autant à son objectif qu'au rebords de son transport incertain.

Dick aurait aussi bien pu rejoindre l'expédition prévue au matin même, avec un équipage formé un peu sur le tas mais un bateau bien plus grand et solide. Pour être honnête, il en vient actuellement à se demander s'il n'aurait pas mieux fait de rejoindre l’embarcation. Mais Nightwing a toujours préféré la discrétion, en particulier loin de son continent. Ici, le jeune Gothamite ne mise ni sur la chance ni sur le hasard, parce que mieux que personne il sait que cela ne fonctionne jamais. On ne peut pas forcer le destin, le karma reste toujours tapis dans l'ombre pour égaliser les scores. De toute manière, la mission qu'il s'est lancée n'est pas vraiment officielle, il sera bien plus libre dans ses actions s'il est seul.

Le ciel s'assombrit cruellement, tournant vers une obscurité grisonnante. Au passage d'une vague furieuse, Dick est violemment projeté sur le côté du bateau à moteur et se cogne contre la paroi glissante. Il est tout proche de l'île, pourtant il ne s'est jamais senti plus éloigné encore de la terre ferme depuis son départ. Ne soyons pas dupes, pas besoin d'être un grand savant pour reconnaître que rien n'est naturel dans cette tempête bien trop semblable à une colère divine aux yeux du garçon. Mais pas moyen qu'il ne fasse demi-tour : Dick n'est pas un lâche, en particulier quand il s'agit de plusieurs vies humaines qui sont en jeu. De toute manière, il doute franchement que le retour en arrière ne soit possible à ce stade.

Mais le sort s'acharne. A peine l'ancien enfant prodige se relève qu'un son strident frappe ses tympans, comme sorti de nulle part. Dick tombe à genoux, se tient le crâne comme s'il allait exploser. La tonalité est bien trop aiguë pour être supportable, en même temps le justicier doute que la manœuvre ait été conçue pour être agréable à l'écoute. Ses yeux se ferment hermétiquement en même temps qu'un mince filet de sang glisse sous son oreille.

Cependant, notre vigilant nocturne est bien loin d'être sans ressources.

Grayson serre les dents et parvient à se relever malgré l'immense douleur qui creuse dans chaque interstice de son encéphale. La vérité, c'est que grand nombre de criminels notables utilisent les fréquences audio pour stimuler certaines aires du cerveau humain, à la fois pour les contrôler ou encore pour déstabiliser leurs adversaires. C'est pourquoi il s'est armé quelques années auparavant en conséquent. Sa main glisse de sa tempe à un bouton sur le côté de son masque de justicier et voilà que l'objet se met à diffuser la fréquence inverse, grâce à un algorithme développé par Lucius Fox. La magie des ondes contraires. Le bruit ne disparaît pas totalement, mais il reste supportable à présent et permet au jeune homme un moment de répit.

Nightwing n'est pas sorti du sable pour autant : il a peut-être contourné les ultrasons qui l'agressaient tantôt, mais il reste accessoirement une tempête qui fait rage autour de son embarcation de fortune, bien décidée à l'empêcher de rejoindre l'île maintenant bien distincte malgré la brume. Les secousses s'accentuent alors que Dick s'acharne à lutter contre les flots enragés. Ses efforts lui semblent aussi vains que pathétiques mais jamais il n'abandonne la barre, faisant de son mieux pour diriger le petit bateau vers la terre promise.

Sorti de nulle part, un immense monstre de métal apparaît dans la brume : le second bateau. L'engin fou semble foncer directement sur lui, et le garçon ne donne pas cher de sa peau si il le percute. Mais sa barque reste incontrôlable et la collision se rapproche inévitablement. Le géant continue sa progression, il est tout près ; Grayson peut même sentir les effluves de pétrole lui chatouiller les narines. Il ne parvient pas à retrouver le contrôle de son engin, pas plus que l'autre navire ne semble vouloir changer de cap. Alors il ne lui reste plus qu'une seule solution, celle qui lui donnera le plus de chances de survie.

Quand il comprend qu'il ne pourra plus rien faire pour éviter l'inévitable, Dick saute dans l'immensité agitée, le plus loin possible de la barquette. Simultanément il peut entendre le fracas du bois qui se désintègre au dessus de lui, la violence de la collision l’entraînant plus profondément encore vers les abysses. Une vague de froid lui comprime le thorax, engourdit ses membres alors qu'il n'a pas son uniforme de Nightwing pour le protéger. Mais il ne peut pas remonter. Le courant l'entraîne vers le fond, vers l'obscurité envoûtante et le repos éternel. Pourtant Grayson ne panique pas, son air est bien trop précieux pour être ainsi gâché. Il a besoin de toutes ses ressources à leur maximum, sinon il ne s'en tirera pas.

Quand la mer finit par se calmer quelque peu, le naufragé voit son unique chance de refaire surface. Mais ses muscles refusent de coopérer : la morsure glaciale des abîmes l'empêche de faire le moindre mouvement. Tout s'assombrit lentement, et Grayson n'est pas sûr de savoir si c'est à cause de la profondeur dans laquelle il s'enfonce doucement ou du manque d'oxygène. Il ne peut que se laisser guider par le courant, comme une feuille morte dans le vent. Nightwing a toujours détesté sentir une telle perte de contrôle, mais son esprit est trop engourdi pour noter cet inconfort supplémentaire. Ses poumons le brûlent, il sait instinctivement qu'il ne lui reste pas plus de trente secondes d'oxygène avant de sombrer dans l'inconscience. Mais vient soudainement l'objet de son salut : une poignée de sable glisse entre ses doigts. Le rivage, il est tout près.

Dick rouvre soudainement les yeux qu'il ne se souvenait pas même avoir fermés, une vague d'adrénaline lui conférant les dernières onces d'énergie dont il a besoin. Le jeune homme s'accroche à ces grains chauds et lisses, il se faufile tant bien que mal dans la direction où la pression diminue. Il parvient à faire surface une première fois pour reprendre quelques gouttes d'oxygène. La seconde fois est la bonne. Cette fois, les vagues furieuses l'aident à rejoindre le rivage et à ramper hors de celle qui le réclame comme sien. Grayson rampe hors de l'eau : il tousse, il crache de l'eau salée, mais il parvient à respirer de nouveau. Tout son corps tremble, mais seule une chose l'importe : s'éloigner de la mer, du danger immédiat.

C'est à ce moment qu'une sombre voix semble lui chuchoter derrière l'oreille.

Au début, Dick pense halluciner cette présence. Les recoins de sa vision sont encore sombres, il tousse toujours ses bronches. Mais la fin est bien plus distincte et ne laisse aucune place à la confusion, cette voix est réelle. Pourtant il n'y a personne autour. C'est dommage, le jeune homme dirait bien à son propriétaire de se mettre sa paix et sa sécurité à un endroit bien précis vu ce qu'il vient de traverser, il en a après tout assez vu dans sa vie pour savoir qu'une voix sans propriétaire qui murmure des douces paroles n'est jamais de bon présage. Mais pour le moment, tout ce dont il se préoccupe est de rétablir un rythme cardiaque régulier et contrôler sa respiration de nouveau. Alors il se laisse échouer là, sur la plage, encore un instant.

Il lui faut une poignée de minutes pour retrouver complètement ses esprits. Le vent froid sur ses vêtements humides ne fait rien pour arranger ses tremblements incessants, mais au moins une patie de sa force lui revient. Dick remet grossièrement sa capuche sur sa tête et se lève. Il ne lui faut parcourir que quelques mètres pour découvrir le désastre : de nombreux corps échoués jonchent le rivage, l'équipage du bateau qui a percuté son embarcation. Grayson court instinctivement à leur chevet, voir si certains peuvent être aidés. Dans la majorité, les marins improvisés semblent simplement sonnés, c'est un grand soulagement. Lentement certains corps commencent à s'animer ; certains appellent à l'aide, d'autres bataillent pour retrouver leurs souvenirs. Mais une silhouette familière se détache du lot.

Le premier réflexe de Nightwing est de vérifier les signes vitaux de Jack, l'homme qu'il a rencontré à Washington durant une attaque de Scandal Savage. Le soulagement est là quand il trouve une pulsation dans son cou et un souffle court au niveau de son nez. Emerson ira bien. Dick secoue lentement l'homme, faisant attention à ne pas aggraver des blessures potentielles. Le civil bouge quelque peu, ses yeux papillonnent. Alors le garçon recule pour lui laisser un peu d'espace.

« Bonjour rayon de soleil, bienvenue dans le monde réel. », il déclare simplement, les bras croisés sur son torse et un sourire arrogant au coin des lèvres pour accueillir Jack à l'ouverture de ses yeux.

« Toi t'as vraiment le chic pour te retrouver dans des situations improbables mon gars. », Dick hausse les épaules paresseusement et ose quelques pas en direction de l'aventurier échoué pour lui offrir une main d'assistance, l'aidant aussitôt à se relever avant de lui donner une légère tape dans le dos.

Pourtant son sourire se fane bien vite au profit d'une expression plus grave et sérieuse. Parce qu'il attend une réponse toute aussi sincère de son interlocuteur.

« Est-ce que ça va Emerson ? »


__________
Dick Grayson
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) 200w

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 26/06/2016
Crédits : Twizzle
Messages : 2431
Batarangs : 6660
Age du joueur : 22 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Dim 24 Mar - 20:15
Revenir en haut Aller en bas
The price of justice
Le bureau dans lequel j’entrais, était recouvert de boiserie. Ressemblant à un vieux cabinet avec ses meubles de style moderne européens, ainsi que des grands miroirs qui nous encerclaient, je m’approchais du petit secrétaire qui faisait dos à l’unique fenêtre. Un homme d’un certain âge, n’ayant presque plus un poil sur le caillou, habillé comme un député et usant d’un stylo plume pour écrire sur une feuille, au lieu d’un bon pc, travaillait sur ce bureau. Il m’accorda son intention quand je ne fus plus qu’à deux ou trois pas de lui. Levant la tête, il me souriait. Mais c’était surtout une mimique forcée, on s’entait bien que l’homme fût quelque peu crispé. Était-ce à cause de ma vue ou bien de nature ?

"Monsieur Emerson, prenait donc place s'il vous plait."

Aucun bonjour, aucune formalité d’usage comme la politesse. Tout de même, un bonjour ne l’aurait pas tué. Moi qui avais souvenir qu’un tel établissement, réclamait discipline et respect. Toutefois, j’obéissais en m’asseyant en face de lui.

"Déjà, c’est un plaisir de voir que vous ayez accepter cette entrevue."
"Il faut dire qu’avec tout votre harcèlement, comment décliner plus longtemps ?" Voulus-je ironisé.

L’homme poussa d’une main ses papiers, et posa ses coudes sur la surface du bureau. Son attitude et son ton me paraissaient être ambigüe, car il m’était difficile de savoir s’il était vexé ou non.

"Eh bien, nous vous avons effectivement déjà envoyé plus offres. Mais plus rien depuis un bon moment. Veuillez m’excusez, mais pourquoi accepter seulement maintenant ? Désolé encore si vous trouvez ma demande quelque peu brutale."

Me penchant un peu vers l’avant, mais mains se reposèrent sur mes genoux, soutenant tout le reste du corps. M’accordant quelques secondes de réflexion, je voulais revoir tout ce qui me poussait à venir à leur rencontre. J’y voyais autant de raison pour que contre. Et quand cela égalait, ma curiosité décidait toujours pour moi, même si elle était partiale, me poussant à chaque fois dans ma même direction. Levant un peu la tête pour plonger mon regard dans le sien, un sourire taquin se dessina sur mon beau visage.

"Eh bien… Je suis curieux de savoir ce que vous avez à me proposer. Mais surtout, j’aimerais savoir ce qui à pousser l’Université de Métropolis à vouloir me reprendre avant tout."

*****


Une étrange force bruyante me secoua. La surface sur la quelle je reposais, était chaude par endroits, mais elle était surtout glacée. Au début, je crus qu’il s’agissait d’une bourrasque de vent violent, mais très vite, une image plus réaliste se forma dans mon cerveau. Cela ressemblait au bruit des vagues sur la côte. Et comme un pc se remettant en route, je m’éveillais rapidement. Enfin, si j’étais sous vista, je ne pourrais le garantir. Bref. Tout autour de moi, j’aperçu une immense étendue de sable gris sous un ciel bien triste. Une plage ? Mais comment… Le bateau ?! La voix ! La mission !! Tout me revenait subitement. Essayant de tourner la tête, un mal lancinant me frappait le crâne. J’essayais d’étouffer un râle, lorsque j’aperçu cette étrange silhouette noire me dominait. Au départ menaçant, elle s’exprima vers moi avec douceur et de manière bien bizarre. Difficile de le reconnaître pour le moment, car déjà de un, j’étais encore sonné alors le cerveau fonctionnait pas encore à cent pour-cent, et de deux, mes yeux me brûlaient à cause de la course d’Apollon derrière lui. Mais ces petits soucis ne furent, heureusement, que passagers. Les contours de l’inconnu se précisèrent et très vite, je parvenais à donner un nom au réveilleur de la plage.

"Que… Rob ?! C’est toi mon vieux ?"

Oubliant la douleur, je me redressais sur le sable pour l’attraper et le serrer dans mes bras. J’étais si heureux de revoir ce gars. Nous avions combattu ensemble à Washington contre un des Savage, avant d’aller boire un coup. Et sérieusement, j’adorais ce p’tit gars. Le voir là me remplissait de joie oui, et en même temps, me rassurait. Relâchant ma prise sur lui, je le regardais en face, me posant subitement des questions, enfin une plus précisément.

"Mais, qu’est-ce que tu fiches ici mon pote ? Tu n’étais pas sur le bateau non ?"

On m’avait déjà fait faire le tour du navire, rencontrer chaque personne engagée pour l’expédition et je me souviendrais si Nightwing en ferait partie. Le bateau… L’équipage justement ! C’était horrible quand les choses vous revenaient de manière si rapide et violente, on ne savait plus trop où en donnait de la tête et dans quel ordre, il fallait gérer toutes ces informations. Très vite, je me mis à regarder de manière panoramique pour découvrir, que non seulement le bateau fut éventré comme un hôte dans un film Alien, mais que de nombreux corps gisaient tout autour dont certains, criait à la clémence du destin de leur venir en aide.

"Moi ça va… Mais eux ont besoin d’aide ! Viens avec moi."

Je ne doutais pas un seul instant que Rob partirait au secours d’autrui au dépend du danger. C’était ce que j’avais remarqué quand la capitale Américaine tombait en ruine. Un bon point que j’aimais chez lui, un héros désintéressait qui œuvrait réellement pour le bien d’autrui. Quoi qu’il puisse nous arriver sur cette île, je savais que j’étais en compagnie du meilleur allié qui soit. Toutefois, l’aspect de cette plage n’avait rien de rassurant. Ce n’était pas des côtés d’une île du pacifique, ici c’était gris, lugubre même, glaciale, on se croirait presque en Islande. Je ne me levais pas sans peine, chaque partie de mon corps était douloureuse, je devais être pas mal secoué lors du crash. Ça se disait ça pour un bateau ? On aurait dit qu’on ne voulait pas que je me lève, que je me laissais de préférence, au sol à fusionner avec le sable. Rien à faire, je me lève !

"Bon sang, mais où sommes-nous ? J’espère qu’on est pas sur l’île de Lost, je tiens pas à finir comme ceux de la série."


Codage par Libella sur Graphiorum


__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Mer 27 Mar - 8:38
Revenir en haut Aller en bas

The Price of Justice.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. » — G. K. Chesterton.


Le vent froid fouette son visage bien meurtri, le sel et le sable s’infiltrent sans pitié dans les lacérations de son visage bien trop pale. Dick s’en tire bien, aucune blessure physique sérieuse n’est à déplorer et tous ses os sont intacts — ce qui relève quand même d’un exploit à en juger par l’immense tourbillon dont il sort. Mais ses poumons le brûlent terriblement, s’insurgent contre la privation trop longue d’oxygène. 
 
« Non, j’étais sur celui que vous avez percuté. », le justicier répond à la question de son interlocuteur, un sourcil hoché sous son masque toujours en place. « A ce propos, pour le constat amiable… »

Dick a toujours eu pour habitude de gérer les situations de crise avec légèreté, reconnaissant la gravité de la situation mais refusant de se laisser emporter par le drame. C’est ce qui lui permet de garder la tête froide et de prendre les bonne décisions pour la plupart du temps, sans laisser la moindre chance à la détresse d’altérer son jugement. Il est cependant cette fois-ci coupé par une quinte de toux qui le pousse à se replonger dans le moment présent et rapidement retrouver un air grave.

L’oiseau de nuit relève la tête, renifle et frotte grossièrement son nez à l’aide d’une manche encore humide. Jack ne lui en tient pas rigueur, il préfère placer l’accent sur les innombrables corps qui les entourent comme des vieux débris sur le rivage. Ce n’est pas le justicier camouflé qui va le contredire : ce dernier acquiesce d’un mouvement de la tête et lui tend une nouvelle fois la main pour l’aider à se redresser.

L’état de son ami l’inquiète, il craint une commotion cérébrale, c’est plus fort que lui. Mais il ne le montre pas. Il y a un temps pour la guerre, et un temps pour l’apitoiement ; pour le moment ils n’ont pas encore franchit la première phase. D’autres personnes sur cette plage requièrent une assistance plus immédiate que Jack, encore capable de tenir sur ses pieds — bien que Grayson ne lâche pas son épaule immédiatement.

Dick sourit tout de même à la mention de Lost et surtout au rappel de ces dix années perdues à suivre la série — sous la menace de Barbara bien entendu. Parce qu’il n’y a que Babs pour l’obliger à regarder ce genre de séries populaires, tout comme c’est aussi le cas pour les films d’horreur.

« J’espère aussi, mon vieux. Au moins que la fin soit moins décevante cette fois-ci. », le garçon donne une tape amicale dans le dos d’Emerson avant de se diriger vers un homme blessé non loin de leur emplacement.

L’aventurier n’a cependant pas tort :  ce paysage a le don de faire sonner toutes les alarmes mentales dans l’esprit de Nightwing. D’instinct le garçon sait que rien n’est ordinaire dans ce sombre tableau ; du mince filet de pluie qui semble désespérément tenter d’apaiser les mœurs au froid mortuaire qui crispe les muscles des plus braves — sans oublier le ciel grisonnant qui menace de leur tomber sur la tête à chaque instant. Non, Dick a vraiment un mauvais pressentiment vis-à-vis de cet endroit ; mais ce n’est pas comme s’il avait réellement le choix à présent. La priorité est d’aider les civils, le reste arrivera ensuite.

Le quinquagénaire vers lequel Grayson s’est accroupit est bien mal en point : il y a un filet de sang qui suinte le long de sa tempe et sa jambe est tordue dans un angle absolument pas naturel. Mais quand Dick lui parle et lui demande de serrer sa main, il soupire de soulagement en sentant une légère pression entre ses doigts, signe que l’homme est encore conscient bien que son pouls ne soit bien trop rapide et sa respiration saccadée. Tout en faisant attention à son membre blessé ou d’autres blessures éventuelles, le justicier le retourne avec précaution sur le dos afin d’examiner plus scrupuleusement son torse — zone la plus sensible — à la recherche d’éléments pouvant potentiellement mettre sa survie en péril. Le blessé est particulièrement pâle, en sueur et il ne faut pas être médecin pour comprendre que la chaleur irradiant de sa peau n’est pas due au rhume des foins ; fort heureusement sa cage thoracique est intacte.

Sans jamais s’arrêter de parler à son patient histoire de stimuler son activité cérébrale, Dick se penche alors sur sa jambe qu’il agrippe fermement avant de remettre sans hésiter les deux extrémités de l’os brisé bien en face : un craquement écœurant retentit sous ses mains, noyé sous les hurlements du malheureux. C’est un mal nécessaire s’il ne veut pas saigner à mort. Le jeune gothamite procède alors à lui créer une attelle de fortune avec des fragments de bois issus de la coque de l’un des bateaux et de morceaux de sa chemise en lambeau. La jambe est soutenue, l’hémorragie interne contenue, le blessé peut alors être déplacé dans une zone plus sécurisée.

Ce sombre manège se répète pendant près d’une heure ; les plus valides apportent leur aide aux plus mal en point. Dick n’est certainement pas un médecin, il n’es pas même près d’avoir les connaissances poussées d’Alfred en la matière ; mais il connaît au moins les fondamentaux des premiers secours et maîtrise l’art de la survie en terrain hostile. Il sécurise les blessures, panse des plaies avec les moyens du bord — s’assure que tout le monde sorte de cet enfer en vie. Heureusement il y avait aussi un médecin sur l’embarcation pour l’épauler, avec toutes les bonnes âmes qui mettent rapidement du leur sur cette maudite plage : c’est en traversant les pires épreuves qu’il nous est donné de contempler le plus beaux aspects de l’Humanité. Voilà de quoi se nourrit la foi inébranlable en l’Homme que Dick entretient malgré le lot de tragédies auquel il fait face au quotidien. 

Bientôt la totalité des blessés sont traités et rapatriés dans la zone protégée définie par le jeune homme, triés selon la gravité de leur cas. Aucune perte n’est à déplorer, mais il y a bien une poignée de blessés plutôt sérieux.

Dick aperçoit Jack à quelques mètres de là, il l’avait perdu de vue un peu plus tôt. Le garçon vient alors s’assoir auprès de lui et lâche un souffle de soulagement — ou peut-être d’épuisement — qu’il ne savait pas même contenir jusqu’ici. Il a bien besoin de cinq minutes ou alors il est quasiment certain que ses poumons vont tirer leur révérence. Il peut même entendre son cœur tambouriner à la base de son crâne.

Mais… Qui a dit que les héros avaient droit à un temps mort ? Il y a encore trop de questions sans réponses, et Dick sait qu’Emerson peut l’aider à éclairer certains points. Après tout, il n’y a jamais de fumée sans feu, n’est-ce pas ?

« Bon alors c’est quoi le topo ? J’ai entendu dire que votre embarcation enquêtait sur la vague de disparitions. Qu’est-ce que tu sais à ce propos ? »


__________
Dick Grayson
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) 200w

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 26/06/2016
Crédits : Twizzle
Messages : 2431
Batarangs : 6660
Age du joueur : 22 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Mar 16 Avr - 0:55
Revenir en haut Aller en bas
The price of justice
Mes yeux s’écarquillèrent et devenaient deux grosses Soucoupes devant le fameux Nightwing.

"Quel bateau ? Excuse-moi, c’était la panique à bord… Les vagues, les rochers, les gens devenus fou ! Suis heureux que tu ailles biens."

Vu son petit trait d’humour, la réponse était affirmative. La vache ! J’en étais encore tout retourné. Même, j’eus l’impression que le choc produit, quand le bateau fit naufrage sur cette plage, résonnait encore dans mon crâne. Au moins, cette étrange voix semblait s’être tue. Cela me rappelait la légende des sirènes. Avec leur voix qui rendait fous les marins, pour les faire échouer sur les rochers et les bouffer juste après. Cela m’inquiétait tellement, que mon corps se mit à chauffer par crainte d’un si possible funeste destin. Au moins, ça aura le mérite de me faire ignorer l’air glaciale de ces côtes anglaises. Même si je ne savais toujours pas, si je préférais ce sort ou celui des passagers dans la série.

"Oui… On est arrivé en bateau et non en avion. Pas la même chose."

Et pourtant, et pourtant ! Tout comme Jack (tiens c’est drôle !) et… Les autres personnages de Lost dont j’ai oublié les noms, se dépêchèrent pour venir en aide aux passagers grièvement blessés. Ce n’était pas une volonté de reproduire la scène, c’était un réflexe encourager par la nature. Voyant tous ces corps autour de nous, ces gens réclament de l’aide, je ne pouvais pas rester insensible à une si tragique situation. Au premier signe de détresse, je bondissais avec Roby, en direction des blessés pour leur venir en aide. Soyons honnête, je n’étais pas infirmier, médecin ou chirurgien. Mes diplômes étaient spécialisés dans le domaine de l’Histoire et de l’archéologie.

Toutefois, quelques bases me furent acquises. Pendant que votre boulot se replissait de chute dans le vide, d’explosion, de tir, et même d’empoisonnement, il fallait déjà connaître les premiers secours, et savoir vous retapez pour pouvoir marcher comme il le fallait. Donc, ne me demandez pas de trop décrire. Non que la vue du sang me répugnât, au contraire, j’en avais l’habitude, mais je connaissais les muscles principaux du corps, comme tout bon collégien. Quand je venais auprès d’un des blessés, la première chose que je faisais, était de rassurer. Genre dire que « Tout allé bien, qu’il allait s’en sortir, on va quitter cette île, vous allez revoir vos proches, etc. » Ce n’était pas des paroles en l’air, je comptais réellement tous les faire partir de ce rocher. Ce n’était pas moi le responsable de cette expédition, mais je me voyais quand même investis de cette responsabilité. Ceux qui suivaient mes aventures depuis le début, devraient commencer à le comprendre. À chaque fois, je me voyais responsable de tous ceux qui m’accompagnaient.

Chaque plaie, chaque saignement stoppé était une victoire, et m’assurait que ma promesse pourrait être tenue. Nous avions perdu personne, et c’était encore mieux. Je fus quand même impressionné par Rob. Ce petit gars, même si c’était un adulte, savait mieux que moi, ce qu’il fallait faire, et installa en un claquement de doigts, un camp pour abriter nos blessés. J’ignorais, qui il était réellement, quel métier il pratiquant quand il n’était pas Nightwing. Un médecin ? Un secouriste ? E tout cas, quand toute menace semblait écartée, je me laissais tomber au sol. Déjà exténuer, je pris une bonne bouffer d’air frais. Je n’en pouvais déjà plus, et je priais pour que la résolution de ce mystère, se passe de manière tranquille, que le vrai danger soit passé. La bonne blague !

"Voici donc le héros du jour. Beau travail avec les blessés. Tu bosses dans le médicale ou quelque chose comme ça ?"

Un rire s’échappa d’entre mes lèvres. Je me doutais que je n’aurais pas de réponse sincère de sa part. Rob, était un gars génial. Et j’arrivais à l’apprécier, pour ses qualités, même si j’ignorais tout de lui. Je devais faire une image fantasmée dans ma tête peut-être. Bref, en tant que héros, toute sa vie de civil devait rester secret. Son véritable prénom, sa famille, ses amis, son job… Tout. Et croyez-moi, je le comprenais. Tout de même, cela ne devait être facile, de devoir constamment se cacher, ne pas faire confiance aux autres ou éviter qu’ils aient des ennuis à cause de ses révélations. Mais parlant de ça, le jeune super héros voulait savoir de quoi il en retournait ici. D’abord, je fus surpris, car s’il s’était retrouvé, ce n’était pas par pur hasard. Il devait avoir vent de ce qui se passait dans le coin.

Me frottant les mains pour me réchauffer, car la tension avait descendu en même temps que la chaleur corporelle, je me préparais à faire un petit cours à mon poto.

"Je te préviens, tu auras beaucoup de théorie, enfin ma théorie. Dans les faits, tu as de nombreuses disparitions. Touristes, habitants, représentants de l’ordre, des îles voisines ou de simples voyageurs comme nous. Aucune trace, un vrai petit triangle des Bermudes. En même temps, j’ai découvert, je te fais grâce des détails, qu’un ancien artefact celtique, pourrait se trouver ici. Il s’agirait de la Torque de Beissirissa. Beissirissa étant la déesse de la justice. Selon la légende, cette torque aurait le pouvoir d’imposer à tout le monde, le respect de la loi et de la moral imposé par le porteur du « collier ». D’après mes recherches, cet artefact pourrait se trouver ici. C’est un ami qui m’a guidé. Apparemment, tu aurais même un des chevaliers de la table ronde, qui serait venu jusqu’ici retrouver l’artefact, mais sans y arriver. Et crois-le ou non, mais je pense que les deux histoires sont liées. Surtout après ce qui vient de nous arriver."

Toute cette histoire, une fois racontait, devenait excitante. Une île perdue, renfermant un trésor pouvant provoquer des catastrophes. C’était assez cool. Mais moins quand des blessés nous entouraient. Tout à coup, alors que nous parlions entre nous, nous reçûmes une étrange visite qui prit tout le monde par surprise. Tout le monde s’agitait, du moins pour ceux pouvant encore bouger et marcher, quand six personnes arrivèrent sur la plage. Ce n’étaient ni des pêcheurs ou des randonneurs. Marchant comme une patrouille, ils étaient curieusement vêtus. Je reconnaissais les lances qu’ils tenaient dans la main, mais ce qui devaient être des armures, semblaient être faite avec un tout un bric-à-brac. Limite voire une casserole sur la tête, et des plaques de cuisson sur le torse. C’était bizarre oui.

"Des survivants pour l'Ordre. Parfait. Suivez nous."

On croirait vraiment rêver.


Codage par Libella sur Graphiorum

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Ven 19 Avr - 9:22
Revenir en haut Aller en bas

The Price of Justice.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. » — G. K. Chesterton.


«Ouais », grimace le concerné. « Quelque chose comme ça. »

Les forces de police, ce n'est pas si loin du corps médical qu'on puisse l'imaginer, à tout bien réfléchir. Dans son métier, Grayson est très souvent confronté aux équipes de secours – lorsque les victimes des crimes sur lesquels il intervient sont encore en vie par exemple. Et encore, l'ancien trapéziste n'est pas un lieutenant. Du moins pour l'instant. Mais ce n'est pas comme s'il allait dévoiler tous ces détails de sa vie privée à Jack, surtout dans ces circonstances. Emerson le sait, la question n'était pas sincère. De toute manière, Dick en a bien plus appris sur la médecine en expérimentant lui même toutes sortes de blessures et en frôlant la mort une ou deux fois : il ne faut jamais sous-estimer l'expérience personnelle sur un CV.

Le jeune homme écoute attentivement alors que son ami débute son récit. Il y aura beaucoup de théorie : Grayson hoche la tête en accord. L'aventurier a un bon instinct et Nightwing est prêt à le suivre, du moins tant qu'il n'a rien de plus fiable.

« Waouh ! Je veux dire, j'aurais dû me douter qu'il y aurait une antiquité avec toi dans les parages, mais des chevaliers de la Table Ronde, Jack ? Genre, comme ceux du Roi Arthur ? ».

Jack braque ici les projecteurs sur un élément majeur dont le justicier Gothamite ne connaissait pas même l'existence il y a de ça deux minutes. Un objet qui, d'après les dires de l'archéologue, serait assez puissant pour imposer la volonté de son porteur à tout un peuple. De quoi donner des frissons, si vous voulez l'avis du garçon : dans les mains d'une personne mal intentionnée, un tel artefact peut rapidement devenir un instrument de guerre redoutable, une arme extrêmement dévastatrice. Dick plisse les yeux et se frotte les tempes dans la réflexion.

« J'ai entendu parler des disparitions, c'est pour ça que je suis là. Mais tu sais quoi Jack ? Je pense que t'as raison de penser que les deux affaires sont liés, la coïncidence est trop forte. Je sais d'expérience qu'il y a rarement de fumée sans feu. ».

Dick se lève avec conviction, une partie de sa force maintenant récupérée. Ses poumons le brûlent toujours, mais ce n'est rien face au nombre de familles qui attendent des nouvelles de leurs proches. L'ignorance est la pire des torture, le garçon le sait. Un Homme sans réponses ne fera que flirter avec la frontière des abysses, continuellement – sans jamais obtenir le moindre repos. Le premier Enfant Prodige est bien déterminé à leur apporter la Vérité, et même si elle s'avère un peu trop morbide alors au moins les familles pourront faire leur deuil convenablement.

Mais pour le jeune héros, il y a toujours de l'espoir.

« Si on veut retrouver les disparus, il faut trouver cet artefact. De toute manière on ne peut pas le laisser dans la nature, il est bien trop dangereux. ». Puis, à son ami, il lance un regard complice, tendant une main pour l'aider à se redresser. « Alors, Lancelot. Qu'est-ce qu'on attend ? »

L'échange amical est brutalement interrompu par le mouvement dans le dos du cadet – qui se retourne en portant instinctivement une main au bâton d’escrima absent dans son dos. Ah, oui, right. Pas d'armes.

« Des survivants pour l'Ordre. Parfait. Suivez nous. »

« Minute les boites de conserve ! », Grayson s'indigne face à cette milice aux armures rafistolées. A vrai dire, leur uniforme ressemble davantage à un costume lowcost de transformers qu'à un véritable équipement de soldat. « Sauf si c'est pour se faire un KFC, et je dis ça parce que j'ai vraiment faim, on ne vous suivra nulle part sans réponses. Vous êtes qui, et qu'est-ce que vous voulez ? »

Mais les hommes grimacent, ce qui est – à en juger par son expérience dans les bas quartiers de Gotham – plutôt mauvais signe. D'accord, le surnom, ce n'était peut-être pas l'idée du siècle, après réflexion. Paye ton arrogance, Dickie. Pourtant c'était plus fort que lui. Chassez le naturel, il revient au galop : n'est-ce point le dicton ? De toute manière, Nightwing n'a jamais apprécié se sentir contraint, encore moins lorsqu'il s'agit de suivre des gusses à la tête ornée d'une illustre casserole. Ces gens là ne sont très certainement pas venus les aider, le jeune officier est prêt à en mettre ses deux mains à couper. Il y a quelque chose de sombre en eux ; quelque chose qui met en alerte tous ses instincts premiers. Et puis, cette manière de parler de l' « Ordre »...

Non, les grincheux ne sont définitivement pas contents du refus visible d'obtempérer. Ce qui valide finalement cette pensée initiale ? Le coup de lance que Dick pare par réflexe, auparavant destiné à embrasser ses tempes. « Hé, vous n'êtes pas très accueillants par ici ! », il répond en profitant de la surprise évidente de son agresseur pour se saisir de sa lance.

D'accord, maintenant les RoboCop, ça va chier des bulles. Grayson est déjà un redoutable adversaire en temps normal, mais alors à bout de patience et l'estomac vide, plus rien ne peut l'arrêter. Nightwing, il a combattu Bane et le Joker ; il s'est dressé devant les armées de Ra's Al Ghul et a même résisté aux cours de philosophie avec M. Hoffman ; ce n'est pas une petite troupe de joyeux combattants en papier alu qui vont l'arrêter.

Sauf que, en fait, si.

L'oiseau de nuit SAIT qu'il peut avoir le dessus relativement facilement sur ces clowns, surtout avec l'aide de Jack – qui a déjà fait ses preuves auprès de lui. Mais les risques sont trop élevés. Il y a des dizaines de civils blessés autour de lui, ce sont des proies bien trop faciles à atteindre s'ils veulent le faire capituler ; et au vu de leurs premiers déplacements alors la même idée parcourt leurs esprits.

Par ailleurs le Gothamite se remémore les paroles de Jack : un artefact traîne probablement sur cette île, capable de retourner des esprits humains. Finalement, il y a de fortes chances pour que les soldats devant lui ne soient aussi que des victimes, tout compte fait.

Dick est venu brandir la bannière de la Justice, il n'y aura pas plus de pertes au cours de ce périple. Il en fait le serment, ici et maintenant.

« Ok ok, ça va, pas besoin d'en arriver là ! », il dit rapidement, lançant son arme sur le sable et levant les mains en reddition. « Mais oubliez les blessés, ils ne vous seront d'aucune utilité. Vous avez besoin d'hommes en bonne santé, je me trompe ? »

Le justicier tente le tout pour le tout. Si son intuition s'avère correcte, alors les personnes affaiblies ne les intéressent pas. Il a besoin de les savoir en sécurité, et surtout s'il compte infiltrer l'antre du loup alors il n'a pas besoin d'avoir des hommes immobilisés à exfiltrer. Parce que, oui, c'est le nouveau plan. S'ils n'ont pas leur mot à dire sur le fait de suivre la milice en acier détrempé, alors au moins retourner la visite guidée à leur avantage… Toujours avoir trois mouvements d'avance sur ton ennemi.


__________
Dick Grayson
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) 200w

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 26/06/2016
Crédits : Twizzle
Messages : 2431
Batarangs : 6660
Age du joueur : 22 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Mar 7 Mai - 21:55
Revenir en haut Aller en bas
The price of justice
Les yeux de Rob brillèrent comme ceux d’un enfant à qui on parlait de merveilles. D’ailleurs, n’était-ce pas le cas ? Les légendes d’Arthur et de ses chevaliers, ont fasciné des générations d’enfants. Un univers remplit de magie, de preux guerriers et de dragons et autres créatures malfaisantes. Et ce chère Nightwing semblait faire partie aussi de ces jeunes gens ayant grandi avec ces récits épic. D’ailleurs, ce fut aussi le cas pour moi, ce furent les légendes, aussi bien Arthuriennes que d’autres peuples qui m’ont motivé dans cette branche. Toutefois, face à l’innocence juvénile du justicier masqué, je ne pus m’empêcher de le railler un peu.

"Ceux du Muppet Show Ha ! Non je te taquine. Oui, un des chevaliers serait venu ici sous l’ordre d’Arthur, mais je ne sais le quel. Ce sera un plaisir de le découvrir… S’il n’y avait pas tant de vies en jeu."

Nightwing fit rapidement le rapprochement aussi entre l’artefact et l’incident. La coïncidence était bien trop grosse en effet. Même si certains resteraient sceptique, le danger était bien là et Rob l’avait compris. De plus, il se montrait prêt à m’aider dans cette entreprise, trouver la Torque et sauver le monde, rien que ça. Et ce fut plaisant de le voir toujours aussi dynamique et porter sur le fait d’agir pour le bien du monde, malgré ses déboires. Oui, depuis Washington j’avais tenté de suivre ses aventures. C’était plus difficile qu’avec Arthur Curry, mais quelques faits de l’allié de la chauve-souris sont connus du grand public, et je devais avouer que c’était un héros qui ne faisait que grimper dans mon estime.

Par la suite, c’était là que la petite patrouille nous tombait dessus. Je ne savais pas si c’était une bonne idée de les provoquer, mais Rob ne s’en priva pas, avant de se raviser. Lui aussi ne devait pas oublier les blessés et que toute confrontation serait mortellement risquée pour eux. Aussi important que soit l’artefact, aucune vie innocente ne devait être sacrifié, que ce soit pour le bien commun. Mais, celui qui devait servir de chef, prit un peu trop au mot mon allié. Il regarda d’une étrange manière ceux qui étaient allongé, gémissant de douleur, le sang servant de seconde peau. Et, en s’approchant, il leva sa lance pour…

"Non !" Criais-je. Mais il était trop tard. L’arme s'entrechoqua contre une seconde lance venu de nul part. En réalité, et je mis un peu de temps à m'en rendre compte qu'il s'agissait de Nightwing. Ce dernier venant avec la rapidité d'Hermès, sauver in extremis le pauvre malheureux. Le garde, du moins ce qui en ressemblait ne semblait ravit de ce retournement de situation. Grognant, il appelait ses petits copains à la rescousse. Je ne doutais pas de l'efficacité au combat de mon compagnon. Sans aucun doute, il pourrait les mettre à terre. Mais j'avais peur que cela ne vienne vite à dégénérer. On nous avait envoyer cette patrouille comme une première vague, qui sait ce que sera la prochaine fois. Alors, avant que qui que ce soit ne puisse faire un geste regrettable je leur crachais avec force, pousser par une forme d'instinct :

"Nous sommes peu nombreux ! Les blessés pourront servir l’Ordre après ! Il en a besoin ! Surtout ceux debout et sachant se battre !"

Je ne savais pas trop d’où me venait cette idée, une intuition, une déduction paressant logique avec tout ce que nous venions de voir et d’entendre, décuplé par l’adrénaline et la peur. Au moins, cela semblait fonctionné. Le garde stoppa son bras, semblant quelque peu perdu, déconnecter de la réalité. Il mit quelques secondes à revenir à lui, façon de parler, avant de nous ordonner de les suivre, épargnant les autres blessés. Un souffle de soulagement, s’échappa de mes poumons, et je pus obéir, l’esprit plus tranquille. Pendant le court voyage, je me mis à niveau de Rob. Visiblement, nous n’étions pas interdits de discuter, ce qui était une bonne chose. Mais, je préférais causer à voix basse au cas-où.

"On a eu chaud. Tu as bien fait de nous faire nous rendre. A présent ils vont nous conduire à leur repère, là où on découvrira leurs plans et tout autre secret. Sans doute un vieux château en ruine, à moitié refait je te paries. "

Mais point de château s’offrait devant nous. Ce n’était pas une forteresse du XIIème qu’on pouvait apercevoir, avec ses hautes tours de pierre, mais… Un village. Oui, toute une communité vivait donc ici. Rien à voir avec ces modestes campagnes anglaises comme on pouvait le voir dans Barnaby, non cela ressemblait plus aux villages dans les parcs à thème, un mélange à la fois médiéval européen et scandinaves. Les gens ici, menaient une vie comme à l’ancienne. Bien que certains outils et vêtements pouvaient être anachroniques, on se croirait dans une communauté d’Amish, mais version moyen-âge, c’était vraiment étrange. Ou bien, dans une reconstitution ratée d’une simulation de notre tendre amie Maggie.

Chaque habitant s’a donnait à une activité. Certains poussaient des brouettes chargées à ras bord de bois, de peau ou de minerais, d’autres par exemples utilisaient de vielles barrettes à beure devant leur habitation, ou fabriqué des objets d’un artisanal douteux. Mais dès qu’on passait devant eux, ils arrêtaient leurs activités pour nous regarder, avec un regard presque exorbité à faire peur. C’était sans doute une découverte anthropologique incroyable, mais quand on connaissait le contexte…

"Bonne nouvelle, je crois qu’on a retrouvé les disparues."

Notre escorte nous mena vers le bâtiment du fond. Encastrer dans une colline recouverte de roche, une maison très imposante se trouvait là. Sans doute celle du chef ou de la chef. Elle par contre, son apparence ressemblait beaucoup à un mini-palais d’un Jarl viking. On y voyait quelques runes gravés autours du ponton de la porte d’entrée principale, et des figures mythologiques scandinave qui en gardait l’accès. Mais ce qui attirait surtout mon intention, fut la garde se tenant devant, sans doute l’élite qui protégeait le repère de leur maître.

"Regarde leur armure ! Ceux sont des authentiques du XVème. Encore une preuve que nous sommes sur la bonne voie."

Je fus tout excité par cette découverte, malgré cela ce ne fut que de courte durée une fois de plus. Dans un grincement, la grande porte s’ouvrit devant nous, dévoilant un homme approchant la cinquantaine, recouvert d’un épais manteau de fourrure et ceinturé d’une épée. Approchant de nous d’un air hautain, il nous dévisagea comme si nous étions sur une foire aux bêtes. Et, levant les bras au ciel, il s’exprima avec un léger accent russe :

"Soyez les bienvenu dans le nouvel Avalon ! Embrassez l’Ordre pour la paix !"


Codage par Libella sur Graphiorum

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Sam 11 Mai - 9:04
Revenir en haut Aller en bas

The Price of Justice.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. » — G. K. Chesterton.


Tout ne se passe pas comme prévu ; Grayson est même forcé d'intervenir, refusant de porter la mort d'un homme sur sa conscience pour avoir sorti la mauvaise réplique. Voilà un événement que jamais il ne pourrait se pardonner : qu'il soit maudit le jour où il prendra la vie d'un autre, coupable comme innocent. Heureusement que l'archéologue est là pour jouer les médiateurs avant que les choses ne dégénèrent davantage – c'est un garçon intelligent. La bonne nouvelle, c'est que personne n'est tué. La mauvaise nouvelle, c'est que les blessés sont embarqués – et cela va franchement compliquer les choses.

Nos protagonistes se voient finalement escortés sous bonne garde vers un petit village au cœur de l'île. Nightwing reste en retrait, projection inconsciente de son instinct qui le pousse à ne pas se confondre avec la foule lorsqu'il porte ce masque. Et derrière cette fausse apparence sage et stoïque, le garçon s'agite : on ne domestique pas un cheval sauvage, peu importe combien il peut paraître docile. Seul, ces gardes tout droit sortis d'un film de sci-fi low cost ne seraient déjà plus un problème. Mais avec autant de civils portant une énorme cible dans le dos, sains comme blessés, le héros Gothamite ne peut pas se permettre ses pirouettes habituelles : les risques sont bien trop importants. A la place, c'est comme s'il avait les pieds et poings liés – par une chaîne épaisse et imposante, une restreinte que rien ne peut briser. Pour l'instant, tout du moins. Parce que Grayson reste très attentif à la moindre brèche, une faille à exploiter pour se tirer de ses fers – même quand Jack s'approche de lui pour parler. C'est comme un show de trapèze après tout – juste une question de timing pour savoir quand s'agripper à la barre et quand faire le grand saut.

Emerson a raison, les disparus sont retrouvés. Tout dans ce village sonne comme une mauvaise pièce de théâtre, comme si des fantômes d'une autre époque s'abandonnaient à leurs activités. De véritables zombies, si vous voulez l'avis du premier sidekick. Ce n'est pas loin de la vérité lorsqu'on connaît le fin mot de l'intrigue. Ou du moins, en partie. Ces gens là ont le regard vide quand ils lèvent le menton pour observer les étrangers traverser leur hameau. Au moins, son ami semble fasciné par le paysage et toutes les reliques historiques qu'ils peuvent croiser, ça en fait au moins un.

Un homme sort de sa hutte – quatre étoiles d'accord – et les lorgne comme un chat se languit en observant la souris qu'il s'apprête à dévorer. Dick n'aime pas cette image.

« Soyez les bienvenus dans le nouvel Avalon ! Embrassez l’Ordre pour la paix ! »

Dick lève les yeux au ciel. « Désolé, jamais au premier rencard... », qu'il souffle avant même de pouvoir réfléchir. Si jamais il en venait un jour à disparaître de manière prématurée, écrivez sur l'avis de décès « avait le sens de l'humour – du timing un peu moins. ». « Heu... Sans offense ? »

« Silence ! Respectez l'Ordre ou périssez sous l'impétuosité de son courroux ! »

Entre nous, Dick préfère autant l'option numéro un. Le garçon lève les mains en reddition, mais il n'est pas désolé. Ce n'est pas de sa faute, il a toujours eu la langue bien pendue et ne sait littéralement pas se taire – si bien que même Batman a renoncé à tout espoir de silence. Parfois ça pousse ses adversaires à le sous-estimer, d'autres fois cela casse juste l'ambiance pourrie des prises d'otages.

Le quinquagénaire commence finalement à faire le tour de la joyeuse troupe pendant que Grayson s'approche discrètement de Jack pour lui souffler quelques mots.

« Dis... L'accent russe, c'était courant au temps d'Arthur Pendragon ? », question rhétorique, pour souligner une nouvelle coquille sur cette toile.

Tout aussi imperceptiblement, Nightwing hoche la tête en direction du torque porté par ce qui semble être le chef de tous ces villageois endoctrinés ; mouvement qui lui est aussitôt renvoyé dans la compréhension silencieuse. Quand est-ce que ces deux en sont arrivés à se comprendre sans mot dire ? Cela n'a pas d'importance pour l'instant puisque le russe porte autour du cou ce qui est très certainement l'artefact qu'ils sont venus chercher. Ce n'est pas bon du tout. Pendant un instant Dick se demande jusqu'où peut aller son entraînement contre la manipulation mentale : il sait cacher ses pensées face aux télépathes tels que Miss Martian ou Manhunter (jusqu'à un certain point tout du moins), résister à la persuasion de certains méta-humains ; mais ferait-il le poids contre une magie aussi puissante que celle contenue dans ce genre de reliques ? Les chances sont très faibles – mais ce n'est pas pour autant qu'il ne la combattra pas.

Un nouveau mouvement coupe court à cette réflexion. Nightwing se redresse quand l'homme s'approche de nouveau, un sourire cruel aux lèvres alors qu'il s'arrête face à eux. Quant à Dick, une petite voix narquoise lui souffle qu'il n'est pas prêt d'oublier ce stupide gala qui l'a conduit ici en premier lieu.

Oh, crap.

__________
Dick Grayson
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) 200w

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 26/06/2016
Crédits : Twizzle
Messages : 2431
Batarangs : 6660
Age du joueur : 22 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Jeu 23 Mai - 23:26
Revenir en haut Aller en bas
The price of justice
Bon, un illuminé qui voulait imposer sa vision de l’Ordre mondial et créer son coin de Paradis… Mouais pas très original, je vous l’accordais. À croire que tous les grands méchants sortaient de la même école, la fameuse The megalomaniac villains institute. Mais si vous vouliez vraiment mon avis, tout ceci était la faute à Hollywood ! Lui et ses films qui tournaient en boucle les mêmes histoires telle de la propagande Staliniste, nous faisant croire que le monde était ainsi, bloquant notre pauvre cerveau sur une image précise et donc, plus facile à manipulé ! Bon, une fois de plus, j’avais dévié du sujet et me rappelais plus de quoi on parlait déjà précisément. Ah oui ! Le grand méchant et son nouvel Avalon. Alors que Rob repoussait les avances du grand méchant Russe (Ouais je sais), je rajoutais pour ne rien arranger :

"Et sans vouloir vous vexer non plus, votre Avalon ressemblait plus à un bidonville Viking. Et vue la météo ce n’est pas plus attirant. Vous n’auriez pas pu choisir une île plus ensoleillé ?"

Je suis sûr que si j’étais partie à la recherche d’un artefact grec, je serais tombé sur l’île de Circé ou Calypso. Même pit-être des Lotophages. Avec des arbres fruitiers, du soleil, une mer azure, un vent frais, des nymphes à profusion… Bon, je venais là de choisir ma prochaine aventure les gars ! Mais en restant sur celle en cours, Nightwing vint me poser une question. Et je ne pouvais pas m’empêcher de le lui répondre de façon à la fois sarcastique et dépitée. Non pas que je fus déçu par sa demande qui, je la pensais ironique, et puis j’adorais ce petit gars, juste que justement, le sujet de sa question me rappelait de nombreux points qui m’ont à la fois déprimé et rendu amère. Mais tout cela, vous le comprendriez une fois que vous m’aurez entendu souffler :

"Ouais probablement. Vu que la Russie se dit originaire de toutes les Civilisations, alors pourquoi pas."

Voilà donc un point qui me gonflait, quand la politique cherchait à modifier l’Histoire et les faits pour gagner un prestige illusoire pour écraser les autres nations. Bah ! Je préférais ne pas en parler ça m’énervait ! Et ne chantez pas la chanson ! Bon bref, le grand manitou de New Avalon, même s’il paraissait vexer, nous fit le tour comme s’il vérifiait la marchandise, avant de s’arrêter devant nous. Quelque chose clochait ? Sans doute mais quoi ? Son regard était perturbant. Il était à la fois rempli de fierté, et de haine. Et sans pouvoir l’expliquer, il m’empêchait de réfléchir comme avant. Pour revenir sur mon cerveau, ce dernier carburait à cent pour cent. Toujours tout analysé, établir des théories, imaginer des choses, bref il ne se reposait jamais. Et là… C’était comme s’il ralentissait, que mes pensées s’effaçaient peu à peu. Et lorsqu’il s’adressa directement à moi, ce qui restait de mon esprit fut troublé.

"Vous vous êtes bien tiré sur Hoy. J’ai eu de la chance de m’en sortir aussi vivant, malgré les dégâts causé par vous, et votre ami assassin."
"Attendez… Vous… Vous...."
"Oui monsieur Emerson. Je fus l’un des chercheurs sur cette île maudite. Mais je devrais vous remercier, car grâce à vous, j’ai pu récupérer le travail abandonné, et trouver ce petit coin de Paradis. En guise de récompense, vous et votre ami, pouvez rejoindre notre Communauté."

On était en plein délire ! Je n’en revenais pas que sur tous les russes existant sur Terre, je puisse retomber sur ceux qui cherchaient l’épée viking. C’était à devenir dingue cette histoire. D’ailleurs, je pensais le devenir, car tout semblait me tourner, ma vision de brouiller. Je ne distinguais plus que le pseudo roi, et ses sujets nous entourés, pour nous dévisageait. Aussi bien les habitants du village fait de bric et de broc, que nos compagnons et blessés qui semblaient à présent sous la coupe de ce tyran. Ma tête était comme vide, j’entendais leur voix résonnaient à l’intérieur. Sentant le danger, je poussais un cri et fit renverser, ceux près de moi. Était-ce un plan de ma part ? Tous mes plans étaient de l’improvisation. J’hurlais donc à Rob :

"On doit se tirer !"

Là, ce n’était que de l’instinct de survie. D’ordinaire oui, je pensais avant tout à tout le monde, sacrifiant ma vie pour autrui. Mais là, c’était comme si ma nature fut brutalement, changer. C’était un miracle que je n’oubliais pas mon compagnon, et que je n’avais pas déjà pris mes jambes à mon cou. Mais les voix raisonnaient encore, comme une mélodie lugubre. Elle semblait se calmer au fur et à mesure que je m’éloignais. Malheureusement, elle était toujours là, ne me quittant pas, devenant à présent un faible murmure inquiétant…


Codage par Libella sur Graphiorum


__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Jack Emerson
MODO ♔ CRAZY ADVENTURER

Profil
Perso
[Angleterre - Îles de Scilly] The Price of Justice (pv Dick Grayson) Wsxp

Pseudo : Iskatras
Date d'inscription : 28/05/2017
Crédits : Avatar : Twizzle / Iskaras. Signature : Bazzart / Iskaras
Messages : 1197
Batarangs : 16200
Age du joueur : 27
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Mar 28 Mai - 8:15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: