Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[Opération Ekdikisi, partie 1] [Norfolk, Virginie] Terreur à Norfolk (RP libre)
Second de sa catégorie soit le porte-avion de classe Gerald R. Ford, le USS John F. Kennedy, qui devait être lancé en 2019, fut terminé plus tôt que prévu, reportant son lancement à 2018. 2600 membres d’équipage dont 510 officiers et 2090 militaires de tout genre et pour l’occasion, plusieurs civils, dont le secrétaire à la défense. Rien n’a été laissé au hasard pour en mettre plein la vue. Armement complet et fonctionnel, flotte aérienne de 90 appareils, même des tourelles de classe FEL ont été installées pour montrer ô combien cette classe de porte-avion va révolutionner la façon de faire la guerre. Véritable fleuron de la marine américaine, sa mise en service en grande pompe aurait dû marquer, normalement, une nouvelle page dans la suprématie militaire des États-Unis. Devrait étant ici le bon terme. Ce ne sera clairement pas le cas, en fait.

Certaines personnes aiment rappeler leur existence de façon… Indélébile. Et c’est précisément ce qu’avait décidé de faire Astarte. Personne n’était près d’oublier cette journée. On en était à ouvrir la première bouteille de champagne quand un assaut brutal et expéditif eu lieu sur le pont d’envol, la liesse général laissant place au chaos et à la confusion, les troupes de la Citizenry se retrouvant directement téléportées sur le porte-avion flambant neuf de la marine américaine. Personne de sain d’esprit n’aurait eu la folie ou l’audace de s’en prendre à un tel symbole de la suprématie du pays de la liberté et de la démocratie. Chance pour Astarte dans ce cas : elle était loin d’être saine d’esprit. Les soldats présents auraient, au mieux, pu s’attendre à une menace venue de l’extérieur. Une flotte ennemie, une armada aérienne, un danger qu’on voit venir de loin.

Certainement pas une force armée et surentrainée sortit de nulle part, les humains ne maitrisant pas encore l’art complexe de la téléportation. Pris totalement au dépourvu, ce qui aurait pu être une défense un minimum modeste vira à la boucherie et au carnage total en l’espace d’une fraction de seconde. L’équipe de télévision sur place eu à peine le temps de retransmettre quoi que ce soit avant que l’Impératrice du Serpent d’Argent ne s’approprie les ondes, prête à livrer un ultimatum. On pouvait au moins reconnaitre cette… Qualité chez la souveraine des étoiles. Elle ne faisait jamais rien pour rien et quand elle menaçait, on pouvait être bien certain qu’elle mettrait ce qu’elle disait à exécution et qui si les termes de l’accord étaient honorés, qu’elle en ferait de même. Il était absolument désarçonnant de constater qu’elle puisse avoir une once d’honneur…

Surtout quand on considérait qu’elle n’avait aucun mal à exécuter hommes, femmes et enfants pour faire un exemple. La rapidité du déploiement de ses guerrières indiquait que c’était une opération qu’elle planifiait depuis longtemps et à quelques milles nautiques seulement de la base navale de Norfolk? Il fallait plus que du cran pour tenter pareil coup. À la Maison Blanche, tous les regards étaient rivés sur l’écran de télévision, idem au Pentagone. Près de 3000 personnes sont retenues en otage sur le John F. Kennedy, après tout, sans compter l’imposante force de frappe dont dispose désormais ceux qui viennent d’en prendre le contrôle et ce à portée de tir de cibles américaines. La situation pourrait bien virer au cauchemar, pire encore, à la catastrophe… Pour le moment, attendre est la seule option valable. Et quelle insoutenable attente d’ailleurs…


« Je suis Astarte, Impératrice du Serpent d’Argent. J’ai en ce moment en ma possession un de vos bâtiment de guerre doté de deux réacteurs nucléaires, de 90 aéronefs dont certains avec des torpilles nucléaires et suffisamment de puissance de feu pour repousser toute initiative pour reprendre le contrôle de ce navire. Vous avez très précisément une heure pour m’apporter ce que je demanderai. Pas une minute de plus.

Toute tentative de sauvetage et toute interférence auront des conséquences funestes et draconiennes. J’ai une demande toute simple. Le président des États-Unis va ratifier un acte, effectif immédiatement, rendant tout super héros illégal sur le territoire américain, forçant ceux qui se cachent derrière costumes et masques à se révéler au grand jour ou à être pourchassés et traqués comme de vulgaires criminels. Ce qu’ils sont, au fond.

Il n’y aura pas de négociations. Il n’y aura pas de reddition. Il n’y aura pas de pitié. Ou vous me donnez ce que je désire ou vous aurez une catastrophe sur les bras. Si vous tentez quoi que ce soit pour invalider la loi, je reviendrai m’assurer qu’elle reste en vigueur et je vous promets des représailles qui feront passer Tchernobyl pour un feu de joie. Faites vite. Il vous reste cinquante-sept minutes et treize secondes. »


Autant s’assurer que le message soit on ne peut plus clair. Un hélicoptère de l’armée qui eut le malheur de survoler de trop près le bâtiment tenu en otage fut pris pour cible et détruit en plein ciel par les forces d’Astarte. N’importe qui avec un esprit stratégique se doutait que l’Impératrice n’avait pas amené avec elle près de trois mille guerrières pour faire fonctionner ce navire et quitter les eaux américaines avec. Pourquoi dans ce cas avoir capturé une cible aussi imposante? À part se peindre une cible dans le front, une telle initiative de rimait à rien, en apparence. Cependant, Wonder Woman, Superman, Batman et la Justice League en général savaient que jamais Astarte ne faisait quoi que ce soit sans avoir un plan. Oui, la folie avait depuis longtemps attaqué un esprit autrefois noble comme celui des Amazones mais cela ne l’avait pas rendu stupide.

Pourquoi capturer quelque chose qu’on ne peut emporter avec soi? Pourquoi ce porte-avion et pas, par exemple, un sous-marin nucléaire dont l’équipage complet se réduit à 155 membres d’équipage? Il y avait définitivement anguille sous roche mais c’était monnaie courante quand il s’agissait de l’Impératrice. Le piège, car il était évident que c’était un piège, ne semblait qu’attendre le bon moment pour se refermer. Sur qui, impossible de le dire. Et combien allaient mourir, sacrifiés pour les noirs desseins d’Astarte? Tout aussi difficile à dire. Mais il y aurait des morts. C’était évident. Jamais rien impliquant Astarte ne se terminait sans une tragédie. Les nombreux affrontements passés l’avaient maintes fois prouvé. Pour le moment, elle attendait. Elle avait l’avantage. Et elle comptait bien en profiter pendant qu’elle le pouvait encore. Normal, en un sens.

Dans peu de temps, elle en était certaine, l’inévitable « contre-attaque » des super héros allait se produire. Elle savait très bien que négocier avec les terroristes, ce n’était pas le genre des États-Unis. Qui allait être de la partie, elle l’ignorait. Avec un peu de chance, sa nièce ou un de ses amis proches. Elle savait que ses guerrières n’attendaient qu’un signal pour commencer à exécuter les otages. Elle avait mis en garde tout ce beau monde. Chaque centimètre pour reprendre ce navire se ferait dans le sang. Le sang des innocents, s’il fallait se fier aux précédentes fois où elle avait décidé de donner un ultimatum. Toutes ces vies gaspillées… Et Astarte ne leur accordait aucune valeur. Pire encore, ses guerrières étaient des fanatiques de la pire espèce, préférant mourir que de se rendre. Elle avait avancé ses pièces sur l’échiquier… Au tour de ses adversaires de faire de même…
avatar
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 103
Batarangs : 4560
Age du joueur : 30
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Mer 10 Oct - 14:49
Revenir en haut Aller en bas
Ses cheveux mi-longs flottant autour de son visage, Jason repoussa au maximum le moment où il devrait quitter les flots salés et opaques de la James River, autant pour des raisons pratiques que par goût personnel. Le sortilège de respiration aquatique dont il bénéficiait durerait encore quelques minutes, et le druide prévoyait d'en tirer le maximum, quitte à devoir finir sa traversée en apnée. Son approche furtive de l'USS Kennedy impliquait qu'il profite du couvert de la mer aussi longtemps que possible (Waller avait largement insisté sur ce point), et le britannique possédé n'avait pas émis de plainte à cette consigne. Les circonstances de la mission légitimaient le choix d'une telle tactique. De plus, l'Eau constituait un élément familier, pour lui ; il avait appris à la respecter avant de la domestiquer, au cours de son adolescence. Parmi les forces de la Nature qu'un mage celte apprenait à commander, elle composait un milieu dans lequel Jason se sentait bien, presque plus en sécurité qu'au centre d'une forêt. Déjà avant de devenir l'hôte d'Etrigan, et encore plus depuis, Jason aimait se retrouver en immersion, au calme. Sous la surface, il se coupait momentanément de toutes les tourmentes qui l'y attendaient (et qu'il devrait fatalement retrouver). Il guettait ces instants de coupures fraîches et reposantes, surtout maintenant qu'un être impatient et enflammé gigotait en permanence en son sein. L'Eau s'opposait au Feu, temporisait les élans incendiaires de la chaleur ignée en la refroidissant. Lorsque Jason nageait parmi les courants, le fils de Belial avait tendance à se montrer moins volcanique.

Mortifère que tu es, mage ; pourquoi tant te chagriner ? Je vais faire de cet outrage narquois un joyeux charnier ! Intervint l'intéressé, à la fois ravi et frustré par sa visite des environs de Norfolk.

L'arrogante mortelle à peau d'ébène l'avait chargé de tuer sans se préoccuper des banalités. Une fleur inattendue ! Mais il lui fallait le faire sans sa violence bruyante de prédilection, au moins pour commencer, condition qui avait fait faner l'attrait du cadeau de l'afro-américaine. Le démon avait accepté cette douceur faite à son appétit vorace pour le meurtre avec l'amertume de la retenue imposée. Son véhicule humain, lui, s'était résolu à obéir aux ordres après avoir appris quel genre d'ennemie on l'envoyait arrêter. Une preuve de plus que National city avait laissée sa marque, dans l'histoire personnelle du druide. Jason n'aurait jamais consenti à avoir tant de sang sur ses mains, avant d'avoir été enrôlé par A.R.G.U.S. Les valeurs qu'il était censé incarner se trouvaient toutes contredites par ce qu'il s'apprêtait à laisser son démon intérieur réaliser sur l'USS Kennedy, et à son propre effroi, l'anglais ne s'en révolta pas tant qu'il l'aurait dû. Depuis son embrigadement et l'envers du décor qu'il avait découvert lors de missions officieuses, le britannique avait senti sa réserve diminuer, et sa tolérance aux méthodes extrêmes s'assouplir. Il aurait pu s'agir d'un effet corrupteur de la présence d'Etrigan dans son esprit, mais le trentenaire y voyait surtout l'usure de sa morale, trop souvent confrontée à des situations qui ne pouvaient pas être résolues simplement en stoppant un criminel pour que triomphe le Bien. Waller et l'escadron lui avaient ouverts les portes d'une réalité tout sauf féerique qu'il ne pouvait plus s'autoriser à ignorer, et dans laquelle il était appelé à intervenir.


Espérons qu'au moins, le sortilège d'ancrage remplira sa fonction supposée... Otherwise, this will be one meaningless bloodbath. Pria le druide, tout en se remémorant le sortilège qu'il allait conjurer en puisant dans les ressources magiques de son infernal alter-ego.

La Citizenry frappait toujours vite pour s'évanouir avec la même efficacité ; pour cette seule raison, tout entreprise montée pour la capturer se trouvait réduite à néant. En se fiant à une simple intuition, Jason avait émis l'hypothèse qu'un sort d'ancre dimensionnelle, normalement employé pour interdire aux créatures surnaturelles de quitter le monde physique, pourrait annuler la capacité des amazones du serpent d'argent à s'évaporer dans les airs. La directrice d'A.R.G.U.S. avait haussé bien haut un sourcil sceptique, ce qui avait poussé le druide à suggérer qu'il doublerait son premier sort avec un charme d'aveuglement des machines. Quand bien même sa théorie initiale s'avérerait fausse, et que la Citizenry ne s'appuyait pas sur de la magie pour surgir du néant, le second sort assurerait la destruction des objectifs optiques, sans lesquels toute image enregistrée par une caméra ne pourrait être exploitée. Ce qui arriverait sur le porte-avion, les agissements d'Etrigan, tout échapperait à l’œil des caméras mystérieusement endommagées... Un problème technique certes discret, mais néanmoins partagé par tous les médias sur le porte-avion. Le démon, goguenard, avait mis en doute la crédulité d'Astarte à voir dans cette épidémie soudaine de casses une coïncidence, pour se fendre d'une de ses remarques sibyllines coutumières.


Regrettons que l'Enchanteresse ne puisse point participer. N'en déplaise à cette bougresse, sa présence nous aurait aidée !

Amanda s'était murée dans un silence revêche, lorsque Jason lui avait relayé la remarque, pour ensuite faire peser sur le druide tout le poids des enjeux géopolitiques et militaires que représentaient l'opération actuelle. Le britannique s'en était tenu à considérer toutes les vies qui étaient menacées, et celles qu'il allait devoir sacrifier pour stopper un béhémoth insaisissable. On ne l'envoyait pas être un scalpel, car celle qu'il devait stopper ne pouvait être arrêtée autrement que dans un torrent de violence. Et si le déferlement s'achevait par une explosion nucléaire, ce serait à Etrigan de faire en sorte que les pertes soient "acceptables", au besoin en entraînant tout l'USS Kennedy pour que les eaux l'engloutissent lui et ses matériaux radioactifs.
Trois milles morts venaient de devenir le synonyme du mot "acceptable" dans le vocabulaire de Jason Blood, qui s'immobilisa en silence, juste au-dessous du bâtiment pris en otage par la Citizenry. Les mains tendues vers la surface, il projeta son sortilège, nimbant toute la zone de la prise d'otage dans une toile invisible, qui n'aurait peut-être quasiment aucun effet sur l'issue de la crise. Ensuite, animé par la vigueur de son alter-ego, le druide prit appui sur le plancher maritime pour se propulser droit sur l'imposant navire, fendant les eaux tranquilles pour approcher de son objectif rapidement, tout en se maintenant en-dessous de la célérité d'une torpille. Il était préférable qu'un simple radar ne puisse pas remarquer son arrivée.

Accolé à la coque, Etrigan cracha ses flammes sous l'eau, découpant comme au laser une section suffisante pour pénétrer dans l'édifice nautique (en usant de sa force pour élargir à la main l'ouverture). Dès que possible, l'intrus se glissa à bord de la cale, puis colmata la brèche qu'il venait de créer en chauffant de son souffle le métal de la coque avant de pincer les lèvres de l'avarie pour qu'au refroidissement, la soudure rudimentaire tienne. D'inévitables litres d'eau étaient cependant passées par l'ouverture, mouillant le sol de la salle où l'agent d'A.R.G.U.S. s'était invité. Ne restait pour Jason plus qu'à espérer que l'incident ait été trop bref et localisé pour pouvoir déclencher une alarme dans le cockpit.
Son alter-ego, lui, espérait au contraire qu'on lui enverrait prochainement ses premières victimes. Le souffle ardent et chargé de relents infernaux, le corps du britannique pulsait d'énergie malveillante, ses muscles crispés et tendus grinçant presque sous son épiderme devenu jaunâtre et aussi dur que celui d'un kryptonien. À grande peine, le druide dissuada le démon de pousser un rugissement de défi depuis la cale, ses yeux rouges cherchant n'importe quelle silhouette humanoïde en frétillant.


__________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON

Profil
Perso


Pseudo : Pas vraiment de pseudo
Date d'inscription : 17/04/2016
Crédits : Thundered
Messages : 499
Batarangs : 1810
Age du joueur : 27 Suicide Squad
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284 http://legendsofdc.creationforum.net/t1052-arcs-narratifs-de-jason-blood
Mar 23 Oct - 17:38
Revenir en haut Aller en bas
Rien de tout cela ne sentait très bon. Une amazone souveraine dérangée en possession d’un porte-avion surarmé, prête à faire feu si l’on ne rendait pas les super-héros illégaux ? Qui serait assez fou pour accepter cela ? Enfin… En un sens, Astarte n’avait toujours eu qu’une parole à ce niveau là, et ce dans toutes les affaires dans lesquelles elle avait été impliquée. Sanguinaire et sans la moindre compassion, certes, mais honorable en un sens. Enfin… Même si les Etats-Unis rendaient les Super-héros illégaux, techniquement, Kyle n’était pas sous leur juridiction… En soit c’était même plutôt l’inverse, donc son plan tombait quelque peu à l’eau dans le cas du Green Lantern Corps.

Mais tout cela ne changeait rien au fait qu’il était sûrement l’un des premiers sur les lieux. Il fallait dire que le vol à une vitesse plus rapide que la lumière était efficace dans ce genre de cas. Cependant, il resta malgré lui à distance. Le risque que l’amazone ne fasse un remake du jugement dernier de Terminator n’était pas mince et faire une erreur pouvait être fatale pour de nombreux innocents. En un sens, il aurait bien aimé que ses camarades des Titans soient là mais dans ce genre de cas, moins ils étaient, mieux la mission pouvait se dérouler, car moins de chance de se faire découvrir. Ce n’était pas vraiment son point fort, mais ici, il fallait faire place à l’infiltration et agir de façon rapide et précise pour empêcher l’impératrice du Serpent d’argent de lâcher les enfers sur Norfolk. Echouer pouvait s’avérer désastreux sur bien des points, mais les pertes civiles était ce qui tracassait le plus le jeune homme qui balaya malgré tout ces pensées de son esprit. S’il ne devait pas échouer, alors il n’échouerait pas. Il sauverait tout le monde, il essaierait avec toute la volonté qu’il avait en lui, car c’était son devoir, car il était là pour ça. Serrant le poing, sentant son anneau à son doigt, il se mit à sourire avant de lancer un simple « C’est parti ! ».

Plongeant dans l’eau entouré de sa sphère protectrice, le jeune homme se dirigea vers la cale  du bateau. Son plan était assez simple et il espérait simplement que son anneau ne le lâche pas au mauvais moment. Enfin… Ce genre de chose n’était jamais arrivé mais son entraînement en tant que Green Lantern n’avait pas été des plus classique et quelques doutes subsistaient en lui quant à sa capacité à utiliser l’anneau au mieux de sa puissance. Cela n’impactait pas vraiment la puissance de ce dernier puisqu’il marchait à la volonté, chose dont Kyle ne manquait pas, mais disons que c’était plus dans la mise en place de ses stratégies basées sur une intuition que cela pouvait devenir compliqué. Cependant, il savait que son intangibilité pouvait lui permettre de rentrer dans le bateau sans faire sonner quelque alerte que ce soit. Ce qu’il savait aussi, c’était que le camouflage offert par l’anneau allait lui être utile pour agir efficacement et dévoiler sa présence le plus tardivement possible. Cependant, une fois passé au travers de la coque du navire, ce n’est pas vraiment face à des amazones au service d’Astarte qu’il se retrouva mais contre une toute autre personne qu’il ne s’attendait pas vraiment à voir ici. Les yeux rouges, une allure plutôt inhumaine… Comme dirait un certain marine face à autre chose dans un film, il n’avait pas une gueule de porte-bonheur.

« Etrigan… Et dire que je comptais faire dans la finesse… » Enfin, qu’il comptait essayer était plus correct. Lui-même ne savait pas s’il allait réussir, mais avec le démon en prime sur le navire, ça n’allait pas être beau à voir. Malgré tout, en son for intérieur, le jeune homme fut rassuré, ce qui pouvait se lire sur son visage par un léger sourire. Après tout, Kyle avait déjà entendu de bonnes choses sur le démon, à propos de ses quelques alliances avec Batman surtout. Savoir qu’il allait faire une équipe de fortune avec une personne de confiance renforçait son sentiment quant au succès de sa mission de sauvetage. Il espérait aussi que le démon ne comptait pas sacrifier des vies car, en ce qui le concernait, ce n’était pas son but. Le plan du jeune homme était plutôt de trouver rapidement Astarte et l’empêcher de nuire. Le moyen le plus simple pour cela était sûrement de détruire le tableau de commande dans la salle de commandement, chose que l’un comme l’autre pouvaient faire de façons diverses et variées. En cas de pépin, Kyle pourrait tenter d’empêcher les aéronefs de décoller avec leurs missiles nucléaires. Ce n’était pas les idées qui lui manquaient, mais le tout était de savoir si elles seraient réalisables, si l’Impératrice amazone n’avait pas prévu le cas potentiel où un démon et un protecteur de la galaxie viendraient squatter son petit yacht surarmé pour lui mettre des bâtons dans les roues.

« Autant se mettre d’accord sur un plan, non ? Des vies sont en jeu, et si on pouvait en perdre le moins possible, ce serait bien. »

Le moins possibles. Pour lui, cette phrase avait un goût amer. Il voudrait sauver tout le monde, qu’il n’y ai aucune perte, mais c’était du domaine du miracle si cela arrivait. L’ennemie qu’ils affrontaient n’en était pas à son premier coup d’essai et n’était jamais repartie complètement bredouille. Pour lui, par contre, ne serait-ce qu’avoir à déplorer une seule victime lui donnait un étrange sentiment de défaite qui pouvait quelques fois l’empêcher de se réjouir pleinement de la réussite d’une mission, et cette dernière n’allait sûrement pas être l’exception à la règle. Malheureusement, la demande d’Astarte était invraisemblable, tout simplement parce que des monstres assoiffés de mort et de sang comme elle existaient, il fallait des personnes pouvant les affronter.  Et les Etats-Unis, aussi bien armés fussent-elles, ne pourraient rien contre des Astarte et autres Doomsday venaient répandre le chaos et la désolation partout où ils passaient.
avatar
Membre de LOD

Profil
Perso


Date d'inscription : 10/10/2018
Crédits : Darkdream
Messages : 34
Batarangs : 300
Age du joueur : 28 Team Titans
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2425-when-no-one-else-did-when-no-one-else-could-kyle-rayner http://legendsofdc.creationforum.net/t2430-kyle-rayner-liens http://legendsofdc.creationforum.net/t2431-arc-narratif-de-kyle-rayner
Mar 30 Oct - 18:43
Revenir en haut Aller en bas
Ah… L’ennemi avait avancé ses premières pièces sur l’échiquier. Qui, elle l’ignorait. Combien également. Mais définitivement, quelque chose venait de se produire car les caméras de surveillance du navire cessèrent brutalement de fonctionner. Certains super criminels, dans leur arrogance, se disent que c’est un inconvénient mineur et que dans leur supériorité, ils triompheront de toute menace. Bien que consumée par une folie née de siècles d’abus physiques et psychologiques, Astarte avait gardé un intellect froid et plus aiguisé que la plus coupante des lames. Son ou ses adversaires avaient cherché à la rendre sourde et aveugle et elle ne pouvait qu’apprécier avoir à affronter quelqu’un avec un sens stratégique digne de ce nom. Soit les otages étaient l’objectif principal, soit c’était elle ou un amalgame de sous-objectifs entre les deux.
 
Les caméras étaient peut-être hors service mais le résultat restait le même. Les conditions qu’elle avait imposées n’avaient pas été respectées et n’ayant qu’une parole, les conséquences d’un tel acte de défi n’allaient pas tarder à se faire sentir. Ordonnant qu’on contacte la maison blanche avec le système de communication du navire, elle fit savoir que le non-respect de ses consignes allait coûter la vie à cent personnes. Malgré les protestations au bout du fil comme quoi le gouvernement n’a envoyé aucun super héros, que toute initiative n’a pas été mandatée par le président et de ne pas tirer de conclusions hâtive, Astarte annonce calmement que cent cinquante autres otages seront exécutés pour apprendre à ces couards à se faire pousser une colonne vertébrale et assumer le poids de leurs actes. Comptez-vous chanceux que je ne les torture pas, ajoute-t-elle.
 
Juste avant de couper la communication, les cris de ses victimes sont parfaitement audibles pour les huiles lourdes de la maison blanche. Elle ne perd pas de temps. D’une brutale efficacité, la Citizenry est excessivement efficace quand vient le temps de répandre la mort autour d’elle. Ordonnant de modifier toutes les patrouilles planifiées, de deux guerrières elles passent à trois. Moins d’équipes pour arpenter le gigantesque navire, certes mais plus de soldates pour se défendre en cas d’attaque. Une guerrière de la Citizenry est comme une amazone de l’espace. Alors trois? C’est bien assez pour donner du fil à retordre à la plupart des super héros. Armement futuriste et culture guerrière du berceau à la tombe, on ne plaisante pas avec ces choses-là. Maintenant… Puisque des trouble-fêtes se sont invités à bord… Il serait impoli de ne pas les accueillir.

 
 « À l’attention des forces ennemies actuellement à bord. Deux cent cinquante personnes ont déjà été exécutées pour votre transgression et le manque de courage du gouvernement de ce pays. Quittez le navire immédiatement ou chaque guerrière qui tombera au combat se verra vengée par la mort d’otages supplémentaires. Et s’il n’y a plus d’otage… Nous trouverons d’autres victimes à faire. »
 
Cette mise en garde faite, depuis le pont de commandement, Astarte supervise le déroulement des opérations. Trois de ses lieutenants lui font un rapport. Phase un terminée. Excellent. Un champ de force entoure maintenant la salle des machines, le poste de commandement et l’endroit où sont retenus les otages. Trois champs distincts et indépendants. Trois problèmes à régler. Sans tomber dans l’arrogance, Astarte ne se sent pas trop inquiétée par l’arsenal ennemi. Quand la technologie devient si avancée qu’elle devient de la magie pour certains, c’est qu’il y a de quoi faire obstacle à ce que vos ennemis, aussi puissants soient-ils. Il est probable qu’au final, la Citizenry quitte le théâtre des opérations sans avoir obtenu ce qu’elle désirait. Mais c’était prévu. Elle ne peut pas gagner aujourd’hui. La loi ne sera jamais signée.
 
N’importe quel adversaire intelligent ne pourra faire autrement que de le remarquer et l’on n’envoie pas des imbéciles pour se frotter à une puissance intergalactique qui inquiétait même les Oa. Plus encore, avec les enjeux sur la table, assurément que l’opposition serait composée de grands guerriers ou de grands stratèges. Même sans système de surveillance, elle pourrait continuer à mener son plan à bien. La téléportation étant encore fonctionnelle et ayant préparé quelques surprises justement pour ce genre d’éventualité, la « victoire » ennemie serait assurément aigre-douce, plus amer que douce. Le porte-avion mit le cap sur la base navale. Pourquoi priver le peuple américain du combat épique qui se préparait sans doute à bord? Avides de sensations comme ils sont, les humains de ce pays voudraient tout voir et tout savoir au détriment de leurs vies.
 
Et c’est justement sur ce comportement irrationnel qu’Astarte comptait. Certains super héros avaient dit à la blague qu’il serait bon que le monde reste tranquille cinq minutes. Plusieurs psychologues s’étaient penchés sur l’effet de groupe, pourquoi est-ce que des civils sans défense s’attroupent pour regarder quelque chose de potentiellement mortel. Tout ceci, Astarte l’avait étudié. Elle savait comment utiliser la chose à son avantage. Et pour s’assurer de ne donner aucune information à l’ennemi, les troupes embarquées dans cette mission ne parlaient aucune langue terrienne et ne transportaient aucun appareil de traduction. Même la capture serait au désavantage de l’adversaire : personne n’avait vraiment eu la chance d’étudier la langue ou les dialectes présents au sein de la Citizenry pour une bonne raison : personne n’avait vécu assez longtemps pour le faire.
 
Mais ces ennemis ou cet ennemi à bord… Voilà qui l’intriguait. Assurément, la cause de cette interférence n’était pas technologique car même les caméras des armures de ses troupes connaissaient des problèmes de fonctionnement. De la magie, alors? Elle avait été jadis élevée parmi les amazones. Elle en connaissait l’existence à défaut d’en connaitre les arcanes. Curieux. En général les pratiquants des arcanes étaient plus du genre à neutraliser les menaces magiques. Pas les menaces technologiques. Qu’importe, ce ne serait que plus stimulant que de découvrir les raisons ayant mené à cette intervention. En plus, vraisemblablement, il ne s’agissait pas de ses adversaires habituels. Batman, Superman, sa nièce, Wonder Woman… La guerrière en elle ne pouvait qu’apprécier la chance d’affronter de nouveaux adversaires. Plus encore, elle avait hâte de le faire.
 
Regardant l’horloge, il restait un peu moins de trois quart d’heure avant qu’elle ne déchaine le feu nucléaire sur les États-Unis. Ou une catastrophe assimilable. Astarte n’avait qu’une parole, toute super criminelle qu’elle fut. Un point que certains de ses ennemis avaient souvent tenté d’utiliser. Arriver à un compromis. Voyons comment cette nouvelle opposition allait s’y prendre. De toute façon ce n’était pas très difficile de deviner où elle était : derrière un des trois champs de force. Le choix logique serait le poste de commandement mais face à un ennemi disposant d’une technologie de téléportation considérablement plus compliquée à neutraliser… Ce serait comme le bonneteau. Jamais où vous vous attendez à la trouver, assurément. Il restait à voir si ses adversaires étaient aussi enthousiastes à l’idée d’en découdre qu’elle.
avatar
Membre de LOD

Profil
Perso
Date d'inscription : 12/05/2017
Crédits : N.A.
Messages : 103
Batarangs : 4560
Age du joueur : 30
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t907-astarte-imperatrice-du-serpent-d-argent http://legendsofdc.creationforum.net/t913-operations-de-limperatrice-du-serpent-dargent-en-vue-de-la-destruction-de-la-terre http://legendsofdc.creationforum.net/t914-liste-de-personnes-a-surveiller-en-cas-de-disparition-de-limperatrice-du-serpent-dargent http://legendsofdc.creationforum.net/t1177-arcs-narratifs-de-astarte
Mer 31 Oct - 13:49
Revenir en haut Aller en bas

Une plaisante et épouvantable odeur de mort régnait dans la carcasse métallique du porte-avion. Ramassé au sol tel un limier en chasse, Etrigan huma et capta les ravissantes effluves, les arômes subtils et les nuances âcres qui planaient dans son environnement. Autant de détails olfactifs morbides qui révulsèrent Jason, pourtant heureux bénéficiaire de cet odorat sur-développé. Le druide ne partageait pas le ravissement de son alter-ego pour le sang, les stigmates d'affrontements et les viscères exposées à l'air libre ; toutefois, puisqu'il se trouvait en zone hostile, le britannique laissa les rênes mentales du contrôle de son corps au général démoniaque qui, accroupi les paumes à plat sur le sol, s'imprégnait des vibrations de l'U.S.S. Kennedy en grondant doucement au-travers de ses crocs.
Une odeur nouvelle et inconnue fit brusquement pivoter la tête du possédé vers les parois du bâtiment, à une vitesse qui aurait arraché des ligaments chez un corps humain lambda.


What the? Ami, ou ennemi ?  Interrogea mentalement l'anglais, sans obtenir de réponse à sa question.

Tel un cyheuraeth, comme les gallois appelaient ces apparitions fantomatiques, un homme en combinaison luisante verte passa au-travers de la coque du porte-avion, s'immobilisant pour dévisager l'agent d'A.R.G.U.S. infiltré. Jason ne le reconnut pas, et il n'évoquait qu'étrangeté pour le fils rimeur de Belial. Pourtant, l'inconnu, lui, sut nommer le démon, et témoigna une certaine tranquillité face au possédé – lequel ne partageait pas cette sérénité. Sur son visage crispé encadré de cheveux châtain humides, Etrigan n'affichait qu'une hostilité sauvage soulignée par la posture ramassée de son corps, et la chaleur surnaturelle qui faisait ondoyer l'air autour de sa gueule.


Waller aurait oublié de nous prévenir qu'elle nous envoyait du renfort ? Cet individu en combinaison colotée nous connaît, au moins de réputation... Peina à décoder le britannique, qui hésitait entre voir chez son interlocuteur un bon samaritain ou un imprévu avec lequel il devrait composer.

Son démon intérieur, lui, ne s’embarrassa pas de la moindre considération de cet ordre. Avec un ton aussi noir que la tenue de l'escadron qu'il portait, il mit son pharynx en action, les griffes au bout de ses doigts raclant distraitement le métal à leur portée.


Tuer est mon but, mortel impudent ! Pour cela, je n'ai pas besoin de plan. Grimaça le corps du druide possédé par une entité malveillante en écarquillant follement les yeux, avant de faire claquer ses mâchoires dans l'air lorsque la volonté du mage britannique s'efforça de le discipliner un peu.

Artificiellement calme, Jason Blood reçut le message diffusé par la commandante des forces ennemies le cœur lourd. Ses muscles continuaient de vouloir agir, mais il n'abdiqua pas, bloquant toute tentative d'Etrigan pour s'élancer vers la preneuse d'otages. Le rejeton des enfers s'impatientait, bouillonnait d'envie de se jeter à la gorge de cette femelle qui se pensait maligne et intouchable, trop rusée pour devoir subir le revers cuisant de la défaite. Dans l'esprit du général infernal arraché à ses profondeurs natales, un assaut frontal serait la solution au problème posé par la Citizenry (comme pour n'importe quelle difficulté auquel on le confrontait). Son hôte humain, lui, vit plus loin qu'au court terme les conséquences de pareille offensive, notamment parce qu'il imaginait l'adversaire d'un œil moins méprisant. Et au vue de la réaction de l'autre intrus, le druide n'était pas le seul qui espérait pouvoir sauver des vies innocentes, lors de cette intervention sur le porte-avion.


She knows someone is here. Mais elle n'a peut-être pas d'idée précise sur qui se trouve dans l'U.S.S. Kennedy... Nous pourrions faire en sorte d'être les seuls intrus apparents, pour laisser à l'homme vert le temps de trouver les otages et de les libérer ? Considéra aussi froidement que possible l'adepte des solutions non-violentes, tandis qu'Etrigan rugissait son refus dans leurs pensées communes. Ce furent pourtant les mots de l'anglais, et non ceux de l'amateur de massacres, qui franchirent les lèvres du corps partagé par les deux individus.

Jouez donc ces simagrée avec moi : prétendons que je suis seul sous ce toit. Articula lentement le possédé au teint cireux, en reprenant transitoirement une posture bipède plus propre à Jason qu'à Etrigan, avant d'inspirer à fond pour pouvoir faire tonner son timbre rocailleux d'un bout à l'autre des trois cents vingt mètres du bâtiment.

Le plan improvisé par l'agent d'A.R.G.U.S. s'appuyait sur beaucoup d'incertitudes, et consistait à faire croire à l'impératrice du serpent d'argent que ce n'était pas un héros qui avait fait son entrée sur le porte-avion, mais un super-vilain désireux de s'emparer du navire, et qui comptait bien s'approprier de force l'objet de sa convoitise. Face à cette concurrence imprévue, Astarte n'aurait plus de raison de sacrifier d'autres otages, étant donné que la mort de ces derniers n'avait aucune chance de dissuader un criminel de s'approcher de sa position. Tardivement, l'intrusion détectée par la Citizenry serait justifiée par la présence d'une force effectivement hostile (et nécessitant une prise en charge), mais sans rapport avec le gouvernement américain ou les super-héros, ce qui retarderait l'exécution punitive d'autres membres d'équipage (et dans le scénario idéal, la supercherie tiendrait jusqu'à ce que les civils aient été mis en sûreté par le second intrus). Mentalement épuisé par ses efforts pour refréner son alter-ego, le britannique fit au plus simple, pour imiter la conduite et le discours d'un individu malveillant : il relâcha l'emprise de sa volonté sur son corps, permettant au fils de Belial d'en profiter pour fanfaronner outrageusement en s'élançant vers les ponts supérieurs.


QUI DONC OSE VOLER SON DÛ À ETRIGAN, GÉNÉRAL DES ENFERS ? SACRIFIEZ À VOTRE GRÉ CENT OU MILLE GENS, VOUS NE ME FEREZ PAS TAIRE ! Tonna le très bestial humanoïde en annonçant littéralement sa position par un brasier surgi des entrailles du porte-avion.

Il devint en quelques mètres le feu, le mal et la destruction. Pire qu'un dragon ulcéré, le démon rimeur expulsa droit vers les escaliers les flammes infernales qui constituaient sa marque de fabrique, avant de se métamorphoser en masse noueuse et puissante s'agitant depuis les cales. Il frappait tout en progressant, ruant et déchirant chaque obstacle comme une explosion impossible à contenir, invitant presque les amazones d'Astarte à venir l'arrêter en l'abattant sur place. Malgré tout, Jason veillait à ce qu'aucun dégât sérieux ne soit occasionné à la structure du porte-avion, afin que les dégradations, bien que visuelles, restent superficielles.

Le premier trio sur lequel il tomba lui permit d'apprécier le niveau de ses adversaires, et ne doucha en rien son enthousiasme sulfureux : ces guerrières d'ailleurs frappaient juste, vite et fort, tout en parant, esquivant et bloquant ses coups, malgré le fait qu'il soit capable de voler. Etrigan se rengorgea de cette première passe d'armes, qui le laissa blessé, avec des marques d'impacts de tir énergétiques sur le torse, et du sang exotique plein les crocs. Dire qu'il restait tant de ses merveilleuses opposantes sur le vaisseau ! D'un geste sec, le damné sépara la tête d'une de ses victimes du reste de son corps, pour la brandir.


PLUS DE BRETTEUSES ! QU'ON M'EN ENVOIE PLUS ! J'EN VEUX, DES GUEUSES BAFOUANT MORPHÉUS Exigea-t-il de toute sa puissance vocale, en jetant le crâne d'amazone dans l'espoir qu'avec le jeu des rebonds, il atterrisse aux pieds de la Citizenry.


__________
Gone, gone the form of Man !
Arise the Demon, Etrigan !
avatar
ADMIN ♔ HOST OF A DEMON

Profil
Perso


Pseudo : Pas vraiment de pseudo
Date d'inscription : 17/04/2016
Crédits : Thundered
Messages : 499
Batarangs : 1810
Age du joueur : 27 Suicide Squad
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t140-jason-blood http://legendsofdc.creationforum.net/t161-jason-blood-druid-path-through-dark-days#1282 http://legendsofdc.creationforum.net/t162-jason-blood-alone-i-am-doomed#1284 http://legendsofdc.creationforum.net/t1052-arcs-narratifs-de-jason-blood
Mar 6 Nov - 14:52
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: