Partagez | 
 

 Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4086 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Mar 28 Aoû - 12:05



La dernière fois que je me suis retrouvée au volant d'un bolide de ce genre, c'était pendant une virée avec des copines... Confiais-je finalement à ma passagère, en lissant des mains le volant de la Lexus flambante neuve.

Le feu rouge où nous étions arrêtées ne s'éterniserait pas, mais nous roulions depuis plusieurs minutes au milieu du centre-ville, dans un décor citadin qui me renvoyait à ma plus récente sortie avec White et Mag'. De jour comme de nuit, Starling avait le don de m'évoquer Gotham, surtout lorsque je me trouvais dans une situation similaire à l'une de mes précédentes excursions (à savoir aux commandes d'une voiture puissante, avec une passagère imprévisible à ma droite, l'air nocturne dans les narines, et le cœur un peu trop palpitant). Différence majeure entre les deux scènes : je ne portais pas mon " bleu de travail ", ce soir (ce qui expliquait l'absence de voitures de police à mes trousses), et il n'y avait personne dans notre coffre (à ma connaissance). D'ailleurs, je faillis ouvrir la bouche pour poser la question à Mejishen (juste pour voir quelle tronche elle ferait), mais fut distraite par un groupe de jeunes hommes dépassant notre position, sur le trottoir. Aussi bruyants que n'importe quelle bande d'amis en vadrouille, ils marchaient à grands pas, en échangeant des plaisanteries relatives à la récente victoire de l'équipe locale de base-ball, s'attirant un regard figé de ma part. Encore plongée dans mes souvenirs, je revis dans ce groupe turbulent les pimbêches de l'autre fois.
Un soudain coup de klaxon m'apprit que le feu était passé au vert ; l'impatiente qui martelait son volant derrière moi eu droit à un grand geste de sympathie avant que je ne reparte. Un rugissement de moteur à peine sollicité nous éloigna en un battement de cils du pare-choc de cette bourge, rigide comme une baguette. J'eus la crainte momentanée qu'elle soit en route pour la même réception que nous ; un second examen de sa mise dans le rétroviseur m'apprit que madame n'était pas du tout sur son trente et un. La voir tourner vers Daleyville me confirma qu'elle ne figurerait pas parmi les invités. De plus, sa voiture à elle possédait une ligne beaucoup plus citadine que la notre, nettement moins tape-à-l’œil. Je n'aurais fait l'échange pour rien au monde !

La LFA en jetait un maximum, comme me l'avaient apprise toutes les têtes se tournant à notre passage, et encore heureuse ! Il me faudrait au moins ça, pour en mettre plein la vue à Queen. Le coup des talons et de la robe cocktail noire sans manches avait marché la première fois, mais risquait de perdre de son charme, si je ne l'accompagnais pas d'une nouveauté percutante (et j'imaginais mal cet homme être impressionné par le moindre bijou que je puisse porter). Niveau accessoire frappant la rétine, une automobile racée et fringante ferait nettement plus effet.


Oui, "ce genre" de copines. Sous-entendis-je en biais à ma voisine (tout aussi joliment habillée pour sortir,) l’œil occupé à vérifier que le courant d'air ne décoiffait pas complètement les cheveux que j'avais mis un quart d'heure à ordonner. Conduire la vitre baissée avait cet inconvénient, mais m'assurait de sentir le vent de la liberté sur ma peau, un plaisir dont je ne savais pas me passer.

Depuis Shiratu et le début de notre petite cohabitation, j'essayais de ne pas trop mentir à Mej' ; déjà parce que je l'aimais bien, cette génie ; ensuite, parce qu'elle ne me mentait pas, et que je trouvais ça assez agréable pour vouloir lui retourner la politesse ; et enfin, parce qu'elle devait pouvoir le sentir sans problèmes. Plutôt que de taire le fait (assez évident) que les fréquentations mentionnées étaient des criminelles, je mis l'accent sur la non-malveillance de nos actions (lors de cette sortie précise), pour rester dans la pédagogie d'une résidente de la troisième dimension s'adressant à une native de la quatrième.


On était principalement sorties pour s'amuser... Peut-être au détriment de quelques personnes, mais ils l'avaient mérité ! Dis-je d'un ton léger, assez sûre de ne pas mentir en présentant ainsi les choses, et confortée par le fait que Mejishen n'était pas la dernière pour jouer des tours aux gens " pas très gentils ". La bagnole en question avait été empruntée, là aussi, mais pas à un ami, et sans projet de restituer le véhicule. Continuais-je, en négociant en douceur un virage vers Clarendon avenue. La Lexus que m'avait passée Dan' coula sans bruit sur l'asphalte, comparée au reste des voitures sur la route. Et nous n'avons pris part à aucune soirée chic ; c'était plutôt nous, les animations chocs ! Je me permis un petit clin d’œil impertinent, le genre de chose que je ne pourrais plus faire une fois que nous serions débarquées là au Chase Lawler avait convié le gratin de Starling city.

Cette soirée sur Orchid Bay, au milieu des riches et des puissants, constituait autant un petit break pour moi qu'une nouvelle occasion de montrer à Mejishen comment les gens de ma dimension pouvaient se distraire (sans nécessairement commettre d'acte illicite grave). En acceptant de lui montrer l'envers de mon décor, je m'étais dès le départ préparée à initier la génie à mes loisirs – et pas forcément les plus classiques, ni les plus prestigieux. Elle en savait déjà suffisamment à mon sujet pour ne pas s'étonner de me voir flirter avec de beaux businessmen dans l'unique but de les délester de quelques possessions. En plus, cette excursion sur la côte Ouest allait de nouveau mettre à l'épreuve sa capacité à ne pas employer ses pouvoirs pour résoudre un problème. Le self-control de Mejishen serait testé dans un contexte de caviar, de bulles de champagne et de foie gras, pendant que les discussions environnantes lui offriraient un large échantillon des soucis quotidiens que pouvaient avoir les résidents fortunés de la troisième dimension. De belles perspectives de dialogues enrichissants s'offriraient alors à cette génie quadridimensionnelle ! (à condition qu'elle parvienne à conserver l'anonymat, mais je ne m'en faisais pas, de ce côté). Et dans le pire des cas, elle pourrait rabattre le caquet de quelques vantards un peu trop habitués aux flatteries.

Sans doute à cause de la proximité géographique entre les deux villes, je mis à profit un ralentissement du trafic pour demander du tac-au-tac à ma passagère, comme si de rien n'était :


D'après toi, je ferais une bonne chef d'équipe ?

La question me trottait suffisamment dans la tête pour aller jusqu'à franchir mes lèvres. De Snart ou Mejishen, j'ignorais l'opinion duquel m'apparaîtrait le plus valide ; en revanche, je connaissais déjà la réponse (glaciale) de l'un à ma question.

La sonnerie de mon téléphone coupa la réponse de mon interlocutrice. L'indicateur stipulait que l'appel émanait de Daniel Rogers. Puisque je conduisais actuellement une voiture (volée) qu'il m'avait prêtée pour ce soir, je fis le choix logique de décrocher, au cas où.


Dani ? Je pensais avoir la permission de trois heure du matin... Grognais-je d'un air exagérément chagrin, juste avant de redevenir sérieuse parce que mon correspondant m'annonça de but en blanc que j'étais (enfin, que nous étions) dans la merde.

On voulait ma peau. Rien de neuf sous le soleil. Malheureusement, " on " désignait ici les
one hundred. Ils venaient de faire cracher à Daniel assez d'informations pour pouvoir me retrouver sans mal (en le passant à tabac, bien sûr). J'envoyai balader mon téléphone. Mon pied écrasa net l'accélérateur, et je fis partir la Lexus dans un excès de vitesse absolument décoiffant, qui allait rallonger mon casier en Californie. Tout en me concentrant pour essayer de ne pas nous tuer dans un carambolage, je résumai sèchement la situation à Mejishen.


Des types ont été envoyés pour m'éliminer. Inutile de dire qui ou pourquoi, vu que ça ne ferait aucune différence à l'heure actuelle. Le virage suivant fut pris au frein à main, et déclencha un tonnerre de protestations klaxonnées. Dans le lot, il y en a un qui a le pouvoir de générer des séismes, donc on va éviter de rester dans les parages. Surtout qu'ils ont une description assez précise de moi. " Une jolie brunette habillée en noir, conduisant une LFA dans le centre-ville ". Sauf miracle, je devais être la seule femme de Starling à remplir tous ces critères, ce qui constituait une raison suffisante pour violer le code de la route dans les grandes largeurs, direction un coin où nous pourrions changer de véhicule. Point positif : je pouvais lâcher la bride au bolide, et sentis toute la puissance du moteur me soulever au-dessus de la route.

Juste par précaution, je me permis de rappeler à ma passagère :


Pas d'altération de la réalité, sauf si ça nous sauve d'une mort immédiate. Je reconnais que la situation n'est pas brillante, mais on va tâcher de s'en sortir comme deux femmes de la troisième dimension. Dis-je, en essayant (inutilement) de ne pas montrer à quel point je prenais mon pied.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
Membre de LOD
Messages : 296 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11970

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Mar 28 Aoû - 15:09

Vous savez à ce qu’on dit les blagues qui s’éternisent finissent par être lourdes et plus amusantes du tout. Pourtant… Le cas de Selina prouve que ce n’est pas toujours vrai. Je pensais remettre sur l’étagère le personnage de Mejishen mais me voilà sur le siège passager en plein Starling City à « apprendre comment être une simple humaine ». S’il faut dire la vérité, j’ai déjà eu quelques expériences de ce type mais rien d’aussi prolongé. Et jamais je n’aurais pensé que Catwoman puisse se montrer si… « Réglo », on va dire, avec quelqu’un. Oh elle n’est pas devenue une sainte du jour au lendemain mais elle s’abstient de faire des choses criminelles en ma présence (enfin, les gros délits car plus vous chassez le naturel, plus il revient au galop) ou de me mentir la très grande majorité du temps. C’est déjà un bon point pour elle, je dirais.

Évidemment, je m’arrange pour jouer mon rôle, je m’en voudrais de la décevoir, si tant est qu’elle a des attentes particulières face à moi. Ou plutôt de la décevoir en devenant une petite chose placide et servile. Juste mon apparence physique. Ce fut toute une épopée de me faire accepter de troquer mon apparence bleutée (enfin, celle de Mejishen) pour quelque chose de plus normal pour les Humains. Et naturellement, avec toute l’immaturité qu’on peut attendre d’un être surpuissant qu’on prive de ses pouvoirs, elle avait dû se farcir au moins une heure de moi qui change de physique et de vêtements comme à l’écran de création des Sims dans le jeu du même nom. Je laisse à votre discrétion le menu duquel de cette franchise, par contre. Je n’allais pas lui rendre la vie facile, certainement pas. Je voulais tester sa patience et le sérieux de son initiative.

Ce qui nous amène à aujourd’hui où nous devions aller à une soirée chic ou une réception ou je ne sais trop et naturellement, comme n’importe quoi avec Selina, on passait immédiatement au plan C (catastrophe) ou D (désastre). Qu’avait-elle encore pu faire pour que mon apprentissage soit compromis par je ne sais quel péril mortel encore? Et pas que ça, avec une telle conduite, ils n’auront même pas besoin d’assassins pour l’éliminer, elle va faire le travail elle-même! Je n’ai rien contre une conduite « sportive » mais là c’est frôler le suicide! Et en plus elle m’interdit d’utiliser mes pouvoirs! Je paierais cher pour un siège éjectable, tiens! Une seconde j’étais en train d’écouter un énième récit de Selina et la seconde suivante, je dois me retenir de me cramponner à quelque chose. Je refuse de lui donner la satisfaction que je pourrais être effrayée!

Fort heureusement pour moi, j’ai décidé de m’habiller avec quelque chose de plus neutre, à commencer par quelque chose de distingué autorisant le port du pantalon. Mejishen aime les looks plus sports, quelque chose que Selina aura découvert pendant notre virée shopping où au lieu de la suivre dans cette affreuse boutique pleine de gens pédants je lui avais faussé compagnie pour une boutique qui ne considère pas qu’on doit commettre un génocide chez les vers à soie pour faire UNE robe. En tout cas comptez sur moi pour faire un commentaire (ou plusieurs) sur la présente situation parce que moi qui adore parler, si on me prive de répondre à la partie fun de la discussion avant ce changement de programme soudain, je vais te la houspiller moi, la Selina Kyle! Mejishen n’est pas contente, on lui avait promis apprentissage et petits fours, quand même!


« Tu fais exprès! Je suis sûre que tu fais exprès! Pourquoi est-ce que chaque fois que tu dis que je vais apprendre quelque chose, soit je sers d’appât sans le savoir, soit tes ennuis nous rattrape, sois on se retrouve accidentellement face à une de tes anciennes… Conquêtes, on va dire? Je me suis prise une gifle et on m’a traité de mijaurée à cause de toi! Mais le pire de tout, le pire! Pas de pouvoirs et pas de petits fours! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 121 Age du joueur : 29 Crédits : Moi-même Batarangs : 4060
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Mar 28 Aoû - 16:40

Les gens payent des assurances des fortunes pour ne pas vouloir les utiliser au moment opportun. C'est un peu idiot non ? Mais n'est-ce pas la vérité ? Combien de gens se rentrent dedans et, au moment de sortir de leurs voitures, se regardent mutuellement déjà en accord sur le principe suivant : "On ne contacte pas nos assurances, hein ?" Parce que les assurances se moquent bien de qui est responsable et qui ne l'est pas, si vous avez un accident, vous perdez du bonus, même si c'est trois fois rien, même si ça attend le prochain accident où vous serez responsable. Et oui, les gens n'osent pas utiliser leur assurance. Quand à moi, après mon périple avec Slade Wilson alias Deathstroke et bien j'avais utilisé mon assurance, persuadée que ça ne fonctionnerait pas, en raison des dégâts occasionnés à mon véhicule. Je ne vais pas vous mentir, j'ai joué ma pauvre petite victime éplorée et totalement traumatisée par ce qui est arrivé alors que j'ai pris un pied d'enfer. Je n'ai pas pensé à la mort possible et très envisageable un seul instant. J'étais trop enivrée par l'ivresse de l'adrénaline. Il y avait longtemps que je n'avais plus roulé ainsi comme une possédée.

Désormais les choses de ma vie ordinaire revenaient, comme par exemple de faire les courses. Cela peut sembler idiot, aujourd'hui avec tout ce qu'on peut commander en ligne mais la vérité c'est que j'adore faire mes courses. Oui, celles du quotidien, pas du shopping. Avec ma petite liste, mon caddy, ma place de parking à l'autre bout du … non, je rigole, je ne suis pas de ceux qui ont une grosse et belle voiture et qui se garent à la sortie du parking sur trois places. La preuve, je suis garée entre une Honda Civic affreuse et une BMW plus vieille que moi. Dans le magasin je suis comme dans mon garage, comme dans mon travail, comme chez moi : méthodique et organisée, réglée comme une horloge suisse. Ma liste de course n'est dans aucun ordre logique mais je sais exactement où tout se trouve dans le magasin et finalement ce n'est l'histoire que de quelques minutes, plus quelques achats spontanés non prévus au programme. Je suis de retour très vite dans ma voiture pour traverser la ville. Ce soir c'est crêpes au Nutella, vin rouge et piscine ! La détente totale. Probablement un peu de musique en fond. Sûrement du classique. Je ne suis pas encore fixée sur la musique. Ca manque d'une autre personne cela dit. Bah qui sait, peut-être qu'à un passage piéton il y aura une belle piétonne qui finira chez moi ne serait-ce que pour le frisson de rouler en LFA et finir la soirée dans une piscine avec un verre d'un vin rouge ridiculement hors de prix. Je sais apprécier le vin, j'en profite, tant pis si la personne avec moi ne sait pas le faire.

Cependant la vie, ce n'est pas une longue ligne droite où tout est prévu, où tout est écris. C'est plus un bordel imprévisible, un genre de kamoulox dont personne ne comprend les règles et tout le monde s'en moque éperdument parce que de toute façon : même si on pouvait tout contrôler, le voudrait-on vraiment ? Le fun dans la vie c'est justement de ne pas avoir le contrôle, de ne pas savoir ce qui nous attend, comme par exemple d'avoir la surprise de voir quatre voitures noires, avec vitres teintées me dépasser à très vive allure. Soit c'est encore un membre du gouvernement en retard à une soirée petits fours, soit ça sent le futur crime qui ne tardera pas à arriver. Je m'arrête au feu rouge, les voitures qui m'avaient doublé n'en ont pas fait autant. Je démarre quand le feu passe au vert, des crissements de pneu se font entendre, les voitures se sont arrêtées, juste un peu plus loin sur la route. Quelque chose me semble … étrange dans tout ça. Un espèce de pressentiment que quelque chose va encore arriver à ma voiture. Mais pourquoi ça ? Je ne suis pas la seule à rouler dans cette ville. Ni même sur cette route. Certainement pas à cet instant. Pourquoi ça serait pour moi d'ailleurs ? Je n'ai rien fait. Enfin pas ces derniers temps. Cela dit les hommes sortis des voitures semblent savoir ce qu'ils cherchent ou qui ils cherchent. Je passe à côté des voitures arrêtés, accélérant quand ils me font signe de m'arrêter. Tant pis pour le code de la route, le prochain feu est orange mais je ne compte pas m'arrêter. Du moins pas volontairement … J'ai tout juste le temps de faire tourner la voiture pour ne pas heurter le muret qui est apparu devant moi de plein fouet. La partie passager de la voiture est encastrée dans un muret de un mètre de haut, mes courses posées sur le siège passager se sont heurtés violemment au muret lors de l'impact. Je suis secouée, sortant de la voiture maladroitement. Sur mon jean quelque chose a fait une tâche … putain … j'ai éclaté mon pot de Nutella. Mon chemisier blanc est tâché de jus de pèche … pauvres pèches. Je sors de la voiture, maladroite sur mes jambes, me rattrapant au véhicule pour constater que je suis dans un … trou ? Bordel … C'est quoi ce délire ? Il n'y a que ma voiture dans le trou, c'est … ridicule ! Comme si ça avait été fait volontairement ? J'entends des pas précipités alors que je sors du trou fraichement creusé pour voir les hommes des voitures devant moi, armés, visiblement mécontents.

« Si c'est au sujet de la voiture, je vous jure que ce n'était pas une arnaque à l'assurance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4086 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Sam 1 Sep - 2:58



Les vrombissements du moteur et les klaxons/insultes soulevés par mon passage ne m'empêchaient pas d'entendre les plaintes de Mej', qui se scandalisa du changement de programme (que j'avais d'après elle orchestré). Mes lèvres colorées en rouge coquelicot s'étirèrent en une pointe de sourire, et je me fendis d'un de mes habituels commentaires ironiques, l'articulation rendue sèche par la tension du moment.

Tu m'as eue, Mejishen ; effectivement, je m'ennuyais un peu avec toi, alors je me suis dit que ce serait plus fun de me mettre tout un gang à dos. La gomme de nos pneus crissa lorsque je fis faire un virage imprévu à la LFA ; l'intersection vers laquelle je roulais m'avait semblée trop propice à une embuscade pour que je m'y risque. Je leur avais donné rendez-vous sur les réseaux sociaux, et pour bien faire les choses, autant s'ajouter le handicap " Génie interdit " ! Plaisantais-je en toute amertume, pour faire référence à la consigne reçue par la djinn.

J'estimais à quelques minutes le délai qui nous séparait du début d'une course-poursuite avec la police de Starling (voire de l'irruption de l'Archer Vert, s'il n'avait rien de mieux à empêcher ce soir qu'une infraction tonitruante au code de la route). Voilà qui me procurait un objectif tout trouvé : survivre jusqu'à la survenue des forces de l'ordre, en roulant à contre-sens et en grillant les priorités si nécessaire. En gros, faire en voiture et sur la route ce que je faisais généralement à pieds et sur les toits : veiller à finir poursuivie par des messieurs à badge. Je ne manquerais pas d'adrénaline, avec ce programme (qui visait moins à me divertir qu'à me sauver la peau) !  Dans mon esprit, il était assez probable que les
One Hundred et le SCPD s'entre-déchireraient, s'ils se tombaient dessus (je n'avais pas d'immenses considérations pour la police de cette ville, mais je l'espérais capable de repousser une escouade de gangsters armés... Et accompagnée d'un méta). Même si mes pronostics s'avéraient faux, et qu'un gagnant émergeait de cette lutte pour me capturer (ou m'abattre), nous quitterions la zone bien avant (nous laissant Mejishen et moi, intactes, avec une belle anecdote à mentionner autour d'un verre). En grimaçant, je fis passer la LFA très près (trop près) d'une série de bornes délimitant une zone piétonne. La carrosserie n'en ressortit pas indemne (quelque-part, je fus soulagée de me dire qu'après m'avoir balancée, Daniel n'oserait pas me tenir rigueur de lui avoir esquinté l'une de ses bagnoles... Et puis, un vendeur de bagnoles volées, ça connaissait forcément des gens capables d'effacer les éraflures). Un peu conditionnée, je n'oubliai pas de glisser un commentaire encourageant à ma passagère (après être repartie de plus belle) pour ne pas la laisser bouder trop longtemps dans son coin.


La frustration, c'est une émotion très humaine ! C'est très bien que tu la ressentes. Ça fait partie des choses qui expliquent beaucoup du comportement des gens, dans cette dimension. L'affirmation faillit me coûter une seconde d'attention, pendant laquelle un motard jaillit sur ma gauche. Le volant bascula avant même que je pense à écarter la Lexus du deux roues, mes mains réagissant avant mon cerveau. Allez, Mej' ! Je t'en trouverai, des petits fours. Et tu n'auras à les partager qu'avec moi ! Tentais-je de négocier, les yeux roulant partout pour repérer le moindre véhicule susceptible d'annoncer l'arrivée de cent ennuis.

C'est de cette façon que je la vis, de loin et brièvement : parce que je décryptais tout azimut mon panorama immédiat, les côtés, l'arrière... Mon salut inespéré : une autre LFA, à l'arrêt, et conduite par une femme aux cheveux noirs (qui sortait de son bolide, quand mon regard se posa sur elle). Je n'en vis pas plus, mais ce fut plus que suffisant. Ici, dans le centre-ville de Starling, et la nuit où on me cherchait, circulait la sosie de mon profil (de ce qu'en avait lâché Daniel). Ma bonne étoile avait finalement décidé de me récompenser ! (il faudrait me dire pour quelle prétendue bonne action, parce qu'à l'heure actuelle, je me pensais plus en dette de B.A., mais ne refusons pas ce cadeau inespéré). J'allais pouvoir m'esquiver pendant que les
One Hundred perdraient leur temps avec ma doublure de circonstance !


Alors ça... Soupirais-je en me laissant aller contre le dossier, ravie d'échapper à mes poursuivants.

Le reste de mon exclamation me resta en travers de la gorge, tel une couleuvre bien dure à avaler. Pas un mot de colère ou d'agacement ne franchit mes lèvres. Ça n'aurait servi à rien (je ne pouvais rien prouver) sinon à empirer ma relation avec la génie. Je fis faire demi-tour à la LFA pour foncer à la rescousse de ma fausse jumelle. Celle-ci était entre temps sortie de sa Lexus pour essayer d'obtenir une explication à pourquoi sa voiture se trouvait dans un creux surgi du néant (et idéalement dimensionné pour piéger son véhicule). En face, une dizaine de gros bras armés la dévisageaient, guettant le signal de leur meneur pour ouvrir le feu et cribler de balles leur cible (ou se demandant s'ils avaient trouvé la bonne brunette, vue qu'elle portait du blanc, et pas du noir). Ils se seraient probablement déjà exécutés si une autre LFA ne s'était pas pointée à l'horizon en les mitraillant d'appels de phares et de coups de klaxons.

Je me doutais fortement que le hasard ayant mis sur ma route pile poil une autre femme cochant presque toutes les cases de mon profil n'avait rien de naturel. Quelles étaient les chances qu'une autre conductrice brune se balade dans le centre-ville de Starling au volant d'un modèle de collection précisément le soir où ça m'arrangeait ? Mon instinct hurlait à la tricherie. J'avais, après tout, une personne assise à ma droite qui pouvait arrêter le Temps,se téléporter, m'obliger à porter une tenue de princesse des mille et une nuits ou me donner les pouvoirs d'une déesse égyptienne, tout ça par un simple effort d'imagination. Je commençais à la connaître, la Mejishen. Elle avait une conception très personnelle de la morale, et tenait à inculquer des leçons aux autres. Découvrir que j'avais parmi mes ennemis les
One Hundred pouvait l'avoir poussée à agir au mépris de nos consignes. Avec la frustration de ne pas pouvoir participer à une soirée tranquille, je le suspectais d'avoir altéré la réalité pour me taper sur les doigts (et me faire sentir, une fois de plus, qu'elle désapprouvait de mes choix moraux les moins justifiables). Seule question qui persistait dans ma tête : ce leurre créé sur mesures pour me ressembler était-il réel ou illusoire ? Si la leçon était censée me pousser à affronter les conséquences de mes actes, il devait s'agir d'une véritable personne (dont la mort me pèserait, selon la génie, trop sur la conscience pour que je ne tente pas de l'empêcher...). Quoi qu'il en soit, je n'avais aucune manière de m'en assurer, et si je quittais les lieux telle une voleuse, Mejishen ne me le pardonnerait pas (elle se débrouillerait pour me faire pire, jusqu'à ce que je retienne la leçon). Tout en couvrant les derniers mètres qui nous séparaient du cratère (où était le méta, dans le lot ?), je tendis à la native de la quatrième dimension la perche qu'elle attendait pour pouvoir laisser libre cours à ses envies de manipulation non-létales de la réalité.


Fais-toi plaisir : ce sont de sales types !

Aussitôt après, un dérapage contrôlé (ou ce que je savais faire et qui s'en rapprochait le plus) amena la portière arrière aussi près que possible de l'innocente sans tomber dans le creux. Un peu avare en détails (peut-être que ça avait un lien avec la présence de personnes armées juste en face de moi), je hurlai :

MONTE !

Sitôt notre passagère à bord, je repris la route, bien déterminée à ne pas solliciter Mejishen plus que de raison.


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
Membre de LOD
Messages : 296 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11970

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Sam 1 Sep - 5:15

Ah on a l’air malines là, à fuir pour nos vies comme de vulgaires voleuses! Enfin, l’une d’entre nous EST une voleuse mais l’autre essaie simplement d’apprendre à devenir humaine. Et c’est une envie de lui mettre une gifle qui me passe par la tête plus que de la frustration.  On dirait presque qu’elle le fait exprès. Comment peut-on se fourrer dans pareil pétrin à tous les coups? Même en utilisant mes pouvoirs, j’aurais du mal à atteindre pareille combinaison d’éléments pour faire une telle chose. Enfin bon, qu’est-ce que je peux y faire, sans utiliser mes pouvoirs, cela s’entend? Subir, je suppose, faire la passagère et espérer qu’on va s’en sortir en vie. Cette conduite dangereuse est plus terrifiante qu’elle est excitante ou fascinante. Danger public! C’est la dernière fois que je la laisse conduire. Je veux descendre! Hum? Quoi? Ah ça…

Suis-je derrière l’apparition providentielle de cette diversion correspondant au signalement de Selina? La réponse évidente est non. Pas consciemment et certainement pas en mettant la vie d’une autre en danger. La réponse plus complexe est peut-être. Voyez-vous, je manipule la réalité. Mais comme toute personne de la Cinquième Dimension, je puise mon énergie dans le Chaos et ce dernier se manifeste à travers nous. Étant imprévisible donc, il peut influencer les événements à sa guise, sans que je n’ai de contrôle dessus. La bonne blague. Contrôler le chaos. Quelle idée stupide. Enfin bref. Je n’y suis pour rien dans cette séquence d’événements où nous nous retrouvons à devoir sauver une demoiselle en détresse. Je suis farceuse, pas chevalière! Je ne sauve pas les gens moi! Enfin… Jamais volontairement, ça c’est clair.

Mais Selina me donne la permission d’utiliser mes pouvoirs. Ce n’est pas tant que je ne l’aurais pas fait de toute façon. Bon, comment on va embêter notre monde? Pendant qu’elle se la joue héroïne de film d’action, moi je suis descendue calmement et je m’approche de tout ce beau petit monde avec toute l’insouciance et la naïveté d’une génie sous les traits d’une humaine qui ne sait pas que les balles, ça tue. Faisons paniquer un peu Selina en lui faisant croire que je prends mon rôle trop à cœur. Juste pour la faire râler plus tard, gronder comme un chat qui vient de se faire marcher sur la queue. J’adore la tourmenter, elle a tellement le don de collectionner les ennuis… C’est si facile que c’est est presque criminel, en fait. Pour quelqu’un qui a supposément des nerfs d’acier… Du coup, c’est moi qu’on met en joue et je commence à poser des questions…

Sur les armes à feu. Par exemple, s’ils connaissent le pourcentage de chance de rater une cible, de précision de ces engins de mort, du degré d’incertitude quand on met une cible en joue, tout ça, tout ça. Le plus impulsif du lot me tire dessus.. Et manque. Et quand je dis manque, c’est réussir à rater un éléphant dans un corridor étroit. À ce point ridiculement désespérant. Son pote se marre, me met en joue, tire… Et manque. Tant que leur degré de succès est inférieur à 100%, j’utilise mes pouvoirs pour empêcher les balles de me toucher. En fait, je suis en train de faire un énorme bonhomme sourire avec les projectiles qu’on m’envoie. Oh je ne m’attends pas à leur faire prendre la fuite. Se gagner du temps, en revanche… Ça pourrait être encore utile ça.  Surtout qu’en plus, j’entends les sirènes de police qui se rapproche et ça, ça veut dire un super héros pas trop loin.


« Est-ce que c’est très humain comme réaction que de vouloir ficher le camp d’ici parce que je ne veux PAS me faire arrêter et/ou taper dessus par un super héros? Et bonjour toi! Moi c’est Mejishen, elle c’est Selina et ne me demande pas pourquoi mais des gens veulent encore lui faire la peau. Moi? J’apprends à être humaine mais de toi à moi, je crois que ce n’est pas une très bonne prof en la matière… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 121 Age du joueur : 29 Crédits : Moi-même Batarangs : 4060
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Sam 1 Sep - 9:44

Je ne comprends pas vraiment ce qu'il se passe. Un instant je roule tranquillement sur la route, en plein milieu de la route, même pas pendant une course et soudainement je suis au fond d'un trou. Ce dernier est un peu plus profond que la hauteur de ma voiture et il est rapidement observé par des curieux qui, tout aussi rapidement qu'ils sont arrivés, se dispersent pour laisser place à des hommes armés. Pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir fait quoi que ce soit à qui que ce soit ces derniers temps. D'accord j'aide désormais l'Archer de la ville mais personne ne le sait ça. D'accord j'ai aidé Slade Wilson un jour mais la presse avait fait un bon travail pour faire remarquer que je n'avais pas vraiment eu le choix. Alors je ne savais pas ce que ces hommes me voulaient, d'autant que ça faisait beaucoup d'armes pour une solitaire petite moi. Je veux dire … Deux, trois pistolets, quelques couteaux ou même un katana j'aurai compris mais là … toutes ces armes de guerre, ça semble vraiment être exagéré. Sans compter cette inexplicable apparition d'un trou dans la chaussée ! La destruction de ma voiture, encore une fois ! Ca va finir par devenir un runing-gag, la voiture maudite de Ryan, qui ne peut jamais survivre à Starling pendant plus de 48 heures.

Je me tiens devant les hommes armés, je ne sais même pas ce qu'ils veulent et ils n'ont pas l'air d'avoir envie de parler. C'est un peu idiot quand même si je dois mourir maintenant sans même savoir pourquoi cela, sans même comprendre pourquoi je meure. Si c'est pour quelque chose que j'ai fait alors je peux me dire que je l'ai sans doute mérité, enfin si vraiment il y a motif à me tuer pour ce que j'ai fait. Après tout qu'est-ce que j'ai fait de mal jusqu'à ce jour ? J'ai survécu au Professeur Pyg mais ce ne sont pas des dolotrons qui se tiennent devant moi, j'ai embrassé Batgirl mais c'était il y a plusieurs années et je n'ai pas souvenir que les Bateux de Gotham utilisent des armes à feu pour tuer des gens. Ce qui nous laisse finalement avec peu de solution sinon : je suis simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Très sincèrement à voir la tête d'un des hommes, celui qui semble les diriger, il est facile à reconnaître c'est toujours celui qui a une arme de poing plutôt qu'un fusil mitrailleur. Si ça avait été des gentils face à moi le chef aurait été celui avec le plus beau manteau de cuir ou avec plus d'armes que nécessaire pour mener une guerre de cent ans sur lui. Enfin bref, leur chef semble avoir un doute, il ne donne pas l'ordre de tirer, me regarde longuement, il n'attend quand même pas un strip-tease ?

Soudainement mon cerveau a un bug terrible sur une chanson de Jean-Paul Césari. Ca commence avec une voiture qui surgit puis un coup de frein et des pneus qui crient. Rapidement les coups de feu retentissent et j'apprends que la justice s'appelle Nicky Meji.

Un ordre me tombe dessus, monter dans une voiture, une LFA que je regarde avec circonspection. Je m'approche de la voiture, passant à côté de la jeune femme qui s'est présentée comme Mejishen et qui ne semble pas très inquiète par les balles tirées dans sa direction sans jamais parvenir à l'atteindre étrangement. J'écoute ses mots et je ne comprends rien. Apprendre à être humaine ? Pas une bonne professeure ? Grand sourire charmant ? ENCORE lui faire la peau ? Je lui réponds quand même, à la seule question qu'elle a posé.

« Oui, c'est normal mais ça serait plus normal encore de ne pas vouloir se faire cribler de balles. »

En tout cas elle est belle, personne ne pourra dire le contraire. Quand à moi j'entre dans la voiture, m'asseyant sur le siège arrière en regardant la chauffeur qui n'avait pas été bien loquace jusque là.

« Je peux avoir quelques explications ? C'est quoi une Mejishen ? Comment ça elle apprend à être humaine ? Pourquoi des gens essayent ENCORE de vous tuer ? Et bon sang, comment aucun de ces zozos n'arrivent à la toucher ? Je veux bien que les méchants sont mauvais tireurs dans les films mais là quand même … »

Je repensais à ce que je venais de dire et ça me semblait sur-réaliste d'avoir dit ça. Tout ce que je venais de dire n'avait aucune logique mais rien n'était jamais plus incompréhensible que le déluge de feu qui n'atteignait pas la belle jeune femme. Mais dans tout ça il y avait plus étrange encore … comment mon cerveau trouvait-il le temps de se dire que Mejishen est plutôt à mon goût ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4086 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Mar 4 Sep - 18:26



Je te recommande de ne pas poser plus de questions que ça. Moins tu en sais, mieux tu te portes. Crois-moi. Affirmais-je suffisamment fort pour couvrir le rugissement du moteur en pleine accélération, sans regarder ma passagère (je parlais d'expérience, et ça dû se refléter dans mon ton).

West Philadelphia street passa sur notre gauche (j'eus à peine le temps de lire le panneau). Notre voiture chassa un peu de l'arrière, avant de rétablir sa course. Je me remis un peu mieux dans mon siège, la bouche sèche. Comme premiers mots d'accueil, on aurait pu trouver mieux, mais il y avait la route qui m'occupait déjà pas mal, et la nécessité de nous maintenir en vie passait avant celle de me montrer sympathique. En plus, le comportement de Mejishen ne cessait de me donner de nouvelles raisons d'être bougon. Disons que rouler à contre-courant et entre les voitures du centre-ville de Starling m'amusait moins lorsque ma voisine de droite se lançait dans des présentations qui me semblaient inutiles (et un peu trop détaillées). Ça, plus jouer à dessiner un smiley avec des impacts de balles (qui auraient très bien pu ruiner la LFA) m'avait ôté l'envie de traiter la situation avec le sourire. Je fis passer le message à l'intéressée, au cas où elle ne se serait pas déjà aventurée dans mes pensées.


Pas besoin de nous donner ton nom, Jane Doe. On se passera de ces formalités, puisque nous ne sommes ni tes copines, ni un tandem de chauffeurs Uber que tu auras appelé à la rescousse. " Mejishen " s'amuse à tes dépends, alors ne lui prête pas trop attention : elle adore faire des blagues un peu spéciales aux gens, pour voir comment ils réagissent. Plus tu marcheras, plus elle te sortira des énormités, pour voir jusqu'où elle te fera courir. Prétendis-je d'un air blasé sous-entendant que i Mejishen ni Selina n'étaient nos vrais noms - car qui balancerait cash son identité à une inconnue qu'on a pas prévu de revoir ? Qui se décrirait sans le moindre contexte comme une non-humain en plein apprentissage ? Personne de la troisième dimension, en tout cas.

J'avais le faible espoir que ma coéquipière soit prise pour une extra-terrestre par notre passagère imprévue (ce qui lui paraîtrait sans doute plus crédible que la vérité), et ne perdis pas plus de temps que nécessaire à essayer de justifier toutes ses déclarations précédentes avec des mensonges improvisés sur le tard. En revanche, je rebondis sur l'une des piques qui m'avait été adressée avec plaisir.


Par contre, Lançais-je à ma droite avec un sourire piquant sur les lèvres, ce petit tacle gratuit sur ma pédagogie, je retiens. Grondais-je sans être réellement vexée (Mejishen me trouvait mauvaise professeur, mais combien en avait-elle eu, exactement, des enseignants de la vie en trois dimensions ? Je me pensais être la seule, ce qui faisait de moi la pire et la meilleure des profs qu'elle ait eus).

La LFA grilla à tombeaux ouverts un carrefour où le feu était rouge. Je sentis d'autres automobiles nous frôler lorsque notre bolide traversa l'axe au mépris de toute règle de sécurité. Dans notre sillage, aucune rafale ne pétarada (la démonstration de la génie devait leur avoir fait sentir qu'ils ne pourraient pas nous toucher avec des balles), ce qui me fit redouter la survenue d'un séisme, et donc, accélérer. Quelques flashs de gyrophares dans mon rétroviseur signalèrent l'arrivée d'une cavalerie qui, espérons-le, chargerait la troupe des gangsters, et ne nous prendrait pas en chasse. Je repris, à moitié sereine :
Bon, Jane, t'es dans la mouise par ma faute. Ces types qui te sont tombés dessus t'ont prise pour moi, et voulaient te descendre. Confiais-je à la jeune femme (en partant du principe qu'elle existait réellement), la voix ferme et tendue par la concentration. J'assume, d'où le transport gratuit. On va t'emmener loin du grabuge, te déposer dans un endroit où tu estimes que tu seras en sécurité, puis tu n'entendras plus parler de nous, et ta vie restera inchangée. Débitais-je d'une traite après un énième coup de klaxon, en invitant implicitement la jeune femme à me guider vers un quartier plus tranquille. Nous nous trouvions dans un coin du centre-ville sans grande avenue rectiligne, ce qui avait l'avantage de nous faire rapidement sortir du champ de vision de nos possibles poursuivants... Et m'empêchais de savoir avec certitude si on nous suivait encore. Mais toujours pas question d'avoir recours à une modification de la réalité pour nous en sortir !

Mes yeux montèrent pour la première fois à la rencontre de la banquette arrière, via le rétroviseur intérieur de la Lexus.
Les remerciements sont inutiles. L'affirmation se voulait ironique, mais avec l'adrénaline et l'énervement que me causait cet imprévu, elle sortit peut-être un peu trop sombrement de ma bouche pour rester une simple phrase neutre.

On aurait plutôt dit que je lui en voulais de m'obliger à la sortir des embrouilles. Quelque-part, je regrettai de me comporter aussi froidement avec une inconnue qui ne m'avait rien fait, mais le sentiment ne dura pas. La cambrioleuse que j'étais ne considérait jamais très longtemps les dommages collatéraux de ses larcins, je fis donc mentalement appel à la Catwoman sommeillant en moi pour me détacher de ma culpabilité. Mes yeux commencèrent à chercher un coin de rue où garer la LFA le temps de nous faire oublier, tandis que je ralentissais notre course pour reprendre une allure plus tolérée, histoire de tester si les ennuis allaient nous rattraper ou non.


On est d'accord que la situation actuelle est déjà bien assez compliquée. L'approbation (tardive) que je destinais à Mejishen s'accompagna d'une grimace prononcée : partout où je posais un regard, des piétons (ou des automobilistes descendus de leur véhicule) nous pointaient du doigt ; à croire qu'on ne se faisait pas si facilement oublier, lorsque l'on conduisait une Lexus rouge carmin aussi oubliable qu'une formule un en plein centre-ville. Il serait préférable que l'Archer soit occupé loin d'ici, au moins jusqu'à ce qu'on quitte cette ville. Repris-je, en utilisant toutes les expressions possibles de mon visage pour silencieusement demander à la génie de nous préserver de l'irruption du justicier (un autre soir, je n'aurais pas dit non à un petit tête-à-tête, mais les deux femmes présentes auraient été de trop. Et je n'avais pas mon costume de vilaine).

Normalement, j'aurais enchaîné en demandant à notre passagère de m'indiquer où la déposer... Sauf que la LFA fut soudainement secouée dans tous les sens, et prise dans un glissement de terrain très artificiel, qui me coupa le souffle (la Lexus bascula vers l'avant, et je me pris la ceinture sur le plexus). La bonne nouvelle, c'est que je savais désormais que le méta se trouvait dans les parages.

Attendez... Non, ça, c'était la très mauvaise nouvelle.



__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
Membre de LOD
Messages : 296 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11970

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   Mar 4 Sep - 22:31

« Oh ne soit pas désagréable Selina, cette pauvre jeune femme a failli se faire transformer en passoire par ta faute. Je t’aime bien quand même, tu n’as pas à t’en faire. Par contre, la moindre des politesses c’est encore de montrer un minimum de considération pour autrui. Il faut l’excuser, mystérieuse inconnue, elle est parfois à prendre avec des pincettes. Acceptez je vous prie ce modeste câlin de réconfort et de consolation en guise d’humble dédommagement. »

Quand vient le temps de faire des câlins, je suis une artiste. Car oui, le câlin est un art. Non seulement il doit exprimer quelque chose mais en plus, il ne faut pas que ça devienne un automatisme. Ça se personnalise, un câlin.J’ose espérer qu’elle sera contente cette pauvre humaine aux prises avec des ennuis qui ne devraient pas être les siens. La magie des câlins de Maggie. Ils triomphent des pires tracas depuis… Une éternité en fait. Je suis souriante, je suis enjouée, je suis joviale. Je ne suis pas effrayée par des choses qui ne peuvent pas réellement me faire du mal. Nous nous sommes mises d’accord Selina et moi : je n’utilise pas mes pouvoirs à moins que ça menace ma vie directement. Dans ces conditions, je peux continuer à faire tous les bonhommes sourire que je veux avec les balles qu’on me tire dessus. Oh et géographiquement parlant, je suis aussi assise à l’arrière, à côté de la victime des frasques de Selina. Je ne suis pas pudique et j’aime donner de l’affection.

Évidemment, comme j’ai dû changer d’apparence pour jouer à Mejishen, je ne ressemble pas, humainement parlant, à Maggie. Enfin. À la Maggie que certains d’entre vous connaissent. Je suis toujours sous les traits d’une ravissante jeune femme par contre. Et caprice oblige, je laisse le soin à notre invitée surprise de me décrire, si jamais l’envie lui prenait. Bah quoi? Je fais partie de l’histoire, j’en suis en partie la narratrice mais rien ne m’empêche de permettre à autrui de renchérir. Selina a son mot à dire et cette inconnue aussi. En tout cas une chose est sûre à mes yeux : je ne suis pas faite pour ce genre de courses poursuites à haute vitesse car même attachée, je me retrouve plus ou moins projetée sur ma compagne d’infortune de siège arrière, faute de meilleur terme. Parce que nous ne sommes pas blessées ni elle ni moi. Si elle se demandait de quelle couleur sont mes yeux, à la proximité d’où mon visage se trouve, à moins de faire de la presbytie, elle va la voir sans le moindre problème.

Je suis chanceuse, quand même. L’infortunée passagère aurait pu être sèche et osseuse mais non! En vérité je repose sur des cuisses douces (enfin je suppose, à moins que ce ne soit le pantalon) et ça m’a évité de me péter le nez contre une banquette ou une porte. Ce pauvre nez souvent traumatisé lors de mes nombreuses escapades. On ne prend jamais trop soin de son nez je dirais. Surtout dans une vie de farces et d’aventures. Et je suis contente qu’elle ne soit pas comment dire… Horriblement corpulente. Ma dernière expérience de transport en commun avec l’être pachydermique à côté de moi me donnait l’impression d’être en train d’être phagocytée par un globule blanc… Adipeux? Métaphore douteuse, d’accord mais je ne saurais décrire cette épouvantable sensation. Enfin bref. Ne connaissant pas le nom de l’inconnue, je lui dis « Merci Jane! » suivi d’un sourire à faire fondre toutes les glaces de l’arctique. Les câlins et les sourires de Maggie. Vous ne les oublierez pas de sitôt, c’est moi qui vous le dis.

Je n’ai pas le temps d’y aller d’un commentaire à la Maggie par contre car apparemment, nous sommes à nouveau dans les ennuis. Je vais finir par croire que c’est un talent caché de Selina, à force. Nous voilà immobilisées à nouveau, ce qui veut dire que nous n’avons pas semé ceux qui en veulent à Catwoman. Normal, je suppose, l’aventure aurait été bien trop courte sinon. Personne n’aime quand une bonne histoire se termine trop tôt. Ceci dit, comme je ne peux pas utiliser mes pouvoirs, ordres de la cambrioleuse de Gotham, je me demande comment elle va nous… Se sortir de ce pétrin. Car je la connais la Selina. Elle est très égoïste à ses heures perdues. Elle serait capable de nous abandonner toutes les deux pour sauver sa peau. Ce ne serait clairement pas gentil mais est-ce qu’on peut, en partant, qualifier un ou une criminelle de gentil? J’ai mes doutes, quand même. Oh et puis bon. On verra bien. Avec ma bonne humeur et les talents cachées de mes « comparses », on devrait s’en sortir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coïncidence rigolote [Maggie & Ryan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maggie Furey - Aurian - Les artefacts du pouvoir 1
» LA FORET DES DAMNES (Tome 1) de Carrie Ryan
» [O'Farrell, Maggie] L'étrange disparition d'Esme Lennox
» Vidéo pratice lap de Ryan Cavalieri sur RC8 Associated
» [Maggie Stiefvater] Les loups de Mercy Falls tome 1 : Frisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Starling City :: La Ville-
Sauter vers: