Partagez | 
 

 Le Sens de la Justice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ The Dark Knight
Messages : 123 Age du joueur : 44 Crédits : Ben Affleck Batarangs : 1350

Feuille de personnage
Nom de Code: Batman
Multi-Comptes: Ra's Al Ghul
Infos Diverses:
MessageSujet: Le Sens de la Justice   Dim 27 Mai - 1:52


Gotham News, interview télévisée de Bruce Wayne.

Le studio avait été pensé pour mettre le spectateur dans une situation de confort visuel et intimiste, comme l'impression que celui-ci se trouvait dans la pièce et pour cause : dans le cadre, aucun plateau encombré et multipliant les écrans suspendus, ni large promontoire d'un blanc éclatant, presque surnaturel. Ici la moquette était d'un gris neutre et propre et deux fauteuils couleur noisette, d'un prix certainement odieux, se regardaient sur fond d'un mur couleur chair sur lesquels ne trônaient que quelques tableaux de peinture assez rustiques. Pour unique accompagnement aux fauteuils de présentation, une table basse en bois clair.

Tout avait été fait pour créer une atmosphère proche du spectateur, d'autant plus dérangeante du point de vue de Bruce qui se trouvait sur l'un de ces deux fauteuils et pouvait constater, sans déception aucune car il y était plus qu'habitué, qu'il ne s'agissait que d'un décor posé sur un immense socle, dans une vaste pièce d'enregistrement avec à leur gauche toute l'équipe technique aux yeux braqués sur eux silencieusement et les caméras insidieuses qui jugeaient froidement son paraître. Car il avait bien une journaliste face à lui d'un certain âge avec une coupe de cheveux courts très masculine, qui contrastait son ensemble de costume noir avec cravate grise comme seule différenciation, d'un tailleur bleu avec chemise blanche et des boucles d'oreille en cerceaux dorés.

Bruce conservait un regard simple et neutre, n'exprimant rien de particulier et sa posture assise détendue mais droite, accoudé qu'il était et ses doigts venant se croiser devant lui, il demeurait également presque statique. Seuls ses yeux migraient ci et là, observant l'organisation technique qui retenait son souffle alors que le maître à penser de l'interview vérifiait la prise de vue des différentes caméras. La journaliste, elle, ne regardait pas Bruce et restait obnubilée par les notes qu'elle avait sur ses feuilles rangées à même un support de main, sa mine fermée et Bruce le ressentait, passablement stressée. Il fallait dire que le playboy ne donnait pas souvent d'interview, aussi c'était le genre d'événement dont il fallait profiter et assurer à tous les niveaux techniques, et cette pression était palpable.  

Le maître à penser donna finalement son feu vert du célèbre terme de réalisation commun, laissant l'espace de montage nécessaire à caser le générique de l'émission et la journaliste réagit à l'action en redressant le regard, changeant brusquement d'attitude puisqu'elle affichait maintenant un sourire presque radieux s'il n'était pas si horriblement factice, donnant l'impression à Bruce d'avoir soudainement changé de personnalité ; chose qui le laissa aussi froid qu'il ne lui rendit aucunement son sourire et se contentait de la scruter de ses yeux incrédules. Il n'y avait rien de scandaleux au final dans tout cela, c'était su et acté depuis aussi longtemps qu'existait la télévision.

« Bonjour monsieur Wayne, c'est un immense plaisir que de vous avoir avec nous aujourd'hui, étant donné le peu d'interview que vous accordez en règle générale. Et la première question que nous nous posons ne sera pas une surprise, Bruce Wayne aurait-il revu sa position sur le milieu journalistique ? » Soulevait-elle en laissant entendre un petit rire qui se voulait amusé pour accompagner une voix douce et joviale, mais sonnait atrocement faux à l'oreille du playboy.

« Eh bien je ne dirais pas que ma position a changé, après tout l'âge ne nous change pas, on ne fait que s'adoucir. Disons que c'est une exception à la règle. » Rétorquait-il de son intonation autrement plus grave et posée, son regard ne se détournant pas de la journaliste qui elle, jetait régulièrement un coup d'oeil à ses documents.

« Et nous sommes ravis que vous nous ayez choisi pour pratiquer cette exception. Vous êtes de retour aujourd'hui après une longue année d'absence qui a provoqué pas mal de rumeurs, notamment sur une disparition voir une mort. Comment abordez-vous ce retour ? »

« Quand l'on est une personnalité, il est quotidien de voir le moindre de ses faits et gestes surenchéri par des théories et spéculations toutes plus folles les unes que les autres, mais la réalité est souvent moins fascinante j'en ai peur. J'avais besoin de vacances, de prendre du recul sur ma vie personnelle et d'accomplir quelques projets plus privés. Rien qui ne justifie de telles rumeurs en somme. »

« C'est compréhensible bien sûr, mais il est logique qu'autant d'attention soit portée au célèbre prince de Gotham, on ne peut pas dire que vous manquez d'admirateurs, et surtout admiratrices. Vous venez d'ailleurs d'entrer dans votre quarante-quatrième année et demeurez résolument célibataire malgré toutes ces femmes qui rêveraient d'être à vos cotés. »

« J'ai fait un choix de vie, qui pour le moment reste le même, à savoir me consacrer à mon travail et à Gotham, assurer la pérennité de mon entreprise pour mieux investir dans des associations et soutenir des projets caritatifs et d'amélioration de nos moyens modernes, particulièrement ceux visant à améliorer la vie de nos concitoyens. Il y a un mieux comparé à ce qu'était Gotham vingt ans auparavant, mais il reste encore beaucoup à faire et me tourner vers une vie de couple ne serait pas le mieux dans ce contexte, je pense que les habitants de Gotham seront sensibles à cette abnégation. »

« Nul doute que ceux qui nous regardent seront touchés par votre dévotion à votre prochain. Récemment encore, vous participiez à une soirée de vente aux enchères destinée à récolter des fonds pour l'association L’élan du Coeur, soirée dont vous êtes d'ailleurs l'organisateur et financier. Celle-ci aurait été interrompue par un groupe d'hommes armés en ce moment-même enfermés derrière les barreaux, on dit qu'ils étaient présents dans le but de vous assassiner et qu'ils vous auraient surpris avec une nouvelle conquête, la célèbre actrice Rita Farr. Confirmez-vous ces éléments ? »

« Je tiens avant-tout à préciser que l'organisation incombe à Farr père, membre éminent de Wayne Entreprises et qui a brillamment su donner à cette soirée l'éclat dont elle avait besoin. Concernant sa talentueuse fille, je vais vous décevoir mais mademoiselle Farr et moi n'avons eu aucun rapport extra-professionnel, celle-ci était présente pour accompagner son père malgré les récents événements qui l'ont touché, ce qui fait d'elle une fille exemplaire et une femme courageuse. Elle a malheureusement été isolée, comme je l'ai été moi-même, lors de l'attaque de ces malfaiteurs.

J'espère que leur condamnation sera aussi sévère qu'elle doit l'être, à savoir une tentative de vol des pièces d'enchère ; de ce qui m'a été confié par les services de police, sans rapport avec ma personne. Pas de scoop sur ces sujets aujourd'hui je le crains. »


La présentatrice acquiesça à plusieurs reprises, montrant une attention excellemment jouée à l'écoute des réponses de Bruce, qui avait relâché ses mains pour les poser sereinement sur les accoudoirs de son fauteuil. La présentatrice feinta un plissement des sourcils traduisant une curiosité maligne tandis qu'elle enchaînait sur un sujet différent.

« Vous souleviez les changements connus par Gotham en vingt ans et il est évident que la ville vous doit beaucoup, à titre personnel, pour tous les projets que vous avez mené à bien et les sommes astronomiques versées à fin d'édifications diverses. Qu'en est-il du Batman ? Avez-vous conservé votre position également à l'égard du justicier de Gotham ? Et concernant la Justice League et les événements survenus à l'échelle mondiale ces dix dernières années ? »

« Batman, Superman, Wonder Woman et tous les membres de la Justice League, et plus récemment des Teens Titans, ont été d'une utilité indéniable, je tiens à nuancer mes opinions. Il est évident que ces assemblées de justiciers ont permis d'éviter à notre planète et à chacune de nos cités de terribles catastrophes, et sans doute l'annihilation, prétendre le contraire serait idiot. Cependant ils demeurent des individus inconnus du grand public et non-élus, s'étant arrogé des pouvoirs presque illimités. Ils sont au-dessus des lois et cumulent un nombre important de délits qui seraient condamnables devant n'importe quel tribunal, la question à se poser n'est donc pas de savoir s'ils sont légitimes vis à vis de la planète : ils ne le sont pas.

Ces justiciers n'ont aucun droit d'agir selon leur bon vouloir et leur unique jugement. Nous sommes en démocratie, défini par des lois, un cadre légal et un gouvernement élu, ce qu'il faut comprendre, c'est que l'existence de ces héros populaires est la conséquence de l'inefficacité et de la corruption à tous les niveaux de nos représentants. La politique est une carrière, non une vocation, c'est pourtant ce qu'elle devrait être.

Le fait à retenir, c'est que nos gouvernements devraient être en mesure de remplir leur devoir de protection des citoyens, de leurs droits et de leur dignité. Ce qu'il faut, c'est que nos concitoyens disent non à la politique qui est menée aujourd'hui, que notre gouvernement soit revu, de manière démocratique, afin de le constituer de personnes qui soient réellement représentatifs de la population et non de familles politiques et économiques à tendance monarchiques subventionnées par les lobbyistes.

Quand nos pays seront en mesure de se protéger eux-même des menaces, qu'elles soient terrestres ou extra-terrestres, alors l'existence de ces justiciers n'aura plus lieu d'être. Pour le moment nous nous reposons sur eux, en ne comptant que sur une foi incertaine pour qu'ils ne deviennent pas ces ennemis que nous redoutons tant et ce n'est pas normal dans une société qui prétend être évoluée, organisée et raisonnée. Ça doit changer, de la bonne manière, mais ils ne sont pas les coupables à blâmer, ils font de leur mieux, cela ne justifie en aucun cas leurs agissements, mais met en lumière que le changement doit venir de notre société afin d'éviter que de nouveaux drames se produisent, ou à défaut les limiter au mieux. »


« Votre opinion se légitime puisque vous avez vous-même été en proie à de terribles drames personnels. L'assassinat de vos parents alors que vous étiez enfant, et plus récemment, la mort d'un de vos fils adoptifs, Jason Wayne. Est-ce en réalité la raison de votre longue absence ? Comment vivez-vous cette nouvelle perte ? Vous sentez-vous coupable du fait que vos immenses moyens n'aient pas permis de le sauver ? »

La journaliste reprenait une position plus droite en se redressant sur le fauteuil, alors qu'elle lâchait sa dernière question dont la formulation percutante avait laissé Bruce immobile. Celui-ci qui jouait le jeu encore quelques instants auparavant, s'était tue après cette question. Il ne bougeait plus, les mains toujours appuyées sur les accoudoirs, ses yeux s'étaient fixés sur la journaliste avec un appui certain, son regard déjà fermé s'était verrouillé à double tour et un silence pensant s'installait sur le plateau.

Après une poignée de secondes qui parurent être une éternité, la journaliste se tendait progressivement et venait s'enfoncer dans son fauteuil pour tenter de prendre un air naturel, son sourire plus hésitant, elle jeta un coup d'oeil du coté de l'équipe avant de revenir à Bruce.

« Vous ne souhaitez pas répondre à ces questions ? » Essayait-elle de relancer en poursuivant de feindre une intonation de voix familière.

Bruce était comme devenu une statue de pierre, son imperméabilité ne permettait pas de percevoir ce qu'il pouvait ressentir dans l'instant, mais son silence fort lourd lui était plus qu'éloquent. Après qu'elle ai relancé son interrogation, il cligna doucement des yeux et prit une lente inspiration, assez discrète même si tous les regards et caméras étaient braqués sur lui, puis tourna le regard vers son assistante restée à coté de l'équipe technique. Ce simple regard suffit à faire réagir la jeune femme en costume blanc à rayures noires, qui se dirigea avec son dossier dans une main et un stylo dans l'autre, vers le réalisateur.

L'échange à voix mesurée qui ne parvenait pas à Bruce et la journaliste - celle-ci beaucoup moins à l'aise avait perdu son sourire et cherchait de l'aide en regardant ses collègues dans l'incompréhension - était tinté de l'aplomb de l'assistante de Wayne dont les paroles semblaient déstabiliser le réalisateur qui lui paraissait surpris et décontenancé. Un instant plus tard, Bruce, qui restait digne, se redressait et ajustait sa veste en fermant le bouton intermédiaire avant de se diriger hors du plateau et des caméras, l'air de rien, rapidement talonné par son assistante qui plantait l'équipe technique dans la plus grande perplexité. Un homme finit par rejoindre Bruce au pas de course et l'interpella quelques pas plus tôt avec un regard confus et une gêne criante :

« Monsieur Wayne ! Monsieur Wayne attendez s'il vous plait ! »

« Il me semblait avoir été clair sur les sujets prohibés monsieur Phillips. » Tonnait Bruce d'une voix qui ne montait pas d'intensité mais se faisait soudain très sèche, presque grogneuse. « Considérez que Wayne Entreprises ne fait plus partie de vos contributeurs ; en fait considérez que vous n'en aurez probablement plus aucun d'ici peu. Vous regretterez ce piège grossier, croyez-moi. »

« Non je vous en prie, il y a eu un malheureux malentendu, nous allons régler ça et refaire l'interview. S'il vous plait ne partez pas monsieur Wayne. Monsieur Wayne... ! »



__________

CC : « #006666 » - « #708090 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2135-bruce-wayne-batman http://legendsofdc.creationforum.net/t2147-batman-les-jeux-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2146-batman-les-liens
avatar
Membre de LOD
Messages : 140 Age du joueur : 27 Crédits : Sofia Black D'Elia Batarangs : 1940

Feuille de personnage
Nom de Code: Elasti-Girl
Multi-Comptes: Nop
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le Sens de la Justice   Mar 29 Mai - 14:38

Bientôt j’entamerai ma tournée à travers le pays pour la promotion du dernier film dans lequel j’ai tourné. Celui où il s’est passé mon fameux accident, celui qui m’a transformé à jamais. Une autre époque à m’écouter alors que c’était il y a seulement quelques mois. Bref, j’ai une part d’appréhension à l’idée de me retrouver à parler du film car je sais pertinemment que les journalistes auront tous les mêmes questions en tête, toutes vont concerner mon accident, je le sais et je n’ai pas forcément envie de parler de cet évènement traumatisant. Mais est-ce que j’ai le choix ? Pas vraiment, il est inclus dans mon contrat que je dois être présente lors de la tournée à travers tout le pays pour la promotion ainsi que les avants premières du film. Et je ne vais pas faire la fine bouche, vu le nombre de zéro qu’il y a sur mon chèque. On parle même déjà d’un troisième film en préparation, histoire de clôturer cette trilogie, mais pour le moment c’est en stand bye, dans l’attente de trouver un réalisateur vu que le premier se retrouve avec pleins d’emmerdes avec la justice.

Bref, aujourd’hui je suis à Gotham, officiellement pour un rendez-vous avec une chaine de télévision, officieusement pour voir mon père qui n’allait pas forcément très bien. Depuis le gala de charité il redouble d’effort au travaille comme pour essayer de se faire pardonner. Comme s’il était responsable de cette attaque. Enfin bon, le souci c’est que mon père n’a plus vingt ans et il se retrouve maintenant à nous faire un burnout. Du coup, j’ai décidé de passer quelques jours à Gotham, histoire d’être à ses côtés. J’en ai ainsi profiter pour prendre quelques rendez-vous. Celui d’aujourd’hui concerne une probable future émission dans laquelle la chaine voulait que je sois en tant qu’invité. C’est mon agent qui m’a dégotté cette entretien, elle m’a dit que ça pourrait être bien pour moi de revenir peu à peu sur le devant de la scène.
Le taxi me dépose en face du bâtiment de la chaine de télévision, je sors en compagnie de mon agent. Comme attendu, une horde de paparazzi nous attendaient à l’entrée du bâtiment pour me bombarder de photos, je suspecte mon agent de les avoir avertis, histoire de faire du buzz, ça fait partie du métier malheureusement. J’adresse des sourires, ce fameux sourire de l’actrice aux objectifs qui puent l’hypocrisie. Une fois la séance terminée j’entre enfin dans le bâtiment là ou m’attend une multitude de personne en costard cravate, je serre des mains, les gens se présente, j’oublie déjà leurs prénoms mais je garde le sourire, laissant mon agent mener la conversation. Nous allons dans une salle de réunion, là on nous fait le topo sur ladite émission dans laquelle je suis censée participer, apparemment ils misaient gros sur ce programme et ils avaient invités un casting cinq étoiles pour l’occasion. Après bien une heure de parlote et négociation on parvient finalement à un accord, enfin mon agent parvient à un accord, moi pour ma part je me suis juste contenter d’adresser des sourires amusés et de dire des « oui » par moment, mon agent était là pour parler à ma place non ? Bref, nous quittons enfin la pièce et dans les couloirs. Mon attention se prête sur un homme qui semblait gueuler comme un putois envers quelqu’un, il lui suppliait de rester. Cette personne, c’était Bruce Wayne, apparemment quelques choses c’est mal passé. J’adresse un sourire, cette fois ci un vrai, au grand PDG de Wayne Enterprise, j’étais content de le revoir, je n’avais pas eu l’occasion de le revoir depuis le diner de gala et l’attaque des malfaiteurs, après l’intervention de la police il s’est mystérieusement évaporé.

- Qu’avez-vous fait à ce pauvre homme pour qu’il en soit au point de vous supplier de revenir vers lui ? Je dis ça en adressant un sourire amusé à Bruce avant d’avoir un regard de pitié envers le réalisateur qui se tenait un peu plus loin, le regard totalement paniqué. Le pauvre, il me ferait presque de la peine.

Bruce se serait-il adonné au jeux des interviews ? Cela pouvait semblait assez surprenant, en effet le prince de Gotham n’était pas vraiment du genre à apprécier les journalistes. Et pourtant il était là et il semblait avoir pris part à une interview. Bon vu la tête complétement paniqué du réal ainsi que la façon qu’a notre chers Bruce de quitter cet endroit, celle-ci a du mal se passer. Bref, mon agent continue sa route tout en parlant au patron de la chaine, me laissant là, seul avec Bruce au beau milieu du couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1387-rita-farr-la-star-dechue http://legendsofdc.creationforum.net/t1439-silence-ca-tourne-rita-farr http://legendsofdc.creationforum.net/t1421-les-liens-de-rita-farr http://legendsofdc.creationforum.net/t2180-arcs-narratifs-de-rita-farr
avatar
ADMIN ♔ The Dark Knight
Messages : 123 Age du joueur : 44 Crédits : Ben Affleck Batarangs : 1350

Feuille de personnage
Nom de Code: Batman
Multi-Comptes: Ra's Al Ghul
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le Sens de la Justice   Mar 5 Juin - 11:01


Pour toute réponse, l'homme qui suivait Bruce en l'invectivant eu droit à un soupir dont il ne pu en réalité pas profiter, celui-ci assez discret. La marche rythmée et assurée, Bruce se dirigeait vers le grand hall du bâtiment censé le conduire à la sortie comme il en avait l'objectif. Sa secrétaire sur les talons, celle-ci contrainte de trottiner pour parvenir à suivre sa cadence appuyée, le playboy finit par s'arrêter pour se tourner vers elle, agacé de voir le réalisateur paniqué les suivre en répétant bêtement son nom complet.

Il indiqua l'homme en question de l'index, celui-ci par un instinct de conservation sans doute s'était arrêté également à son tour de sa distance sans oser s'approcher. Bruce donna ses instructions claires à sa collègue qui elle restait très professionnelle et à l'écoute malgré l'encombrement des documents qu'elle portait sous un bras.

« Faites-lui comprendre que c'est peine perdue, et qu'il ne diffuse pas cette interview ou il aggravera son cas. Je ne veux plus l'avoir dans les pattes. » Clarifiait-il en plongeant son regard sévère dans celui de la secrétaire qui opina du chef sans faire entendre un son, intimidée par la rudesse soudaine de son attitude.

C'est ainsi qu'elle tourna les talons pour rejoindre le réalisateur, ce dernier une main sur la hanche en appui et l'autre se frottant le front avec angoisse vit venir la femme en tailleur non sans une appréhension palpable. Mais Bruce n'en avait cure, il allait reprendre sa route, une main dans la poche et l'autre partiellement raide le long du corps, en se détournant d'eux quand il fut interpellé par une voix familière. Ses yeux se posèrent sur le sourire angélique de Rita, qui était venue jusqu'à lui et s'amusait de le surprendre dans ce cadre tendu, du moins le partageait-elle avec une certaine empathie à la voir pour le réalisateur.

Il se retrouva face à elle, marquant un temps en suivant son regard vers sa secrétaire aux prises avec l'homme stressé qui parlait vite dans une discussion vivante - c'était le moins que l'on pouvait dire. Bruce souffla quelque peu du nez d'amusement en retour, étant donné le point de vue sans doute cocasse que Rita devait avoir sur la situation et revint à elle avec un sourire en coin assez explicite pour un homme avare en expression de vivre comme lui.

« Des journalistes qui partent du principe que leur accorder une interview est un accord implicite à s’immiscer dans votre vie. Rien de nouveau en ce bas-monde. Il ne mérite pas votre magnanimité croyez-moi. »

Sa seconde main imita à terme la première en disparaissant dans sa poche, le playboy conservant une posture droite en s'approchant un peu plus de Rita pour que leur discussion soit plus intime. Sans pour autant croire qu'ils étaient espionnés, en fait il en était certain étant donné les précaution prises - rien d'étonnant là aussi pour le paranoïaque caché sous cette identité qu'il était, il fit une légère moue en plissant les lèvres et le menton, effaçant son sourire sans pour autant perdre de sa simplicité apparente alors qu'il abordait un sujet différent.

« Je ne vous ai pas remercié pour ce que vous avez fait le soir du gala. Je sais que vous avez essayé de me protéger, c'était très courageux de votre part. Par ailleurs, je vous serais reconnaissant de faire savoir à votre père qu'il n'a pas à se ruiner la santé pour quelque chose qui n'est pas de son fait, ce serait arrivé même si le contexte avait été différent.

Il mérite bien un peu de vacances étant donné les circonstances, précisez-lui donc qu'il pourra réquisitionner les congés qu'il souhaite dans le mois qui vient. Je lui offre également deux semaines aux frais de l'entreprise. »


Le sourire qu'il esquissa cette fois était plutôt compatissant, ses quelques mèches brunes rebelles venant tomber sur son visage donnaient de la plus-value à l'intensité de son regard ténébreux. A coté de cela, ses yeux se permirent de jeter un oeil à la silhouette de son interlocutrice, laissant planer quelques très courts instants depuis ses derniers mots avant de lui adresser quelques compliments très sincères, sans qu'il n'y ai besoin d'être un spécialiste pour le déceler :

« Aujourd'hui encore, vous êtes absolument sublime. Votre père doit être très fier d'avoir une fille aussi ravissante que vous. Et après visionnage de votre dernier film, il doit être d'autant plus fier que vous soyez si talentueuse, je ne pense pas que je pourrais faire passer le dixième des émotions que vous transmettez à l'écran. Je n'ai jamais vraiment été doué pour la comédie. »

Il s'autorisa un léger rire moqueur, envers lui-même, car l'auto-dérision n'était pas son ennemie loin de là. Bien sûr il mentait sur le dernier point évoqué, mais ça n'avait rien de méchant en soi, un doux mensonge dans une marre de sincérité pour aider à préserver son alter-ego. Rita elle n'aurait pas besoin de se questionner pour se douter qu'un homme comme lui avait largement les moyens d'obtenir une copie d'un film avant même qu'il ne soit proposé en avant-première, et dans la sphère publique on savait Bruce grand amateur de cinéma.



__________

CC : « #006666 » - « #708090 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2135-bruce-wayne-batman http://legendsofdc.creationforum.net/t2147-batman-les-jeux-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2146-batman-les-liens
avatar
Membre de LOD
Messages : 140 Age du joueur : 27 Crédits : Sofia Black D'Elia Batarangs : 1940

Feuille de personnage
Nom de Code: Elasti-Girl
Multi-Comptes: Nop
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le Sens de la Justice   Mer 6 Juin - 10:55

Le journaliste avait semble-t-il encore fait des siennes, voulant s’immiscer dans la vie privé du prince de Gotham. Je comprenais que trop bien la réaction et les propos de Bruce, ce genre de situation, je ne compte plus le nombre de fois où je me suis retrouvée dans cette situation plutôt gênante. Avec le temps et l’expérience, j’ai appris à balayer d’un revers de la main ce genre de question. S’il y a bien une chose que je veux garder priver c’est bien ma vie personnelle, encore plus aujourd’hui avec mes escapades nocturnes en mode justicière. Et puis au-delà de ça je n’ai jamais été du genre à m’étaler sur ma vie privée, je sais que pas mal de célébrité font ça, souvent pour se montrer un peu plus, moi j’ai opté pour la discrétion. Bref, j’adresse un sourire amusé aux propos de Bruce.

Après ça Bruce tenait à me remercier pour mon action courageuse lors du gala de charité. Je ne peux m’empêcher d’adresser un sourire satisfaites, loin de me douter que mon aide n’a pas vraiment été utile. Il enchaina sur l’état de santé de mon père, il me dit qu’il n’a pas à se ruiner la santé dans le travail dans le but de se rattraper. Il affirma que cela serait arrivé à n’importe qui d’autres. Bruce avait raison mais j’ai beau rabâcher ça a mon père, il ne veut pas m’écouter c’est qu’il est têtu le père Farr comme moi en fait, un bon trait de famille. Bruce termine en avouant qu’il donne des vacances à mon père pour qu’il puisse se reposer, des vacances payer même. Décidément ce Bruce Wayne était vraiment un homme bon.

- C’est très gentil à vous Bruce ! Mon père en sera ravi. Pour ce qui est du travail, comme vous le savez, il peut être très têtu quand il le veut. La dernière fois que je suis allée lui rendre visite à la clinique, il voulait que je le ramène à la maison, contre les indications du médecin. Je l’ai engueulé comme jamais. J’adresse un sourire amusé. Mais je lui ferai part de votre message, ça lui fera plaisir et peut être que vos propos auront plus de poids que les miens.

Après ça, Bruce fit son charmeur comme lors du gala de charité. Il me complimenta sur mon physique et il m’avoua que mon père devait être fier d’avoir une fille tel que moi. Il enchaina sur le fait qu’il ait vu mon film et que j’étais vraiment très talentueuse. On peut lire son mon visage l’interrogation, comment diable Bruce avait-il pu voir le film ? Puis je me rappelle que Bruce est un homme plutôt riche et qu’il était aisé pour lui de se procurer une copie de mon film sans difficulté. Un sourire amusé se dessina sur mon visage avant de répondre :

- Vous êtes toujours aussi charmeur Bruce à ce que je vois ! Pour ce qui est de mon film je vous en remercie… Mais j’espère que vous l’avez regardé de façon légal. Je dis ça en lui adressant un clin d’œil. Mais je suis presque sûr que vous êtes plus doué pour jouer la comédie que vous le laissé pensez monsieur Wayne. En témoigne ce magnifique jeu de rôle que vous nous avez donné lors du gala de charité avec le haut du panier de Gotham.

Mon regard se porte ensuite sur l’assistante de Bruce qui était toujours en train de parler à ce cher journaliste qui se sentait au plus mal et il y avait de quoi. Bruce n’était pas du genre à donner beaucoup d’interview, il en donne même jamais, ça change de mon quotidien d’actrice qui m’oblige à donner un certains nombres d’interview par mois, que ce soit des magazines où alors des sites internet influent. Nous avions deux métiers bien différents et pourtant nos rapports avec les médias étaient le mêmes, nous ne les aimons pas.

- Et vous comment ça va depuis le gala ? Vous vous êtes mystérieusement évaporé après l’arrivée de la police. Bon je me doute que vous aviez mieux à faire. Je me suis inquiétée un peu quand même. Je dis ça en faisant mine de lui remonter les bretelles telle une mère, c’était bien entendu de l’humour. De plus je savais que le moral de Bruce n’était pas au beau fixe suite aux derniers évènements qui lui sont arrivés, évènements qui lui a valu un exil depuis près d’un an si on croit les journaux. En tout cas ravi de vous revoir aux affaires. Je dis ça avec un sourire radieux. Qu’a donc prévus monsieur Wayne aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1387-rita-farr-la-star-dechue http://legendsofdc.creationforum.net/t1439-silence-ca-tourne-rita-farr http://legendsofdc.creationforum.net/t1421-les-liens-de-rita-farr http://legendsofdc.creationforum.net/t2180-arcs-narratifs-de-rita-farr
avatar
ADMIN ♔ The Dark Knight
Messages : 123 Age du joueur : 44 Crédits : Ben Affleck Batarangs : 1350

Feuille de personnage
Nom de Code: Batman
Multi-Comptes: Ra's Al Ghul
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Le Sens de la Justice   Sam 9 Juin - 15:04


Conservant ses mains dans ses poches, Bruce gardait une allure droite et préservait par la même occasion la simplicité de son regard, globalement il paraissait détendu. Mais derrière cette comédie dont il était en réalité un expert à contrario de ce qu'il affirmait volontiers, ses yeux examinaient avec beaucoup d'attention la jeune femme. Il n'avait pas fait l'impasse sur le gala de charité et le phénomène auquel il avait été témoin.

A dire vrai, il avait longuement parcouru les bandes d'enregistrement vidéo des caméras disposées lors de la soirée par l'entreprise de sécurité. Il n'avait pas fait que suivre les agissements de Rita jusqu'à ce qu'ils disparaissent tous deux dans le couloir annexe où aucune caméra ne pouvait les suivre, il avait finement analysé sa manière de bouger, sa façon de se comporter, ses regards, ses gestes et ses expressions furtives, car bien que l'entreprise de sécurité n'avait pas été très talentueuse dans son recrutement elle avait su apporter un matériel très performant, bien assez pour qu'un profiler comme Bruce puisse remarquer tous les détails que Rita s'était efforcé de cacher - moyennant zooms, amélioration des images, reconstruction en trois dimensions et autres atouts techniques de sa fabrication dont il pouvait facilement user.

Sa propre comédie lui avait sauté aux yeux, dans ce contexte, il avait vu à quel point son jeu d'acteur avait été aussi porté que le sien, en dépit de sa sérénité apparente dans un milieu qui lui était familier. C'était le cas aujourd'hui encore, elle plaisantait et agissait avec une maîtrise que Bruce distinguait travaillée, chorégraphiée presque, mais il y avait des choses qui ne se contrôlaient pas : les micro-expressions de son visage qui avouaient ce qu'elle ne pouvait dire et toutes ces mimiques inconscientes et invisibles pour la quasi-totalité des individus dans les mouvements et les gestes de son corps. Bruce lui, n'en ratait rien, il était certain à présent qu'elle cachait quelque chose, quelque chose dont elle avait pleinement conscience et qui la poussait à feindre un rôle dans une mesure qu'il n'avait pas encore quantifié.

Quant à ce qu'elle disait, l'échange était courtois et assez monotone, rien de surprenant dans un cadre de rencontre entre célébrités, cependant les intonations n'échappaient pas au détective et il percuta, en toute discrétion, le sous-entendu conscient ou maladroit dans l'évocation de ses propres aptitudes de comédien. Il était très clair que Rita n'était pas dupe, elle aussi avait des soupçons à son égard, même si Bruce discernait dans le flot d'informations indirectes qu'elle laissait échapper qu'elle n'était pas totalement certaine de son approche inconsciente, trahissant un manque d'expérience. Dans quel domaine ? Difficile à dire, il ne faisait que tirer des éléments globaux et des impressions, car si son visage était comme il livre ouvert, il était avare en précisions.

« Je ne vais pas vous faire rêver : travailler. J'ai quelques dossiers à traiter, des clients à rencontrer et des kilomètres de compte-rendus et réformes internes en retard. Je dois avouer qu'avorter l'interview m'arrange sur ce plan. »

Avant qu'il n'ai achevé sa phrase, l'agent de Rita l'interpella, ce qui attira brièvement l'attention de Bruce qui revint rapidement à la demoiselle.

« Il semble que vous soyez demandée. Ne faites pas attendre vos fans, ils pourraient s'inquiéter plus que votre propre père ne le ferait. Bonne journée Rita, je suis sûr que nous aurons d'autres occasions de nous rencontrer. »

Concluait-il avec un sourire complice et plus franc, s'amusant de l'emportement parfois malsain que les fans pouvaient bien avoir à l'encontre de leurs célébrités favorites. Il avait volontairement occulté sa disparition après le gala et profitait de l'intervention de l'agent pour s'échapper avant qu'elle ne puisse le questionner davantage.

Bruce acquiescera courtoisement lorsqu'elle en viendra à le saluer en retour, non sans tenir compte de sa rétorque le cas échéant. Cependant, il n'ajoutera rien de particulier et restera à sa place, rejoint finalement par son assistante, pour observer Rita partir avec la sangsue qui lui sert de promoteur avant de lui-même quitter les lieux après qu'elle ai disparu de son champs de vision. La vérité en revanche, était qu'elle ne reverrait pas Bruce de sitôt, à l'inverse d'une certaine chauve-souris qui venait d'obtenir une raison supplémentaire de s'intéresser à elle.



__________

CC : « #006666 » - « #708090 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2135-bruce-wayne-batman http://legendsofdc.creationforum.net/t2147-batman-les-jeux-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2146-batman-les-liens
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Sens de la Justice   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sens de la Justice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sixième sens...ou pas ?
» [REQUETE] changer le sens de Rotation (passer de +90° à 270°)
» [SOFT] PL TOGGLE : rotation manuelle dans tous les sens [Gratuit]
» JUSTICE LEAGUE : CRISIS ON TWO EARTHS
» Dépôt de justice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: La Ville-
Sauter vers: