Partagez | 
 

 Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Sam 26 Mai - 13:54

La musique n’avait même plus la force de me tenir éveillée. Je n’osais plus prendre de café. J’aurais aimé avoir la possibilité de dormir ne serait-ce qu’une heure ou trente minutes après la rédaction de cet article critique. Je devais être en mesure de le terminer pour pouvoir faire la gestion d’équipe de ce matin-là. Oui, ce même matin, l’horloge affichait déjà 5h03 du matin. Les employés seraient dans les parages dès 8h30 ou 9h. Ô la joie. Je souris légèrement en me disant que Kevin aurait encore une excuse débile pour expliquer son retard de 5 à 20 minutes. Quel jour on était déjà? Ah oui, vendredi. Ce devrait donc être aux alentours de 5 minutes, il avait toujours hâte de finir la semaine.

Je tapai les dernières lignes de ce fastidieux travail et l’envoyai au département de révision avec un mot d’excuse à Caithleen. Niveau faute, peut-être qu’une ou deux s’étaient glissées. Il ne me restait donc plus qu’à faire la gestion d’équipe. J’étais loin d’être en charge de cette dite équipe, chaque semaine, cette tâche était en alternance pour favoriser la « coopération » et « l’expression de tous les membres de l’équipe »… ce n’était pas une mauvaise idée, mais il manquait décidément de structure à cette méthode.

Je commençai à prendre des notes, puis ma tête devint lourde, de plus en plus lourde et je n’en vins qu’à marmonner mes idées, laissant un rire par-ci et par-là se glisser dans la pénombre de mon sommeil.

On cogna à ma porte et je me réveillai en sursaut. Mon horloge affichait 8h46. Mes yeux devinrent ronds comme des billes. Je n’avais rien écrit pour la gestion de ce matin et on cognait déjà à ma porte. Heureusement, je me gardais toujours une tenue de rechange dans mon bureau. Rapidement, je changeai de veston et ma jupe d’hier fut remplacée par un pantalon s’agençant avec mon haut. Je replaçai rapidement mes cheveux en les attachant.

Je me râclai doucement la gorge et dit :

-Entrez!

Sonia entra dans mon bureau comme si sa vie en dépendait. Je fus quelque peu surprise.

-Que puis-je faire pour toi? Il ne reste pas grand temps avant la réunion d’équipe et je dois finir mes notes sur la gestion. J’ai eu un… petit imprévu.

C’est alors qu’elle se mit à gigoter sans rien dire. Elle qui avait tendance à tout le temps trop bavasser, ça faisait changement. Elle devrait penser à devenir mime, elle avait vraiment du talent!

-Un bœuf! Un toréador! Un bœuf qui mange de l’herbe!

Je fis une pause.

-Sonia, j’aime bien les charades, mais je doute que ce soit le bon moment. Que se passe-t-il?

Celle-ci fit un signe de « X » au niveau de sa gorge.

-Tu vas mourir? Tu as perdu la voix?

Celle-ci perdit patience et passa de mon côté du bureau pour me tirer par le bras vers la porte, puis à l’extérieur du bureau. J’évitai de peine et de misère Simon qui courait avec un bout de tissus rouge en criant « Olay! Olay! ».

Et c’est alors que je pus comprendre l’ampleur de la situation. J’hésitai longuement entre pleurer ou rire aux éclats, mais je décidai juste de garder mon sérieux.

Malcom, que j’emmerdais, broutait les fibres du tapis.
Sonia, qui parlait tout le temps, ne disait plus un seul mot et... me montrait ses écailles.
Simon, qui manquait souvent d’ambition et de courage, se prenait pour un toréador et avait même fait livrer un taureau au bureau qui devait arriver vers 13h.
Alexander, qui avait une drôle tendance à l’abandon, regardait la quantité astronomique de navets sur son bureau et jetais des éponges dans sa poubelle.  
Audrey, qui avait besoin de restructurer son travail, jouait avec un mini panier de basket à son bureau et marquait à tous les coups en criant « J’ai fait le point! ».
Et kevin n’était juste… pas là.

Je n’osais même pas aller voir dans le bureau de ma « supérieure ». Je me massai doucement le crâne. Qu’allais-je faire? Je pouvais être la seule responsable de ce raffut… mais comment avais-je fait pour ne pas me rendre compte de toutes ces expressions que j’avais échappées ?!

Je fis un appel général :

-Arrêtez de faire ce que vous faites et retourner travailler!

Tous les employés se retournèrent vers moi pendant quelques secondes, tous silencieux. Je fus soulagée. Toutefois, le zoo reprit de plus belle juste après mon soupire de soulagemnt. De plus, j'étais toujours aux prises avec la mime dégantée et elle commençait à me taper sur le système.

Mon fort intérieur désirait réellement s’asseoir sur une chaise longue en sirotant un breuvage et en appréciant la vue, mais si le chef de bureau se présentait… j’aurais vraiment été dans la merde (pour compléter le tableau, j’aurais à tout le moins pu le dire à voix haute histoire de bâtir un esprit d’équipe et d’être dans la même situation que mes collègues…).

C’est alors que les lumières de l’ascenseur clignotèrent… quelqu’un arrivait pour se joindre au vacarme. J’espérais de tout cœur que ce soit Kevin… mais il n’était pas encore 9h05.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Dim 27 Mai - 0:38

Tout avait commencé de façon parfaitement normale dans le monde anormal qu’est la Cinquième Dimension. Des expériences de tout genre, quelques explosions et des rires un peu maniaques… La routine, au fond. J’étais en train de me demander quel genre de farce j’allais faire, confortablement submergée sous la mousse et les bulles d’un bain qu’aurait envié n’importe quelle princesse de Disney quand, sans frapper, car il s’est simplement téléporté, mon père est débarqué dans ma salle de bain. Évidemment, je pousse un hurlement strident à rendre sourd les ultrasons en me couvrant inutilement d’une serviette de bain. Personne ne peut voir sous autant de mousse, pas même Superman. Mousse de la Cinquième Dimension. Règles de la Cinquième Dimension. Enfin bon. Je n’ai même pas le temps de l’insulter quand il me fait…

Son air sérieux? Quoi? Je suis sa fille, j’ai grandi avec un père à moitié fou (encore que des fois, je rajouterais la seconde moitié mais…) et je peux vous dire que cette tête-là, il ne la fait vraiment, vraiment, vraiment pas souvent. Ma mère? Tout le temps. Dans le genre… Vraiment tout le temps. Du coup mes envies parricides s’évanouissent et je le regarde avec méfiance. Avec lui, il faut toujours s’attendre au pire. Ma petite Rose du Chaos (c’est mon surnom), j’ai un service à te demander. Oh oh. Quand le grand patron de la Cinquième Dimension et accessoirement mon géniteur a un service à vous demander, la meilleure stratégie c’est de courir à toute vitesse vers la sortie la plus proche. Si bien sûr, vous n’êtes pas sa fille. Je n’ai naturellement pas ce luxe. Si j’ai le malheur de m’enfuir en courant, il ira s’en plaindre à ma mère qui me grondera…

Car il paraitrait que mon père a un esprit très fragile et tout ce mélodrame qu’on me ressort à chaque fois. Je lui demande donc de quoi il s’agit et il me dit : tu te souviens que je t’ai dit jadis que la Cinquième Dimension a produit son premier hybride avec la troisième dimension? Oui, il m’a parlé d’une certaine Alice, qui bénéficie de certaines particularités de notre dimension mais en quoi c’est supposé m’intéresser ou me concerner? Elle est plus humaine qu’autre chose, en fait. Il m’explique qu’elle s’est mise dans un pétrin pas possible en parlant dans son sommeil et qu’il a peur que ces susceptibles super héros la considère comme une super vilaine et lui cause des ennuis. Donc récapitulons. Pour sauver notre toute première hybride, vous choisissez d’envoyer la plus grande farceuse de tous les temps? Juste pour l’anecdote que ça va donner…

Je DOIS y aller. J’accepte donc la mission, je me fais apparaitre des vêtements et me téléporte à San Francisco, là où se trouve notre hybride. Ouais. Je peux sentir l’énergie chaotique depuis la rue. Je décide de prendre l’ascenseur, me demandant quoi dire et comment le dire. Selon mon père, personne ne lui a révélé quoi que ce soit concernant ses pouvoirs… Est-ce que j’essaie une approche diplomatique? Est-ce que je me la joue pseudo mystique? Comment appréhender un problème qui n’est pas vraiment un problème? Hum… Excellente question. OH! Je sais! Je vais y aller façon Maggie M.! Les portes de l’ascenseur s’ouvrent et je peux constater toute l’ampleur de la situation. HUM! Humez ce fumet entropique que seuls ceux qui utilisent sans le savoir leurs pouvoirs peuvent produire. L’innocence pas encore perdue sur un monde par-delà le monde… Je sens que je vais adorer cette petite, moi…


« Alors là, toi, tu as un talent naturel pour les énergies chaotiques de la Cinquième Dimension. Et quelles prédispositions artistiques… rendre réelle les expressions du quotidien… Brillant. Absolument brillant. Avec un peu d’entrainement, ce sera encore plus raffiné mais comme état diamant brut, c’est une défense des plus honorables. Bah quoi, pourquoi tu me regardes comme ça? J’ai quelque chose sur le visage? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Dim 27 Mai - 3:15

Les lumières clignotaient. Elles CLIGNOTAIENT! Et si c’était ma patronne?!

Je tentai de me calmer. Je devais penser aux expressions qui avaient pu causer tout cela. Sonia me montrait toujours les écailles qui lui poussaient sur la peau et cela commençait réellement à m’énerver, mais elle m’y fit bien penser. Je fis un bref plan dans ma tête :
-Sonia : Muette comme une carpe
-Malcom : Envoyer paître
-Simon : Prendre le taureau par les cornes
-Alexander : Écrire un navet ET jeter l’éponge
-Audrey : Faire le point (elle le répétait si souvent, j’aurais pu le mettre en première position. )
-Et pour Kevin, je me déplaçai en direction de son bureau et je n’y trouvai qu’un marteau… donc il devait être marteau? Ouf. Celui-là allait être quelque chose à rétablir.

L’ascenseur afficha notre étage et je me ruai vers celui-ci. Une jeune femme d’environ mon âge en sortit. Je ne l’avais jamais vu. Elle était jolie, assez bien habillée et semblait pétillée d’énergie, évidemment, elle ne venait pas de passer la nuit que je venais de passer et encore moins le début de journée…

- Alors là, toi, tu as un talent naturel pour les énergies chaotiques de la Cinquième Dimension. Et quelles prédispositions artistiques… rendre réelle les expressions du quotidien… Brillant. Absolument brillant. Avec un peu d’entrainement, ce sera encore plus raffiné mais comme état diamant brut, c’est une défense des plus honorables. Bah quoi, pourquoi tu me regardes comme ça? J’ai quelque chose sur le visage?

De la cinquième quoi? Je n’étais pas trop sûre de ce qu’elle avait dit, toutefois, j’avais bien compris une chose : « Rendre réelle les expressions du quotidien » et j’aimais tout un coup moins cette conversation. La tête que j’affichais devait -effectivement- être assez hilarante. Mais moi, je ne trouvais plus du tout cela drôle, le temps d’un instant. Comment pouvait-elle savoir ce détail? Le reste de son discours demeurait flou, même pour quelqu’un qui comprenait toutes les langues, mais au moins, il n’était pas… autant… personnel. Je pris tout de même la peine de répondre à sa question.

-Juste un nez, deux yeux et une bouche, je crois que tout est en place, dis-je encore perplexe.

C’est alors que ma supérieure sortit de son bureau, les deux pieds dans des plats de lasagne. Quel gâchis… pauvres lasagnes.

-Mais qu’est-ce que ce tout ce raffut ?! Quelqu’un peut m’expliquer qui a laissé des plats de lasagne dans mon bureau et pourquoi ceux-ci ne décollent plus de mes pieds?

Je ne pris pas trop le temps de réfléchir et je m’adressai à elle en essayant de remettre le problème à plus tard :

-Je pense que vous devriez enfoncer des portes ouvertes.

Je me disais que ça la tiendrait quelque peu occupée et qu’il y avait peu de chance qu’elle se blesse. Et comme de fait, elle se mit à foncer à travers chaque porte ouverte du bureau et elles l’étaient presque toutes, toutefois… mon hypothèse quant aux blessures n’étaient peut-être pas aussi vraie. Les bureaux derrière les portes causaient parfois quelques petits problèmes. Au moins, cela avait tendance à la ralentir dans sa lancée. Enfin… cela me laisserait un peu de temps pour gérer cette nouvelle arrivante.

Je tentai une approche diplomatique.

-Merci pour tous ces compliments… mais…

Je cherchais décidément une expression qui mettait en scène un oubli. Cela me faisait tout bizarre. C’était la première fois que j’utilisais mes pouvoirs contre quelqu’un avec ma supérieure. Et maintenant, j’étais à nouveau prête à le faire avec une pauvre inconnue. Je ne trouvais pourtant pas d’expression. J’étais dans le pétrin et j’étais tellement concentrée sur cette jeune femme que je lui avais prouvé qu’elle avait raison en utilisant mon grand malheur sur ma patronne!

-Mais je ne vois pas de quoi vous parlez et ceci est une zone réservée aux employés et aux invités avec carton. Je ne vois pas votre carton, vous allez devoir redescendre.

Pendant tout ce temps, l’ascenseur était resté ouvert et ma patronne fonça droit dans celui-ci qui décida d’aller faire un tour au sous-sol. Le concierge aurait une surprise; une directrice de département avec les pieds dans des plats de lasagne et qui fonçait à travers le cadre des portes ouvertes.

Je ne savais pas comment gérer… mais peut-être qu’elle le savait, même si ce qu’elle disait avait très peu de sens. Est-ce que tout ce qui se déroulait présentement en avait plus de toute façon? Pas vraiment.

-Bon, dis-je résignée, tu peux me réexpliquer tout cela plus clairement… et tu sais comment je peux arranger ceci?, ajoutai-je en désignant mes collègues un peu… préoccupés, mais surtout préoccupant.

Malcom commença à brouter à mes pieds.

-Arranger tout ça serait la priorité, dis-je en pointant en direction de Malcom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Lun 28 Mai - 0:23

C’est toujours rigolo de voir les gens tenter de dissimuler qu’ils ont fait quelque chose et que ce faisant, ils se rendent encore plus suspect. Arrêtes, Alice… Tu sais de quoi je parle. Tu sais très bien de quoi je parle, tout ton visage me le dit et je ne suis clairement pas une experte en lecture du langage corporel. Étant une très mauvaise menteuse moi-même, je serais bien incapable de dissimuler ce qui me passe par la tête. Mon visage dit tout. Genre… Absolument tout. Et là mes yeux rieurs disent clairement que je ne la crois pas. Regardez-moi ce chaos. Elle se trouve en plein centre de ce dernier, ce qui fait qu’elle ne peut qu’être coupable. Même sans mes pouvoirs, ça se voit tout de suite, plus encore quand elle fait une démonstration de ses propres habiletés sous mes yeux. Mon regard se fait encore plus pétillant et je pouffe de rire. Alors là…

Je ne sais pas comment elle a déclenché tout ça mais pour quelqu’un qui ne maitrise en rien ses pouvoirs, disons-le, elle a fait fort. Déclencher quelque chose et le maintenir en mouvement comme elle l’a fait, ce n’est pas à la portée du premier néophyte venu. Il y a du talent brut chez cette petite. Enfin. Elle me demande si je peux faire quelque chose pour aider mais très certainement, chère Alice! En fait, c’est tellement simple que vous allez trouvez ça ennuyant. Savez-vous ce que ça m’a pris pour régler tout ça? Un claquement de doigts. Oui, oui, littéralement. Un claquement de doigts. Pouf. Et tout ce qu’Alice a fait se retrouve défait. Annulé. Si elle avait eu une vraie maitrise de ses pouvoirs, ça n’aurait pas été si simple mais dans la situation actuelle… C’est loin d’être le cas. Expérience et puissance l’emportent sur la jeunesse et l’innocence.


« Voilà. Tout est revenu à la normale. Ils vont penser que c’était un drôle de rêve. Une indigestion, quelque chose du genre. Comme ta patronne ne va pas tarder à remonter, ce serait bien que tu lui présentes ta grande cousine Maggie que tu n’as pas vu depuis des années. Tu sais, histoire qu’on ne me jette pas à la porte, considérant que je viens de résoudre une déviation entropique de catégorie deux… »

Évidemment qu’elle ne va rien y comprendre, je lui parle comme je parlerais à quelqu’un de chez nous. Oui bon, ce n’est pas ma faute hein. Ce n’est pas tous les jours qu’on doit jouer les surveillantes d’hybrides. Notre toute première en plus, au risque de me répéter. Pauvre Alice, elle doit se demander si elle n’a pas fini au pays des merveilles par quelque accident ou facétie du destin. Mais non, elle est toujours sur Terre et en terrain connu par-dessus le marché. C’est moi l’inconnue dans l’histoire, après tout. Raison de plus pour lui être agréable et tenter de la mettre en confiance. Moi je suis parfaitement à l’aise. Ce ne serait pas la première fois que je doive expliquer qui je suis et d’où je viens. Et ce ne sera pas la dernière fois non plus, j’en suis convaincue. Il faut juste s’arranger pour que le récit soit agréable à entendre et le tour est joué. Bah si!

La vie de bureau reprend tranquillement son cours, les employés précédemment… Dimensionnellement altérés… Se demandant si ce qu’ils voient dans leur tête est une sorte de grosse blague de leur subconscient ou alors qu’est-ce qu’ils ont pu manger pour rêver à un truc pareil. Ils ont naturellement tort sur toute la ligne à chercher une explication logique dans la mauvaise direction mais bon. On ne va pas aller tourmenter leurs petits esprits fragiles, ce n’est pas mon genre. Laissons les croire ce qu’ils veulent. Ultimement, c’est globalement inoffensif donc pourquoi s’en formaliser? Voilà. Vous avez tout compris. Vivre et laisser vivre. En tout cas, je suis curieuse. Comment va réagir Alice à tout ceci? Elle vient de passer de situation chaotique à surprise à quelque chose de globalement impossible à… Un retour à la normale plutôt anormal? Ça résume bien la situation en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Lun 28 Mai - 3:01

Ma tentative de réglage de situation chaotique semblait bien faire rire cette jeune femme. Au moins, l’une de nous deux avait du plaisir au sein de ce moment ingérable.

Et pourtant, elle sortit de son fou rire et s’activa seulement lorsque je précisai que j’avais besoin d’aide. Sympa, mais un peu à retardement vu ce que cela lui prit pour rétablir le tout. Mes collègues avaient tous l’air un peu chamboulés sous mon regard surpris, la bouche grande ouverte. Le seul qui n’avait pas l’air trop mal en point était le défunt marteau. Son ancien état physique n’avait pas eu l’air de trop l’affecter. Avait-il seulement un souvenir de ce qui s’était déroulé? Le savaient-ils tous? Que venait-il juste de se passer? Elle avait seulement claqué des doigts alors que c’était si difficile pour moi de tout remettre à l’ordre.

Je fis deux pas vers l’arrière. Cette jeune femme pouvait être dangereuse; même très dangereuse.

« Voilà. Tout est revenu à la normale. Ils vont penser que c’était un drôle de rêve. Une indigestion, quelque chose du genre. Comme ta patronne ne va pas tarder à remonter, ce serait bien que tu lui présentes ta grande cousine Maggie que tu n’as pas vu depuis des années. Tu sais, histoire qu’on ne me jette pas à la porte, considérant que je viens de résoudre une déviation entropique de catégorie deux… »

Une déviation entropique de catégorie deux? En quoi l’entropie de la Terre avait un lien avec ce qui venait de se dérouler? Tout ce remue méninge n’allait pas à l’encontre de l’entropie…

-Cela fait dévier l’entropie? , demandais-je incrédule. L’entropie totale ne peut pas diminuer…

Mes cours de physique étaient loin, mais c’était assez clair dans ma tête. Alors, l’effet de tout cela ailleurs devait être désastreux si cela faisait diminuer l’entropie! Mais comment autant d’action pouvait faire diminuer l’entropie? Et l’augmenter n’était pas si critique... Je n’étais pas certaine de comprendre et cela me semblait plus que bizarre, mais je commençais à mettre quelques morceaux du casse-tête ensembles.

Je n’avais même pas remarqué que l’ascenseur avait repris sa montée. J’avais eu le temps de me calmer et juste avant que les portes ouvrent, je mis des gouttes dans mes yeux (merci de toujours en garder une mini bouteille dans mes vestons pour l’inconfort durant les présentations).

Ma supérieure entra dans l’enceinte du bureau un peu déboussolée.

-Vraiment désolée pour le retard à ta réunion, Alice. J’étais dans le local du concierge… pour je ne sais quelle raison. Et j’ai envie de manger de la lasagne.

-Caroline, voici ma cousine Maggie. Maggie, voici Caroline, ma patronne, dis-je en essuyant une fausse larme au coin de mon œil.

C’est alors que Caroline remarqua.

-Quelque chose ne va pas, Alice?

-Oh, non rien. Je fixai mon regard dans celui de ma supérieure, ce regard rempli d’eau et si triste. Juste… ma grande tante Esmeralda vient de nous quitter et c’était une personne si importante pour Maggie et moi.

Je pris Maggie dans mes bras.

-Merci d’être venue me le dire. On se voit après la réunion d’équipe? , demandai-je à Maggie.

-Oh non! Alice, je sais que tu es dédiée à ce journal, mais prend ta journée! Tiens, prend même quelques jours! Tu as une banque pour ça… mais même pas besoin. Aux frais du journal. La réunion peut attendre.

Elle jeta un coup d’œil à mes collègues.

-De toute façon, tout le monde à l’air bizarre ce matin, dit-elle, perplexe.

-Oh, merci Caroline! Vraiment désolée…

Je courus jusqu’à mon bureau, pris toutes mes choses et m’éclipsai en prenant Maggie par le bras. Je voulais l’éloigner de mes collègues. Elle pouvait être une menace, même pour moi… mais je voulais des réponses.

Une fois dans l’ascenseur, je me retournai vers elle.

-Désolée pour mon impolitesse et pour être entrée dans ta bulle comme ça, dis-je en faisant référence au câlin.

Je fis une pause. Je ne savais pas trop comment procéder. L’enseignement militaire de Daniel me serait utile, mais je devrais faire avec, car j’étais loin de l’avoir.

-Est-ce qu’il y a un endroit discret où nous pourrions discuter de tout ça? Je dois t’avouer que je ne suis pas certaine de tout comprendre… et que même si cela a l’air étrange et très peu plausible, une moitié de moi-même trouve ça illogiquement logique.

Mon père ne m’avait jamais rien dit sur sa famille. Peut-être était-elle réellement ma cousine? J’allais le découvrir, en bonne journaliste que j’étais, mais j’écraserais bien cette histoire dans ma mémoire. Ce n’était pas quelque chose à publier… au grand jamais. Ma sécurité en dépendait.

Soudainement, je me sentis quelque peu trahie par mon paternel. Je repensai à certains moments. Ça n’avait jamais eu l’air de l’inquiéter contrairement à ma mère. Et elle, elle m’avait présenté tout le monde. Donc s’il y avait quelque chose… ce serait du côté de mon père et pendant près de 26 ans, il ne m’aurait rien dit. Rien dit sur « mon malheur » … peut-être qu’il n’en savait rien et que c’était quelque chose qui se passait de cousine en cousine? Alors, je pourrais tout régler dans un futur proche en un claquement de doigt moi aussi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Lun 28 Mai - 5:07

Elle est meilleure actrice que moi, la Alice. Et bien plus… Comment dire… Solide qu’elle en a l’air. Moi, à sa place, je serais en train de me demander si je ne suis pas devenue folle. On a beau s’accommoder de choses étranges, là, c’est quand même atteindre des sommets. Un point pour elle en tout cas. J’aurai la chance de tout lui expliquer plus tard parce que c’est vrai qu’en plein milieu de son bureau… Ce n’est peut-être pas le meilleur des endroits. Elle a de la suite dans les idées, la petite Alice. C’est bien ça. Il en faut des idées si on veut utiliser efficacement ce que la Cinquième Dimension nous offre. Autrement c’est le drame, pire encore, la page blanche, le manque d’originalité! Absolument inconcevable. Et encore c’est trop peu dire. Enfin bon. Je dois essayer, je dis bien essayer de jouer le jeu. Moi, mentir? Oh la la…

Je bredouille donc quelque chose de globalement incompréhensible et je pense que je m’en suis sorti pas trop mal. Laissons le temps à Alice de ramasser ses affaires et si nécessaire de clarifier quelques points. Après tout, ce n’est pas comme s’il y avait urgence. J’en profite pour regarder ses collègues et intérieurement, je suis amusée. Si seulement ils savaient! Je suis tiré de mon observation par Alice qui annonce le départ et qui me prend par le bras. Une fois dans l’ascenseur, elle je l’écoutai parler et s’excuser, toujours souriante. Moi qui adore les câlins, ça n’a clairement pas été difficile à endurer pour moi. Et pour le reste, un endroit discret, un endroit discret… Il y aurait bien ma bulle dimensionnelle mais… Se sent-elle suffisamment en confiance pour braver l’inconnu? Difficile à dire puisque je ne la connais pas. Enfin. Pas encore.


« C’est normal que la moitié de toi comprenne, tu es à moitié des nôtres après tout. Et pour l’entropie, tout à l’heure, je parlais du désordre, du chaos. Mais on aura l’occasion d’en discuter. Si tu veux, on peut aller chez moi, c’est plutôt discret. Pour commencer, il faut encore savoir où c’est et encore là, en trouver l’entrée… Et comme elle est hors du temps et de l’espace, ce n’est pas donné au premier venu. »

Aux yeux de plusieurs, j’aurais eu l’air d’une illuminée. Sauf que la partie Cinquième Dimension d’Alice lui permet minimalement de percevoir la similarité de nos natures, ce qui, normalement, devrait la mettre en confiance. Peut-être que la méfiance des Humains est très présente chez elle, après tout. Sans crier gare, j’emprunte une petite rue donnant sur un cul de sac et arrivé à la moitié, je trace dans l’air une porte avec mes doigts… Avant de l’ouvrir, comme si physiquement elle était là alors qu’il n’y a clairement rien. Mais c’est ça qui est merveilleux avec la Cinquième Dimension : ce « je m’en fous » face à la troisième dimension! Et à la quatrième dimension aussi mais bon. Est-ce qu’Alice m’a suivi? Je ne sais pas. Mais si oui, elle va débarquer dans une chambre digne d’une princesse de Disney, rose, mauve et pastel. Bah quoi!

« Bienvenue dans mon chez moi! Si jamais la déco te dérange, tu me le dis et j’arrange ça. Et ici en plus, c’est mon domaine donc tu ne risques pas de déclencher une catastrophe accidentelle. Mais avant toute chose, tu veux boire quelque chose? Manger quelque chose? Nous allons être ici pendant un moment, il y a tellement à te dire et à te raconter… Au cas où tu ne t’en douterais pas… Comment dire…

La famille du côté de ton père? J’en fais partie. Enfin. Pas directement, directement. Et puis bon. Si je commence à tout dire dans le désordre, on ne s’y retrouvera jamais. Alors tu poses tes questions, je réponds, tu en poses des nouvelles, je réponds à nouveau et ainsi de suite. Ne t’en fais pas, je ne mords pas… Mais je te le dis tout de suite : je suis une câlineuse compulsive! J’adore donner de l’affection, en fait… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Mar 29 Mai - 3:56

Je me retins de rire lorsque Maggie bredouilla. Elle n’avait pas l’air très à l’aise, elle, qui, pourtant, n’avait pas de mal à rire de moi et de mes mésaventures. Chaque son truc, comme on dit.

Nous sortions de l'ascenseur. J’étais perdue dans mes pensées lorsque Daniel y fit intrusion. Il se méfierait sûrement. Je sortis subtilement mon poivre de cayenne.

« C’est normal que la moitié de toi comprenne, tu es à moitié des nôtres après tout. Et pour l’entropie, tout à l’heure, je parlais du désordre, du chaos. Mais on aura l’occasion d’en discuter. Si tu veux, on peut aller chez moi, c’est plutôt discret. Pour commencer, il faut encore savoir où c’est et encore là, en trouver l’entrée… Et comme elle est hors du temps et de l’espace, ce n’est pas donné au premier venu. »

Tout cela était complètement absurde, mais je l’avais bel et bien vu. Cela s’était produit sous mes yeux. Et puis… j’avais bien vu tout au long de ma vie ce que mes expressions pouvaient faire. J’étais tout de même en train de suivre une inconnue dans les rues de San Francisco et elle voulait en plus que j’aille chez elle. Tout cela était… ridicule et très dangereux.

J’arrêtai mon esprit un instant. L’être humain cherchait toujours à y aller au plus simple : la théorie du complot était toujours plus simple à comprendre et elle donnait un sentiment de supériorité à son croyant. Les gens avaient tendance à se justifier de la sorte, face à leur incompréhension. C’était d’ailleurs la base des contes et légendes. Et c’était, en quelque sorte, ce qui formait ces formes de la langue qui me donnaient tant de fil à retordre. Les expressions étaient formées selon l’utilité et l’expérience qu’on avait avec la langue, c’était plein de choses non-littérales qui chez-moi, s’appliquaient littéralement (dans ma dimension, j’avais cru comprendre qu’il y avait un truc étrange avec les dimensions). Alors, si tout cela était vrai? Mes cours de journalisme m’avaient toujours enseigné à voir les deux côtés de la médaille, mais la socio-scientifique en moi savait que, parfois, une réponse pouvait être nettement plus logique et vraie que l’autre. Me restait plus qu’à découvrir laquelle me permettrait d'en apprendre un peu plus sur la vérité.

Et si elle était de la famille? Elle me faisait tant penser à mon père.

À la suite de cette pensée, j’allai lui indiquer qu’elle avait emprunté un cul-de-sac, mais au lieu de cela, je m’approchai pour voir ce qui se déroulait. Elle venait d’ouvrir une porte qui quelques secondes auparavant… n’existait même pas. Je passai ma tête à travers le cadre et décidai de rentrer dans ce château de princesse. Beaucoup trop rose bonbon à mon goût.

« Bienvenue dans mon chez moi! Si jamais la déco te dérange, tu me le dis et j’arrange ça. Et ici en plus, c’est mon domaine donc tu ne risques pas de déclencher une catastrophe accidentelle. Mais avant toute chose, tu veux boire quelque chose? Manger quelque chose? Nous allons être ici pendant un moment, il y a tellement à te dire et à te raconter… Au cas où tu ne t’en douterais pas… Comment dire…

La famille du côté de ton père? J’en fais partie. Enfin. Pas directement, directement. Et puis bon. Si je commence à tout dire dans le désordre, on ne s’y retrouvera jamais. Alors tu poses tes questions, je réponds, tu en poses des nouvelles, je réponds à nouveau et ainsi de suite. Ne t’en fais pas, je ne mords pas… Mais je te le dis tout de suite : je suis une câlineuse compulsive! J’adore donner de l’affection, en fait… »


Faillait y aller avec les priorités et puisque cette jeune femme semblait pouvoir tout faire apparaître par magie…

-J’aimerais bien avoir des loukoums et le thé glacé de chez Tim Hortons, c’est une chaîne de resto au Canada. Est-ce que toutes les calories que je mange ici s’évapore dans la réalité? J’aurais la capacité de faire disparaître de la graisse de mon corps, par exemple?, dis-je avec des yeux pétillants, presque compulsifs. Oui, c'était la priorité. Au diable la sécurité.

Je fis une pause. La déco… elle avait besoin de changement. Je commençais à avoir le tourni et à voir des poneys roses tournoyer autour de ma tête.

-J’aimerais retrouver une ambiance comme celle à Santorini en Grèce, s’il-te-plaît. Oh et, je peux créer une pièce comme ça moi aussi? Notre truc, c’est quelque chose qui se passe de cousine en cousine?

Je me souvenus que j’avais encore mon poivre de cayenne dans mes mains. J’hésitai entre le ranger ou l’agiter dans sa direction en la menaçant et en lui demandant de s’identifier. Mais ce serait stupide… elle m’avait clairement dit qu’elle répondrait à toutes mes questions de toute façon. Je le rangeai.

-On est cousine, n’est-ce pas?, ajoutai-je. Quel est ton nom de famille? Tu as grandi où? Tu as appris comment à maîtriser tout ça? D’ailleurs, ce serait indiscret de te demander tu as quel âge? Et c’est quoi ce truc de dimension?

Tout l’ordre que ma mère m’avait montré à avoir durant toutes ces années s’était… évaporée. Était-ce l’énergie de la pièce ou juste celle de Maggie? Néanmoins, tout cela me semblait assez naturel.

La seule partie qui me dérangeait légèrement était celle où il y avait le mot « affection ».

-En fait… quoi? , demandai-je craintive. Peut-être aurais-je dû conserver ce poivre…

Enfin à chacun ses compulsions… les miennes étaient bien moins nobles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Mar 29 Mai - 5:19

Que d’enthousiasme, ça fait plaisir à voir! Exposée aux énergies de la Cinquième Dimension, Alice découvre ou redécouvre son côté un peu foufou et surexcité. Hey! Personne n’a jamais prétendu que nous étions sain d’esprit par chez nous! C’est plutôt le contraire en fait. Personne avec toute sa tête ne sert réellement le Chaos. Trop de « logique » et de « rationalité » et le Chaos n’aime pas ça. Moi non plus d’ailleurs. Enfin bon. Loukoum? Ici. Thé glacé de Tim Hortons? Ici! Et je connais d’ailleurs! Ils ont une boisson à la pêche couleur orange radioactif… J’adore voyager donc oui, je suis allé au Canada à quelques reprises. La poutine, tiens. Le Poutine Bar, c’est génial! En fait c’est un petit restaurant dans une ville qui s’appelle Laval et qui… Concentration Maggie! Prendre soin de la cousine D’ABORD. Ah bah si, quand même.

Ensuite, tu divagueras sur tes expériences culinaires et tout ça. Bon, nourriture et boisson c’est fait et je… QUOI!? Mais! Mais! Mon décor supra Disney! C’est méchant ça! Oui bon, enfin, j’avoue que c’est peut-être un poil trop rose mais j’aime ça comme ça moi! Bon. Une ambiance comme celle à Santorini en Grèce. Ça aussi je peux faire, je suis allé là-bas. Presque à regret, j’apporte les changements nécessaires au décor pour qu’il corresponde davantage à ce que désire Alice. Il faut faire de menus sacrifices pour la famille, des fois. En espérant qu’elle apprécie hein! Et des questions, tellement de questions! Il ne faut pas se gêner! Par contre, la pauvre risque d’être déçue. Ce n’est nullement une affaire se passant de cousine en cousine, loin de là. Ah ça non. C’est juste le fait qu’on vienne de la même dimension. Elle partiellement mais…


« Ah ça fait plaisir de voir que tu as l’enthousiasme débridé de la Cinquième Dimension. Et clarifions un truc tout de suite : tout ceci n’a rien d’un truc se transmettant de cousine en cousine… Et je crains fort que jamais tu n’atteignes ce niveau de puissance. Tu es notre première hybride et pour le meilleur ou le pire, plus ancrée dans la troisième que dans la Cinquième Dimension. C’est comme ça, que veux-tu.

Ensuite, pour le coup des calories, ce que tu manges ici ne te fera pas engraisser. Différente dimension, différentes règles. Quant à te faire perdre du poids… C’est possible. Enfin. Pour moi. Je pourrai arranger ça pour toi mais soyons sérieuse, tu n’es pas exactement porteuse de kilos en trop… Mais je m’égare, je m’égare, ça m’arrive tout le temps ça. Trop d’idées dans ma tête à pourchasser, les vilaines. Ah la la…

Euh… Je disais quoi déjà? Ah oui! Tu voulais connaitre mon nom de famille. Mxyzptlk. Maggie Mxyzptlk. Ça se prononce Miks-yez-pittle-ik. Quant au fait que nous soyons cousines… C’est un peu plus compliqué que ça. J’ai grandi dans la Cinquième Dimension et ma maitrise de pouvoirs, c’est quelque chose d’inné pour les natifs de notre dimension. Quoi d’autre… Mon âge… Euh… Tu sais, c’est marrant mais…

Le temps hein, c’est tellement un concept qui diffère d’un endroit à l’autre donc est-ce vraiment important de savoir quel âge j’ai? Changement de sujet subtil pas si subtil… Que veux-tu dire par c’est quoi ce truc de dimension? C’est évident non? Je viens d’une autre dimension, comment l’expliquer autrement? FIOU! C’est que je parle, je parle, je parle… Je prendrais bien une gorgée d’eau moi. J’ai soif! Et en fait… »


Et de penser que je viens de raconter tout ça d’un coup, pratiquement sans reprendre mon souffle et en restant relativement concentrée. Je suis plutôt fière de moi. Ce n’est pas tous les jours que je réussi un tour de force pareil. Mais là… Oui. Et je me rends compte que j’ai oublié de mentionner un détail dans ses questions. Le fait que je suis une câlineuse compulsive. Du coup… CÂLIN TIME! Et je me jette sur elle et la serre dans mes bras avant qu’elle ne puisse utiliser le poivre de Cayenne. Bah quoi, ça pique ce truc, je le sais, je m’en suis déjà pris une dose au visage. Longue histoire impliquant un policier maussade, moi qui voulait être sympathique et une expérience culinaire qui manque de virer au désastre. Tant de choses à dire et à raconter et si peu de temps pour le faire. Ce serait presque triste, quand on y pense… En tout cas, j’espère qu’Alice commence à s’y retrouver, elle est sympa cette petite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Mer 30 Mai - 2:44

Les loukoums firent leur apparition, suivit du thé glacé et du décor. C’était G.É.N.I.A.L! Je mangeais une pâtisserie turque, avec une boisson qui venait du Canada en étant dans un décor typiquement grec!

Un sourire illumina mon visage alors que je prenais place sur la terrasse. Je demeurai debout, mais je mis sur une petite table mes précieux loukoums et mon thé glacé.

Toutefois, mon enthousiasme diminua légèrement lorsque j’appris la nouvelle : Je ne pourrai jamais faire Santorini moi-même. Elle faisait mention d’hybride… alors, l’un de mes parents -mon père, me dis-je sans trop de doute- venait aussi de cette cinquième dimension? Est-ce que les gènes étaient compatibles? Sûrement puisque j’étais là. Toutefois, cela devait donner des… créatures comme moi, justement. Avec des capacités énormes et incontrôlables, génial (pas dans le même sens que le premier).

La deuxième nouvelle fut quant à elle… M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E! Je pouvais manger tout ce que je voulais sans prendre ne serait-ce qu’une livre?! J’enfouis sur-le-champ un loukoum presque jusqu’à mon œsophage et j’en mangeai tout de suite un deuxième que je pris le temps de déguster.

Son commentaire me surprit. Voyait-on la même chose? J'étais... en surpoids. Si elle pouvait quelque chose pour moi, ce serait bien. Si elle peut quelque chose pour toi Alice, c’est de te rendre moins malade. Moi, malade? Je n’avais jamais été malade. Mais je n’avais jamais pu éviter la souffrance humaine… Et l'une de ses souffrances était manger. Où était-ce seulement la conséquence de manger?

Ô chère Maggie, tu n’étais pas la seule à t’égarer dans tes idées, j’avais juste pris cette forte habitude de ne pas le faire à l’oral… pouvoirs obligeaient. Je souris légèrement à son commentaire, en guise de compatie, mais je doute qu’elle remarqua quoi que ce soit. Elle était très… elle avait parlé d’« enthousiasme débridé », eh bien, elle était vraiment plus débridé que moi!

Milk… quoi? Miks-yez-pittle-ik. Original. Finalement, je m’en étais bien sortie avec « Andersen ».

-Mxyzptik, répétai-je sans trop de difficulté, vive l’omnilinguisme, aucun morphème ne pouvait venir à bout de cet organe qu’était mon mâche patate.

Quelque chose d’inné? Je devenais peu à peu plus pensive, sûrement moins Cinquième et plus Troisième dimension, comme elle aimait si bien le rappeler. Alors… peut-être que ce serait bien plus compliqué que ce que j’avais envisagé. Je mangeai un autre loukoum pour faire passer la nouvelle.

La question de l’âge était bien trop indiscrète, je me doutais. Mais ce qui me surprit fut l’explication temporelle. Je ne savais donc pas si elle était très jeune ou alors très vieille. Dans tous les cas, elle ne faisait pas du tout son âge.

La pauvre commençait presque à manquer d’air. Était-ce aussi possible dans cette dimension? Avait-elle vraiment besoin de respirer? Comment son métabolisme fonctionnait-il? Devait-elle manger? Et le sommeil? Avait-elle besoin d’aller aux toilettes? Heureusement, tout ça, c’était dans ma tête. Je n’aurais jamais pensé un jour que je me demanderais si quelqu’un avait besoin d’aller aux toilettes dans la vie de tous les jours. Wow. Ce que ça pouvait faire… la Cinquième dimension.

C’est alors que je me retournai et que… je reçus une Maggie express sur le corps. J’eus le droit au plus gros câlin de mon existence -Désolée Daniel, tu venais d’être détrôné-. Et là, c’était moi qui commençait à manquer d'air. Je voyais bien que c’était son truc, par contre. C’en était presque chou. Bravo Mademoiselle Mxyzptik, vous veniez tout juste d’attendrir un peu Dre. Andersen et ça, c’était quelque chose! Je lui tapotai gentiment une épaule et pris l'air restant pour parler :

-Maggie… Maggie…  c’est génial, mais… je manque… d’air… là.

Je finis par réussir à gonfler mes poumons tant bien que mal au bout d’un moment. Une question n’arrêtait pas de rebondir dans ma tête. Je m’assis et pris une gorgée de thé glacé en engouffrant un autre loukoum dans ma bouche et je tendis le plat à Maggie pour qu’elle en prenne un. Ces trucs étaient géniaux.

-Tu devras me donner le nom de ton fournisseur, dis-je en ayant une moitié de loukoum encore dans la bouche.

Je finis ma bouchée. Et je posai la question qui tue.

-Mais alors… pourquoi ne m’a-t-on rien dit durant toutes ces années? Y a-t-il un moyen pour moi de contrôler l’effet de ces expressions? Pourquoi personne de la Cinquième dimension n’a voulu m’aider?

Pourquoi mon père n'avait-il rien fait?

Je me rendis compte que ce qui me frustrait le plus n’était pas les expressions, c’était le manque de liberté d’expression et cette incapacité à faire des jeux de mots et des blagues sans tout faire exploser.

-J’ai raté tellement de belles occasions de blagues à cause de tout ça, dis-je la mine triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Mer 30 Mai - 4:26

« C’est… Compliqué. En fait. Et ton père t’aime. Tant et si bien qu’il a failli rendre fou mon père une deuxième fois. Alice ceci et Alice cela, pourquoi tu penses que c’est la fille du grand patron de la Cinquième Dimension qu’on a envoyé pour veiller sur toi? Tu as droit au traitement royal grand luxe grâce à l’amour de ton père! Tu devrais être très fière même! Quant à dire ou à ne pas dire, bah…

C’est là que le compliqué de tout à l’heure entre en ligne de compte. La Cinquième Dimension fonctionne sur un principe simple : le Chaos. Mettre quelque chose en mouvement, regarder ce que ça donne, observer, prendre des notes et recommencer en modifiant tel ou tel paramètre ou carrément en influençant l’expérience en cours de route, selon qui fait quoi. Rien d’ordonné comme par chez vous. Loin, très loin de là.

Tiens un exemple simple : tu vois ton plat de loukoums? Je viens de le rendre sans fin. Infini. Tu prends un loukoum et un autre apparait. Le but de l’expérience? Voir combien tu vas en manger. Paramètre A, paramètre B et advienne que pourra! C’est ça la Cinquième Dimension! Des êtres surpuissants mais qui ont une règle d’or : si on fout le bordel, on doit tout remettre en place. Tout le temps. TOUT. LE. TEMPS. Compris?

Ce qui veut dire que si je décide de me prendre pour Godzilla et que je dévaste New York, hop, mon expérience terminée, d’un claquement de doigts, tout redevient comme avant et personne, sauf moi, ne se souvient de rien. Tout ça pour dire que si on ne t’a rien dit… C’est parce que tout le monde se refusait à t’effacer la mémoire si tu le prenais mal et personne ne voulait avoir ton malheur sur la conscience non plus en cas de révélation.

Du coup, c’est ma mère, qui est à peu près la seule personne saine d’esprit par chez nous, qui a trouvé la solution. Te laisser vivre ta vie d’humaine et n’intervenir qu’en cas d’extrême nécessité pour te préserver d’un héritage que tu pourrais ne pas vouloir. Et oui, tu vas pouvoir éventuellement maitriser ton pouvoir. Encore une fois, pourquoi tu penses que c’est moi qu’on envoie? Et je… Oh non, pas de ça avec moi! »


Une mine triste veut dire que je dois lui faire un câlin! Je déteste les airs tristes, c’est contre ma nature. Nouveau câlin magique de Maggie mais cette fois je fais davantage attention pour ne pas l’étouffer. Papa serait furieux si je tuais accidentellement notre toute première hybride et ramener les gens d’entre les morts, c’est un truc que je ne fais pas. Un peu comme les limites qu’impose le génie d’Aladin, en fait. Je peux comprendre sa déception, c’est tout à fait légitime mais personne n’avait jamais pensé que nous puissions nous retrouver avec une hybride parce que personne ne s’est jamais posé la bonne question. Considérez un peuple qui vit très longtemps (voire trop longtemps) : faire des enfants n’est pas notre priorité numéro un. C’est comme avec les elfes dans les romans de Fantasy, en fait. Mais je m’égare. Pour faire changement.

Je suppose qu’en quelque part, nous avons peut-être mal fait. Personne n’a jamais renié Alice, voyons. Elle est des nôtres, même si en vérité elle ne l’est qu’à 50%. Mon père m’a dit qu’il avait été souvent débattu de la rendre soit complètement humaine, soit complètement Cinquième Dimension pour lui offrir une vie normale mais qu’ultimement, personne ne voulait faire le choix de quel héritage supplanterait l’autre. Mais je suis là maintenant! Je vais pouvoir l’aider et tenter de rattraper le temps perdu. Si, bien sûr, Alice veut bien de moi. De nous. Du côté paternel de sa famille. Elle pourrait carrément décider de tous nous renier, si tel était son bon plaisir. Et puis bon, elle a dit le mot magique : blague. Elle a devant elle la plus grande farceuse de tous les temps, ma petite Alice, nous allons aiguiser ton pouvoir pour en faire le fer de lance d’un humour nouveau genre. Tant d’idées et si peu de temps pour toutes les exprimer…


« Je comprendrais que tu ne veuilles pas de nous et si telle est ta volonté, je la communiquerai à mon père et aux miens. Tu as le droit d’être déçue et en colère. Nous ne savions pas comment réagir mais l’ignorance n’excuse rien. Sois sûre d’une chose par contre. Ton père t’a toujours aimé et il t’aimera toujours. Tu sais qu’il a même songé à renoncer à ses pouvoirs et à son immortalité, une fois, pour pouvoir vivre avec toi? Enfin, c’est ce que m’a dit mon père! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 1 Juin - 3:46

Je conservai cette moue alors que Maggie m’expliquait la situation. Enfin… alors, qu’elle tentait de trouver une explication valable à mes yeux.

Compliqué? Vraiment. Savait-elle ce qui avait été compliqué pour moi durant toutes ces années? Mon père avait beau m’aimer, il avait été d’un tel égoïsme. Ou alors c’était de l’ignorance, ce qui était encore pire. Un traitement royal? J’espérais bien après autant d’années de souffrance, d’ignorance, mais surtout de censure!

Le chaos, ça commençait à être un concept assez familier. Ce n’était pas difficile à comprendre lorsque nous étions Alice L. Andersen. J’avais depuis longtemps repoussé l’assiette de loukoums, je n’avais plus faim. Pas que j’aie réellement faim habituellement. Mais là, un de plus et je sentais que j’allais le rejeter tellement ma situation actuelle m’énervait.

Toujours tout remettre en place? Mon père devait s’en être chargé la majorité du temps, mais il n’avait jamais trouvé bon de m’apprendre comment, car dans ce domaine, j’étais une incapable. Maggie avait tout réglé en un claquement de doigt. Moi? J’avais agravé la situation en un rien de temps et je n’avais rien pu faire d’autre.

Ces gens avaient une conscience que même-moi, ô humaine, n’aurait pas eu dans ce genre de cas. Ou peut-être avaient-ils trop de conscience et pas assez conscience de ma situation?! Pour ne pas vouloir quelque chose, il aurait fallu d’abord que je sache que j’avais le choix. Plus elle parlait et plus je bouillonnais de l’intérieur, mais en gardant la même mine renfrognée.

Apprendre à le maîtriser maintenant? Et quand j’étais enfant?! Hein?!! Je n’aurai jamais le contrôle que j’aurais eu. En tout cas, il ne donnait pas de cours de pédagogie dans la Cinquième dimension.

Maggie me câlina à nouveau, mais cette fois-ci je ne pris même pas la peine de répondre. Je restai silencieuse.

« Je comprendrais que tu ne veuilles pas de nous et si telle est ta volonté, je la communiquerai à mon père et aux miens. Tu as le droit d’être déçue et en colère. Nous ne savions pas comment réagir mais l’ignorance n’excuse rien. Sois sûre d’une chose par contre. Ton père t’a toujours aimé et il t’aimera toujours. Tu sais qu’il a même songé à renoncer à ses pouvoirs et à son immortalité, une fois, pour pouvoir vivre avec toi? Enfin, c’est ce que m’a dit mon père! »

Je me mis à rire. Un rire jaune, très jaune même.

-Et vous, vous avez voulu de moi?, demandai-je avec hargne. Je suis celle qui doit payer pour l’erreur de mon père, alors? S’il en est ainsi, il ne s’agit qu’un d’un être égoïste de plus sur cette planète. Et s’il a pensé à renoncer à tout ça, c’est qu’il est con. Ce serait stupide au plus haut point. Je pensais que mon père était quelqu’un avec plus de détermination que cela, mais bon, je dois tenir ça de ma mère.

J’inspirai et expirai.

-Il a fait son choix, de toute façon, sans demander l’avis de la principale concernée. Eh bien, j’ai fait le mien sans lui demander son avis. Je coupe les ponts.

Mes mots étaient tranchants. Sûrement presque littéralement. Mais rien ne se produit: nous étions dans le monde de Maggie. Et tant mieux... j'avais bien moins de filtre.

-Sais-tu ce que ça représente 26 ans de censure? Ce n’est peut-être pas beaucoup ou énorme pour toi, 26 ans, mais pour moi, c’est toute mon existence. Alors, toute ton existence à ne pas pouvoir t’exprimer et jouer avec la langue alors que c’est ce que tu aimes le plus au monde? Pense s’y quelques instants, Maggie.

Je fulminais.

-Tu me dis que je peux apprendre à contrôler tout cela? Tu m’aideras? , demandai-je avec plus de calme.

M’énerver n’aurait servi à rien. Surtout contre elle, elle n’avait rien fait et elle se ramassait aussi avec les pots cassés, soit dans ce cas; moi.

Je me remis à manger des loukoums en m’assoyant sur une chaise. Des loukoums à l’infini et zéro calorie. Avant de me mettre à l’entraînement, il nous faudrait une soirée films de fille pour me remettre de tout ça, avec son décor Disney et des pots de crème glacée interminables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 1 Juin - 4:39

« Tu as raison. Je ne sais pas ce que c’est vingt-six ans terriens à endurer un calvaire. Je ne connais que trois siècles terriens à souffrir de l’absence de mon père et de l’indifférence glacée de ma mère. Mais bon, vas-y, cries sur moi, j’ai juste tout arrêté ce que je faisais pour venir te voir. J’ai juste accepté d’aller aider une inconnue et de transformer mon chez moi pour l’accommoder sans rechigner. »

Moi, je reste calme. Patiente. Mais toute ma joie de vivre n’est plus au rendez-vous. Mon aura de bonne humeur s’est éteinte. Et si vous avez déjà été en ma présence, vous savez alors que c’est quelque chose de très désagréable. Un peu comme… Enfin. On se sent juste triste. Moi qui suis toujours pétillante et pleine de vie… En quelque part, je comprends la détresse d’Alice. Peut-être qu’elle a raison. Que nous… Que son père n’a pas été juste avec elle. C’est facile pour elle de blâmer, elle regarde les choses en trois dimensions. C’est infiniment plus complexe mais nous, enfants de nos parents, ne sommes pas forcément rationnels quand nous nous sentons lésés. Si je propose de l’aider, c’est parce que je veux le faire, pas parce qu’on m’y a forcé. Et ça… Je pense qu’elle ne l’a pas encore compris. Trop de colère… Pour rien, en fait.

C’est à son père qu’elle a besoin de dire ça, pas à moi. J’ai l’impression d’être l’agneau sacrificiel. Allez, va voir la jeune femme de vingt-six ans, explique lui pourquoi elle fait des trucs étranges et écope pour nos erreurs. Ou plutôt, pour nos choix. Vraiment pas cool comme sensation. Non. Vraiment pas cool. Et ce que j’ai dit est vrai. Pendant trois siècles, avec de rares intermittences, mon père a fait une obsession pas possible sur Superman. Il ne pensait qu’à lui, ne parlant que de lui, ce qui mettait ma mère en colère car elle voulait avoir l’attention de son mari et moi… J’ai été la grande oubliée de l’histoire. Autant parfois, le temps semble passer bien plus longtemps que par chez vous, autant par moments, c’est la sensation inverse. Eh oui, la Cinquième Dimension est incompréhensible, parfois, même pour nous. C’est juste comme ça. On fait avec.

Je ne dirais pas que tout est revenu en ordre avec ma famille. Mon père est toujours fou. Ma mère toujours aussi froide et glaciale. Mais maintenant, au moins, je sais qu’ils m’aiment. Et je pense que c’est ce qui a inspiré le père d’Alice à agir comme maintenant. Dommage, par contre, que ce sont toujours les enfants qui en font les frais. Quelle que soit la dimension, personne n’est parfait. En fait, je pense que c’est une des plus grosses blagues de chez nous. Est-ce que quelqu’un a pensé à tenter de créer la perfection? Ça me fait rigoler à chaque fois. Il y a trois « sujets » que nous refusons obstinément de toucher. L’omnipotence. L’omniprésence. L’omniscience. Et celui-là c’est le pire d’entre tous, celui qui me donne des frissons d’effroi. Nous tenons bien trop à notre nature curieuse pour se gâcher à jamais tous les plaisirs de la vie! Hum? Ah oui, Alice.


« Malgré la manière dont tu me traites, oui. Je vais t’aider. Je vais t’aider non pas parce qu’on m’a forcé à le faire mais parce que je veux le faire. Personne ne devrait jamais être l’esclave de ses pouvoirs. Jamais. À mes yeux, c’est inconcevable.Tu as raison. Nous avons vingt-six ans de calembours et de jeux de mots à rattraper. Ce serait dommage de s’en priver, tu ne penses pas? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Jeu 7 Juin - 3:35

Une vague froide et sans vie m’envahit. Cela me prit quelques secondes avant de comprendre qu’il s’agissait de la disparition de la joie vivre habituelle de Maggie. L’air était devenu lourd et mes loukoums n’avaient, tout d’un coup, plus aussi bon goût. Mes yeux se remplirent d’eau et cette fois-ci, des larmes se mirent à couler abondamment sur mes joues.

La chanson de Stromae, « Papaoutai », me vint à l’esprit à ce moment-là. C’était loin d’être ma chanson préférée, mais le message était là. Certains parents faisaient des enfants et ne s’en occupaient même pas. Il n’y avait pas de moule pour faire de bons parents. Faire des parents… ce n’était pas possible. Les parents étaient les seuls à avoir ce pouvoir – faire ou ne pas faire - .

Mes parents avaient-ils été de mauvais parents? Non, ils avaient été présents, à tout le moins. Ce qui ne semblait visiblement pas être le cas pour Maggie. Un sentiment de culpabilité naissait doucement en moi, étrange me connaissant, n’est-ce pas? Il fut rapidement rattrapé par celui d’avoir agi stupidement. L’herbe avait toujours juste l’air plus verte chez le voisin et ce voisin, c’était ce que j’avais de plus proche et que je connaissais le mieux du côté de mon père jusqu’à présent, donc faire preuve de respect n’aurait pas été de refus.

Mais pour une fois dans ma vie, j’avais envie de donner plus que du respect pour ressentir encore une fois cette énergie électrisante qu’était la sienne. C’est seulement une fois qu’on a perdu quelque chose qu’on se rend compte que ce quelque chose était important pour nous, n’est-ce pas? Je regardais le vide. Je n’osais pas la regarder, cette pauvre Maggie.

Elle ramena les blagues sur la table. Je tentai mon meilleur sourire et je séchai les larmes sur mes joues, avant de dire et faire quelques débilités. Était-ce cet univers, ou juste mon humanité qui me gagnait soudainement?

-Puisque tu mets cartes sur table, dis-je sans avoir peur pour une fois dans ma vie.

Je lui sautai dessus à mon tour pour lui faire un câlin et je la serrai contre moi (pas trop fort... mais quand même un peu).

-Phoque, otarie! Ça fait du bien d’avoir une cousine! Peu importe le décor de sa chambre.

Je me remis à pleurer comme pas possible. Étais-je enceinte? Impossible aux vues de l’inactivité de cette partie de ma vie et du désert de ma vie sentimentale, même les cactus avaient peur de s’en approcher (pour vous donner une idée). Était-ce parce que je piquais plus qu’eux? Très peu de gens dans ma personnelle avait le droit à un bon traitement. Au travail… j’étais très professionnelle, mais pour le reste? Pffff.

-Je suis désolée, Maggie. Et puis, ton décor style princesses de Disney, il est superbe, on veut tous être des princesses comme ça, on ne peut juste pas l’être… et… et… baaaah, ce fut entre-coupé de quelques pleurs, on oublie que c’est possible. C’est juste que le rose, c’est pas ma teinte, mais si c’est la tienne, c’est génial.

Je n’en pouvais plus. C’était lourd tout ça. Toutes ces nouvelles, la prise d’otage, Daniel, mon cœur d’adolescente, ma vraie nature, Maggie, mes pouvoirs. Je tremblais un peu. Pauvre Maggie, elle avait le droit à la crise de nerfs en plus.

-Je… je m’excuse, dis-je entre deux sanglots. Je… vais me ressaisir. Si tu veux, avant de débuter l’entraînement, on se fait un Disney en mangeant de la crème glacée du Bilboquet. Comme ça, on ne prend pas de poids, c’est bien et bon et ça nous rassure sur notre statut culturo-sociaux-économique. Malgré le fait que ça ne nous coûte rien… L'argent, ça existe dans la Cinquième dimension?

Je n’avais pas pris le temps de contextualiser ce dernier commentaire. J’étais un vrai moulin à paroles. Vraiment… j’avais enlevé tout filtre en arrivant ici, lorsque j’avais su que je ne risquais pas de tout faire exploser. Aller manger de la crème glacée dans Outremont, et ce, même lorsque la passe de bus était payée de façon mensuelle, c’était presque du luxe.

Je pleurais encore. Ça devait faire combien d’années? Je ne me souvenais même plus de la dernière fois où j’avais pleuré. Ah si, lorsque j’avais décidé de ne plus reparler à Daniel. Donc, environ huit ans. Je soupirai et pris une grande respiration. Ça allait aller. Je me calmai.

-Merci de m’aider.

Je respirai encore quelques coups.

-Puis-je avoir un mouchoir?, demandai-je en replaçant mes vêtements. Je n'étais plus du tout dans la classe et la prestance de tout à l'heure devant ma supérieure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Jeu 7 Juin - 5:02

Pauvre Alice… On oublie souvent quand on vit loin des tracas des Humains que ce qui pour nous est… Une partie de la vie, peut-être? A des allures de drames pour eux. Je veux dire… J’ai été négligée par mes parents pendant un temps (très longtemps, pour vous) mais je l’ai presque eu ma fin heureuse. Je sais que mes parents tiennent à moi maintenant. Et ça… C’est une certitude qui fait du bien. Le souvenir est douloureux mais la conclusion satisfaisante. Je ne veux pas voir ma… Cousine… Triste. Je ne veux voir personne triste, en fait. Je me dis que la vie est tellement plus belle avec un sourire… Définitivement, il va falloir remédier à cette situation. Ouste, larmes, vous n’avez pas votre place ici. Certainement pas en plus pendant des retrouvailles de famille. Parce qu’en quelque part, la Cinquième Dimension, c’est juste une grande famille.

Tout le monde connait tout le monde, tout le monde aide tout le monde alors… Nous sommes tous foufous alors… Forcément, une bande de joyeux dingues, ça s’entend bien entre eux! Et vous verrez, quand on amènera… Quand j’amènerai Alice par chez nous, elle va avoir droit à tout un accueil. Et connaissant mon père, s’il n’y a pas au moins une fanfare? Ce n’est pas mon père. Ah parce que oui, c’est dans mes plans que de l’amener visiter la seconde partie de son héritage. Pauvre fille, quand même. Forcée de faire attention à tout ce qu’elle dit au risque de déclencher une catastrophe. Ici comme dans la Cinquième Dimension, il n’y a aucun risque. Comme le dirait un ami de ma connaissance, la troisième dimension, ça craint. Allez. Sourire, bonne humeur, tu dois être un bonne grande cousine pour Alice. Ou au moins une source de réconfort.


« Allez ne t’en fais donc pas. Tout est oublié, tout est pardonné. Et en fait… Personne par chez nous n’a un jour pensé à introduire de l’argent dans notre culture. Quel usage en ferions-nous? Si on veut un truc, on le fait apparaitre. C’est pour ça que j’adore votre dimension, il faut faire quelque chose de ses dix doigts pour arriver à ses fins! Je ne dis pas que manipuler la réalité elle-même est simple mais bon…

Et puis bon, moi je ne te juge pas. Pleure un bon coup, voici un mouchoir et pour la crème glacée, je peux même recréer le décor de ta boutique préférée histoire d’avoir quelque chose d’un peu plus authentique. Mais je dois par contre poser une question qui me trotte dans la tête depuis que j’en ai entendu parler. Les queues de castor… Je veux dire… Ce n’est pas VRAIMENT la queue d’un castor qu’on mange… Non? »


Oui je change de sujet. Parfaitement. Vous me connaissez. Si un papillon coloré passe dans mon champ de vision, je n’écoute déjà plus ce que vous avez à dire. Déficit de l’attention, à ce qu’il paraitrait. Et la propension à m’intéresser à plein de trucs en même temps sans arriver, parfois, à me concentrer sur une seule chose ce qui fait que vous êtes mieux d’attacher votre tuque avec de la broche parce que la discussion peut partir sans crier gare dans tous les sens. Alors que je passe de quelque chose de relativement à quelque chose de rassurant à quelque chose d’inspiré à une question culinaire… C’est normal. On s’y fait, à force. Enfin… Je crois. Moi je m’y fais. Une bonne partie de mon entourage aussi. Et puis bon, je suis heureuse donc tout sembles s’illuminer, ça aide à diminuer l’irritation de Maggie le feu follet. Maggie fofolle.

Pourquoi cette question aussi soudaine qu’inattendue sur les queues de castor? Parce qu’on parle de trucs québécois ou canadiens depuis tout à l’heure. De près ou de loin, c’est mentionné alors… Pourquoi ne pas continuer sur le même thème? Je sais m’adapter! Je sais adopter aussi mais ça c’est une histoire complètement différente. Pour le moment nous ne nous attarderons pas sur cette dernière. Non. Je fais un gros effort de concentration pour garder mon focus sur Alice. Et ce n’est pas facile. J’ai tant de questions, d’histoires et de commentaires que je voudrais passer. C’est quand même plutôt rare de un, rencontrer de la famille qu’on ne connaissait pas, deux, pouvoir être dans sa bulle dimensionnelle sans que la personne en face de vous ne pique une crise de panique et trois… Qu’on subisse le tsunami verbal Maggie sans sourciller!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Jeu 7 Juin - 20:30

Sa réponse me fit quelque peu sourire. Beaucoup de gens dans la Troisième dimension payeraient cher pour avoir à ne rien faire et pouvoir tout faire apparaître. Comme quoi… on voulait toujours ce qu’on n’avait pas. Ce qui manquait à la Troisième dimension? Un peu de satisfaction. Rien n’était simple, surtout lorsqu’on parlait de la vanité et de la jalousie dont les hommes étaient porteurs. J’aurais pu penser qu’on en était victime, mais être victime d’un état dont on avait un certain contrôle me paraissait quelque peu être un paradoxe, ou encore, tout simplement une ironie du sort. Toutefois, nous n’avions besoin d’aucun sort ou sortilège pour se sortir de ce cercle vicieux.

Dans tous les cas, malgré son épisode plutôt rempli de froideur, Maggie semblait exemptée de ce tout petit fardeau planétaire. Je pris son mouchoir et me mouchai de façon -encore une fois- très peu sexy. La suite de son discours me fit, cette fois-ci, rire.

-Le décor du magasin n’est pas très… enfin, c’est assez petit comme endroit, et il n’a rien de bien particulier. Surtout à côté de Santorini. Je te l’ai dit, j’allais là, le plus souvent, dans l’unique but d’oublier que j’avais le statut culturo-socio-économique d’une étudiante ontarienne à Montréal. Déjà, être Franco-ontarienne et étudier au Québec… la majorité des gens ne savent pas que des francophones existent parmi nous, ensuite, on ne comprend pas toutes les références, mais certaines et ma mère étant à moitié Québécoise et ayant vécu là tout son enfance… eh bien, ça donnait un drôle de mélange. Surtout du fait que, personnellement, je comprenais toutes les expressions. D’ailleurs, tu es omnilinguiste toi aussi? Et économique, eh bien, même si papa et maman payaient à peu près tout, ce n’est pas le Pérou avec un salaire annuel d’étudiant et le 75$ au trois mois du fédéral! Je n’étais pas en France. On dit souvent que les études au Québec sont gratuites ou très peu chères, et puis, après, on regarde certains pays d’Europe et on se dit qu’on s’est fait avoir à quelque part.

Me parler du Canada? Ce n’était pas une bonne idée si vous vouliez demeurer dans la catégorie des discussions légères et courtes. Je repris de plus belle.

-Et puis, on fait quelques stages en région pendant l’été… ne t’inquiète pas, lorsque je dis région, je ne parle pas de la Rive-Sud ou de Laval, ajoutai-je en riant. C’est la campagne, mais pas au point où je veux en venir, dis-je en riant toute seule. Y'a bien qu'un Montréalais du plateau pour dire des conneries pareilles et y croire! Je parle plutôt des régions comme… l’Abitibi, la Côte-Nord ou la Gaspésie, et puis… eh bien, mine de rien, pour la localisation géographique, c’est assez cher vivre en région. Et malgré les stages, les frais pour l'université, la nourriture, les déplacements, l'essence et le logement; aucune aide gouvernementale. Ça ne vaut même pas la peine la plupart du temps de le déduire sur les impôts! Le plus souvent, de toute façon, tu sous-loues, alors ce n'est pas ton nom sur les papiers officiels. Tu te rends compte ?! Tu disais que c’était bien de devoir faire quelque chose pour en obtenir une autre : l’argent, mais ça a aussi deux tranchants! Il faut toujours faire des choix et des choix parfois qui sont difficiles!

Je soupirai.

-Je ne te parle même pas de mes soucis d’identité. Alors, là, avec la Cinquième dimension, dois-je comprendre que je suis à moitié alien de dimension, un quart Québécoise, un quart Ontarienne, même si j’y ai vécu une bonne majorité de ma vie et que je n’ai aucun sang américain? C’est presque rassurant, en fait, comme nouvelle, je n’ai plus besoin de me rattacher à autant de mauvaises décisions. Et si j’ai des gosses? Vous faites comment pour avoir des enfants dans votre… notre… dans la Cinquième dimension? Comme nous?

Ça allait décidément trop vite dans ma tête, mais mon sarcasme habituel refit néanmoins surface sans aucun problème :

-Et puis, pour les queues de castor, bah oui, on fait de vraies queues! Quelle question! C’est comme ça depuis la baisse de revenu de l’industrie de la fourrure au Canada! La Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest n’ont pas eu le choix, elles ont dû se tourner vers ce qui était alimentaire avec leur restant de castors après avoir pris la fourrure. Il fallait diminuer les pertes. Mais ça, il ne faut pas le dire, on le cache encore aux végétariens pour qu'ils en mangent!

Je me retins pour ne pas éclater de rire. J'avais dit ça avec tout le sérieux du monde et un ton tout de même sarcastique. Ô, Maggie. Je sentais déjà qu’on allait s’éclater ensemble. Pas littéralement, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 8 Juin - 3:47

Mes yeux pétillent de bonheur. ENFIN! Quelqu’un qui parle PRESQUE autant que moi. Ah mais ne nous leurrons pas, je suis la reine incontestée de l’avalanche verbale. Simplement, en général, on me trouve plus ou moins insupportable à cause de ce trait de caractère. Mais là? J’ai la meilleure petite cousine du monde parce qu’elle est plus comme moi qu’elle ne semble le réaliser, en fait. Et soyez sûr que j’écoute tout ce qu’elle dit avec une grande attention. Une très grande attention même. Bah oui. Si quelqu’un parle, il faut l’écouter. À quoi ça sert de parler sinon? À peu de choses. J’écoute. Je suis attentive. Et veut, veut pas, c’est quand même très intéressant ce qu’elle dit. Je ne connais pas tout des dynamiques des habitants de cette planète. En fait il y a beaucoup de choses que j’ignore parce que… Je ne suis pas omnisciente.

Ce mot me terrifie. Ce concept ne devrait pas exister, pour commencer. Enfin bon, je disais que ce qu’elle dit est intéressant parce que comme je suis principalement aux États-Unis grâce à ou à cause de la proximité de mes amis et alliés, je connais moins le Canada. Mais quand j’y vais? Je m’amuse toujours. Aucun pays ou état n’est parfait mais au moins, quand on regarde les mesures sociales qu’il y a plus au nord par rapport à ce qu’il y a ici… Je ne comprendrai jamais cet amour démesuré de l’argent des Humains. Comment peut-on faire passer des billets de banque avant la survie d’un être vivant? La pauvreté est un concept qui n’existe pas au sein de la Cinquième Dimension parce que tout le monde peut faire apparaitre ce qu’il veut. En même temps… Nous sommes tous un peu fous donc… Peut-être que c’est grâce à ça que ça fonctionne. Peut-être.

Elle pose quand même quelques questions sur la Cinquième Dimension que je note dans un coin de ma tête parce que ça, je sais quoi répondre. Je veux dire… Je suis l’héritière de ce domaine, après tout. Ça aussi c’est quelque chose qui me donne des sueurs froides. Je ne veux pas de position de pouvoir. Je suis bien en étant juste Maggie. Ça me convient plus que vous ne pourriez le penser. Moi, en charge de tout un peuple? Vous n’y pensez quand même pas sérieusement! Il faut impérativement que je pense à quelque chose sinon je vais me mettre à frissonner et Alice va poser des questions auxquelles je ne veux ni penser ni répondre. Son explication sur les queues de castor me sort de mes pensées. Est-ce qu’elle est… Parce que je veux dire… Elle a l’air sérieuse… Mais le ton… Ah je vois. Tu veux jouer à ce petit jeu? À mon tour de répliquer alors! Attends de voir!


« En tout cas on ne peut pas dire que tu ne développes pas ta pensée, hein? Il y a beaucoup de trucs intéressants à retenir par contre et un peu à expliquer. Alors… Omnilinguiste, je ne sais pas. J'ai toujours eu de la facilité avec les langues? Et Alien? Non, certainement pas. Extra dimensionnelle, oui. Et si tu as des enfants, la théorie la plus supportée est que tes pouvoirs ne seront pas transmis. Ou alors la moitié de ta moitié mais… Je serais extrêmement étonnée. Quant à faire des enfants…

Ce n’est pas comme sur Terre, franchement. Nous sommes des êtres du Chaos. En fait c’est très simple. Vous avez le tableau périodique, vous, pas vrai? On a quelque chose de semblable et chaque enfant de la Cinquième Dimension est une expérience, en fait. Mélanger un certain nombre d’ingrédients comme dans une recette et voilà, une fois que la solution a fini de mijoter, un enfant de la Cinquième Dimension nait. »


Moi aussi je lui fais avaler mes salades avec le plus grand sérieux du monde. Et moi en plus je fais plus fort encore, je fais apparaitre des bulles dans les airs qui relatent ce que je raconte. C’est un énorme montage, évidemment. Mais je peux être vachement convaincante quand je le veux. On va voir qui de nous deux va admettre avoir raconté n’importe quoi à l’autre et lui dire la vérité. Parce qu’attention hein! Je serais bien capable de conjurer une vraie fausse queue de castor comme elle les décrit, juste pour voir jusqu’où elle va tenir son bluff. Ah c’est clair qu’on va s’amuser toutes les deux. Elle a vraiment un esprit bien de chez nous. Le sens de la farce est puissant chez cette petite et moi, j’adore ça. Franchement, comment ne PAS aimer? Je suis moi-même une farceuse invétérée alors… Une petite cousine farceuse, c’est un rêve qui se réalise!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Dim 10 Juin - 3:23

Les yeux pétillants de Maggie étaient à nouveau au rendez-vous. J’étais contente, on aurait dit qu’elle appréciait m’entendre parler du Canada. C’était quand même assez rare, la majorité des gens ne voulaient pas vraiment en entendre parler. Enfin… surtout pas aussi longtemps et sur des sujets aussi pointus. Ou sinon, j’avais souvent le droit à des commentaires stupides; je vous fais ma définition de commentaires stupides : choses que les gens pensent bien savoir et dont ils sont sûrs, mais qu’ils ne connaissent pas du tout, comme parler des États du Canada, de son président ou encore des 50 centimètres de neige à Toronto à l'année longue, etc. Déjà, 50 centimètres de neige à Toronto... Faire ces erreurs en n’affirmant rien, plutôt en posant des questions ou émettant des hypothèses, ça allait complètement! Mais bon… certains semblaient absolument tout savoir, vous savez? Peut-être pas et ça va, hein, il n’y a pas de quoi avoir honte, je vous garantis!

Pour développer ma pensée, j'étais efficace, effectivement, depuis 26 ans que je pratiquais… bon, peut-être un peu moins, je ne me souvenais plus très bien, mais oui, j’avais tendance à être assez critique. Je l’avais toujours été avec moi-même et j’avais tendance à faire subir le même traitement à toute chose. C’était ainsi dans mon monde que j’avais souvent de la difficulté à faire fonctionner avec celui des autres et dont je ne leur ouvrais que très rarement les portes complètement.

Elle aussi pouvait donc parler plusieurs langues. Intéressant, des questions sur la grammaire me démangeaient les narines comme pas possible. Comprenait-elle très peu la structure des langues au départ, comme moi? Je les parlais sans connaître leur fonctionnement, c’était inconscient, comme chez tout locuteur natif. C’était si étrange, car ma grammaire était presque impeccable à tous les coups, je devais seulement m’adapter légèrement pour les diverses branches de dialectes. Sujet fort intéressant… malheureusement, je n’avais jamais pu faire de recherche là-dessus, mais si un peuple entier avait ces facultés? Je pourrais sûrement faire une étude! Je ne pourrais jamais révéler cette recherche au monde, mais au moins, peut-être que moi, je pourrais comprendre comment cela était possible. Puis, une réponse s’afficha dans ma tête. Elle était si simple, et je me résignai. Le mot «CHAOS» en grandes lettres s’était étampé dans mon esprit. Je ne trouverais sûrement jamais… et je l’acceptais plutôt bien, même si j’avais normalement une curiosité insatiable. Ce devait… être cette partie de moi appartenant à cette autre Dimension.

Triste pour les futurs mômes. Je devrai leur apprendre le plus de langues possibles avant leur 8 ans, mais au moins, ils ne seraient pas pris avec ce malheur. Et puis, des enfants? Moi? Ô, je retenais bien un rire là. Jamais. Enfin, je me concentrai davantage sur ce que Maggie disait.

Cela sonna une cloche à mon esprit. Cette méthode ressemblait vraiment trop à celle employée dans Fullmetal Alchemist. Je me grattai la tête quelques instants. Elle n’avait pas fait de commentaire sur la queue de castor. Toutefois, elle avait bien précisé que les expériences… c’était leur truc. Je pris tout de même la peine de commenter.

-Étrange que ce soit si similaire à la série Fullmetal Alchemist. Tu es certaine que tu ne t’en serais pas inspirée pour en faire une belle petite histoire à me raconter?, dis-je un peu blasée.

Elle avait décidé de jouer au même jeu que moi, ou quoi? Bon, très bien, mon jeu était dévoilé. Dommage qu’elle ait compris aussi rapidement. Elle était très perspicace derrière son air de jeune femme enjouée. Plus j’en apprenais et plus je l’appréciais. Si j’avais su que ça prendrait une femme de la Cinquième dimension pour être moindrement comprise et faire fondre un peu ma barrière de glace…

C’est ta cousine, Alice. Fais-lui attention.

-Tu as dit que je ne pouvais rien faire ici? Mais toi, tu peux ouvrir et fermer ce portail qui mène et sort d’ici… n’importe où? Tu veux qu’on ait mangé une vraie bonne queue de castor ensemble, Maggie? J’ai travaillé quelques temps et je me suis méritée ça, dis-je, en sortant une carte de crédit canadienne de mon sac. Alors, je te l’offre! Prends ça comme un merci.

Je savais qu’elle pouvait tout avoir… mais pouvant tout avoir par soi-même, pas beaucoup de gens devaient lui offrir de petites attentions ou de cadeau. Je devrais d’ailleurs noter sa date d’anniversaire dans mon agenda ou tout simplement lui en inventer une pour festoyer un peu avec elle en mode Troisième dimension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Dim 10 Juin - 4:39

« En fait, pour être plus exacte, je connais bien cette série mais je me suis basée sur une anecdote comique dans la famille, en fait. En gros un bon jour, mon père s’ennuyait et il s’est demandé comment il pourrait créer une copie de Superman grâce à une forme foldingue de la chimie. Autant te dire que ça n’a pas fonctionné mais alors là pas du tout. Curieux résultat par contre, personne ne s’y attendait. »

En général, j’essaie de rester « originale ». J’aime, comme tout le monde, livres, films et jeux mais la très grande partie du temps, je suis ma propre source d’inspiration. Je ne me sens pas insultée, Alice ne pouvait pas le savoir. Tous ne sont pas prêts à croire tout ce qu’on leur dit, à la base alors si ça semble improbable… Divisez par deux le résultat précédent et ça vous donne une bonne idée de ce qu’on obtient. Vraiment pas beaucoup. Mais je doute que ce soit dans sa nature de juger gratuitement la famille. Enfin, certain pas une cousine aussi chouette que moi. Je ne me lance pas de fleurs, c’est juste vrai. En fait moi, on m’aime ou on me trouve insupportable. C’est un ou l’autre. Je ne me souviens pas qu’il n’y ait jamais eu un entre deux. Allez savoir pourquoi. Je suppose qu’il y a des choses qu’on ne peut pas expliquer. Ou pas. Ou pas…

Enfin bon, ce n’est pas forcément important. Ce qui est important c’est qu’Alice vient de dire les mots magiques. Enfin, mots magiques… Elle parle de manger, plus encore, de quelque chose de sucré, dans le style dessert ou gourmandise. Alors les étoiles dans mes yeux viennent de devenir deux super nova parce que je suis une grande gourmande et une fan finie de ce genre de petites sorties « mignonnes ». Et John Constantine peut bien prétendre ce qu’il veut, il m’achète de la crème glacée quand on termine une mission ensemble et il joue dans mes cheveux, c’est une marque d’affection. Je suis adorable, voilà la réalité des choses. Une sortie « bouffe »? N’importe quand! Je suis toujours partante! Le seul petit truc qui me dérange… Si tant est que quelque chose peut me déranger… C’est que bon, on risque de vouloir rigoler un peu, discuter et tout ça…

Mais est-ce que je devrais prendre l’initiative de… Comment dire ça gentiment… Museler Alice? Ce n’est pas exactement museler mais disons utiliser ma maitrise supérieure de la Cinquième Dimension pour l’empêcher de déclencher accidentellement une catastrophe? Le but ce n’est pas de l’humilier ou de la faire se sentir mal. Simplement, je veux qu’elle puisse s’amuser et si jamais elle fait une bourde, elle ne va certainement pas être dans un super état d’esprit pour s’amuser avec moi. Donc d’un côté, si je ne prends pas d’initiative, on risque des ennuis et si j’agis, je risque de blesser ma petite cousine. Pouvoir manipuler la réalité ne veut pas dire avoir une solution à tout, loin de là. Si c’était bel et bien le cas, je le saurais, franchement. Ou pas, tout bien considéré. Qu’est-ce que le savoir, de toute façon? Eurk… Je fais de la philosophie…


« Manger… Sucré… Je ne peux pas refuser une telle offre. Ma gourmandise causera ma perte. Je nous ouvre un portail où tu veux, quand tu veux. Il faudra que je t’invite à la maison, un de ces quatre. Enfin, si tu veux rencontrer ma famille. Non. Non. Mauvaise idée. Mon père pourrait te rendre fou si… Promets-moi une chose. Si tu le rencontres, ne parle JAMAIS de Superman. JAMAIS! »

Et sur ce changement de sujet complètement aléatoire signé Maggie M., j’ouvre un portail vers… Où Alice veut. Il lui suffit de penser à la destination et le portail va nous y amener. Cool, non? Moi je trouve que oui. Pas besoin d’entrer de coordonnées, votre cerveau sait où c’est. Donc pas de perte de temps à chercher avec un GPS qui refuse de collaborer pourquoi vous êtes au milieu d’un lac et pas chez votre grand-mère! Il y a une différence entre Saguenay Lac Saint-Jean et le lac Saint-Jean, en tant qu’étendue d’eau… Mais je m’égare, je m’égare et je promets de faire un effort pour être socialement présentable. Souvent, c’est plus fort que moi, je DOIS faire une farce. Et si je ne le fais pas consciemment, je le ferai quand même sans même m’en rendre compte. C’est… Juste comme ça. Un défaut de fabrication? Jamais de la vie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Lun 11 Juin - 3:18

Maggie me laissa perplexe. Un curieux résultat? Elle ne précisa pas ce dont il s’agissait.

-Et quel était ce résultat?

Effectivement : l’expérience m’intéressait. Je n’avais que peu faire de Superman. Toutefois, cette mystérieuse création pouvait s’avérer intéressante si personne de la Cinquième dimension n’aurait pu deviner le résultat. D’ailleurs, y avait-il beaucoup de personnes dans cette dimension?

Maggie accepta mon offre sans attendre. J’étais contente de lui faire plaisir, puis elle s’emballa quelque peu et entra dans une autre phase de discussion où elle sautait un peu du coq à l’âne. J’avais remarqué auparavant, mais j’arrivais à bien suivre. Néanmoins, cela devenait de plus en plus difficile. Peut-être que la pause sucre l’aiderait à se recentrer… ou pas.

-Je… oui, une chose à la fois, veux-tu, Maggie? Déjà, le choc d’apprendre tout ça en une journée et de voyager à travail des portails dimensionnels… Je savais que des choses particulières se déroulaient sur Terre, mais c’est tout de même quelque chose à encaisser. Je… vais rencontrer mon oncle en temps et lieu, j’en suis certaine, mais pour l’instant : gardons les choses simples; une queue de castor. Direction Marché By et Canal Rideau!

Je traversai le portail encore ébahie. Maggie semblait me suivre de près. Nous étions directement sur la place des artisans et vendeurs itinérants derrière le Centre Rideau. Du coin de la rue, je pouvais voir la Banque Scotia et un autobus d’OCTranspo ouvrir ses portes en laissant s’échapper un «Rideau Center, last stop/ Centre rideau, dernier arrêt». Mes yeux brillaient. J’aimais l’énergie que dégageait cette ville. Nous étions au Canada! Je pourrais aller manger chez mes parents avec Maggie juste le temps d’un souper et dormir dans mon lit le soir… J’en avais presque oublier que j’avais décidé de ne plus parler à mon père.

Sans crier gare, je pris Maggie par la main et l’amenai dans le Chapters qui se trouvait juste en face de nous. Nous le traversâmes juste pour profiter de l’odeur des livres neufs et nous sortîmes pour nous retrouver juste à côté d’un magasin de chocolats Lindt. J’étais certaine que l’imagination de Maggie était débordante, mais… les saveurs qu’ils pouvaient sortir pouvaient toujours être surprenantes!

La dégustation du jour était celle du Lindor à la crème irlandaise. J’en pris un pour moi et un autre pour Maggie en me retournant et en faisant une révérence rigolote :

-Pour vous, chère cousine, dis-je avec un sourire au visage.  

Les boutiques étaient rarement très grandes, mais il y avait du chocolat partout et cela battait presque l’odeur des livres neufs. Je regardai le chocolat dans ma main quelques instants, puis je me rappelai que nous allions manger une queue de castor. Je baissai les yeux. Je ne pouvais manger ni l’un ni l’autre. Je mis le chocolat dans ma poche et regardai Maggie en retrouvant mon sourire.

-Tu désires une saveur? Un sac mélangé peut-être? Tu avais déjà pensé à toutes ces saveurs? Certaines d’entre elles ont toujours tendance à m’étonner personnellement… En parlant de saveur! Tu aimes les biscuits en pain d’épice? Il faudrait que je t’amène en manger par ici un jour! Mais comme j'ai dit: une chose à la fois... ou presque, pensai-je en me rendant compte que ça faisait deux avec le chocolat et la queue de castor... et trois avec le Canal, bref.

Je laissai à Maggie le choix ou non de prendre quelque chose, j’allais régler de toute façon, j’avais dit que je payais, puis nous continuâmes notre chevauchée parmi les quelques touristes qui étaient aussi sur place, traversant la rue, nous nous dirigeâmes vers le magasin de queue de castor et passèrent à côté de quelques sans abris, les refuges étant non loin de là. Le magasin était presque à la limite entre le centre-ville et Vanier. Vanier, c’était le Hochelag d’Ottawa. Enfin… Vanier, c’était une blague après avoir été quelques fois à New York ou encore à Gotham.

-Bon, ils servent aussi la poutine, mais… je n’ai jamais trouvé une super bonne poutine à Ottawa, aussi triste que cela peut sembler considérant qu’il s’agit quelque peu de mon alma mater. Alors, si jamais c’est une première, je te conseille fortement d’attendre le bon moment. Et sinon, eh bien, voici une queue de castor, dis-je en désignant ce qu’un autre client venait de prendre. Sucre... sucre... et encore sucre, avec de la pâte fraiche et chaude! J’aime bien celle au sucre et à la cannelle, mais c’est très personnel. Celle au sirop d’érable aussi ne donne pas sa place!

Je m’avançai au comptoir et commandai en précisant que Maggie était avec moi. Je pris trois queues de castor au sucre et à la cannelle et je me tournai vers ma cousine en attendant de voir quel serait son choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Lun 11 Juin - 18:47

« Nous ne parlerons pas des résultats de cette expérience. Certainement pas ici en tout cas. Je sens poindre une migraine juste en y pensant alors… Non. Oh non. Plus tard, comme tu dis et une chose à la fois. Quand tu viendras rencontrer la famille, peut-être. Si tu es sage. Mais qu’est-ce que je raconte, personne n’est sage dans la Cinquième Dimension! Ha ha ha! Blague dimensionnelle… »

Une fois de l’autre côté du portail, une nouvelle découverte, une nouvelle réalisation. Des odeurs, des saveurs, des sons et des images… Il ne manque qu’un petit truc pour le toucher et ce serait parfait. J’aime bien découvrir de nouvelles choses. Je suis, après tout, la digne fille de mon père et dans la famille, dans ma dimension, explorer, découvrir, expérimenter, c’est notre pain et notre beurre. Certains voient des pouvoirs comme les nôtres comme un moyen d’arriver à une fin. Nous le voyons comme un outil pratique pour aller au-delà de nos rêves. Et des rêves, comme tout le monde, nous en avons, évidemment. Je ne me souviens pas être venu ici par le passé donc c’est bon pour moi. Et les livres, franchement, qui n’aime pas les livres? Curieuse chose que par chez nous, nous n’en ayons pas. Un livre, c’est pourtant si commun, si banal…

Je veux dire, nous consignons nos résultats d’expériences, oui, mais il manque un petit quelque chose d’inimitable. Il manque cette sensation qu’on a en tournant les pages… Vous ne savez pas que ça vous manquait tant que vous n’avez pas eu un livre entre vos mains. Une librairie, une boutique de chocolat et enfin, le mystère enfin dévoilé sur les queues de castor. Et je suis parfaitement d’accord. Sucre et cannelle, c’est le combo ultime, le boss final! Elle en commande trois alors… J’en commande trois aussi. Je ne vais pas me faire battre par ma cousine quand il s’agit de manger. Maggie, gourmande devant l’éternel, ne saurait faire pâle figure, franchement. Réfléchissant un moment, je décide d’en prendre quatre, en fait. Vous savez, soit pour pousser le vice ou pour partager en la séparant en deux. Attention. Je n’ai jamais dit en deux parties égales… Hin hin hin.

Nous allons nous asseoir et je dois résister à la tentation d’utiliser mes pouvoirs pour conjurer quelque chose de plus confortable comme siège. Parce que bon, pourquoi se priver d’un océan de coussins quand on peut en avoir, je vous le demande! C’est tellement confortable les coussins, en plus. Qui n’aime pas les coussins n’aime pas les gens, voilà ce que je dis. Le confort, c’est important, ça a un gros impact sur la bonne humeur. Ah mais si! Je vous assure. Dormez mal à cause d’un mauvais matelas et vous verrez comment sera le réveil. Les gens négligent trop souvent les petits détails et oublient les choses simples. C’est triste mais c’est comme ça. Pas moi en tout cas. On dirait que justement, c’est quand vous pouvez faire ce que certains appellent « impossible » que vous êtes plus alerte à choses autrement « banales ». Pourquoi?

Parce que pour moi, ce qui est simple, c’est faire apparaitre ce que je veux. Faire cuire un œuf, pour vous, c’est simple. Moi j’ai dû apprendre. S’habiller, c’est pareil. Un claquement de doigts et je suis entièrement vêtue, que ce soit ces robes compliquées de la renaissance ou un simple string, s’il me venait la folie pure de me vêtir de… En fait qui a dit que c’était un vêtement? C’est complètement irréaliste de penser comme ça! Un vêtement, par définition, c’est pour se vêtir, couvrir son corps. Qu’est-ce que ça couvre, un string, au juste? Rendu là, un morceau de soie dentaire ferait le même travail. Mais je m’égare, ce qui est loin d’être inhabituel. Goûtons à cette queue de castor et… Et j’en ai englouti deux avant de me rendre compte qu’il faudrait peut-être que je mange plus lentement parce que je collationne avec quelqu’un. Classe, Maggie. Classe…


« Désolée… Je suis une grand gourmande et des fois, j’oublie que bon, manger trop vite ce n’est pas forcément socialement acceptable. En tout cas c’et vraiment bon. Je comprends pourquoi les Québécois disent se sucrer le bec. Les queues de castor, le sirop d’érable, la slush, la tarte au sucre… J’ai un jour commis la grave erreur de me rendre dans une cabane à sucre. Heureusement que les lois de la troisième dimension ont peu d’effet sur moi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Jeu 21 Juin - 16:48

Maggie ne semblait pas très emballée par l’idée de parler de cette experience de son père. Il me semblait pourtant qu’elle adorait les expériences… peut-être que son traumatisme dû à l’amour que son père portait à Superman et pas à elle trônait sur ses envies de faire des expériences et en avoir les résultats. Pourtant, elle décrivait cela comme un processus culturel… ou encore comme quelque chose d’intimement lié à la nature de son… de notre peuple. Les expériences qui nous poussaient à agir en partie contre notre nature étaient de celles considérées comme hautement traumatisantes, il me semblait. Après, mon domaine n’était pas la psychologie, mais bien l’anthropologie linguistique et culturelle. Je plaignais néanmoins cette pauvre Maggie. Cela devait s’avérer être pire que de ne pas être l’enfant préféré. Peut-être que son père aurait préféré avoir eu un fils… pour qu’il ressemble plus à Superman. Maggie, avec ses pouvoirs, aurait pu faire tout pour lui ressembler, mais cela aurait causé la perte de sa propre personnalité rayonnante. Derrière ses airs d’enfant un peu trop gâté par la vie -seulement de ma perspective extérieure, dans le sens « chanceuse » et non « enfant gâté détestable »-, Maggie était décidément une femme forte qui gagnait à être connue et appréciée.

Je laissai le sujet sans réponse. Je ne voulais pas la mettre en colère une nouvelle fois.

Elle semblait aussi attirée par tous ces sens que moi. Intéressant, une amatrice de plus parmi mes rangs! Ou étais-je celle parmi ses rangs? Bonne question.

Je fus néanmoins très surprise de voir que Maggie commanda aussi trois queues de castor. Avait-elle voulu en donner aux itinérants elle aussi? Quoi… quatre? Note à moi-même : le budget sera toujours surpassé en invitant Maggie au restaurant. Je payai ma facture de plus de 70$ sans broncher, mais elle était mieux de les déguster ces… et non. Je m’assis à ses côtés en la regardant manger comme un orgre, la bouche un peu ouverte, ne touchant pas à mes trois queues de castor -qui n'étaient pas pour moi-. Mais où mettait-elle toutes ces calories? Je… j’étais jalouse, puis, je me souvins de ce souci de dimension. Effectivement, les règles n’étaient pas les mêmes pour tout le monde, mais j’aurais bien aimé qu’elles puissent s’appliquer à moi aussi. J’étais toujours aussi surprise par la vitesse hallucinante à laquelle elle engloutissait cette collation calorique sans même avoir un brin de remords. Si seulement…..

Je remarquai aussi que les deux jeunes hommes à notre gauche la regardaient avec le mot « surprise » étampé sur le visage. Elle ralentit à peine l’allure, puis s’adressa à moi.

Socialement acceptable. Je me mis à rire doucement. Avec mon père, les conventions sociales n'avaient jamais été tout à fait appliquée de la même façon que dans les autres familles. Au cours de mon enfance, j’avais remarqué qu’il posait souvent des questions à ma mère, qui elle, se plaisait à toutes les appliquer à la lettre. Si l’un de mes deux parents avait été dans l’armée, cela aurait sûrement été ma mère, si vous voyez ce que je veux dire. Elle était néanmoins très tendre avec moi… par moment.

Tous les plats que Maggie nommait avaient décidément besoin d’être quelque peu discutés.

-Les normes sociales n’ont jamais été quelque chose de très… tangible et appliquée dans la maison familiale, je peux comprendre. Toutefois, j’ai toujours ressenti de fortes pressions sociales, dis-je avant de faire une pause pour aller donner mes trois queues de castor aux itinérants qui demandaient nourriture ou argent.

Je leur souris et ils me remercièrent avant de se mettre à manger. C’était loin d’être la chose la plus nutritive, mais au moins, ça leur donnerait un peu de réconfort. La nourriture, c’était là pour ça, n’est-ce pas? Ma source de réconfort était de la soupe aux légumes, car c’était peu calorique. Mais… bon… ça c’était pour moi; grassouillette petite Alice.

-Se… enfin, ce que tu viens de dire… oui, on peut dire ça comme ça, ajoutai-je en revenant m’asseoir, on venait d’éviter la catastrophe "expression", mais bon, au pire, Maggie était là. Il t’en manque quelques-uns : les oreilles de Christ, les pets de sœur, la poutine… bon, le dernier n’est pas tout à fait sucré, mais tu serais surprise de savoir l’apport calorifique. Mais tu dois avoir goûté tout ça déjà, non? La majorité à la cabane à sucre?

Je baissai doucement la tête.

-Tu es chanceuse que ces lois aient peu d’effet sur toi. On dirait que je n’ai pas hérité de cet aspect.

Je restai quelques instants dans mes pensées.

-Tu as déjà visité Ottawa, demandai-je, la question sortant de nulle part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 22 Juin - 3:32

Hum… Si ce petit problème de poids la dérange tant, je peux sans doute y faire quelque chose. Je veux dire… Cinquième Dimension. S’il m’en prenait la lubie, je pourrais me la jouer déesse moderne, avec un temple, des fidèles, des miracles et tout le reste. J’ai mon orgueil et mon petit côté narcissique mais heureusement, pas à ce point. La simple pensée de devoir gérer autant de chose me donnerait presque la nausée. Je ne suis pas faite pour commander. Encore moins pour obéir. Mais bon, on ne peut pas être parfaite non plus, qu’on se le tienne pour dit. Pour en revenir à ma petite cousine, ce serait une modification excessivement mineure, trois fois rien. Et sans doute une façon quand même sympathique de m’excuser pour ma gourmandise. Je pensais qu’elle allait manger tout ça, moi. Pas en faire la distribution aux affamés du coin. Comme quoi…

Comme quoi j’en ai encore beaucoup à apprendre sur les Humains. Un jour. Un jour. Mais pas aujourd’hui. Pour rattraper ma gaffe, je décide d’aller commander à manger et cette fois c’est moi qui paie. Avec mon argent durement gagné. J’ai dit : durement gagné. Dans le sens travail. De temps en temps je fais des petits boulots. Rarement longtemps. Je déteste les gens qui se pensent au-dessus des autres et dans le service clientèle, ils sont la règle au lieu d’être l’exception. Du coup… Il leur arrive des misères et ça finit par faire des histoires et je démissionne discrètement avant que ça ne dégénère. Ce qui fait que quand elle mentionne Ottawa, j’ai un petit fou rire. Oui, je suis déjà allé. Quant à savoir dans quelle temporalité et sur quel flux dimensionnel… C’est assez flou. Je veux dire… Si je veux aller dans le passé, j’ouvre une porte et puis voilà. Manipulation de la réalité…

Mais pour en revenir à Ottawa, j’ai travaillé dans une boutique de fleurs. Je ne suis pas une fan des fleurs mais j’aimais bien le coin, le décor, tout ça. À ma défense, comment aurais-je pu savoir, moi qui ne suis pas d’ici, que ce monsieur était sénateur et que ses commentaires déplacés et éminemment sexistes voire lubriques « devaient être tolérés au vu de son rang »? Comme si c’était une excuse! Et puis il ne s’est pas fait SI mal que ça en tombant assis sur ce cactus. Le but ce n’est pas de le mutiler, juste de lui rendre la vie misérable pendant un instant. Et après bon, j’avoue que ça a un peu dégénéré mais personne n’a été blessé et tout le monde s’en est bien sortit… Moins la dignité du sénateur. Mais il l’avait bien cherché alors je ne me sens même pas coupable. En d’autres circonstances, peut-être mais pas dans cette situation précise. Pas du tout.


« Si tu savais comme c’est génial de rencontrer quelqu’un qui aime parler comme moi. C’est super bon pour le moral! Comme la poutine, en fait. Hum… Il faudra que j’en remange une d’ailleurs. Et puis bon, normes sociales, normes sociales, on va dire la vérité, c’est un bâillon visant à rendre les gens tous pareils! Fichue société basée sur le paraitre au lieu de l’être! Et… Oui j’ai déjà visité Ottawa. Mais… Euh…

Je ne me souviens plus quand. Ou où. Tu sais, réalités, dimensions, temporalités, on finit par s’y perdre. Je pense que c’est sur cette version de la Terre, oui, au courant du XXIème siècle mais je peux me trouver. En fait j’ai travaillé, brièvement, là-bas comme fleuriste. Ça fini avec un cactus, un sénateur pervers et un fond de culotte plein de petits trous. Et mange pendant que c’est chaud, il fallait bien faire amende honorable.

Je suis une grande gourmande, que veux-tu… J’adore le sucré. Et le surette. Le salé aussi, mais pas trop. Ça tombe sur le cœur. Oh et si tu veux, je peux faire en sorte que tu n’engraisse plus quand tu manges. Tu as déjà une partie de nos gênes, c’est une mutation vraiment mineure. Tiens je me demande… Est-ce que tu pourrais utiliser ton pouvoir des mots pour transformer ta propre apparence? Oh les possibilités d’expérimentations sont tellement nombreuses et… Désolée, tu es ma cousine, pas un cobaye… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 29 Juin - 1:28

Je posai cette fameuse question à propos de mon alma mater et ma cousine pouffa. Je la regardai quelques instants, un peu perplexe alors qu’elle me donnait de la nourriture qu’elle venait tout juste d’acheter. Je n’eus même pas le temps de lui signifier que je n’avais pas très faim. Refuser aurais été impoli, mais les lois de la troisième dimension s’appliquaient ici et j’avais très peu de ressources pour contrôler ce qui était dans la nourriture que je n’avais pas préparée. J’étais quelque peu prise au dépourvu. Je ne pouvais pas refuser, je pris donc ce qu’elle me donna et je le regardai, elle se remit à parler, ce qui, comme à l’habitude ne me choqua pas particulièrement.

Je parlais autant qu’elle? N’était-ce pas exagéré un peu? Enfin, le fait que ça ne m’ait pas étonné dès le départ qu'elle parlait autant devait être un bon indicatif. Peut-être que je parlais beaucoup aussi, ironique pour quelqu’un qui devait faire attention à chaque mot qu’elle disait.

Elle connaissait donc ce qu’était la poutine. Je lui aurais sûrement fait le commentaire, si elle m'en avait laissé l'occasion, de ne pas en prendre une ici : ce serait presque assurément une déception. Ils ne savaient pas réellement ce que c’était le fromage « Squish squish » ou « Squick squick », le débat sur la prononciation était encore ouvert au Québec. Néanmoins, tout le monde s’entendait pour désigner la même chose. Et… dans le centre-ville d’Ottawa, on vendait plutôt une autre gamme, une autre catégorie de ce… je ne pouvais même pas appeler cela du fromage, en toute honnêteté, et pourtant, ils avaient un festival annuel de la poutine, et ce, même sur le campus de l’Université d’Ottawa! Ô, quelle tristesse de repenser à cela.

Le paraître… Je baissai la tête. Étais-je une victime ou une protagoniste dans tout cela? Je ne suivais pas la mode, mais je me rendais peu à peu compte à quel point j’étais malade à cause des critères que je m’imposais. Ou qu’on m’imposait. Je pensais être la seule à me l’imposer, mais la suggestion était forte. Pouvait-on encore parler de suggestion? Ou de problèmes et de pressions sociales? Peut-être étais-je plus sensible à tout cela, mais si de prime abord on avait mis les publicités de Dove en action au lieu de juste les regarder le jeudi soir entre deux parties d’épisode d’Unité 9, je n’en aurais pas été là.

Je soupirai intérieurement. Maggie était déjà loin… elle avait changé de sujet le temps de cette réflexion. Un fleuriste? Un sénateur? Un cactus! J’aimais bien les fleurs et les cactus, mais assez peu les hommes pervers et vicieux. Quel nom ça donnait aux politiciens!?

J’aurais bien aimé pouvoir naviguer les mers au temps des pirates. Comme observatrice dans ma cabine bien propre, hein, parce que j’étais au courant des germes et des mœurs de l’époque et malgré les prédateurs d’aujourd’hui, je n'aurai pas mis une croix sur mon sosie confort actuel (parce que le harcèlement, aujourd'hui, se pratique sans épée aiguisée... la majorité du temps. Enfin, avec une seule arme ou "épée aiguisée", si vous préférez, mais je ne veux pas en venir au point de citer la citation de Verena Stefan et je divague...) lorsqu’on le comparait à l’époque des pirates qui sillonnaient les mers. Enfin, « l’époque », qu’est-ce que ça voulait bien dire? Il y en avait encore aujourd'hui. Mais… j’aurais bien aimé être en mode Pirates des Caraïbes pendant quelques jours, que voulez-vous. Peut-être que c’était possible avec toutes ces dimensions et cette chère Maggie.

Je me mis doucement à manger, un peu trop plongée dans mes pensées pour penser aux aliments que j’avalais. De plus, le reste de mon attention était portée à Maggie, car elle parlait toujours et venait de me dire de manger avant que ce soit froid.

Les mots qu'elle prononça par la suite me firent toutefois totalement quitter ma torpeur.

-Vraiment!!?, m’exclamai-je. Ne plus être affectée par la prise de poids?! Et je… je peux être un cobaye si tu me promets de m’aider et d’arranger les… dégâts.

J’allais dire « pots cassés », mais je me retins, comme à l’habitude.

-Je suis ta cousine aussi, ça va de soi! D’ailleurs, en parlant d’expérience, je me demandais… il y a une dimension avec des pirates comme dans Pirates des Caraïbes? Ça pourrait être sympa comme weekend entre filles, dis-je en pouffant.

Bon, je finirais sûrement sur la planche… mais Maggie pouvait tout manipuler, n’est-ce pas?

Est-ce que les requins seraient inoffensifs dans cette dimension comme dans la nôtre? Bon… inoffensifs… peut-être pas totalement, mais lorsque on savait que les fourmis tuaient plus de gens par année que les requins, voilà. Je n’allais pas faire un dessin.

Je commençais pourtant à angoisser sur la question de poids. Ce n’était pas sain… Ô très "sain" (peut-être même plus "saint" dans mon cas, puisque je suivais mon régime religieusement) physiquement, mais mentalement… c’était horrible. Et si je n’avais plus à m’en soucier? Je resterais comme présentement? Mais… cela n’arrangerait jamais le vrai problème.

Je regardai Maggie quelques instants.

-Merci pour l’offre, mais… pour le souci d’engraisser… c’est un problème de la troisième dimension que je vis. Et je comprends que je suis bel et bien un mélange des deux, mais je doute que la cinquième dimension puisse réellement régler ce… cette… obsession, dis-je alors que ces derniers mots résonnaient dans ma tête.

Ils étaient presque tous fous de toute façon, non? C’est elle qui l’avait dit. Je souris timidement. Je lisais sur le sujet depuis ma dernière rencontre avec Daniel. Je soupirai et je continuai à manger doucement. J’avais, en effet, un peu faim, et ce n’était pas mauvais.

Je déposai la nourriture et fis un câlin à Maggie en guise de remerciement, sachant qu’elle adorait ça… c’était peut-être même mieux que… quatre queues de Castor. Quatre. Enfin, j’espérais seulement qu’elle n’en fasse pas tout un plat en public. Ça se voulait un petit câlin bien court, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre de LOD
Messages : 295 Age du joueur : 30 Crédits : N.A. Batarangs : 11920

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Ven 29 Juin - 4:25

Effarant. Nous sommes les fous, habitants de la Cinquième Dimension mais ils, enfin, ces êtres peuplant la troisième dimension, avaient le don de se mettre des barrières fictives et vides de sens. N’ont-ils donc rien appris? Si vous avez par définition des limitations, le but, ce n’est pas de s’en rajouter! Personne par chez nous ne se mettrait un tel problème dans la tête. Mais ici? C’est une manie, c’est complètement incompréhensible. Je comprenais donc cet empressement à accepter mon offre et ce soudain revirement d’opinion. Certains êtres, bizarrement, aiment souffrir. Quelque chose à avoir avec, si je ne me trompe pas, avec le fait de devenir plus fort. Transcender ses limites. Hey, c’est ma cousine, je ne juge pas. Je l’aiderai, même, si je peux. Note à moi-même : ne jamais aborder la question de poids avec Alice, juste au cas où.

Quant à cette histoire de pirates, car je prends les sujets de discussion dans le désordre… Oui, c’est faisable. Je veux dire… La manipulation de la réalité, c’est quelque chose de terriblement vaste comme pouvoir avec des possibilités presque infinies. Vous pensez que disposer d’un tel pouvoir, c’est facile? C’est tout le contraire. Plus votre pouvoir est puissant, plus vous devez faire attention, plus vous devez le contrôler, plus vous devez le maitriser, plus vous… C’est tellement facile de faire une erreur catastrophique pouvant causer une vraie tragédie. Peu de personnes sont au courant mais la vérité c’est qu’en quelque part, je suis terrifiée par ce pouvoir qui est mien. Si je venais à péter les plombs… Non. Je ne veux même pas y penser. Pensons aux pirates à la place. À quelque chose à la pirate des Caraïbes mais sans les morts vivants parce que ça fait très peur.

Maintenant, comment transmettre toute ma pensée sans que ça finisse en avalanche verbale, surtout après un câlin, en plus? J’adooooore les câlins! Il faut que je me calme sinon je risque de faire exploser accidentellement quelque chose. Ou de faire apparaitre quelque chose. Je suis une grande émotive et vous savez ce que peuvent faire les émotions sur la psyché des gens. C’est une loi qui transcende la troisième dimension, ça… Enfin bon. Tu dois le faire, Maggie, tu peux le faire, Maggie. Je donne un câlin à Alice pour « dissiper » une partie de mon énergie positive (ce qui va lui faire l’effet d’avoir ingurgité d’un trait un Red Bull ou un Monster, le « kick » d’énergie, j’entends) et je reprends suffisamment contenance pour répondre de façon cohérente à ma cousine préférée. Bon je n’ai pas des masses de cousines mais… C’est le principe.


« Régime des Caraïbes pirate cobaye weekend filles! Euh… Je… Je voulais dire : je ne parlerai plus de poids ou de régime si ça t’indispose. Oui, je suis partante pour un weekend entre fille style pirate des Caraïbes mais sans les morts vivants parce que ça fait très, très, très peur et si tu veux vraiment jouer les cobayes, je suis super partante pour faire des tests parce que les tests c’est vraiment trop cool! »

Vous avez déjà vu ces vieux cartoons de Warner Brother avec le diable de Tasmanie quand il se met en mode tornade et qu’il parle de façon incompréhensible? Bah voilà à quoi ressemblait la première partie de mon discours, en fait. Évidemment que les gens me regardent de travers, à quoi vous pensiez? Même que le propriétaire des lieux vient me voir et me dit que si je ne me calme pas, je serai chassée des lieux, mise à la porte. Ah non, pas encore, ça commence à bien faire à la fin! On ne peut plus manifester sa joie sans se faire embêter mais si j’avais commencé à hurlé je ne sais quoi sur sauver la forêt amazonienne ou le droit des femmes, là c’est bon, on peut manifester! Si ça continue, je vais militer pour le droit de parole des Maggie ultra volubiles! Je créerai un mouvement! Le MOU : Mouvement Objectivement Universel! Oh que oui!

« Chère cousine, je propose de poursuivre cette discussion ailleurs, l’intolérance abjecte et ridicule de ce propriétaire patenté fait que je m’insurge. Honte sur vous, monsieur, que de vous en prendre à ceux qui ont encore de la joie de vivre et du positivisme! Vous avez de la chance de servir d’aussi bonnes queues de castor, autrement mon courroux farceur se serait abattu sur vous. Remerciez votre chance! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t741-maggie-mxyzptlk-tu-feras-quoi-quand-je-donnerai-des-dents-aux-poules http://legendsofdc.creationforum.net/t692-les-aventures-de-la-plus-grande-farceuse-de-tous-les-temps http://legendsofdc.creationforum.net/t693-une-fois-c-est-une-fille-comprends-tu-mes-amis-et-mes-victimes http://legendsofdc.creationforum.net/t1176-arcs-narratifs-de-maggie-marzena
avatar
Membre de LOD
Messages : 420 Age du joueur : 20 Crédits : Google Batarangs : 2200

Feuille de personnage
Nom de Code: N.A.
Multi-Comptes: N.A.
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   Dim 1 Juil - 2:46

Ce câlin fut décidément le plus étrange que je n'avais jamais reçu. C'était quelque peu comme tout à l'heure lorsque Maggie s'était fâchée, mais avec des émotions tout à fait contraire. J'eus un câlin rempli d'énergie et de chaleur. J'avais l'impression tout d'un coup d'avoir bu trois ou quatre cafés. Et que dire de cette chère Maggie? Elle étincelait et était -encore plus- volubile qu'à l'habitude. Je ne pensais pas que cela puisse être possible, mais visiblement c'était le cas. Elle semblait avoir perdu quelque peu ses moyens. Mais ce n'était qu'un câlin après tout! Soit, très énergisant, mais quand même! Je ne venais pas de lui faire une déclaration d'amour Shakespearienne et dans ce cas-ci qui aurait été aussi quelque peu incestueuse. Bon, je vais m'arrêter sur le sujet. Porter des jugements était certainement au sein de mes compétences journalières et de journaliste, mais pas au sujet des amours ou de la vie sexuée des gens. Il y avait de ces sujets qu'on ne pouvait pas toujours comprendre, alors, difficile d'avoir un esprit critique.

J'eus l'impression d'avoir Woody Woodpeaker ou un Donald Duck trop entousiaste ou stressé devant moi lorsque Maggie ouvrit la bouche pour la première fois. Sa phrase était assez décousue et elle agitait les bras dans tous les sens. C'était un spectacle. J'aurais bien aimé pu faire apparaître un décor de cinéma autour de nous, mais cela semblait être seulement dans les cordes de ma chère cousine et pas dans les miennes.

Je ne fis pas plus amples commentaires sur mon poids. Le sujet me rendait un peu plus malade à chaque fois qu'on l'abordait. Toutefois, j'étais très entousiaste à l'idée d'un weekend entre fille. Je n'en avais jamais eu (outre qu'avec ma mère). En fait... Je n'avais jamais eu d'amie qui avait voulu ou m'avait proposé de faire une telle chose. Alors, je compris que je m'étais trouvée une cousine, mais aussi une amie. Cela me faisait tout étrange. On s'était amusé à me marginaliser une bonne partie de mon existence et même mes parents l'avaient quelque peu fait en m'empêchant de voir d'autres jeunes de mon âge à cause de ce malheur de don. Alors... Développer des compétences sociales avaient été plus ou moins difficile avec les gens de mon âge. Enfin, Maggie n'avait pas mon âge non plus si j'avais cru bien comprendre. Elle était sûrement sacrément vieille, mais je garderais cette pensée pour moi-même.

Elle s'était néanmoins réellement énervée, tellement que les deux hommes de tout à l'heure nous regardaient maintenant avec des regards effrayés. Si l'un d'entre eux avait en tête d'inviter Maggie pour un rendez-vous amoureux... C'était maintenant raté. Je doutais que Maggie aurait été intéressée de toute façon. C'était un électron libre et elle semblait bien le vivre.

Ce qui semblait être le propriétaire de l'établissement se dirigea vers nous et nous invita à prendre la porte. Je roulai les yeux au ciel. Maggie n'était même pas agressive. Elle était enjouée. Bon peut-être un peu trop. Je tentai d'ailleurs de la calmer en mettant une main calme sur son bras. Avec son câlin, j'avais du mal à me contenir moi-même. Je pris une grande respiration. Qu'est-ce que maman aurait dit? "La famille, Alice. On ne s'attaque pas à la famille. Et on laisse encore moins quelqu'un d'autre le faire."

Maggie lui avait déjà bien répondu et peut-être qu'elle avait été très aimable, mais je ne le saurais pas autant.

-Je dirais même que si vous continuez à traiter vos clients énergiques et de bonne humeur de la sorte, vous allez finir par manger vos bas après vous être mis dans l'embarras et les pieds dans les plats.

Je me tournai vers Maggie, un sourire malicieux au visage et dis d’une voix que seule elle et moi pouvions entendre :

-Expérience 1.1, le propriétaire.

Il s'agissait d'expressions dont je connaissais à peu près les effets et ce n'était pas la première fois que j'employais celles-ci... à la différence près que cette fois-ci, c'était bel et bien volontaire.

Cela ne prit pas trop de temps au pauvre bougre avant qu’il ne monte sur une table et mette le pied sur l’assiette de l’une de ses clientes. Et puis l’autre sur une autre assiette à une autre table, faisant par la même occasion presque le grand écart. Je souris, assez satisfaite. Toutefois… la meilleure partie serait certainement celle où il mangerait les fibres de ses chaussettes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenu au zoo! [PV: Maggie Marzena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maggie Furey - Aurian - Les artefacts du pouvoir 1
» [O'Farrell, Maggie] L'étrange disparition d'Esme Lennox
» BIENVENU A ALFABER
» [Maggie Stiefvater] Les loups de Mercy Falls tome 1 : Frisson
» Maggie O'Farrell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Amérique-
Sauter vers: