Partagez | 
 

 [Intrigue] Deux pour le prix d'un

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
MDJ ♔ RIDDLE ME THIS
Messages : 29 Age du joueur : 30 Crédits : LOD et Tumblr Batarangs : 1000000603

Feuille de personnage
Nom de Code:
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mar 15 Mai - 15:53


     

Deux pour le prix d'un

Santa Marta, Californie

     

     

Voila des mois que, régulièrement, rumeurs et indices suggèrent que le Riddler prépare en secret un nouveau plan de grande envergure... D'autres éléments, contradictoires, laissaient pourtant entendre qu'il prévoyait au contraire de faire profil bas ! Au milieu de ces théories contradictoires, chacun avait avancé son hypothèse, la piste (tentante) d'un imitateur, remportant un grand nombre de suffrages... Jusqu'au message diffusé il y a quelques jours sur plusieurs canaux officieux.
En effet, seul un imitateur excessivement doué serait parvenu à relayer cette vidéo par les mêmes adresses du
deep web, et les mêmes procédés d'encodage, qu'Edward Nygma ; mieux encore, pour singer à ce point le Riddler, il aurait fallu que l'émetteur du message ait connaissance de tous les contacts et informateurs du génie criminel, puisque ces derniers s'étaient également fait le relais de l'annonce. Difficile d'écarter l'idée que Nygma soit bel et bien derrière l'ultimatum...

Là où certains ne virent qu'une fanfaronnade de façade (similaire à tant d'autres menaces creuses lancées par le poseur d'énigmes pour rester médiatisé), d'autres prirent, par précaution ou conviction personnelle, très au sérieux la possibilité d'un anéantissement global du système banquier. Assez pour pousser l'enquête, en suivant l'une des pistes mentionnée par l'Homme-Mystère :
Santa Marta, une réplique plus réduite de la cité des anges qui loge face à l'immensité du Pacifique, sur la côte Ouest des États-unis.

Cachées à la vue de tous, des indications avaient été disséminées dans les rues de la ville, imprimées sur des murs, postées dans les réseaux sociaux, et soufflées à l'oreille des colporteurs de tendances. Une adresse pouvait être obtenue, en accumulant ces miettes dispersées aux quatre vents : le croisement des rues Planz et Wilson, où se tenait autrefois un ancien bar qui avait servi de quartier général (et de lieu de détente) à un important gang de motards criminels sévissant en Californie. Quatre ans après l'incendie qui l'avait ravagé, l'édifice demeurait inoccupé, en perpétuelle attente d'un acquéreur qui ne viendrait certainement jamais. Pourtant, l'une des portes d'accès à l'arrière du bâtiment avait été laissée ouverte... Et taguée de points d’interrogation violets.
Sitôt la porte franchie, un long couloir dénué du moindre relent de fumée s'étirait vers le cœur de l'ancien bar. Seuls des néons de lumière noire, nimbant le passage d'un éclat pourpre, chassaient les ténèbres. Sortant de plusieurs enceintes, une faible musique filtrait : des basses électroniques, typiques d'un morceau électro destiné à inviter aux mouvements des corps, et à l'amusement. Régulièrement, une voix suave, chaude et féminine, soufflait un unique mot, entre les notes pulsatiles. Au bout du couloir, surmontée de flèches clignotantes vertes, trônait une imposante cage d'ascenseur, ouverte et en parfait état de fonctionnement, avec un unique bouton disponible : le premier étage.

Montez ! Disait la voix, invitant de toute évidence ses visiteurs à céder à la curiosité. Montez !

     

     
C O D E (c) W H A T S E R N A M E .

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ❖ if found please return to Ravager
Messages : 298 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1150

Feuille de personnage
Nom de Code: Red Hood
Multi-Comptes: Nightwing | Deadshot
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Jeu 17 Mai - 15:43

« Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux. »Albert Einstein.

Qu’on se le dise, Jason Todd se fichait complètement de l’argent, ou même de toute possession matérielle autres que sa précieuse bécane personnalisée. Il ne venait pas d’un milieu dans lequel les billets verts sont le centre de l’attention, mais plutôt d’un monde


Deux pour le prix d’un.

Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux.

qui inculque bien tôt les vertus de la privation. Un monde où rien ne claque, rien ne brille à part l’éclat de lame de ton voisin. Même durant son court séjour au manoir Wayne, mal à l’aise au milieu de toute cette argenterie fragile et précieuse, il n’avait jamais demandé autre qu’une nouvelle ceinture utilitaire et des livres pour Noël ou pour ses anniversaires. Rien de personnel. S’il y avait un reproche qui ne pouvait être fait au second Robin du nom, c’était bien d’être un profiteur. C’est pourquoi ce n’est pas tant la menace de voir son compte en banque se vider qui avait fait sortir l’actuel Red Hood de son trou. A l’inverse, il aurait probablement aimé voir la tête de B-man lorsqu’il serait retombé au niveau du commun des mortels, que son nom se serait écroulé aussi vite que ses actions.

Cependant Jason n’était pas encore un idiot. Il savait que les répercussions liées à l’effondrement de l’économie ne seraient très certainement pas délectables, surtout dans une ville comme la Gotham que l’on aime autant qu’elle nous déteste. Les vagues de délinquance se verraient considérablement accrues, l’agressivité remplirait la majorité des cœurs - qui était-il pour reprocher ce point ? - et le semblant d’ordre imposé par ces héros en collants ne tiendrait plus. Le prix pour voir tomber le prince de Gotham de son piédestal était trop important, même pour un coeur guidé par une vengeance inassouvie comme celui du garçon peu prodige. Par ailleurs, s’il était honnête avec lui même, il reconnaîtrait qu’une infime parie de lui admirait peut-être encore un peu le Chevalier-Noir.

Alors pourquoi ne pas laisser « oreilles pointues » et ses amis s’occuper de « monsieur devinettes » ? Voilà bien des années que Red Hood n’était plus dans le jeu, les frappés d’Arkham n’étaient plus de son ressort si l’on omettait le nom de son assassin. Tout cela n'avait absolument rien à voir avec le fait qu'un petit lutin répondant au prénom de Timothy était venu le trouver; et ce n'était certainement pas parce qu'il se sentait comme redevable envers son cadet - après son petit coup de folie à son encontre - qu'il se trouvait actuellement hors de sa ville natale. Bon d'accord. Peut être un peu... Mais là n'était pas sa seule motivation : cette fois les idioties de Riddler menaçaient directement ses opérations. Dans les rues, les dealers et autres trafiquants tournaient comme des lions en cage ; frustrés et terrifiés comme ils étaient. De vraies bombes à retardement, prêtes à exploser à chaque instant. Jason sentait qu’il perdait peu à peu son contrôle durement acquis sur la pègre - il avait déjà attrapé plusieurs de ses hommes en train de vendre leur saloperie à des gosses - et que tous ses autres projets s’en voyaient compromis de la même manière. Les priorités avaient changé ; ce n’était plus qu’une question de jours avant qu’une guerre des gangs n’explose à Gotham City et de ce que Todd en savait cela ne serait pas joli à voir. Alors le jeune homme avait décidé de prendre le taureau par les cornes, de s’occuper lui même du problème et de faire passer à l’Homme Mystère l’envie de faire des devinettes.

Jason connaissait les fichiers de la batcave concernant Riddler, il avait même contribué quelques fois à l’anéantissement de ses plans lorsqu’il se dressait aux côtés de la Chauve-Souris : il fallait croire que chasser les criminels était comme le vélo. Ainsi son enquête, véritable chasse au fantôme vert, l’avait conduit tout droit vers Santa Marta et plus récemment vers cet ancien bar aux allures de thriller américain.  

L’homme arborant un casque rouge passa avec méfiance la porte déjà entrouverte et habillée d’un gigantesque point d’interrogation - dans le genre subtil -, ne sachant pas réellement à quoi s’attendre de l’autre côté : il paraissait évident que la personne qui avait orchestré tout ceci s’attendait à une visite et avait déjà préparé les festivités. Ce fut néanmoins un grand couloir qui l’accueillit à bras ouverts dans les restes calcinés de l’établissement peu recommandable et Jason embrassa totalement ces ténèbres envoûtants, si ce n’est que pour la faible lueur vacillante des quelques néons accrochés aux murs : il n’était pas totalement étranger à ce genre d’environnement. C’est armes braquées sur cette cible invisible que le garçon progressa dans cet interminable couloir jusqu’à se retrouver devant cet ascenseur, ouvert comme une invitation flagrante et ne laissant pas vraiment le choix en matière d’étages. Pour dire très franchement, venant de Nygma, l’engin ne dit rien qui vaille à notre ranger solitaire - surtout depuis que les endroits confinés avaient tendance à le rendre nerveux après son réveil dans son propre cercueil. Quant à la voix féminine et dangereuse, qui invitait tout visiteur à succomber au pécher de curiosité comme un disque rayé, il avait tout bonnement envie de lui dire d’aller se faire voir.

C’est au même moment que le jeune homme entendit du mouvement provenant du même couloir qu’il venait d’emprunter. Bien sûr, même à des lieues de sa ville natale il ne pouvait pas être tranquille cinq minutes. Maintenant, nouveau spectateur improvisé ou réelle menace, il n’y avait aucun moyen sur Terre pour le savoir... A moins de confronter directement le malheureux venu comme la tête brûlée qu’il était.

« T’as trois secondes pour te montrer. Et je préfère prévenir, j’prends pas le temps de menacer. » Je tire avant, les questions viennent après.

Ses mots percèrent dangereusement sous son masque de carmin, le brouilleur de voix n’ajoutant que de la profondeur à l’aspect sérieux de son intonation. Qu’on soit clairs, il n’avait pas de temps à perdre, il était déjà assez blasé comme ça.

« Trois... », commença-t-il le décompte.


__________

So fucking lost...


ω Every day is a fresh horror. Every memory a nightmare. There's always a pasty-faced clown sitting in the corner of the room, just laughing. At us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
avatar
Membre de LOD
Messages : 378 Age du joueur : 20 Crédits : Twizzle Batarangs : 1250

Feuille de personnage
Nom de Code: Kid Flash
Multi-Comptes: Négatif
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Jeu 17 Mai - 20:03


Des rumeurs sur l'affaire du Riddler résonnaient depuis plusieurs longues semaines dans les ruelles de Gotham, chuchotées ou seulement pensées par la totalité de la population de la ville, laissant imaginer que l'homme avait un plan qui allait bientôt s'exécuter. Personne ne savait ce que le faiseur d'énigmes comptait faire et nombres de spéculations circulaient sans jamais qu'une affirmation ne vienne à les confirmer. Beaucoup parlait d'un éventuel imitateur, imposteur qui oserait jouer avec la réputation du criminel. Que ça ne soit là que faux-semblant ou réelles menaces, Kid Flash et Aqualad furent lancés sur cette mission, les ordres étant d'enquêter sur ces drôles de rumeurs et d'en découvrir le fin mot de l'histoire.


Deux pour le prix d'un.

Si l'idée que le Sphinx lui même pouvait être derrière cet effet de chuchotements de masse dans toute la ville, empêchant le sommeil des habitants de se faire normalement, trottait néanmoins dans la tête du speedster, ce qui vraiment retenait l'attention de notre rouquin hyperactif était de pouvoir se mesurer aux énigmes posées par l'homme mystère. Quoi de mieux qu'un peu de divertissement au cours de ses missions ? Lui qui s'évertuait à sortir les meilleurs répliques lorsqu'il faisait une petite sortie de groupe n'aurait plus qu'à profiter de ce que pourrait leur réserver le criminel. Que ça soit bon ou mauvais pour les héros... Ce n'était pourtant pas là la seule raison qui le poussa à accepter la mission mais...disons que c'en était le pourcentage le plus important.

Dans tous les cas, les deux amis avaient recherchés des indices durant plusieurs jours, suivis des pistes qui ne menaient qu'à de vulgaires voleurs de banque et autres malfrats de seconde zone dont le cerveau – aussi gros qu'un simple petit pois – n'aurait pu imaginer un plan d'assez grande envergure pour inquiéter le monde. Ils ne trouvèrent absolument rien d'utile afin d'éclaircir ce mystère. Autant chercher une aiguille dans une meule de foin, ou, dans leur contexte, un moustique dans les innombrables ruelles de la ville et autres joyeux bâtiments. Du moins, jusqu'à ce qu'un message ne vienne écarter toutes ces supposées rumeurs. Imposteur ? Non… Nul autre que Nygma n'aurait pu leur fournir d'informations comme celle-ci. Anéantissement global du système financier. Voilà un nom de plan qui donnait froid dans le dos. Pourtant ce n'était pas tant le fait de perdre l'argent de son compte qui inquiétait Wally, mais plutôt les conséquences de ce qu'un tel événement pourrait apporter à Gotham City... Éternel optimiste, il eut pourtant grand mal à rebondir sur cette annonce des plus sombres. Mais malgré cette information délicate, un indice laissé – sans nul doute – volontairement par l'homme mystère, retint l'intérêt des deux justiciers qui ne tardèrent pas à le suivre : Santa Marta, ou la réplique plus minime de la cité des Anges. " Et bin...on ne peut pas dire que l'homme mystère ait été très subtil sur ce coup là. " souffla le rouquin en penchant sa tête sur le côté, faisant une moue légèrement déçue en voyant que son compagnon ne réagissait pas. Il en mettrait du temps pour lui retirer ce balais de son c-, pensa-t-il alors en suivant Aqualad vers le lieu indiqué.

La piste les menait donc vers un ancien bar abandonné depuis longtemps dont une des portes, à l'arrière de la bâtisse, avait été négligemment – ou au contraire, soigneusement – laissée ouverte, invitant quiconque souhaitant y entrer à le faire. Et, en guise d'indices pour ceux assez idiots pour croire que ce n'était là qu'une bête coïncidence, des points d'interrogation violets avaient été peint tout autour. Achevant le tableau d'une touche presque trop voyante. " Bon… ben maintenant qu'on y est… murmura le rouquin qui se tenait en face de ladite porte. Le dernier arrivé est un sphinx sans nez ! " s’exclama-t-il brusquement en narguant son partenaire, disparaissant sans un mot en usant de sa vitesse surnaturelle, la traînée rouge et jaune qu'il laissa derrière lui s'engouffrant dans les entrailles de la ruine.

Il se retrouva en face d'un long couloir qui s'étirait vers le cœur du bâtiment, long boyau sombre, dénué de toute lumière si ce n'était celle vacillante des néons accrochés au mur. Absolument pas creepy, pensa le speedster en continuant son avancée, laissant encore une fois Aqualad derrière. Il allait encore une fois utiliser ses pouvoirs de vitesse afin de terminer cette mission au plus vite – patient comme il est – mais une voix sortie des ombres le stoppa net. " T’as trois secondes pour te montrer. Et je préfère prévenir, j’prends pas le temps de menacer. " disait-elle, semblant comme déformée et résonnant sinistrement dans le couloir exigu. " Trois... " continua-t-elle, et il crut entendre comme des cliquetis d'armes à feu, subtils mais néanmoins présents. Le rouquin se dit alors bien vite que les ennuis commençaient finalement. Il ne prit cependant pas la peine de répondre. Usant de sa super vitesse, il courut en direction de l'inconnu, ses yeux fixés sur l'arme qu'il tenait en main et, en moins d'une nanoseconde, la lui déroba avant de se placer devant lui, le canon pointé vers la tête du menaçant. Avant de doucement ricaner. " Non, je rigole...ces trucs là sont pas fait pour moi. " Fit-il subitement en abaissant son bras, regardant pour la première fois avec attention l'inconnu. Et de finalement comprendre qui il avait en face de lui. " Oh… " continua-t-il, réellement surprit de le voir ici. Avant qu'il ne fasse enfin attention à l'autre arme qui était pointé dans sa direction. " Et tu as un autre flingue...évidemment... "

Le manque d'attention du rouquin était à la hauteur de son intelligence...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2100-wallace-r-west-wally-pour-les-intimes http://legendsofdc.creationforum.net/t2111-kid-flash-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2104-wallace-r-west-kid-flash http://legendsofdc.creationforum.net/t2112-arcs-narratifs-de-wally-west
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Ven 18 Mai - 9:37



Deux pour

le prix d’un

« Good Luck ! Have Fun ! »


Plus le temps s’écouler dans la triste vie d’Alice Redfield, plus des personnalités faisaient leur apparition, aussi diverse et variée, avec chacun des buts différent. La soif de justice (et non pas de vengeance) avait réveillé en Alice la personnalité de Lindsey Jane. Une femme qui se l’a joue froide et distante, mais qui pourrait rayonner en présence d’amis. Ce qui n’était pour l’instant pas le cas, à part la bouteille de whisky qu’elle avait dans sa main. Lindsey est apparue en même temps que les énigmes de Riddler. Deux pistes, deux direction difficile à suivre. Finalement, elle se dirigea vers Santa Marta et après avoir écumé la ville, fatiguée c’était installé dans un bar.

Lindsey Jane : You are so boring - Santa Marta

Comme si l’alcool allait t’aider, tu parles d’une grande détective. Tu regardais les diverses photos que tu avais prise, les différents indice laisser sur la toile. Ton cerveau était trop embrumé pour y comprendre un sens. Tu pris une autre gorgée de Whisky quand tu compris enfin le message. C’était tout à fait clair, si tu prenais tout dans le bon sens. Tu laissas une liasse de billet sur la table et tu sors de l’établissement. Tu te changes, mettant ton masque et ta tenue sombre avant de te rendre à l’endroit de l’indice. Tu savais que tu n’allais pas être seule à découvrir cet endroit, mais tu espérais être la première. Bien que tu avais pris du retard à cause de la trop grande dose d’alcool que tu avais prise. D’ailleurs, tu avais encore la tête qui tourne, mais rien ne t’empêche de boire encore une gorgée quand tu arrives à proximité du lieu. Tu vois alors un homme entrée avec un casque rouge sur la tête, il ne semble pas être enclin à travailler en équipe et à l’air d’être plus à tirer avant de poser des questions. Tu le suis donc en gardant tes distances, à peine étais tu entrée dans le bâtiment que tu entends d’autre personne à l’extérieur. Tu te plaques sur le mur et récite une formule à voix basse. Te faisant disparaître le temps que tu retiens ton souffle. Tu sens le vent frapper ton visage alors qu’un bolide passe à côté de toi. A sa traînée jaune, tu penses qu’il s’agit de Kid Flash, mais tu n’es pas sûr de ton coup. En tout cas il ne doit pas être seul et tu n’as pas envie de tomber sur ses coéquipiers tout de suite. Tu n’as pas vraiment de solution, il faut que tu avances pour voir ce qu’il se passe. Tu reprends donc ta respiration et tu continues à avancer dans ce couloir. Tu découvres une scène un peu curieuse, qui montre que Kid Flash est très stupide. C’est sûr qu’il n’a pas dû résoudre cette énigme tout seul. Cette idée dessina un sourire sur tes lèvres, mais tu repris très vite ton sérieux. Il fallait pas que tu fasses sympathique, au contraire, tu es une sorcière de feu, soit un peu badass.  Tu avances donc ta pas lent et félin. Tu sais déjà que l’homme au casque rouge t’as repéré, mais tu t’en moques. D’ailleurs, tu commences à prendre la parole, d’un ton un peu cassant. « Vous êtes ennuyeux ! J’espère que vous avez fini de comparer la taille de vos flingues respectif. Je penses qu’on ait tous venu pour la même chose. Alors attendons ton ami le débile et arrêtons se fêler avec ses énigmes. » Tu repris ta bouteille de whisky et la fini avant de la jeter contre un mur. Puis tu sorties une cigarette que tu mis dans ta bouche sans l’allumée. Tu les scrutes du regard, te demandant comment ils allaient réagir.  



Code by Wiise sur Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Son of Atlantis
Messages : 223 Age du joueur : 30 Crédits : trumblr Batarangs : 2320

Feuille de personnage
Nom de Code: Aqualad
Multi-Comptes: Raylan H.Green
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mar 22 Mai - 22:46


Ça avait fait le tour des États-Unis pendant de nombreuses semaines, voir des mois, le fait que le Riddler avait un plan de grande envergure. Plusieurs indices avaient été laissés par-ci par-là, des miettes de pain que j’avais suivis néanmoins avec attention prenant la menace dès le début très au sérieux. Édouard Nygma faisait partie de ses hommes que l’on croit fous mais qui sont en réalité des génies du crime. Celui-ci en était un des plus sérieux puisque derrière ses airs un peu extravertis  il cachait un très grand savoir. Trafiquant de l’information en plus d’être un cambrioleur de haut vol le Riddler aimait particulièrement faire des casses spectaculaires, jouant avec les pauvres héros qui tentaient de contrecarrer ses plans. La plupart du temps c’était Batman qui s’en occupait, en tant que protecteur de Gotham, le chevalier noir était tout souvent visé par le sphinx. Il arrivait néanmoins que d’autres prennent la place de la chauve-souris comme son plus fidèle acolyte, où devrais-je dire ancien coéquipier, Nightwing anciennement Robin.

Quand je lui avais parlé de mes inquiétudes suite à ce qui circulait un peu partout Dick avait tenté de me rassurer en me disant qu’il s’agissait plutôt d’un imposteur, connaissant bien la personne et sa condition il doutait beaucoup que ce soit le Riddler lui-même qui avait mis tout ça en place. De mon côté j’étais persuadé que c’était lui toutefois sans l’aval du chef de l’équipe je consentis à laisser tomber le bout d’enquête que j’avais commencé à faire. Dommage j’aurais pu aller à Gotham, ville qui me fascinait et j’aurais pu rendre une petite visite à ma sœur. Elle aurait été de bons conseils.

J’avais donc laissé tomber l’enquête jusqu’à qu’un nouvel élément me fasse la remettre sur le tapis.  La tour des Titans, comme la watchtower de la ligue, possédait un réseau de communication très performant et il m’arrivait de traîner parfois sur des canaux officieux pour en apprendre plus que sur les simples canaux habituels. Le dark web était bien souvent une mine d’informations bien plus profonde, plus vaste et pertinente que le reste des réseaux standard. Ce fut dessus que j’ai montré à Dick une ribambelle d’indices et de preuves qui semblaient toutes indiquer que Nygma était bel et bien derrière  toute cette agitation. Sans pour autant vouloir mobiliser toute l’équipe Nightwing décida de m’envoyer reprendre mon enquête accompagnée de Kid Flash.    

Après plusieurs jours d'enquête, durant lesquels nous avons accumulé divers indices, ont interrogé plusieurs malfrats, nous étions pourtant rentrés ayant fait chou blanc. J'avais alors pris la décision de laisser tomber mes investigations lorsqu'une vidéo virale était arrivé jusqu'à nous. Une vidéo montée - a priori par le Riddler lui-même - dans laquelle ont appris que son but était l'anéantissement du système bancaire global. Rien de moins. Le menace étant trop importante pour la mettre de côté je fus motivé à continuer d'autant plus que le Riddler joueur comme il est, avait laissé un gros indice à la fin de sa vidéo : Santa Marta. Si Wally fut un peu déçu d'une telle annonce moi j'avais la conviction que ce n'était nul autre qu'un piège tendu à toutes celles et ceux qui avaient eu, vu, le message. Le Sphinx venait de démarrer une partie qui s'annonçait bien plus coriace et compliquée que n'importe quelles autres.

Une fois en ville il ne fut pas difficile de trouver l'endroit exact où Nygma souhaitait nous amener. Les divers dessins, traces et indices qu'il avait mis un peu partout en ville,  des miettes de pain, convergeaient tous vers un endroit. Un ancien bar des Hell's Angels, abandonné après un incendie. C'était aujourd'hui une vieille battisse qui ne payait pas de mine si on s'arrêtait à sa façade. Ce qui devenait intéressant c'était lorsque l'on faisait le tour car l'on se trouvait nez à nez avec une porte marquée d'un grand point d'interrogation violet, signe incontestable du Sphinx. Entre-ouverte elle invitait les visiteurs, les curieux mais surtout nous les enquêteurs à entrer à l'intérieur. L'impatient bolide qui m'accompagnait ne perdit pas une seconde comme à l'accoutumée et après m'avoir nargué amicalement il fonça tête baissée et à toute allure dans la bâtisse. Wally Att ... Trop tard. De mon côté j'ai préféré prendre mon temps et y entrer tranquillement scrutant attentivement tout ce qui pouvait être un indice, le moindre détail qui allait pouvoir nous aider dans notre enquête.

À l'intérieur il faisait sombres, seuls des tubes néons donnant ce qu'on appelle une lumière noire éclairait le couloir dans lequel j'avançais tranquillement. Un fond sonore de musique électro sortait de diverses enceintes dissimulées u peu partout. Plus j'avançais et plus je me sentais proche de quelque chose. Rapidement j'entendis des voix. D'abord celle de mon ami Wally puis celle d'une jeune femme. Marchant d'un pas de velours j'entendis sans soucis tout ce qui s'était dit. Un troisième larron avait des armes à feu. Kid Flash avait semble-t-il réussit à s'en emparer d'un mais il se fit braquer par un autre. La jeune femme quant à elle semblait désabusée au ton de sa voix. M'insultant de débile leur demandant d'arrêter de comparer la taille de leur flingue, faisant référence à la virilité masculine sans aucun doute possible, j'ai compris qu'elle était venue dans le même but que nous mais que si nous devenions des boulets pour elle, elle n'hésiterait pas à couper la chaîne et nous laisser derrière elle.

Sur les sols des flèches vertes m'indiquait le chemin à suivre comme si dans un unique couloir il y avait plusieurs autres solutions de route à prendre. J'ai pris dans mes mains mes deux poignées magiques et une fois arrivées à la hauteur de mes trois comparses je les ai activés faisant briller mes tatouages, offrant pour le coup un peu plus de lumière à tout le monde, tout en matérialisant des épées. Je reconnus sans mal l'homme casqué et armé qui se trouvait être Red Hood. Criminel, assassin et dealer de drogue dans Gotham. La jeune femme je ne savais pas qui elle était, je me méfiais donc d'elle encore plus que de Red Hood. Des présentations devaient être faite avant de continuer :
 
Le débile comme vous dites mademoiselle est arrivé et je me nomme Aqualad. La flèche jaune et rouge qui court plus vite qu'il ne réfléchit c'est Kid Flash. M'adressant directement à lui. D'ailleurs tu vois qu'il aurait été plus judicieux de ne pas te précipiter et de m'attendre n'est-ce pas ? Reportant mon regard et la pointe d'une de mes épées sur Red Hood tandis que l'autre pointait toujours en direction de l'inconnue j'ai repris : Lui c'est Red Hood , le symbole qu'il arborait sur son torse était bien connus mais ça ne voulait absolument rien dire sur ses intentions. M'adressant directement à lui : Je vous serais gré de bien vouloir ranger vos armes, Kid Flash est allé un peu vite en besogne, il serait plus raisonnable que l'on s'entraide si vous le voulez bien.  

Mon regard croisa finalement celui de la jeune femme tandis que mes lames se baissèrent :

Par contre nous ne vous connaissons pas. Si nous devons entrer dans cet ascenseur et faire front ensemble j'aimerais savoir à qui j'ai à faire mademoiselle.

Il était clair que je ne ferais pas un pas de plus sans avoir l'identité de cette personne, quitte à me battre tout de suite je n'allais pas me jeter dans la gueule du loup avec une parfaite inconnue. Même si Red Hood pouvait être une menace potentielle j'avais au moins un pseudonyme, quelques brides d'informations pouvant être utiles dans le cas échéant. Concernant la jeune j'étais dans l'inconnue.

Je n'appréciais pas me retrouver dans ce genre de situation à l'aveugle sans en plus devoir me méfier des personnes qui sont avec moi, je ne pouvais donc compter que sur Wally même si celui-ci n'écoutait généralement pas un mot de ce que je lui disait, faisant ce que bon lui semble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1666-kaldur-ahm-aqualad-tout-simplement http://legendsofdc.creationforum.net/t1680-les-aventures-d-aqualad#25522 http://legendsofdc.creationforum.net/t1679-aqualad-liens#25520 http://legendsofdc.creationforum.net/t1682-arc-narratif-d-aqualad#25535
avatar
MDJ ♔ RIDDLE ME THIS
Messages : 29 Age du joueur : 30 Crédits : LOD et Tumblr Batarangs : 1000000603

Feuille de personnage
Nom de Code:
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Sam 2 Juin - 14:19


     

Deux pour le prix d'un

Santa Marta, Californie

     

     

Au fil des heures, Trevor Libman avait lentement dépéri, pour devenir le vestige sanglotant de l'adulte qu'il était encore la veille. Pour ce chauffeur de taxi né à Kiev, l'horreur abyssale de sa situation actuelle appelait à une délivrance, un dénouement miséricordieux dont la nature ne lui importait plus. Il en avait assez du poids de cette veste couverte d'explosifs qui lui pesait sur le dos, marre de devoir vivre avec l'angoisse constante de redouter l'arrivée de son dernier instant ; il en était malade, d'inhaler continuellement les relents chimiques du plastique qui serait sans doute responsable de sa mort par explosion. Trevor aspirait tellement à ce que ses tourmentes se finissent qu'il se prit à espérer qu'un faux-contact n'abrège son sort.

Ils vont venir, chéri ; ne te laisse pas aller au pessimisme. Lui assura la voix narquoise de son bourreau masqué par un domino violet, qui lui avait déjà expliqué que s'il prononçait le moindre son, ou tentait quoi que ce soit, elle activerait manuellement la détonation de sa veste... Et malgré un désespoir écrasant, Trevor n'était pas parvenu à défier lui-même les consignes de cette femme aux longs cheveux châtain et au physique attirant, qui semblait prendre un abject plaisir à adopter les postures les plus flatteuses, tandis qu'elle le surveillait avec un sourire matois.

La petite salle du premier étage où avait été installé l'otage ne présentait plus rien qui puisse rappeler les Hell's Angels : tout y était vert et violet, criard, éclairé au néon, avec des devinettes rédigées à la bombe de peinture sur les cloisons (neuves, à en juger par leur éclat peu maculé). Seules les portes de l'ascenseur (actuellement au rez-de-chaussée), quelques enceintes sonores, une porte en bois, et la toile dépliée d'un écran géant, habillaient l'endroit. La musique pulsatile qui constituait le fond sonore était aussi nuisible pour la concentration que les poses exagérément sensuelles de la criminelle vêtue d'un ensemble vert et violet occupant l'écran. Aucune fenêtre ni souffle de vent n'égayait les ténèbres renfermées de ce hall, situé juste au-dessus du corridor où quatre visiteurs achevaient de faire connaissance.

Mais pourquoi nul n'avait encore pris la direction des choses en invitant tout le monde à monter dans la cabine ? La femme qui avait soigneusement organisé toute la restructuration des lieux se le demanda distraitement, tout en observant sur différents moniteurs ses autres otages répartis dans les pièces suivantes du bâtiment. D'une main gantée de violet, elle sélectionna une prise de vue précise des lieux, afin de profiter du spectacle que lui offrait le quatuor. Ensuite, consciente d'être filmée, elle reprit ses aises face à la caméra diffusant son image en direct : ses longues jambes apparurent dans tout la largeur du champ et son décolleté subit une discrète inclinaison vers l'avant. Du bout des doigts, la manipulatrice  satisfaite joua avec l'une de ses boucles d'oreilles violettes en forme de point d'interrogation... Juste avant de lâcher un hoquet de surprise depuis son poste d'observation.

Montez ! Serinait toujours l'enregistrement d'une voix de gorge. Montez !

Un autre timbre, masculin celui-ci, se fit également entendre, depuis l'entrée de l'ancien bar de motards.

Putain ! Mais c'est qu'on nous a donné des infos fiables... Grogna le plus massif des trois truands armés qui trônaient dans l’entrebâillement de la porte.

Dessinées en découpe par la lumière de l'extérieur, les silhouettes masculines carraient les épaules,  agressives. Impossible de dire s'ils travaillaient pour un criminel connu : aucun ne portait de vêtement ou d'uniforme identifiable, et pas un nom n'avait été mentionné de leur part. D'eux n'émanait qu'une impatiente envie d'en découdre, et ils ne s'embarrassèrent pas de formalités.

CREVEEEEEZ !

Presque à l'unisson, ils levèrent leur uzis pour cribler de plomb les cibles immobiles à l'autre bout du couloir.

     

     
C O D E (c) W H A T S E R N A M E .

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ❖ if found please return to Ravager
Messages : 298 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1150

Feuille de personnage
Nom de Code: Red Hood
Multi-Comptes: Nightwing | Deadshot
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Dim 3 Juin - 1:17

Pauvre Jason. Lui qui espérait pouvoir se la jouer solitaire tandis que Tim et sa nouvelle acolyte enquêtaient sur la piste située à l’opposé du pays... Comment avait-il pu être assez naïf pour penser avoir la paix cinq pauvres minutes ? Pouvoir agir hors de toutes ces choses d’empire de la drogue sans avoir quelqu’un qui regarde


Deux pour le prix d’un.

Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux.

constamment par dessus son épaule, trouvant à redire pour chaque fausse respiration qu’il pourrait prendre ? L’arrivée de Kid Flash aurait pourtant dû lui paraître comme un signe avant-coureur, sans mauvais jeu de mot.

Jason roula des yeux aux singeries du rouquin qu’il ne connaissait que trop bien. Si bien, qu’il ne prit pas même la peine de prononcer le moindre mot - se contentant à la place de lui présenter le frère jumeau du revolver arraché de son emprise la seconde précédente. Il n’était pas un inconnu pour ce Titan ; cependant l’ancien prodige avait la ferme conviction que son secret serait conservé : Wally était trop fidèle et les chauves-souris étaient bien trop fières pour laisser son existence s’ébruiter. C’était mieux ainsi, pour tout le monde.

Bien entendu, les deux autres protagonistes ne mirent pas plus d’une minute à les rejoindre : une jeune femme puant l’alcool à plein nez et vraisemblablement ressentant ce besoin viscéral de faire ses preuves en jouant les gros bras - oserait-il ajouter trop égoïste pour faire tourner la bouteille ? - ; puis Aqualad, dont il avait déjà entendu parler. Un brave type, de ce que le Red Hood savait à son sujet... Bien trop sage pour lui. L’ancien Robin soupira. Plus on est de fous, plus on rit. Ouais, et bien si Jason connaissait l’idiot qui avait balbutié cette connerie un jour, il lui conterait bien sa manière de penser. Et le spectacle ne serait pas beau à voir.

Todd haussa un sourcil, son regard partant du sabre pointé dans sa direction pour remonter sur son possesseur, canon toujours levé vers la tâche jaune ambulante.

« Et moi j’te serais gré de bien vouloir baisser ce truc, ou il se pourrait qu’elle finisse dans un endroit que tu ne veux même pas imaginer. », maugréa-t-il froidement pour la première fois de la soirée : les présentations étaient faites.

Hélas, c’était plus fort que lui : en plus d’être un crétin arrogant par nature, avoir une lame pointée vers son thorax le rendait généralement nerveux. Il n’était pas ici pour tailler le bout de gras après tout. Pourtant, malgré toutes les idées reçues à son sujet, ils n’avaient pas grand chose à craindre de sa part : avec les justiciers, Jason aboyait bien plus fort qu’il ne mordait. Puis en toute honnêteté, s’il avait le malheur d’abîmer un Titan alors il aurait définitivement son frère sur le dos. Rien qu’il ne pourrait gérer, mais ce serait terriblement agaçant.

« Et en notant que les deux flingues sont à moi », dit-il à la jeune femme, « ça répond assez vite à ta question de « qui a la plus grosse ». Maintenant si le poussin supersonique pouvait me la rendre, ce serait apprécié : on est évidemment tous dans le même bateau. »

La conversation fut cependant bien vite écourtée par l’arrivée des trois brutes à l’autre bout du couloir. « ATTENTION ! », eut tout juste le temps d’alerter Jason - qui leur faisait directement face - avant que la pluie de métal n’abatte ses foudres sur eux.

Le Red Hood se jeta instinctivement dans le vieil ascenseur ouvert : si une minute auparavant cette vieille conserve de métal lui portait peine, ce fut cette fois l’objet de son salut. Les rebords solides lui conféraient une couverture idéale pour pouvoir répliquer.

« D’accord, j’admets. ILS gagnent ! », cria-t-il au travers de ce véritable chaos, en référence aux Uzis qui les mitraillaient. Six-cent coups à la minute, soit dix coups à la seconde, le tout multiplié par trois gros gorilles en surplus de testostérone. Même avec son uniforme de kevlar et son solide casque, Jason n’était pas sûr d’être à l’épreuve de leurs balles. Il avait l’air malin maintenant, avec ses deux pauvres magnums...

« Pas des potes à vous, je suppose ? »

Le garçon activa la vision thermique de son masque afin de voir clair à travers ce nuage de plomb et de fumée, parvenant même à tirer dans les genoux de deux des colosses. Après tout il bossait là avec Red Robin, et autant qu’il ne refuse de l’admettre, une telle marque de confiance de la part de son cadet le touchait autant que cela ne le surprenait : il ne comptait pas tout gâcher. Pas de meurtre, donc. Hood avait de toute manière revu son mode opératoire depuis cet incident avec Vicki Vale.

« Les amis, je crois que ça va être le moment de s’envoyer en l’air ! », conclu-t-il sarcastiquement entre les échos de tonnerre, parce que l’ascenseur était désormais leur seule option s’ils comptaient avancer. Peu importe ce que le Riddler ou cette saleté de voix féminine avait prévu pour eux à l’étage, le choix ne leur était plus permis. C’était ça, ou rentrer chez eux l’air de rien - si tant est qu’ils renvoyaient les golems à la niche.

Le criminel à la mèche d’argent sortit de sa ceinture utilitaire un fumigène qu’il balança au milieu du long couloir, non sans prévenir les autres auparavant : l’explosion retentit avec fureur et un nuage de fumée épaisse et blanche sépara presque instantanément les héros des vilains garnements, de quoi offrir une diversion idéale pour tous ceux n’ayant pas encore rejoint le vaisseau mère.

« Qui m’aime me suive. », ironisa-t-il pour lui-même entre deux tirs - toujours permis grâce à sa vision thermique.

Et si certains ne comptaient pas profiter du voyage, et bien tant pis pour eux, il irait tout seul : Jason était un grand garçon à présent. Il avait clamé son indépendance le jour de sa mort.


__________

So fucking lost...


ω Every day is a fresh horror. Every memory a nightmare. There's always a pasty-faced clown sitting in the corner of the room, just laughing. At us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
avatar
Membre de LOD
Messages : 378 Age du joueur : 20 Crédits : Twizzle Batarangs : 1250

Feuille de personnage
Nom de Code: Kid Flash
Multi-Comptes: Négatif
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Dim 3 Juin - 15:45


Le rouquin aurait dû se douter de la tournure que prendrait les événements au moment précis où l'arme du Red Hood s'était retrouvée dans sa propre main. Connaissant le personnage, mille autres instruments étaient sûrement cachés il ne savait trop où dans ses vêtements. C'était l'un des dons que lui avait précisé Dick lorsqu'il parlait de son frangin. Un véritable arsenal sur patte… Et Wally l'expérimentait vraiment pour la première fois, un autre canon identique à celui qu'il tenait dans sa main pointé dans sa direction. Ouuups. Il aurait dû faire plus attention, mais les paroles de son ami avaient résonné dans son esprit avec une telle lenteur qu'il n'avait même pas pris la peine de l'attendre et avait agit avec impulsion. Comme il avait si souvent l'habitude de faire.


Deux pour le prix d'un.

Aussi se retrouvait-il coincé, en quelques sortes, jusqu'à ce qu'une inconnue ne vienne les interrompre. Et bien vite, l'atmosphère – qui ne sentait déjà pas la rose – rencontra les effluves alcooliques de la brune, accentuant le malaise de Wally et lui fit retrousser le nez. Il allait sortir bien malgré lui une remarque sûrement déplacée, mais elle prit soudainement la parole. Et il ne put empêcher l'un de ses sourcils de se lever… Qu'elle entrée en matière. Elle aurait au moins pu se présenter, c'était la moindre des choses avant de commencer à insulter Aqualad. Jouait-elle un rôle ou agissait-elle toujours comme ça ? Wally trouvait ça...ridicule. Et pourtant, il ne jugeait pas facilement. A défaut, elle avait raison sur un point : ils étaient tous venu pour la même chose.

L'Atlante ne tarda pas à faire son entrée, réagissant à la réplique de l'inconnue qui ne s'était toujours pas présentée, commençant lui même à faire les présentations. Kid Flash haussa d'ailleurs les épaules, sourire espiègle aux lèvres, à la remarque de son ami quant à sa précipitation d'il y avait quelques minutes. Lui aussi avait raison sur ce point… Dans tout les cas, maintenant qu'ils étaient réunis, ils n'avaient plus qu'à entrer dans cet ascenseur dépourvu de tout charme pouvant aidé à inciter plus facilement le groupe à y pénétrer. Ce n'était sans compter la lame du blond pointée en direction du torse de Jason et du canon toujours dirigé vers sa propre tête… Ainsi que de la répartie du casque rouge quant à cette situation. " Maintenant si le poussin supersonique pouvait me la rendre, ce serait apprécié : on est évidemment tous dans le même bateau. " finit-il par dire en tournant la face de son casque dans sa direction, ce qui arracha une légère grimace au concerné. " Tu m'excuseras si je la garde, mais vu la situation, je préfère encore la- " " ATTENTION ! " hurla soudainement Jason, et Wally réagit au quart de tour.

Sans même réfléchir, ou se demander ce qui avait bien pu faire réagir l'ex-Robin de cette manière, le speedster se jeta sur le côté, emportant avec lui Kaldur et la brune avant d'atterrir brutalement au sol. Le bruit si familier de coups de feu résonnant avec violence juste au-dessus de leur tête. Il se releva cependant, usant de sa vitesse supersonique afin de dévier les éventuels projectiles tirés en direction des membres du groupe. Il effectua ainsi ce manège durant plusieurs longues secondes, jusqu'à ce que Jason ne tire à son tour, touchant deux des gorilles en plein dans les genoux.

Kid Flash ne prit même pas la peine de se demander pourquoi il ne les avait pas directement tué, sachant que c'était habituellement son mode opératoire, agissant tel un juge et un bourreau dans cette ville qu'était Gotham City. Non. Il y vit en revanche une opportunité et, sans même prévenir, apparut brusquement aux côtés des trois gorilles. " Vous auriez dû porter des casques. " eut-il juste le temps de dire tout en souriant, avant que, d'une main, il n'écrase le crâne de l'un des malfrats contre le mur plâtré de la bâtisse, traversant celui-ci avec une telle violence que sa tête disparut complètement de l'autre côté. Aaah, ce qu'il aimait ses pouvoirs... Il les utilisa d'ailleurs afin d'engager une nouvelle attaque, mais le gros bras encore intact tira à l'aveuglette et manqua de le toucher à mainte reprises. Le speedster préféra battre en retraite. " Si quelqu'un a une idée, c'est le moment ! " hurla-t-il afin de couvrir le bruit des armes qui avaient repris leur tragique mélodie. Il n'allait pas les dévier indéfiniment après tout…

" Les amis, je crois que ça va être le moment de s’envoyer en l’air ! " fit pour toute réponse le Red Hood, Kid Flash manquant de s'étouffer face à cette réplique étrangement bien pensée. Il aurait lui-même pu la faire... Mais il avait raison, l'ascenseur était actuellement la seule option qu'ils avaient s'ils ne voulaient pas finir troués tel le plus fabuleux des gruyères. La question de pouvoir interroger ou non les gorilles avait pour autant bien traversé l'esprit du speedster, mais vu la situation, il préféra ne pas s'en préoccuper d'avantages… Alors, lorsque l'ex-Robin lança son fumigène en plein milieu des deux groupes, il se précipita à l'intérieur, se plaçant contre le rebord solide encore libre, l'autre étant actuellement occupé par le tireur en herbe. " Ne pense pas qu'il s'agit là d'une quelconque marque d'affection..., s'enquit le rouquin, faisant référence à l'autre remarque de son acolyte, lui tendant l'arme qu'il lui avait subtilisé plus tôt. ...Tiens, elle te sera plus utile qu'à moi. " prononça-t-il cependant, tout en lui souriant. Après tout, vu la situation dans laquelle ils étaient, un Red-Hood avec toutes ses armes étaient clairement plus efficace...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2100-wallace-r-west-wally-pour-les-intimes http://legendsofdc.creationforum.net/t2111-kid-flash-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2104-wallace-r-west-kid-flash http://legendsofdc.creationforum.net/t2112-arcs-narratifs-de-wally-west
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mar 12 Juin - 8:48



Deux pour

le prix d’un

« Good Luck ! Have Fun ! »


Lindsey se sentait parfois très seule, mais elle ne faisait rien pour se faire des amis. Ce qui l’importait c’était pouvoir résoudre les énigmes du Riddler. Bien sûr, elle s’en fichait un peu de l’enjeux, elle n’était pas une héroine. A vrai dire, c’était plutôt du genre mercenaire, à faire un boulot si on la paye bien. Néanmoins, elle avait fortement besoin d’action et connaissant les ennemis du Batman, elle sentait qu’elle allait pouvoir s’amuser.

Lindsey Jane : Let’s Play - Santa Marta

Tu te rendis vite compte que tu as créé un quiproquo, peut être à cause de ton intonation de voix. Tu voulais traiter le rouquin supersonique de débile, pas le réputé Aqualad. De toute façon, tu t’en fichais qu’ils le prennent mal. Tu n’étais pas là pour faire équipe avec eux, ni gagner leur confiance. Ils auraient voulu quoi par la suite ? Faire un pique nique, que tu fasses le bien et que tu rejoignes leur bande de super héros en collant. Hors de question ! Tu étais très bien dans ta solitude et auprès de Raylan. Bien que tu ne lui diras jamais, parce que ce n’est pas dans ta nature. A vrai dire, tu n’avais pas confiance aux héros, ils n’avaient rien fait pour toi et leur solution n’était que sur du court terme. Combien de victimes supplémentaire y avait il eût parce qu’il n’était pas capable d’ôter la vie ? Tu étais plus intéressée par le Red Hood, il avait pour réputation de ne pas hésiter à tuer. Même si les rumeurs qui cours en ce moment sur lui c’est qu’il n’est qu’un simple criminel. Enfin, il n’a jamais vraiment fait de mal à des innocents, à vrai dire, tu ne savais pas vraiment comment le juger. Dans tous les cas, il voulait arrêter le Riddler, ce qui fait qu’il ait pour l’instant dans ton camp. Tu n’avais pas envie de te présenter à Aqualad, sa façon de parler était si protocolaire, si ennuyante. Mais bon, tu ne voulais pas te laisser avoir par tes émotions. Tu n’as pas besoin de te les mettre à dos pour le moment. « Je suis désolée, mais je n’ai pas envie d’être dans vos bases de données, tout ce que vous avez à savoir c’est que je suis là pour arrêter le Riddler, avec ou sans votre aide ! » Tu aimais bien l’humour du Red Hood, il te correspondait parfaitement. Tu préférais être avec lui que les deux autres nazes qui prône la justice. Enfin bon, la fête commence, des types armés sont entrés dans le bâtiment. Etant donné que vous êtes dans un couloir, tu savais très bien que vous allez finir en gruyère. Tu sautes donc sur le sol pour esquiver la première volée de balle. Tu essayes de te souvenir de la formule pour créer un épais brouillard, mais l’homme au casque rouge et plus rapide que toi. Une fumigène et bien plus efficace. Tu n’as pas envie de montrer tes pouvoirs à tes nouveaux amis, surtout que tu risquais de ne pas pouvoir te retenir et tuer les trois gorilles. Tu ne voulais pas te faire arrêter pour ça. Tu décides donc de te précipiter dans l’ascenseur et te mettre le plus éloignées de la trajectoire des balles. Tu te retiens vraiment de lancer un serpent de feu à travers ce couloir étroit. Tu aurais pu te délecter de leur cris de douleur. Néanmoins, ce n’était pas le moment, puis tu ne savais pas qui se trouvait à l’étage. Alors, il valait mieux d’être prudent et d’économiser sa magie. « Je veux bien m’envoyer en l’air avec toi le Red Hood, mais je préviens, je ne suis pas trop plan à quatre ! » Oui, ce n’est pas vraiment le moment de faire de l’humour, mais bon, tu es toujours dans une démarche très provocatrice. Tu sors un petit carnet dissimulé dans tes habits. Tu parcours rapidement les pages avant de trouver la bonne. Un sort de protection qui devrait éviter que les balles entrent dans l’ascenseur. C’est une formule en langue ancienne, tu la récites très rapidement et les balles semblent se stopper juste avant les portes de l’ascenseur. « Le sortilège n’est pas fait pour durer, mais il devrait éviter qu’on se prenne une balle perdue. »



Code by Wiise sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas
avatar
MDJ ♔ RIDDLE ME THIS
Messages : 29 Age du joueur : 30 Crédits : LOD et Tumblr Batarangs : 1000000603

Feuille de personnage
Nom de Code:
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mer 27 Juin - 22:00


     

Deux pour le prix d'un

Santa Marta, Californie

     

     

Dans l'intimité de son poste de contrôle, une femme au domino violet enrageait.

Quelle salope ! Quelle sale petite... Jura-t-elle furieusement en se précipitant sur l'un de ses claviers pour contrer l'assaut dont elle venait d'être victime, à l'instant.

Ces hommes de main à la gâchette facile avaient été envoyés par " elle ", il ne pouvait en être autrement. Cette tentative de déstabilisation indirecte portait sa marque de fabrique : laisser tomber une information dans les bonnes oreilles pour qu'un groupe de petits truands débarquent au mauvais endroit au pire moment.

Ah, tu veux la jouer comme ça ? Marmonna la solitaire jeune femme, en se retenant de se mordre les lèvres (ce qui aurait abîmé son maquillage).

Si la compétition venait d'entrer dans un tel niveau de bassesse, alors il n'existait plus aucune raison pour elle de prendre des gants (quant bien même elle en portait, actuellement). Depuis son poste de contrôle, la régisseuse du piège tendue dans l'ancien QG des motards parvint à se connecter sur le réseau de sa concurrente (laquelle était elle-même en pleine communication avec ses propres empêcheurs de tourner en rond... Parfait !). Pendant que l'attention de sa rivale aux cheveux courts était accaparée par son auditoire, l'intruse fureta dans les dossiers cachés de son système (une bagatelle ; elle avait repris l'architecture du système de Nygma), puis dénicha une combinaison de chiffres, associée à un indice qu'elle fit s'afficher aux yeux du groupe parti enquêter à Ivy Town.

Voyons si tu réussiras à conserver ton avance après ça, Nina ! Triompha la moins intellectuelle des deux, en dédiant à nouveau son attention à ses visiteurs... Ce qui ne tarda pas à lui faire pousser un léger ronronnement appréciateur.

Au milieu du groupe improbable de silhouettes colorées qui venait de monter dans l'ascenseur, un jeune homme se détacha immédiatement du lot. Déjà très croqueuse d'hommes, la femme derrière son écran se sentit retomber dans ses travers. Elle avait, après tout, toujours eu un faible pour les roux au regard vif. Et la manière dont il avait puissamment écrasé le crâne d'un des gros balourds contre le mur...

Moi qui rêvais de tester les capacités d'un speedster... Dans et hors d'un lit. Chuchota d'un timbre rauque la criminelle dont le haut (un body vert orné d'un large point d’interrogation violet) marquait très fidèlement les courbes.

Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent sur le premier étage du bâtiment, un projecteur s'enclencha. Sur la toile accrochée face au quatuor apparut en gros plan le buste d'une beauté mutine, dont le teint bronzé s'accordait à la chevelure auburn lui cascadant jusqu'aux épaules. Un sourire espiègle occupait ses lèvres rouges, les mêmes que celles qui répétaient en boucle leur réplique, un étage plus bas. Dans les yeux noisette de l'instigatrice du traquenard planait la même liesse sulfureuse, et ces derniers dévoraient littéralement Kid Flash avec une avidité embrasée.

Bienvenu, bienvenu.. Ne sembla-t-elle dire qu'au bolide, une main gantée de violet gesticulant à la seule adresse de celui-ci. Bienvenus dans ma petite salle de fête ! Exulta soudainement la séductrice, en levant haut les bras dans un geste de réjouissance qui tranchait fortement avec la présence de l'homme immobilisé au milieu de la pièce.

Ce dernier, couvert de sueurs, tremblota d'un mélange de soulagement, d'inquiétude, et de panique. Nul ne pouvait ignorer la quantité d'explosifs qui se trouvait maintenue contre son torse par un ensemble de fils, et qui, même sous l'éclairage vert et violet, apparaissait d'un rouge alarmant. Une diode allumée avertissait tout un chacun que l'engin avait déjà été enclenché, et n'attendait que la pression d'un bouton pour semer la mort et la destruction sur plusieurs mètres à la ronde.

Je suis... Querry. Se présenta la femme sur l'écran, en prenant la pose pour rendre sa déclaration aussi distrayante que possible.

En s'éloignant (avec un déhanché prononcé) du cadre, la jeune femme prit soin d'exposer le bas de sa silhouette (recouverte de collants verts et de bottes montantes à revers violets) avant de s’asseoir avec grâce dans un fauteuil, pour que tout son corps occupe la largeur de l'écran. Quelques mèches rebelles achevèrent de lui donner une allure exagérément glamour, qui aurait pu paraître ridicule si toute la séquence n'avait pas été aussi minutieusement chorégraphiée.

Je suis la géniale criminelle responsable de votre présence ici, et avant demain, celle dont vous aurez publiquement reconnue la supériorité intellectuelle, mes amours. Expliqua-t-elle presque sans se défaire de son timbre langoureux, en multipliant les mimiques photogéniques. Les règles sont simples : je dispose d'un certain nombre d'otages. Dans chaque pièce, l'un d'eux attend d'être sauvé. Pour cela, il vous faudra résoudre une énigme à la complexité jamais égalée. Se vanta Querry, rayonnante. Si vous ne respectez pas mes règles (en usant d'un tour de magie, par exemple), tous les otages mourront, et vous serez tenus responsables. Lâcha-t-elle en décochant un regard incisif à la jeune femme qui avait déjà démontré ses talents ésotériques. Tant que vous parvenez à résoudre une énigme, vous pourrez vous rapprocher de moi... Ce qui devrait constituer une motivation suffisante pour vous pousser à donner le meilleur de vous-même. Supposa la preneuse d'otages, en se permettant un clin d’œil pour le beau speedster, avant de prendre une nouvelle pose très avantageuse. On commence ?

Un spot éclaira une dalle de la pièce, relativement proche de l'unique porte en bois de la salle.

Pour sauver votre premier otage, et déverrouiller l'accès à la salle suivante, je ne vous demanderai qu'une chose : déposer sur la plaque de pression que vous voyez ici un objet pesant le poids exact du cœur de Trevor Libman... Énonça la demoiselle manifestement très fière de son physique, en ajoutant avec dans la voix une pointe d'instabilité : ... Et si vous vous demandiez qui est ce mystérieux Trevor : coup de bol pour vous ! C'est justement le monsieur installé devant vous. Il vous suffira donc de lui prélever le cœur, puis de le déposer sur dalle, et... Voilà ! S'exclama Querry, en effectuant une rotation joyeuse avec son fauteuil, avant de prendre la caméra entre ses mains, pour que son visage en occupe tout le cadre. Qui sait ? Peut-être que si vous réussissez à résoudre toutes mes énigmes, je vous laisserai m'arracher le cœur, à moi aussi... Minauda celle qui, apparemment, croyait tenir une déclaration romantique.

La caméra se coupa sur cette sombre promesse, amenant un déplaisant silence dans la pièce éclairée par des néons.

     

     
C O D E (c) W H A T S E R N A M E .

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ❖ if found please return to Ravager
Messages : 298 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1150

Feuille de personnage
Nom de Code: Red Hood
Multi-Comptes: Nightwing | Deadshot
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Lun 16 Juil - 2:47

La sœur jumelle de son arme de poing atterrit entre ses mains gantées avant qu’il ne lève le petit doigt et Jason prépara une réponse bien cinglante pour le speedster, sur la manière dont il connaissait cinquante-trois manières possibles de le descendre sans gaspiller la moindre balle s’il le voulait. En somme, oui elle lui serait bien plus utile qu’à lui, mais il n’en aurait pas besoin pour lui botter les fesses


Deux pour le prix d’un.

Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux.

comme un grand. Il fut cependant interrompu par la partie féminine du groupe et l’arrivée précipitée du reste de l’équipage. Si le Red Hood se contenta d’hocher les épaules avec lassitude à peine feinte à sa réplique, il ne put nier son sourire arrogant que par l’intermédiaire de son casque.

« Désolé chérie, vu la tête qu’ils tirent, on coupera pas aux super-héros sans collants. », murmura-t-il avec nonchalance avant d’appuyer sur le bouton unique, l’oeil malicieux. « Va pour le plan à quatre. »

Son plan était simple : Jason récupérait son magnum, attirait les gorilles à  l’étage du haut - qu’il espérait moins confiné que cet éternel couloir ; ils n’auraient ensuite plus qu’à canarder tout ce qui passerait par cette cage d’ascenseur. Avec un peu de chance ils pourraient même interroger l’un de ces idiots sur la source du filon les ayant conduits dans ce bar fantôme. Méthode enfantine, mais qui avait le mérite de fonctionner (l’engin était le seul accès et servirait de compte-gouttes). Ou plutôt, elle aurait fonctionné, si le niveau supérieur n’avait pas été réarrangé de cette manière.

Jason fut le premier à sortir de la cage d’acier - toujours pour la même aversion des endroits confinés bien qu’il mourrait avant de l’admettre. Armes braquées sur une cible invisible et un projecteur dans la figure plus tard - comme s’il était la vedette d’une putain de télé-réalité, le garçon fut accueilli par le buste - bien sculpté - d’une jeune femme aux couleurs et motifs de leur sphinx favoris, l’homme au chapeau melon. Jason ne se laissa pourtant guère distraire. Instinctivement le défunt Robin fit un état mental des lieux et de toutes les issues possibles alors que les trois mousquetaires le rejoignaient dans la salle de jeu. Un homme était attaché au centre de la pièce, la peur inondant ses traits comme s’il venait de se voir injecté une dose du sérum de Crane. Tous ces fils constituant la bombe qu’il portait en guise de gilet avaient sans doute un rapport avec sa situation de stresse intense. Jason lui lança un regard désolé bien que les émotions ne fuitaient que difficilement au travers de son masque. La splendide créature qui se présentait maintenant comme Querry (bien sûr, l’une des deux assistantes de Riddler) se mit alors à parler et Jason grimaça.

« T’as une touche, Kiddy ! », il marmonna sans aucune gêne avec un coup de coude au speedster, une parodie à peine exagérée d’une situation où ils seraient les meilleurs amis au monde. Il avait bien remarqué la manière insistante dont la criminelle dévorait le rouquin du regard, comme tout le reste de l’assemblée. Pour le coup, il n’avait pas besoin de son oeil aiguisé de détective. « Et modeste par dessus le marché. »

Querry resta cependant imperturbable alors qu’elle expliquait les règles de son jeu et le Red Hood leva les yeux au ciel, croisant ses bras sur son torse comme moyen d’exprimer son ennui. Mais malgré cette couche de cynisme et d’indifférence derrière laquelle se réfugiait constamment l’homme à la veste de cuir, la gravité de la situation ne lui échappait pas pour autant : il était parfaitement conscient de chaque souffle court que lâchait cet homme coincé sur la chaise, se demandant probablement à chaque fois si -cette fois- c’était son dernier.

Et puis, enfin, elle eut terminé son superbe monologue.

« Écoute t’es bien gentille », protesta le jeune adulte, « mais tes énigmes, tu sais où tu peux te les carrer ? J’suis pas là pour jouer aux devinettes ou à l’apprenti boucher. J’suis Red Hood, pas la compagnie Créole. »

Il fut (mal?)heureusement interrompu par ses camarades avant de pouvoir en placer une de plus, non pas qu’il n’en avait pas d’autres en stock. Peut-être qu’un jour il devrait effectivement répondre de son arrogance et de son manque de filtre entre son esprit blasé et sa grande gueule. Mais pour en revenir à notre cas, Todd était mitigé : à la fois il connaissait ce genre de psychologies et savait que le réel point faible de Querry résidait dans sa volonté désespérée - et alimentée par une immense fierté - de pouvoir conter toutes ses énigmes ; mais d’autre part il se demandait si cette folle serait prête à faire sauter le pauvre Trevor juste pour leur donner une motivation supplémentaire à sauver les autres otages. Il était sûr qu’en bluffant ils pourraient réussir à l’atteindre, mais si jamais il se plantait alors une vie était en jeu ici. Et il ne permettrait pas de laisser mourir un innocent, peu importe ce qui était dit à son sujet. D’autant plus qu’il était bien placé pour savoir à quel point mourir dans une explosion était douloureux... Dieu, ou peu importe la personne là haut, il avait oublié à quel point c’était exaspérant de jouer aux justiciers.

A l’encontre de tous ses principes visant à ne plus entrer dans les jeux malsains des cinglés de Gotham, spécialement ceux qui portent du vert, Jason céda et accepta - momentanément - de se plier aux exigences de Querry - bien qu’il eusse maugréé des paroles incompréhensibles que Alfred aurait le plus probablement réprimandées. Résigné, le garçon au casque rouge s’approcha prudemment de la chaise, cherchant avant pour tout capteur de pression à proximité du captif : ce serait idiot de répandre les entrailles de Trevounet sur tous les murs par accident. Une fois sûr de n’en trouver aucun, Todd put s’approcher davantage de l’explosif, adoptant pour la première fois de la soirée une attitude grave et professionnelle : oui, il en était parfois capable.

« Je crois que j’pourrais la désamorcer ; mais cette salope la fera péter avant. »

Hood n’avait jamais levé les yeux de ce câblage complexe, continuant de faire danser l’un des fils entre ses doigts alors qu’il poursuivait son inspection. Il s’était perfectionné dans le domaine des explosifs durant son séjour en Russie - attirance étrange et il pouvait l’admettre assez creepy pour l’instrument qui avait mis fin à ses jours quelques années auparavant. En somme, il connaissait parfaitement son sujet.

« Apparemment on va devoir jouer le jeu. Mais comme nous pouvons tous le constater ici, notre cher ami Trevor n’a pas encore de problème cardiaque : on peut supposer que son coeur est toujours bien en place. Avec cette logique implacable, on sait que Querry n’a pas pesé son coeur. »

Jason avait deux alternatives pour contourner cette énigme. La première était de savoir si Trevor valait réellement le coup d’être sauvé : si c’était un pourri, alors il n’aurait aucun regret à lui déchirer la poitrine pour lui prendre son muscle cardiaque, bien que ce serait parfaitement dégueu. Mais quelque chose lui disait que les Titans présents n’approuveraient pas, et Tim non plus.

Il pencha donc pour la seconde option, tout aussi dégueu si ce n’est plus et qui n’aurait d’ailleurs pas nécessairement plus la cotte que son plan A. Cependant son plan C était généralement d’espérer une brillante idée de la part d’un autre ; celui-ci lui semblait quelque peu compromis en l’état actuel des choses. Surtout avec ces principes bibliques de « tu ne tueras point » à respecter.

Après s’être relevé de sa position accroupie initiale, Red Hood haussa innocemment les épaules - changeant vaguement son pied d’appui.

« Pourquoi s’emmerder ? On a trois beaux cœurs qui nous attendent en dessous. Y’en aura bien un qui fera l’affaire... »

Après tout, un coeur c’est un coeur : contrairement à la pensée populaire, s’il peut parfois nous dire comment est mort un individu, il ne peut jamais nous raconter à quel point il a aimé de son vivant. Celui d’un homme pèse toujours entre trois-cent trente et trois-cent cinquante grammes, c’est une norme. Alors, l’organe d’un autre pourrait parfaitement fonctionner, n’est-ce pas ? En tout cas, Jason était déjà sur le chemin de l’ascenseur...


__________

So fucking lost...


ω Every day is a fresh horror. Every memory a nightmare. There's always a pasty-faced clown sitting in the corner of the room, just laughing. At us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
avatar
Membre de LOD
Messages : 378 Age du joueur : 20 Crédits : Twizzle Batarangs : 1250

Feuille de personnage
Nom de Code: Kid Flash
Multi-Comptes: Négatif
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mar 17 Juil - 15:37


Le bruit assourdissant des balles fracassant avec force les murs alentours résonnaient dans les oreilles du speedster qui fronçait les sourcils à chaque impact qui se rapprochait un peu plus de lui. Mais étrangement, aucuns des projectiles ne parvenaient à franchir les portes de l'ascenseur. Semblant s'arrêter juste devant. S'écrasant néanmoins contre une espèce de surface que le rouquin n'arrivait pas à identifier. Ce dernier tourna la tête en direction de la seule femme du groupe, dont les lèvres remuaient tandis qu'elle semblait prononcer une quelconque formule magique. Qu'en savait-il après tout ? Wally ne croyait pas en la magie, mais


Deux pour le prix d'un.

quoi qu'elle faisait, cela fonctionnait. Il n'allait pas s'en plaindre… Si elle pouvait seulement arrêter de le regarder comme s'il n'était que le dernier des crétins, ça améliorerait sa journée qui n'avait franchement pas bien commencée…

Ils étaient tous agglutinés dans l'ascenseur lorsque Jason se décida enfin à appuyer sur l'unique bouton présent à l'intérieur de la cabine. Les dirigeant vers l'étage après qu'une brève secousse ne les aient quelque peu remués. Laissant les molosses seuls dans le couloir dont les murs étaient empli d'énormes trous. Le silence qui s'installa entre eux fut presque...gênant. Complètement opposé au brouhaha précédent. Amenant Wally à regretter l'éternel musique qui occupait habituellement ce genre d'espace. Certes elle lui restait bien trop souvent à l'esprit après plusieurs jours, mais il préférait ça au regard méprisant de la brune et à celui, blanc, du casque rouge qu'il ne parvenait pas à déchiffrer. Et c'est avec un véritable soupir de soulagement qu'il accueillit la légère mélodie qui tinta soudainement. Signe qu'ils étaient arrivés. « S'envoyer en l'air qu'il disait… » murmura-t-il pour lui-même tandis qu'il emboîtait le pas de celui qui avait osé prononcer cette phrase. Son ressenti n'avait jamais été aussi éloigné de ce qu'aurait dû lui faire éprouver ces mots.

Alors que KF s'attendait – une fois les portes ouvertes – à se retrouver dans un énième couloir, à l'image de celui qu'ils avaient quitté précédemment, il fut rassuré de voir que ce n'était heureusement pas le cas. Bien que surprit de se retrouver agressé par une vive lumière enclenchée par un puissant projecteur à l'instant même où ils posèrent le pied à l'extérieur de l'ascenseur. Obligé de porter sa main en travers afin de trouver un minimum de confort. Un écran géant les accueillait – en plus du spot qui lui donnait l'impression d'être la star d'une stupide émission de télé – où il pouvait difficilement apercevoir le buste d'une jeune femme habillée aux couleurs de leur principal intéressé : le Sphinx. Wally fronça les sourcils tout en s'avançant vers l'écran, s'éloignant de la source lumineuse qui l'empêchait vraiment de se concentrer, tandis que le regard insistant de l'inconnue suivait le moindre de ses pas. Il frissonna malgré lui, le rouquin, lorsqu'elle prit enfin la parole, lui donnant la forte impression qu'elle ne s'adressait qu'à lui. Comme si le reste du groupe n'était tout simplement pas là. Et il rougit d'avantage lorsque le Red Hood osa faire une remarque, l'ayant probablement remarqué lui aussi. « Ton charme légendaire doit être resté avec les trois gorilles... » répliqua-t-il alors, essayant de cacher au mieux la gêne extrême que lui faisait ressentir ce regard insistant et cette voix trop sensuelle dénotant avec l'ambiance de la pièce. Pour autant, Wally était le seul qui ne savait comment réagir face à cette situation, rejoignant Jason qui étudiait l'homme attaché en plein milieu de la salle tandis que la femme – Querry comme elle s'était présentée – continuait, imperturbable, à leur soumettre les règles de son "jeu".

Le rouquin tentait en vain d'ignorer l'assistante du Riddler et ses poses aguicheuses qu'elle aimait à prendre, portant son regard partout sauf sur l'écran géant, prêtant attention à ses paroles plus qu'à sa personne. Tandis que ses joues se coloraient d'un doux rouge qui faisait ressortir la couleur de ses yeux. Autant dire que KF n'était pas habitué à ce genre d'attitude, surtout lorsque ça le concernait directement. Aussi fut-il soulagé lorsque la femme termina son discours et que son corps ne disparaisse enfin de l'écran. Ramenant le silence dans la salle, qui fit office d'une douche froide pour Wally qui put enfin reprendre ses esprits. « Je crois que j’pourrais la désamorcer ; mais cette salope la fera péter avant. » retentit soudainement la voix de Jason, ramenant sur terre le pauvre speedster. Ce dernier ne pouvait décemment pas perdre sa concentration sur quelque chose d'aussi futile que l'attention que pouvait bien lui porter une criminelle. Des vies étaient en jeu. Alors le rouquin se rapprocha de son allié – chose qu'il n'aurait jamais imaginé dire auparavant – et s'accroupit à ses côtés pour, à son tour, étudier l'objet du stresse de leur victime. Avant de se rappeler qu'il ne s'y connaissait absolument pas dans le domaine... Il se contenta alors de s'adresser à cet homme complètement effrayé. Essayant au mieux de le rassurer. Après tout, c'était le rôle des héros, non ? « Monsieur Libman ? Trevor ? Tout va bien se passer. Il ne vous arrivera rien, je vous le promets. » lui murmura-t-il alors. Paroles inutiles dans ce genre de situation et bien évidemment superflues. Il ne savait ce qu'il se passera dans les minutes qui viendraient, il n'était pas voyant. Mais si l'assurance d'un justicier pouvait au moins calmer la peur d'une victime, c'était déjà ça de gagné. Aussi chercha-t-il désespérément une solution, histoire que ses paroles n'aient pas été prononcées pour rien. Il étudia cette fois-ci, non pas la bombe, mais le gilet qui la contenait. Serait-il assez rapide pour le lui retirer et de l'amener le plus loin possible de la ville avant que Querry n'ait même l'idée de l'enclencher ? Il n'en était pas sûr et ne prit pas la peine de vraiment y réfléchir : il ne pouvait pas risquer une vie sur de simples hypothèses. Il n'y avait plus qu'une solution alors...se plier aux exigences de la folle sur l'écran.

Pour autant, l'idée ne lui plaisait pas. A défaut de prendre directement le cœur à sa source – ce qui était une idée absolument abjecte qu'il rejetait furieusement – pouvoir trouver quelque chose d'équivalent au poids exact de l'organe de Libman, c'était chose impossible. Un coeur pesait généralement près de trois-cent trente grammes si ce n'était plus, Wally n'était pas un expert en la matière. Et ils n'auraient qu'un seul essai s'ils ne voulaient voir les entrailles de Trevor décorer les murs de la pièce… Autant dire que leur fenêtre était extrêmement mince. La remarque du Red Hood en revanche, était des plus pertinentes. Et le rouquin hocha la tête afin d'approuver ses dires. Querry – sans avoir pu faire le moindre prélèvement – ne pouvait décemment connaître le poids exact du cœur de son otage. « Elle a dû choisir un nombre entre trois-cent trente et trois-cent cinquante grammes pour sa plaque de pression... » réfléchit le rouquin, ce qui leur laissait tout de même 21 possibilités différentes, si tant est qu'elle ait respectée le poids d'un cœur humain lambda… Et connaissant le Riddler et ses énigmes, ça ne pouvait pas être un résultat aussi aléatoire.

Wally commençait à sécher. Comment résoudre cette énigme sans faire couler la moindre goutte de sang ? Il s'était relevé, faisant les cents pas dans la salle tout en faisant tourner ses méninges, lorsque le casque rouge prit une nouvelle fois la parole : « Pourquoi s’emmerder ? On a trois beaux cœurs qui nous attendent en dessous. Y’en aura bien un qui fera l’affaire... » dit-il sans une once de compassion, se dirigeant sans plus de cérémonie vers l'ascenseur qui les avait entraîné dans ce piège. Le speedster lui intima d'attendre, persuadé que malgré ce qu'il pensait, il devait y avoir autre chose à faire… Voyant que son homologue ne s'arrêtait pas, il se mit en travers de sa route, apparaissant devant lui en une simple nanoseconde. « Je suis sûr qu'il y a une autre solution. » commença-t-il par dire, le bras tendu dans sa direction. « Et quand bien même ça serait celle-ci, on aurait trois cœurs dans les poches. Comment comptes-tu sauver Trevor dis-moi ? En priant pour que celui que tu auras choisis ait le poids exact et qu'il ne le fera pas exploser à la moindre tentative ? Les énigmes du Sphinx ne sont pas aussi approximatives. On doit être passé à coté de quelque chose... » lui dit Wally, ne voulant pas comme souvenir de cet événement une image d'un trou béant dans la poitrine de trois molosses.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2100-wallace-r-west-wally-pour-les-intimes http://legendsofdc.creationforum.net/t2111-kid-flash-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2104-wallace-r-west-kid-flash http://legendsofdc.creationforum.net/t2112-arcs-narratifs-de-wally-west
avatar
MDJ ♔ RIDDLE ME THIS
Messages : 29 Age du joueur : 30 Crédits : LOD et Tumblr Batarangs : 1000000603

Feuille de personnage
Nom de Code:
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Ven 3 Aoû - 21:02



Deux pour le prix d'un

Santa Marta, Californie




Les cheveux collés sur son front moite de sueur, Trevor regarda ses "sauveurs" discuter entre eux, trop choqué par sa situation pour s'insurger qu'on puisse plaisanter dans pareille prise d'otage. Lorsque le jeune speedster s'efforça de le rassurer, il parut ne pas l'entendre, car ses yeux ne se détachaient pas du casque rouge, une couleur insolite dans le décor aux deux dominantes froides. Sans faire autre chose que respirer lentement, Libman considéra les quatre personnes qui étaient venus supposément à son secours. Le gothamite et son partenaire de circonstance semblaient occuper le devant de la scène, laissant l'étrange jeune homme et la jeune femme à l'air renfrogné surveiller leurs arrières. Il ne semblait pas régner de cohésion particulière dans ce groupe, ce qui poussa Trevor à passer à l'acte. Rassemblant tout son courage, le chauffeur de taxi osa élever la voix, et ce ne fut pas pour se répandre en remerciements à l'attention de ses sauveurs.

Je sais qui vous êtes, "Red Hood". Articula-t-il d'une voix chevrotante et cassée par la déshydratation, tout en délivrant son regard le plus noir à l'intéressé. J'avais une amie à Gotham. Beth, qu'elle s'appelait. Mais j'imagine que son prénom ne vous dira rien, espèce de monstre. Gronda-t-il, son accent slave ressortant à mesure qu'il laissait libre cours à ses émotions.

Trevor avait depuis longtemps dépassé le stade de la peur de mourir. Ses nerfs avaient été malmenés, éprouvés et usés comme de vieux câbles de frein par les incessantes interventions sadiques de Querry. Sale et à bout, il tint son baroud d'honneur, peut-être le dernier discours de son existence, en restant droit dans ses bottes, le souffle haché et le visage fréquemment parcouru de tressautements.

L'était pas une sainte, Beth. Comme la plupart d'entre nous, en fait. Nous, les gens normaux. Reprit l'homme pâle d'une voix mordante, en cherchant ouvertement à blesser le tireur – tout en dépeignant le plus nauséabond des portraits devant le reste de son groupe. Mais ça comptait pas, ça, pour vous, salopard ! Elle a eu qu'à faire une foutue erreur, qu'à franchir une fois les limites de la légalité... Les dernières larmes qui lui restaient, mêlées à du mucus provenant de son nez, commencèrent à s'écouler autour de la bouche gercée de Trevor. Elle a dû rendre un service à la mafia. Il lui fallait du fric, rapidement, et plus aucune banque ne voulait lui faire un prêt. Elle a rendu une seule putain de faveur, et pour cette seule faute, vous l'avez ABATTUE ! Hurla l'homme épuisé en s'agitant faiblement, sans déclencher (chose heureuse) l'explosion de sa veste.

En reniflant bruyamment pour tenter de retrouver un semblant de dignité, il s'adressa au reste du quatuor, les paupières battant furieusement pour en chasser les larmes.

Si l'un ou l'une d'entre vous ose se prétendre justicier, qu'il commence par arrêter ce fou furieux ! Je refuse de devoir la vie à un meurtrier qui se proclame juge et bourreau ! Affirma-t-il, sans pour autant apparaître complètement crédible, dans son lamentable état de délabrement physique.

Insidieusement, Querry réapparut sur l'écran, l'air profondément accaparée par la scène (et le décolleté innocemment mis bien en vue pour son auditoire).

Quel drama queen ! Si j'avais su, je l'aurais gardé pour le dernier acte, celui-là ! Regretta-t-elle en soupirant exagérément pour faire bouger son buste, avant de s'étaler sur le dos dans la largeur du champ pour adopter une posture plus relâchée (et valorisante), les jambes battants docilement en l'air, comme pour y faire jouer les reflets du cuir avec l'éclairage. On peine, mes loulous ? Je vous écoute discuter depuis tout à l'heure, sans rien proposer de très concret. Se moqua bassement la criminelle en vert et violet, sans faire la moindre référence au SMS en provenance d'Ivy Town reçu par l'un des membres du groupe.

Comme mue par une idée soudaine, la criminelle roula gracieusement pour se remettre d'aplomb, face à sa caméra.Je vous propose un truc : vous me sacrifiez l'un des vôtres, qui sera mon prisonnier jusqu'à ce que vous triomphiez de mes tests... Commença-t-elle d'un ton mutin, en faisant un peu traîner la suite de sa phrase pour créer un faux suspense. Disons, toi, mon petit boy-scout rougissant ! S'écria Querry, sans que nul ne soit surpris de voir son index se tendre vers Kid Flash. En échange, moi, je vous filerai un super indice pour résoudre cette énigme. Plutôt correct, comme marché, non ? Revendiqua la preneuse d'otage, en mettant une main sur la main pour toiser son auditoire avec un sourire au coin des lèvres. Je trouve que tout le monde y gagnerait... Réfléchissez-y ! Les abandonna la plantureuse jeune femme, en se débrouillant pour que sa dernière phrase semble d'abord et et avant tout inviter le speedster à considérer sérieusement l'idée de passer le reste des épreuves en tête-à-tête avec elle.

Une mosaïque de pixels clignota juste après sur l'écran de la salle, accompagnée, pendant un bref instant, de désagréables grésillements, comme si un incident technique survenait lors d'une diffusion d'images et de sons. Suite à ces interférences, un enregistrement audio se mit en marche, sans image pour l'accompagner, diffusant juste aux oreilles des participants la voix presque devenue familière de leur adversaire.

Tu sais ce que tu es, à mes yeux, Trevor ? Un monstre. Qui d'autre qu'une ordure sans la moindre empathie refuserait de laisser monter dans son taxi une femme qui vient de subir une agression, juste parce qu'elle " avait l'air de l'avoir cherché " ? Tu es un monstre, Libman. Tu n'as pas de cœur !

Un peu inutilement, la dernière phrase de l'enregistrement fut répété avec une distorsion rendant la voix de Querry plus grave et plus lente, preuve que la personne responsable de la diffusion n'avait pas une haute estime des capacités intellectuelles du groupe.


C O D E (c) W H A T S E R N A M E .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ❖ if found please return to Ravager
Messages : 298 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1150

Feuille de personnage
Nom de Code: Red Hood
Multi-Comptes: Nightwing | Deadshot
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Sam 4 Aoû - 19:11

Comme il peut s'y attendre, le rouquin au costume de banane tente de le retenir, sans aucun doute pour laver sa propre conscience – ou encore le sauver de lui même, le genre de bêtises que Jason en a plus qu'assez d'entendre dans la bouche de ceux qui pensent le connaître. Mais s'il s'arrête, ce n'est certainement pas parce que ses mots ont fait mouche. D'autres paroles trouvent plus facilement leur


Deux pour le prix d’un.

Quiconque prétend s’ériger en juge de la vérité et du savoir s’expose à périr sous les éclats de rire des dieux.

chemin au travers de son casque écarlate, ceux de leur victime. Jason s'arrête à la provocation, il tourne les talons – sans mot dire et s'approche de celui qui poursuit son récit à son encontre. Il n'est pas le premier à le traiter de monstre, et il ne sera certainement pas le dernier. Il faut croire que le gusse est encore plus désespéré qu'il ne le pensait en premier lieu pour s'attaquer à celui qui tente de sauver ses miches, surtout pour quelqu'un qui prétend savoir de quoi il est capable. Inexpressif, le garçon s'arrête devant celui qui jacasse et croise les bras sur son torse ; comme une menace silencieuse qu'il fait planer dans la pièce. Cette mission commence sérieusement à les lui briser. S'il avait sû qu'il aurait à bosser avec des héros en collants flambant neufs – et Kid Flash par dessus tout ! - avant d'être traîné dans la boue, il aurait volontiers envoyé Tim sur les roses pour commencer. Voilà ce qui arrive, quand on veut faire plaisir.

Mais la vérité, c'est que malgré ce masque d'insouciance et d'amertume derrière lequel il se réfugie, l'homme au fond est bien plus touché par ces mots qu'il ne le pense. Tout le monde s'entête à dire qu'il est un monstre, un assassin. Et si, finalement, ils avaient tous raison ? Si cette fichue croisade dans laquelle saint Jason s'était lancé, n'était que du vent ? Une excuse bidon pour extérioriser toute cette rage qui l'a toujours consumé ?

Non, ce n'est pas vrai. Ils ne comprennent tout simplement pas. Personne ne voit ce que lui peut voir : la vérité, dans toute sa laideur et sa monstruosité. Contrairement aux autres, il ne laisse pas ces images utopiques lui bourrer le crâne comme tous les justiciers, faibles et émotifs. Et autant qu'il déteste l'admettre, ça lui fait mal à l'intérieur. Jason se sent profondément seul. Mais il est aussi fermement convaincu que la justice expéditive est la seule justice, et s'il doit salir ses mains et son âme pour rendre le monde un peu plus viable, alors il le fera volontiers, quitte à se détester encore plus qu'il ne le fait déjà. Contrairement à ce qu'avance Trevor, le masque rouge ne se proclame rien du tout ; il n'a jamais dit qu'il était le héros de l'histoire. Parce qu'il ne le pense pas. Il n'y a aucun héros dans cette tragédie qu'est la vie. Et si Libman tente de faire naître les remords dans son cœur, alors il lui souhaite bonne chance. Parce que s'il a récemment levé le pied sur la gâchette facile, Red Hood ne revient pas pour autant sur ses actes passés, Une fois qu'on a goûté à l'argent facile, il est pratiquement impossible de faire demi tour. Il arrive toujours un moment où l'on a de nouveau besoin de fric, et alors on fait une nouvelle exception, puis une autre. Jusqu'à ce que les réels innocents en payent le prix. Il le sait, il a été cette victime innocente lorsque son père n'est jamais rentré de ses affaires avec Black Mask. Ce qu'il ignore, c'est que l'addiction de sa mère à la cocaïne lorsqu'elle était enceinte lui a coûté des longues séances de thérapies lorsqu'il était bambin, et que Willis a replongé pour lui, pour son petit prince de Gotham. Peut-être bien que cela aurait pu changer sa vision des choses.

Une fois la tirade achevée, le garçon penche la tête sur le côté. Fou ? Il l'est probablement. Furieux ? Pour sûr. Mais un meurtrier ? Les meurtriers tuent des innocents. Qu'il soit damné le jour où il prendra la vie d'un innocent. Il pourrait tenter de se justifier, mais à quoi bon ? Personne dans cette fichue pièce ne comprendrait, alors autant éviter de perdre plus de temps. De toute manière Jason est bien trop buté pour reconnaître ressentir une seule putain d'émotion. Parfois, il se contente simplement d'être ce connard arrogant, parce qu'il lui semble plus facile de se faire détester, il reste dans sa zone de confort. Et parce que c'est la seule défense qu'il connaisse.

« Hm. Beth, tu dis ? C'est trop bête. », il dit, tout simplement. « J'espère que tu t'attends pas à ce que je me roule par terre en chougnant ô combien je regrette. »

C'est tout ce qu'il peut gérer avant que la pétasse en vert ne réapparaisse, pas qu'il aurait dit autre chose de toute manière. Elle veut récupérer le bolide, rien que pour elle. Ça ne serait que de lui, Jason le lui céderait volontiers, avec un petit papier cadeau autour. On ne peut pas vraiment dire qu'il soit le cerveau du groupe – et Red Hood n'a pas besoin d'un clown dans les pattes. En particulier celui pour lequel il entretient une rancœur inégalable. Mais Red Hood ne marchande pas, encore moins pour obtenir des indices. Il est grand et débrouillard, merci bien. La chauve souris qu’arbore son torse n'est pas là que pour la déco. Et puis de toute manière, que peut-il perdre ? Cet abruti sous la bombe l'a dit lui même, il ne veut pas être sauvé. Pas par lui, en tout cas.

Alors il décroche rapidement le fil des paroles de Querry, préférant porter son attention sur son portable qui vient de vibrer, l'id d'une personne bien plus drôle que tous ceux avec qui il fricote actuellement apparaissant sur l'écran. Rose lui donne une information qui lui sera probablement utile pour la suite. Un sourire narquois déforme le bord de ses lèvres alors qu'il tape silencieusement sa réponse et l'envoie.

SMS:
 

Tandis qu'il glisse de nouveau le petit appareil dans la poche de sa veste, les écrans de la pièce se mettent à s'agiter, comme s'il y avait des interférences. Jason porte instinctivement la main sur son holster, mais ce qui vient n'est autre qu'une voix, la même que celle qui tape sur les nerfs du criminel depuis le début de cette aventure. Sauf que l'enregistrement a l'air plus ancien. Jason se met à rire. Grâce à Rose, il sait ce qui se passe. Et il compte bien jouer là dessus.

« Hu oh, on dirait bien que quelqu'un veut te voler la vedette. » il provoque la femme en vert, un sourire narquois aux lèvres. « Et en plus, à cause d'elle, nous allons devoir garder le poussin roux... »

Jason regarde Wally, feintant un air déçu avant de s'approcher sans prévenir de Trevor. Il place une main sur chaque accoudoir et force son regard dans le sien, ou du moins dans celui qu'on aperçoit presque au travers de son masque, et se racle la gorge.

« 'key, Trevor ? », il interroge l'intéressé afin de capter son attention. « C'est ton jour de chance, je vais quand même te sauver la vie. Oh et inutile de me remercier. Tu sais pourquoi ? »

Le Red Hood se redresse et, continuant à s'adresser à l'homme attaché sur cette chaise, il regarde avec insistance dans la lentille de cette caméra qui les espionne.

« Parce que tu n'as pas de cœur. Voilà la réponse. Il n'y a rien à mettre dans la balance. »

En y réfléchissant, il est vrai que personne n'a encore essayé d'ouvrir la porte, partant du postulat qu'elle était verrouillée tout ce temps et nécessitait un objet à peser. Alors que depuis le début, ils avaient déjà la bonne réponse.

« Quelqu'un à Ivy Town semble prendre son pied à t'humilier. », poursuit le garçon en faisant claquer sa langue entre ses dents. « Entre nous, si j'étais à ta place je crois bien que je la mettrais hors jeu. Travailler pour Riddler mais se faire pirater ses énigmes, c'est vraiment la loose. »


HRP:
 

__________

So fucking lost...


ω Every day is a fresh horror. Every memory a nightmare. There's always a pasty-faced clown sitting in the corner of the room, just laughing. At us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
avatar
Membre de LOD
Messages : 378 Age du joueur : 20 Crédits : Twizzle Batarangs : 1250

Feuille de personnage
Nom de Code: Kid Flash
Multi-Comptes: Négatif
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mar 11 Sep - 13:08


La mésentente était claire entre les deux protagonistes, chose qui ne devait sûrement pas rassurer la victime toujours accrochée à sa chaise avec une bombe prête à exploser si jamais personne ne trouvait de point d'entente. Wally était pourtant quelqu'un qui savait écouter. Qui savait tergiverser et admettre que, de temps en temps, il pouvait avoir tord. Pour autant, il était face au Red Hood. Têtu, froid. Insensible. Et bien qu'il avait d'autres traits de caractères qui affirmaient au rouquin qu'il n'était pas encore perdu. Qu'il pouvait encore sauver les restes du justicier qui gisaient dans le coin le plus noir de son être, refoulés par ce casque rouge qui lui servait de mur pour cacher ses faiblesses, pour le moment, Wally ne pouvait que se poster devant cette tête brûlée en espérant en


Deux pour le prix d'un.

vain lui faire entendre raison. Il ne voulait pas trois morts sur la conscience, quand bien même avaient-ils essayé de les trouer comme du gruyère il n'y avait pas moins quelques minutes.

Alors que son homologue s'avançait toujours dans sa direction, laissant le rouquin convaincu qu'il ne l'avait absolument pas écouté, une voix résonna dans la pièce, et ses mots chargés de reproche, le firent s'arrêter net. Wally fronça les sourcils aux paroles de leur victime, jetant un regard presque inquiet en voyant le concerné se retourner, sans un mot, dans sa direction. « Ja- , murmura-t-il avant de se reprendre presque immédiatement, oubliant qu'ils n'étaient pas seuls. Red Hood ! » Sa main s'avançant vers ce dernier sans trop savoir ce qu'il comptait bien faire. Il ne connaissait pas l'individu autrement que par la description qu'avait bien voulu lui faire Dick. Il ne l'avait pas croisé, ne lui avait même presque pas parlé. Cette journée étant la première au cours de laquelle ils avaient eu un échange – presque – courtois. Alors il ne savait comment ce dernier allait réagir face aux dures paroles de leur victime. Pour autant, il le laissa s'approcher tout en restant sur ses gardes : ils étaient là pour le sauver après tout… Le speedster croisa ses bras sur sa poitrine, plissant les yeux en écoutant Trevor se défouler sur son "sauveur". L'accusant de tous les maux, de tous les vices tout en se lamentant du traitement qu'avait infligé le casque à une certaine Beth. Et c'était lorsque les yeux emplis de larmes et de colère de l'homme se posèrent sur le trio se tenant derrière, s'attardant sur chacun d'eux tout en les jugeant du haut de sa chaise, que le rouquin en eut assez. « Si l'un ou l'une d'entre vous ose se prétendre justicier, qu'il commence par arrêter ce fou furieux ! Je refuse de devoir la vie à un meurtrier qui se proclame juge et bourreau ! » Wally en avait mal pour Jason. Certes, il ne pardonnait – ni n'acceptait – sa façon d'agir : de punir de mort les criminels qui avait le malheur de croiser son chemin… Mais il était l'un des rares à avoir la clé pour comprendre les raisons de cette attitude. Et c'était bien pour ça qu'il pouvait éprouver de la compassion pour celui qui s'était mis à dos une bonne partie de la ville de Gotham.

Il ne dit rien pour autant, le rouquin. Fusillant simplement du regard celui qui osait jouer les divas alors qu'il n'était absolument pas en position de dire quoi que ce soit. Et sûrement pas envers ceux qui étaient venus là pour lui sauver les miches. Jason, quant à lui, ne put que lui souffler au visage le peu d'importance qu'il accordait aux paroles de Trevor, indifférent à ce que ce dernier pouvait bien ressentir. Querry refaisant son apparition au bon – ou mauvais ? - moment. Wally ignora comme il pouvait les regards insistants que lui lançait la criminelle concentrant sa vision sur autre chose que sa personne. Jusqu'à ce qu'elle ne fasse cette proposition farfelue de lui laisser un otage parmi le quatuor, en l’occurrence – et sans surprise – lui-même… Malgré tout, il releva la tête, yeux écarquillés, alors que son regard passait d'un compagnon à l'autre en guettant leur réaction. Les yeux blancs du Red Hood ne l'empêchant pas de comprendre que cette alternative lui plaisait plus qu'elle ne le devrait. Et même si l’acolyte du sphinx promettait un indice en échange, le rouquin n'aimait pas l'idée. Sa dernière tirade le fit d'ailleurs frisonner…

Il allait répliquer quelque chose, lorsqu'une mosaïque de pixel se créa subitement sur l'écran, de désagréables grésillements accompagnant le tout. Wally, s'attendant à voir toutes ses interférences disparaître, fut surprit en entendant une voix résonner brusquement, similaire à celle de leur criminelle. Sans image pour illustrer ce qu'ils entendaient. Le héros ne comprenait pas ce qu'il se passait. Tandis que le Red Hood reprit la parole, provoquant : « Hu oh, on dirait bien que quelqu'un veut te voler la vedette. Et en plus, à cause d'elle, nous allons devoir garder le poussin roux... » Ce dernier lui tira la langue tout en fronçant les sourcils, faisant peu à peu le rapprochement. Une concurrente. Voilà à qui il devait cet enregistrement – et donc la réponse à leur énigme. Devait-il se réjouir de voir que même dans les rangs des méchants il pouvait y avoir des conflits internes ? Sûrement, oui. Au moins, ils n'auraient pas à ouvrir la cage thoracique des gorilles pour leur arracher le cœur. Il se demandait quand même comment le casque pouvait avoir compris ce petit manège...

Le speedster laissa son homologue se mettre en scène devant la caméra qui gardait un œil sur leurs moindres faits et gestes, défiant la jeune femme tout en se moquant de cette rivalité qui ne faisait que les aider. Incitant même leur criminelle attitrée à mettre hors jeu la personne responsable de leur réussite. Première étape donc, manipuler son ego afin de les amener à se battre entre elle. Ça facilitera grandement le travail du quatuor... Wally, quant à lui, se dirigea vers la porte ne pouvant soit disant s'ouvrir qu'à partir du moment où le poids exact du cœur de leur victime ne pèse dans la balance. Effectivement, ils étaient tous parti du principe qu'elle était verrouillée. Mais le Red Hood avait raison, il n'y avait rien à mettre dans la balance puisque Trevor "n'avait pas de cœur". Simple quand on connaissait le personnage… Et puisqu'il n'y avait rien à mettre dans cette balance, la porte ne pouvait qu'être ouverte. Alors le rouquin avança sa main vers la poignée de cette dernière, l'actionnant doucement avant d'effectuer une légère pression, la poussant avec une facilité déconcertante. La sortie se présentant alors devant lui : « Bien… murmura-t-il en se tournant vers le groupe toujours derrière lui, c'est ouvert ! »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t2100-wallace-r-west-wally-pour-les-intimes http://legendsofdc.creationforum.net/t2111-kid-flash-rps http://legendsofdc.creationforum.net/t2104-wallace-r-west-kid-flash http://legendsofdc.creationforum.net/t2112-arcs-narratifs-de-wally-west
avatar
MDJ ♔ RIDDLE ME THIS
Messages : 29 Age du joueur : 30 Crédits : LOD et Tumblr Batarangs : 1000000603

Feuille de personnage
Nom de Code:
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   Mer 12 Sep - 19:35


     

Deux pour le prix d'un

Santa Marta, Californie

     

     

Tardivement, Trevor Libman regretta la témérité avec laquelle il s'en était pris à l'anti-héros de Gotham. Silencieux sur sa chaise, il soupira aussi discrètement que possible en découvrant qu'il allait continuer à vivre, et jugea préférable de ne plus se manifester. Tant de choses le dépassaient, actuellement... Comme le raisonnement qui avait poussé le type en jaune à actionner la poignée de la porte verrouillée sans avoir rien déposé sur la balance pourtant mise à disposition des visiteurs, l'origine des voix enregistrées, ou le très soudain bruit de décharge électrique qui avait grésillé dans la pièce.

C'était survenu alors que Red Hood lançait sa pique à l'instigatrice du piège, juste au moment où le speedster roux décidait de tester la théorie de la balance vide : sous les pieds des deux autres membres du groupe restés en retrait, une plaque dissimulée avait sans prévenir été alimentée par des centaines de volts. La décharge, brève mais violente, envoya ses victimes au tapis tout en provoquant un éphémère flash de lumière violacée. Si leurs vies ne se trouvaient pas menacées, ils mettraient certainement plusieurs minutes à retrouver conscience... Après quoi, Querry réapparut à l'écran, dépossédée de ses mimiques mutines. Une lueur farouche et sadique brillait désormais dans le fond de ses yeux, conférant à son sourire un tranchant sinistre.

Je ne les sentais pas très impliqués, ces deux-là... Et il faut bien avouer que vous progressez un peu trop vite à mon goût. Reconnut la criminelle, avec un haussement d'épaule plutôt gracieux, avant de dévisager celui qui la provoquait ouvertement. Merci pour les conseils, mon chou, mais tiens-t'en à tirer partout sans te poser de questions comme un bon demeuré, et laisse les vraies intellectuelles réfléchir. Lui lança-t-elle avec mépris, pour ensuite revenir à son interlocuteur favori. Rapproche-toi de moi, mon petit justicier fringant... Passe la porte, et viens me passer les menottes. Je n'attends que ça. Ronronna la femme à l'écran en se rapprochant graduellement de l'objectif, pour ensuite ajouter d'une voix mystérieuse avec un regard en biais : Enfin... Si ton copain l'adepte des solutions définitives te laisse m'arrêter vivante. Insinua furtivement la vipère. Vous devriez avoir une conversation à ce sujet, avant la prochaine salle... Ou une fois que je vous aurai confrontés à votre prochaine épreuve. Conclut-elle, pour ensuite s'évanouir sans s'appesantir davantage.

Vous... Pourriez me détacher ? Risqua Trevor dans le silence qui s'ensuivit, après avoir cru comprendre qu'il était libre.

Derrière la porte poussée par Kid Flash s'ouvrit un bref couloir peu éclairé, aboutissant à une nouvelle porte, insonorisant les deux salles voisines l'une de l'autre. Si la nouvelle salle ressemblait fortement à la précédente (une porte verrouillée bloquant la progression, un éclairage aux couleurs du Sphinx, un écran pour que Querry puisse diffuser ses messages), son occupante n'y était pas menacée par le moindre risque d'explosion. Il s'agissait d'une femme, probablement proche de la cinquantaine. Son apparence physique suggérait un bon train de vie ; elle avait été sanglée à une chaise et bâillonnée, mais ne paraissait pas traumatisée outre mesure. Hélas, à part se présenter comme Nicole Hodden, notaire à Corona Heights, elle s'avéra incapable d'expliquer pourquoi on l'avait enlevée, et de quelle manière la porte devait s'ouvrir. Aucun détail de sa situation ne semblait constituer une piste exploitable... Jusqu'à ce que l'agaçante organisatrice de la prise d'otages ne réapparaisse, une évidente rougeur de frustration aux joues.

D'abord, Querry balaya l'air d'une main indignée, et agonit d'injures une femme sans la nommer. Hors-champ, une myriade d'objets atterrirent au sol, dont certains assez fragiles pour se briser à l'impact. Ensuite, la jeune femme s'obligea à se pincer l'arrête du nez, inhalant à fond plusieurs fois pour se recentrer, puis réinvestit son rôle de maîtresse de cérémonie.

Je vois que pendant mon absence, vous avez fait connaissance... Bien ! Prétendit-elle sereinement, pour masquer le fait que la situation commençait à lui échapper.La porte que vous voyez est reliée à un détecteur, situé dans la salle suivante. Ce capteur calcule la proximité qu'il a avec le pacemaker situé dans la poitrine de cette charmante Nicole. Pour que la porte se déverrouille, il suffit d'éloigner suffisamment le pacemaker du détecteur. Il suffit de libérer Mme Hodden. Facile, pas vrai ? Sourit la manipulatrice, en retrouvant peu à peu sa bonne humeur, pour ensuite prendre une pose songeuse et assez esthétique.

Oh, mais attendez... J'oublierais presque... Querry fit en sorte d'afficher une série de vidéo à la place de son propre retour caméra, tout en conservant le son afin de commenter les images d'une voix enthousiaste.

En avant-première : le vrai visage de la reine de l'immobilier !

Les images parlèrent d'elle-même : Nicole Hodden en train d'assister à un tabassage en règle ; la même Nicole supervisant la restitution d'enfants à leurs parents ; des copies de rapports sur les activités suspectes de cette notaire à San Francisco ; des transcriptions de ses échanges avec plusieurs organisations mafieuses... L'intéressée tenta (sans grand succès) de jouer les innocentes accusée à tort, mais se trouvait en présence de gens habitués à discerner le vrai du faux.

Mince alors. Si seulement il existait un moyen d'ouvrir cette porte tout en empêchant Nicole de poursuivre ses activités crapuleuses... Fit volontairement entendre la bottée d'une voix mielleuse, en se courbant à l'écran pour exhiber son profil pendant qu'elle prétendait réfléchir à voix haute. Vous pourriez lui faire jurer de ne plus rien faire d'illégal, en échange de sa libération ? Tout le monde sait qu'une parole, c'est sacré. Plaisanta l'intervenante, en adressant un regard complice au bolide jaune, telle une humoriste souriant à un spectateur ayant compris sa blague.
     

     
C O D E (c) W H A T S E R N A M E .

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Intrigue] Deux pour le prix d'un   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Intrigue] Deux pour le prix d'un
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma vie à deux pour le meilleur... ou pour le pire! [Missbean]
» une aiguille pour la bourse et deux pour la bouche
» R5 Turbo, deux pour le prix d'une !!!
» Deux pour le prix d'une
» DEUX PLANEURS POUR LE PRIX D'UN !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Amérique-
Sauter vers: