Partagez | 
 

 it's together, or not at all. (dick&babs.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Membre de LOD
Messages : 162 Age du joueur : 23 Crédits : wild heart (vava) tiny heart (signa) Batarangs : 1420

Feuille de personnage
Nom de Code: anciennement batgirl, prochainement oracle.
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Mar 6 Mar - 8:57



     

     
dick grayson & barbara gordon - she said "where'd you wanna go? how much you wanna risk? i'm not looking for somebody with some superhuman gift, some superhero. some fairy tale bliss, just something i can turn to, somebody i can kiss. i wqnt something just like this."
it's together, or not at all.
Un sourire sur les lèvres de la demoiselle, elle ne cessait de tourner la tête dans tous les sens espérant rapidement avoir des idées quant à la destination à laquelle elle allait. Parce que le fait de pas savoir l'agaçait et pire encore, le fait d'avoir les yeux bandés ne rendait absolument pas les choses faciles. Parce que le fait est que la demoiselle devait impérativement se fier à Dick. Pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, au contraire. Juste qu'elle devait accepter le fait qu'il devait la pousser, chose que Barbara détestait par dessus tout. Mais elle n'avait pas le choix. Parce que le brun lui avait vendu le truc, alors autant tenter de rester un maximum dedans. Et la rouquine préférait de loin ne pas tricher, au risque de découvrir la soi disant surprise qu'il disait lui avoir préparé. Conclusion ? Elle ne cessait de chercher les différentes options, mais même quelqu'un d'intelligent comme elle avait du mal à déterminé exactement de quoi il s'agissait. Une partie d'elle se demandait si ça valait le coup d'en faire autant, mais une autre partie s'extasiait d'avance, impatiente de savoir ce que Dick lui réservait. « Ca à intérêt à valoir le coup ! » balance la demoiselle en souriant, semblant s'impatienter dans son fauteuil. Oui, elle veux savoir, elle veux connaître cette soi-disant surprise réservée par son petit ami qui semblait particulièrement sûr de lui.

Si il y a pourtant bien une chose évidente aujourd'hui, c'est que l'ancienne Barbara semblait, peu à peu, refaire surface. Il y avait encore du chemin, et elle était encore loin de l'entière guérison. Mais peu à peu, elle se détendait, se reconstruisait. Leslie l'aidait, énormément, parce que justement elle pouvait se confier, en toute sincérité, et sans avoir de filtres. Peu importe ce qu'elles échangeaient, ça restait en tête à tête entre elles, et elle savait que quoi qu'elle dise, elle n'irait jamais répéter à qui que ca soit ce qui était dis entre les quatre murs de son bureau. Ses nuits étaient encore tourmentées, dans lesquels les cauchemars ne cessaient de refaire surface lui faisait revivre cet événement particulièrement traumatisant duquel elle ne se remettait pas encore totalement. La cicatrice serait probablement à vie. Parce qu'en plus, Barbara avait des réactions presque post-traumatique. Notamment dés qu'une porte claquait qui lui rappelait tristement la détonation de ce jour sinistre. Elle n'avait jamais craint les armes à feu, les voyant à la ceinture de son père depuis toute petite. Mais désormais, c'était tout autre. Si elle avait manqué de se foutre en l'air avec l'une d'entre elle, elle ne pouvait plus supporter leur bruit, la plupart du temps la faisant sursauter, voir entrer dans des crises de panique ce qui était pourtant loin d'être dans ses habitudes. Parce que ce qu'on pouvait penser Barbara n'avait pas eu une vie aussi facile qu'on pouvait le penser. L'abandon d'une mère, un frère enfermé à Arkham, sa carrière de rêve qui s'écroule, la mort de Jason et maintenant ça. Ces événements mis bout à bout était la preuve même qu'elle commençait sincèrement à s'épuiser, qui expliquait son ancien désir de reprendre ses études. Et si cette envie lui était passé, Barbara s'était pourtant trouvé une nouvelle lubie. La fondation Wayne avait fait ce don de matériel informatique particulièrement poussé ; ce qui en soit restait ridicule. Comme si du matériel poussé pouvait remplacé ses jambes. Mais Barbara se penchait particulièrement sur tout ça, passant des journées entières lorsqu'elle était coincée chez elle. C'était d'ailleurs pour ça que dés qu'elle était derrière un écran, elle se retrouvait contrainte de porter des lunettes. Parce que ça lui causait simplement des migraines ophtalmiques absolument atroce. Surprenant ? Probablement pas. C'était qu'une question de temps avant qu'elle soit contrainte de les porter tous le temps, vu que son père en portait, son frère en portait. Pas sa mère, mais si ça commençait derrière un écran, c'est que c'était la preuve même que sa vue perdait en efficacité. Quoi qu'il en soit, Barbara avait toujours été doué dés qu'il s'agissait d'informatique, capable d'encoder certaines choses et de décrypter des codes de sécurité. Si son matériel dans le costume de Batgirl ou Alfred faisait pour la plupart du temps tous le travail car elle n'avait pas de temps à perdre sur le terrain, elle savait s'y prendre. Mais là, elle approfondissait. C'était une sorte de passe-temps, mais Babs se retrouvait en train de faire exactement le même job qu'Alfred. Sans la petite voix pour guider qui que ça soit. Elle s'amusait juste à … pirater des trucs, désactiver des systèmes de sécurité qu'elle réactivait tout de suite après. Un peu comme un entraînement.  

« C'est bon ? » demandait-elle quand elle sentie le fauteuil s'immobiliser. Attendant l'accord de son petit ami, elle retirait le bandeau qui recouvrait sa vue et ne pu s'empêcher de froncer les sourcils à la vue qui s'offrait à elle. « Le cirque, vraiment ? » Elle hausse un sourcil, ne comprenant pas vraiment de quoi il s'agit ici. Elle était curieuse de savoir pourquoi il l'avait amené ici. Elle savait que quoi qu'il en soit, ça restait un lieu particulièrement important pour lui, qui, elle le savait, ne contenait pas nécessairement de bons souvenirs. « Qu'est ce que tu prépares Boy Wonder ? » demande-t-elle alors en croisant les bras sous sa poitrine, curieuse de savoir ce qu'il peut bien préparer. Soit il s'est foutu de sa gueule, soit c'est vraiment un truc énorme.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t127-barbara-you-can-throw-me-to-the-wolves-tomorrow-i-will-come-back-leader-of-the-whole-pack http://legendsofdc.creationforum.net/t155-adventure-of-a-lifetime-babs http://legendsofdc.creationforum.net/t154-babs-you-run-on-gasoline
avatar
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON
Messages : 2219 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 5560

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Deadshot | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Jeu 15 Mar - 17:09



 « Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après. » William Wordsworth.

Aujourd’hui était un grand jour pour le garçon. Pas seulement parce qu’il était parvenu à convaincre sa petite amie de le



It’s together or not at all.


Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après.

laisser lui bander les yeux et de diriger lui même son fauteuil vers ce qu’il disait être « la surprise de l’année », en dépit de son rejet constant de toute aide au niveau de sa mobilité. Un sourire satisfait se mit à briller sur les lèvres de Grayson tandis qu’il plongeait une main dans sa poche, tâtonnant une fois de plus l’objet qu’il conservait si précieusement auprès de lui.

Ce jour là, il avait arrêté de se morfondre. Il s’était enfin décidé à aller de l’avant, comme il l’avait toujours fait depuis le jour qui l’avait séparé de ses parents. Le passé, ce n’est qu’un ensemble de chaînes qui te maintiennent en place, coincé dans cette sorte de capsule temporelle. Si tu les laisses t’emprisonner pour de bon, que tu laisses leur griffes acérées se refermer autour de la pauvre carcasse que tu traines tant bien que mal, alors tu peux tirer un trait sur ton avenir.

Dick, lui, avait finit par briser ces fameuses restreintes. Il n’était ni du genre à regarder vers le passé, ni à imaginer un avenir ; il faisait plutôt partie de ces personnes qui vivaient l’instant présent sans se poser de questions, ne prenant que ce qu’il y avait de bon à prendre, même si certains jours cela s’avérait difficile. Peut-être était-ce là que se trouvait la source de son éternel optimisme.

Pourtant cela semblait avoir porté ses fruits. Barbara avait tenu sa promesse, elle avait commencé à voir Leslie un couple de jours après leur confrontation, et bien si l’on pouvait la qualifier ainsi. Depuis, elle ne semblait que faire des progrès considérables. Oh, Dick ne se faisait pas d’illusions, il savait qu’une certaine rancoeur remplissait toujours le coeur de la rouquine, il n’était pas même sûr qu’elle ne puisse un jour s’en détacher ; mais la voir de nouveau souriante lui faisait chaud au coeur. Il savait qu’une lueur d’espoir bourgeonnait de nouveau dans son subconscient et c’est de cette manière qu’il avait su qu’aujourd’hui serait le moment propice, le grand jour. Celui qui marquerait un tournant dans chacune de leurs vies. Pour le meilleur, ou pour le pire.

Les deux jeunes adultes arrivèrent finalement à l’objectif du brun et un large sourire étira les traits de ce dernier. Devant lui se dressaient fièrement des centaines de caravanes et toiles, gravitant toutes autour d’un unique point : l’immense chapiteau central.

« C’est bon ? »

« Tu peux retirer le bandeau. », lui confirma le jeune policier incapable de masquer son excitation.

« Le cirque, vraiment ? »

Barbara leva un sourcil après avoir retiré la bande de tissus, répondant d’une voix taquine à la vue s’offrant désormais à elle, comme elle avait toujours eu l’habitude de le faire auparavant.

« Pas n’importe quel cirque, Babs. Le cirque Haly. », enchaîna-t-il, fier comme un paon, son sourire lumineux transperçant au travers de ses mots.

« Qu’est-ce que tu prépares, Boy Wonder ? »

Dick se contenta d’un sourire en coin en guise de réponse.

« Allez, viens, je te promet que ça vaut le détour. Si tu es déçue, je saurai me faire pardonner : satisfaite ou remboursée ! ».

Déposant un baiser affectueux sur son front, le jeune homme invita finalement la rouquine à le suivre pour franchir les immenses portes, sachant pertinemment que Barbara préfèrerait se déplacer par ses propres moyens. Il ne s’était jamais opposé à ce fait. Après tout il savait pertinemment qu’il détesterait se sentir dépendant à sa place.

Une fois l’enceinte du cirque pénétrée, c’est comme si Grayson était de nouveau un jeune gamin, celui-là même qui sautillait gaiement à travers les innombrables chemins sillonnants entre les toiles de tentes il fut un temps. Une époque qui lui semblait bien lointaine, à présent. Pourtant, tout lui restait familier : les rires des enfants remplis de joie, les animaux qu’ils croisaient, en passant par l’odeur sucrée des barbes à papa ; à chaque fois qu’il remettait les pieds dans un cirque c’était comme s’il n’avait jamais quitté cette vie de nomade. Parce que son coeur, lui, était toujours resté sous le grand chapiteau. C’était un monde qui lui était cher et significatif, son petit jardin secret, là où il se dirigeait à chaque fois qu’il fermait les yeux pour fuir ce qu’il ne pouvait affronter. Son petit paradis personnel, sa maison. Et même si le plus grand drame de sa vie s’était déroulé au sein même de cette enceinte, il préférait n’en conserver que les meilleurs souvenirs. Parce qu’il refusait de laisser la tragédie de lui retirer le cirque. Et si dévoiler ce véritable sanctuaire lui semblait extrêmement intime, ce jour là il avait décidé de partager ça avec Barbara. Parce que cette journée devait être vraiment spéciale.

__________

Circus boy.


ω We're not defined by our tragedies or our turning points. We're defined by the choices we make in the face of them. We're defined by how we choose to react to being challenged.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
Membre de LOD
Messages : 162 Age du joueur : 23 Crédits : wild heart (vava) tiny heart (signa) Batarangs : 1420

Feuille de personnage
Nom de Code: anciennement batgirl, prochainement oracle.
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Dim 22 Avr - 11:04



     

     
dick grayson & barbara gordon - she said "where'd you wanna go? how much you wanna risk? i'm not looking for somebody with some superhuman gift, some superhero. some fairy tale bliss, just something i can turn to, somebody i can kiss. i wqnt something just like this."
it's together, or not at all.
Dire que la rouquine n’était pas intrigué serait mentir. Parce qu’elle était plus qu’intrigué. Pourquoi l’amener ici ? Quelle en était l’occasion ? Ca trottait dans sa tête, des questions auxquels Dick ne répondrait probablement pas immédiatement malgré l’envie de réponse qui était bien présente. Alors Barbara, elle regardait un peu partout autour d’elle tandis qu’elle suivait le brun, cherchant la moindre chose qui pourrait lui offrir un certain indice concernant cette journée qu’il semblait désireux de lui réserver. Qu’est ce qu’il y avait de si spécial ? Ça n’était définitivement une date importante, du moins, pas un anniversaire ou quoi que ça soit d’autre. Avec sa mémoire eidétique, Barbara s’en serait définitivement souvenue. Pourtant, bien rapidement la rouquine se laisse plus ou moins prendre par l’ambiance autour d’eux. Un sourire s’affiche aux lèvres de la rouquine tandis que certains souvenirs, lointain, presque enfoncés dans ce subconscient refond surface. “En y repensant, on s’est probablement croisé bien avant même qu’on se mette à fréquenter les mêmes établissements scolaires.” Sourit la rouquine en relevant la tête vers son petit ami. “Quand mes parents étaient encore ensemble, j’me souviens qu’ils nous amenaient ici avec mon frère. C’était des moments sympa. Dés que le cirque venait en ville, on profitait d’une journée pour venir passer des moments en famille. Mon père délaissait enfin son travail et se préoccupait que de nous.” C’était probablement la raison pour laquelle elle avait désiré ne pas vraiment avoir ces souvenirs d’enfances. Ils étaient là,  juste que si elle pouvait éviter de s’en souvenir c’était mieux. “Mon frère était encore tellement petit, j’me souviens qu’il s’émerveillait devant absolument tout ce qu’il voyait.” La douce époque où il était saint d’esprit, où il était encore innocent, où sa mère était présente à ses galas de danse et où elle se contentait d’être une gamine tout ce qu’il y a de plus lambda, ignorant les merde que la vie lui réserverait. “Puis ma mère est partie. Et mon père n’a jamais réussi à me trainer ici de nouveau.” Avoue la rouquine en haussant doucement les épaules. “T’es la première personne en vingt ans qui arrive à ne pas me faire fuir dés l’entrée.” Sourit-elle en observant le brun. Véridique. D’ordinaire, elle prend même pas la peine de rester, elle fuit, direct, sans se préoccuper des projets ou des plans. Parce que c’était trop douloureux, et parce que aujourd’hui, à ses yeux, sa mère était morte. Elle pouvait refaire surface un jour, Barbara osait espérer qu’elle ne serait pas affecter par celle-ci. Parce que cette femme appartenait désormais au passé et qu’elle était tout sauf une personne qu’elle était désireuse de recroiser un jour. Aux yeux de la rouquine, l’abandon de sa mère expliquait pourquoi James Jr avait sombré dans la folie, ça expliquait beaucoup trop de choses, Barbara ignorant que l’état de son frère était déjà bien critique bien avant l’abandon de celle-ci.

Alors la belle, elle redresse le visage vers le brun souriante. “Alors Grayson, je t’écoute. Si tu m’as amené ici c’est qu’il doit bien y avoir une raison, hein?’ Demande-t-elle en haussant un sourcil, curieuse d’en savoir un peu plus sur cette pseudo journée qui serait probablement prometteuse. Elle avait hâte de savoir ce qu’il planifiait, vu qu’il avait piqué à vif sa curiosité. “C’est quoi le planning de la journée?’ Demande-t-elle, bien déterminé à savoir ce qui se passerait. Parce qu’elle savait Babs, que si lui l’amenait ici c’est qu’il devait bien y avoir une raison précise. Elle savait que sous ces tentes, l’une des plus grosses tragédie de la vie de son petit ami était survenu. Et elle avait lâchement refusé de venir passer du bon temps ici après l’abandon de sa génitrice, ce qui était probablement ridicule aux côtés de Dick qui lui, revenait ici malgré le drame qu’il avait vécu.    Elle continuait éternellement de l’admirer en fait. Et ça se voyait avec cette éternelle manière qu’elle avait de le regarder, les yeux qui brillent dés qu’elle l’observe, cette manière qu’elle a toujours de parler de lui telle une éloge. Barbara était loin d’être ce genre de personne à exposer leurs couple éternellement sur les réseaux sociaux, à prouver qu’entre eux tout va bien. Parce qu’elle n’a rien à prouver, ils n’ont rien à prouver. C’est une évidence, qu’entre Dick et elle, c’est un truc sérieux, un truc qu’elle même croyait pas à cause de sa mère. Elle pensait pas qu’elle pourrait être chanceuse à ce point et pourtant, lui, il était encore là. Avec elle, malgré le fait qu’elle soit incapable de pouvoir se lever de ce foutu fauteuil et qu’il devait encore supporter son manque de sommeil, ses sauts d’humeurs et la tristesse dont elle pouvait parfois être victime. Ce gars, c’était clairement la personne la plus extra de cette planète, et elle était bien trop heureuse de l’avoir dans sa vie.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t127-barbara-you-can-throw-me-to-the-wolves-tomorrow-i-will-come-back-leader-of-the-whole-pack http://legendsofdc.creationforum.net/t155-adventure-of-a-lifetime-babs http://legendsofdc.creationforum.net/t154-babs-you-run-on-gasoline
avatar
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON
Messages : 2219 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 5560

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Deadshot | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Ven 11 Mai - 0:41

 Une brise, dont la légèreté avait tout à envier au myocarde du jeune prodige, vint lui caresser le visage doucement - aussi délicatement que le fantôme de la main d’une amante sur sa joue. Le jeune homme frissonna. Dick avait toujours été une personne particulièrement tactile et le fait de ne pas partager ce trait de caractère avec le reste de sa famille recomposée n’avait jamais endigué



It’s together or not at all.


Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après.

cet aspect de sa personnalité. Au contraire il semblerait même que le manque d’interactions physiques depuis toutes ces années n’ait fait qu’accentuer son besoin pratiquement viscéral de contacte avec les personnes qu’il aimait - au grand damn de ses frères qu’il se plaisait à tâquiner. Surtout Damian. C’est pourquoi les touches affectueuses de Barbara lui manquaient ; le simple souvenir de sa main douce sur sa peau suffisait à le brûler de l’intérieur. Barbara n’avait pas totalement arrêté ses touches amoureuses, la démonstration physique de leur affection était toujours partagée. Mais c’était différent depuis qu’elle s’était réveillée sur ce maudit lit d’hôpital, avec ses mains respectivement dans l’emprise protectrice de son père et de son petit ami. Les petites intentions se faisaient plus rares, plus timides aussi ; c’était comme si une certaine peur s’était immiscée entre leurs caresses : la peur de perdre sa moitié. Mais tandis qu’un nombre considérable d’éléments avait changé depuis ce jour maudit, certaines choses en restaient inchangées ; comme les étoiles qui persistaient dans le regard de la rouquine lorsqu’elle posait les yeux sur lui, persuadée qu’il ne l’avait pas attrapée à l’observer furtivement. Le simple fait de savoir cet éclat toujours là, quelque part au fond du coeur de Barbara, l’aidait à aller de l’avant. A finalement fermer les yeux la nuit, serein et le coeur léger. C’était ce genre de petites choses qui permettaient au brun de savoir que tout irait bien. Maintenant que les deux amants s’étaient retrouvés, plus rien ne les arrêterait. Ils seraient indestructibles. Et plus vite que la jeune femme ne le pensait, cet affreux cauchemar ne serait plus qu’un mauvais souvenir que l’on balaye une fois les beaux jours retrouvés. Après tout, s’il n’y croyait pas dur comme fer alors il ne serait pas ici, prêt à sortir les mots les plus importants de sa vie.

L’effluve du sucre et des barbes à papa vint à son tour chatouiller les narines de l’officier de police - lui apportant un certain confort, le confort de la maison qu’il n’avait jamais quittée -, elle aussi emportée par le souffle du vent. Tout comme ce fut le cas pour une mèche rousse sur ce visage de porcelaine. Un sourire éclatant illumina le visage du garçon en réponse à celui de sa petite amie tandis qu’il brossa la mèche rebelle derrière l’oreille de Barbara, affectueusement.

« Je pense que tu t’en souviendrais. », répondit-il d’abord innocemment à Barbara, cette dernière pas vraiment sûre d’où il voulait en venir.

Et puis, il releva la tête lentement, un regard malicieux bien implanté dans la profondeur océanique de ses iris.

« T’arrêtes pas de parler de ta mémoire eidétique ; t’aurais quand même pas oublié le petit gitan - à l’époque déjà supersexy - qui court partout et qui vole la vedette aux adultes, si ? »

Un rire taquin quitta sa gorge, s’attendant presque à recevoir une petite tape de la rouquine sur son bras, en se faisant traiter d’enfant. Et elle n’aurait pas franchement tort : à chaque fois que Grayson franchissait la grande enceinte d’un cirque, c’était une première classe sans escale vers l’enfance. S’il ne se forçait pas à se rappeler qu’il avait désormais vingt-trois ans, alors il serait certainement déjà en train de courir à travers les chapiteaux, au grand damn des artistes qu’il bousculerait au passage. Pour un gosse de six ans c’était peut-être attendrissant ; mais pour un officier du GCPD ayant passé la vingtaine, ce n’était tout de suite plus la même toile...

« Moi en tout cas, je n’aurais pas oublié. »

Maintenant, son expression se voulait encourageante et paisible, parce que la sincérité de ces mots pouvaient percer le coeur le plus sombre. Dick, il était extrêmement chanceux d’avoir Barbara auprès de lui et il s’en rendait bien compte. D’aussi loin qu’il se souvenait il avait toujours été amoureux de la fille du commissaire et ses sentiments n’avaient toujours fait que fleurir au fil du temps jusqu’à devenir ce qu’ils étaient aujourd’hui : un tableau de passion, d’admiration et d’affection mélangées avec juste les bonnes quantités pour en faire un chef-d’œuvre, avec toutes ces petites imperfections qui le rendaient pourtant aussi parfait. Elle était celle qui lui donnait la force nécessaire à surmonter les pires épreuves, une raison de se battre. Sa raison de vivre. D’accord, ce n’était un secret pour personne, le fils de Wayne avait effectivement, il fut un temps, enchaîné les conquêtes et même les relations sans lendemain, s’échappant toujours avant que quoi que ce soit ne devienne sérieux. Spécifiquement dans la période où il s’était senti seul et perdu. Mais jamais il n’avait éprouvé de tels sentiments pour une autre fille. A part Kory peut-être, dont le départ l’avait beaucoup attristé, pratiquement tout autant que la rupture de leurs fiançailles. Mais là encore c’était différent, parce qu’aucun amour n’est plus grand et plus passionné que le premier.

Enfin, un soupçon de mélancolie traversa son regard avant qu’il ne s’abaisse à son niveau. S’il y a une chose qu’il voulait éviter plus que tout, c’était bien que Barbara n’associe cette journée à une bien triste mémoire.

« Hey, tu ne devrais pas laisser tes démons voler tes souvenirs heureux. »

Il savait de quoi il parlait, le Grayson Volant. Parce que tout ça, les rires des enfants, l’odeur des barbes à papa et des popcorn, les animaux ; tout ce qui l’entourait aurait pu être sa vie. Il aurait pu poursuivre la tradition familiale et être reconnu comme le plus grand acrobate au monde. Et cette vie de nomade ne lui aurait très certainement pas déplu. Mais avec les « si », on reconstruisait un monde. Les « si » ne faisaient que créer des regrets. Alors que si l’on prenait le problème sous un autre angle, certes Dick aurait encore ses parents biologiques bien en vie, il aurait évité des années de cauchemars et une certaine aversion à la vue du sang. Mais il n’aurait pas connu Bruce. Ni Wally. Tim, Damian, Cass... Même cet idiot de Jason, il ne l’aurait pas connu. Il n’aurait jamais rencontré Barbara...

« Après... Tu sais, après l’incident. », chercha-t-il ses mots, hésitant. Parce qu’il ne parvenait toujours pas à qualifier cet acte abominable qui avait décimé sa famille de sang comme ce qu’il était réellement : un meurtre. « Je ne suis pas remonté sur un trapèze pendant des mois, et ça n’a rien à voir avec le pensionnat. Je pensais... Je pensais que ça ferait trop mal. J’pouvais pas être plus à côté de la plaque, parce que c’est ce qui m’a le plus aidé. »

Non, vivre dans le passé, c’était la doctrine de Bruce, pas la sienne. Lui se contentait de se jeter dans le vide, sans filet de sécurité, et d’improviser pour l’atterrissage. Il vivait le moment présent sans s’occuper du reste, il honorait les défunts pour la manière dont ils avaient vécu et pas celle dont ils avaient trouvé la mort. Et pour être honnête, il n’avait pas trop le choix : le garçon avait bien trop de démons tapis dans l’ombre et attendant une faille dans son éternel optimisme. Au bout du compte, ce n’était pas la tragédie qui faisait de lui qui il était, mais bien la manière dont il s’en était toujours sorti la tête haute.

« Aujourd’hui je travaille encore les numéros que je travaillais à l’époque. Ça m’aide à me sentir plus proche d’eux. »

Dick n’avait jamais avoué cette partie de sa vie à qui que ce soit, pas même à Wally, la personne à laquelle il confiait tous ses secrets les plus enfouis. Bruce l’avait très certainement découvert un jour ou l’autre, lorsque - inquiet - il regardait ses séances d’entraînement par exemple. Mais si c’était le cas alors il ne l’avait jamais questionné à ce sujet, il avait respecté son intimité et Dick lui en était sincèrement reconnaissant. Parce que parler de ses parents ou de la manière dont il se sentait par rapport au traumatisme de leur perte n’était aujourd’hui encore pas facile pour le jeune homme. L’acceptation n’efface pas les blessures les plus profondes et certaines cicatrices demeurent à jamais indélébiles. Mais on peut toujours s’en accommoder.

Dick afficha enfin un sourire paisible au coin de ses lèvres : il avait fait la paix avec tout ça bien des années auparavant. Bientôt les deux tourtereaux atteignirent un grand chapiteau aux fantaisies riches et dorées, comme brillant sous l’éclat de l’astre du jour. Ce n’était pas la toile principale, mais elle était pratiquement aussi grande et imposante.

« Et justement, en parlant de trapèzes... On arrive à ta première surprise... », souffla le garçon, accueillant.

Sur ces paroles malicieuses Dick ouvrit le chapiteau pour en révéler l’intérieur : une large piste, illuminée par des spots de couleurs comme s’il s’agissait d’un spectacle en cours, mais sans public. Tout en haut surplombaient des passerelles reliées entre elles par des trapèzes.

Grayson était toujours le propriétaire du cirque Haly, bien qu’il ne le suive pas dans ses escales lointaines. Une offrande que lui avait faite ce bon vieux CC Haly avant de s’éteindre. Alors privatiser une tente, même l’une des principales, n’avait pas été bien compliqué pour l’ancien prodige. Ainsi Dick et Barbara pourraient jouir d’une piste personnelle, sans risque de dérangement, pendant encore quelques heures. Et le jeune homme comptait bien en profiter pour prouver à Barbara qu’elle savait encore voler si elle le souhaitait, que peut-être avait-elle simplement besoin de quelqu’un pour lui rappeler comment faire...


__________

Circus boy.


ω We're not defined by our tragedies or our turning points. We're defined by the choices we make in the face of them. We're defined by how we choose to react to being challenged.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
Membre de LOD
Messages : 162 Age du joueur : 23 Crédits : wild heart (vava) tiny heart (signa) Batarangs : 1420

Feuille de personnage
Nom de Code: anciennement batgirl, prochainement oracle.
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Mer 20 Juin - 21:25



     

     
dick grayson & barbara gordon - she said "where'd you wanna go? how much you wanna risk? i'm not looking for somebody with some superhuman gift, some superhero. some fairy tale bliss, just something i can turn to, somebody i can kiss. i wqnt something just like this."
it's together, or not at all.
Un rire s'échappe d'entre les lèvres de la rouquine tandis qu'elle hausse les épaules en regardant le brun. « Hm. » Il avait raison remarque. Il la connaissait trop bien, elle et sa mémoire eidétique, elle qui avait toujours utiliser ces aptitudes là pour les diverses enquêtes. Si les notes de Barbara avaient toujours excellé en cours, c'était justement grâce à ça. Parce que la belle avait des aptitudes que peu avait, du moins, elle était la seule de leur entourage à en être la fière détentrice. Et c'était pour ça qu'elle savait qu'elle aurait été excellente au FBI, ou même au GCPD. C'est précisément pour ça qu'elle avait eu envie de pouvoir se lancer dans des carrières comme telle, parce que oui, la justice, ça l'intéressait, c'était pour défendre celle-ci qu'elle vivait, ça coulait dans ses veines et elle le savait. Et même si ça restait qu'à l'état de rêve, c'était probablement mieux, car sinon, elle ne serait absolument pas où elle est aujourd'hui. Peut-être aurait-elle pu s'abstenir du fauteuil, mais pour ce qui est du reste, autant dire qu'elle en est plutôt satisfaite. « Et j'me serais mise à faire des recherches toute mon existence pour te retrouver et nous mener exactement au point où nous sommes aujourd'hui ? » demande la rouquine en redressant le regard vers son petit ami.

Quand il lui dit qu'il aurait pas oublié, un sourire sincère s'affiche sur les lèvres de la rousse. Le genre de sourire rassurant, le genre de sourire qui lui était adressé à lui seul. Parce qu'il savait comment lui rendre ce sourire, parce qu'il savait comment faire pour qu'elle soit bien, pour qu'elle se sente rassurée. Et autant dire, Dick, à ce jeu, il assurait. Parce que sans lui, elle sait pas où elle serait. Il était là, dans les meilleurs comme les pires moments et elle avait une certaine reconnaissance envers lui. Parce qu'il ne l'avait jamais laissé tombée et même lorsqu'elle disait que c'était le cas pour le jour où il était parti pour les Titans, c'était plus elle qui psychotait et qui s'avérait être jalouse qu'il ait réussi à trouver d'autres personnes. Parce qu'autant dire qu'elle était bien avec eux, uniquement lui et Batman. Son départ lui avait fait mal à la belle rousse, et elle lui en avait voulu. Ca pouvait paraître ridicule, et en un sens ça l'était, ridicule. Mais comme on disait si bien, ce n'est que lorsque les individus partent qu'on se rend compte à quel point ils nous manquent, et ça avait été le cas pour Barbara. Quand Jason était arrivé, autant dire qu'elle n'avait pas été très ravis de voir que les couleurs de Robin étaient portés par quelqu'un d'autre. Mais elle s'y était faite, et autant reconnaître qu'il l'avait mérité. Lorsqu'elle avait apprit sa mort, ça aussi, ça avait fait mal. Et puis y avait ensuite eu Tim, et maintenant Damian. Autant dire qu'elle s'était attaché à tous, bien qu'en finalité, sous le costume de Batgirl elle avait prit son indépendance, et n'était plus constamment aux côtés de Robin et Batman pour combattre le crime. Les choses avaient changés, en quelques années et autant dire que le chemin parcouru était mémorable. Elle avait finie par devoir passer à autre chose, par ressentir le besoin de passer à autre chose. Qui aurait cru que ça serait en déposant le costume qu'elle finirait dans une telle situation ? Autant dire que la miss avait souvent exposé au danger, et en vue des nombres de fois où elle avait eu des armes à feu pointé sur elle, elle n'avait jamais été gravement blessé. Certe, des bleus, des muscles froissés, des os qui pouvaient être parfois fracturé, mais rien de bien grave. L'ironie, de savoir que ça n'est qu'une fois qu'elle dépose le masque que la balle se retrouve presque mortelle.

Elle redresse la tête, observant alors le brun qui s'est mit à son niveau. Elle le regarde, tandis qu'effectivement elle s'est confié sur ses éternels démons intérieurs, sur ô combien le départ de sa mère l'a affectée. Elle sait qu'elle devrait pas, et peut-être passe-t-elle pour un monstre, parce que bordel, Dick a tout perdu et devant ses yeux. Elle, c'est juste sa mère qui est parti. Barbara ignore encore une partie de la vérité, c'est vrai, parce qu'elle sait pas tout. Mais même si un jour elle venait à apprendre les réelles raisons de ce départ, elle aurait du mal à lui pardonner. Parce qu'elle n'avait jamais été là, et parce qu'au lieu de les délaisser, elle aurait dû être là pour elle et son père, lors de l'internement de son frère. Elle avait beau lui en vouloir elle aurait fait n'importe quoi pour l'avoir avec elle après l'accident. Et la belle préférait se dire qu'elle était probablement morte : disons que l'absence était plus facile à accepter. « Désolé. » avoue-t-elle.
Alors elle l'écoute, attentivement. Elle penche la tête sur le côté tandis qu'elle continue de sourire légèrement. « Je peux compter sur toi pour me montrer ça alors ? » demande-t-elle curieuse de voir ça. C'est vrai, ça l'intéressait. Parce que ouais, c'était dans les veines de Dick, et qu'elle voulait voir ça, découvrir ce qu'il savait, pouvait faire. Elle avait, en soit, un certain visuel, parce qu'elle se doutait que ses compétences en tant que justicier, la grâce évidente avec laquelle il se déplaçait était dû au fait qu'il était sur des trapèzes depuis son plus jeune âge. Et Barbara ne l'avait jamais vu autre que sur le terrain, alors le voir en pleine action dans cet endroit où il avait grandit, elle serait plus que joviale.

Un autre sourire s'affiche sur ses lèvres tandis qu'il évoque la première surprise. Pourtant, son sourcil s'hausse directement lorsqu'elle voit la disposition du chapiteau, incapable de savoir réellement ce qui l'attend. « Ai-je donc le droit à un show privé rien que pour moi ? » demande-t-elle tandis qu'elle redresse le regard vers son petit ami, curieuse de savoir de quoi il s'agit. « Qu'est ce que tu prévois Grayson ? » cet éternel air curieux visage, signe qu'elle attend avec impatience d'en savoir un peu plus tandis qu'elle est incapable de savoir de quoi il s'agit réellement.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t127-barbara-you-can-throw-me-to-the-wolves-tomorrow-i-will-come-back-leader-of-the-whole-pack http://legendsofdc.creationforum.net/t155-adventure-of-a-lifetime-babs http://legendsofdc.creationforum.net/t154-babs-you-run-on-gasoline
avatar
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON
Messages : 2219 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 5560

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Deadshot | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Sam 4 Aoû - 20:52



It's together or not at all.


Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après. — William Wordsworth.









Barbara Gordon & Dick Grayson


Haly's Circus
Gotham City
Amoureux

911 mots
Barbara avait le sourcil levé et l’œil qui brille, il semblerait bien que le garçon ait réussi à piquer sa curiosité au vif. Et c'est tout ce qu'il demandait. Son sourire s'étira étroitement sur ses fines lèvres. Il adorait la voir comme ça, devant lui, rayonnante et pleine de vie. Surtout après ce qu'elle avait enduré. En fait, à une période Grayson s'était même demandé s'il reverrait un jour son sourire éclatant ; il aurait tout donné pour ça. Aujourd'hui, il était décidé à ne rien permettre de le lui retirer une seconde fois. Bien entendu le Boy Wonder savait que la route serait encore longue et sinueuse pour une récupération totale, mais il n'avait désormais plus l'ombre d'un doute dans son coeur. C'était aussi la raison particulière qui l'avait amené à cette journée, celle qui serait bientôt gravée dans leur histoire commune, quelle qu'en soit l'issue.

Ne pouvant plus attendre, la rouquine commença cependant à le questionner, réellement intriguée par cette fameuse surprise qu'il lui concoctait. Un show privé ? « En quelque sorte.... », lui répondit-il provocateur, pour ne pas briser le suspens trop tôt. « Attend-moi là ! »

Lorsque l'officier du GCPD revint, il portait sur son bras une large bande de tissus bleue, tandis qu'il montrait à sa petite amie une tenue d’entraînement féminine complète, prête à être portée. Des scintillements dans ses yeux azur, sa fierté se lisait dans chacun de ses traits alors qu'il tendit les vêtements à Barbara.

« Mais je ne serai pas tout seul sur ce numéro. »

Son sourire passa du stade malicieux à ce sourire tout simplement sincère et rempli d'affection alors qu'il déposa les bras sur chacun des accoudoirs du fauteuil roulant, s'agenouillant devant la fille responsable de son rythme cardiaque élevé. Ses yeux se perdirent profondément dans les orbes émeraude de la demoiselle, partageant bien mieux qu'avec des mots à l'intéressée tout l'amour qu'il pouvait partager. Dick se racla timidement la gorge, pas encore certain de comment expliquer son plan à la jeune femme, et encore moins de comment son idée allait être accueillie. Le premier fils de Wayne avait cette habitude de toujours foncer tête baissée, sans jamais prévoir de discours à l'avance. Une fois le moment venu, il improvisait, une immense confiance en lui et des sourires charmeurs pour endormir la vigilence de son auditorat. C'était comme ça qu'il fonctionnait. Mais à ce moment il avait cette curieuse sensation que, parfois, anticiper certains dialogues n'aurait rien de mal tout compte fait. Parce que cette fois, un simple you can take the boy out of the circus, but you can't take the circus out of the boy ne suffirait pas.

« Je... », il avala sa salive avant le grand saut. « Je vais te prouver que ce n'est pas en coupant les ailes d'un oiseau qu'on l'empêche de voler. Aujourd'hui, je vais te rappeler comment voltiger. Et ce sera juste nous deux. »

Son visage s'illumina avec ses mots, impatient de monter sur ces passerelles aux côtés de la personne qu'il aimait, tendant une main à la demoiselle comme une invitation à le suivre – ou à se laisser porter.

Dick savait comment se sentait Barbara. Depuis que le Joker lui avait retiré l'une des facultés les plus précieuses pour les personnes comme eux, elle n'était jamais sortie de son fauteuil, s'enfonçant chaque jour encore un peu plus dans la certitude d'être devenue un poids mort, inutile et encombrante. Et pour cause, on ne lui en avait jamais réellement donné l'occasion. Mais son homme, il savait que c'était faux, qu'elle n'avait pas à rester éternellement assise dans ce fichus siège qui roule. Alors le dernier des Graysons Volants avait entreprit de lui ouvrir les yeux en lui permettant de ressentir le vent sur son visage une nouvelle fois, comme enfants, alors qu'ils faisaient la course entre les immeubles de Gotham à l'heure où tous les gamins de leur âge dormaient à poings fermés. Barbara, elle avait toujours eu la gymnastique dans son sang, et Dick voulait la lui rendre. Ici et maintenant.

Quelques minutes plus tard et voilà que nos deux tourtereaux se trouvaient en haut de la grande échelle, prêts à s'élancer sur les trapèzes solidement fixés au chapiteau. Les jambes de Barbara avaient été solidement fixées avec la bande de tissus afin de faciliter ses mouvements, tandis que le bras protecteur de Dick passait sur sa anche comme une ligne de vie sur laquelle on peut compter. Bientôt les voilà qui tombaient dans le vide, s'appuyant l'un sur l'autre pour passer d'une barre à l'autre et virevoltaient comme les deux prodiges de la voltige qu'ils étaient. Vu de l'extérieur, on aurait juré que la jeune femme n'avait aucun handicap physique, en particulier lorsqu'elle s'aventura d'elle même sur le trapèze suivant, sous l’œil fier de son compagnon.

Tout en bas, délicatement déposé par le brun - qui avait déjà tout planifié - sur le fauteuil de la rouquine avant le début de leurs ébats, un écrin renfermant un diamant attendait avec impatience la fin de cette petite cession acrobatique pour passer à la seconde surprise...

__________

Circus boy.


ω We're not defined by our tragedies or our turning points. We're defined by the choices we make in the face of them. We're defined by how we choose to react to being challenged.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
Membre de LOD
Messages : 162 Age du joueur : 23 Crédits : wild heart (vava) tiny heart (signa) Batarangs : 1420

Feuille de personnage
Nom de Code: anciennement batgirl, prochainement oracle.
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Lun 6 Aoû - 4:46





dick grayson & barbara gordon - she said "where'd you wanna go? how much you wanna risk? i'm not looking for somebody with some superhuman gift, some superhero. some fairy tale bliss, just something i can turn to, somebody i can kiss. i wqnt something just like this."
it's together, or not at all.
Autant l'avouer, elle était pas sure de comprendre exactement de quoi il en ressortant. La rouquine était plus ou moins perdues, ignorant de quoi il pouvait vraiment s'agir, alors elle ne se plaint pas vraiment lorsqu'il lui demandait de l'attendre. De toute manière avait-elle vraiment le choix ? Alors elle se mit à observer les alentours, désireuse d'utiliser ses aptitudes de détective pour tenter de deviner exactement de quoi il s'agissait.

Un froncement de sourcil lorsqu'il revint vers elle, et son regard devint soudainement perdu. Elle était pas sûre Babs, parce qu'elle savait même pas si elle était en mesure de faire tout ça. Elle connaissait plus son corps dont elle avait découvert les capacités du haut de ses dix sept ans, tandis qu'elle commençait à peine à vagabonder sur les toits constamment sous l'aile de Batman. « Dick je ... » commençait-elle, incapable de savoir quoi dire tandis qu'il se penchait en avant, plongeant son regard clair dans ses yeux à elle. Et ses explications la laissaient sceptique. Touchée mais sceptique. Parce qu'elle savait pas comment faire, et elle avait beau lui faire une confiance aveuglante, elle pouvait pas s'empêcher de craindre le fardeau que représentait aujourd'hui ses jambes. Mais elle allait pas l'abandonner, pas après qu'il ait prévu tout ça. Elle acquiesçait en lui offrant un petit sourire pas nécessairement rassuré. « Okay. » Elle détestait tellement cette situation. Elle la haïssait même. Elle s'y faisait, mais elle voyait comment on la regardait, comment Kory s'était sentie obligée d'agir lorsqu'elle l'avait vu dans ce fauteuil, comment les gens se sentaient désolé, constamment obligé de lui rappeler la situation dans laquelle elle était. Elle s'adaptait, et elle allait mieux, Leslie étant d'une aide inimaginable. Pourtant, elle continuait de se sentir prisonnière de son propre corps, et c'était infernal pour elle, ancienne Batgirl qui flirtait avec l'illégalité pour rendre la justice à Gotham. Parce que si son père n'avait pas autorisé et défendue la présence de Batman à l'origine, ils en seraient pas là.

Elle s'était empressée de se changer, troquant ce jean et son chemisier pour cette tenue là que Dick lui avait spécialement dégoté. Autant l'avouer, elle en restait légèrement mal, même si Dick l'avait déjà vu dans tout ses états. C'est juste que ses jambes restaient … étaient devenue un complexe évident. Ca mais c'était sans compter sur la cicatrice qui parcourait pratiquement son dos entier suite aux nombreuses opérations pour tenter avant tout de lui sauver la vie, et ensuite de fixer sa colonne vertébrale. Alors autant l'avouer, les médecins avaient fait un assez bon travail pour lui permettre de pouvoir se tenir droite. Enfin, probablement n'aurait-elle pas survécu si jamais ils avaient pas réussi à lui foutre cette barre de fer entre les vertèbres.
Elle se rend pas spécialement compte Barbara, tandis qu'à l'instant où ce costume est enfilé, ses jambes sont attachées, les choses s'accélère et qu'elle se retrouve au dessus de cette plateforme, tout sauf certaine. Autant le dire, si Barbara était une fille qui jouait la sécurité, elle aurait jamais été dans le costume de Batgirl, donc le danger, ça la connaissait. Mais en perdant ses jambes, elle avait aussi tellement perdu en confiance en elle, et en assurance. Elle osait pas avouer qu'elle était effrayée, même si elle savait que Dick ne la laisserait jamais tombée. Puis en vérité, elle était jamais monté sur un trapèze non plus, c'était son truc à lui. Ils avaient chacun leurs propres marques. Quand Barbara se battait, on lui avait tellement dit qu'elle ressemblait à une ballerine, parce qu'elle avait des années de classique derrière elle, datant de son enfance. De l'expérience en gym, également et ça, ça se voyait plus dans ses déplacements. Dick, lui avait clairement la posture d'un garçon du cirque, et à chaque fois qu'elle l'avait vu se déplacer sur les toits, elle avait bien remarqué que ça se voyait, dans sa manière de bouger que ça l'avait jamais vraiment quitté.
Alors qu'elle est là, au sommet, voyant la totalité de l'emplacement depuis le perchoir, elle fronce les sourcils. « T'es sûre que c'est une bonne idée ? » demande-t-elle, pas vraiment rassurée. Pourtant, elle commence à sentir le sang pulser dans ses veines, son rythme cardiaque s'accélérer. Et pendant quelques secondes, elle se revoyait, sur les toits de Gotham, sur ces rebords. La voix d'Alfred lui signalant d'un crime dans son secteur. Cette exacte même sensation qui parcourait son corps tandis qu'elle s'apprêtait à se laisser tomber dans le vide, la cape en unique moyen de contrôler sa chute. Les circonstances étaient différentes. Les sensations exactement les mêmes.

Alors, elle lui fait confiance. Totalement confiance. Et elle se laisse guider.
Elle prend vite les mouvements. C'est pas nouveau de toute manière, elle n'a aucune difficulté à apprendre et mémoriser, alors elle se contente de se laisser guider par Dick ou d'imiter ce qu'il fait. Forcément, elle, elle a pas grandit là dedans, elle, elle a jamais fait ça, alors c'est moins gracieux, probablement plus maladroit et surtout, elle sent le poids que forme ses jambes. Mais bien vite, elle s'adapte à la situation, adaptant simplement le tout pour être le plus à l'aise.
Et bordel, ça lui fait un bien fou à la rouquine, de sentir de nouveau l'air fouetter son visage, d'avoir l'impression, cette même impression qu'avec le costume que pour l'espace d'un instant, aussi futile soit-il, le temps s'arrête et que le monde est à vos pieds. Elle se souvenait de ce que ça fait, et pendant un autre instant, elle se demande pourquoi elle a stoppé. Parce que maintenant qu'elle peut plus marcher ouais, ça fait lui manque, et ouais, ça fait presque mal. Et si elle avait pas ranger le costume, peut-être que cette nuit là, elle aurait été à faire ce qu'elle savait faire de mieux, à combattre, encore, ce crime et peut-être aurait-elle pu ne pas finir dans cet état. Quoi que. C'est probablement son père qui aurait fini dans cette situation si jamais. Quoi que. Il avait l'habitude de se défoncer au travail, et les seules fois où il ne traînait pas trop tard au commissariat, c'était justement quand Barbara et lui avaient des trucs de prévus. A l'époque. Maintenant qu'elle vivait chez lui, il se libérait le plus tôt possible.

De longues minutes, des aller-retour, la sensation de liberté tandis que pour la première fois depuis prêt de plusieurs mois, elle quittait enfin cette chaise dans laquelle elle passait ses journées. Et finalement, la voilà qui arrive de nouveau sur cette même plateforme par laquelle ils ont débuté. Un sourire sur ses lèvres tandis que ses jambes traînent dans le vide, et qu'elle attend que son petit ami la rejoigne. Et une fois qu'il est à côté d'elle, elle lui offre le sourire le plus sincère qu'elle peut avoir en réserve. « Merci. » se contente-t-elle de dire en plongeant ses yeux vert dans les siens. « Et c'est drôle que t'ai prévu ça parce que .. j'ai fait un rêve l'autre jour. Ca changeait de d'habitude. C'était pas un cauchemar ou quoi que ça soit, j'étais juste .. probablement de retour quelques mois en arrière quand je portais encore les couleurs de Batgirl et quand j'me suis réveillée, j'me suis souvenue de ce que ça faisait. De pourquoi, du haut de mes dix sept ans, j'ai simplement insisté pour vous rejoindre. J'me suis souvenue de pourquoi on faisait ça, pour qui on le faisait. Du symbole qu'on représente, que je représentais et que Cass représente aujourd'hui. J'ai beau savoir qu'on défendait la justice avec l'éternelle règle de pas devoir tuer qui que ça soit, j'étais obsédée par l'idée de tuer le Joker. Je rêvais, continuellement qu'avec ce même costume je faisais ce qu'aucun d'entre nous n'avions osé faire. Et pour une fois, j'ai juste … rêvé de ce que je faisais habituellement. Et je revoyais le soulagement dans les yeux des individus que j'empêchais de se faire tuer, des otages que je libérais. Je le veux toujours mort, et j'estime que y a que comme ça qu'on pourra l'arrêter. Au point que je vous en ai presque voulu de pas finir le travail avec lui. Mais c'était ridicule. Parce que j'avais oublié ce que ça faisait et j'avais surtout oublié pourquoi on faisait ça. » Elle détourne le regard, se mettant à observer un point dans le vide tandis qu'elle glisse une main dans ses cheveux pour faire venir glisser sa mèche derrière son oreille. « Merci de m'avoir permise de me souvenir des sensations que ça faisait. J'en viens presque à me demander pourquoi j'ai tout lâché. Parce que j'adorais ça. Je crois que j'en étais arrivé à un moment ou j'avais besoin de faire une distinction entre la gamine de dix sept ans qui a mit le costume pour la première fois et la demoiselle de vingt cinq qui doit prendre sa vie en main. » Elle ferme les yeux l'espace de quelques secondes. « Et ça me manque tellement. » Elle redresse de nouveau ses yeux vert vers le brun, lui souriant de nouveau légèrement. « Alors merci. Je sais même pas comment te remercier autre que par ces mots mais t'as même pas idée comme je les pense. Je … merci. Juste merci. Et merci d'être là, et d'être resté alors que je t'avais demandé de partir. Parce que j'aurais pas pu y arriver sans toi. »

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t127-barbara-you-can-throw-me-to-the-wolves-tomorrow-i-will-come-back-leader-of-the-whole-pack http://legendsofdc.creationforum.net/t155-adventure-of-a-lifetime-babs http://legendsofdc.creationforum.net/t154-babs-you-run-on-gasoline
avatar
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON
Messages : 2219 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 5560

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Deadshot | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Dim 12 Aoû - 22:44



It's together or not at all.


Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après. — William Wordsworth.









Barbara Gordon & Dick Grayson


Haly's Circus
Gotham City
Amoureux

906 mots
Il n'existe aucun sentiment comparable à celui de voir le bonheur à l'état pur dans les yeux de sa moitié, tout en se sachant responsable ; de sentir la gratitude dans sa voix fragile, dans son langage corporel. A part peut-être le fait de prendre cette personne dans ses bras et de ressentir sa proximité, deux cœurs battant à l'unisson comme s'ils avaient toujours été programmés pour s'accorder.

Assis en haut de cette immense passerelle, Dick écoutait les douces paroles de la rouquine sans jamais la couper, un bras protecteur et affectif reposant sur son épaule de porcelaine. Ses mots, ils sonnaient comme une douce mélodie au creux de son oreille, si tant est que l'on oubliait la partie concernant le clown. Mais le dernier des Flying Graysons n'avait pas spécialement envie d'argumenter sur la décision du droit de vie ou de mort que s’octroyaient certaines personnes, pas à cet instant, pas lorsque tout était aussi parfait. Alors il laissa la tête de Barbara s'enfoncer davantage sur sa clavicule et le parfum fruité de son shampoing remonter dans ses narines, profitant tout simplement de l'étreinte.

« Tu sais que je serai toujours là, Babs. Je te l'ai dit, j'te lâcherai pas. Jamais. »

Un terme typique de trapéziste, milieu dans lequel (au niveau du garçon) lâcher le poignet de son partenaire lui promettait une mort certaine ; tandis que sentir une main puissante se refermer autour de son articulation était la garantie que tout irait bien. Dick employait régulièrement cette image.

Ils restèrent ainsi nichés dans les bras l'un de l'autre encore quelques minutes, profitant tout simplement de cet instant de répit tant mérité ; ces petites miettes de pur bonheur qui leur était parfois donné de récolter. Tout en haut de ce poteau ce fut comme si plus rien ne pouvait les atteindre, que le temps s'était arrêté autour de leur bulle chaleureuse et impénétrable.

Dick aida finalement la demoiselle à redescendre sur la terre ferme, libérant ses jambes de la bande de tissus bleutée qui les empêchait de vaquer à leurs propres occupations. Barbara était confortablement assise sur une chaise au pied du perchoir quand le garçon revint avec son fauteuil roulant, l'écrin en velours carré toujours aussi délicatement posé au beau milieu du siège, impossible à rater. Le sourire du brun s'accentua.

« J'ai essayé d'écrire quelque chose mais... », il illustra les non dits par une légère grimace. Dick, il n'était pas comme les autres membres de sa famille, ce n'était pas un scripte. C'était un parleur.

« Je me suis dit que j'allais faire ce que je fais de mieux, improviser. De toute manière je sais que tu n'aimes pas les discours. »

Tout aussi excité qu'anxieux, l'alter ego de Nightwing passa une main maladroite dans sa nuque et se racla la gorge, quelque chose de mignon découlant de sa légère gêne. En vérité, pas même Wally n'était au courant que Dick projetait de demander la main de Barbara, encore moins que ce serait ce jour-là. Il avait voulu que la rouquine soit la première au courant pour conserver l'authenticité et la magie de cet instant, parce qu'après tout, c’était leur petit bonheur à eux deux. Grayson n'avait jamais été du genre à placarder sa vie, ses amis et ses amours sur les réseaux sociaux ou dans la presse : en cherchant bien on pouvait trouver quelques images qu'il aurait publiées, naturellement, mais particulièrement parce qu'il était une personnalité publique à Gotham City il refusait que d'autres ne vivent sa vie par procuration. Il n'avait pas besoin de poster des statuts pour se convaincre de la sincérité de ses relations sociales. Cette histoire, leur histoire, elle ne les concernaient que tous les deux avant le reste.

« Entre nous ça a toujours été compliqué, je ne compte même plus le nombre de choses qui nous ont séparés... Mais ce qui importe, c'est qu'on se soit toujours retrouvés à la fin. Et, je sais que je ne suis pas le meilleur homme sur terre pour exprimer mes sentiments, mais aujourd'hui je me rends compte que rien dans ma vie n'est plus clair que la manière dont je t'aime et dont j'aimerais vieillir à tes côtés. »

Dick marqua une légère pause, faisant tournoyer le petit boîtier carré entre ses doigts agiles. Le regard songeur et profondément ancré sur celui-ci, ce fut comme s'il s'agissait là de sa source d'inspiration.

Il hocha les épaules innocemment avant de relever les yeux vers Barbara, tentant de déceler dans son regard quelle serait sa réaction.

« Je sais que ça peut te sembler précipité, mais je dois aussi admettre que ta déclaration de presse bidon sur nos fiançailles m'a fait réfléchir et... »

Un sourire en coin, une mèche brune et farouche passant devant ses yeux, le jeune homme posa finalement un genoux à terre devant sa chérie puis ouvrit enfin cet écrin bordeaux qu'il tenait entre ses doigts.

« Barbara Gordon, acceptes-tu de me supporter pour les années à venir – aussi peu soient-elles vu que ton père n'est pas au courant ? Dans la richesse comme dans la pauvreté et tout ce qui s'en suit ? »

__________

Circus boy.


ω We're not defined by our tragedies or our turning points. We're defined by the choices we make in the face of them. We're defined by how we choose to react to being challenged.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
Membre de LOD
Messages : 162 Age du joueur : 23 Crédits : wild heart (vava) tiny heart (signa) Batarangs : 1420

Feuille de personnage
Nom de Code: anciennement batgirl, prochainement oracle.
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Jeu 16 Aoû - 20:28



   

   
dick grayson & barbara gordon - she said "where'd you wanna go? how much you wanna risk? i'm not looking for somebody with some superhuman gift, some superhero. some fairy tale bliss, just something i can turn to, somebody i can kiss. i wqnt something just like this."
it's together, or not at all.
Un sourire qui naît au coin des lèvres de la rouquine tandis qu'elle l'observe, de ses prunelles émeraudes. « Je sais. » fini-t-elle par dire. Et pour la première fois depuis peut-être trop longtemps, elle le pense. Non pas qu'elle avait pas confiance au brun, au contraire. A vrai dire, elle lui faisait confiance de manière aveuglante et lui confier sa vie, elle le ferait sans hésiter. Mais elle avait eu peur, surtout après cette agression. Elle avait simplement peur, qu'il se sente obligé de rester avec elle et non plus par réellement affection. Mais il n'était pas parti, et elle le connaissait trop bien pour savoir que si pour elle, énormément de choses avaient changé, à ses yeux à lui, rien n'avait changé. Et elle lui était tellement reconnaissante pour ça bordel, parce qu'il était la seule personne à ne pas la regarder avec ce regard là, celui que tout le monde à part lui et son père avait. Ce regard qui démontrait bien qu'en général, on était triste pour elle, ou la curiosité malsaine apparaissait dans le regard de ses individus, pour ceux ignorant l'histoire de la belle. Oui, elle savait, qu'il l'a lâcherait pas. Et c'est l'une des raisons pour lesquelles elle lui devait absolument tout. Dont la vie, pour tout dire.

Puis finalement, quelques minutes après, elle était là, assise au pieds du perchoir tandis qu'elle attendait que le brun ramène son fauteuil. Elle détestait ne pas pouvoir faire les choses toute seules, mais à vrai dire, elle avait pas vraiment le choix dans la situation actuelle, étant donné que sauf si il la portait, elle ne pouvait pas rejoindre son fauteuil. Alors, elle attendait, tandis qu'elle glissait une main dans ses cheveux pour les remettre en arrière.

Et alors qu'il stoppe le fauteuil à quelques centimètres d'elle, sa curiosité est instantanément attiré par cette petite boite qui est là, sur le siège sur lequel elle est normalement assise. Elle comprend pas vraiment pour le coup, et son incompréhension se traduit par ce sourire qui disparaît de son visage dû au manque éternel d'information. Et même si il commence à éclaircir la situation, ses neurones refusent de se connecter, de lui offrir des informations claires sur la situation, comme si elle n'arrivait définitivement pas à comprendre alors que c'était simple. Peut-être trop simple, justement. Mais elle assimilait pas.
Pourtant, un petit rire nerveux s'échappe d'entre ses lèvres lorsqu'il fait référence à cette histoire de fiançailles bidons. Ouais, elle avait merdé et aujourd'hui la presse en avait profité pour faire d'eux parmi les couples les plus typiques de Gotham, bien qu'en soit tout n'avait été que mensonge car elle avait paniqué en voyant l'ex fiancée du brun. Si elle s'était toujours sentie menacée par Kory, le fait qu'elle soit en fauteuil n'arrangeait en rien les choses et elle s'était sentie obligée de dire ça. Puis de toute manière, elle était tellement peu préparé pour passer devant les caméras, son père avait insisté. Mais si elle avait pu, elle serait probablement resté chez elle ce soir là.

Et les secondes qui s'écoulent se déroulent rapidement, au point qu'elle réalise pas. Parce qu'il met un genoux à terre, qu'il ouvre cette boîte et qu'elle voit cette bague qui trône là, presque n'attendant qu'à être autour du doigt de la rouquine. C'était comme si d'un seul coup, le temps se stoppait, tandis qu'elle observait cet objet si simpliste. Son rythme cardiaque accélère tandis qu'elle réalise pas, ne pouvant pas quitter son regard de l'anneau. Y a cette boule, dans son estomac qui se créer, une boule qui en dit beaucoup sur son ressenti à l'instant présent. Puis elle sent son nez, qui pique légèrement tandis que sans qu'elle puisse avoir un contrôle quelconque dessus, y a les larmes qui commencent à couler sur son visage. Des larmes de joies. Et y a bien longtemps maintenant qu'elle n'a pas pleuré de joie, qu'elle ne s'est pas sentie aussi heureuse au point de verser quelques larmes. Jusqu'à cet instant là.
Elle redresse son regard vert vers le brun tandis qu'elle l'observe, quelques secondes de plus durant lesquelles elle n'a fourni aucune réponse. Puis elle pouffe légèrement tandis qu'elle vint mettre sa main devant sa bouche, comme pour tenter de retenir les spasmes de joie. Elle l'observe, ce sourire qui s'esquisse sur ses lèvres tandis qu'elle hausse les épaules. « Si ces histoires de réincarnations sont vraies, il n'y a rien de plus qui me ferait plus plaisir, que ça soit dans cette vie ou dans une autre. » fini-t-elle par dire simplement. Puis elle acquiesce d'un signe de tête, simplement. « Oui. » se contente-t-elle de répondre enfin ouvertement à la question, tandis qu'une fois encore les larmes coulent d'elles même sur son visage.
Puis elle attend, quelques secondes encore, juste le temps qu'il fasse glisser cette bague sur son annulaire gauche tandis qu'elle reste là, à observer quelques secondes cette bague qui habille désormais sa main. Et elle fini par venir enrouler ses bras autour de son cou tandis qu'elle vient nicher sa tête dans son cou pendant quelques secondes. Puis finalement, elle finie par, tout en gardant ses bras autour de son cou, venir coller son nez contre celui du brun, toute souriante, tandis qu'elle vient plonger son regard dans les yeux clairs de celui qui lui fait tourner la tête depuis peut-être un peu trop longtemps. « Je t'aime Grayson. » fini-t-elle par lui dire simplement, d'une légèreté qui en dit beaucoup. Parce qu'elle est bien Barbara, trop bien, et que pour le coup, y a qu'eux. Eux deux contre le reste du monde, et qu'elle, ça lui va tout particulièrement.

CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t127-barbara-you-can-throw-me-to-the-wolves-tomorrow-i-will-come-back-leader-of-the-whole-pack http://legendsofdc.creationforum.net/t155-adventure-of-a-lifetime-babs http://legendsofdc.creationforum.net/t154-babs-you-run-on-gasoline
avatar
ADMIN ❖ FLYING GRAYSON
Messages : 2219 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 5560

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Deadshot | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    Mer 26 Sep - 14:12



It's together or not at all.


Bien que l'éclat qui était autrefois si brillant, se soit évanoui à jamais, bien que rien ne puisse ramener l'heure de cette splendeur dans l'herbe, de cette gloire dans la fleur, n'ayons point d'affliction mais cherchons plutôt la force dans ce qui reste après. — William Wordsworth.









Barbara Gordon & Dick Grayson


Haly's Circus
Gotham City
Amoureux

711 mots
D’abord, Dick ne pouvait pas deviner le tourbillon d’émotions qui faisait rage dans l’esprit de la rouquine, incapable de déchiffrer ce visage tout simplement inexpressif dont la mâchoire ne faisait que bouger dans des mouvements saccadés et répétitifs d’ouverture et de fermeture. Une vague de panique le submergea à la pensée d’un éventuel rejet de sa demande : était-ce trop prématuré pour Barbara ? Avait-il été trop niais ? Autant de doutes qui faisaient amèrement remonter la bile dans sa gorge. Pourtant il ne se laissa pas abattre par ce manque cruel d’informations : chacune des cellules de son corps savaient que sa proposition était tout sauf une erreur – c’était ce qu’il voulait réellement. Il espérait simplement que le sentiment était partagé — et bien il aurait vraiment l’air fin dans le cas échéant.

Ce fut ensuite la compréhension, l’euphorie et le bonheur à l’état pur. Grayson lâcha un souffle qu’il ne savait pas même contenir alors que son sourire s’étira d’une oreille à l’autre. Le mot fut prononcé, fendant l’air comme une délicieuse symphonie dans les oreilles du garçon ; trois simples petites lettres qui changeraient pourtant le cours de deux vies : « oui ». C’est le palpitant soudainement emballé que le jeune homme fraîchement fiancé fit glisser l’anneau à l’index tremblotant gauche de Barbara, s’ajustant parfaitement à sa main — comme si le bijoux avait été façonné pour elle. Ce qui était le cas.

Tout ça était bien trop nouveau pour Grayson, il nageait en plein territoire inconnu. Il y avait bien eu Kory avant, mais leurs fiançailles n’avaient pas bien duré et, à défaut de rendre la chose plus facile, cela ne faisait qu’ajouter à son malaise. L’alter ego de Nightwing avait du mal avec un tel engagement, il ne pouvait plus compter le nombre de filles qu’il avait abandonnées au risque simple de voir ses relations devenir soudainement sérieuses. Il avait peur, peur d’entraîner des innocents dans cette vie, peur de ne plus avoir le choix. Peur d’être utilisé comme ce fut le cas avec Liu et d’en souffrir — encore. Mais tout était nouveaux avec Babs, elle avait fait naître l’amour dans son cœur pour commencer et il lui faisait entièrement confiance. Barbara, il pourrait la suivre jusqu’au fin fond de l’enfer.

Un parfum fruité vint caresser les narines du justicier alors que la jeune femme nicha sa tête dans son cou et que sa douce respiration effleura comme un voile de soie la peau de son épaule. Dick déposa affectueusement une main sur son omoplate et la seconde sur sa anche, profitant de la chaleur de l’étreinte — rare moment de bonheur volé qu’il pouvait se permettre. Leur lèvres se rencontrèrent pour sceller le pacte qu’ils venaient de passer et le brun laissa glisser ses doigts dans la longue chevelure rousse de celle qui chaque jour lui permettait de tenir le coup.

« Je t’aime. » sonna sa déclaration, le plus naturellement du monde.

Comme toutes les meilleures choses ont une fin, les deux jeunes adultes finirent par se séparer — si l’on omettait la main parée d’une bague, encore captive dans l’emprise protectrice de Grayson. Ce dernier passa une main timide dans sa nuque, symbole typique de sa gêne.

« Heu… Par contre maintenant il va falloir meubler. », souffla-t-il en riant innocemment.

Non, la romance n’était pas vraiment son domaine de prédilection : il pouvait combattre Bane à mains nues sans broncher, tomber du haut d’un immeuble sans la moindre crainte ou encore sauter dans un bâtiment en feu sans aucune hésitation ; mais pour prononcer quelques mots peluches il n’était pas totalement serein. M’enfin, il ne devait probablement pas s’en plaindre, il était sans aucun doute dans sa fratrie le plus évolué socialement à ce niveau. Tim sans alcool rencontrait quelques petits problèmes de sociabilité en général, mais alors du point de vue romantisme Jason et Damian étaient une toute autre histoire, quelque chose qu’il valait mieux ne pas imaginer.

« Désolé, la troisième surprise attendra ce soir. », il chuchota malicieusement alors que leurs fronts s’effleurèrent une nouvelle fois. Dick sourit, aguicheur. Cependant l’attente serait longue : la journée ne faisait que commencer et le jeune couple comptait bien profiter de cette sortie au cirque, main dans la main comme deux amants ordinaires et heureux…

__________

Circus boy.


ω We're not defined by our tragedies or our turning points. We're defined by the choices we make in the face of them. We're defined by how we choose to react to being challenged.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://legendsofdc.creationforum.net/t988-arcs-narratifs-de-dick-grayson http://lstwizzle.tumblr.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: it's together, or not at all. (dick&babs.)    

Revenir en haut Aller en bas
 
it's together, or not at all. (dick&babs.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petitou de Dick Laan
» La (petite) collection du Dick.
» Dick Philip K. - Blade Runner / Les Androïdes rêvent-ils de Moutons Electriques?
» (coll°) Dick Cartter, le roi des détectives (ed° Prima)
» Dick Rivers - Baby John

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: La Ville-
Sauter vers: