Partagez | 
 

 Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 19 Fév - 23:41


Dangers and meetings under the rain.


En voyant le ciel aussi clair, ce matin, tu n’aurais pas cru qu’il allait pleuvoir. Tu avais passé la journée dehors, jonglant entre tes petits jobs avant de te rendre au tout dernier : tu faisais le tour du soir, trois fois par semaine, dans un bar-restaurant qui se trouvait à vingt minutes de chez toi. Tu aimais bien cet endroit, la propriétaire était très attentionnée, compréhensive et payait bien. C’était un peu rétro et plutôt chic, avec un petit scénario où on jouait de la musique en live après 22h. Certes, c’était fréquenté par toute sortes de personnes, mais il n’y avait que rarement des embrouilles. Tu y jouais assez souvent, même si tu étais principalement payée pour aider en salle, servir les clients, débarrasser et nettoyer les tables, etc.

D’habitude, tu partais vers 1h du matin mais, puisqu’il y avait pas mal de gens, on t’avait demandé de faire des heures supp’. Bien entendu, puisque tu n’avais pas pris de parapluie, tu avais accepté. Après tout, tu ne pouvais pas rentrer chez toi avec l’averse et tu ne pouvais pas demander à quelqu’un de te déposer ; tu ne pouvais qu’attendre que la pluie cesse et/ou que les clients partent. Ainsi, tu avais mangé sur place et fait quelques pauses extra, pendant lesquelles tu te plaisais à chanter sur scène avec le groupe qui s’y jouait. C’étaient des jeunots qui n’étaient pas bien connus, mais ils aimaient ce qu’ils faisaient. Ils ne pouvaient pas encore vivre de leur talent, mais tu avais le sentiment qu’ils allaient y arriver, tôt ou tard. Ils touchaient à pas mal de genres puisque chacun des membres avait ses préférences et, pourtant, ils fonctionnaient merveilleusement ensemble. Ils adoraient ta voix, alors, ce n’était pas rare qu’ils te fassent signe quand ils devaient jouer quelque part et que tu étais libre. Vous n’étiez pas amis mais… c’était ce qui s’en rapprochait le plus.

En fait, tu n’en avais pas eu depuis longtemps, des amis – humains, du moins.
Tu avais une grande affinité avec les animaux, tu les attirais et passais presque autant de temps auprès d’eux qu’auprès des citoyens. C’est en pensant à tes petits coupains poilus, plumeux et écailleux que tu t’assis au comptoir dès que le restaurant et le bar se vida un peu. Le groupe venait tout juste de partir, tout comme le dernier bus qui passait par le quartier : tu allais devoir rentrer à pied et la pluie ne semblait pas vouloir cesser.

Poussant un léger soupir, tu croisas les bras sur le comptoir avant de poser ta tête sur tes avant-bras. Actuellement, on n’avait pas vraiment besoin de toi mais, quand tout le monde aura fini ses consommations et que le reste de la clientèle aura quitté les lieux, si. La copine de la patronne, une barmaid rousse ayant la trentaine, avait tenté de te parler à plusieurs reprises. Même si tu étais comme d’habitude, on voyait que quelque chose t’inquiétait dès qu’on croisait ton regard. Tes yeux se rivaient souvent vers les grandes vitres qui encadraient l’entrée et c’est ceci qui lui avait mis la puce à l’oreille. Séchant un verre, elle s’approcha de toi et t’adressa un sourire – tu semblais distraite.

Bichette, quelque chose ne va pas ? Tu attends quelqu’un qui t’a posé un lapin ?

L’air distrait, tu secouas un peu la tête, frottant pratiquement ta joue contre tes avant bras.
Non, tu n’attendais personne, mais tu attendais bel et bien quelque chose.

C’est juste qu’il pleut… beaucoup.

Il y eut un court silence entre vous.
Elle regarda dehors, posa son verre et en reprit un autre.

Oh ? Alors, tu n’aimes pas la pluie, c’est ça ? Tu es à Gotham depuis un moment et tu ne t’y es pas encore habituée ? lança-t-elle, gloussant. Si tu habites loin, Glenda et moi pouvons te déposer. Tu nous rends service, on te doit bien ça.

Si, tu adorais la pluie.
Mais pas quand tu étais en ville…
Surtout, si tu n’avais pas ton parapluie à portée de main.

On savait que tu habitais ici depuis des années mais… même si ça faisait des mois que tu travaillais avec elles, elles ne savaient pas plus à ton égard que les gens qui pensaient te connaître depuis que vous êtes arrivés à Gotham. S’il ne pleuvait plus aussi fort, c’était quand même suffisant pour supposer un souci pour toi. Tu aurais aimé accepter la proposition sans y réfléchir deux fois, mais tu ne voulais pas t'imposer ou les gêner. De plus, tu n’eus pas le temps d’y répondre : un nouveau client entra, attirant l’attention de la barmaid.

Bonsoir et bienvenu au Owl'Blues ! fit-elle, avec entrain. Comptoir ou table, monsieur ? Sur comptoir, bibi s’en occupe et, sur table, c’est cette demoiselle qui s’occupera de vous. termina-t-elle, te désignant d’un petit signe de tête.

Tu te redressas un peu sur ton tabouret, par politesse.
Un mince sourire, doux comme d’habitude, étira tes lèvres.

Bonsoir. soufflas-tu, te montrant accueillante mais calme, comparée à ta collègue.

Que ce soit toi, cet homme ou quiconque qui était encore dans le commerce étiez loin de vous douter que la soirée n’allait pas se passer sans accrocs… pas ce soir. Le Destin en avait décidé autrement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mar 20 Fév - 13:06

Dangers and meetings under the rain

Finalement, j’avais décidé de prendre un moment pour moi. Mon dernier voyage au Kahndaq fut des plus éprouvant, tant sur le plan physique que mental. Oui, j’avais exploré une des tombes les plus dangereuses au monde, percer le secret d’un des plus grands mythes égyptiens, sauver notre planète et le système solaire, voire plus, me suis fait une vraie amie et rentrer chez moi, à Métropolis avec des trésors archéologique. Mais suit à de terribles révélations dans la pyramide sous-souterraine, je me sentais quelque peu déstabiliser. Normal quoi. Alors, une fois pauser, je me suis dit que je pourrais prendre des vacances. Pas du genre où je partais encore à l’aventure, mais où se serait plus calme. Visiter quelques villes, me promener dans des parcs et des musées, méditer sur moi-même. Souffler quoi.

Ironiquement, mes pas m’avaient guidé jusqu’à Gotham City. Comme endroit où se détendre, il y avait mieux. Mais j’étais curieux de voir comment la ville, avait évolué depuis ma dernière visite. J’aimerais parler des zones de verdures et des gens joyeux tout plein, mais l’endroit restait tout de même malfamé, et me trouvais un hôtel correct où je ne risquais pas de me faire agresser en sortant n’était pas évident. Mais j’y suis arrivé. Le premier jour, j’avais fréquenté quelques boutiques et une bibliothèque. Des lieux calmes où je pouvais étudier, sans avoir à sauter dans tous les sens comme à mon habitude. La nuit qui suivait, j’eus du mal à dormir. Mon esprit, bien que je cherchasse à le détendre, était tourmenter, me remontrant mon père complétement dément, accompagné d’un monstre recouvrant le ciel. J’en venais à me réveiller en sursaut, complétement déboussoler.

"Il n'est qu'une heure du mat... Bon sang."

Me massant le visage, je tentais de me rendormir, mais impossible. Ces visions d’horreur m’avaient fermé les portes du royaume du sommeil. Allant alors me rhabiller, je me disais qu’une petite promenade nocturne, l’air frais, d’une ville corrompue et polluée, pourrait me faire du bien. Jean épais pour la saison, grosse veste sur le dos et boots, je sortais de ma chambre fermant derrière moi. Je ne savais pas quand la ville était la plus lugubre, de jour comme de nuit, elle donnait la chair de poule. Pas étonnant que Batman se soit installé ici. Mais je me demandais comment son coéquipier, Nightwing allait. Au moins lui, il était plus vivant que cet endroit.

En chemin, je passais devant des enseignes fermées, donner quelques dollars à des sans-abris, lut des affiches… Jusqu’à ce que j’arrive devant ce bar, encore ouvert. Le «Owl'Blues ». Avec une mignonne chouette sur une partition. Euh non, c’était un hibou pardons. Mais très jolie. Mais comme le froid commençait à me mordre, je me laissais tenter par le charme de l’établissement, poussant la porte pour découvrir l’intérieur. On sentait nette la différence de température.

"Bonsoir et bienvenu au Owl'Blues ! Comptoir ou table, monsieur ? Sur comptoir, bibi s’en occupe et, sur table, c’est cette demoiselle qui s’occupera de vous." Me disait la barmaid, une jolie petite rousse.

La serveuse désignée pour les tables me salua également, avec chaleur, mais plus calme que l’agent d’accueil s’occupant de la boisson.

"Bonjour... Je prendrais la table alors, je vous remercie." Leu répondis-je avec un beau sourire, mais dont ma voix, était emprunte de fatigue et de tristesse.

Mon pauvre Jack, depuis combien de temps n’avais-tu pas connu pareille émotion ? Je n’avais même plus la force de lancer une de mes fameuses blagues foireuses. Mais sans doute que cela me reviendra dans peu de temps. Même si j’en doutais vue la situation… Au moins, à une table, j’avais l’avantage d’être tranquille. Je pouvais tout voir d’ici, et ne risquais d’être importuné que par les employés. D’ordinaire, j’aimais parler avec les autres. Mais en ce moment, ce n’était pas trop ça. Au moins, le coin était sympa. Il me rappelait ces anciens Pub anglais époque victorienne, mais avec une touche plus chic, avec ses grandes vitres pour l’entrée, et ses verres exposé sur le comptoir. Rien à voir avec un trou perdu pour soiffard. Ici, au moins, je devrais trouver quelque chose contre la déprime.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mer 21 Fév - 14:19


Dangers and meetings under the rain.


Travailler face au public pouvait être très gênant, parfois.
Il arrivait que tu ne parviennes pas à cacher entièrement tes émotions ou que tu les transmettes par mégarde à ton entourage et ce, de la même façon que tu percevrais les leurs. Ce client, ce brun dans la quarantaine qui venait d’entrer, n’allait pas très bien. Tu ne savais pas trop comment qualifier ce que tu percevais en lui mais… quelque chose devait s’être passé ou bien, il y pensait. Ce type avait eu une bien pire journée ou… semaine, ou va savoir ! Même si ça ne te concernait pas vraiment, tu n’aimais pas voir quelqu’un avec aussi peu de joie de vivre.

Malgré son sourire, il était fatigué et triste.
Toi, tu n’avais pas eu une mauvaise journée – bien au contraire. Il n’y avait eu que la pluie qui gâcha un peu cette soirée pépère. Alors, tu quittas ton tabouret d’un petit saut et réajustas ta robe avant de l’accompagner à une table un peu en retrait, où il sera tranquille mais d’où il aura également une petite vue d’ensemble sur la salle et le bar. Il avait lui-même choisi l’endroit où s’installer, ce qui t’en disait long : il ne devait pas avoir envie de papoter avec qui que ce soit. Lana, la barmaid rousse, tendit vaguement une main vers toi, ayant l’intention de t’interpeller puisque tu n’avais pas répondu à sa question. Légèrement contrariée, puisque tu étais toujours aussi évasive, elle claqua sa langue contre son palais et vous suivit du regard – plissant les lèvres.

Que voulez-vous prendre, monsieur ? Boisson, repas, les deux ? Nous avons d’excellentes tapas. Si vous désirez prendre un bon repas chaud, même si le personnel cuisinier est déjà parti, je peux vous préparer quelque chose. proposas-tu, un doux sourire aux lèvres. Ta voix était empreinte de tendresse et de compassion : tu ne souhaitais pas t’imposer mais, tu voulais qu’il soit à l’aise. Si vous le désirez, je peux repasser dans quelques instan- -...

Tu ne finis point ta phrase, interrompue.
Des clients trop éméchés se levèrent brusquement d’une des tables non loin. Ils étaient en désaccord et commencèrent à hausser le ton, disant qu’ils s’étaient fait arnaquer par un chinois et que ça n’allait pas rester impuni. Le chinois en question était leur interprète (qui les avait soit disant aidés) qui, en fait, n’en était pas un et les avait trompés : ils avaient besoin d’un nouveau pour voir arranger une affaire, mais ils ne savaient pas où en trouver un de confiance aussi vite... L’un d’eux commença à parler en russe et leva la main pour mettre une baffe à un type plus costaud qui l’accompagnait mais, finalement, il s’arrêta avant de le frapper, la main tremblante – il tentait de se contrôler malgré l’important taux d’alcool qui coulait dans ses veines. D’un petit geste de main, tu t’excusas brièvement auprès du brun et, même si cela ne te concernait pas vraiment et que ça semblait assez louche comme affaire, tu pensais pouvoir les dépanner – ou, du moins, les guider vers quelqu’un de confiance.

Veillez m’excuser, messieurs. Je ne souhaitais point m’immiscer dans vos affaires mais, j’ai cru comprendre que vous aviez eu un fâcheux souci. Je parle correctement chinois mandarin, wu et cantonais alors… si vous le désirez et que cela urge vraiment, je serais ravie de vous aider. Sinon, je peux vous mettre en contact avec une connaissance. leur proposas-tu, leur parlant en russe, également.

Ton langage était fluide et, même en changeant de langue, ta voix demeurait posée et douce. En même temps, tu usais subtilement de ton don pour apaiser ces gens, chassant la colère de leurs esprits. Ils se montraient plutôt sceptiques face à une telle proposition mais, également, intéressés. Celui qui semblait être le leader du petit groupe regarda les autres avant de poser à nouveau son regard glacial sur toi. Après un court moment de réflexion, il s’adressa à toi approximatif :

Si vous êtes libre après demain, nous vous contacterons pour faire un essai. Donnez-moi votre numéro ou votre e-mail.

Un peu gênée, tu grattouillas l’une de tes joues.
Tu n’étais pas très branchée, il était plus difficile de te joindre qu’à tes contemporains.

Je n’ai aucun des deux, mais vous pourrez m’avoir ici, vous pouvez appeler au fixe – ce sera plus simple...

C’est avec un rictus et un éclat de rire gras qu’il fit un vague geste de son index pour accepter ta proposition. Ensuite, il paya la note, jetant son argent sur la table avec nonchalance, et salua le personnel avant de quitter les lieux avec ses hommes. Étais-tu inconsciente ou trop confiante ? Ni l’un, ni l’autre. Tu faisais preuve de prudence mais… il fallait bien travailler. Tu ne faisais rien de mal en faisant de médiatrice et interprète – même si tu te mettais parfois dans des situations délicates. L’empathie t’aidait à éviter les conflits, généralement, si quelqu’un chauffait trop. Et puis, s’ils n’étaient pas dans des sales affaires et qu’ils étaient satisfaits de ton labeur, ils pouvaient te recontacter. Cet argent serait le bienvenu, car tu pourrais enfin changer le siège du monte-escaliers et, avec un peu de chance, le frigo !

La réponse qui t’avait été fournie était plutôt positive, au final.
C’est avec un soupir de soulagement et un grand sourire que tu te tournas à nouveau vers ton client.

Veuillez m’excuser pour l’attente, avez-vous réfléchi à votre commande ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 22 Fév - 10:08

Dangers and meetings under the rain

Il était vrai qu’à cette heure-ci, presque toute la population de la ville était partie se coucher, et ce depuis un bon moment. Après tout, je ne m’attendais pas à avoir un repas de roi ce soir, juste un petit quelque chose pour caller l’estomac et tuer un peu le temps. Prenant la carte qui traînait sur la table, je regardais ce que l’on proposait ici. Mais la serveuse ne put rester plus longtemps, car elle était partie calmer un groupe de gens parlant russe. Ce n’était pas une langue qui m’était inconnue. Bon, je ne la parlais pas spécifiquement, disons que j’ai des bases, je savais me débrouiller un petit peu. Pour preuve, je ne comprenais pas trop ce qui se passait, mais pousser par ma curiosité scientifique, même si cela n’avait rien de scientifique, j’essayais de deviner la nature de ce vif échange.

Tout ce que j’arrivais à comprendre, c’était une affaire avec un Chinois. Ils cherchaient un chinois ou quelqu’un sachant parler chinois, je n’étais pas sûr à cent pour cent. Quand ils eurent fini, la serveuse revint vers moi, tout sourire pour prendre ma commande. Le regard plongé dans le menu, je cherchais ceux qu’il y avait de plus simple, mais c’était difficile à choisir. Alors, je laissais tomber la liste plastifiée et tentai de garder aussi le sourire, malgré l’heure et mon état mental.

"Je crois que je prendrais un café. Et j'aimerais bien manger un petit quelque chose de sucré. Vous avez quelque chose à me recommander ?"

La serveuse était bien jeune. Sans doute une étudiante ayant échoué à Gotham et ayant besoin d’un job à mi-temps pour payer ses études. Pour son âge, je dirais qu’elle avait tout juste la vingtaine passée. Et très belle par-dessus tout. Avec des yeux d’un marron-vert clair qui donnaient l’impression de briller, une belle peau métissée lui donnant un charme exotique, et des cheveux soyeux qui reflétaient bien la couleur de la pièce. J’étais sûr que la jeune femme se faisait courtiser par beaucoup de prétendants, rêvant de s’afficher avec elle ou l’avoir près d’eux, tel un joyau précieux. Détendez-vous, je ne comptais pas la courtiser également, elle était bien trop jeune pour moi, et ce serait autant bizarre pour vous, que pour moi. Il fallait l’avouer, j’étais un vieux.

"Au fait, c’était très impressionnant tout à l’heure ? Vous apprenez les langues ? Car là, c’était limite parfait, surtout si vous allez en plus parler chinois."

Je me sentais tout à coup mal à l’aise, mon beau sourire disparue sous un masque dépité, le visage rougissant et le regard baisser. Bien jouer mon petit Jack, voilà que tu dis aux autres que tu te mêles de leurs affaires. Je suis de nature bien trop curieuse, un Indiana Jones se prenant parfois pour un James Bond. Une attitude, qui m’avait souvent sauver la mise et aider dans mon job, mais qui était à double tranchant, car avec les gens normaux, va-t-on dire, cela passait moins. Bon, on pourrait m’excuser du fait que j’étais légèrement chamboulé à cause de ce que je venais de vivre. Mais la pauvre fille ne connaissait pas cet épisode de ma vie, et elle n’avait pas besoin de le savoir. Sinon, soit je rejoindrais mon frère à Arkham, soit je resservais tout un plateau de verre sur la tête. Choix difficile.

[color=#ff9900Excusez moi, c’était mal placer. Je n’aurais pas dû vous écouter. Je voulais juste vous féliciter pour votre don. Encore pardons."[/color]

Que la honte soit sur moi !

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 22 Fév - 13:12


Dangers and meetings under the rain.


Posant la carte qu’il avait consulté pendant que tu t’occupais des clients russes, il te rendit le sourire avant de te demander un café et quelque chose de sucré – commande que tu notas intérieurement. Arborant une mine pensive, tu passas en revue tout ce qui restait dans la cuisine. Que lui pouvais-tu lui recommander ? Hm… Il y avait encore quelques desserts et des gâteaux mais, tu ne savais pas s’il aimait tout ou pas. Tu ne pouvais que lui conseiller les douceurs du jour, quelques desserts qui ne figuraient pas sur la carte puisqu’elles avaient été préparées ponctuellement. Tu voyais qu’il faisait de son mieux pour garder le sourire, mais son moral ne volait pas bien haut. Oui. Tu allais lui conseiller ceux au chocolat et à la liqueur, c’était un bon remontant.

Tes yeux se posèrent à nouveau sur ton aîné mais, lorsque tu entrouvris les lèvres pour lui répondre, tu sentis qu’il n’avait pas fini de parler. Ainsi, il ne tarda point à reprendre, te complimentant pour ton intervention auprès du groupe qui venait de partir – du moins, tu l’avais considéré comme tel. Effectivement, le fait que tu sois polyglotte et que tu changes aussi fluidement d’une langue à une autre pouvait surprendre autrui. Tes collègues et tes patrons étaient habitués, c’est l’une des raisons pour lesquelles tu étais facilement embauchée… ça et parce que tu étais plutôt jolie. Tu n’étais pas fière de te faire embaucher grâce à ton physique dans les boulots qui requéraient une présence publique (tels que serveuse, réceptionniste, hôtesse de magasin, etc.) ; tu préférais quand on décidait de te donner le travail parce que tu avais la formation et les connaissances requises. Hélas, la société actuelle était ainsi et l’esthétique avait une place importante en son sein – que ça te plaise ou non. Tu avais toujours trouvé les concepts de beauté très… vagues et superficiels. Tes notions d’éthique et esthétique étaient différents de ceux de la majorité.

Aussitôt qu’il eut prononcé ses mots, le client démoralisé perdit son sourire. Tu sentais qu’il était mal à l’aise et, désormais, il était dépité. Il s’excusa plusieurs fois, estimant que ses propos étaient déplacés. Pourtant, tu n’y avais pas songé une seule seconde. Pour toi, c’était naturel et ça ne te gênait pas pour le moins.

Ne vous en excusez point, voyons. Vous n’avez rien fait ou dit de mal. Disons que j’ai des facilités avec les langues, j’ai beaucoup voyagé avec mon père. Il faut apprendre vite pour pouvoir s’adapter aux changements que chaque pays impose : culture, langue, situation politique et j’en passe. expliquas-tu, très naturellement et sans perdre le sourire. Doucement, tu te permis de poser une main sur l’une de siennes et la tapoter d’une façon réconfortante avant d’ajouter : Je vais vous apporter mes recommandations et votre café. Une boisson chaude et beaucoup de sucre font toujours du bien quand notre esprit est occupé par des sombres éventements.

Tu ne lui avais pas dit ceci parce que tu étais capable de lire dans ses pensées, non. Tu n’étais pas télépathe, tu voyais seulement que ça n’allait pas. Alors, c’est seulement par expérience que tu lui adressais ces mots. Suite à ceci, tu lâchas sa main et te redressas, allant vers le comptoir. Tu débarrassas une ou deux tables en chemin, demandant à Lana de préparer un expresso pour le brun avant que tu n’ailles chercher les douceurs que tu avais en tête : du tiramisu, de la forêt noire et des brownies chocolat-caramel. Tu revins peu après, un plateau à la main où tu avais entreposé la commande et des couverts. Soigneusement, tu posas le tout sur la table, devant l’aventurier.

Le chocolat est bon pour ce que vous avez, même si, hélas, je doute qu’il puisse vraiment faire disparaître vos soucis. D’ailleurs, si puis-je me permettre… voulez-vous de la compagnie ? Nous n’avons pas besoin de parler, si vous n’en avez pas envie. terminas-tu, inclinant légèrement la tête.

Tu te montrais compréhensive et sincère. Tu ne tentais pas de le draguer, ce n’était pas dans tes habitudes : tu voulais l’aider, mais tu ne voulais pas paraître envahissante. Après tout, que pouvais-tu faire de plus, autrement qu’essayer de lui changer les idées ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Sam 24 Fév - 9:44

Dangers and meetings under the rain

J’écoutais donc ses douces paroles réconfortantes. Elle avait une belle voix, et son histoire comme quoi, elle aussi voyageait à travers le monde et apprendre la langue et la culture de chaque pays. Cela me revigorait, me faisant oublier même la gêne occasionner et les soucis que je rencontrais. C’était comme si l’ancien Jack était revenu, ou plutôt s’était réveiller. Le Jack curieux, joueur, embrassant la vie. L’époque où il était persuadé que son père était bel et bien mort et enterrer et non devenu serviteur d’un monstre destructeur de monde. Mais n’était-ce pas ce que tout le monde voulait au moins une fois dans sa vie ? Revenir à une ancienne vie plaisante, avant un grand chamboulement ? En ce moment, j’avais l’impression d’y être arrivé. Même, je ne remarquais qu’au dernier moment, sa main posée sur la mienne.

"Je vous remercie beaucoup, mademoiselle."

Pendant sa courte absence, je me frottais à nouveau le visage, par pur réflexe. Je cherchais surtout à entretenir mon entrain, ne voulant pas sombrer dans la mélancolie. Que la situation soit triste et dure, c’était normal, je n’avais aucune honte d’éprouver de la tristesse. Mais je n’oubliais pas qu’il fallait avancer, que je pleure ou non, une menace grandissait juste à côté de nous, et que je devrais tôt ou tard l’affronter. Et puis, j’avais promis à Adrianna de l’aider dans sa lutte contre les forces destructrice. Je ne pouvais pas baisser les bras maintenant. Sans doute qu’après tout cela, je prendrais ma retraite, si c’était chose envisageable. La serveuse revint avec du chocolat. Voilà qui était une bonne idée. J’en fus heureux et la remerciais. Mais c’est alors qu’elle me fit une des plus étranges propositions.

Mes yeux devinrent bien ronds, et j’eus l’impression que le temps s’était arrêtée. Regardant tout autour de nous, je me demandais bien où j’étais tombé. Cet endroit pourtant, paraissait être un lieu convenable, même pour Gotham City. Rien ne laissait paraître quoi que ce soit de ce genre. À moins qu’il ne s’agissait d’une option, connue seulement de certains VIP. J’étais certes un aventurier, mais pas dans ce sens-là. Même si on avait un peu de mal à le croire, j’avais de la moralité. Toutefois, je devais trouver les bons mots pour décliner son offre sans pour autant la vexer. Après tout, c’était elle qui s’offrait, donc un refus serait comme critiquer… Ce qu’elle avait quoi.

"Euh… Je vous remercie, mais je dois décliner. Vous êtes une femme charmante ! Très ! Mais, je ne cherche pas ça ce soir désolé..."

J’espérais ne pas l’avoir blesser. En revenant sur l’idée de l’étudiante qui bossait pour se payait ses études, je me demandais si au final, ce n’était pas un extra, pour payer ceux qui manquait. Car bosser dans un bar ne devait rapporter gros. Si ? Je ne mettais jamais poser la question. Après, cela ne me regardait pas, je n’allais pas jouer le moralisateur. Par contre, ayant quelque doute sur l’enseigne, je pensais finir vite ce petit encas et partir vite fait. Sans doute existait-il un endroit plus relaxant dans le coin. Et si je venais de vexer la jeune serveuse, elle devait être presser aussi de me voir partir.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Sam 24 Fév - 14:12


Dangers and meetings under the rain.


Le quarantenaire fut ravi que tu lui apportes des desserts au chocolat mais, il fut moins enchanté quand tu lui proposas de lui tenir compagnie – ne serait-ce qu’en silence. À vrai dire, il te sembla gêné voire perturbé par tes propos qui, pourtant, n’avaient aucun double sens. Tu ne savais pas pourquoi il se sentait et réagissait ainsi, tentant de faire autant preuve de tact que possible, mesurant ses mots pour te répondre. Tu n’étais pas consciente de l’ambiguïté de tes propos, du moins, tu ne l’avais pas directement compris. Ce fut quand il te répondit que tu étais très charmante, mais qu’il ne cherchait pas ÇA, que tu réalisas ce qu’il en retournait : il y avait un quiproquo qui te rendit mal à l’aise à ton tour.

Rougissant fortement, sur la gêne, tu serras un peu trop fort le plateau métallique entre tes doigts – le déformant. Mal à l’aise, tu couvris ton visage avec le plateau. Tu aurais pu remercier cet homme du compliment mais, le contexte de ce dernier t’avait coupé la parole. Tu ne savais pas trop où te mettre et, puisque c’était ta faute s’il s’était mépris au sujet de tes intentions, tu tentais de réfléchir à la façon de dissiper le mal-entendu. Tu ne te souciais pas vraiment de ce qu’on pouvait penser de toi mais, être confondue avec une prostituée te rendait très mal à l’aise. Il n’y avait pas de honte à vendre son corps, c’était un noble métier quand on le faisait volontaire mais… quand même. Et puis, tu n’avais pas encore goûté aux joies de l’intimité et des relations romantiques. Ça ne t’intéressait pas, même s’il t’est déjà arrivé d’aimer quelqu’un.

Pinçant légèrement tes lèvres, tu baissas le plateau et le coinças sous l’un de tes bras tout en cachant la partie déformée – tu allais devoir essayer de l’arranger, plus tard. Après avoir détourné une ou deux fois le regard, tu parvins à lever les yeux vers ton interlocuteur avant de reprendre la parole :

Ah euhm… je pense que vous vous méprenez, monsieur. Certes, ma proposition peut sembler indécente, mais il n’y avait pas d’ambiguïté dans mes dires. Je voulais juste savoir si vous désirez de la compagnie et, puisque vous ne sembliez pas trop avoir envie de parler, ben… enfin… rétorquas-tu, triturant tes doigts nerveusement. Un petit sourire gêné mais sincère fendit à nouveau tes lèvres, poursuivant : Juste vous tenir compagnie, vous voyez ? Parfois, il suffit de ne pas être seul pour se sentir mieux. La discussion n’est qu’accessoire, dans ces cas-là… Encore est-il, se confier à quelqu’un qui ne nous jugera pas peut nous soulager.

Tu marquas une courte pause. Tu ne savais pas si c’était assez clair ou si tu avais encore dit quelque chose d’étrange. Même si tu avais pesé tes mots, on pouvait encore s’en méprendre. De ce fait, tu optas pour ajouter quelque chose à ton discours – histoire d’être claire, au cas où :

Donc… Je pense plus ou moins avoir suivi votre chemin de pensée mais, soyez rassuré, je ne fais pas ce genre de travail. J’ai besoin d’argent, mais je préfère avoir du retard avec les factures plutôt que vendre mon corps – par principes. ajoutas-tu, te penchant un peu vers ton aîné, continuant ton discours sur un ton de confidence : En plus, si je faisais quelque chose de louche, mon père le saurait directement et m’empêcherait de sortir. Déjà qu’il n’est pas enchanté du fait que je travaille, surtout la nuit…

Gloussant un peu, tu te redressas.
Malgré la pointe d’humour que tu avais employé, tu étais très sérieuse.

Ton père t’a toujours laissé prendre la voie qui te convenait le plus mais, il a essayé de te convaincre de ne pas bosser et rester à la maison. Il disait que vous n’aviez pas besoin d’argent, qu’il pouvait advenir à vos besoins… Lui, il oubliait vite les choses ou n’écoutait pas, puisqu’il était très occupé. Quand tu lui avais parlé du problème du frigo’, il avait juste répondu par un hu-hmm avant de s’enfermer dans son labo. Alors, tu n’étais pas trop de son avis et, puisque tu ne savais pas trop dans quoi il travaillait, le plus clair du temps, tu préférais travailler et t’occuper toi-même de la maison. Ça te faisait du bien de sortir, occuper ton esprit et apporter de quoi arranger toi-même les petits soucis qui se présentaient au quotidien, entre autres.

Brefouille ! J’espère que ces douceurs seront à votre goût et, si vous avez besoin de quoi que ce soit d’autre, n’hésitez pas à me faire signe. terminas-tu, songeant à t’éloigner de la table.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 26 Fév - 11:37

Dangers and meetings under the rain

Maintenant, c’était nous deux qui furent plus que gêner. Quel sale quiproquo. Bien que les explications de la serveuse fussent quelque peu confuses, je parvenais à comprendre à travers ces mélanges d’idées et de mots manger, que j’avais fait fausse route. Bien jouer Jack ! Non, mais attends, c’était elle aussi qui s’était mal exprimer. Je n’étais pas le seul fautif. Non mais… Non mais rien de plus ! On avait qu’à dire qu’on était tous deux à exæquo et en restait là. Dans ce genre de situation, le mieux serait d’en rire non ? Le rire était considéré comme le meilleur dans la plupart des situations inconfortables. Mais pas tout le temps. En tout cas, je me permis de lâcher un petit rire, soulager.

"Haha ! Me voyez-vous rassurer. Enfin, je en veux pas dire que... Si, mais... Je suis désolé de ma mauvaise interprétation. La nuit n'aide pas à avoir les idées clairs il faut croire."

Je voulais bien croire que son père l’empêcherait de sortir, si elle faisait ce que j’avais cru à l’instant. Dans un sens, ce serait une preuve d’amour paternel, un amour dont je n’y avais plus droit. Voilà que je vais me remettre à déprimé à présent. Au moins, j’avais de quoi combattre ce mal. Seigneur, je n’étais qu’un simple mortel, un mec n’ayant pas le moindre pouvoir ou capacité extraordinaire. Pourquoi donc, me retrouvais-je donc accablé d’un tel fardeau. Pourquoi la folie de certains devait mettre incomber. La vie pouvait bien être une saleté, car elle trouvait plaisir à s’en prendre aux gens innocents. Mais étais-je vraiment un type innocent ?

"Oui, je vous remercie… Comme vous dites, le chocolat est un bon dépresseur. Même, sans doute avez-vous entendu parler de la théorie comme quoi, ses effets seraient si bon, lors de sa dégustation, que les réactions chimiques provoqué, peuvent être confondu comme un effet aphrodisiaque ? Cela peut expliquer une légende concernant sa création. Celle où le cacao viendrait en réalité de la tête coupé de Hun Hunaphu, un héros Maya, par le roi de Xibalba. La tête aurait craché dans la main d’une habitante de ce royaume, donnant une fécondité hors du commun. Mais bon, je comprends bien que ce genre de détail puisse assommer. Désolé, je me laisse facilement emballer, je vais vous laisser tranquille. Merci encore." Petit sourire à la fin.

Laissant la serveuse s’éloigner après mettre donner en spectacle, je commençais à manger ce qu’elle m’avait apporté. Pauvre Jack. Tu étais trop pris dans ta passion, sur la moindre chose, tu pouvais faire un exposé archéologique et historique et ceux, pendant des heures. Heureusement, j’avais appris à me contrôler. Pas empêcher cela d’arriver, mais m’arrêter au bon moment. L’histoire, c’était particulier. Même ceux qui pouvaient travailler avec moi, pouvaient vite en avoir marre. Enfin bon, Adrianna était la dernière avec qui j’eus le plaisir de travailler, et bien qu’on eût manqué de se faire tuer, parler Histoire et Mythologie, ne dérangeait pas. Aller, changeons-nous donc les idées pour aujourd’hui. Sans doute que j’irais fais une nouvelle petite ballade, aller voir des gens. En fait je n’avais pas d’idée.

Ce qui était bien ici, c’était qu’à cette heure, il n’y avait pas grand monde. On pouvait ressentir une certaine intimité, une sécurité où on ne risquait pas d’être trop déranger. De quoi réfléchir sur nous même et le monde. C’était calme, personne qui ne parlait, du moins pas trop fort, et la petite musique de fond qui détendait… Franchement, je pense pouvoir rester ici quelques petites heures encore, avant de repartir à nouveau.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Lun 26 Fév - 15:20


Dangers and meetings under the rain.


Même si tu t’étais expliquée et qu’il s’était excusé, ce n’était pas vraiment ce que tu voulais. Ce n’était pas sa faute, mais la tienne. Tu avais parlé maladroitement et, même en te justifiant, tu avais oublié de lui dire qu’il n’y était pour rien. La gêne t’avait empêché d’exprimer tes pensées telles que tu les avais formulées dans ton esprit. C’est pourquoi, quand ton aîné s’excusa la première fois, tu lui adressas un petit signe de main se traduisant par « ce n’est pas grave, vous n’y êtes pour rien ».

Cet homme était très compréhensif mais, il y eut quelque chose qui le fit déprimer davantage. Qu’avais-tu pu dire pour le faire se sentir ainsi ? Était-ce le fait d’avoir parlé de ton père, mentionné la famille ? Avait-il perdu un proche récemment ? Peut-être, ce que tu percevais en lui ressemblait à ce qu’on éprouvait dans ce genre de situations et, pourtant, quelque chose t’échappait – tu ne parvenais pas à comprendre tout ce qu’il gardait en lui, ce qu’il ressentait. À quoi pensait-il ? Même si ça ne te concernait point, tu étais curieuse et, même si tu ne le connaissais pas, tu t’inquiétais pour lui. C’était plus fort que toi, tu n’aimais pas voir les gens ainsi. Certes, tu aurais peut-être pu chasser ces mauvais sentiments de son esprit mais, même si c’était indolore et discret, tu n’aimais pas jouer avec les émotions d’autrui. Il pouvait s’en rendre compte, comme cette personne que tu avais aimé et qui détestait ça parce qu’il disait que c’était une intrusion, une violation de son intimité. Peut-être que ça l’était ou bien, ça ne l’était pas vraiment, mais tu ne tenais pas à ce que des inconnus sachent ce que tu pouvais ou ne pouvais pas faire. À ce que tu saches, il n’y avait que peu de personnes qui étaient au courant pour ta nature ou tes capacités et la plupart étaient mortes. Tu voulais juste te rendre utile, aider ton prochain – du moins, ceux qui méritent cet aide et qui ne frappent pas la main que tu leurs tendais.

Bref.
Là n’était point la question et, heureusement, le brun te sortit de tes pensées en entamant un sujet des plus intéressants : il parlait du mythe du cacao et de Hun-Hunaphu, un héro maya dont tu avais déjà entendu parler. Tu adorais l’Histoire mais, surtout, la mythologie. C’est pourquoi, quand il s’est excusé, une fois de plus, et a dit que ça pouvait te sembler assommant, tout en commençant à manger, tu as juste secoué un peu la tête. Le sourire aux lèvres, tu t’es éloignée de sa table, mais juste pour aller nettoyer celles qui se trouvaient non loin et arranger ton plateau – le défroissant soigneusement, comme si ce n’était que du papier alu’. Pendant que tu faisais ceci, tu as repris la parole, alimentant la conversation pour lui changer les idées et parce que tu aimais ce sujet – tu n’avais pas souvent l’occasion de parler avec tes concitoyens de ce genre de choses :

Ne vous excusez point d’avoir parlé de cela : au contraire, j’adore tout ce qui touche de prés ou de loin à l’Histoire et à la Mythologie. Je trouve fascinants tous ces mythes et légendes car, d’une façon ou d’une autre, elles cachent quelques chapitres de notre histoire. Des faits occultés ou censurés pour diverses raisons, des reflets de ce qui fut autrefois. Il y a toujours quelque chose de vrai, même dans les mythes les plus insolites. commenças-tu, parlant plus naturellement qu’avant.

En effet, quand on parlait de déités, de héros, tu pensais aux méta-humains, aux extra-terrestres et autres créatures douées de pouvoirs échappant à l’entendement du commun des mortels. Puisque tu n’étais pas totalement humaine, tu étais convaincue qu’il y avait une vérité cachée dans toutes ces légendes. Mais… est-ce que le dieu de la fertilité et du jeu de la Balle était juste doué de pouvoirs mystiques, étaient-ce des capacités psychiques, biologiques ou, bien, était-il un Être sage, un homme de Science ? Tu te posais toujours beaucoup de questions quand on ouvrait ces discutions.

C’est ironique qu’un Être devienne un dieu après avoir accompli quelques prouesses. Dire que tout ceci avait uniquement commencé parce que Hun-Hunaphu et son frère Vucub-Hunaphu jouaient à l’ulama avec Hun-Batz et Hun-Chouen... Les Seigneurs de Xibalba n’étaient pas très patients, ma foi. Et, d’ailleurs, je me demande pourquoi est-ce que les Hommes ont toujours mis les méchants du côté des Enfers… Je pense qu’il y a du bon dans tout ou presque, même où on ne saurait le soupçonner. continuas-tu, marquant une courte pause, frottant doucement une table avec un chiffon humide que tu posas ensuite dans un coin de ton plateau. Tu étais tout aussi passionnée que lui, quand tu parlais de quelque chose qui te plaisait et, pourtant, tu n’étais pas bien bavarde, en temps normal. Tout ça pour dire que l’Existence n’est pas une simple équation manichéenne, à mon avis. Je pense que c’est une question d’Équilibre car, le Chaos et l’Ordre sont neutres et tous les deux purs, à leur façon : il en faut des deux pour créer l’Harmonie. Alors, sans l’intervention de ces Seigneurs zélés, est-ce que les jumeaux Xbalanque et Hunaphu, enfants d’Ixquic et Hun-Hunaphu, seraient nés ? Les choses sont ce qu’elles doivent être mais, malgré la fatalité, je pense que tout être qui soit a le pouvoir d’influer sur ce qui est et sera. M’enfin… je m’égare – et pas qu’un peu. Il y a tellement de choses à dire !

Ton sourire s’élargit quand tu entassais les assiettes et les verres sales sur ton plateau.
Les joues toujours roses, tu ris un peu – discrètement.

Vous êtes historien, archéologue ou quelque chose du genre – juste passionné par la Mythologie ? C’est rare qu’on aborde ces sujets, ça fait toujours plaisir. ajoutas-tu, haussant un peu plus la voix, pour qu’il puisse t’entendre quand tu allas poser tout ce que tu avais récupéré sur le comptoir. Je dois vous avouer que, bien que je trouve passionnante la culture des civilisations pré-colombines, j’ai une nette préférence pour l’égyptienne, sumérienne et leurs voisines ; je les trouve moins… sanglantes, même si l’ultra-violence dans les mythes semble être un trait commun à maintes cultures. Et vous ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mer 28 Fév - 8:44

Dangers and meetings under the rain

Je laissais donc la serveuse s’éloigner, pensant avoir suffisamment gêné cette dernière par mes remarques. Je ne pouvais pas lui en vouloir, tout le monde était ainsi, quand on venait nous parler d’un sujet qui nous intéressait pas, on voudrait juste partir. Si les rôles étaient inversés, de même, je m’ennuierais si on me parler d’une chose qui ne l’intéressait pas. Enfin bref, je me retrouvais à nouveau seul avec mes pensées, pouvant discuter avec moi-même mentalement pour d’obscures raisons. Cependant, la jolie serveuse me réconforta une fois de plus, parlant d’un certain attrait pour la mythologie et ses mystères. J’acquiesçais. Chaque légende cachait un fond de vérité, la preuve, je venais de juste en découvrir une et pas des moindres. En réalité, j’en découvrais chaque jour, façon de parler. Mais en buvant une gorgée, je fus estomaqué par la suite.

Bon, je savais bien et j’appréciais de voir des gens s’intéressaient à divers mythes et légendes, on pouvait en croiser souvent, mais dans notre cas, la belle brune semblait connaître un des récits les moins répandus, les moins médiatisés et donc, peu connus. La mythologie précolombienne était d’un complexe incroyable, un immense savoir perdu depuis des siècles à cause des conquistadors, et dont on a à peine commencé la reconstitution. Parlez à des gens de la cultures, Maya, Aztèques ou Incas, vous entendriez plus souvent parler de sacrifice humain et de Pyramide que de récit aussi complet. Sur le coup, je me sentais dépourvu, pris par surprise, et pareillement à des défenses ou les barres d’une cage qui cédaient, le bon vieux Jack bondissait tel un fauve.

"Je voie parfaitement de quoi, vous voulez parler. Et je vous rassure de suite, de nombreuses autres cultures pensent de la même manière que vous. Si on prend les plus connus, l'Egypte et la Grèce, les seigneurs de l'autre-monde ne sont pas vue comme des êtres maléfiques, mais comme ceux apportant la prospérité. C'était le cas d'Osiris et d'Hadès. Pour ceux qui était de l'équilibre, on peut reprendre encore l'Egypte, ou bien, plus exotique, les philosophies orientales tel le Yin et le Yang, mais c'est un peu plus particulier. D'ailleurs, on retrouve souvent une idée commune dans les légendes, celle où la création se fit venant d'un chaos, d'un vide, de quelque chose où la physique que nous connaissons n'est plus."

Ce n’était qu’une introduction de tous ceux que je pourrais dire, mais j’ai dû me faire violence pour ne pas la perdre dans toutes mes paroles. Il était rare trouver quelqu’un de calais dans ce domaine de connaissances, il était donc tout naturel, que je sois tenté d’explorer cette bibliothèque mentale pour découvrir les secrets qu’elle renfermait. Connaissait-elle autre chose que les civilisations précolombiennes ? Sans nul doute, d’ailleurs, elle me le confirma en sollicitant ma fonction et précisant à la suite ses préférences en matière d’anciens peuples. Elle touchait aussi un peu à tout, c’était merveilleux, je me sentais transporter, ma déprime oubliée pour un moment dans le Styx. Ou plutôt la rivière de l’Oubli, ce serait plus logique. Ce n’était plus un visage sombre et déprimé qu’on avait devant soi, mais un visage rayonnant.

"Yep ! Je suis archéologue privé, Historien et accessoirement aventurier. J’ai une préférence aussi pour ceux qui est Egyptienne, Grec, Proche-Orient et Celtique, sans oublier la précolombienne, bien entendu. Oh ! Et Romaine aussi, nordique, asiatique… En fait, j’ai un peu de mal à choisir. Question difficile haha ! Mais vous savez, les mythes reflètent surtout l’Histoire de son peuple. Comme les récits historiques, qui ont sans nul doute influencer les légendes, on y représente la mentalité du peuple, et son Histoire en résumé. Si c’est sanglant, c’est parce que le peuple était baigné dedans. Reprenons par exemple nos amis Maya, ou Aztèques. Vous avez mentionné le jeu de la balle, un jeu au combien important. La balle représentait le soleil, astre de lumière important dans la culture de ces peuples. Et le sang versé lors des matchs, bien que redoutant, était l’énergie suprême à toute chose. Ce jeu donc permettait au Soleil de survivre aux Enfers, inspiré par la ruse de nos deux amis jumeaux que vous venez de citer sans faute."

Me voilà bien lancé, j’avais tout à coup un millier de choses en tête dont je pourrais parler, mais n’ayant ni le temps et ni l’organisation mentale pour le faire, je ne savais plus par où aller. Je risquais fort de me perdre rapidement, aussi bien en pensée qu’en souffle, et qu’il serait bon ton de faire une petite pause et laisser le temps à cette jeune femme de dire quelques mots. Elle avait raison, c’était bon de parler avec quelqu’un sachant ce genre de chose, bien que je pusse me montrer compréhensif, je me sentais moins seul tout à coup. Même avec mes collègues archéologue, ce n’était pas ça. Vous imaginez comment les gens de sciences et de lettres étaient entre eux, ils voulaient montrer qu’ils en savaient plus que leurs semblables, qu’ils étaient les meilleurs. Mais non, ni eux, ni moi, avions la science infuse, et je ne mettais pas en doute, que je pouvais apprendre des choses nouvelles avec elle.

"Et vous donc mademoiselle ? Etes-vous enseignante ou bien étudiante ? Il est rare de rencontrer quelqu’un en sachant autant que vous. Et déjà, avec cet échantillon de connaissance, je suis prêt à parier que vous pourriez faire carrière dans un domaine de l’Histoire."

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Ven 2 Mar - 15:02


Dangers and meetings under the rain.


En alimentant cette conversation qu’il croyait être ennuyante, pour toi, l’avait non seulement pris surpris mais, également, perturbé. Cet homme croyait que tu allais tout simplement lui tourner le dos, ignorer ses propos et te contenter de faire ton petit boulot de serveuse jusqu’à ce que les locaux se vident et que tu puisses rentrer chez toi. À bien ou à mal, tu l’avais pris au dépourvu. Tu étais réellement intéressée par l’Histoire et l’Archéologie, car les plus grandes civilisations avaient un lien avec une toute autre, plus avancée et mystifiée : Atlantis. Parmi tant d’autres exemples, les mayas ont érigé Chichén Itzá, la cité des Sorciers de l’Eau – venus de l’eau et parlant avec elle, selon les nahuatl qui vous avaient guidés : la cité des puits, des cénotes. Ceux qui savent où regarder pourront y trouver des vestiges du contact avec les atlantes.

Des nombreux peuples de l’antiquité ainsi que de la période pré-colombine ont été en rapport avec tes congénères, avec ces êtres dont tu ne savais pas plus que ta mère t’avait raconté, ce que ton père avait découvert ou ce que toi, tu avais vu ou entendu. Tu ne te connaissais même pas, toi-même, et tu le voulais plus que tout. Tu aimerais voir Atlantis, rencontrer ta famille, apprendre à mieux te maîtriser afin de pouvoir protéger ce et ceux qui te sont chers. Tu n’étais pas seulement avide de connaissance, tu détestais être dans l’ignorance et, encore plus, être impuissante. Le Savoir t’apporterait une certaine confiance, une sécurité paradoxale or, après tout, un grand pouvoir comporte des grandes responsabilités – et la Connaissance était CE pouvoir.

Mais le quadragénaire ne tarda point à prendre la parole, intéressé et plus détendu que tantôt. Il comprenait ce ton point de vue vis-à-vis du Chaos et des déités de l’infra-monde. Il cita Osiris et Hadès mais, également, il fit mention à la philosophie asiatique du Yin et du Yang. Ce sont les cultures qui ont su comprendre que rien n’était soit noir, soit blanc, qui s’en sont sorties le mieux. Elles étaient très avancées pour leur époque et longtemps prospères, elles ont également influencé le présent et l’avenir par le biais de leurs propres découvertes et de l’héritage qu’elles vous ont laissé : médecine, astronomie, artisanat, cuisine et bien plus. Tu voyais que ton aîné se faisait violence de ne pas parler beaucoup, mais il devait avoir tant de choses à dire et tu étais curieuse ! Tu voulais l’écouter, lui poser des questions, partager vos expériences.

Vos échanges eurent l’effet escompté et, peu à peu, tu sentis que son mal-être s’enfouissait au fond de lui. Son regard était plus vif et son visage s’était illuminé. Et, sincèrement, tu étais ravie de voir ce changement s’opérer. Même si tu étais toujours inquiète, puisque tu ne savais pas ce qui lui était arrivé, tu étais contente d’avoir pu lui faire temporairement oublier ses soucis. De plus, apparemment, tu avais vu juste quant à son travail. Encore est-il, il n’était pas seulement archéologue et historien, mais aventurier également ! Ce n’était pas la première fois que tu rencontrais quelqu’un comme lui, ton père avait quelques connaissances travaillant dans ces domaines et tu les avais côtoyées lors de vos multiples voyages et expéditions. Néanmoins, c’était toujours excitant de rencontrer des aventurier. Ça ne faisait susciter encore plus d’intérêt et de curiosité.

Qu’avait-il vu, où était-il allé, qu’allait-il faire ?
Ce n’étaient que quelques-unes des questions qui traversèrent ton esprit.

Il semblait avoir du mal à porter son choix sur les cultures qu’il préférait, il semblait en aimer plusieurs et, fallait bien avouer qu’il était toujours difficile de trancher – elles étaient toutes tellement… mystérieuses et riches, fascinantes. Accessoirement, même si tu n’avais pas exactement arrêté de travailler pour l’écouter, tu le faisais attentivement, baissant parfois ton rythme, le regardant pour ensuite reprendre ce que tu faisais. Tu étais une bonne élève, en général, et une personne qui était toujours à l’écoute. Tu enregistrais chacun de ses mots, le sourire aux lèvres. Par politesse, tu t’es retenue de lui poser des nombreuses questions – tu ne voulais point l’interrompre.

Indéniablement, il avait raison et tu y avais déjà songé.
Les récits de chaque culture étaient un reflet de la mentalité de leur époque et les cultures pré-colombines étaient très violentes, d’un certain de point de vue. Les sacrifices faisaient monnaie courante, autrefois et un peu partout, dans le globe. Toutefois, certains des rituels pratiqués par les peuples comme les mayas, aztèques, toltèques, incas et autres étaient particulièrement sanglants. Quand tu n’étais encore qu’une enfant, tu as participé aux fouilles dans ce qui semblait être un temple sur une petite île et dont une partie se trouve sous l’eau – du moins, ce qui en restait ; c’était juste aux frontières entre le Pérou et le Chili. Tu avais été choquée parce que vous y aviez trouvé que des outils pour pratiquer des sacrifices ainsi qu’une centaine de squelettes – certains étant plus anciens que d’autres. Ça ne s’était pas très bien fini, d’ailleurs…

Tout en chassant quelques souvenirs qui affluaient dans ton esprit, tu finis de nettoyer et débarrasser les tables qui te restaient. Les questions qui te furent posées te firent sourire. Tu étais flattée qu’on t’estime capable de faire carrière dans ce domaine et qu’un professionnel te complimente. Tu posas sur le comptoir ton plateau, plein, une dernière fois, tout en répondant à l’archéologue :

Vous m’en voyez flatté, mais je ne suis ni l’un ni l’autre. Pour ainsi dire, j’ai fait l’école buissonnière : c’est une passion, mais j’ai beaucoup appris auprès de mon père et d’autres personnes que nous avons rencontré lors de nos voyages – tels que les nahuatl qui m’ont raconté les mythes que nous avons mentionnés. Il n’est pas archéologue, mais il s’intéresse à pas mal de choses, du moment qu’il trouve un rapport avec ses propres recherches. J’ai la chance ou le malheur, je ne saurais dire, d’avoir une très bonne mémoire : tout ce que j’entends ou vois est aussitôt enregistré. commenças-tu, avant d’aller près de la table de ton interlocuteur. Courtoisement, mais silencieusement, tu demandas la permission avant de t’asseoir à sa table. Pour l’instant, tu avais fini ton boulot et vous alliez pouvoir parler plus tranquillement. Nonobstant, j’ai déjà songé à faire carrière dans vos domaines ou, même, ceux de mon père – il est biologiste, entre autres. Néanmoins, pour diverses raisons, autant personnelles comme familiales, je ne puis me le permettre. Du moins, pas pour l’instant.

Doucement, tu remontas un peu le col de ta robe.
Même si tes branchies étaient bien cachées, tu préférais t’assurer qu’elles le resteraient. Tu avais la chance de ne pas avoir les doigts palmés – c’était déjà ça. Tu pouvais passer plus inaperçue, te fondre dans la masse du moment que le climat était clément et que tu couvrais ton cou.

Puis, les études ne pressent pas. Je n’ai pas besoin d’un diplôme pour faire ce qui me plaît ; je peux apprendre par mes propres moyens, rencontrer toutes sortes de personnes, m’occuper et avoir de quoi payer les factures. ajoutas-tu, avec une pointe d’humour. Tu étais très sérieuse, pourtant, et modeste. Tu n’aimais pas trop parler de toi, c’est pourquoi, tu évitais de donner trop détails. Mais, ma vie n’est pas très intéressante. Parlons plutôt de vous, j’ai senti que vous aviez tant de choses à dire~ continuas-tu, élargissant ton sourire avant d’achever ton discours : Oh, d’ailleurs, veuillez m’excuser pour mon manque de politesse. J’ai oublié de me présenter : je m’appelle Feriel. Et vous ? Même si je ne risque pas d’oublier votre visage ni votre voix, j’aimerais bien mettre un nom sur ledit visage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 4 Mar - 11:31

Dangers and meetings under the rain

L’école buissonnière, ce n’était pas bien. Mais savoir que tout cela n’était que fruit de la passion, voilà qui était plaisant. Loin d’être des études imposer, elle semblait préférée les recherches personnelles par curiosité et quête du savoir. Ça ! C’était un très bon état d’esprit. Il en faudrait bien plus des comme elles chez mes collègues. En plus, son père semble l’avoir un peu influencé, tout comme le mien. Biologiste ? C’était parfait, même dans le monde de l’archéologie, on avait besoin d’étudier la vie végétal et animal, etc. Quand on voulait en savoir plus sur un ancien peuple. Si ce n’était de son excellente mémoire, que je jalousais un peu, il était fou de constater les nombreux points en commun que nous avions. Mais elle avait raison, nous en oublions les politesses d’usages, tellement nous fûmes prit dans notre conversation.

"Je m'excuses également. Enchanté Feriel. Mon nom et Jack Emerson et moi non plus je ne risque pas d'oublier votre visage haha. Mais la vie de chacun est intéressante. Vous-même, avez accumuler tant d'expériences fascinante."

L’humain avait tendance à se dévaloriser, plus que nécessaire. Surtout, en sachant qu’il existait des êtres extraordinaires, pouvant contrôler les éléments et écraser une montagne avec le pied. Sans doute, aurez-vous du mal à le croire, mais c’était mon cas aussi. Comme tout le monde, il m’arrivait de penser que ma vie n’avait rien de spéciale, comparer à d’autres. Mais il ne fallait pas justement se comparer à autrui, on avait tous nos failles et nos points forts. Seulement, on avait besoin que l’on nous le rappelle assez souvent.

"Je ne serais même pas, par où commencer avec tous ce que vous m’avez dit. Votre père est biologiste c’est bien ça ? Spécialiser dans quelques choses ? Et aussi, qu’est-ce que vous avez visiter durant vos voyages ? Si vous avez explorez les fonds marins, vous avez bue plus que votre serviteur. Haha."

Explorer les océans et les mers, j’avais déjà fait, mais pas autant que mes fouilles sur terre. Dans l’eau, c’était souvent exceptionnel, et parfois, juste de passage, pour rejoindre une ruine engloutie. Pas que la vie aquatique ne m’intéressait pas, juste que je ne m’y connaissais pas trop, mais je pouvais contempler le spectacle, voyant la vie grouillante tout autour, dans un spectacle aquatique aux mille couleurs. Je devrais m’y habituer, si je comptais toujours un jour visiter l’Atlantide. Je me demandais si Feriel était familière à cela. Voilà que même en penser, je me perdais sur quelque chose d’autre, c’était tout moi ça.

"Je vous comprends, travailler dans ce domaine est passionnant, tout comme pleins d’autres domaines. Mais avec ce que vous avez, vous possédez déjà de très bonnes bases. Si jamais vous changez d’avis, cette porte peut vous êtres ouvertes."

Sur la possibilité de rentrer ou non dans l’archéologie ou tout ce qui touchait l’histoire, on pouvait faire débats. Pour ma part, j’avais eu la chance d’avoir accès à une voie, disons facile. Un père dans le métier, des études directes… Mais j’avais la passion en moi, qui m’aidait à ne pas décrocher facilement et de faire ce que j’avais fait. Même quand mon monde c’était effondrer… Deux fois ! J’ai tenu bon et continuer. Pour faire un métier, ce n’était pas les études qui comptaient, c’était la passion avant tout !

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mar 6 Mar - 21:43


Dangers and meetings under the rain.


À proprement dire, tu n’avais pas séché les cours, tu étudiais à la maison mais, plutôt qu’aller dans un centre pour apprendre tout ce que tu avais appris, tu l’avais fait en t’amusant, te promenant, l’acquérant par le biais de l’expérience, l’écoute et les recherches personnelles – tu étais du genre autodidacte, même si tu étais une bonne élève. On te faisait des cours pratiques sur les lieux des fouilles, on t’apprenait la culture et l’histoire des endroits où tu allais sur place, également, sans compter tout ce que tu lisais, etc. C’est cela que tu entendais par école buissonnière, comme à l’origine, et non le sens actuel de l’expression – ce qui prêtait à confusion et te faire passer pour une cancre ou autres. Tu ne te souciais pas tellement de ce qu’on pouvait penser de toi, pour le coup, même si tu t’exprimais assez… maladroitement. Cependant, tu étais contente que ton aîné ne te fasse pas de remarques au sujet de ta façon d’apprendre.

Enfin, peu importe !
Le plus important, dans tout ceci, c’était cet homme-là. Il s’était présenté sous le nom de Jack Emerson, un nom qui semblait t’être familier. Peut-être que vous aviez déjà croisé un Emerson, peut-être pas de la même famille, peut-être que si ? Ou bien, peut-être qu’il avait sa réputation et tu en avais entendu parler ? Tu avais une excellente mémoire, quasi eidétique mais… il arrivait que tu aies du mal à piocher des informations dans ta petite tête, il y avait tellement de choses là dedans que trouver quelque chose d’aussi vague qu’un nom que tu n’as peut-être entendu qu’une seule fois risquait d’être difficile. Et, souvent, vu que tu retenais les conversations des gens que tu croisais au cours de la journée, si ça se trouve, ça venait juste de là – ce qui voudrait dire que tu ne connaissais aucun individu avec ce nom.

Bref. Autant éviter de trop y penser, ça viendra tout seul.
Sinon, tu risquais d’avoir une bonne migraine !

Et, vis-à-vis de tes propos, concernant tout ce qu’il devait avoir à dire, tu semblais avoir vu juste. De ce fait, il disait ne pas savoir par où commencer mais, apparemment, il ne semblait pas avoir fait beaucoup de plongée – contrairement à toi. Par ailleurs, il posa quelques questions au sujet de ton père et de ce que vous aviez pu voir durant vos voyages. Tu posas tes mains sur le bord de la table, la tapotant du bout des ongles, tout en esquissant un grand sourire. Même si toutes vos aventures ne s’étaient pas passées aussi bien que ça, tu avais de très bons souvenirs. En fait, tu n’avais pas vraiment été malheureuse, au contraire.

Certes, les changements étaient parfois difficiles mais, tout ce que vous aviez appris, vu ou entendu valait la peine – et ce, jusqu’à la moindre information, pour anodine qu’elle puisse être. Encore est-il, puisque là n’était pas la question, que pouvais-tu lui raconter ? La plupart des déplacements que vous aviez faits étaient non seulement à cause du boulot mais, surtout, à cause des recherches personnelles de ton père – principalement liées à Atlantis, leurs contacts avec le monde de la surface, la culture, etc. Pouvais-tu lui parler des lieux où vous étiez allés sans qu’il fasse le lien ou qu’il se pose des questions ? Était-il une menace ? Non, bien au contraire, tu sentais, quelque part en toi, qu’il était digne de confiance et tu avais envie de lui parler. Il y avait peu de possibilités qu’il sache faire le lien en question et ce, à moins qu’il ne s’y intéresse lui-même.

En effet ! Mon père a plusieurs spécialisations, mais il préfère de loin la Biologie Marine et la Génétique, il a un doctorat dans ces deux-là. Il a pas mal étudié, mais je ne saurais pas vous dire tout ce qu’il a fait, il n’aime pas exhiber ses diplômes – si vous voyez ce que je veux dire ? commenças-tu, prenant un petit air pensif. Mon père n’a jamais vraiment aimé le fait de patauger dans des eaux profondes, à moins que j’y sois – et encore. Donc, en général, je m’occupe de la plongée – c’est ma spécialité, pour ainsi dire. Nous avons visité des temples, des épaves, des pyramides, tombeaux et des nécropoles, des villes et autres, tout dépendait d'où mon père voulait aller ou d'où son travail nous conduisait. Sauf à l’Antarctique, nous avons été un peu partout sur les autres continents. précisas-tu marquant une courte pause avant de poursuivre, regardant à nouveau ton aîné : Les endroits où nous sommes restés le plus de temps, c’est sans doutes en Afrique, Amérique latine et Asie. La plupart des sites étaient proches de l’océan ou d’autres points d’eau significatifs. Par exemple, nous avons longé les côtes du Chili jusqu’en Colombie, puis la Riviera Maya et nous sommes restés un certain temps au Mexico. On a bordé les sites proches du littoral de Quintana Roo et Yucatán, mais on a passé assez de temps à Chichen Itzá et, même si les Autorités interdisent le bain, les nahuatl qui nous guidaient m’ont laissé plonger dans le Cénote sacré. Les eaux du cénote Xtoloc sont plus propres, mais les galeries sont plus larges et accessibles au fond du Cénote sacré. Et plus stables, à vrai dire, car, même s’il y a beaucoup de fange, la pierre des parois du fond est plus massive et le sol sous la boue est plus solide que celui de l'autre cénote.

Alors que tu finissais ta dernière phrase et que tu comptais poser des questions audit Jack, la porte de l’Olw’Blues s’ouvrit brusquement. Le vent humide s’engouffra dans l’établissement en même temps que les quelques individus qui risquaient de gâcher votre soirée. Tu sentis de l’angoisse et de la colère, entre autres, et ce que tu percevais te rendait mal à l’aise…

Bonsoir et veuillez nous excuser, mais nous allons bientôt fermer. lança Lana, pas très rassurée par ce qu’elle voyait.

Pourquoi maintenant ?
Pourvu que ça ne tourne pas trop mal…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Ven 9 Mar - 9:10

Dangers and meetings under the rain

Ce fut un échange très intéressant qu’il y avait entre nous. Chaque chose que l’un disait, l’autre écoutait sans tromperie. Son père était un grand biologiste de la vie marine, voilà qui était fort intéressant. L’étude de la vie animale, pouvait grandement aider l’archéologue dans ses recherches. Cela aidait à dater parfois, mais surtout, apporter un indice essentiel sur la vie à l’époque et les impacts de la diversité sur une civilisation. Et quelle liste de lieux visité, tout comme moi, il était difficile d’en établir une tellement d’endroits furent explorer. Une des choses que j’aimais dans mon métier, les voyages et les paysages varié qu’on pouvait voir dans l’année. Et encore, Feriel a dû en avoir des pas mal, lorsqu’elle aidait son père lors des plongées. D’ailleurs, je trouvais cela amusant d’entendre dire qu’un spécialiste de la biologie marine n’aimait pas trop plonger.

Alors que nous étions bien lancés dans notre conversation, un groupe d’individus pénétra dans le bar-resto, d’un pas pressé. Feriel leur annonça qu’ils étaient fermés, mais quelque chose clochait. C’était dans leur attitude, quelque chose de menaçant. C’est alors qu’on entendit des sirènes, celles de la police. À Gotham, cette musique était habituelle, toutes les secondes, un crime était commis et la police en action, on devait s’y habituer à la longue, comme entendre le son de la radio. Pourtant, cette mélodie n’était pas pour l’occasion une musique d’ambiance. Elle énervait nos nouveaux invités.

"Toi ! Ferme tout ! Et pas un bruit sinon !"

Cria l’un des hommes, menaçant la tenancière avec un flingue sortit comme par enchantement. Bien que voir une arme apparaître puisse tétaniser et surprendre, la peur paralysante ne durait pas longtemps en général, juste laisser le temps à votre cerveau de comprendre que vous étiez en danger et de réagir de la manière la plus appropriée. Dans le cas de la barmaid, elle obtempéra sans poser de question, bonne attitude. Pour le reste des clients, le très très très peu qui restait, quelques cris de frayeurs et se mettre mains sur la tête, ou se cacher sous la table. L’une des femmes qui composait les preneurs d’otages cria à tous de la boucler.

De mon côté, j’obéissais, me mettant à genoux, mains sur la tête, sans crier, ni rien dire. J’avais peur ? Un peu oui, mais vous vous douterez sans doute qu’être menacé de mort par une arme et pris en otage, m’était un peu monnaie courante. J’avais survécu à des chefs de guerre, des terroristes, des organisations criminelles… Alors une bande de brigands ne m’effrayait pas plus, bien au contraire. Et vous connaissez les principes à suivre, obtempérer, ne pas jouer les héros et rester tranquille. Et vous me connaissez…

"Ne vous en fait pas, ça va bien aller." Disais-je à Feriel avec un petit clin d’œil pour rassurer la jeune serveuse.

Avais-je un plan ? Haha ! Euh non pas encore, mais cela cogitait déjà dans mon cerveau. A la manière d’un Sherlock Holmes sans opium, j’analysais la situation pour savoir quoi faire. Ils n’étaient pas lourdement armés, et était composé de quatre personnes. Deux hommes, deux femmes. Selina en aurait déjà fini avec eux. Ils portaient une grande confiance en leurs armes on dirait bien, et sans doute à leur force brute. La technique et la stratégie pouvait nous aider, mais y aurait-il des blesser chez les otages ? J’espèrais que non.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Ven 9 Mar - 14:02


Dangers and meetings under the rain.


Alors, là, pour le coup, ton père allait rapidement savoir ce qui s’était passé… Tu espérais juste que cette affaire n’allait pas prendre une trop grande ampleur, mais quelque chose te disait que c’était foutu d’avance. Non seulement ton lieu de travail s’était transformé en planque à criminels mais, également, en prise d’otages. Une partie du personnel était encore sur place, y compris la patronne qui se trouvait dans l’arrière-boutique, ainsi que quelques clients… Le moindre faux pas pouvait faire que ça se dégénère et, pourtant, rester des bras croisés te démangeait – et pas qu’un peu. Avec les armes qu’ils portaient, tu savais que tu n’allais pas être blessée, mais ils pouvaient encore blesser ou tuer les autres otages et, d’un autre côté, tu ne tenais pas trop à montrer que tu n’étais pas comme les autres. Néanmoins, en cas d’urgence, tu n’hésiterais pas à faire ce qu’il faudra or, rester passible allait contre tes principes dans ce genre de situations : tu refusais d’en être complice.

Avec un vague retard dans son action, Lana fit ce que les criminels lui demandaient, appuyant sur la télécommande qui baissait la grille de l’entrée afin de bloquer le passage, à défaut de pouvoir mettre le cadenas sur la porte d’entrée. Les cris, les mouvements brusques pour se cacher sous les tables comme on pouvait et/ou mettre les mains sur la tête, le cocktail d’émotions que tu percevais et les sirènes du GCPD te rendaient très mal à l’aise. Encore est-il, tu demeurais très calme, physiquement parlant – anormalement calme. Ce n’était pas la première fois que tu étais mêlée à ce genre d’événements – et, il faut dire que tu avais été dans des pires draps. Et, bien que ça te contrariait, tu fis comme l’aventurier, t’agenouillant avant de placer tes mains sur ta nuque.

Ton sourire faiblit, même s’il ne s’était pas totalement effacé de ton visage. Il était quasi imperceptible, te donnant l’air assez sérieux et relativement confiant – ce qui n’était qu’une façade, au final. Tu t’inquiétais, mais tu ne voulais pas montrer tes émotions – à quoi bon ? Tes grandes prunelles aux couleurs de la mer caraïbe se posèrent sur l’archéologue, qui tentait de te rassurer - son clin d’œil te fit esquisser un mince sourire. Ton attention se riva sur le petit groupe armé, les regardant en coin, avant de souffler un semblant de réponse à ton interlocuteur :

Je l’espère, tout comme j’espère ne pas avoir à intervenir…

Du moins, sans avoir étudié davantage ces gens-là.
Que voulaient-ils ? De l’argent, attirer l’attention de quelqu’un, faire des dégâts – simplement – ou autre chose ? Ils étaient sans doutes aussi nerveux que les otages et la tension allait encore monter… c’était toujours ainsi. Afin d’éviter les embrouilles in-nécessaires, tu allais user d’un de tes dons pour détendre ceux qui étaient trop stressés : l’empathie allait t’aider à chasser une partie de cette tension, à l’apaiser, mais, pour cela, il fallait que TU te détendes avant. Ainsi, tu pris une profonde inspiration et fermas les yeux avant d’expirer, discrètement. Tu répétas ceci une ou deux fois de plus et, à l’instant où tu sentis que ton corps se détendait un peu, tu tentas d’implanter ce calme dans les personnes qui se trouvaient à la portée de ton don.  

S’il y en a qui sont nerveux, on peut utiliser leur excès de confiance contre eux. Ils ne sont que quatre, avec des armes de petit calibre et, sûrement, ils pensent pouvoir faire usage de la violence pour maîtriser ceux qui oseront bouger... murmuras-tu, à l’attention de l’aventurier. Et s’ils cachent quelque chose d’autre, niveau armes ? J’aimerais savoir ce qu’ils veulent, exactement avant qu’on tente quoi que ce soit… On peut, peut-être, arriver à un accord, pacifiquement…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 11 Mar - 13:34

Dangers and meetings under the rain

Que voulait-elle dire par « Ne pas avoir à intervenir » ? Pour le moment, j’avais un peu de mal à comprendre, si ce n’était qu’elle comptait jouer les héros. Ou justement, c’était une super-héroïne cachée, ou bien une personne ayant suivi un entraînement intense au combat, avec le GCPD, ou une secte d’assassin. On pouvait imaginer de nombreuses choses juste avec ces quelques mots, mais dans tous les cas, on pouvait espérer qu’à la fin, il n’y aurait pas trop de casse, du moins pour notre camp. Pour le moment, il ne s’agissait que d’un groupe de braqueur lambda, aucun super pouvoir ou technologie de pointe relevé, Toutefois, ce n’était pas moins dangereux, car ils pouvaient vite se montrer nerveux. La suite me surprit quelque peu.

"Quoi ? Vous voulez jouer la carte de la manipulation ? Ils n'ont pas l'air très fute-fute, mais j'ignore s'ils balanceront des infos aussi facilement que ça."

En plus, vouloir trouver un accord pacifique… On était à Gotham, capitale du crime et de la corruption. Les criminels ici, n’étaient pas connus pour être des tendres, abreuvais de violence et de sang, la pitié était une denrée rare dans cette cité. Certains criminels, avaient sans doute un passé traumatisant, qui pouvait nous pousser à compatir, mais cela ne les rendait pas moins dangereux. Chaque seconde ici, un meurtre était commis, un vol fut perpétré, et une agression faite. Notre cas, ne serait qu’un murmure dans l’ensemble de l’histoire de Gotham City. Tout ça pour dire, que le mal avait tellement gangréner la ville, que la compassion, la pitié, le pardon, avaient à peine une étroite place, sans doute obliger de monter les uns sur les autres n’ayant qu’un seul siège pour eux tous.

"Eh vous deux ! Bouclez-là si vous ne voulez pas un troisième œil sur le front !" Nous gueula une des filles du groupe, braquant son arme tout à tour sur nous.

Marrant, dans d’autres conditions, j’en aurais profité pour parler de la coutume Hindi concernant le troisième œil, peint sur le front et tout le sens que cela représentait. Mais je n’avais pas envie de faire un cours anthropologique pour le moment. Sans doute par insouciance, je soutenais son regard avec un certain défis, montrant que je n’avais pas peur, et lui répondant d’une voix détendue, sans trembler, ni hacher mes mots.

"C’est bon, on se tiens tranquille. Inutile de d’aggraver les choses."

La fille me dévisagea faisant une drôle de grimace et voulu le frapper avec son arme. Le coup ne fut pas violent, et je n’eus qu’un petit pète au niveau du front. Trois fois rien, je survivrais, j’ai connu pire que ça. Au moins, elle nous laissa tranquille en retournant voir ses complices. Me retenant de me moquer d’elle, je me penchais en direction de Firiel, parlant plus bas qu’avant.

"Je ne sais pas si cela peut vous aidez, mais elle n'est pas une violente. Je crois qu'ils aboient plus qu'ils ne mordent et son dépasser par la situation."

Avec mon esprit analytique, j’arrivais à mes premières spéculations. Ils ne venaient pas braquer le bar, car à peine arriver, ils étaient déjà perdus. Non, ils ont dû venir ici à la dernière minute, sans réel plan. De plus, ils discutaient pas mal entre eux, donc ils étaient bien à refaire un plan en entier. Sans oublier que ceux qui devaient être leur sac, semblaient bien remplit. Tous ces premiers éléments me donnèrent une idée, qui me semblait la bonne.

"Je crois même qu’ils sont ici pour se planquer, ils sont en cavale, leur crime doit être encore frais."

Et sans nul doute que ces sirènes de police, qu’on entendait depuis tout à l’heure, devaient être à leur poursuite. Telles les terrifiantes Erinyes, ou Furies, les déesses de la vengeance et du châtiment, traquaient les vils criminels, qui ont transgresser l’ordre divin. Le sang de l’innocent eût-il couler et l’hybris accomplit ? Sans doute pas pour le dernier point, mais la justice était en cours, façon de parler.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 15 Mar - 16:57


Dangers and meetings under the rain.


Il n’avait pas tout à fait tort en parlant de manipulation mais, plutôt que les manipuler, tu comptais surtout leur parler, savoir ce qui s’était passé et tenter de trouver un terrain d’entente pour que leur situation et la votre ne s’aggrave pas davantage. S’ils n’avaient tué personne, tu allais les aider sans chercher à les piéger ensuite. Sinon, comme mentionné, tu feras en sorte qu’on s’occupe de leur cas – d’une façon ou d’une autre. Et, comme ton aîné te l’avait si bien fait remarquer, ils n’étaient pas très futés. Tu ne sous-estimais personne, encore moins un possible adversaire. Cependant, ce n’était pas seulement une apparence, rien que les hommes du groupe ne devaient pas avoir une très grande capacité neuronale… Et, encore une fois, malgré cela, ils devaient bien être du genre peu bavards.

Ce qu’on ne savait pas, c’est que tu avais un grand pouvoir de persuasion. Ce n’était pas une capacité liée à ta nature, non, mais à ton intellect et tu n’hésitais pas à user de l’empathie en cas de besoin – même si tu n’aimais pas jouer avec les émotions d’autrui. Tu avais traité avec des gens très coriaces et qui, pourtant, finissaient par te parler très ouvertement. Tu inspirais la confiance et la plupart des gens qui te connaissaient disaient que tu étais quelqu’un de très attachant. Même si une minorité disait quelque chose de très différent parce qu’on peinait à te cerner : tu étais imprévisible, rusée et réservée, c’est pourquoi on pouvait aussi se méfier de toi. Pourtant, à moins d’avoir quelque chose à se reprocher, tu ne supposais pas  une quelconque menace.

Gotham était une ville rongée par la corruption et le crime depuis des siècles. On pouvait rapidement la qualifier de lieu pourri jusqu’à la moelle, mais il y avait toujours de la bonté et de la solidarité dans l’esprit et les actes de tes concitoyens. Du moins, c’est ce que tu croyais et tu voyais cette ville comme un très vaste jardin où, malgré les mauvaises herbes qui tentaient d’étouffer les autres plantes, des fleurs tentaient de s’épanouir. C’étaient ces bourgeons qu’il fallait protéger et chérir, quelle qu’elle soit la plante, car on ne peut pas toujours identifier les mauvaises herbes et une jeune pousse peut si bien devenir une magnifique fleur comme une plante nocive et/ou envahissante. Tout dépend de la façon dont on s’en occupe.

Bref. Quoi qu’il en soit, ces pseudo-criminels pouvaient n’être que des citoyens désespérés, des gens qui étaient acculés par la société. Dans ce cas, ce n’était point un jugement quelconque qui arrangerait votre situation ou la leur : il suffirait de leur tendre la main et d’attendre qu’ils veuillent bien la saisir. Ils étaient de plus en plus nerveux et, même si l’une des femmes vous avait crié dessus et vous menaçait avec son arme, tu avais senti qu’elle était réticente à la violence. Elle avait, même, hésité à frapper l’archéologue, bien qu’il eût droit à un coup de crosse. Et tu avais mal pour lui… Physiquement parlant, ce n’était pas grande chose, mais quand même ! Un coup sur la tête, c’est un coup sur la tête. Une charge pour agression physique pouvait être ajoutée au casier des autres quatre stressés, ce qui ne risquait pas de les aider…

Quand l’inconnue armée retourna auprès de ses complices, tu regardas ton aîné en arborant une moue inquiète. Alors, il se pencha vers toi, parlant plus bas que tantôt ; il confirma tes suppositions à l’égard de la personne qui l’avait frappé et de son groupe. Il était clair qu’ils s’étaient planqués ici parce que c’était l’un des rares commerces encore ouverts dans le quartier, mais il n’y avait rien qui puisse te dire ce qu’ils avaient fait – pourquoi ils étaient en cavale. Espérant ne pas lui faire du mal et pouvoir le soulager un peu, tu posas le revers de ta main sur l’endroit où on l’avait cogné – ta peau était assez froide, mais très douce pour une personne qui bosse autant que toi.

Vous avez tout à fait raison, M. Emerson. Elle n’aime pas utiliser la violence et, je dirais, même, que c’est la première fois qu’elle a fait ce qu’elle a fait, aujourd’hui. Je vais essayer de leur parler. soufflas-tu, osant te redresser, lentement. Gardant les mains bien à la vue, en signe d’honnêteté, tu te permis de t’adresser aux fripouilles. Euhm… Dites, est-ce que vous voulez boire quelque chose ? Ou même manger ? Il reste des gâteaux et des petits fours et je sens que si la jeune femme aux yeux bleus ne mange pas un peu de sucre, elle va s’évanouir. lanças-tu, très naturellement, ce qui te valut quelques regards incompréhensifs et un bref silence de la part des certains otages. Je ne sais pas ce que vous avez fait et cela ne me concerne point mais… est-ce que je peux vous poser deux ou trois questions ? Si vous y répondez, je pense pouvoir vous aider. continuas-tu, marquant une courte pause avant de poursuivre et ce, sans attendre un quelconque aval : Qu’avez-vous fait pour en arriver-là ? Avez-vous pris la vie de quelqu’un ? Je ne demande aucun détail, juste à connaître les faits pour mieux pour aider. Et, sachez que je ne veux rien en retour de ce coup de pouce : j’aimerais juste que vous rangiez vos armes ou, du moins, que vous ne blessiez personne… S’il vous plaît. ajoutas-tu, leur adressant un mince sourire. Tu te montrais aussi compatissante et sincère que polie et amicale, sans pour autant être familière. Qu’en dites-vous ? Ah, bien sûr, je vous offre les consommations, si vous allez prendre quelque chose. Mais… décidez-vous en vite parce que mon père sait où je travaille et s’il intervient, autant vous, comme moi, n’allons plus sentir le vent sur nos visages avant un moment : il appellera la police si je tarde trop à rentrer.

Les gens normaux ne se soucient pas d’un retard ou de si quelqu’un ne donne pas de signes de vie pendant une journée. Tu n’étais pas célèbre ni riche mais… le fait que tu ne sois pas totalement humaine vous avait rendus très prudents et avait fait que ton père soit surprotecteur. Il connaissait tes habitudes, les lieux que tu fréquentais et bien plus. Si quelque chose se passait mal, il allait faire en sorte que tu restes à la maison… Il y était parvenu quand tu étais plus jeune, tout comme il était parvenu à faire que tu quittes tes jobs – ou plutôt, qu’on te vire, pour ton bien. Alors, pourvu qu’ils aient un peu de jugeote, parce qu’ils risquaient gros et tu ne voulais pas faire du mal à qui que ce soit, directement ou indirectement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 18 Mar - 14:05

Dangers and meetings under the rain

Elle tentait vraiment de résonner avec ces criminels ? D’ordinaire, on leur casser les bras, puis les jambes avant de les envoyer en prison. Et vouloir leur parler, se révélait souvent une mauvaise idée, en réalité, cela augmentait les chances de se prendre une balle en pleine tête, ou finir, enlever et retrouver en morceaux au bord d’une route. Feriel devait être une démocrate extrémiste qui pensait qu’on pouvait dialoguer avec n’importe qui. La jeunesse que voulez-vous. En tout cas, cela démontrait bien à quel point j’avais des méthodes moins… Douce ? Ok, je pouvais aussi me montrer diplomate, tenter de parler à l’autre pour calmer le jeu si possible, mais souvent j’étais déjà partis dans des échanges violents, où coups de poing et armes à feu étaient monnaie courante. Étais-je un violent et un meurtrier ? Une question qui pouvait faire débat.

Je me tenais prêt à agir, à bondir sur Feriel afin de la sauver, si l’un des gusses tenterait de l’abattre. Je n’étais qu’un simple humain, mais j’étais rapide et agile, savoir esquiver les tirs, c’était un peu ma spécialité, enfin une de mes spécialités, sans vouloir trop me venter. Mais, il ne semblait y avoir de raison à bondir comme un diable pour mettre la jeune fille en sécurité et se débrouiller à maîtriser tous ces malfaiteurs. C’était à croire qu’elle avait réussi à toucher quelque chose, car le visage dur de la bande des quatre, c’étaient quelque peu adoucis et leur voix, ne grondaient plus comme le tonnerre, mais restait glaciale et un minimum menaçante.

"Gardes ta saleté de pâtisserie ! Et retourne t'assoir. Là ! Il n'y aura pas de blesser ma jolie."

Impossible de savoir si la serveuse possédait une telle assurance grâce au courage ou à la naïveté. Sans plus attendre, je me relevais doucement, gardant au début mes deux mains en l’air, avant de n’en laisser plus qu’une, pour que la seconde aille chercher Feriel et ne la fasse revenir à sa place d’origine.

"Oui, on retourne à notre place, ne vous en fait pas, personne ne posera de problème."

Nous écartant un peu, la bande de malfaiteurs retournait à leur discussion animée. Ils étaient visiblement plus que dépasser et rejeter la faute de la situation l’un à l’autre. Quoi qu’ils eussent voulu faire, cela avait loupée en beauté, et maintenant, ils étaient coincés. Ce qui voulait dire que nous étions dans une condition dangereuse. Acculé un animal dans un coin, faire lui comprendre qu’il ne pourra fuir dans une belle pirouette, et vous verrez le résultat. Les laissant donc régler leur problème, je m’adressais tout bas à l’intention de Feriel.

"C’était une très belle tentative, je pense que vous avez faillis avoir quelque chose. Mais écoutez, je me suis fait suffisamment braquer par une arme pour savoir comment ca fonctionne. Les pires, ce sont ceux qui n’ont que peu d’expérience comme dans ce cas. Ils sont nerveux, et stress facilement. Il suffirait d’une chose, et ça partira en bain de sang."

Combien de fois m’étais-je fait menacer par une arme ? Non sérieusement, j’en avais perdu le compte. Au moins, cela m’aidait à apprendre un peu plus sur la nature humaine, car ceux ayant voulu me descendre étaient tous des gens de différents types, et pour s’en sortir en vie, il fallait savoir adapter ses méthodes. Là, nos animaux piégés n’allaient pas tarder à mordre. Effrayer, ils tenteront sans doute dans pas longtemps une manœuvre désespérer. Mon cerveau carburant autant que pour étudier un tombeau, je cherchais une solution. Et comme à chaque fois, il fallait improviser.

"Je vais tenter quelque chose… Essayez de les distraire pendant ce temps. D’accord ?"

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mar 20 Mar - 23:58


Dangers and meetings under the rain.


Meh. Et double meh.
Tu aurais peut-être dû user de ton pouvoir pour les calmer directement mais, ce n’était pas facile de contrôler le flux d’émotions dans ce genre de situations. Tout le monde était stressé, effrayé et/ou en colère, c’étaient beaucoup d’émotions fortes concentrées dans un espace restreint alors, insuffler ton calme et l’amplifier n’était pas une chose aisée. Au moins, ton discours semblait les avoir touchés, même si ce fut l’un des types qui t’envoya sur les roses très froidement. Malgré tout, tu savais que tu pouvais parler avec eux en insistant un peu. Cependant, tu ne tenais pas non plus à les acculer davantage – du moins, à leur faire sentir ainsi, ils l’étaient déjà suffisamment.

Affichant un petit air presque déçu et compatissant, tu te laissas entraîner par ton aîné. Tout en l’écoutant, tu regardais les quatre malfrats se disputer ; l’aventurier complimenta ta tentative de dialogue, mais, contrairement à toi, il pensait qu’user de ce genre de méthodes n’était pas prudent ni utile dans ce cas-là. Ton regard se posa à nouveau sur lui, arborant une expression plus sérieuse – tu étais pensive et ton sourire s’était pratiquement effacé, de ce fait. Tu ne comptais pas baisser les bras mais… si cet homme te demandait de les distraire pendant qu’il tentait quoi que ce soit, comment allais-tu le faire ? Si tu te levais et qu’ils décidaient de te tirer dessus pour te maîtriser soit disant – puisqu’ils t’avaient déjà prévenu – ou que tu leur balançais du mobilier dessus, ce n’était ni prudent, ni discret, ni utile… Mais, utiliser la magie était un piètre choix et une très TRÈS mauvaise idée. Il t’est arrivé de faire exploser les tuyauteries et les robinets dans l’une de vos maisons, entre autres, et tu ne maîtrisais pas du tout ton hydrokinésie.

Ceci dit…
Pourquoi n’essayerais-tu pas de te concentrer des petites quantités de liquide ? Ça devrait pouvoir être possible, uh ? N’avais-tu pas réussi à éviter qu’un verre se renverse sur toi ou à t’ébouillanter avec l’eau quand tu cuisinais, auparavant ? Oui. Dans tout ce chahut, personne ne se posera des questions et c’était un moyen des plus pacifiques pour les distraire. Peu convaincue, tu pinças tes lèvres avant de hocher la tête, acceptant d’aider l’archéologue dans ce qu’il entreprendrait de faire. De plus, bien que cela te déplaisait, s’il optait par déclencher un combat, tu participeras également : tu n’étais pas douée, mais tu étais plus forte que les humains normaux – tu n’avais qu’à leur foncer dedans et l’impact ferait le reste.

Quoi que vous pensiez, je soutiens le fait qu'on peut user de la parole avec presque tout le monde. soufflas-tu à l’attention de ton aîné, t’éloignant un peu de lui, pour te rapprocher du comptoir, en toute discrétion.

Une partie des verres que tu avais débarrassés y trônaient toujours – certains avaient toujours des restes de café, d’infusions et de l’eau dedans. Profitant que les quatre individus continuaient de se prendre le bec, tu levas une de tes mains pour la rapprocher des verres en question, sans pour autant te redresser. Les gens n’y verraient que du feu : ton geste n’était pas du tout évident et les regards étaient surtout braqués sur les criminels et leurs armes.

Les deux soucis : les caméras de sécurité et l’aventurier.
Des éléments que tu avais pris en compte et que tu avais choisi d’affronter – tu y remédierais plus tard, si quelqu’un disait quelque chose. Ainsi, te concentrant sur ces restes de liquides à base aqueuse, tu parvins à en faire des projectiles – dont la forme et la force étaient très instables. Bien que tous n’avaient pas touché tes cibles, certains étaient venus s’écraser sur leurs crânes et leurs visages. Tu baissas la main rapidement, espérant que la suite se passerait pour le mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 25 Mar - 9:30

Dangers and meetings under the rain

Presque tout le monde… Oui « Presque. » Il faudrait à l’occasion, si nous restions en vie, que je lui rapporte quelques anecdotes pour bien lui montrer que la discussion ne marchait pas toujours. J’en avais vu qui était de vrais sadiques, des sociopathes, qui vous achevez pour un oui ou pour un non. Pour certains même, ceux cherchant à parler pour calmer le jeu, devenaient des jouets entre leurs mains. Après, j’étais d’accord sur le fait qu’il valait mieux parler avant, donner une chance avant le point de non-retour, mais je préférais éviter ce point. J’étais fatigué de voir des innocents, des proches souffrir pendant que moi, je causais avec l’agresseur pour éviter de faire trop couler le sang. Elle était jeune aussi, un jour, ce que je n’espérais pas, elle risquait d’en être lasse aussi.

Justement, comme diversion, je pensais que Feriel tenterait encore de dialoguer, mais il n’en fut rien. J’ignorais ce qu’il se passait, où ce que je voyais. Alors que je cherchais à me cacher derrière le bar pour prendre par surprise les ravisseurs, quelque chose se passa avec de l’eau, où ce qui y ressemblait. Cela eut pour effet de les déboussoler, les faire rager même, l’une des filles tomba même à terre, complétement sonnet. Les autres visèrent n’importe où, cherchant tout comme moi, l’origine de ces attaques surnaturelle. Et finalement, le plus nerveux, qui fut à moitié aveugler et boitant un peu, braqua son arme sur elle. La femme qui se tenait recluse dans son coin, la barmaid. Sans doute, la soupçonnait-il d’être responsable, car elle était la plus proche, mais il ne comptait pas lui accorder le moindre procès.

La femme poussa un cri et implora pitié, plaidant son innocence, cela entrait dans l’oreille d’un sourd. Le temps était compté. Sautant par-dessus le bar, je pris une bouteille qui traînait là, et avec, je frappais au-dessus du crâne du petit nerveux. En plus d’avoir la jambe blessée, et un œil invalide temporairement, le voilà tombant dans les vapes, lâchant son arme. Je la rattrapais juste avant qu’elle ne touche le sol, et me servit du corps comateux comme bouclier, faisant face aux deux derniers cambrioleurs qui étaient chacun en un piteux état. Tenant fermement l’arme, je les braquais à mon tour.

"Non ! N'essayez même pas !"

La dernière fille encore debout, façon de parler, tenta une approche, mais je tirais juste à côté d’elle pour la maintenir en respect. Je n’avais pas de passé militaire, ni dans les services secrets, ou génétiquement modifié, cependant, je savais me servir d’une arme. Je n’avais aucune intention de blesser qui que ce soit, encore moins de tuer. Mon regard se posa un moment sur le reste de l’assistance, sur la barmaid traumatisée, les quelques clients au bord des larmes, et Feriel.

"Est-ce que tout va bien ?"

Il ne manquait plus qu’à contacter la police, et envoyer ces quatre-là en prison pour un long moment. Si on se contentait de ces quelques blessés, cela m’arrangerait. Et dire que j’étais sensé prendre un moment de repos, me remettre de ma précédente aventure traumatisante après avoir découvert la vérité sur mon père. La douleur du moment, la peur, la colère refirent surface. L’envie de rire n’était plus, ces bandits n’avaient aucun intérêt de me mettre en colère, ils n’étaient rien, face à un monstre cosmique destructeur de monde, cette bande n’était composé que de petits rigolos. Pour le moment, la chance était de notre côté, néanmoins, nous n’étions pas encore sorties de l’auberge, c’était loin, mais très loin d’être fini.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Mer 28 Mar - 23:21


Dangers and meetings under the rain.


Personne n’avait compris ce qui venait de se passer et, visiblement, tu avais fait plus de mal aux brigands que tu ne l’espérais. Certains de tes projectiles s’étaient, certes, défaits et étaient tombés par terre sans même les toucher ou les avaient seulement éclaboussés. Toutefois, ceux qui avaient touché tes cibles les avaient frappés avec une certaine force, au point qu’une des femmes en soit assommée – tu eus mal pour elle. Il faut dire que, au vu de la vitesse à laquelle ils avaient touché le petit groupe, c’était comme si tu leur avais lancé des pierres. Tu ne voulais pas leur faire de mal, même si c’étaient des criminels… En plus, tu avais énervé et rendu encore plus nerveux l’un d’entre eux, qui avait pointé son arme sur Lana – qui criait et suppliait, angoissée, inutilement.

Heureusement pour vous, l’aventurier s’était déjà faufilé derrière le bar quelques instants auparavant et ne tarda point à sauter par-dessus le comptoir, une bouteille en main, pour fracasser le crane du brigand nerveux et énervé ; il fut ensuite blessé et finit par s’évanouir, lâchant son arme – que ledit Jack rattrapa au vol. Parmi l’incompréhension des criminels, tu percevais une once de peur : ils ne savaient pas ce que tu avais fait, personne ne le savait, pour l’instant, mais ce qui nous est inconnu nous effraie. Le brun avait rapidement mis hors combat l’un des types, mais s’occupa aussitôt des deux autres qui restaient, usant le corps de celui qui était inconscient comme bouclier avant de les braquer, à son tour. Tu aurais très bien pu intervenir, rentrer dans le tas, mais ce n’était pas LE bon moment. Il n’y avait pas beaucoup de distance entre ta position et celle de ton aîné, tu n’allais pas tarder une seule seconde à la franchir, en cas de besoin. Raison pour laquelle, tu te devais d’attendre : tu avais assez fait, pour l’instant.

Ainsi, ton attention se tourna vers la rouquine, dont tu t’approchas afin de la consoler. Elle était traumatisée, elle n’avait visiblement pas encore eu une arme braquée sur elle – pas un flingue, du moins. Doucement, tu te permis de l’enlacer et frotter un peu son dos pour la réconforter. Tu la sentis sursauter quand il y eut un coup de feu, que l’archéologue avait tiré pour intimider la dernière criminelle debout – histoire qu’elle garde ses distances. Elle n’était pas la seule à avoir les larmes aux yeux, quelques-uns des rares clients qui restaient étaient plus ou moins dans le même état. Toi, tu étais calme pour une jeune femme qui venait de se retrouver dans une prise d’otages par un petit groupe de criminels armés et en cavale. Toutefois, ce coup de feu t’avait fait siffler les oreilles et t’avait donné mal au crane : tu avais l’impression qu’on te vrillait les tympans…

Quand on posa la question, tu ne fis qu’acquiescer : toi, tu allais bien, tu n’avais rien et n’aurais rien eu, de toutes façons. Bienheureusement, il y avait eu plus de peur que de mal… mais, était-ce vraiment fini ? Maintenant, vous deviez informer la police et parler avec le GCPD n’était pas toujours simple. Ayant travaillé avec eux, en tant que consultante, tu n’étais pas très bien vue de tous puisque tu étais neutre et ne balançais pas tes clients, sauf exceptions.

Lâchant un peu à contrecœur la barmaid, tu vis sortir la patronne de l’arrière boutique. C’était une blonde très grande, elle avait la bonne quarantaine et les cheveux longs, habillée en tailleur et… elle n’avait pas perdu son temps avant d’appeler la police puisqu’elle venait à peine de raccrocher quand elle s’approcha du comptoir. Puisque Glenda, tel était son nom, était plus ou moins en couple avec la barmaid, tu estimais que la rouquine préférerait être consolée par sa partenaire. Cette dernière avait vu ce qui se passait en salle et balaya les lieux du regard avant de s’attarder sur toi, serrant la trentenaire traumatisée contre elle. Elle avait bien fait de rester en retrait, d’une certaine façon, ainsi elle avait pu agir plus vite quand il le fallut. Mais, hélas, il y avait quelque chose dans son regard qui te rendait mal à l’aise : elle se posait des questions, avait-elle compris ce que tu avais fait ? Elle ne te jugeait pas, elle te jaugeait et, pourtant, tu ne fus pas en mesure de supporter son regard comme tu l’aurais fait d’habitude – le détournant légèrement, observant l’aventurier à son tour.

Le GCPD ne va pas tarder à arriver. Les patrouilles qui étaient dans le secteur ont changé de cap, ce n’est qu’une question de minutes. Je vous prie de garder votre calme jusqu’à ce qu’ils soient là. s’exclama ta patronne et propriétaire du bar, d’une voix autoritaire, mais se voulant rassurante.

Elle n’était pas aussi souriante que la barmaid, on pourrait presque la qualifier d’intimidante quand on ne la connaissait pas – elle était suédoise et on l’entendait dans son accent. Laissant les deux femmes entre elles, tu optas plutôt pour te rapprocher de Jack. Tu percevais le cocktail d’émotions qui affluaient en lui, fortes et pas très agréables. Tu ignorais ce à quoi il pensait, mais tu n’avais pas besoin d’être voyante pour comprendre que c’étaient soit des mauvais souvenirs, soit des sentiments exacerbés. Personne n’éprouvait et percevait les émotions avec la même intensité, c’est pourquoi il était très difficile de connaître l’état de quelqu’un en fonction de ce que tu percevais, sans l’avoir analysée. Ton empathie te permettait de mieux comprendre autrui, mais ce n’était pas suffisant. Quoi qu’il en soit, tu te sentais mal dans tout ce chahut : mal pour les clients, pour les criminels et parce que ça en faisait beaucoup de choses à gérer – du bruit, du mouvement, des émotions...

J’ignore ce qui tourmente votre esprit, M. Emerson. Mais, vous devriez essayer de vous détendre un peu. La situation est maîtrisée, pour l’instant, et la police ne tardera pas à arriver. lanças-tu, venant près de lui, gardant un œil sur les brigands. Tu ne te réjouissais pas du tout de leur malheur, tu te montrais presque compatissante, bien que tu étais plus froide : tu leur imposais une certaine distance, désormais. Si vous avez besoin d’une oreille attentive après ceci, je suis là. Je doute que ce qui est en vous ne soit que le fruit de la mésaventure de ce soir. soufflas-tu à son entente, t’accroupissant pour inspecter la femme que tu avais assommé.

Tes projectiles aqueux ne les avaient pas blessés, mais ils risquaient d’avoir des bleus et des bosses un moment. Même si c’étaient des fripouilles et tu ignorais ce qu’ils avaient pu faire avant de venir, qui vous avaient terrorisés et avaient malmené ton aîné, tu t’en voulais. Dans ta position actuelle, d’ailleurs, si l’aventurier baissait les yeux, il risquait de voir les appendices qui ornaient ton cou, sous le col qui commençait à glisser : des branchies. Soupirant profondément, tu passas tes mains sur ton visage puis sur tes cheveux, aplatissant sur ton crane quelques mèches qui retombaient sur tes yeux.

Si le GCPD demandait les enregistrements, tu allais être en très mauvaise posture. Ce n’était pas qu’ils étaient très futés, ou que ton geste était explicite, mais tu étais une fille bizarre, réservé et mystérieuse, sans compter que tu étais la plus proche des verres.. Si quelqu’un faisait le lien, tu espérais seulement qu’on ne te jugerait pas hâtivement. Tu ne voulais pas d’embrouilles, mais tu savais très bien que la société ne traitait pas de la même façon les gens comme toi ; or, même s’ils idolâtraient certains d’entre eux, ils en craignaient tout autant.

Je suis cuite... marmonnas-tu en arabe égyptien, pensant à voix haute. Et papa ne sera pas du tout content… Je peux dire au revoir aux plongeons dans la baie pendant un bon moment...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 1 Avr - 13:05

Dangers and meetings under the rain

Dans ce genre de situation, tout se passait très vite. Le stress, la peur, la tension… C’était très difficile de rester maître de soi-même et ne pas céder à l’envie de péter un câble. Et bien que je pouvais narrer le nombre de fois où j’eus une arme braquer sur moi, je ressentais toujours la crainte de l’inévitable. Je n’avais rien à voir avec Deadshot, l’archéologue que j’étais, n’’étais pas un tueur d’élite. Ce corps devant vous, était sensible aux balles, et à tout autre choque. Néanmoins, quand j’étendis l’employé annoncé l’arrivée du GCPD, j’eus comme un soulagement au cœur. Bientôt, tout serait fini, et nous pourrions tous reprendre une vie normale. Enfin, pour eux, pour moi, ça ne changeait pas grand-chose à mon quotidien.

Plus qu’une personne en face de moi, nous avions toutes nos chances de nous en sortir. De quoi rassurer aussi Feriel qui me demandait de me détendre. Elle devait aussi être une bonne psychologue également pour déceler ce petit écart mental que je venais d’avoir. Ils pouvaient bien avoir leur raison pour agir de la sorte, mais rien ne justifiait une prise d’otages et des menaces de mort. Ok, Gotham n’avait rien à voir avec la ville du siècle, ce n’était pas une raison pourtant, d’aggraver la situation. Si quelque chose était cassé, il fallait réparer, et on s’amuser à donner des coups de marteau dessus, jusqu’à n’en laisser que de petits morceaux. Par contre, la serveuse avait vue juste en disant que tout ceci n’était pas dû qu’à cette anecdote.

"Vous savez, on a tous nos bons et mauvais jours." Disais-je sur le ton de la plaisanterie.

Allez quoi, je n’allais pas lui raconter une histoire de monstre, de frère finissant à l’asile, et de père servant un dieu du mal. Elle me prendrait pour un fou aussi, ou se vexerait, croyant que je me payerais sa tête. Mon histoire, seule Adrianna la connaissait et pouvait la comprendre. Étant versé dans l’univers mythologique, la reine du Kahndaq savait que je ne mentais, et donc, avait une idée de ce que je pouvais vivre. Soudain, j’entendis Feriel marmonnait quelque chose. Elle parlait dans un arabe de type égyptien. Je connaissais bien la langue, avec toutes mes allées et venues pour le boulot, j’avais fini par maîtriser cette langue depuis le temps. Je me mis même à lui répondre dans le même dialecte.

*Vous vous êtes comporté comme une grande fille, il ne devrait pas trop mal le prendre si ? Et puis, sous l'eau vous risquez de moins croiser des preneurs d'otage.*


Je me souvenais d’une fois où cela m’était arrivé. Mais n’attirons pas la malchance maintenant. Revenant à la dernière ravisseuse encore debout, cette dernière eut le visage bien rouge et des larmes perlèrent sur ses joues matte. Vraiment rien à voir avec les criminels vus aux infos, ceux tout aussi cinglé les uns que les autres. Était-ce un piège ? Dans le doute, je ne baissais pas mon arme. Au moindre mouvement suspect, je n’hésiterais pas à tirer. Dans la jambe ou le bras, ca va, je n’étais pas un assassin.

"Tout ce que je voulais... C'était le sauver..."

Elle était déjà partie dans ses sanglots, pourtant ces quelques mots suffirent à faire mouche. De quoi voulait-elle parler ? De quelqu’un ayant besoin d’aide visiblement. Aussi bien que puisse être l’amour qu’on donnait à quelqu’un, ce genre de comportement pour moi, restait injustifié. Ou bien était-ce encore une stratégie, comme mentionner juste avant. Je pouvais bien me montrer conciliant, et jouer un peu les diplomates, mais ne marchait pas tout le temps. Si vraiment quelqu’un était en danger, il fallait le découvrir au plus vite.

"Feriel... Vous êtes plus diplomate que moi visiblement. Vous voulez essayer de l'interroger ? Si oui, gardez vos distances, on ne sait jamais."

La jeune serveuse semblait capable de lire dans les cœurs. Une sorte de détecteur de mensonge naturel ? Après tout, elle avait réussi juste avant à les ne calmer rien qu’un peu, et à deviner ce que je ressentais à l’instant. Peut-être que là, elle aura de bien meilleur résultat. Et je me sentirais un rien coupable, si je venais de faire condamner quelqu’un, prit en otage aussi pour pousser ces criminels du dimanche à braquer je ne sais quoi. Bon, je leur en voulais quand-même, mais cette personne devant sans doute attendre dans un entrepôt abandonner, était innocente. Du moins l’imaginais-je.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 1 Avr - 23:05


Dangers and meetings under the rain.


Que ton aîné ne veuille pas te faire part de ce qui le tracassait ne te dérangeait pas plus que ça ; tu respectais son choix, tu n’étais qu’une inconnue et, quelque chose te disait qu’il portait un bien lourd fardeau qu’il n’était pas prêt à partager avec n’importe qui. Encore est-il, tu ne pouvais point t’empêcher de t’inquiéter un peu, autant pour lui comme pour ces quatre criminels qui avaient fait irruption dans l’Owl’Blues. Tu ressentais ce que la dernière personne conscience éprouvait et tu ne pouvais que compatir à cause de ton don ; qu’est-ce qui pouvait inspirer une telle détresse ? Ils avaient refusé ton aide, une première fois, mais tous n’avaient pas frappé la main que tu leur tendais.

Que l’aventurier te réponde dans ta langue maternelle te fit sourire, mais il n’avait pas idée de ce que dont ton père était capable, surtout, lorsqu’il pensait agir pour ton bien. Certes, tu étais méfiante envers la société quand il était question de ta nature hybride. Toutefois, ton père avait essayé de t’inculquer une crainte qu’il n’avait pas réussi à insuffler en toi, à son plus grand désarroi. Il aurait aimé que tu sois plus farouche que tu ne l’étais déjà, que tu ne travailles ni côtoies tes contemporains, mais il avait conscience que l’ignorance ne pourrait point te protéger éternellement – bien au contraire : elle pourrait te condamner. Vous aviez fait de votre mieux pour chercher Atlantis et prendre contact avec tes congénères, mais parler aux atlantes n’était pas une chose aisée et le monde était très vaste. De plus, qu’auriez-vous eu à dire à tes congénères ? Auraient-ils daigné vous répondre, vous écouter ? Hormis les quelques atlantes connus, tels qu’Aquaman ou Aqualad, qui auriez-vous pu contacter et comment ? Cela paraissait plus facile vu de l’extérieur, il était plus simple de l’envisager que de le faire.

La dernière femme du groupe attira de nouveau ton attention lorsqu’elle commença à pleurer. Tu avais une boule au ventre en percevant ce qu’elle éprouvait, mais tu étais forte et parvins à empêcher tes propres larmes de couler. Qui voulait-elle sauver ? Ton regard cristallin se posa sur l’aventurier, l’écoutant, avant d’acquiescer silencieusement. Brièvement, tu observas la ravisseuse – si peut-on l’appeler ainsi – et, contrairement à ce que le quarantenaire t’avait conseillé, tu te permis d’approcher ton aînée et prendre une de ses mains dans les tiennes avec une grande douceur. Que pouvait-elle te faire d’autre que te frapper ou quelque chose du genre ? Elle n’avait pas les moyens de te blesser.

Ma proposition de tantôt était sincère, madame. Nous ne sommes pas des super-héros, mais je pense qu’on pourrait essayer de vous aider. Nonobstant, si vous ne nous dites rien, nous ne pourrons point vous prêter main forte. Le temps presse et, bien que le GCPD puisse être ici en quelques minutes, en dépendant de ce que vous me direz, je peux vous épargner d’entrer en prison, alléger votre peine et/ou faire de mon mieux pour aider cette personne que vous souhaitez sauver. lui dis-tu, calmement, esquissant un mince sourire avant de remonter un peu ton col, lâchant la main de la brigande. Tu marquas une courte pause avant de poursuivre, tu étais sincère et ne manquas point de plonger ton regard dans celui de ton interlocutrice quand tu en eus l’occasion. Racontez-nous ou, si vous préférez, racontez-moi... Qui est en danger ? De quoi avez-vous besoin ? Dites-moi tout ce que vous pourrez ou voudrez, toute information est utile.

Afin t’assurer que la femme était en état de te parler, tu te permis d’utiliser ton pouvoir pour détendre un peu cette dernière, faisant que tes paroles implantent ton propre calme dans son esprit. Tu avais souvent travaillé avec la police, c’est pourquoi tu savais comment agir dans ce genre de situations. Tu avais été et étais toujours consultante, même si les représentants de l’ordre n’étaient pas les seuls à avoir recours à toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 897 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 11430

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Jeu 5 Avr - 11:34

Dangers and meetings under the rain

Dite donc, Feriel était vraiment doué. Sacrée charisme, elle pourrait devenir psychologue ou bien médiatrice lors d’une prise d’otages, comme maintenant quoi. Une chouette idée de carrière, surtout si elle pensait pouvoir changer les gens rien qu’en leur causant. Pour certain, cette technique devait marcher, pour d’autres… Comme Hitler ou le Joker j’avais quelques doutes. Tiens, je pourrais toujours lui demander de causer une minute à mon frangin. Elle verrait bien un véritable malade, un fanatique de la destruction du monde, un homme don le cœur n’était remplit que de noirceur. Ha ! Ce serait drôle à voir tiens.

"Vous ne savez pas ce que cela fait, que d’avoir trois jobs et ne pas arriver à juste payer les oins de votre unique enfant."

Waouh ! J’aurais pu mis attendre. L’excuse classique du « mes enfants sont malades, alors je joue au criminel. » Bon en même temps, ce n’était un secret pour personne. Même si Hollywood faisait souvent la pub, les inégalités des classes sociales étaient très grandes en Amérique. Et pour n’arrangeait rien, les services coûtaient une blinde. Et souvent, les grands seigneurs se retrouvaient aussi à mendier avec l’homme de la rue. Un pays instable, qui pouvait pousser n’importe qui à des solutions extrêmes. Bon, ce n’était pas une raison, soit, mais cela demeurait compréhensible. Et si justement elle bossait vraiment tant sans parvenir à s’en sortir, et bien je ne pouvais que la plaindre. De mon côté, j’étais à mon compte, donc j’arrivais plus ou moins à garder la tête hors de l’eau. Mais je n’étais pas pour autant à l’abri à vie du besoin. J’eus déjà des épisodes où je n’avais plus un rond sur moi pendant un bon moment. Me penchant vers Feriel, j’essayais de lui murmurer quelque chose à l’oreille.

"J'espère que vous êtes aussi un peu mentaliste, pour savoir si elle ment, car là, j'avoue ne pas trop savoir quoi penser."

Ses émotions me paraissaient sincères, pourtant, elle pouvait être une formidable actrice, nous menant en bateau pour s’en sortir, soit en prenant la fuite ou tous nous tuer quand j’aurais baissé la garde. Les sirènes du GCPD résonnèrent jusqu’à nous. Si j’arrivais à la garder tranquille avec le flingue jusqu’à leur arrivée, tout devrait bien se passer. Bon, je risquais fort de me faire appréhender par les flics en me voyant avec une arme, ce qui serait compréhensible. Mais il y avait suffisamment de témoins ici pour plaider en ma faveur. Non ? En tout cas, l’alerte des forces de l’ordre fit paniquer la femme devant moi. Son temps était compté, dans quelques minutes, elle se retrouvera, menottes aux poignets, et trainer dans une cellule.

"Je n’avais pas le choix !"
"On a toujours le choix ! Si c’est vrai, vous avez abandonné votre gosse ! A quoi pensiez-vous ? Que vous ne vous ferrez jamais prendre et vivrez des jours heureux ? Maintenant, qui va s’occuper de votre enfant ?"

Non mais sérieusement, j’en avais marre de cette réplique « Je n’avais pas le choix ! » On a toujours le choix si ! Seulement, plus personne ne voulait assumer ses décisions. Moi, j’avais le choix entre laisser le monde être détruit où bannir mon père dans une autre dimension. Choix difficile et douloureux, mais j’avais pris ma décision et j’assumais pleinement les conséquences. Non, mais vous, cela ne vous agasse pas d’entendre dire ce genre de réponse ? Genre, on pouvait vous agresser, vous trahir, vous voler etc., et dire « Je n’avais pas le choix ? » Alors, qu’on ne me sortait pas ce genre de niaiserie car sinon, on allait pas devenir copain.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
Membre de LOD
Messages : 371 Age du joueur : 24 Crédits : Raudha Athif Batarangs : 2300

Feuille de personnage
Nom de Code: /
Multi-Comptes: /
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   Dim 8 Avr - 14:56


Dangers and meetings under the rain.


Malgré le semblant de scepticisme et le dur jugement de ton aîné, il n’avait pas tout à fait tort. D’un côté, la jeune femme n’aurait peut-être pas dû plonger dans ce milieu, mais la fin justifie parfois les moyens lorsque aucun autre ne peut fournir une solution efficace. Tu en étais bien consciente et tu ne pouvais que compatir avec la situation de cette mère, car, non seulement tu percevais ses ressentis mais, également, tu vivais quelque chose du genre. D’un point de vue légal, tout ce que tu faisais n’était pas forcement bien, mais tu ne commentais aucun crime directement. À force de traiter avec la police et lire un peu de tout, tu t’y connaissais un peu en droit.

Cette femme disait ne pas avoir le choix, mais elle en l’avait eu.
Toutefois, tu n’appréciais pas le fait qu’on la pointe du doigt sans songer à la difficulté qu’ont les classes sociales basses et moyennes à subvenir à certains besoins. Dans une société comme celle-ci, avoir une bonne santé est un luxe que nombreux ne peuvent pas se permettre. Tu ne pouvais peut-être pas lui épargner la taule sans connaître les faits et il n’y avait pas beaucoup de temps pour agir. La faire fuir te rendrait complice et il y avait beaucoup de témoins. S’il n’y en avait pas eu autant et qu’il n’y avait pas eu des caméras, tu lui aurais simplement ouvert la porte et dit de partir. Certes, tu ne pouvais peut-être pas aider tout le monde, mais tu savais à quoi tu t’engageais : tu voulais faire ce qui était juste. Cette femme devait prendre ses responsabilités, mais son enfant était innocent et malade.

Les sirènes se rapprochaient de plus en plus, mais ton regard et tes mains ne quittèrent pas la ravisseuse un seul instant. Doucement, tu frottas ses épaules, cherchant à la réconforter. Aussitôt, sans hésitation, tu repris la parole :

Comme vous l’ai-je dit tantôt, ce que vous avez fait ne me concerne pas. Toutefois, même si ce que vous avez fait n’est pas correcte, du point de vue légal, vous avez fait ce que vous pouviez pour permettre à votre enfant de survivre et d’avoir une meilleure vie – ce que j’admire et respecte. Je suppose que vos compagnons devaient également avoir leurs raisons, des raisons que je ne pourrais pas connaître à moins que vous ne les sachiez et me les transmettiez. J’aimerais pouvoir les aider, ils n’avaient pas l’air d’être des mauvais bougres. commenças-tu, continuant aussitôt : Même si n’ai pas d’enfants, j’ai un père qui est malade, lui aussi. C’est pourquoi, si vous allez en prison, je m’engage à m’occuper de votre enfant, ou à aider quiconque restera avec lui. Quoi qu'il en soit, ne mentez pas ou ne dites rien en l'absence de votre avocat et conseillez-le à vos complices - à vous de voir. Mais, sachez que la bonne foi est récompensée par la Loi, malgré tout, et réduit la peine des crimes dont on est inculpé. Malheureusement, la peine encourue pour braquage à main armée et prise d’otages est très variable et, surtout, il peut y avoir quelques années de prison. Encore est-il, si c’est votre première fois, qu’on vous juge saine d’esprit et que vous n’avez ni eu des soucis avec les drogues, les tribunaux se montreront plus cléments ; vous pourriez être libérée sous caution et opter pour des travaux d’intérêt général, entre autres. fis-tu avant de te pencher un peu vers elle. Sur un ton de confidence, tu lui murmuras : Si un policier vous brutalise d’une quelconque façon, alors que vous êtes coopératifs, parlez-en à votre avocat afin qu’il puisse engager des poursuites. Restez aussi calmes que possible et, si on tente de vous faire avouer un crime que vous n’avez pas commis, restez en silence.

Doucement, tu lâchas les épaules de ton aînée et te reculas un peu.
Tes yeux se tournèrent un instant l’aventurier, l’invitant du regard à ne pas être aussi dur avec la brigande. On ne peut pas juger aussi vite autrui, on ne doit pas, du moins. Personne n’est parfait et la société l’est encore moins. Gotham est une ville très corrompue et certains policiers étaient très violents, certes, mais les petits criminels étaient ceux qui avaient le moins de soucis à se faire. Tristement, il y avait bien plus d’innocents en taule…

Je pense que Gotham a des problèmes plus gros, alors on ne s’attardera pas longtemps sur votre cas. Et, quoi qu’il en soit, je passerais par le commissariat pour vous parler à tous les quatre et vous mettre en contact avec un avocat qui saura vous aider dans la mesure du possible. ajoutas-tu, t’adressant à la femme tout en marquant une courte pause. De nouveau, tu la regardas et esquissas un tendre sourire, achevant ton discours : Au fait, je m’appelle Feriel. Et vous ? En attendant que le GCPD arrive, voudriez-vous me parler de votre enfant ? Vous pouvez me donner aussi votre adresse ou, du moins, celle d’où se trouve votre enfant, s’il séjourne dans un hôpital ou autres. Dites-moi ce que vous jugerez utile, de quoi souffre-t-il, ce qu’il aime, quand est-ce qu’il fête son anniversaire, etc. Je lui rendrais visite aussi souvent qu’il me sera possible.

Tu n’avais pas beaucoup d’argent, non.
En fait, tu peinais à tout payer, mais tu avais un as dans la manche : en cas de besoin, tu pouvais toujours vendre un tableau ou quelque chose du genre. Tes œuvres étaient très prisées même si tu n’avais pas vraiment de nom dans le monde de l’Art – tu étais anonyme, un fantôme, même si tu signais tes œuvres. Personne ne savait qui l’avait peint, sauf l’homme qui s’occupait de les vendre aux enchères. Tu n’aimais pas vendre ton art, ce n’était pas quelque chose à laquelle tu estimais qu’on puisse attribuer une valeur matérielle : pour toi, c’était surtout un moyen d’expression, comme la musique. Tu n’aimerais pas vivre de ça, tu ne voudrais pas te vendre - vendre ton âme et tes émotions. Pour toi, tout ceci était très précieux et tu préférais en faire cadeaux à ceux que tu appréciais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1856-between-light-and-shadows-feriel-l-al-kamar#28804 http://legendsofdc.creationforum.net/t1869-chroniques-d-une-sirene http://legendsofdc.creationforum.net/t1868-a-siren-s-relationships http://legendsofdc.creationforum.net/t1880-arcs-narratifs-de-feriel
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dangers and meetings under the rain. [Pv Jack]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008
» [RESOLU] Etui PROPORTA Union Jack
» Jack Kerouac - Sur la route et autres écrits
» Wolf's Rain
» JACK KIRBY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: La Ville-
Sauter vers: