Partagez | 
 

 Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mar 19 Déc - 0:04



Le Palomina de National city avait deux atouts majeurs : son propriétaire était une femme compréhensive, et il se situait aussi près que je pouvais le souhaiter du port de la ville. En revanche, pour un prétendu " bar italien sans prétentions ", il ne fallait pas espérer y trouver la moindre consommation à moins de sept dollars (j'avais poliment éludé le sujet de la commande, en entrant, pour aller tranquillement me réfugier au fond de la salle, non sans promener par pur réflexe mes yeux sur les clients). Deux galants hommes ne tarderaient pas à me rejoindre, je n'avais pas à craindre qu'on m'inflige longtemps une tentative de drague (pour être honnête, j'aurais presque préféré – jouer avec les attentes des séducteurs endimanchés ne me lassait jamais) ; en revanche, nous allions parler vol et délits mineurs. Autant le faire là où les oreilles indiscrètes pouvaient difficilement se cacher.

La patronne du
Palomina s'était taillée une réputation de Cerbère, pour tout ce qui touchait à la cause féministe. De plus, elle ne transigeait pas avec le comportement de ses employés, à qui il incombait de réagir avec la même diligence que leur employeuse. Dans ce bar, on ne levait pas la main sur une femme, et on n'insistait pas lourdement pour qu'elle vous suive aux toilettes (des rumeurs crédibles parlaient d'usage d'un fusil à canon scié pour dissuader les plus entreprenants d'insister dans leurs parades viriles). Si les consommations y étaient peu données, et la musique un peu trop lancinante à mon goût, au moins, dans cette établissement méditerranéen de National city, la soirée pouvait rarement se terminer mal pour les clientes (j'y voyais l'influence bénéfique de la super-héroïne locale sur les mentalités ; Gotham avait aussi ses débits de boisson sûrs pour les femmes, mais c'était généralement là où les prostitués et escorts allaient décompresser). Un autre jour que celui-ci, j'aurais esquivé le Palomina, bar bien trop sage pour être amusant, mais aujourd'hui, j'avais rendez-vous avec Leonard Snart. Or, le leader des Rogues de Central city m'avait plus ou moins dans le collimateur, et ceux qui se trouvaient dans cette position finissaient trop souvent par être... Refroidis (il allait falloir que je m'échauffe, questions jeux de mots, parce que le public serait sans doute peu réceptif, ce soir).


S'il vous plaît ? Mon pull gris se confondait mal avec la banquette rouge sur laquelle je m'étais installée, mon grand sac à main noir posé à côté de moi.

Le serveur n'eut aucun mal à me voir, mais j'avais tout de même levé un bras à son intention (et déroulé mon sourire désarmant – de nos jours, on ne sait jamais qui il faut se mettre dans la poche).


Je prendrais votre meilleure bière blonde – servie très fraîche, et un whisky. Vous n'aurez qu'à nous apporter ça quand deux hommes se seront installés à ma table. Vous les reconnaîtrez sans problème : il y en a un qui aura l'éclat de l'Antarctique au fond de ses yeux, et qui me fusillera du regard, et un autre qui sera nettement plus sympathique, avec les cheveux un peu plus longs et l'air d'avoir retrouvé le crâne de cristal de l'arche perdue du temple maudit . Décrivis-je avec un air amusé, alors que je redoutais réellement ce qui allait advenir de moi cette nuit.

Une fois ma commande passée, je fis glisser discrètement ma main dans mon sac, pour tâter le manche de mon fouet. Un tic nerveux et idiot (Snart aurait dix fois le temps de me congeler avant que j'ai pu lui cingler les doigts) mais qui eut l'improbable effet de me tranquilliser. L'
Orgulhoso n’amarrerait pas avant deux bonnes heures, ce qui nous laissait largement assez de temps pour nous organiser (de mon point de vue ; Snart détesterait se retrouver ainsi devant le fait accompli ; heureusement que j'avais donné rendez-vous aux deux hommes en insistant sur le montant des bénéfices qui se profilaient). D'ici là, j'envisageais soit d'apprendre par cœur la carte des cocktails, soit de m'échauffer les doigts en allant délester un client accoudé au bar de quelques billets (j'avais commandé pour Leonard et Jack, mais ça n'impliquait pas forcément de payer les verres de mes propres deniers). Les soirs de cambriolages, l'adrénaline circulant dans mon corps et dans mes muscles me rendait incapable de rester en place ; heureusement pour moi, je me connaissais maintenant assez bien pour me tempérer, sinon, j'aurais déjà commencé à titiller un peu un homme solitaire, pour le plaisir un peu mesquin de le regarder loucher sur mon chemiser pendant que je feindrais l'ignorance prude (tout ça pour le laisser avec ses espoirs anéantis, et dépossédé de sa montre).



__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Lun 25 Déc - 12:40

Générosité intéressée

National City, une jolie ville à l’image de sa protectrice. Une sorte d’Athènes avec son Athéna volant au-dessus de ses nuages, prête à lancer les éclairs de son divin père sur les imprudents osant s’attaquer à sa cité tant aimée, poussant un cri de guerre et usant de son intelligence et de sa force pour les réduire en miette. Avec une telle pub, on ne pouvait que se sentir en paix ici. Un peu comme la cité Utopique, on imaginait bien les vieillards sortir se promener dans les rues, saluer les jeunes, un esprit d’entre aide et tout cela. Mais bon, ce n’était que de la pub justement, et même si la ville semblait quelque peu idyllique, ma destination n’était pas les parcs somptueux, les centres culturels ou commercial. Non, moi, je trouvais toujours les endroits les plus reculé et infâmes. Les coins sombres où peu de monde aimerait s’y rendre. C’était à se demander si j’attirais ce genre d’endroit, ou si c’était ce genre d’endroit qui m’attirait.

Quoi qu’il en soit, et bien que visité un musée ou tout autre monument me tenterait bien, j’avais comme presque à chaque fois, un boulot à faire. Enfin un boulot… Je n’en savais rien en réalité. Si j’étais là, c’était parce que la célèbre Catwoman m’avait invité à la retrouver dans un bar. Était-ce un rencard ? Connaissant la belle, j’en doutais fort. À chaque fois, elle avait quelque chose derrière la tête, et j’étais prêt à parié qu’elle avait besoin de mes services pour récupérer quelque chose, ou avoir des informations intéressantes sur un objet précieux. Elle était imprévisible, mystérieuse et sournoise, et j’aimais ça. Je me rendais donc à sa rencontre, sans pour autant rester sur mes gardes.

Vêtu d’un manteau épais marron à col blanc, je me rendais au « Palomina. » Je ne connaissais pas du tout ce bar, mais vue son allure et sa patronne qui ressemblait à un chien de garde, cela me semblait très atypique. Il ne faisait pas trop froid dehors encore pour cette saison, mais il était bon de trouver le chaud des lieux. Décochant un sourire à la responsable, cette dernière me montra où était installer Catwoman. La gratifiant d’un hochement de tête, j’allais retrouver ma bonne vielle copine. Enlevant mon mentaux, pour dévoilait une chemise beige que j’avais l’habitude de porter, cachant un t-shirt blanc, je pris place en face de ma commanditaire.

"Salut ma belle. Comment tu vas ? T'es toujours aussi superbe, quoi que tu portes sur le dos."

Je tentais de lui faire une bise amicale, tout en gardant un œil sur le contenu de mes poches. Au tant vous l’expliquer, Selina et moi avions une relation, disions compliqué. Nous étions deux rivaux dans la récupération d’objet d’art. Bien que son activité fût bien plus répandue que le mien, nous arrivions parfois à nous chamailler pour récupérer quelques objets intéressants comme une dague cérémonielle incrusté de rubis, un masque en argent d’Europe central, d’une statuette égyptienne faite en or etc. À chaque fois, quand nous nous rencontrions lors d’une de ces « récupérations », on se battait pour le droit de l’emporter. Mais ce n’était pas une bagarre comme le ferait sans doute Deadshot contre Deathstroke. Non, c’était plus enfantin. Cela ressemblait à chaque fois à un petit jeu entre nous et chacun partait bon joueur une fois la compétition finie. Ce qui me poussait à admirer et respecter Kyle, même si parfois, on se donner à quelques petits jeux de flirts en plus. Voulant commander à boire, je fus surpris de voir qu’on m’apportait déjà une boisson. Le service était de qualité ici. D’un rire amusé, je lançais à la voleuse :

"Tu es prévenante Selina, je t'en remercie. Alors dis-moi, que puis-je pour toi ? J'imagine que ce n'est pas le fait de voir mon minois qui te manque. Qu'as-tu en tête ma belle ?"

Demandais-je tout en commençant à siroter mon verre, attendant la probable offre que comptait me faire Selina. Oui, je connaissais sa véritable identité. Mais comme je la respectais beaucoup, je savais garder ma langue. Un secret, j’étais doué pour les garder, même si j’aimais parfois parler. Et puis, elle était venue ici en civil, je n’allais pas l’appeler dans ce cas Catwoman devant tout le monde. Je devrais sans nul doute le faire bientôt si cela se trouve.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mer 27 Déc - 0:26

Générosité intéressée
"…C’est une blague ?"
"Je dirais que non, Sis."

Voilà à peu près les réactions de Lisa et moi-même quand le message me conviant à un rendez-vous avec Selina Kyle arriva. En soi, nous avons déjà…"travaillé" ensemble, la voleuse et moi, en tant que complices et non concurrents pour une fois. Sauf que la dernière fois s’est avérée être un véritable coup de poker pour la brune qui voulait surtout tenter de protéger ses arrières. Ah, mais ça ma chère Catwoman, ce sont des choses que l’on prévoit avant de doubler un allié. Surtout quelqu’un comme moi. Je ne l’ai pas congelée. Non, d’une part ça serait rompre mon accord avec Flash et je n’ai pas besoin de cela en ce moment. De plus, je vais être honnête, ça m’embêterait qu’elle finisse au bout du canon de mon Cold Gun, elle fait une concurrence fort distrayante. Malgré tout, je ne peux pas décemment la laisser faire ce qu’elle souhaite, se la jouer petite fille pourrie-gâtée à qui on a refusé quelque chose te qui se venge en aller travailler pour l’ennemi, a.k.a les Santinis dans le cas présents. Alors elle s’est pris un avertissement musclé.

Et aujourd’hui, sorti de nulle part, une invitation dans un bar de National City, pour discuter d’un casse aux gains…ma foi, très alléchants. Une tentative pour se faire pardonner ? Ou un autre piège pour essayer de se débarrasser de la menace que je représente. Personnellement, mon avis hésite fortement. Les deux sont possibles, connaissant la demoiselle, et si je suis prévoyant et perspicace, je ne suis pas devin non plus. Dans tous les cas, j’ai prévu d’y aller, mais pas tête baissée. Premièrement, analyser les plans du bar en question et retenir toutes les issues de secours. Deuxièmement, garder un communicateur allumé sur moi en permanence ainsi que le Cold Gun sur moi, même si dissimulé. Dernièrement, avoir Mick pas trop loin mais pas dans le bar avec moi. Ce feud entre Selina et moi est à régler entre nous. Mais avoir un renfort au cas où…Ca n’est que du bon sens.

Le chemin vers National City (un terrain neutre, au moins) se fait sans encombre et je trouve le bar rapidement. Vérifiant que mon Cold Gun est bien dans le sac que je porte à mon épaule, retenu à l’intérieur pour éviter tout déclenchement intempestif, et entre. Dire que je ne suis pas très accueillant en cet instant est un euphémisme. Mon regard balaye la salle, mais je n’ai aucun mal à trouver Selina. Un pull gris qui contraste aussi bien avec ses cheveux sombres que le rouge de la banquette, ça se repère vite. Pour ma part je n’ai pas départi de mon noir habituel, laissant aussi ma parka au placard, mais mes lunettes de protection autour du cou. Selina saurait ce qu’elles veulent dire, pour le reste du monde, elles me servent pour me protéger les yeux en moto. Je m’approche alors, et à quelques pas, je remarque qu’elle n’est pas seule. Je ne change pas d’attitude pour autant et je regretterai presque de ne pas avoir tenté quand même le Cold Gun dans son holster habituel, à ma cuisse droite.

"Alors comme ça on a prévu un renfort, Selina ? Ou bien est-ce un pauvre pigeon que tu tentes de rouler, encore une fois ?"


La rancœur était palpable dans ma voix et si mes paroles sont moqueuses, mon regard lui, ne l’est pas du tout. Oui, je suis hypocrite, ayant moi-même prévu Mick qui attend dans une voiture à quelques pâtés de maisons de là. Je m’installe, et une bière, bien fraîche, arrive et je remercie la serveuse, n’en buvant cependant pas, pas encore.

"Donc, tu proposes un casse, après ce que tu as fait la dernière fois ?" mon regard se fait plus dur "Donnes-moi une seule bonne raison de ne pas simplement repartir."
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Lun 1 Jan - 22:13



Un morceau un peu plus rock que les précédents se mit à sortir des enceintes du bar. J'accueillis ce changement bienvenu avec un léger sourire appréciateur. Mes doigts pianotèrent discrètement au rythme de la batterie sur ma table, jusqu'à ce que mon attention glisse vers l'entrée du Palomina. La porte venait à nouveau de s'ouvrir, et, comme à chaque fois, je vérifiai brièvement l'identité du nouvel arrivant, guettant l'un ou l'autre de mes invités. Après plusieurs fausses alertes, voilà que le battant me révélait la silhouette familière d'un archéologue franchissant tranquillement le seuil de l'établissement, aussi à son aise qu'un client régulier. Coudes en appui sur ma table, je le laissais me chercher des yeux plutôt que d'attirer son attention en agitant la main, et fut "dénoncée" par la propriétaire. Dommage ! J'aurais préféré savoir combien de secondes il fallait à M. L'explorateur-sans-frontières pour me trouver dans une foule clairsemée (ça pouvait être utile, si un jour, je devais le semer ou disparaître avant qu'il n'ait eu le temps de me repérer).

Nos retrouvailles se déroulèrent au rythme familier des échanges bon enfant, et ce casse-cou eut même le courage de s'approcher à mon contact. J'esquivais son mouvement de lèvres pour convertir la bise en accolade, en partie parce que je n'étais pas particulièrement fan de ces salutations « à la française », et également parce que je voulais garder un œil vigilant sur l'entrée.


Je ne suis pas à plaindre, Jack. Et je t'assure que la lumière de ce bar joue en ma faveur : le gris n'est pas une couleur qui me met en valeur. Répondis-je, en observant d'un air contrarié ma manche. Toi, en tout cas, tu m'as l'air sacrément en forme ! Quand je te vois, j'ai l'impression d'être la seule à vieillir. Ajoutais-je gentiment, en lançant un regard flatteur vers le torse de l'intéressé.

On ne faisait manifestement pas de gras, quand on courait aux quatre coins du monde pour dénicher toutes sortes de pièces uniques. J'avais porté mon choix sur Jack notamment pour sa condition physique, mais également parce qu'il me ressemblait sur un point essentiel : il savait improviser, et nous allions en avoir besoin. De plus, il parlait plus de langues étrangères que Snart et moi combinés, dont l'Espagnol, et je pensais pouvoir le compter parmi mes soutiens si un certain criminel de Central city décidait de rompre avec son tempérament froid en m'attaquant subitement à vue. Le serveur déposa le whisky devant son destinataire, ce qui eut l'effet bénéfique de mettre mon interlocuteur dans de bonnes dispositions. Évidemment, l'alcool ne lui fit pas perdre de vue l'essentiel, comme me le laissa entendre sa question, pour laquelle je fis volontairement traîner ma réponse.


Ne te sous-estime pas autant, beau gosse ! Le grondais-je en lui lançant une œillade pétillante. J'en connais plus d'une qui accepterait de faire le trajet de Gotham jusqu'à National city, si ça leur assurait de pouvoir passer la soirée avec toi. Les femmes adorent écouter un bel aventurier raconter d'un air modeste toutes les fois où il a héroïquement défié la mort. Souris-je, en flattant l'ego de Jack histoire de lui faire oublier que j'avais décidé de ne pas satisfaire sa curiosité tout de suite.

Faire semblant de flirter l'un avec l'autre constituait un peu notre rituel, à Jack et moi ; une manière plus amusante et pacifique de nous titiller mutuellement, puisque nous étions rivaux. Ce ping-pong verbal distrayant, Snart ne s'y prêtait pas, ou alors de très mauvaise grâce. Bien que ce ne soit ni trop l'heure, ni le lieu, je me permis une petite séance de rattrapage avec Jack, vu que lui ne rechignait pas à me donner la réplique.

Un frisson sur ma nuque me fit savoir que l'autre cambrioleur convié au
Palomina par mes soins venait d'entrer. Je fis dessiner un cercle imaginaire à mon index, sur la table, l'air absorbé par mes propres réflexions.


Pour en revenir à ce que j'avais en tête, en te demandant de venir me rejoindre ici...

Je fis mine de ne voir Snart qu'au dernier moment, lorsqu'il s’immisça assez grossièrement dans la conversation sans même avoir la délicatesse de se présenter. Mordant et agressif comme la bise sibérienne, un Captain Cold mal luné s'assit malgré tout à notre table, en posant outrageusement un sac près de lui, s'attirant de ma part une moue indignée.

Que c'est blessant ! Tu n'envisages même pas que Jack puisse être un simple rencard, qui passait par là. Alors quoi, je serais déjà trop vieille pour attirer quelqu'un comme lui ? Me plaignis-je sans avoir l'air affectée, avant d'adresser un sourire complice à mon rival. Je te rassure : Leonard est toujours un peu grincheux, mais c'est un garçon adorable. Il n'aime juste pas trop les lieux ensoleillés en bordure de désert. Prétendis-je calmement, pour minimiser le climat tendu que Snart pouvait éventuellement installer, avec ses allusions piquantes à nos antécédents.

Les deux hommes avaient leur verre, et moi rien entre mes doigts. Pour m'occuper un peu, je piochai dans la coupole de cacahuètes qu'on nous avait offerte en accompagnement, afin de bien montrer que je ne stressais absolument pas – une initiative qui ne m'aurait pas parue si nécessaire si je n'avais effectivement aucune raison de m'inquiéter. Heureusement, la soif induite par ces cochonneries trop salées et trop sèches chassa de mon esprit mes préoccupations. Le frère de Lisa continuait d'appuyer son regard dans ma direction, ne touchant même pas à sa bière gratuite (craignait-il que je cherche à le droguer ?). Ma main lui chipa la bouteille si délicieusement fraîche, pendant que je commençais à répondre à ses multiples interrogations.


Quoi, la perspective de t'enrichir vite et bien ne te suffit pas ? Et si je te disais que ton aide nous sera indispensable ? Toujours indécis ? Allons, Snart, je ne vais pas en plus te faire un dessin ! Je te tend déjà une perche énorme pour me rendre la monnaie de ma pièce, tu ne vas quand même pas me dire que tu bouderais une si belle occasion ! Je te propose de te joindre à nous sur ce coup ; toi, tu n'as qu'à faire semblant d'accepter de mauvaise grâce, pour finalement me trahir au bon moment et t'en aller avec le butin. Je t'ai fait une crasse, tu m'en fais une, égalisation du score et balle au centre ! Résumais-je sur un ton de conversation, ponctuant ma tirade d'une longue gorgée. rafraîchissante

Mentionner à voix haute un scénario qui ne m'arrangerait pas m'avait, à Gotham, sauvé la mise deux ou trois fois. Le truc, c'était d'avoir l'air de s'attendre à être doublée, pour laisser croire qu'on avait un plan de secours pour cette éventualité, ce qui dissuadait parfois l'autre ; même dans les cas où il y avait effectivement trahison, je me sentais plus préparée psychologiquement en ayant intégré de base cette possibilité dans ma tête. Toujours s'attendre à être trahie, quand on fréquentait des criminels.


Tu vois ? Pas de poison ; alors fais-toi plaisir : c'est ma tournée ! Dis-je, désaltérée, au leader des Rogues, en lui retournant sa bière (j'avais même résisté à la tentation de lécher lascivement le goulot pour l'embêter).

Maintenant que j'avais bien joué avec les attentes des uns et des autres, il convenait de redevenir sérieuse. Jack en avait assez entendu pour commencer à se demander si je ne l'embarquais pas dans un plan voué à l'échec, et Snart risquait de vite s'agacer de m'entendre suggérer qu'il était homme à trahir ses partenaires à la première occasion (difficile d'ignorer que Captain Cold tenait à sa réputation prestigieuse de gentleman cambrioleur).


Ce soir, un navire de commerce doit rentrer dans le port de National city : l'Orgulhoso, avec à son bord un conteneur très spécial : une cargaison d'anciens doublons péruviens. Leur valeur historique est apparemment très élevée, et ils ont encore plus de valeur pour le Cartel hasaraguayen. Annonçais-je de but en blanc à mi-voix, dévoilant à mes deux éventuels complices des informations qui m'avaient prise des mois à rassembler. Figurez-vous qu'en Amérique du sud, une baronne de la drogue est un peu superstitieuse. Elle considère que son business en Hasaragua ne prospérera que si elle réunit tous les vieux doublons péruviens de ses ancêtres. Vous aurez compris que l'Orgulhoso transporte dans ses cales une partie de ces doublons, que La Dama (c'est le pseudonyme de cette baronne) achètera à prix d'or... Enfin, disons, plus cher que leur valeur historique. Me repris-je, avant que l'un ou l'autre ne me fasse remarquer que les doublons étaient justement en or. L'équipage de l'Orgulhoso travaille pour un gang rival de celui de La Dama, ce qui signifie qu'il y aura des gardes armés un peu partout sur le bâtiment. Je me voyais mal fouiller à moi seule tout un navire cargo grouillant de gangsters, donc j'ai contacté quelqu'un pour m'épauler et assurer mes arrières, de préférence capable de parler Espagnol. Mentionnais-je en inclinant ma tête vers Jack, sans résister à la tentation d'ajouter sur un timbre feutré : Et cette fois, Emerson, tu ne pourras pas discuter le fait que je suis meilleure que toi, puisque tu seras là, quand je mettrai la main sur les doublons avant toi !

Ma provocation expédiée, je repris un air sage.

La course à qui trouvera le bon conteneur sera purement amicale, ceci dit, puisqu'au final, je propose que chaque participant reparte avec une part égale des doublons. Ajoutais-je, en veillant à ce que ma formulation n'ait pas l'air de présumer que nous serions trois à nous partager les bénéfices. Voilà, Snart. Tout ça, j'aurais pu le faire dans ton dos, et t'empêcher d'empocher un joli magot. Je te mets gracieusement au parfum parce que j'ai déjà assez d'ennemis. Si je veux pouvoir fermer l’œil de temps à autre, j'ai besoin d'éviter de cumuler les animosités dans toutes les villes où je suis susceptible de passer. S'il s'agissait de te piéger à nouveau, les retombés me coûteraient trop chères. Lui confiais-je, en le regardant bien en face.

Je n'espérais pas lui faire chavirer le cœur en battant des cils, mais on ne faisait pas ce genre de déclaration sincère sans plonger ses yeux dans ceux de l'interlocuteur. Au demeurant, je n'avais pas écarté la possibilité qu'il préfère malgré tout me tirer dessus pour se venger froidement, aussi ne le quittais-je pas des yeux par mesure de précaution.


Quoi qu'il en soit... Jack ? Qu'est-ce que tu en penses ? Demandais-je, en détournant très brièvement mon attention du chef des Rogues. Intéressé ? Parce que je t'avouerais que je comptais te confier le rôle de la diversion, mais si tu en as marre d'esquiver les balles et de prétendre être un promeneur ivre égaré sur les quais, on pourrait également se séparer, et parcourir l'Orgulhoso à la faveur de la nuit, chacun de notre côté. Fis-je, en repliant les bras sur mon buste. Évidemment, ça serait encore plus simple si nous étions trois à investir le cargo ; chacun se débrouillerait pour hameçonner les gardes de son secteur et les envoyer faire trempette. La sécurité se morcellerait avant de comprendre ce qui se passe. Songeais-je à voix haute, en papillonnant mielleusement vers le principal concerné pour ajouter une note d'humour à mon appel du pied.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mer 3 Jan - 10:02

Générosité intéressée

Et nous étions lancés à un de nos petits jeux favoris, le flirt. On se lançait des compliments agrémenter de piques amicales, mais qui en réalité, cachaient une méfiance réciproque. Combien de fois sommes-nous tiré dans les pattes pour doubler l’autre. Je ne me souviens plus qui a réussi à avoir l’autre le plus souvent, mais c’était de bonne guerre, je n’en voulais pas à la cambrioleuse féline. Comme lors d’une partie de jeu, il fallait bien que l’un de nous gagner et puis, c’était le business. Même si en réalité, nous ne concourions pas pour les mêmes objectifs. Catwoman était du genre attiré par ce qui brillait, l’adrénaline et l’argent. Quant à moi, c’était un peu pour l’argent pour survivre oui, ainsi que l’adrénaline, mais surtout pour l’attrait de l’Histoire et sa conservation. Je me voyais comme un défenseur des cultures anciennes, le super-héros des artefacts, chose que souvent ont dénigré où s’intéresser pour des raisons égoïstes.

"Tu me flattes ma belle. Mais je sais parfaitement que je ne pourrais jamais te rivaliser. Qui ne serait pas tenter de voir la magnifique et fatale Catwoman ? Moi-même, si on m'avait dit où te trouver, j'aurais traversé mer et océan pour juste te voir bella." Disais-je en faisant un clin d’œil.

Je n’avais pas oublié que si j’étais là, ce n’était pas pour rien. Visite de courtoisie, mon œil. Selina Kyle ne m’a pas demandé de venir pour se taper une causette et parler du passer. Elle avait une idée derrière la tête, sans nul doute un gros coup. Et cela devait sans nul doute concerner des reliques, des artefacts, des antiquités, car elle me connaissait trop bien pour savoir que je ne viendrais pas, s’il s’agissait de voler un simple diamant sans valeur historique ou cambrioler une banque. C’est alors que je vis s’installer un autre type, à l’allure bizarre, à notre table.

Visiblement, c’était une connaissance de Selina, et vue son ton employé, il devait être dans le coup aussi. On dénotait même un certain passif entre eux d’eux, du genre « Tu ma embêter, je te boude ! » Il ne fit même pas cas de moi, ayant bien trop de rancune envers la femme chat. Je sentais que toute cette histoire allait très vite devenir intéressante et que je n’allais sans doute pas m’ennuyais. Posant ma bouteille en verre, je me tournais vers le nouveau venu, lui tendant la main, tout sourire aux lèvres, histoire d’ennuyer un peu :

"Bonjour, Jack Emerson, Historien. A qui ais-je l'honneur ?"

Je ne m’attendais pas à ce qu’il me réponde, juste qu’il me jeter un regard glacial avant de recauser à Selina. Il était bien chauffé contre elle pour se soucier de ma personne, alors j’en profitais pour m’amuser un peu. Kyle poursuivit en expliquant que tout cela était dans le seul but de réparer un tort à notre ami. Je me retenais de rire. La fameuse Catwoman vouloir se faire pardonner en rendant service, acceptant de se faire doubler ? J’avais du mal à le croire. Combien de fois m’avait-elle piqué quelque chose sous mon nez, sans la moindre compensation ? Elle ne m’avait jamais dit « Bon Jack, je suis désolé, pour dire pardon, je te passe une statue de Bouddha en or. » Elle mijotait quelque chose, c’était clair.

Par contre, je riais quand elle évoquait l’idée du poison. Je l’imaginais bien drogué ou endormir ses victimes, mais de là à les empoisonner… Je ne l’imaginais pas en tueuse sang-froid. Elle avait ses défauts certes, mais ce n’était pas un assassin. Enfin, elle exposa son plan et je devais dire qu’il était pas mal intéressant. Des doublons espagnols, pas mal de Musée public ou privé seraient prêt à payer chère pour les avoirs. On imaginait toujours que seule leur valeur monétaire avait de l’importance. Mais en réalité, cette monnaie était caractéristique d’une époque, et donc était gravé par l’Histoire. Elle renfermait beaucoup d’information sur elle comme une clef USB. Monter sur un bateau, s’occuper des gardes et partir comme des voleurs avec un sac chargé sur le dos. Facile.

"Je dois baragouinais un peu l'espagnol vous faire entrer ? Facile. Je pourrais faire diversion si tu ne veux et je ne pense pas que j'aurais besoin de faire du hiphop pour esquiver les balles."

Des fusillades, j’en avais vue, et je remerciais le ciel à chaque fois que je m’en sortais en vie. Un vrai miracle, que je sois encore debout aujourd’hui. Car je n’avais pas de super pouvoirs ou d’armure moderne pour me protéger. Quand je prenais une balle, cela faisait très mal et il me fallait du temps pour m’en remettre. Si j’enlevais le haut, on verrait les cicatrices encore visibles de mes dernières confrontations.

"Par contre, il me faudra un peu plus de détails sur la sécurité à bord. Je pourrais vite y jeter un œil en repérage avant de partir en croisière."

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Ven 5 Jan - 18:27

Générosité intéressée
Je préfère ne pas relever les premières piques que Selina envoie dans ma direction, que ce soit à propos de son potentiel de séduction ou quand elle parle de moi à son partenaire du moment. Je m’installe pendant ce temps, de manière un peu moins polie qu’à mon habitude, mais je n’avais pas exactement envie de faire des efforts pour la cambrioleuse à l’heure actuelle et je ne connais pas l’autre type donc pourquoi s’embêter, n’est-ce pas ? Alors elle change de tactique, elle tente de me tendre une perche, de flatter mon égo, mais ça ne prend pas. Ca n’a jamais pris et ça ne prendra jamais. On ne va pas se mentir, quand quelqu’un vous fait un compliment sur votre façon de travailler, dans notre métier, ça fait toujours plaisir. Mais venant d’elle…Je la connais Selina, je sais que ce n’est jamais désintéressé, car elle n’est pas le genre à courber l’échine devant quelqu’un encore moins un homme à moins de vouloir quelque chose. Oh oui, je la connais. Mon regard suit ma bière qui passe de ma main à celle de la cambrioleuse avec la même intensité qu’un aigle ferrant sa proie. Je profite qu’elle prenne une gorgée pour en placer une.

"Tu avais une occasion de t’épargner les soucis : ne pas me faire de crasse en premier lieu. Mais tu sais ce que l’on dit des chats ? Qu’ils sont mesquins et sournois."
Je reprends ma bière, mais avant que je ne puisse prendre une gorgée, l’historien se présente et j’hésite une seconde à lui répondre puis je concède que ça serait peut-être mieux "Leonard Snart, Captain Cold. Cambrioleur."

Simple, clair, net, précis. Je ne vais pas essayer d’enrober de sucre quelque chose qui n’a pas lieu de l’être. En tout cas lui est bien content d’être là visiblement et je pense que la féline n’y ait pas pour rien. On ressent une certaine complicité entre eux et pourquoi pas, hein ? Je ne suis pas dupe, je sais pourquoi elle l’a amené, outre une possible utilité dans quoi que ce soit qu’elle a prévu, c’est pour avoir un bouclier humain, une sorte de chevalier servant au cas où il me viendrait d’avoir la gâchette facile avec mon Cold Gun. Tant pis pour lui si c’est le cas. En attendant, puisqu’elle avait une idée derrière la tête, autant l’écouter. De toute façon, j’étais en communication avec Mick et Lisa par oreillette si besoin. Je ne pourrais probablement pas répondre sans attirer l’attention, mais ils pourraient me faire passer leurs commentaires déjà. Pour le moment ils n’avaient rien à dire.

Elle exposa son coup du jour : un bateau, des doublons, des hommes armés, des histoires de gangs rivaux. Je retiens à peine le soupire qui me vient. Selina et sa manie de se mettre au milieu de guéguerre internes…Mais passons. Je les laisse terminer, elle et l’historien, et pendant un long moment je réfléchis à ma décision. Déjà je me retiens, très fort, de lui dire que son joli magot je peux me le faire plus ou moins quand je veux, sans qu’elle n’ait à me proposer du travail, sans compter, et elle le sait très bien, que je sors rarement de Central City pour un job hormis cas particulier. Finalement, Lisa me donne son avis, plutôt favorable, même si elle me conseille de ne pas me laisser amadouer par les ronrons de la demoiselle, et Mick se contente de grogner car il sait pertinemment qu’il ne pourra pas participer. Je considère ensuite la situation en elle-même : quelques heures, à peine, pour préparer un casse dont, d’un point de vue logistique, on ne sait presque rien, sans compter que l’utilisation du Cold Gun en intérieur n’est pas le plus pratique il faut l’avouer, et je n’aime pas cela.

"Est-ce que tu as les plans du bateau Selina ?" j’entends Lisa, qui a compris ce que je demande, faire passer le mot à Hartley de commencer tout de suite les recherches des plans du bateau, dans l’éventualité que la jolie féline ne les aurait effectivement pas avec elle. Mais on ne sait jamais, une bonne surprise peut toujours arriver "En tout cas, c'est d’accord. Mais tu sais ce qui t’attend si tu tentes à nouveau de me faire un sale coup, Selina." Mon ton s’était quelque peu adouci, mais pas assez pour lui assurer que je l’avais pardonné. Je ne sais pas si je le ferais un jour, soit dit en passant.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Sam 20 Jan - 12:28



Un bref soupir s'échappa de ma poitrine, lorsqu'il apparut que Cold ne ferait pas sa mauvaise tête au point de passer toute la soirée à me juger du regard, le doigt sur la gâchette. Je ne m'étais pas attendue à ce qu'il passe rapidement l'éponge (d'ailleurs, je me méfiais des hommes trop prompts à pardonner), mais, au moins, je pouvais raisonnablement envisager de voir le prochain lever de soleil.
Sauf s'il prétendait volontairement ne pas trop m'en vouloir pour que je baisse ma garde, afin de m'abattre dès que Jack ne serait plus dans les parages. Il n'y avait pas que les chats, qui étaient sournois.


Ne t'en fais pas, Jack : j'ai fait mes devoirs. Répondis-je d'abord à l'aventurier, en lui adressant un sourire rassurant, avant de me caler contre mon dossier pour marquer mon assurance. Inutile pour toi de jouer les éclaireurs : la sécurité de l'Orgulhoso sera similaire à celle de n'importe quel navire transportant les marchandises d'un cartel sud-américain : une vingtaine de personnes formées à la navigation maritime, pour pouvoir faire office d'équipage, et armés, au pire, de pistolets ou de mitrailleuses légères. Une horripilante musique latine monta dans le bar, s'attirant de ma part une œillade lasse : quatre fois le même morceau en moins d'une heure, ça tenait du bourrage de crâne ! Pas de sécurité privée regroupant d'ancien militaires surentraînés, ni de robots de combat ultra-moderne, et à ce que j'en sais, aucun mercenaire méta-humain n'a été engagé pour superviser le trajet. J'admets que c'est un peu banal, mais j'avais envie d'un peu de normalité, pour une fois... . Leur confiais-je pour conclure sur une note positive, en inclinant la tête sur le côté afin de regarder de travers Snart.

En marge de mon rival, qui avait demandé plus d'information sur la sécurité, le glaçon avait sondé mon niveau de connaissance des lieux... Tout en glissant au passage son accord de principe dans une enveloppe de menace. À tout autre que lui, j'aurais immédiatement réagi en me cabrant, et en lui faisant une blague sur mon envie de fessée, ou sur le fait que je regrettais d'avoir été un vilain matou... Snart, en revanche, n'y aurait vu qu'un automatisme, ce qui ne m'aurait valu que de perdre des points dans son estime.


L'Orgulhoso est un navire de fret. Un très gros bateau possédant un pont dégagé, où sont empilés les conteneurs qu'il convoie d'un port à l'autre. L'ensemble est dominé par la cabine de pilotage, pour que le capitaine puisse avoir une ligne de vue dégagée malgré les grosses caisses entassées entre son poste et l'horizon. Décrivis-je poliment, sans me montrer excessivement mordante. La portion du navire qui nécessiterait des plans pour s'y orienter ne nous intéresse pas, puisque ce que nous convoitons se trouvera à l'extérieur, dans un conteneur. Éludais-je, en répondant indirectement par la négative. Personnellement, je trouvais plus amusant de me rende en territoire inconnu : ça pimentait les choses, surtout pour un casse aussi tranquille. Leonard n'étant pas du genre à l'entendre de cette oreille, j'abattis sans attendre ma carte suivante. Plus précisément, dans le conteneur KHAS7241356. Ajoutais-je modestement, en articulant lentement le matricule pour faciliter sa mémorisation. Mon attention revint vers Jack. La cargaison officielle de ce conteneur est une boisson énergisante produite à partir de fruits cultivés au Venezuela... Sauf qu'entre les caisses de bouteilles en verre a été ajouté un innocent carton rempli de pièces d'or. Tout ce qu'on a à faire, c'est localiser le conteneur, emporter le carton, et nous diviser les doublons en parts égales. Résumais-je, en alternant la cible de mes regards.

Le plus beau étant que tout, dans ce vol, pointera
La Dama comme instigatrice du coup. Elle réfutera les accusations de ses concurrents, bien sûr, mais c'est précisément ce qu'elle ferait si elle nous avait véritablement chargés de récupérer l'or. S'en suivra fatalement des ripostes ciblant une criminelle innocente, dans l'affaire, sans doute assez violentes pour malmener son empire. En gros, à part rogner le capital financier d'un cartel, et mettre une baronne de la drogue dans de très sales draps, ce crime n'occasionnerait aucune victime, simplement des profits pour les participants. Ce qu'une femme devait faire, pour éconduire un amant jaloux !

En m'avançant vers mes partenaires, pour pouvoir parler plus bas, j'exposai une suggestion d'approche.


Pendant que Jack va aborder l'équipage, et attirer leur attention, Snart et moi localiserons le conteneur (probablement accessible uniquement pour quelqu'un capable de faire de la grimpette). Dis-je avec un haussement complice des sourcils. Un petit coup de froid neutralisera le verrou. Pendant que les deux hommes forts transporteront le carton ailleurs, moi, j'irai servir de distraction de relais : embêter les patrouilles, et les attirer dans la direction opposée, c'est quelque-chose que je fais très bien. Crânais-je, en battant des cils. Et là où on est ravis d'être à National city, c'est que les gars du Cartel ne seront pas plus heureux que nous de voir débarquer Supergirl. Si dans le pire des cas, la cape rouge se pointe, elle verra plus comme ennemis les individus armés ressemblant à des pirates que nous. Même dans l'hypothèse invraisemblable où la fille d'acier nous aborderait, Jack saura l'embobiner pour qu'elle nous laisse partir. Conclus-je, en exposant à Snart une autre des qualités de mon rival.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Sam 20 Jan - 15:01

Générosité intéressée

Effectivement, Kyle avait pris les devants. En réalité, elle avait tout prévu. Les moindres détails lui étaient connus. Tout ce qui manquait à faire, c’était de mettre en place les pions pour commencer la partie. Ce qui me menait à penser ceci, Catwoman avait très bien une idée derrière la tête, j’en avais la confirmation. Tout cela était trop beau pour être vrai. C’était un gros cadeau qu’on nous apportait. Et connaissant la belle, elle prévoyait sans doute, nous distraire avec ces doublons et nous dérober quelque chose par-derrière. Si seulement, ses doublons existaient vraiment. Je ne connaissais pas toutes les transactions qui se faisaient, mais je trouvais ça louche. Qui sait, peut-être que ces précieuses pièces se cachaient ailleurs, et que dans tous les cas, la voleuse pouvait vouloir nous doubler et nous laisser dans une fâcheuse situation. D’un rire, je lui posais la question suivante.

"Excuses moi de me montrer un peu méfiant, tu comprendras, mais cela je trouve ne te ressemble pas. Surtout vouloir te faire pardonner envers qui que ce soit. C'est une première que j'entends."

L’avantage avec Selina, c’était son joli minois, qui faisait bien plus de ravage que ses techniques de combat. Elle savait jouer de ça pour arriver à ses fins, et elle m’a eu ainsi plusieurs fois. Et, je savais aussi que son autre point fort, façon de parler, c’était l’égoïsme. Selina n’a toujours pensé qu’à Selina. Jamais elle n’avait voulu rétablir les scores entre nous, et j’avais toujours pris cela en bon joueur. Mais entendre tout ça, il y avait de quoi être un peu jaloux, ou se poser des questions. Je me tournais donc vers le principal intéresser, celui envers qui Selina cherchait à réparer un tort, Captaine Gold, oui je connaissais son vrai pseudo, je n’avais pas oublié. Si c’était aussi un cambrioleur qui à croiser la route de la féline, il devait sans doute penser de même. Alors je voulais en être sûr.

"Vous êtes alors partant vous aussi ?"

Bon, il était inutile de tourner en rond. Et mon cerveau carburait depuis tout à l’heure pour comprendre le plan secret de Selina. Pourquoi nous précisément ? Bon, je parlais espagnol, mais je n’étais pas le seul. Il devait y avoir autre chose derrière. Mais les possibilités étaient tellement nombreuses que je perdrais trop de temps en conjectures. Avec Cat, je ne risquais pas de tout deviner de suite. Le mieux serait de jouer le jeu et voir ce qui nous attendait. Mais c’était étrange, entre mes deux partenaires de ce soir, c’était celle que je connaissais le mieux dont je me méfiais le plus. Leonard devait être quelqu’un de redoutable et dont il valait mieux ne pas se mettre à dos, mais je me méfiais moins. Ne me demandait pas pourquoi. Pourtant, il avait tout pour être flippant. Sans doute une crise de folie en moi. Parlant de folie, autant se lancer officiellement dans cette aventure gaiement.

"Bon écoutez, tout cela me semble parfait. Dans ce cas, allons chercher ces doublons des mains de ses malfrats."

Disais-je levant ma bière en l’air pour trinquer à cet accord. Nous allions bien jouer je pensais. Le mieux oui, serait de jouer le jeu, jouer le gars un peu naïf qui fonçait tête baisser sans se douter de quoi que ce soit. Mais j’avais déjà préparé une petite stratégie. Pas très bien construire pour le moment, mais qui prendra vite forme. Déjà, faire ce qu’on m'a demandé. Diversion et neutralisation des premiers gardes, pour ça, j’avais une idée concernant l’effet de surprise. Puis, une fois sur le bateau, m’assurer que ce radeau ne cachait rien d’autre que ce que Selina nous avait parler, ce qui était sans doute le cas. Je me voyais trop entrer dans le centenaire, et déclencher un piège qui me gardera prisonnier jusqu’à ce qu’une personne peu recommandable vienne à ma rencontre. Une autre belle ironie, se méfiait plus de ses coéquipiers, que de ceux qui vont se faire dépouiller.

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Jeu 1 Fév - 23:16

Générosité intéressée
Honor amongst thieves. Ha ! la bonne blague. Si j’ai un code d’honneur qui m’est personnel, je ne peux pas en dire autant d’autres cambrioleurs, Kyle faisant partie de ces gens-là. Elle n’a pas hésité à s’allier à mes ennemis pour tenter de me faire tomber, essayant de sauver sa peau quand elle a compris que ça ne fonctionnerait pas et qu’elle ferait mieux de quitter le navire avant que l’enfer ne se déverse sur Terre. Elle m’a déjà fait un sale coup, alors il est normal que je me méfie de la féline. Le seul qu’il est difficile de vraiment jauger restait Jack. Un historien ET un aventurier de ce que j’en comprends, qui a des airs un peu naïf limite benêt, qui connait lui aussi Selina, bien que les tenants et les aboutissants exacts d’une telle relation me soient inconnus. J’aurais presque envie de dire « et c’est tant mieux », mais cela serait négliger l’utilité de connaître une telle information : savoir si je dois me méfier de lui comme de la peste ou non. Car je ne fais pas confiance aux airs trop naïfs. Il n’y a qu’à voir le Flash, sous le masque, il a une tête à qui on donnerait le bon dieu sans confession, alors que je le sens capable de beaucoup de choses…Donc méfiance, méfiance. C’est presque mon attitude par défaut, ça ne me changera pas trop de l’habitude.

Durant tout le monologue de Selina, je me tais, l’écoutant avec attention, jouant nonchalamment avec ma bouteille de bière, la condensation commençant à disparaître avec le temps. La sécurité n’a rien de bien sorcier, quelques gardes et des verrous qui ne feront pas le poids face à mon Cold Gun. Le numéro du conteneur s’inscrit dans mon cerveau aussi sûrement que les codes des coffres que je prévois de dérober. Bien. Un plan simple et clair. Peut-être trop simple. Catwoman semble avoir prévu chaque points importants, mais je ne suis pas un habitué de suivre les plans des autres. Je suis celui qui fait les plans, qui prévoit le déroulement la minute (voire seconde) près, celui qui donne les ordres plutôt que les recevoir. Mais je dois bien l’admettre, ce soir, Selina a piqué ma curiosité. L’autre homme a raison : ça ne lui ressemble pas de vouloir faire amende honorable, même envers des gens comme moi. C’est donc qu’il y a quelque chose de louche derrière tout cela. Jouons le jeu, peut-être en vaudra-t-il la chandelle ? J’aurais pu y aller de mon propre petit commentaire à ce sujet, mais Jack a déjà dit plus ou moins ce que je pensais, et Selina savait très bien ce qu’elle risquait à vouloir me berner une seconde fois, répéter une menace ne fait qu’affaiblir cette dernière.

Alors je me tais et boit un peu de ma bière. Le brun à côté de moi a déjà repris la parole, et je le laisse parler. Je reste un homme civilisé et poli quand je le souhaite. Sa question me fait hausser un sourcil. N’a-t-il pas entendu quand j’ai fait entendre mon approbation ? Autant répéter, il sera content comme ça.

"Comme je le disais juste avant : oui."


J’ai ai donné une réponse. Je n’ai jamais dit que je serais gentil en le faisant. Il conclut en annonçant qu’on pouvait y aller tout de suite et je lève les yeux au ciel.

"Pas si vite, cowboy." Je me tourne à nouveau vers Selina "Peut-on avoir une idée de ton plan B ? Car tu AS un plan B, n’est-ce pas ?" Bien loin d’entendre la moindre once d’inquiétude, c’est un avertissement que je fais sonner dans ma voix "Car il serait malvenu de sous-estimer un adversaire car on a déjà pu rencontrer pire. Rappelons l’Amiral Yi Soon Shin qui, malgré augures plus que funeste pour lui, a repoussé l’armée chinoise grâce à la connaissance du terrain qu’il avait, jadis."

Probablement que cela parlerait plus à notre ami l’historien qu’à la féline, bien qu’elle soit bien loin d’être simplette (très très très loin même), mais le point est là : si l’ennemi est en infériorité numérique mais connait mieux le territoire que vous, vous avez déjà perdu. C’est aussi simple que cela.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mar 20 Fév - 16:22



Leo qui ne laissait pas aisément convaincre, ça, je m'y étais attendue. Mais Jack ? Où allait le monde, si mon cher rival aventurier au grand cœur commençait à développer une résistance à mes charmes ?

Alors que la discussion progressait gentiment dans la bonne direction, et que le baroudeur abondait dans mon sens, un sursaut de méfiance s'éveilla derrière ses yeux clairs. Un peu tardivement, le moins criminel de nous trois s'étonna que je veuille faire amende honorable auprès de Snart, soulignant négligemment à quel point ça ne me ressemblait pas. Mon regard s'attarda quelques secondes sur son visage orné d'une barbe de trois jours, le temps pour moi de déterminer de quelle manière poliment lui rappeler que, si je n'avais jamais ressenti la nécessité de me faire pardonner auprès de lui, c'était tout simplement parce que je le considérais inoffensif (contrairement à Cold, que je savais capable de tuer, si on se le mettait à dos). Ouvertement dire à Jack que je le voyais comme un gentil garçon pouvait froisser son ego (surtout avec Leonard dans les parages), aussi fis-je l'une de mes habituelles pirouettes, souriant d'un air énigmatique pour donner le change.


Si tu savais le nombre de choses que j'ai déjà faites, et dont tu n'as jamais entendu parler, Jack... Insinuais-je en adoptant une posture un rien plus lascive, tout en conservant une pointe de sourire à la commissure de mes lèvres.

Dire qu'à ma place, Sionis aurait chassé cette interruption en pointant un flingue sur la tempe de son interlocuteur, et que Croc aurait mugit son haleine fétide au nez de l'historien pour noyer la question sous de la frayeur... Les hommes négligeaient si souvent l'utilité du tact dans leurs relations avec des partenaires, si occasionnels soient-ils.
L'intervention suivante d'Emerson me confirma que j'avais tranquillisé ses inquiétudes ; Snart, en revanche, gardait le silence, me laissant incertaine quant à son degré de coopération dans notre projet. Partageait-il les suspicions de l'autre homme à notre table ? Et si oui, l'avais-je convaincu par mes précédents arguments sur la nécessité de conserver une courte liste d'ennemis ? Il consommait sa bière, preuve qu'il ne m'était pas hostile au point de carrément bouder la boisson que je lui avais offerte. Sauf qu'en apercevant son expression en réaction à l'enthousiasme appréciable de Jack, je compris que la discussion n'était pas terminée.


Voilà ce que je voulais entendre ! Approuvais-je malgré tout en souriant, pour récompenser la coopération de notre hispanophone, en prétendant ne pas noter tout de suite le renfrognement du cambrioleur de Central city.

Arriva le sujet des plans de secours. Évidemment. Snart avait l'habitude de prévoir méticuleusement autant de plans qu'il existait de lettres dans l'alphabet. Monsieur détestait l'improvisation et l'empressement, les deux sources d'erreurs fatales, dans son esprit. Moi, en revanche, je trouvais justement l'improvisation et l'empressement nécessaires pour faire d'un casse un moment fun et jouissif, où on perdait son souffle à stresser, paniquer, et jubiler. Secrètement, j'avais été impressionnée par le professionnalisme des Rogues, et même si je l'aurais nié, je n'avais rien contre un peu de sûreté, de temps à autres, lors d'un vol. Mais une sécurité maximisée constante, ça sonnait vraiment trop ennuyeux à mes oreilles. Qui pouvait aimer un quotidien sans prises de risques ?
Afin d'enfoncer le clou, Snart me cita un général chinois quelconque, dont les livres d'Histoire devaient relater le talent stratégique lors d'une bataille du passé. Il aurait pu aussi bien inventer cette référence, car elle ne m'évoqua absolument rien, et à part me rappeler que je n'avais pas une aussi grosse culture générale que la sienne, sa citation ne me fit pas le moindre effet. Néanmoins, je me doutais qu'en présence d'un troisième intervenant susceptible de déceler son bluff, Cold ne se risquerait pas à inventer un événement historique juste pour se donner de l'importance. Pas besoin de regarder Jack pour deviner que la référence n'était pas factice.


En fait, en cas d'imprévu, je comptais me rendre, et te présenter comme le cerveau de l'opération, pour tenter de négocier un deal. Lançais-je sur un timbre exagérément mielleux, en prenant l'air niais. Mais sinon, vous pourriez tenter de saouler tout l'équipage à grands coups d'anecdotes historiques, pendant que je ferais docilement la potiche ? Ajoutais-je, sous le coup de l'impulsion, en entortillant une mèche de cheveux autour de mon index et en laissant sensuellement pendre ma lèvre inférieure, avant de retrouver une expression sérieuse (et revêche).

Si ça foire, ce sera chacun pour soi. La règle du jeu était implicite, chez les criminels. Je ne perdais rien à la rendre explicite. Mon plan B, il est simple : tu me transformes en statue de glace et tu me laisses en trophée au cartel sur l'Orgulhoso pendant que vous vous barrez. Assénais-je froidement, les mains posées à plat sur la table. Ou bien Jack et moi prétendrons être deux amants européens perdus sur les quais, pendant que tu prendras la tangente. Tu vois ? Souris-je, tandis que mes yeux restaient noirs. Je sais improviser, et Jack aussi. Ça vaut bien tous les plans B du monde ! Conclus-je en me reculant contre mon dossier.

Je ne m'étais même pas donnée la peine de réfléchir à un plan de secours. Déjà, parce qu'il était très peu probable qu'on en ait besoin pour un casse aussi banal, et ensuite, parce que ça ne m'aurait pas dédouané de la méfiance de Snart. J'avais eu beau retourner la chose dans tous les sens : quel que soit le plan avec lequel je serais venue le voir, il aurait soit trouvé à redire sur mon manque de planification, soit considéré étrange ma planification méticuleuse. Il ne m'avait semblé y avoir aucune version de cette rencontre dans laquelle Leonard aurait été satisfait et enclin à m'accompagner sans réticence. Je le laissais donc critiquer ma manière de faire, en soupçonnant que voir les failles de mon plan l'aiderait à se sentir en confiance.
Enfin quand même, toute cette méfiance... Je leur servais sur un plateau un plan pour se remplir les poches, et eux trouvaient le moyen de faire des manières... À vous dégoutter d'être pleine de bonnes intentions...


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Jeu 22 Fév - 23:24

Générosité intéressée

Apparemment, Capitaine « Glaçon » voulait connaître le plan de secours de Selina. Il ne manqua pas de mentionner l’amiral coréen Yi Soon Shin, ce qui m’impressionna. Sauf sur un point, il me semblait, selon mes études, que ce vieux soldat s’était surtout battu contre des Japonais et non des Chinois. Enfin, ces derniers ont tenté une fois de piller la Corée, mais notre ami préféra s’occuper des Japonais. Mais au moins, monsieur semblait être connaisseur, du moins un minimum, d’Histoires étrangères. Je me demandais si je pourrais débattre avec lui.

"Moui... Sinon, je pourrais parler d'un cas plus connu. Celui du roi Mouwatalli des hittites à Qadesh. Quand il vainquit le puissant Pharaon Ramsès II. Non seulement il avait appris à reconnaître le terrain, mais il avait utilisé une des meilleurs armes de guerre, l'esprit humain."

Je pouvais continuer ainsi encore un moment, à parler de stratégie militaire historique. Mais la belle féline chapardeuse, nous rappela un peu à l’ordre. Elle était sexy en faisant ça. En tout cas, sont plan B était difficile à avaler. Elle, se laisser congeler et livrer. Non, mais là elle plaisantait oui. Sinon oui, elle avait raison du fait que nous deux, étions maître de l’improvisation. Je pouvais partir avec un plan de départ, mais très vite, je le changeais constamment, m’adaptant à mon environnement et à la situation. Et ce sera sans doute encore le cas, même avec les précisions de la femme-chat. Allez savoir, sans doute ignorait elle tout ce qui se cachait à bord, ou alors, le cachait elle, elle-même. De toute façon, comme cité juste avant, je restais sur mes gardes, et me tenais prêt à la moindre entourloupe.

"Pour moi, tout est OK. Faudra juste que je récupére un truc ou deux vites fait pour le boulot. Tu me connais Selina, je déteste venir les mains vide, et repartir comme telle." Disais-je en faisant un clin d’œil à la principale intéresser.

Ce jeu de flirt entre nous, était devenu comme quelque chose de naturelle. De l’amour ? De la camaraderie ? Aucune idée vraiment, je ne serais dire ce que je pensais vraiment d’elle, si ce n’était du respect. De toute manière, je ne me faisais pas d’illusion. Je savais que pour elle, tout était comme un jeu. Et que si vraiment, j’éprouvais un jour de l’amour pour elle, ou une forme d’amitié, ce sera à sens unique. Catwoman était connue pour être égoïste. Ami ou non, Selina passait première pour Selina. Donc, je supposais que la personne qui viendrait à l’aimer, devra s’attendre à une longue vie bien douloureuse. Comme moi, avec toutes celles m’ayant laissé à causer de la vie dangereuse que je menais. Je ne pouvais pas leur en vouloir.

"Sinon, ton idée de couple me tente bien. On pourrait suffisament les distraire, le temps que notre ami Capitaine gros flingue monte à bord. Sinon, je m’en charge seul, et vous deux, vous jouer aux acrobates pour grimper à bord, cela ne me dérange pas non plus."

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Sam 3 Mar - 18:03

Générosité intéressée
Il n’est pas difficile de sentir que ma question agace Selina. Pourtant, elle me connaît ; elle sait que les plans et moi, c’est une grande histoire d’amour. Trop de souvenirs de plans à moitié pensés, se terminant en prison ou pas loin de la part de mon père pour que ne soit programmé autrement. Certains Rogues aussi râlaient parfois de ce manque de fantaisie, pourtant, l’improvisation ne m’était pas inconnue, loin de là. J’ai quatre règles pour mes casses, une étant d’envoyer balader le plan, bien qu’ayant rarement eu le besoin d’en arriver là. Et quand ça arrivait ? J’ai assez de bouteille et d’informations de base sur l’endroit pour connaître mes options et les possibles divergences dans un plan. En cela je ne prévois pas toujours de plan au-delà du B, car quand on fait les choses correctement avec les Rogues, on a les ressources pour improviser en sachant ce qu’on fait, un minimum.

Ici, c’était du chacun pour soi, eh bien ça m’allait aussi. Au moins je n’avais pas à me soucier des deux autres protagonistes de cette mission et surtout, si je voulais régler mes comptes avec Selina, c’était l’occasion rêvée. Non, je n’allais pas lui faire un coup de traître comme lui tirer dans le dos (même si, techniquement, j’en étais capable), mais si les choses tournaient vinaigre, je ne me ferais pas prier pour déguerpir par la première issue que je trouvais. Jack continua sur ma lancée des stratégistes militaires de l’ancien temps, et je l’écoutai. Au moins il ne vole pas son titre d’Historien. Je ne vois pas ce dont il parle, mais fais comme si. Ce n’est pas le moment de flancher après tout. En revanche, je le plains s’il espère plus qu’un flirt avec Selina. Non pas qu’elle ne pourrait pas se laisser tenter, mais il allait avoir du fil à retordre avec elle. Car bizarrement, je doutais qu’elle soit plus docile dans le privé que dans le professionnel.

Finalement, les choses se précisent et je me tais. J’ai eu ma réponse après tout : chacun pour soi. J’aurais aimé, tout comme Jack, pouvoir aller chercher deux-trois petites choses tout en prévenant ma sœur loin des oreilles indiscrètes, mais je n’ai pas le temps pour faire un aller-retour à Central City malheureusement. Mais qu’importe ? Après tout, avant Flash, je réalisais des casses bien plus ambitieux sans Cold Gun et sans les quelques gadgets que Hartley nous fournissait. D’autant plus que ce vol est sensé être facile, d’après notre chère amie féline. Chose que je ne crois qu’à moitié. C’est elle qui m’a fait un coup dans le dos, ce qui ne veut pas dire qu’elle ne va pas tenter de se débarrasser de moi la première occasion venue, un souci en moins dans sa vie.

"On se donne rendez-vous où et à quelle heure pour embarquer ?"

Difficile de faire demi-tour à présent.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mer 21 Mar - 12:07



J'ignorai dignement les regards insistants que me lançaient depuis tout à l'heure une montagne de muscle barbue accoudée dans une portion plus éclairée du bar. Plutôt que de se lasser, ce dernier ne cessait de s'enhardir, comme si mon absence totale de réaction avait valeur d'approbation. À présent, barbe brune me lançait de loin des baisers en remuant ses lèvres grasses à mon attention. Bien sûr, ses singeries cessaient dès que quelqu'un d'autre que moi pouvait le voir, pour reprendre juste après. Un séducteur aussi courageux que raffiné, ça se faisait rare ! Pourtant, en dépit de ma lassitude, quelque-part, je trouvai un certain réconfort à le laisser s'acharner ; tant qu'il m'infligeait son petit one man show de grimacier, il n'embêterait pas une autre cliente, ni une autre femme. Moi ? J'avais les nerfs assez solides pour endurer sa cour (et une mémoire assez bonne pour retenir sa tronche. S'il passait par Gotham, je ne manquerais pas de le dépouiller du moindre vieux chewing-gum contenu dans ses poches).

Le climat global autour de ma table m'aidait aussi à ne pas me laisser distraire. Nous en étions arrivé au moment délicat de la discussion, celui qui pouvait passer... Ou casser. Celui où j'annonçais de front à Snart que nous allions faire ce cambriolage "à ma manière", au
feeling, aveu qui ne manquerait pas d'éprouver la faible flexibilité du chef des Rogues, en terme d'improvisation. Je pris le fait qu'il ne sorte pas du bar immédiatement après ma saillie comme un bon signe, même si son visage ne présentait pas la plus amicale des expressions que je lui connaissais. Cette neutralité était d'autant plus stressante que ce glacier pouvait maintenir une façade totalement lisse jusqu'à la dernière seconde qui séparait le moment où il décidait de vous congeler à mort. Quand vous étiez face à lui (et avec la conscience alourdie), il n'existait rien de pire que de voir Cold demeurer impassible. La sérénité n'était pas au rendez-vous pour moi, ce qui se manifestait par une propension décuplée à vouloir faire la maline (oui, plus j'étais dans la merde, plus mon tempérament me poussait à jouer avec le feu ; à Gotham, montrer que vous aviez peur signait souvent votre arrêt de mort. On apprenait vite à masquer son appréhension). Heureusement, Jack était également présent, et lui se comportait comme un être normal, qui marchait gentiment dans ma combine sans faire de manières. J'eus un sourire complice (bien qu'un peu trop automatique pour être sincère) à son clin d’œil, en m'avançant vers la table pour rassurer l'historien.


Moi aussi, je détesterais que tu repartes les mains vides, Jack. Ajoutais-je de mon timbre le plus feutré, en posant mon menton dans le creux de ma main accoudée.

Si mes yeux lorgnaient ouvertement vers Emerson, mon attention restait dirigée vers Snart, et sa réaction... Tout en sobriété. Son silence glacial dut mettre Jack mal à l'aise, parce qu'il tenta de relancer les échanges entre nous, en commentant d'abord l'une de mes suggestions de plan B, avant de suggérer des approches alternatives. Si Leonard décidait de nous planter là et de s'en retourner vers les siens, mon possible partenaire parlait actuellement dans le vide... Ce qui ne m'empêcha pas de lui répondre, parce que lui, au moins, ne m'était pas clairement hostile.


Notre objectif, ce sont les doublons. Si on se met à deux pour générer une diversion, ça ne laisse qu'une seule personne pour repérer le bon conteneur, l'ouvrir, et emporter le butin. Soulignais-je, un peu plus studieuse qu'à mon habitude, sans ajouter à voix haute que si on laissait Leonard seul pour récupérer les pièces d'or, il était susceptible de se tirer avec et de nous abandonner sans un sou. Si tu t'en sens capable, mieux vaudrait que tu sois seul à distraire la sécurité du navire, Jack. Sans te mettre en danger, évidemment. Insistais-je sérieusement, après avoir discrètement défié ses compétences.

Je jetai un coup d’œil à l'heure, comme par réflexe. Mine de rien, je venais quasiment d'admettre (devant témoins !) que je ne tenais pas à ce que Jack se mette en danger... La honte ! Heureusement, aucun des deux hommes présents ne risquait de me soupçonner de sincèrement tenir à l'historien ; ils pensaient sûrement que ma recommandation était uniquement justifiée par le fait que, si Emerson jouait les caïds, ça ne ferait que mettre à cran les hommes du Cartel. Enfin, même certaine de ne pas avoir été percée à jour, je me tournai quand même vers Snart pour changer de sujet aussi vite que possible, les deux coudes en appui sur la table.


Donc ? Tu en es ? Ou est-ce qu'une deuxième bière t'aiderait à reconsidérer les choses ? Lui demandais-je sans prendre de gants, en prétendant croire que la décision de mon interlocuteur se baserait sur la quantité d'alcool que je lui payerai.

La réponse (laconique, mais sans équivoque) du cambrioleur lui valut un sincère sourire de ma part (qu'il prendrait pour un faux sourire, sans doute ; je ne désespérais pas qu'il apprenne à distinguer mes vraies de mes fausses mines), ainsi qu'un léger regard vers le plafond. Le timing de nos opérations était déjà clair dans ma tête, mais je préférais feindre de devoir effectuer un rapide décompte mental (je me mordillais même la lèvre inférieure, pour gagner en crédibilité).


Voyons... Il faut que notre cowboy puisse aller récupérer son matériel et nous rejoindre dans la zone portuaire... Le surnom allait bien à l'intéressé, alors je piquais l'expression de Snart sans vergogne. Nous étions entre professionnels du cambriolage, pas vrai ? Entre voleurs, pas d'honneur. Mes ongles cliquetèrent sur la table. Ok ; que chacun gère son temps comme il l'entend, mais dans une heure et demie, il faut qu'on se retrouve au quai 54. Vous n'aurez qu'à descendre le long de la troisième rue, une fois parvenu à hauteur des docks, et vous trouverez assez facilement. De toute façon, l'Orgulhoso sera sur place ; vous ne risquez pas de vous tromper de quai.

Le navire cargo serait en pleine manœuvre d'amarrage, normalement. Voire possiblement à peine en train d'arriver dans le port. Nous pourrions nous tenir prêts à frapper dès que ce serait possible. Je pris mon sac, me préparant à partir.

En face du quai, vous trouverez un bâtiment d'une compagnie nommée Spherical industries. L'entreprise a coulé, donc l'édifice sera désert, et offre une superbe vue sur le quai 54. On se retrouve à l'intérieur. Soufflais-je aux deux hommes, avant de quitter le bar – non sans régler mes commandes et laisser un pourboire au passage.

J'avais des choses à faire, pendant les prochaines quatre-vingt dix minutes. Me changer et attendre mes complices figurait en bas de cette liste. Mais avant toute chose : il fallait que j'appelle Guillermo.


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Jeu 22 Mar - 13:20

Générosité intéressée

J’acquiesçais à l’idée de devoir faire la diversion seule. C’était dans mes cordes, j’avais déjà un plan en tête qui pouvait très bien être exécuté en solo ou avec un ami. Par contre, devais-je croire qu’elle se souciait vraiment de moi ? Plutôt à la réussite du plan. Avec Selina, c’était difficile à savoir si elle tenait vraiment à quelqu’un ou non. Elle pouvait vous séduire par des petits jeux subtils, mais une fois votre poche vidée, elle disparaissait sans remords. Pourtant, même si je m’interdisais de croire en quoi que ce soit la concernant sur le plan sentimental, je me sentais obliger d’éprouver de la sympathie. Sans doute son charme de sirène qui était à l’œuvre.

"J'ai toujours aimer sortir avec des amis le soir. On se retrouve là-bas dans ce cas."

Tous ces faux-semblants avaient un quelque chose d’épuisant. Personne ne pouvait faire confiance à personne, alors que j’étais de nature assez sociale, m’attachant bien aux autres. Mais je n’étais pas novice dans ce genre de magouille, on pouvait se sourire entre nous, sans lâcher notre arme dans la main, bien cacher sous le manteau. Surtout que là, je risquais d’y laisser ma peau… Une fois de plus. Cependant, si ce n’était pas le cas, ce serait moins amusant. Donc, levant mon verre, je partis me préparer de mon côté. Pas besoin de super gadget de la mort ou de relique magique pour ce job. Quoi que, avoir certains objets de ce style en possession pourrait être utile, je devrais me contenter de ce qu’il y avait ici. Quelques tours dans des boutiques de souvenirs, ou contacter un ou deux « amis » pour avoir une babiole et le tour était jouer, j’allais retrouver mes deux complices sur le lieu du rendez-vous.

"Houa ! On a bien une jolie vue. Ce serait peut-être une bonne idée de se prendre un appart dans le coin. Enfin, si on aime regarder un port et sentir la mer et le poisson."

Selina ne s’était pas trompé, on avait droit à un superbe panorama du port, de quoi surveiller les moindres mouvements. Et juste en face, sans nul doute le bateau transportant le fameux trésor espagnol. Je n’avais pas encore décidé à qui revendre ma part, un musée à ne pas douter. Mais lequel ? Un pouvant garantir la sécurité d’une telle acquisition. Sinon, un collectionneur sérieux, pas un qui peuvent faire tuer toute une ville ou village pour récupérer le trésor. Croyez-moi, je savais de quoi je parlais. Je ne sais pas si vous avez vu la trilogie du Hobbit. Maggie sans nul doute. Il y a ce qu’on appelait « le Mal du Dragon. » L’or qui corrompait l’âme, faisant perdre la tête et poussant à commettre des actes ignobles. « Mon précieux ! » Tout cela n’était pas une fable. J’en avais vu se laissant avoir par ce Mal, tuant femmes et enfants pour récupérer leurs biens. Si vous voulez une référence plus adéquate à notre situation, je vous parlerais alors du Conquistador Pizarro. Un homme toujours affamé d’or.

Il avait presque anéanti le peuple Inca, pour récupérer chaque pépite, chaque gramme d’Or. Comme un citron, il pressait l’ancien empire pour qu’il vomisse tout leur or. Mais l’une des histoires les plus effrayante, fut quand Pizarro fit prisonnier l’empereur Kuzco. En échange de sa libération, l’empereur promit une montagne d’or allant jusqu’où sa main pouvait atteindre au niveau d’un mur. Mais l’or verser, Pizarro fit exécuter son prisonnier. Si je racontais cette histoire, c’était, de un oui j’aimais parler de l’Histoire, de deux, c’était pour montrer ce que l’envie de l’or et de l’argent pouvait faire. Moi, je n’y voyais que la valeur historique, la matière m’importait peu. Mais pour mes deux compagnons… Allez savoir. Que feront-ils quand nous trouverons le trésor maudit de Black Pearl ?

Trois références en même temps, suis trop fort !

©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Dim 8 Avr - 16:42

Générosité intéressée
Entre voleurs, on se comprend. Selina ne veut pas risquer que je les double en me laisser trouver seul le conteneur qui nous intéresse, et elle a raison de penser cela. J’ai peut-être un code d’honneur en ce qui concerne qui meurt et qui vit, mais en termes de récupérer quelque chose ? Chacun pour soi et les poules seront bien gardées. Un rictus amusé apparut furtivement sur mon visage à ses paroles, que je fis disparaître par la bière que, au final, je n’avais presque pas touché. Je commençais, cependant, à sincèrement me demander ce qu’il pouvait y avoir comme passif entre les deux personnes à mes côtés, mes futurs partenaires de crime. En soi, ce n’est pas exactement quelque chose qui m’intéresse, mais j’aime avoir des informations sur les gens avec qui je travaille, des points faibles que je puisse exploiter si besoin était. Bon, on parle tout de même de Catwoman, je doute qu’il y ait grand-chose de plus que le jeu de flirt qui faisait partie intégrante de notre propre relation (jusqu’à il y a peu du moins).

Ma réponse semble la satisfaire et j’ai ma réponse en termes de temps, il ne me restait plus qu’à m’occuper pendant la prochaine heure et demie, sans me faire arrêter par la police entre les deux surtout, ça serait pas mal. Une fois Selina partie, je ne me fis pas prier pour l’imiter, attendant de terminer ma bière tout de même (il serait dommage de gâcher). Jack ? Il pouvait bien aller faire le tour du monde en ballon s’il le souhaitait. Soyons honnête, j’aurais préféré me retrouver seul avec Selina, non pas pour des raisons d’ordre sentimental (bien loin de moi cette idée) mais parce que Jack était clairement son allié dans cette histoire et je ne sais rien de ce type à part les quelques informations que j’ai pu glaner ici et là au cours de notre conversation. Or, si elle a un allié, elle est en position de force si elle tente quelque chose contre moi (à part peut-être Mirror Master, pas grand monde n’est disponible dans l’équipe en ce moment, Lisa se doit de faire profil bas après un casse qui a failli mal tourner). C’est bien pour ça que je profitais du temps accordé avant le rendez-vous pour appeler Lisa et lui demander des infos sur ce Jack Emerson, ainsi que les horaires de la marée ici, et tout ce qu’elle pourrait trouver sur le bateau que nous allions cambrioler. Selina est peut-être certaine de son coup, mais je ne vais pas me laisser dicter ma conduite et mes portes de sorties par un chaton. Surtout un qui m’a fait du tort et qui pourrait vouloir s’assurer que je ne vienne plus l’embêter.

Arrive le moment d’aller dans le bâtiment abandonné. En tête, j’ai les dimensions du bateau, les principales issues, le nombre de ponts et cales. Mais pas de plan précis. Je ferais avec. Tant que je sais par où je peux sortir c’est déjà ça. Le sac à dos a finis dans une des sacoches de ma moto, mon fidèle Cold Gun dans son holster habituel. En tout cas, Jack a bien raison sur la vue. Elle est belle et surtout, parfaite pour observer le bateau manœuvrer. Ils n’ont que quelques heures pour tout décharger s’il compte repartir dans la nuit, car la marée descend tôt aujourd’hui ; ils vont donc ne pas aimer que l’on ne retarde leurs manœuvres. Mais qu’ils ne s’inquiètent pas, nous allons même les aider en les déchargeant d’une partie de leur cargaison.

"C’est sûr que pour la grasse matinée, ce n’est pas l’idéal"

Ironie quand tu nous tiens. Déjà que je ne suis pas un gros dormeur, mais je suis surtout quelqu’un au sommeil léger et incapable de m’endormir dans un endroit où je ne me sens pas un minimum en confiance. Alors autant dire que le sommeil et moi, nous sommes que de vagues connaissances. Mes yeux parcourent la longueur du bateau avec des jumelles, comptant les personnes qui pourraient nous poser problème.

"Pour l’instant, je ne compte que quatre personnes armées. L’équipage réduit, je suppose. Le reste ne sont que de la main-d’œuvre du port, peu dangereux à priori."
Je range mes jumelles pour me tourner vers mes deux compères "Alors ? Rien de nouveau pour le plan ?"

Qu’il y ait eu des changements de dernière minute, je n’en n’ai rien à faire. En revanche, je n’ai pas envie de me retrouver en porta faux si ce genre de changements arrive et que je ne suis pas au courant.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mar 17 Avr - 11:37



Quoi de mieux, pour me faire pardonner d'appeler Guillermo de nuit, qu'une entrée en matière toute en sensualité ?

Que tal, Brutale ? Baragouinais-je dans le combiné de mon portable, avec mon moins mauvais accent espagnol.

La langue latine aidant, cette phrase très banale (la seule que je maîtrisais à peu près) prit une agréable intonation chantante, à laquelle s'ajouta ma rime (très inspirée). J'entendis le rire satisfait de mon interlocuteur, en réaction à ma réplique. Gui' aimait autant que moi les caresses à l'ego ; je pus quasiment l'imaginer s'adosser contre le mur de sa chambre, un petit sourire satisfait sur le visage, après m'avoir entendue utiliser son nom de code. De ma part, son surnom avait pris une toute autre signification, le genre qui dissipait toute envie de se montrer grognon. Sa réponse, d'abord dans sa langue natale, coula dans le combiné telle une tiède gorgée de chocolat chaud. Pour moi, qui trônais dans la froideur solitaire sur le toit d'un bâtiment fouetté par les embruns, ce fut revigorant... Zut ! J'aurais préféré qu'il n'ait pas cet effet sur moi...
Sachant à qui il s'adressait, Guillermo repassa par politesse à l'Anglais, posant (sous une forme très orientée) la question de la raison de mon appel. Il allait très vite redescendre sur terre.


Justement, mon grand : je ne t'appelle absolument pas pour ça. Alors oublie toutes tes idées me concernant, parce que ce coup de fil est professionnel. L'interrompis-je dans ses rêveries de retrouvailles, en rangeant au placard mon intonation onctueuse devenue inutile (et même contre-productive).

Avoir sous les yeux le port de National city, et devoir surveiller depuis le toit de Spheerical industries que ni Jack ni Snart n'étaient susceptibles d'arriver en avance, m'aida à rester droite dans mes bottes (que je ne portais pas encore, d'ailleurs). La distance physique qui me séparait du lanceur de couteaux joua également en ma faveur. Si je m'étais lancée dans cette conversation depuis le fond de mon sofa, ça n'aurait pas été une mince affaire ; installée en hauteur, sans garde-fou, et avec un casse prévu dans un peu plus d'une heure, je me sentais nettement moins tentée de flirter au téléphone.


Amparo Cardenas. La Dama. Je vais la mettre dans le pétrin jusqu'au cou vis-à-vis des Huesus. L'un de leurs chargement va être volé cette nuit, et tout accusera Cardenas. Déclarais-je, d'un ton beaucoup plus sérieux que je ne l'avais prévu (mes espoirs de feindre un total détachement s'envolèrent tels Supergirl entendant un cri de détresse). Je crois savoir que ce service fera plus qu'éponger ma dette ? La question était évidemment rhétorique : Gui' guettait depuis près de vingt ans une occasion de ce genre pour ramener un peu d'ordre en Hasaragua. Que ce soit clair : après ça, nous serons quittes ; finis, les appels et les allusion à la faveur que je te dois. Énonçais-je, en articulant chaque syllabe pour bien mettre à plat les termes de nos accord.

Durant de longues secondes, les cornes de brumes, ressacs du Pacifique et sirènes lointaines meublèrent le silence austère qui s'installa entre le mercenaire et moi. Le quai 54 ressemblait à une peinture aquarelle criante de vérité : le tableau n'avait pas bougé d'un pouce depuis mon arrivée, sinon lorsqu'une faible bourrasque venait déranger un papier gras abandonné par un marin à la fin de sa permission à terre. Les employés des docks ne s'étaient pas encore rassemblés pour gérer l'arrivée de l'
Orgulhoso. Mes partenaires de ce soir ne se montreraient pas avant une bonne heure, encore. J'allais pouvoir prendre tout mon temps pour me changer, au moins.

Je m'apprêtais à raccrocher (puisque Guillermo n'avait manifestement plus rien à me dire) lorsque celui-ci mit à jour mes fiches, concernant le gang Huesus. D'après mon interlocuteur, ils avaient enclenché la vitesse supérieure, shootant leurs gros bras avec un espèce de stimulant, une version
light de la cocaïne, qui transformant le moindre individu bossant pour eux en pile électrique. Le discours officiel insistait bien sûr sur les avantages : la drogue atténuait la faim, diminuait le besoin de sommeil, améliorait les réflexes, la combativité, la tolérance à la douleur, et l’acuité sensorielle. Aucun des Huesus ne faisait de gras, et la Paresse avait été éliminée de leurs rangs, faisant du gang une machine constamment à plein régime, où chacun courait effectuer sa tâche comme une petite fourmi dévouée. Gui' n'eut même pas à me parler des effets secondaires ; de notre côté de l'Équateur aussi, nous avions eu droit à la mode des hommes de main gonflés à des stimulants divers. La dépendance engendrée par la drogue, les crises cardiaques et autres "problèmes de santé majeurs" qu'ils causaient avaient découragé la majorité des groupes criminels de s'en servir.


Gracias, pour le tuyau. Dis-je, en mettant aussi sec un terme, à l'appel avant que cet idiot - pourtant pas sentimental pour une peseta - ne me recommande de faire attention (ou quelque-chose dans le même style). Elle était en congés, la Selina qui tenait compte des considérations qu'on pouvait avoir pour elle, et qui s'en sentait émue. Je lui avais donnée des vacances après avoir vu où ce genre de comportement menait.

Bon ! J'avais (à la louche) une heure pour enfiler ma combinaison, et trouver de quelle manière j'allais annoncer aux deux autres que le plan avait changé !

… Et nous y étions (déjà !). Snart et Jack m'avaient rejointe, me trouvant à observer le quai où déambulaient (et criaient) toute une troupe mise en branle par l'arrivée du cargo. Les environs étaient loin de manquer de zones mal éclairées, et le raffut provoqué par les véhicules de manutention achevait de suggérer qu'une approche furtive maximiserait nos chances de succès. Jack, comme j'aurais dû le prévoir, ne tarda pas à se lancer dans un petit trait d'humour pour garder l'atmosphère légère. Plus indulgent que je ne l'aurais cru sur le sujet, le glacial Captain ne cassa pas l'élan de notre partenaire historien, poussant la gentillesse jusqu'à renchérir dans le thème. Je pris l'air attendrie en observant cet échange.


Oooooh ! Regardez-vous ; on croirait entendre deux copains qui discutent. Aurais-je permis la création d'une belle amitié ? Me moquais-je (sans méchanceté) en mimant une expression réjouie.

Snart ne se le fit pas dire deux fois ; revenant immédiatement au boulot, il scanna le pont du navire (que je décortiquais des yeux depuis son apparition à l'embouchure du port de National city), relevant les éléments que j'avais déjà noté – à part peut-être pour ce qui était de la tendance des gardes à ne pas tenir en place. Le dos en appui sur le mur qui donnait vers le quai, je mis un talon contre la paroi pour m'étirer la jambe, puis pris la parole, en ne laissant pas de place à la contestation.


C'est moi qui ferai diversion ; vous deux, vous passerez entre les sentinelles pour chercher le conteneur, pendant que j'attirerai les ennuis dans la direction opposée. Décrétais-je, en réajustant la position de mon masque autour de mes yeux.

L'appât à attention ne pouvait être personne d'autre que moi (enfin...
Techniquement, Leonard cadrait aussi. Mais je ne connaissais pas d'univers dans lequel il accepterait de s'éloigner seul pendant que deux cambrioleurs - en qui il n'a pas grande confiance - chercheraient un butin facilement transportable à deux). Drogués comme ils étaient, les gardes réagiraient mal à la moindre diversion causée par Jack, et je ne l'avais pas embarqué dans ce casse pour qu'il finisse criblé de balles de mitrailleuses. Le leurre allait devoir se débrouiller pour capter l'attention de gros bras teigneux très à cran, susceptibles de canarder au jugé juste pour se défouler. Ce genre de rôle était taillé pour mon profil : une silhouette bondissante, agaçante, capable de se déplacer rapidement, et de titiller les Huesus tout en restant cachée. J'étais la plus mobile des trois, la plus susceptible de me regrouper avec mes partenaires sitôt les gardes emmenés loin des conteneurs.

En poussant sur ma jambe appuyée contre le mur, je m'approchai de mes partenaires, les doigts frémissant à cause de l'adrénaline.


Mettons-nous bien d'accord : je fais diversion, mais dès que possible, je reviends vers vous (sans ramener avec moi les gardes, évidemment) pour que nous quittions ensembles le navire avec les doublons. Qu'ils n'aillent pas se figurer que je comptais me sacrifier pour assurer la réussite du vol ! Je mis le poing sur la hanche. Et je ne compte pas faire tout le boulot dangereux ; si nous finissons par être repérés, je compte sur vous pour abattre ces types. Fis-je, en appuyant sur le verbe.

La recommandation s'adressait surtout au moins implacable des deux. Les gardes du cargo se montreraient imperméables aux menaces, et insensibles aux blessures destinées à les décourager. Le Cold Gun de Snart marcherait à merveille sur des gardes enragés, mais il fallait que Jack enregistre qu'il ne les neutraliserait pas en leur tirant dans la main ou dans le pied.
N'essayez pas de les assommer, ou de tenter une manœuvre dissuasive : eux n'auront pas cette considération pour vous, alors rendez-vous service, et n'en ayez pas pour eux. Terminais-je, en m'échauffant les cervicales (je pressentais que ma nuque allait être mise à rude épreuve).

M'infiltrer dans les quais sans être repérée : du gâteau. J'avais déjà identifié plusieurs itinéraires vers l'
Orgulhoso qui passaient outre les dockers et le champ de vision de l'équipage (les environs regorgeaient de positions en hauteur, peu éclairées, vers lesquelles le commun des mortel portait rarement son regard). Grimper à bord du cargo : un jeu d'enfant, du moment qu'on évitait de passer entre les pattes des employés portuaires. Les extrémités du cargo m'attiraient déjà plus, en tant que point d'entrée (même si, intérieurement, je mourrais d'envie de passer par la voie des airs : rien de mieux que de bondir silencieusement au-dessus de gars armés inconscients de votre présence, pour atterrir en souplesse dans le dos d'un truand occupé à surveiller son secteur). Le plus dur serait fatalement de me débrouiller pour attirer les quatre vigiles des Huesus : dans leur état, le moindre bruit un peu trop suspect les mettrait en état d'alerte maximale, l'arme au poing et l'index prêt à appuyer sur la gâchette. Or, nous les voulions aussi peu sur le sentier de guerre que possible, au moins dans un premier temps.


Je vous laisse partir les premiers, pour que vous ayez le temps de vous mettre en position avant que je ne commence à faire mon numéro. Repris-je, en réussissant pratiquement à ne pas avoir trop l'air méprisante.

Je ne faisais pourtant que tenir compte des limitations de chacun : Snart et Jack allaient devoir progresser lentement, de cachette en couvert, et à pied ! Impossible pour eux de suivre mes itinéraires faits d'acrobaties et de balancements insonores au-dessus du sol. De plus, eux ne devaient impérativement pas être vus, sinon, toute l'opération serait compromise. J'allais devoir y veiller...


On rapportera le magot ici pour le partage ; si ce n'est pas possible, rendez-vous au Palomina. Et si, dans le pire des cas, l'un de nous réussissait à disparaître avec l'entièreté des doublons, les deux autres pourraient discuter ensemble des représailles à mettre en place.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Dim 22 Avr - 18:33

Générosité intéressée

Nous étions donc tous les trois réunis. J’ignorais si cela était toujours une bonne idée, car après tout, j’étais en compagnie de criminels. Loin d’être des enfants de cœur, chacun d’eux pouvait désirer m’abattre dans le dos, une fois le butin en main. Même Sélina, je me doutais toujours d’un mauvais coup. Néanmoins, ne nous laissons pas gagner par la paranoïa, autant accomplir la besogne assignée, et par ensuite, nous verrons bien ce que l’avenir nous réservait. Au moins, je découvrais que le captaine glaçon avait de l’humour, de quoi faire fondre la glace. Oui, j’ai osé. Ce dernier semblait avoir compté le nombre de gardes et d’employés. Douer, ils s’agissaient d’informations fortes intéressantes. Après, il fallait tout de même rester sur ses gardes, car ne savait-on jamais, d’autres pouvaient dormir dans la calle ou bien quelque chose de bien plus méchant nous y attendait.

"D’autres peuvent se cacher là-dedans. Mais ils ne doivent s’attendre à se faire détrousser. Nous bénéficions de l’effet de surprise."

Cela aurait pu être aussi simple, suivre le plan de base, faire diversion et vider les caisses. Pourtant, peu de chose allait comme prévu. Un changement de plan disait la belle cambrioleuse ? Voilà qui n’était guère rassurant. Moi qui m’étais préparer mentalement à exécuter mon numéro, voilà que mon rôle changea pour faire quelque chose de plus actif dans le casse. Pourquoi donc ? Qu’est-ce que Sélina pouvait bien cacher ? Pour ne pas arranger les choses, elle nous fit comprendre que nous devrions tuer toutes personnes s’opposant à nous sur le rafiot. Pas de neutralisation, de bavardage, etc. Non, tuer direct et voler après. Assassiner, un bien horrible mot, ne m’étais pas inconnu. J’avais déjà retiré la vie par le passer à de nombreuses reprises. Mais à chaque fois, c’était sous la même condition, sauvé ma peau. Si on voulait me tuer, je rendais très souvent la pareille, sinon, un coup bien placé et c’était finit. Pourtant, cela ne suffisait à calmer les voix des fantômes qui me persécutaient. Prendre un chemin si sanglant, empêchait toute possibilité de faire demi-tour. Je devais assumer mes choix, même si s’était dur. D’ailleurs, c’était pour cela que la question sur le fait que je supprimais la vie, était toujours compliqué pour moi.

J’acquiesçais donc aux directives de Catwoman. D’un côté, je me disais que ces hommes, étaient justes des psychopathes assoiffés de sang, et donc, qu’en mode berserk, il ne fallait pas hésiter à les descendre. Pourtant, je n’arrivais pas à me chasser de la tête, la possibilité que Sélina nous cachait quelque chose. Comment savoir avec elle ? Car avant, nous étions tous d’accord pour un plan de départ, alors pourquoi cela avait-il changé ? Comme notre ami au gros flingue, je ne voulais pas avoir de mauvaises surprises. Enfin, je supposais que lui non plus, ne voulait pas en avoir. Ben quoi, ce serait logique non ?

"Juste, je peux savoir ce qui a fait changer nos plans ?"

C’était tout moi ça, la curiosité. Cela faisait partie de mon travail, trouver le pourquoi du comment et m’en servir après. Je savais déjà que la mission serait dangereuse, que je n’allais pas fouiller en France par exemple pour déterrer une pièce d’armure moyenâgeuse. Toutefois, je voulais savoir contre qui, je devais me battre. Ma liste d’adversaires était bien plus longue que le bras, si on comptait les cartels, trafiquant, collectionneurs, rivaux, archéologues et conservateurs corrompus, momies, dieux maudits, etc. Alors des gens comme sur ce bateau, c’était un peu de la rigolade, mais je ne voulais pas, par exemple, découvrir qu’ils étaient contrôlés par un artefact ou une entité millénaire. Du moins, pas quand je leur ferais face.

Une fois cette information en ma possession, je partirais avec joie à notre point de rendez-vous pour exécuter notre plan. Je n’étais pas difficile, si on se montrait honnête avec moi, je pouvais être un bon pote qui ne posait que peu de problèmes. Oui, j’en posais bien souvent. Cold et nous, nous n’aurions qu’à nous cacher vers l’extrémité du bateau, jouer au jeu de « cache-cache » pour rejoindre la passerelle et monter à bord ni vue ni connu. L’infiltration, ça n’avait pas l’air, mais je m’y connaissais un peu. Sans doute une des raisons pourquoi Sélina m’avait engagé. J’étais quelqu’un de très silencieux et sachant bien me dissimuler. Le talent ou la chance, quelque soit l’explication, j’ai toujours su aller là où je devais aller et récupérer ce dont j’avais besoin. Restait à savoir si mon complice pouvait se venter autant.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mer 2 Mai - 1:19

Générosité intéressée
"Il n’y a pas de conteneur dans la cale. Toutes les marchandises se trouvent sur le pont, prête à être déchargée, les effectifs sont sur le pont. Mais tu as raison, nous possédons l’effet de surprise"

Je me tourne vers la féline avec un rictus aux lèvres. L’instigatrice d’une belle amitié ? A d’autres. Que je tente de ne pas créer plus de tensions qu’il en existe déjà au sein de ce groupe hétéroclite ne veut pas dire que je souhaite partager une bière avec l’historien une fois toute cette histoire terminée. Je n’y réponds cependant rien d’autre qu’un haussement de sourcil dubitatif lui transmettant mon avis sur la question et en parlant de question, voilà que Selina répond à la mienne, mais pas avec la réponse que je rêvais d’entendre. Est-ce si compliqué de pouvoir se tenir à un plan aussi simple que celui qu’elle avait mis en place avant notre séparation temporaire ? Visiblement oui. Je détourne mon regard du bateau pour l’observer elle, qui ne semble pas plus affectée qu’à l’habitude et ce qui ne veut rien dire en soi. Car la minette est une actrice qui sait jouer ce qu’elle veut, manipulant ses cibles à la perfection et, je ne vais pas mentir, je fais partie de ces cibles. Plus d’une fois et je soupçonne cette fois-ci d’en être une de plus.

Alors comme ça elle préférait faire diversion ? Quoi, elle a peur que je ne profite de l’éloignement de Mr Aventurier pour la congeler sur place et me tirer avec tout le butin ? Accordé, elle avait plus que de bonnes raisons de se méfier de moi la Selina. Cependant, je ne suis pas du genre à tirer dans le dos, et j’ai encore un accord en cours avec le Flash, que ça lui plaise ou non. Alors tuer pour tuer ? Même par vengeance ? Non. S’en serait-elle prise à Lisa (voire Mick), ça serait une autre histoire, mais pour m’avoir doublé et presque vendu à mes rivaux de territoire ? Non. En rétrospective, ça serait presque de bonne guerre, si je n’étais pas aussi rancunier dans le fond. Mais passons, je digresse.

J’écoute ses nouvelles directives et ne peut retenir un très court ricanement qui m’échappe dans une expiration à la notion qu’elle reviendra de toute façon vers nous. Effectivement, elle ne nous fait pas confiance, mais compte sur nous pour assassiner des gardes si besoins. Alors, assassiner est peut-être un bien grand mot, en self-défense plutôt, mais passons. Ah ! et elle n’a aucune envie de se sacrifier. Mais ça, je m’en doutais déjà bizarrement. Elle n’est pas le genre à faire les choses sans y gagner quelque chose en retour. La question donc était…

Celle que vient de poser Jack. Pourquoi ce changement de plan ? Il y a de fortes chances que ça ne soit même si moins organisée que moi, Selina n’est pas du genre à changer de plan juste parce que je vent change (à moins que le vent ait une incidence majeure sur le plan, selon je doutais ici). Et je vais être honnête, faire équipe avec un type dont je ne sais rien…Je ne suis que moyennement fan. Il n’a pas l’air foncièrement mauvais et s’il a réussi à travailler avec Selina et être toujours là pour en parler, c’est qu’il n’est pas la moitié d’un incompétent, mais de manière générale, je préfère savoir avec qui je bosse.

"Je seconde Boyscout sur la question."
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Ven 11 Mai - 15:33



Le « Non ! » instinctif qui me démangeait faillit franchir mes lèvres, principalement parce que la question venait d'Emerson, et que je me pensais capable de pouvoir l'intimider en renouant avec la dominatrice qui sommeillait en moi (accompagnée, au besoin, par un claquement de fouet). Sauf que ça aurait été violemment réprimer une interrogation plus que légitime... Et puis, il y avait surtout le fait que Cold venait d'appuyer la question de l'autre homme dans la pièce. Mes yeux roulèrent, et je pris une posture faussement gênée.

Cowboy, Snart. Cowboy. Pas Boyscout. Soufflais-je discrètement, en mimant celle qui tentait de signaler un détail important à son collègue sans que l'historien l'entende. Tu réagirais comment, toi, si on t'appelait Sergent Sunday au lieu de Captain Cold ? Poursuivis-je, au cas où prolonger la plaisanterie pouvait la rendre plus drôle.. Ou drôle tout court. Si tu n'arrives déjà pas à retenir le nom de code de Jack... Fis-je, sous-entendant clairement quelque-chose à propos du cambrioleur de Central city que je regretterais dans la seconde suivante.

Bien sûr, que je n'allais pas juste répondre docilement à une question totalement justifiée de la part d'un de mes coéquipiers (qui a déjà du mal à me faire confiance) ! Ça aurait été beaucoup trop censé, comme réaction. Surtout alors que chaque minute comptait. Ah, Sel', sacrée toi ! Toujours à souffler sur les braises pour prouver que tu es la plus maline... Et le pire, c'est que plus il devenait évident que je devais m'arrêter, et plus je m'acharnais à creuser, pour conserver la face.


On dirait que vous ne me faites pas trop confiance, les garçons... Osais-je leur sortir, en croisant les bras pour les toiser, avant d'écarter mes mains en signe d'abdication. Bon, ok ! Je ne voulais pas en arriver là, parce que ce n'est ni le lieu, ni l'endroit, mais... Soit ! Là, j'en étais rendue à parler pour parler, pendant que je réfléchissais à toute vitesse à comment m'extraire de mon propre pétrin. Je crois qu'un test de confiance s'impose ! Souris-je. Vous allez voir, ça sera rapide : on va commencer par vous deux. Leonard, tourne le dos à Jack, et laisse-toi tomber en arrière. Tu verras, quand il t'aura rattrapé, tu te sentiras beaucoup plus à l'aise. Ais-je envie de leur dire la vérité ? Est-ce qu'ils me croiront, si je leur dis la vérité ? Ou est-ce que je ne ferais pas mieux de leur déballer un mensonge plausible, au risque qu'ils s'en rendent compte ? On fait ça pour tous, ça fait six rattrapages au total, soit dans les trois minutes si on enchaîne sans temps morts.On fait ça, et après, on fonce chercher les doublons. D'accord ? Lançais-je, telle une comédienne pratiquement huée par son auditoire, qui tentait malgré tout une vaillante dernière note d'humour pour dérider l'assemblée... Sans plus de succès.

Le public de ce soir était assez difficile, il ne fallait pas le négliger... Et ma tenue de Catwoman ne devait pas contribuer à rendre mon numéro d'improvisation hilarant. J'avais tout de même deux handicaps contre moi. Néanmoins, la tension qui s'accentuait graduellement dans l'entrepôt où nous nous dissimulions me confirma que je n'avais pas raté ma vocation, en devenant cambrioleuse, et pas humoriste de
stand up. Pourtant, si j'avais mieux établi mon autorité dès notre entrevue dans le bar, ni Jack ni Leonard n'auraient osé discuter mon changement du plan. Zut...
En bonne petite effrontée, je fis volontairement porter mon regard vers les quais plutôt que vers mes collaborateurs. Je pouvais aisément imaginer la tête de ces deux hommes actuellement, autant utiliser mes yeux pour surveiller ce que je ne pouvais pas anticiper... Et pour fuir la preuve de mon échec. Je devais bien l'admettre : contrairement à ce que mon ego m'avait soufflée, je ne pouvais pas m'imposer si facilement comme chef, même dans un groupe composé de trois personnes. Les réactions de mes camarades m’apprenaient que j'avais encore quelques progrès à faire pour devenir une meneuse de groupe charismatique. À aucun moment mon visage ne se détourna de la vitre orientée vers les quais.


Rien n'a changé ; vous n'avez pas plus de raisons de me faire confiance qu'il y a une heure et demie, dans le bar. À ce moment-là, vous avez accepté de participer, en sachant très bien qu'il y aurait de l'improvisation ; vous allez me faire croire qu'une première modification du plan (et sans doute pas la dernière) vous inquiète ? Que cette raison, plus qu'une autre, va vous faire réviser votre décision ? Grondais-je, en entendant presque les précieuses secondes tiquer.

La transparence, ce n'était pas mon truc. Réflexe de criminelle, sans doute : j'aimais avoir des secrets, ça me donnait le sentiment d'avoir des atouts dans ma manche. De plus, la question de Jack m'avait immédiatement agacée (tout en m'apparaissant justifiée, ce qui était encore plus frustrant !). Il voulait savoir (et le glaçon avec lui) d'où me venait cette envie de changement de consigne. Pourquoi faire ? Il n'avait quasiment aucun moyen de savoir si je lui donnais la vraie explication ou une explication inventée, donc ce que je répondais n'avait aucune forme d'importance, et n'aurait pas d'incidence sur ce soir. Et pourtant, à la seconde où je leur fournirais une réponse, l'un ou l'autre l'analyserait pour en évaluer l'authenticité, et un des deux risquait (à tort ou à raison) d'arriver à la conclusion que je venais de mentir... Ce qui empirerait la situation. Sauf que mentionner ce point à voix haute accentuerait leur méfiance, au lieu de les dissuader d'insister. Ils voulaient une réponse, qui avait une chance sur deux d'achever de les convaincre que je les menais en bateau à tous bouts de champ, et si je m'obstinais à ne rien dire, soit ils plieraient, soit mon attitude achèverait de les convaincre que toute cette mission devait être annulée. Quatre possibilités, chacune ayant virtuellement une chance sur deux de provoquer l'interruption de ce casse.
Où était Harvey, lorsqu'une honnête jeune femme avait besoin de lui pour trancher un dilemme intérieur ?


On a un boulot à faire, alors faisons-le. Si vous voulez savoir sur quoi se base le changement de plan, alors contentez-vous de ça : j'ai obtenu des détails sur la sécurité du navire via un contact. Parce que oui, je ne fais pas tout à l'instinct. Les mecs qui surveillent la cargaison sont défoncés avec un genre de stéroïde, d'où les consignes rehaussées. Vous avez entendu mon explication. Elle vous convient, elle ne vous convient pas, je m'en fous, tant que vous remplissez votre job. Sifflais-je, en débitant agressivement mes syllabes, tout en veillant bien à ne pas conclure par un tentant « si vous voulez vous barrer, la porte est là ! ».

Je m'accrochais encore à l'espoir de réussir ce larcin, mais au stade de la conversation où nous étions, provoquer deux hommes en leur suggérant de partir s'ils n'étaient pas contents risquait justement d'achever de les convaincre d'abandonner. En plus, si je me fiais à ma référence en matière de leadership, avoir l'air de ne pas envisager le refus renforçait la position d'un meneur.



__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Lun 14 Mai - 18:59

Générosité intéressée

Bras sur le torse, j’attendais la réponse de Catwoman, curieux de savoir ce qu’elle allait répondre. Avec elle, je m’attendais à tout. Toutefois, je fus agréablement surpris de voir Captaine Glaçon se joindre à moi, tout aussi méfiant car ayant sans doute vu autant que moi avec la belle. En guise de remerciement de se « soutient », je lui décochais un clin d’œil.

"Merci Captain Flingue."

Ce qui était marrant, c’était que je pouvais encore lui trouver tout un tas de surnom encore, rien que pour m’amuser. Il allait en baver. Mais revenons à la belle. Concernant son explication, j’étouffais un rire. Sérieusement ? Allons Catwoman, tu aurais pu choisir un beau bobard, même si je me doutais du mensonge, j’aurais presque pris pour argent comptant. Mais au lieu de cela, tu te contentes d’éviter la question en faisant de l’humour. Voilà comment ça se passait avec Selina à chaque fois, il fallait croire, toujours se méfier de ses paroles, et de là où elle vous menait. Lui faire confiance ? Entre cinq et sept pour-cent maximums, je dirais. Même Batman ne devait pas lui faire pleinement confiance. D’ailleurs, qui le pouvait ? Selina arrivait à bien le vivre au moins ? Cette femme était un vrai mystère pour moi, je n’arrivais jamais à la comprendre et savoir quel pied danser. Et quant à notre ami ici présent, il a dû trop se faire piétiner le pied.

Bien que j’aurais aimé que Catwoman use d’une manipulation plus subtile, je me sentais prêt à rejoindre l’asile pour Paranoïa, car là, j’avais l’impression qu’on allait à chaque instant maintenant me frapper dans le dos. Même si à la fin, la belle cambrioleuse en cuire donna enfin un semblant d’explication. N’étant pas plus convaincu, je me doutais que nous n’aurions pas plus d’informations, et que la vérité ne sera dévoilée, qu’une fois le pied poser sur ce rafiot. Même face à la torture, j’étais prêt à parier que Selina ne cracherait pas le morceau. Elle cachait aussi bien des éléments, que sa réserve de diamants. La voix de la raison m’aurait dicté que tout cela sentait bien trop mauvais, qu’il était encore temps pour moi, de tourner les talons et m’en aller en disant bien fort « Tu ne me dis pas tout, alors je te fais la moue. » Hélas, la raison n’était pas toujours une bonne amie avec moi, j’étais parfois fâché avec elle. Alors, au lieu de m’en aller, je me mis à souffler en posant mes mains sur mes hanches, comme si j’abandonnais cette inquisition.

"Tu fais diversion, et nous on passe par la porte de service. Ca à une porte de service au moins un bateau ?" Question rhétorique.

Répétant le plan, je montrais que je finissais par l’approuver. De toute façon, à part, s’en aller pour retourner au bar, avions-nous d’autres choix ? Je ne voulais pas voir Selina bouder ou que l’un de nous, ne voulant faire qu’à sa tête, gâche tout et ne nous mette en danger. Comme dans une partie de poker, nous devions savoir bluffer. Malheureusement pour moi, Catwoman avait toutes les bonnes cartes en main et savait bien au final, manipuler pour avoir ce qu’elle voulait. Le mieux je pensais, était de jouer son jeu pour voir jusqu’où elle bluffait et savoir ainsi où et comment intervenir. Car si je risquais vraiment d’y laisser la peau, j’ignorais comme toujours, si je pouvais compter sur la belle pour m’aider à m’en sortir. Je devrais sans doute me débrouiller seul, une fois à bord. Pour consolation, je conservais cette image de Catwoman, comme quoi elle n’était pas complétement mauvaise, et jamais elle n’enverrait des innocents au casse-pipe. Mais des fois, j’avais des doutes.

"On montera donc, dès que la voie sera libre. On compte sur toi."

Pour finir, mon regard se posa sur Captain glaçon. Ayant voté pour le projet de la voleuse, j’attendais de voir s’il en ferait autant, ou s’il aurait encore des questions à poser. Personnellement, j’en avais assez de perdre du temps à discuter, l’heure était à l’action et je me sentais bien nerveux pour ça. Cependant, si notre compère avait encore des doutes et voudrait des garantit, je ne pourrais que le comprendre. Se faire rouler par Selina pouvait laisser des marques et on aimait moins jouer encore avec elle. Pour ma part, entre nos petites affrontassions, je me disais que c’était de bonne guerre quand Selina gagnait, sans chercher une quelconque vengeance. Mais je ne devais me leurrer, Catwoman a du faire bien pire avec d’autres, et j’espérais, que les conséquences ne retomberont pas quand je serais là.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
avatar
CAPTAIN COLD
Messages : 275 Age du joueur : 27 Crédits : Blondie et Tumblr Batarangs : 2100

Feuille de personnage
Nom de Code: Captain Cold
Multi-Comptes: Timothy Drake
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Dim 10 Juin - 22:25

Générosité intéressée
"Pour le retenir il aurait fallu me le transmettre en premier lieu"

Je me permet de répondre à Selina, même si j’ai déjà très envie de repartir parce que travailler avec d’autres que mes Rogues, ça m’arrive. Travailler avec Kyle ? C’est déjà fait, mort et enterré à présent. Quand à Emerson ? S’il continuait à vouloir jouer au plus malin il allait comprendre que Captain Cold n’est pas seulement à cause de mon arme.

Selina se lance ensuite dans une autre de ses diatribes que je n’écoute que d’une oreille, mes yeux se reportant sur le bateau sur les docks plus bas. C’est tout Selina ça : tenter de noyer le poisson pour cacher qu’elle l’a déjà avalé tout cru et s’en pourlècherait presque les babine devant nous. Mais je ne relève pas, je ne réagis pas. Les tentatives d’humour de Catwoman m’émouvaient rarement pour ne pas dire jamais. Je ne suis naturellement pas très expressif, même quand je trouve quelque chose de drôle. D’autant plus que mon type d’humour est un peu plus sombre, je m’amuse plus d’une situation fortement ironique, d’un humour noir tirant vers le pessimisme qu’autre chose. Blâmer mon éducation pour cela si vous le voulez, ou mon sale caractère, ça m’est bien égal.

En revanche, je l’observe du coin de l’œil quand on en vient à sa seconde tentative de nous convaincre. Là, je dois reconnaître qu’elle me piège bien. Difficile de dire oui dans cette situation. Ca peut paraître ridicule, mais j’ai une réputation à tenir, et prendre la poudre d’escampette à la moindre improvisation que je rencontre ne fait pas partie de mes options. Evidemment, je pourrais toujours expliquer le pourquoi du comment en racontant mon passif avec Selina et ma propension à ne clairement pas lui faire confiance. Cependant, ce que les gens du milieu retiendront, c’est que je ne sais pas improviser. Ce qui, au demeurant, est totalement faux, je préfère prévoir tout ce que je peux prévoir et/ou manipuler, mais je ne fuis pas devant l’improvisation. Mais tout ça pour dire que je ne peux plus faire marche arrière à présent. Car dans l’absolu elle a raison : pourquoi se méfierait-on d’elle maintenant alors qu’il y a une heure et demie on avait accepté de la croire ?

Jack fut plus rapide que moi à répondre et il acceptait. J’aurais dû m’en douter. Mais visiblement, mon temps de réflexion sembla trop long pour Selina et elle me donna une troisième explication et cette fois, je fus déjà un peu plus convaincu. Suffisamment pour ne pas risquer de lui donner la satisfaction de m’avoir piégé avec de la simple rhétorique. Affichant un rictus, je décroisai les bras et posa ma main droit sur l’arme à ma cuisse.

"Tu aurais commencé avec ça, on aurait gagné du temps. Allons-y."

Je sais que je ne suis pas le dirigeant dans cette histoire, mais les habitudes ont la vie dure. L’enclenche mon Cold Gun, de façon à n’avoir plus qu’à dégainer et tirer en cas de besoin.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t483-leonard-snart-i-m-a-criminal-and-a-liar-and-i-hurt-people-and-i-rob-them-what-did-you-expect-me-to-do-not-be-what-i-am http://legendsofdc.creationforum.net/t491-captain-cold-s-heists http://legendsofdc.creationforum.net/t488-lien-de-leonard-snart-aka-captain-cold#6318 http://legendsofdc.creationforum.net/t1001-arcs-narratifs-de-leonard-snart
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 4088 Age du joueur : 27 Crédits : Thundered Batarangs : 5092

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Mer 4 Juil - 19:14



Ma main vint enlacer avec un certain empressement la poignée de la porte donnant sur l'extérieur. Je guettais avec impatience le moment de sortir, sentant le dehors et ses caresses aériennes m'appeler de l'autre côté de la cloison. Dos aux deux hommes, je me fis coulisser vers l'extérieur avec le battant dès que Snart renonça à son tour à me tirer les vers du nez. Toutefois, sa petite prise en main du groupe ne m'échappa pas, puisque je lui réservai un éphémère regard faussement amusé par-dessus mon épaule... Regard dans lequel un esprit légèrement paranoïaque aurait pu lire l'ombre d'une mise en garde. L'ambivalence, c'était tellement pratique pour décocher un avertissement sans en avoir l'air.

Ne me faites pas attendre, les garçons. Ponctuais-je avec un sourire étincelant, afin de réchauffer un peu l'ambiance qui s'était graduellement refroidie au sein de notre trio.

L'air vivifiant d'une National city baignée dans la nuit opaque m'entra dans les narines à ma première inspiration. Aussitôt, un mélange d'iode et de relents chimiques me monta au nez... Le même parfum déplaisant que celui qui planait autour des docks de port Adams. Semblerait-il que tous les ports des villes américaines sentent pratiquement la même chose... Déplaisant, mais vivifiant ; ces arômes citadins présentaient l'avantage de me vider la tête, et de me rappeler à mes objectifs : m'infiltrer jusqu'à
L'Orgulhoso, et y faire mon intéressante. Mes alliées les ombres ténébreuses avaient déjà drapé la zone portuaire de cachettes que le soleil feraient disparaître ; autant de petits îlots de sûreté pour le félin en vadrouille que j'étais. En calant mes lunettes devant mes yeux, je me sentis m'immerger dans l'environnement qui s'étalait face à moi, poussant en arrière-plan jusqu'à la présence de mes partenaires. Appelons ça du conditionnement mental : lorsque mes sens recevaient certaines stimulations, mon corps et mon esprit basculaient vers une concentration quasiment professionnelle (" quasiment " ; il m'arrivait de rêvasser en plein territoire hostile). Mentalement, je venais de laisser mes réflexions dans les anciens locaux de Spherical Industries. Mes pensées pulsaient à présent à un rythme aussi calme que le ressac tranquille des flots contre les embarcadères.

Mon premier bond dans le vide produisit le son feutré d'un corps sur lequel frottait l'air dérangée ; mes jambes enchaînèrent un mouvement en deux temps de flexion-extension qui m'envoya vers le haut. Avec mes mains, j'accompagnai le mouvement de mon corps, poussant sur un point d'appui pour me projeter vers l'avant avec assez d'énergie pour couvrir une bonne distance. Au terme de mon vol plané, je fis s'enrouler mon fouet (en veillant à supprimer le claquement beaucoup trop audible qu'il produisait d'habitude), pour tournoyer au-dessus des quais. D'un toit d'entrepôt à l'arrière d'un conteneur en attente d'être chargé, je progressais, montant et descendant sans ralentir, en me déplaçant autant sur deux que sur quatre appuis (et parfois sur deux mains uniquement). Trop rapidement à mon goût, mes enchaînements de saltos, sauts et glissades d'une cachette à l'autre arrivèrent à leur terme. Je m'accordai cependant le petit plaisir de passer juste au-dessus de deux dockers (qui étaient bien trop occupés à parler paris sportifs) en approchant du quai 54, savourant le sentiment d'être une ombre invisible à leurs sens (je suspectais Bruce de ressentir un plaisir similaire, lors de ses propres escapades) et fis en sorte que « Jackson » ne puisse pas retrouver sa nouvelle montre, posée sur le tableau de bord d'une voiture (que l'on avait oubliée de fermer). L'objet en poche, je me mis à escalader une imposante structure métallique jaunâtre qui toisait le cargo, en prenant un peu plus mon temps.

J'aurais accordé un B- au personnel portuaire, si on m'avait demandé d'évaluer leur niveau global de vigilance. Si Jack et Snart ne progresseraient pas aussi vite que moi jusqu'au cargo, il ne subsistait en tout cas plus le moindre doute dans mon esprit sur le fait qu'ils réussiraient à passer inaperçus. Rassurée, je me mis en quête de la suite de mon itinéraire, en vérifiant si mes observations précédentes étaient toujours d'actualité. Les
Huesus échangeaient régulièrement entre eux, dans un Espagnol bref et fouillis, lorsqu'ils se trouvaient à portée de voix l'un de l'autre. Campée à l'abri sur le sommet d'une grue de chargement inactive, je pouvais les voir patrouiller d'un pas énergique, en balayant chaque centimètre de surface offerte à leurs yeux. De ce côté là, aucun signe de négligence, de flemmardise ou de baisse de la vigilance : A+ en sécurisation du bâtiment ! Je reconnaissais bien là les symptômes de stéroïdes de combat : une transpiration surprenante, pour la température qu'il faisait, et une dureté gravée sur chaque visage. Personne ne plaisantait, à bord du navire. Guillermo n'avait pas nommé spécifiquement le truc pris par ces mecs pour devenir aussi alertes que Batman, mais ça sentait le Venom, ou un anabolisant du même genre (du Greenlight ? J'ignorais à quel point Bane avait diffusé son stéroïde sur le marché noir, en Amérique du sud).

Au moins, il ne me serait pas difficile de les attirer dans ma direction : dans leur état, les gardes de
L'Orgulhoso bondiraient à l'assaut du plus petit bruit de souris. Or, il se trouverait bientôt une intruse pour les attirer vers les cales du bateau (aussi loin que possible du pont principal). D'ordinaire, je me serais attardée, laissant traîner mon oreille ici et là pour glaner quelques informations et rumeurs ; dans ce cas précis, à part identifier les fumeurs et les gauchers, je ne risquais pas de tirer grand-chose d'un examen des lieux. Tandis que le déchargement se mettait en route, je me sentis revenir à ce moment pénible de la conversation entre les garçons et moi, quand il était apparu évident que le manque actuel de confiance entre nous provoquerait régulièrement ce genre de petite tension. S'agissait-il d'un aspect inévitable de toutes mes collaborations ? En pensées, je me sentis caresser l'idée d'avoir un groupe similaire à celui de ce soir, motivé par des objectifs pas forcément très louables, mais qui, en plus d'avoir en dénominateur commun un mépris de la loi, se composerait d'individus ayant une certaine confiance l'un envers l'autre.

« La ligue des Cambrioleurs ».

Un nom... Sacrément nul. Il était temps que je me remette au boulot, parce que mes rêveries commençaient à ne plus ressembler à rien. De plus, Snart et Jack progressaient certainement vers le cargo depuis que je les avais laissé à
Spherical industries. Notre timing reposait sur une absence de temps mort entre les phases du plan.
Rampant ras le ventre au bout du bras de la grue, je m'insinuai dans la structure métallique, accrochée aux barreaux transversaux qui rigidifiaient la structure. Seule ma tête dépassait de ma cachette, et de là, je pouvais détailler l'abord arrière du cargo. À première vue, elle était principalement occupée par les différents strates des zones habitées, que coiffait la cabine de pilotage. Sur les façades gauche et droite, à chaque étage, des portes renforcées avec hublot permettaient d'accéder à un quartiers spécifique. Il ne me restait plus qu'à patienter, le temps que ce type en pleine ronde à l'extérieur du navire passe à proximité de mon point de chute. Ledit malchanceux n'allait pas aimer ce qui allait lui arriver... Lorsque sa lente déambulation l'amena sous le bras de la grue, je me fis tomber comme une pierre (mais jolie, la pierre), le fouet à la main. En chutant en ligne droite, j'allais atterrir dans le mince interstice entre la berge et le bateau ; mon projet n'était cependant pas de finir trempée.

Le patrouille me vit apparaître dans son champ de vision à peu près au moment où mon fouet partit cingler l'air dans sa direction. Il hurla, et eut même le temps de tirer trois balles qui me frôlèrent, avant que la lanière de mon arme ne s'enroule autour de son cou. L'attraction faisait toujours son œuvre, m'emmenant toujours plus bas, toujours plus près de l'eau. Tenant mon fouet en main, celui-ci tira vers le bas sa proie, qui risquait d'être tractée par-dessus bord. Évidemment, après un bref moment de surprise, mon point d'ancrage humain résista à la force qui le tirait vers moi (avec ses seuls muscles, ou en s'appuyant contre la rambarde du navire ; impossible pour moi de le dire). Résultat : ma chute s'interrompit également, me laissant ballotter à l'extérieur de
L'Orgulhoso. Aussitôt, j'entrepris de courir en m'assurant d'une main avec mon fouet, exploitant la longueur à ma disposition pour former un mouvement de pendule, et bondir à bord. Péniblement, le garde sur lequel j'avais jeté mon dévolu tenta de sa défaire de ma sangle. Mes griffes lui labourèrent le visage jusqu'à ce qu'il se libère – en hurlant (et restaure du même coup ma liberté de mouvement).

Je fis mine de vouloir l'assommer en tentant de placer un ou deux coups de pieds, mais mon adversaire para sans mal les attaques latérales. L'heure était venue de filer. D'un salto arrière, je me précipitais vers l'accès au cale, entendant dans mon dos le bruit d'un fusil qu'on armait. Les balles sifflèrent là où se trouvait ma tête une seconde plus tôt, et tout le navire se mit à hurler à l'intruse. Heureusement que je me dirigeais dans la partie confinée du cargo, là où mon agilité me servirait au maximum...



__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t987-arcs-narratifs-de-selina-kyle
avatar
ANIMATEUR ♔ CRAZY ADVENTURER
Messages : 1008 Age du joueur : 26 Crédits : Twizzle (Avatar) Batarangs : 12700

Feuille de personnage
Nom de Code: Jacky
Multi-Comptes: Slade Wilson - Adrianna Tomaz - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   Sam 7 Juil - 20:30

Générosité intéressée

Le plan était vraiment des plus simple. Laisser Selina jouer les appâts, et se faufiler sans se faire voir par des gorilles sous stéroïdes pour récupérer les conteneurs. Facile quoi. Bon, par contre, contrairement à Catwoman, ont n’étaient pas aussi agile qu’elle. Bien que je pusse jouer les acrobates en sautant de plateformes en plateformes, par-dessus des ravins et des explosions etc. Je n’avais pas l’agilité presque surnaturelle de Kyle, ni un fouet. Encore heureux tiens, car je me doutais très bien qu’avec une telle arme, on aurait encore plus de raison de m’appeler Indiana Jones. Je pouvais en rire, mais il y avait des limites tout de même. Bref, passons au cambriolage.

Il me semblait évident que venir rejoindre le bateau, que ce soit en voiture ou moto, ne serait pas une bonne idée. Un véhicule trahirait aussitôt notre présence et l’effet de surprise désirait serait déjà un lointain souvenir. Donc, y aller à pied semblait être la meilleure des solutions. À conditions que Catwoman nous laisse suffisamment le temps pour arriver. Au moins, j’avais de la compagnie. Mais même si c’était un minimum tentant, je préférais ne pas déranger glaçon. Il me faisait tout de même un peu peur, et j’avais l’étrange pressentiment que la discussion ou les liens sociaux n’étaient son fort. Du moins, l’imaginais-je ainsi.

Je n’avais peut-être pas la dextérité de Catwoman, ni celle du Green Arrow. Encore moins de supers gadgets comme Batman pour jouer les espions. Mais il fallait avouer que je possédais un incroyable talent de discrétion. Sans rire, je savais me faufiler comme une souries dans les recoins et zones d’ombre sans faire de bruit, et me faufiler entre les jambes de l’ennemi. On ne le croirait pas en me voyant avec mes grosses bottes, mais c’est tout de même la vérité. Bon, déjà pour arriver jusqu’au port, ce n’était guère compliqué. La sécurité étant presque nul, rejoindre le bateau fut presque facile. Par contre, quand on voyait les golems à bords, il fallait savoir se montrer bien prudent. Me concentrer sur nos « adversaires » sur le pont et trouver un moyen de monter, m’occupait tellement l’esprit, que je ne sentis plus le souffle d’air frais sur ma peau, et encore moins les diverses sirènes de navires voisins. Seul l'Orgulhoso m’intéressait, il n’y avait plus rien d’autre qui existait dans le monde.

"Espérons que Kyle ne nous a pas mentit et arrivera à faire diversion." Marmonnais-je.

Après tout, nous n’étions pas à l’abri d’un coup bas de la féline. Je n’avais pas oublié ma paranoïa, même si nous étions entourés de titans catcheurs mexicains qui pouvaient nous réduire en bouillis d’une seule main. Ils devraient se faire d’ailleurs contrôler pour le dépistage de drogue. Que vouliez-vous, je savais rester rien qu’un peu méfiant, c’était justifier. Pourtant, même si je redoutais que Selina puisse nous doubler, j’étais tout de même inquiet, rien qu’un peu aussi, de ce qui pourrait lui arriver. Tout comme moi, elle n’était pas immortelle et subissait les mêmes maux que la terre. Un jour ou l’autre, un de ses mauvais tours lui coûtera chère, tout comme à moi. Toutefois, elle savait se débrouiller, si quelqu’un avait l’instinct de survie le plus poussé au monde, c’était bien elle.

Presque un aussi bon timing, des tirs résonnèrent à l’autre bout, et tous ces géants partirent voir ce qu’il se passait. C’était le bon moment. Accroupis, je remontais la passerelle pour de suite me cacher derrière le premier gros objet se trouvant sur le pont. Tapis dans le noir, je ne risquais plus grand-chose. Mais mon cœur manqua de s’arrêter, quand je vis des jambes énormes me passer devant, baragouinant en espagnol, dont je ne ferais pas la traduction au risque de voir arriver des féministes enragés. Tiens, ce ferait ça aussi une bonne diversion, à creuser.

Tournant la tête, j’aperçus les fameux conteneurs non loin. Le trésor nous tendait les bras. J’ignorais par contre si oui ou non, mon nouvel ami pouvait me voir et m’entendre. Mais je tentais tout de même de faire des signes discrets pour signaler que la voie était libre et que notre magot se trouvait juste là. Voir ces grosses caisses de métal fit monter l’adrénaline. Car l’illusion qu’on nous projetait était de faire croire que nous avions déjà gagner, qu’on pourrait facilement se servir et filer comme le vent. C’était tentant, cependant n’oublions pas que même si Selina attirait tous les bulldogs, d’autres devaient encore se cacher par ici et nous écraserait avec le pied s’ils nous voyaient.


©️ 2981 12289 0

__________
Jack Emerson

   

   
Je ne suis pas un voleur, je sauve le patrimoine. Je suis le super héros de l'Histoire et des trésors antiques.   

©️ HANSKA.

Theme:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t994-jack-emerson-aventurier-a-ses-heures-perdues http://legendsofdc.creationforum.net/t1023-the-adventures-of-jack-emerson http://legendsofdc.creationforum.net/t1022-jack-emerson-contacts http://legendsofdc.creationforum.net/t1024-arcs-narratifs-de-jack-emerson
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Générosité intéressée [PV Jack Emerson & Leonard Snart]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelqu'un est-il intéressé par...
» Seriez vous intéressé par...
» Intéressé par des bustes au 1/9?
» RE :) Tu es intéressé(e) ?
» Je vends un kit D70 si ça intéresse quelqu'un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: National City :: La Ville-
Sauter vers: