Partagez | 
 

 De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
LIGHT OF TAMARAN
Messages : 154 Age du joueur : 25 Crédits : De moi (avatar).o7 Signature : Solosand (code) Batarangs : 2290

Feuille de personnage
Nom de Code: Starfire
Multi-Comptes: Jaina Hudson
Infos Diverses:
MessageSujet: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Sam 9 Déc - 21:43

Fire.Une explosion. Création du big bang. Une autre explosion. Les planètes sont créées. Encore une explosion. Et la vie apparaît. Explosion aujourd'hui : des personnes meurent de la main d'autres personnes. Particularité humaine ? Des êtres vivants plutôt. Et aujourd'hui, un parfait exemple se tient ici, dans cet énorme centre commercial de Central City perché dans les cinq étages d'un immeuble à bureaux, à vies multiples. Tous sont en train de vivre au rythme de leur travail, au temps qu'il leur reste pour faire les courses de Noël. Tous pensent à tout et à rien, tout en tenant leurs cellulaires et leurs sacs comme si leur coeur était dans l'un de ces objets. Personne ne prête attention à lui, cet homme avec un sweat capuche rouge où l'on peut lire en majuscules blanches "California Climber". D'ailleurs, certains le poussent car ils ont du mal à l'esquiver. Certains s'excusent d'autres pas du tout; comme si cet homme planté n'avait rien d'humain ne méritait pas leur respect.

Ignares, tous des ignares, pense-t-il. Incapables, centrés sur eux-mêmes. Juste bons pour lever les yeux au ciel et pleurer quand le danger les guette. Que ce soit des aliens ou des gens comme eux. Êtres faibles. Et aujourd'hui encore, il va leur montrer que ce ne sont que des faibles. Aujourd'hui, aucun super héros ne viendra les sauver. Avec ses complices, il a fait en sorte que rien de suspect n'arrive aux Teen Titans ou bien à la Ligue des Justiciers. Les caméras sont sabotées, seul des films continus passent dans les sous sols, cachant ainsi la présence des bombes incendiaires sur les tuyaux à gaz. Les hommes sont postés à des endroits stratégiques, prêts à pousser des passants dans le vide quand le moment sera venu. Tous fous, ivres de voir ce monde capitaliste flamber en ce symbole. Les ordres sont donnés, les bombes sont déclenchées. Ils se pressent, pressent tous. Et un homme ne le voit pas arriver, trop occupé à regarder ses sms accoudé à cette rambarde. Il tombe, poussé à l'épaule, décroche son regard de son écran pour ne voir que le sol deux étages plus loin se rapprocher de son visage, avec deux personnes se trouvant sur sa zone de crash. Il meurt. L'un des deux autres quidam aussi. Les premiers hurlements fusent et l'attention est maintenant portée vers cette scène sanglante.
"Que les dindes grillent."
Les vigiles presque tous postés à présent vers le lieu de la chute ne surveillent plus vraiment le reste du centre. Mal leur en prend car les explosions se font maintenant entendre. Il n'y avait pas que des bombes dans les sous sols, mais aussi dans les canalisation supérieures, entraînant indubitablement un ras de marée de feu et d'eau parfois mélangés dans les boutiques ou sur les chemins du centre. Des gens glissent ou tentent de se tenir à quelque support, mais pas mal d'entre eux restent inertes et se font emporter par les vagues artificielles lorsque la troisième explosion retentit. Trois étages plus haut, ce sont des employés de bureau qui grillent suite au court circuit instigué plus bas et ce, en touchant leurs ordinateurs alors clignotant d'écran.

"Léo. Quatrième."
Il attend. Rien ne vient. Pas de quatrième explosion. L'homme fronce les sourcils et va s'asseoir sur l'un des bancs encore potables, alors qu'autour de lui tout le monde s'agite et essaie de fuir.
"Léo ... Quatrième."
Toujours rien. Puis, soudain, il voit le fameux Léo tomber à ses pieds, avec un trou sur sa veste et une grande marque de brûlure sur son dos. Le pyromane relève les yeux, l'air complètement détaché et voit une peau orange se profiler, des cheveux rouges cramoisis voler et se transformer en une espèce de touffe enflammée en leur bout. Et des yeux verts étincelants, soulignés sous un épais trait de khol, le fusiller. Puis, l'instant d'après il voit son communicateur se briser dans cette main supposée frêle et gracile.
"Rends-toi, ou je jure sur ma vie que tu vas passer les prochaines minutes suspendues au dessus de dix étages.
- Alors c'était pas un rêve la dernière fois."
Lâche-t-il dans un souffle teinté d'admiration malsaine pour ces lèvres qui viennent de lâcher l'une des plus belles menaces qu'il ait put entendre dans sa vie. La femme à la peau orange commence à lever son poing et le prendre au col mais s'arrête bien vite quand celui-ci sort son dispositif d'entre ses doigts.
"Je ne suis pas tout seul cette fois, l'alien. Apprête toi à douiller."
Starfire fronce les sourcils, prête à faire sauter l'interrupteur d'un rapide rayon ultraviolet mais ...

© 2981 12289 0

Suite:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1649-these-days-are-ours http://legendsofdc.creationforum.net/t2124-comprendre-le-comportement-humain-kory-anders http://legendsofdc.creationforum.net/t1657-back-to-earth-for-good http://legendsofdc.creationforum.net/t1713-arcs-narratifs-de-kory-anders
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 17 Déc - 14:12

De la cendre pour les vivants [feat.Kory & Peter]



Une belle journée avait été annoncée aujourd’hui sur Central City. Une journée calme parait-il. Enfin c’est ce que tout le monde croyait. La neige avait recouvert la ville depuis quelques jours. La période de Noël était arrivée et les citoyens faisaient leurs achats. Eobard aussi. Après avoir pris ses congés de Noel avant de partir dans quelques jours pour National City, il décida d’aller faire ses achats de Noël comme un simple mortel. Après tout même si c’est un criminel du futur, il reste un homme avant tout. Et il avait toujours aimé cette période de l’année. Dans les rues en direction du centre commercial qui avait ouvert ses portes il y a quelques mois, Eobard était pensif. Sa femme, Reign et son fils lui manquait en cette période mais après son séjour dans la ville de Supergirl, il la retrouvera. Même si elle n’était pas entièrement celle de son époque, il comptait bien résoudre ce léger contre-temps.

Dans ses pensées, il revoyait les Noël passés avec son fils et sa femme. Un sourire s’afficha sur son visage et une larme coula le long de sa joue. Il essuya au passage avant d’entrer dans le bâtiment. Le bâtiment était vraiment grand. Son fils aurait aimé être là. Se trouvant dans l’allée centrale où de nombreuses personnes marchaient dans toutes les directions, quelque chose attira son attention. Il remarqua des hommes bizarres à quelques mètres au-dessus de lui et face à lui. Il vit un homme appuyer contre la rembarde, pianotant sur son téléphone quand un autre homme le poussa. L’homme au téléphone se retrouva quelques secondes plus tard le visage écrasé sur le sol dans un bruit sourd à l’impact. Des hurlements, des cris se firent alors entendre. Les vigiles arrivèrent tous vers le corps sans vie. Soudain, une explosion se fit entendre dans tout le centre. Eobard se retourna et vit un raz de marée de feu et d'eau parfois mélangés dans les boutiques ou sur les chemins du centre. Les clients se mirent à courir dans tous les sens, se bousculant, glissant et tombant sur le sol, se marchant dessus.

Mais que se passait-il ? Une attaque terroriste ? Eobard remarqua alors un homme venant s’assoir sur l’un des bancs encore en état et appelait un certain Leo. Un corps tomba sur le sol devant lui. Il semblerait que Leo ne soit pas en état de répondre. Dans les airs, Eobard aperçu une silhouette de dos descendre peu à peu. Starfire. Il reconnut sa chevelure de feu et aussi son joli fessier. Un sourire s’afficha sur son visage.

- Rends-toi, ou je jure sur ma vie que tu vas passer les prochaines minutes suspendues au-dessus de dix étages , annonça Starfire.

- Alors ce n’était pas un rêve la dernière fois , lâcha le pyromane dans un souffle teinté d'admiration malsaine pour ces lèvres qui viennent de lâcher l'une des plus belles menaces qu'il ait pu entendre dans sa vie.

Eobard vit alors Starfire commençait à lever son poing et le prendre au col mais s'arrêta bien vite quand celui-ci sortit son dispositif d'entre ses doigts.

- Je ne suis pas tout seul cette fois, l'alien. Apprête-toi à douiller , déclara-t-il.

Eobard appuya sur sa bague et son costume noir et jaune en sortit. En super vitesse, il enfila. Alors que Starfire allait faire sauter l'interrupteur d'un rapide rayon ultraviolet, un grand courant d’air les envoya valser tous les deux. Reverse Flash venait d’arriver en tournoyant ses bras, faisant une mini tornade et récupéra le dispositif d’explosion.

- Humm… Mais que vais-je bien pouvoir faire de ça ?  Oh je sais… , dit-il de sa voix grave.


Il fit vibrer sa main qui réduisit l’appareil en miette. Il regarda ensuite le pyromane un sourire aux lèvres et le saisit en super vitesse par le col et monta en longeant les murs en feu du centre commercial au dernier étage. Le tenant par le col, il le suspendit au-dessus du vide.

- Humm. Vilain garçon. Le père Noël ne passera pas pour toi vu les bêtises que tu viens de faire. C’est Noël et tu tues des innocents ? Tu connais la trêve de Noël, non ? Enfin, tu ne seras plus là pour la connaitre vu que toi aussi tu vas t’écraser comme une merde sur le sol…. A moins que Starfire, ne te sauve. Tu passeras les fêtes de Noël dans une jolie cellule ainsi que les prochains.

Reverse Flash souria et lâcha le criminel dans le vide …..



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ☠ SHOOT TO THRLL
Messages : 130 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1820

Feuille de personnage
Nom de Code: Deadshot
Multi-Comptes: Nightwing | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Sam 30 Déc - 21:08



« Des plus profonds désirs, naissent souvent les haines les plus mortelles. »Socrate.

Certains disent que l’hiver est une saison morte, une saison sans âme. La vérité ? Il n’y a qu’à prendre un instant pour regarder les milliers de cristaux scintillants tomber silencieusement du ciel pour se rendre compte de l’absurdité de cette pensée. L’hiver est un synonyme de métamorphose ; les arbres perdent leurs feuilles, l'eau devient glace.


De la cendre pour les vivants

Stars are only visible in darkness, Fear is ever-changing and evolving. And I have been poisoned Inside But I feel so alive. The king is crowned, It's do or die. Nobody can save me now.

Mais surtout les infinis paysages enfilent leur doux manteau blanc sur lequel peuvent se refléter les innombrables lumières de la ville. Parce que c’est aussi la saison des fêtes. Une saison d’amour et de partage, une saison qui rassemble les familles où qu’elles soient. Et bien, pour ceux qui en ont encore une...

Tranchant avec cette douce brume hivernale, un petit nuage de fumée grise s’élève au dessus de la cigarette que s’est allumée Floyd Lawton. L’homme vient de décrocher un contrat qui l’a conduit à Central City il y a un couple de jours seulement. Mais ce soir, son objectif n’est pas de prendre une vie. Pas encore. Il ne fait que tâter le terrain, trouver la brèche dont il se servira au moment venu. Un nouveau nuage de fumée s’échappe de ses poumons déjà bien encrassés par le tabac. L’ancien marine est accoudé sur la rambarde d’un toit du centre ville. Il regarde la vie se passer littéralement sous ses yeux, comme pour s’assurer que le temps ne s’arrête pas. Intérieurement il se moque de tous ces gens dont la plus grande préoccupation semble être de trouver un cadeau à leur belle-mère ou encore de savoir ce qu’ils cuisineront pour Noël. Un rire amer glisse entre ses lèvres. Pauvres crétins. Ils sont tous bien trop naïfs pour se rendre compte qu’ils ne sont que de vulgaires pions sur le grand échiquier de la vie. La comédie humaine, qu’il appelle ça. Quand l’homme se persuade qu’il est éternel, qu’il est important. Faux. Quoi que l’on fasse, on est toujours seul face à la mort. Et cette dernière, on peut être sûrs qu’elle se pointe toujours à la fin, cette chienne n’épargne personne.

Et puis, il la voit. Juste en bas, à l’entrée du centre commercial. Lawton jette sa cigarette au sol et l’écrase avec son pied. Ce n’est qu’une petite fillette, peut-être quatre ou cinq ans tout au plus. Ses longs cheveux noirs tombent délicatement sur ses épaules, son sourire innocent est visible même à cette hauteur. Il ne peut nier la troublante ressemblance avec Zoe, sa Zoe. Mais il sait que ce n’est pas elle puisque cette dernière se trouve à Starling City, avec sa mère. Quelque chose dans sa poitrine se resserre. Voilà bien cinq ans qu’il n’a pas vu sa fille et elle lui manque terriblement. Mais il a lui même fait le choix de s’en éloigner ; même si c’est difficile il sait que de son absence il la protège, contre ses ennemis mais également d’une vie de haine à laquelle elle n’appartient pas. C’est une bonne gamine, tellement douce et innocente. Elle n’a pas besoin de savoir que son père n’est rien d’autre qu’un un assassin suicidaire, un mec avec des flingues qui attend de se faire descendre. Et aussi fort qu’il voudrait pouvoir changer pour elle, il en est incapable, il a déjà essayé. Parce que tuer est tout ce qu’il sait faire. La fillette entre dans le centre commercial, tenant joyeusement la main de son père et Floyd ferme les yeux un instant. Il s’imagine à leur place, en compagnie de Zoe. Tous deux marchant main dans la main, un lien indéniable d’amour les reliant l’un à l’autre tandis qu’ils parcourent les vitrines remplies de jouets de noël. Le rire joyeux de Zoe remplit ses oreilles. Elle est la seule lumière dans ses ténèbres, celle qui l’empêche chaque jour de s’abandonner totalement à ses plus mauvaises pulsions, de devenir un véritable monstre. Mais il se force à chasser ces pensées nostalgiques de sa tête. Zoe appartient à une autre vie, une vie bien lointaine. Ressasser le passé ne le mènera nulle part si ce n’est vers la folie.

La première explosion retentit seulement une poignée de minutes après l’entrée de la bambine, faisant trembler le sol. Elle est suivie de près par une seconde détonation, puis une troisième. Le feu dans la glace, le vacarme dans la nuit. Le souffle projette Floyd au sol, ses oreilles sifflent. Pourtant, la quatrième explosion jamais ne retentit. « C’est quoi ce bordel ?! », pense-t-il à voix haute, l’incrédulité de la scène le laissant dubitatif quelques secondes. Lawton se relève et s’approche à nouveau du vide. Les cris horrifiés de la foule couvrent presque le bruit agressif des sirènes. Mais dans toute cette cacophonie Floyd ne pense qu’à une unique chose : la fillette. Un frisson d’horreur remonte le long de sa colonne vertébrale et il resserre douloureusement sa mâchoire, la rage inondant chacun des vaisseaux de son système. Ceux qui ont fait ça vont payer. Bien trop aveuglé par la colère pour réfléchir il remet son casque de Deadshot sur son visage et empoigne l’arme qu’il a apportée, un fusil à longue portée, l’un de ses favoris. L’arme est rapidement assemblée et calibrée, reposant sur le petit muret auquel il était accoudé il n’y a pas cinq minutes.

Lorsque Deadshot parcourt les étages au travers de son viseur, c’est sur Starfire qu’il tombe en premier : difficile de louper une véritable torche humaine à travers ce chaos. Elle semble prête à sauter sur l’homme auquel elle fait face. C’est lui, c’est celui qui a orchestré cette attaque dans le centre commercial. Celui qui s’en est pris à la gamine qui ressemble tant à sa Zoe, mais de laquelle Lawton ne connait rien. Un éclair jaune vient néanmoins brouiller sa vision et l’homme devenu cible disparait de son viseur. Il faut encore quelques secondes au criminel pour retrouver son homme, désormais retenu au dessus du vide par un individu en cuir jaune. Un sourire mauvais déforme le coin de la bouche de celui qui retient sa chute alors qu’il semble parler et enfin son poignet s’ouvre. « Non ! », s’insurge le tireur d’élite du haut de son toit. Il sait que Starfire va le rattraper, parce que c’est ce que font les justiciers. Mais cette ordure ne peut pas vivre, c’est injuste. Lawton voit rouge, il n’entend plus que ses battements de coeur dans ses oreilles. Sa soif de sang lui revient en pleine face et il ne lui résiste pas. Alors, il presse la détente. L’homme meurt sur le coup, avant même d’avoir la chance d’atteindre les bras protecteurs de l’aliène et putain qu’est-ce que ça lui fait du bien. Mais c’est trop tard, la machine est déjà en route désormais et Lawton en veut plus. Et il sera servi. Des tirs commencent à pleuvoir dans la pièce saccagée. Floyd compte quatre tireurs dispersés dans toute la zone, peut-être plus. Les enfoirés. « Je ne suis pas tout seul cette fois », qu’il a dit, le copain de Léo, même si Lawton ne le sait pas. « Apprête toi à douiller ». Et pour le coup « douiller » était plutôt un bon choix puisque désormais le sol en est rempli. Mais Lawton, il n’est pas seulement meilleur qu’eux avec ces jouets là, il est LE meilleur.

« Ok les gars, vous voulez jouer ? Voyons ce que vous avez dans le ventre. »

Un sourire cruel déforme le visage de l’ancien marine. Pourtant la justicière et le mystérieux éclair jaune peuvent compter sur Floyd désormais, il les couvre. Ses propres balles visent à protéger les innocents et détourner l’attention des tireurs. Il parvient même à en achever un directement tandis que les autres ont l’intelligence de se mettre à couvert. Au final, même si les trois intervenants ne suivent pas la même doctrine ils veulent la même chose : la peau de ces salauds. Et Lawton l’aura, quoi qu’il en coûte.

__________

I Don't miss.


ω They lied to me about the importance of life. The only life anybody really cares about is their own and I don't even care about that. You understand ? I'm just killing time, waiting to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1145-bang-you-re-dead-floyd-lawton http://legendsofdc.creationforum.net/t1155-deadshot-shoot-to-thrill#14708 http://legendsofdc.creationforum.net/t1157-deadshot-i-don-t-miss http://legendsofdc.creationforum.net/t1156-arcs-narratifs-de-floyd-lawton http://lstwizzle.tumblr.com
avatar
LIGHT OF TAMARAN
Messages : 154 Age du joueur : 25 Crédits : De moi (avatar).o7 Signature : Solosand (code) Batarangs : 2290

Feuille de personnage
Nom de Code: Starfire
Multi-Comptes: Jaina Hudson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Lun 1 Jan - 23:19

Fire. Quelle sensation désagréable que de sentir une perte de contrôle, ou voir les choses filer entre vos doigts. On se dit qu'il aurait fallu que, qu'on aurait du agir comme ça, pour au final sentir notre coeur se tordre dans la douleur des regrets. Cette sensation, lorsque le déclencheur lui échappe, le pyromane lui échappe, Starfire les ressent. Le sang dans ses tempes pulse, son corps agit instinctivement pour essayer de rattraper comme elle le peut ce pauvre homme en train de tomber de si haut, si haut ... l'alien essaie d'être rapide, d'augmenter sa vitesse de vol sans se rendre compte que cette action aurait pu aussi être la fin de cet agresseur devenu victime : il se serait brisé la nuque.
Mais en réalité, ce n'est pas la nuque qui se brise, mais tout bonnement son crâne, dans une giclée de sang tombant sur le visage et la combinaison de la justicière. Elle récupère le corps en manquant de relâcher sa concentration dopée par quelque hormone de son corps et donc de tomber. Sur le moment, elle ne réalise pas; seul la sensation de quelque chose coulant sur son front et ses joues, les cris plus bas, font écho dans son cerveau. Ce n'est finalement que lorsqu'une nouvelle explosion bat le rythme effréné déjà engagé avec un son distinct par rapport à celles survenues précédemment, que l'alien prend conscience de ce qui se trouve dans ses bras; horreur, incompréhension et colère mélangées.

La première chose qui vient à l'esprit de l'alien n'est pas d'attraper celui qui a jeté celui qu'elle traquait. Ni celui qui l'a achevé. La première chose, la plus essentielle à ses yeux est de foncer à nouveau vers le centre commercial, non sans jeter des regards noirs et vers cet homme n'ayant de commun avec Flash que son pouvoir, et vers l'horizon d'où a pu provenir la balle. Dans un éclatement de rayons verts aveuglants, Starfire passe en piqué pour de nouveau se retrouver dans le bâtiment. Le silence règne, si l'on fait fi des écoulements d'eau et des échappées de gaz survenant ça et là. Soit les gens sont morts, soit ils ont réussi à sortir et vont attendre l'arrivée des secours, loin de cet enfer. Un corps vient buter contre les bottes violettes de la justicière, porté ensuite plus loin par les trombes constantes d'eau sortant des canalisations détruites. Kory avance et passe sous l'une des puissantes cascades formées car une ombre vient de disparaître entre ses reflets. Une ombre menaçante dont elle s'empare rapidement, qui hurle, essaie de tirer avec son arme avant de se sentir désarmé puis jeté dans une salle. Maintenant ce sont les bruits de pas de course. Celui-ci se retrouve avec un poing écrasé sur sa joue, avant de lui aussi dans cette salle qu'au final Kory scelle de ses pouvoirs. Tueurs ou pas, la doctrine du justicier est simple : on désarme, on met à mal, mais jamais, au grand jamais on ne tue son prochain.

Soudain, quelque chose l'oblige à se concentrer, à chercher dans cet univers saccagé un point rapide, filant comme un éclair; le faux Flash. Alors qu'il essaie sans doute de rajouter des victimes à son palmarès, Kory emmagasine assez d'énergie sur son poing et frappe violemment en le sol en hurlant. Tout semble se soulever en cet instant. Les éclats de verre, les corps, les sacs laissés à l'abandon, tout flotte pendant une microseconde. Puis, survient une explosion, expulsant tout dans un rayon de cent mètres, dont le fameux éclair jaune. Le souffle se fait court, les pulsations bien trop rapides, les muscles diablement tendus. Maintenant. Elle s'envole. Profite de cet instant où aucun appui ne permet à l'homme de reprendre sa course effrénée pour l'attraper au col de sa combinaison, l'alien ne se montre en rien tendre envers celui qui a certes empêché une autre explosion de survenir, mais n'a pas eu la compassion de laisser la vie au dit agresseur. C'est jeté contre un mur qu'il se retrouve, avec à l'arrivée une traversée de magasin pour au final finir contre un mur dans un violent impact.
"Qui ... êtes-vous. Et j'ose espérer que vous n'êtes pas l'un des nouveaux visages que s'alloue la justice terrienne."
Ses poings s'illuminent en prévision d'une attaque, tandis qu'elle maintient l'homme contre le mur en le détachant du mur pour de nouveau le plaquer tout contre. Trempée, brûlante comme des charbons ardents, Kory Anders montre une puissance à l'état pur, incandescente et capable d'éventrer ces sols érigés par envie d'ostentatoire; sentiment typiquement humain.

Mais cela est sans compter les tirs qui à nouveau crèvent les murs ou vitres déjà bien amochées. Une nouvelle explosion se fait entendre, toujours différente comme si ... elles étaient faites d'énergie pure et non pas actionnées par un mécanisme de mort. Et cette fois, elle la voit; la source de l'explosion. Une boule de la même taille qu'un ballon de foot se dirige à toute vitesse vers l'ancienne Titan et l'anti héros. Tout éclate autour d'eux, une énergie phénoménale vient même empêcher Starfire de prendre correctement son envol, sachant qu'elle tient toujours l'homme éclair. Tout deux finissent finalement leur course sur le sol mouillé et couvert de débris, non loin de ce qu'il reste de barrières empêchant toute glissade vers le vide. Kory est au dessus de l'inconnu en combinaison jaune, le tenant toujours fermement par le col et le dévisageant avec le même ressentiment sauvage que tout à l'heure.
"Bougez pas !!! Un pas, et tout saute."
Starfire arrête de se redresser. Appuyée sur ses mains, la lèvre inférieure en sang, les doigts et cuisses couverts de tessons.
"J'ai une trentaine d'otages avec moi au rez de chaussée. Et je sais que cet enculé de Lawton tient aux gosses."
Un cri de douleur aigu crève l'air, la voix d'une fillette. Celle-ci se met ensuite à pleurer.
"Soit vous nous laissez partir vivants, soit vous aurez la mort de trente innocents sur la conscience et une raison d'en référer à vos chefs, les putes de l'Injustice Squad.
- C'est pas plutôt Injustice League et Suicide Squad ?
- On en a rien à foutre c'est tous des pétasses qui nous empêchent d'avoir nos droits et notre reconnaissance !!! Alors vous allez vous laisser faire ! Si je crève ça sautera aussi !"
Kory a relâché l'homme éclair, le regardant droit dans les yeux d'un air menaçant lui indiquant qu'il n'a pas intérêt à bouger, ou sinon .... elle l'éjecte. Et pour de bon cette fois. On peut dire ce que l'on veut de sa beauté digne d'une mannequin lingerie, ou de son manque d'intelligence en grade terrien; mais même face à un criminel charmant, elle fera en sorte qu'il se défroque et se mette à genoux. Puis, elle observe la scène en contrebas. Celui qu'elle reconnaît comme étant un méta-humain tient en effet une gosse contre lui et est même en train de l'attacher sur son torse afin de l'utiliser en bouclier. Il semble tout de même effrayé, malgré ses menaces précédentes. Ses collègues encore vivants commencent à se déployer, après avoir pris eux aussi un otage en tant que bouclier. Chaque otage a lui-même une boule d'énergie explosive posée sur son corps. Ce qui veut dire que si un tireur meurt, un otage aussi.

Donc, si ces deux anti-héros sont intelligents et tiennent aussi à leurs fesses, soit ils s'abstiennent de faire plus de massacres, soit ils y passent tous. Et d'ailleurs ... c'est quoi ces histoires de Suicide Squad et ... Injustice League ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1649-these-days-are-ours http://legendsofdc.creationforum.net/t2124-comprendre-le-comportement-humain-kory-anders http://legendsofdc.creationforum.net/t1657-back-to-earth-for-good http://legendsofdc.creationforum.net/t1713-arcs-narratifs-de-kory-anders
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 14 Jan - 0:13

De la cendre pour les vivants [feat.Kory & Peter]



Reverse Flash souri et lâcha le criminel dans le vide ….. Alors que celui-ci pensait que Starfire allait le rattraper au vol et le sauver, un coup de feu se fit entendre qui toucha en pleine tête le criminel, qui éclaboussa la super héroïne.  Eobard regarda d’où venait le tir et vit Deadshot. Un sourire apparu sur son visage. L’homme qui tirait mieux que Lucky Luke et qui ne loupait jamais aucune de ces cibles, était présent dans le bâtiment et connaissant sa réputation, il savait qu’il ferait un carnage pour tuer ces criminels. Même si lui en était un, il ne tuait pas d’innocents mais simplement les cibles de ses contrats. Après tout il est le meilleur mercenaire. Quoi qu’il y ait bien Deathstroke, mais ils restent différents tous les deux. Reverse Flash regarda alors la jeune femme attrapait un des criminels qui essaya de tirer avec son flingue sur elle mais elle le désarma rapidement et l’enferma dans une pièce qu’elle scella avec ses pouvoirs.

Eobard vit un peu plus loin d’autres personnes en danger. Il aurait pu les laisser mourir sans qu’il ne bouge le petit doigt, après tout il est l’Evil Speedster. Mais en cette période festive et cette trêve de Noel, il ne pouvait pas ne rien faire. Est-ce le fait que ce soit Noel ou le fait qu’en jouant le rôle de Grant Ward, il soit devenu plus humain. Quand on y regarde bien, dans cette vie, il a tout ce qu’il veut. A un détail près. Sa femme. Reign. Et ses enfants. Ruby et Eddie. Alors qu’il se met à courir vers les personnes en danger, une vague de puissance l’envoya valser à quelques mètres au sol, le faisant atterrir dans l’eau. Alors qu’il allait se relever et reprendre sa route vers les innocents, il se fit saisir par Starfire par le col de son costume rapidement. Il ne comprit pas ce qu’il se passait de suite. Celle-ci prit son envol en tenant fermement l’Evil Speedster. L’héroïne le projeta à travers un mur assez violemment. Eobard se retrouva plein de poussière des débris du mur et la regarda illuminant ses yeux en rouge.

- Qui ... êtes-vous ? Et j'ose espérer que vous n'êtes pas l'un des nouveaux visages que s'alloue la justice terrienne, hurla-t-elle.

Eobard souria et la regarda. Les poings de la jeune femme s’illuminèrent tandis qu’elle maintenait Reverse Flash contre le mur. L’homme en jaune n’ouvrit pas la bouche. Une nouvelle explosion se fit entendre entre les coups de feu qui retentissaient à travers le bâtiment. Eobard vit une boule de feu se dirigeait droit devant eux. Faisant vibrer les cellules de son corps pour échapper à l’extra-terrestre et la boule, ils se firent éjecter de là où ils se trouvaient. Eobard arrêta de vibrer alors que Starfire le tenait encore fermement. Tous deux finissent sur le sol mouillé et couvert de débris. Kory se retrouve au-dessus de Reverse Flash, le tenant toujours fermement par le col et le dévisageant avec le même ressentiment sauvage que tout à l'heure.

- Tu peux peut-être me lâcher maintenant ma jolie, dit alors le bolide jaune de sa voix grave et résonnante. Une voix se fit soudain entendre derrière eux.

- Bougez pas !!! Un pas, et tout saute. J'ai une trentaine d'otages avec moi au rez-de-chaussée. Et je sais que cet enculé de Lawton tient aux gosses.

Un cri de douleur d'une fillette se fit entendre avant que celle-ci ne se mette à pleurer. Même si Eobard était un vilain, jamais il ne ferait de mal à des enfants en sachant qu’il est père. Et cette idiote qu’il ne le lâchait pas, ça commençait sérieusement à l’énerver.

- Soit vous nous laissez partir vivants, soit vous aurez la mort de trente innocents sur la conscience et une raison d'en référer à vos chefs, les putes de l'Injustice Squad.

- Ce n’est pas plutôt Injustice League et Suicide Squad ?

- On en a rien à foutre c'est tous des pétasses qui nous empêchent d'avoir nos droits et notre reconnaissance !!! Alors vous allez vous laisser faire ! Si je crève ça sautera aussi !

L’injustice Squad ?! Mais de quoi il parlait. Faisant parti de l’Injustice League, il ne connaissait pas cette Injustice Squad. Starfire le regarda dans les yeux lui faisant comprendre de ne pas bouger mais Eobard n’allait quand même pas se laisser dominer et être un toutou devant cette femme, jolie soit-il. En super vitesse, Reverse Flash se releva tandis que Starfire observa la scène qui se déroulait en bas. Un méta-humain tenait une fillette qu’il l’attacha contre lui pour s’en servir comme bouclier. Malgré la menace de Starfire quelques minutes avant, il ne pouvait pas laisser cette gamine innocente se faire tuer par cet idiot. Des hommes se déployèrent tenant des otages aussi. En se déplaçant en super vitesse, Eobard aurait pu briser la nuque de tout le monde en l’espace d’une seconde mais il savait alors que les otages seraient tués et eux aussi dans une explosion qui détruirait ce qu'il restait du bâtiment et de ses environs. Eobard se retrouva face à un dilemme : tenter quelque chose et risquait que tout le monde meurt ou rester sagement à sa place et même si ça serait dur de l’avouer,  devoir faire équipe avec Starfire et Deadshot et vite trouvé un plan pour arrêter tout ce bordel. Il se mit à réfléchir. Il aimait toujours avoir une longueur d'avance dans toute situation et cette fois-ci, il n'aimait pas ce qu'il ressentait. Contre toute attente, Eobard ne bougea pas et s'exprima avec sa voix grave et résonnante.

- Alors ma jolie, as-tu un plan pour arrêter tout ce bazar ?,demanda Reverse Flash en s'adressant à la jeune femme à ses côtés.




Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMIN ☠ SHOOT TO THRLL
Messages : 130 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1820

Feuille de personnage
Nom de Code: Deadshot
Multi-Comptes: Nightwing | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Mar 23 Jan - 2:30



Les balles continuent éternellement de ricocher dans l'enceinte du centre commercial, comme une averse cherchant désespérément à laver le pêcher. Mais tous les projectiles ne sont pas visés à assainir la région, non. Paradoxalement, seuls les coups tirés par Deadshot ont cette visée. L'assassin qui se bat pour la justice. Tss, on aura tout vu tiens. Un rire amer s'échappe de la gorge du borgne. Peut-on seulement assimiler ses actes à une bonne action ? L'enjeu est certes louable, il veut libérer le centre commercial de


De la cendre pour les vivants

Stars are only visible in darkness, Fear is ever-changing and evolving. And I have been poisoned Inside But I feel so alive. The king is crowned, It's do or die. Nobody can save me now.

l'emprise des terroristes. Il veut protéger la fillette, et tous ces gents effrayés. Mais ses balles ne sont certainement pas en caoutchouc, par ailleurs il tire pour tuer. Tuer sans jugement des hommes qu'il étiquette automatiquement comme coupables, même si ce serait bien difficile de le nier dans le cas échéant. Seulement, la rage attire la rage, et en agissant avec autant de monstruosité face à la menace il ne fait qu'alimenter la machine de la destruction, objet du déclin de l'humanité. Il le sait, et pourtant il continue. Ce besoin compulsif de presser la détente et de voir la vie s'effacer à l'autre bout, c'est plus fort que lui, il ne peut lutter contre sa nature première. Peut-être que son intention originelle était honorable, mais il n'y a rien de noble dans son attitude. La véritable question étant, peut-on réellement lui en vouloir... ?

En bas la situation commence à être tendue. « Abrutis ! », peste-t-il dans sa barbe alors que Starfire empoigne le bolide, désormais identifié comme Reverse Flash. L'homme plisse les yeux et se masse les tempes, tentative inutile pour soulager colère et frustration. Les trois cavaliers solitaires devraient plutôt se serrer les coudes face à leur ennemi commun à l'heure actuelle, quitte à régler leurs comptes sur leur façon d'agir dans un second temps. Au lieu de ça, ils se mettent mutuellement des bâtons dans les roues tandis que l'adversaire planifie déjà son prochain coup. Stupide moralité de justiciers. Au moins, le tireur d'élite se félicite pour sa distance avec le théâtre de cette monstruosité, une petite voix dans sa tête lui disant que l'ancienne Titan ne l'aurait pas laissé filer pépère lui non plus.

Et puis, la situation dégénère bien plus encore qu'il ne l'aurait cru possible. Une boule d'énergie éclate et l'assassin ne peut rien faire à cette distance à part regarder la justicière et l'homme en cuir jaune en subir les conséquences. Sonnés et désorientés par l'explosion, leur champ d'action se voit soudainement considérablement restreint. Lawton fronce les sourcils, prêt à appuyer une énième fois sur la détente pour liquider l'homme à l'origine de la boule d'énergie. Pourtant jamais ses dernières munitions ne quittent le barillet de son arme à longue portée. L'homme se retournepour faire face à son champ de vision, la main délicatement posée sur l'épaule d'une fillette aux cheveux d'ébène, comme pour le narguer. Comme s'il sait exactement où il se trouve. A-t-il des complices à l'extérieur ? Sa position est-elle compromise ? Floyd grimace de dégoût et d'impuissance. La fillette est celle qu'il a vue entrer un peu plus tôt. Ses yeux sont rouges et gonflés par les milliers de larmes qu'elle a versées injustement. Sa main le démange terriblement contre la fraîcheur polie de l'acier mais il sait qu'il ne peut pas risquer un tir. Même s'il ne manquera pas son objectif, il y a bien trop en jeu. Alors, il ne lui reste plus que deux solutions. Soit il se tire vite fait bien fait de là, laissant la justicière et l'anti-héros gérer la situation, soit il fonce tête baissée dans le tas, risquant à la fois sa peau et sa liberté pour jouer au justicier. Son premier instinct serait de jouer l'autruche. Chacun sa merde, comme on dit. Il a déjà bien aidé la paire de protagonistes à ce stade, c'est un criminel après tout. Il n'a pas de compte à leur rendre. Seulement un sentiment amer le prend par les tripes et il plonge inconsciemment sa main dans l'un des holsters de sa combinaison, ressortant avec une photo usée par le poids des années. Il a toujours cette unique photo de Zoe et sa mère sur lui, seul témoin d'une vie passée, une vie qui n'est plus la sienne. Leur sourire joyeux et innocent brise quelque chose en lui, quelque chose de profond et qu'il n'avait plus ressenti depuis longtemps.

Après avoir vérifié les munitions de ses nombreuses armes de poing le tueur à gage empoigne rapidement une tyrolienne et s'en sert pour descendre au plus vite de son perchoir en glissant le long du câble solide en fibre de carbone. Arrivé en bas, il fonce dans la foule effrayée rassemblée au dehors du centre commercial, direction le nuage de fumée noire et épaisse s'échappant des portes principales, une immense pancarte « ATTENTION DANGER » en somme. Mais Floyd a fait son choix désormais et maintenant que l'idée est bien ancrée dans sa tête, il ne reculera devant rien. Deadshot a un cœur. Qui l'eut cru...

Avancer dans ce labyrinthe de mort et de noirceur est un enfer, mais l'Enfer Floyd le connaît. La progression dans ce véritable brasier lui est cependant facilitée par son attirail ; son masque le protégeant non négligemment de la chaleur et de la fumée qui devraient l'étouffer. Lawton est concentré sur son objectif, pour l'heure il n'y a plus que ça qui compte. Il arrive bientôt dans la salle principale des festivités, défonçant furieusement les portes coupe feu qui le séparent du reste de l'assemblée et se dévoilant enfin au grand jour à tous les invités de ce sombre gala. Seulement, il est accueilli par l'horreur : tous les mauvais gars ont désormais un otage attaché à eux, en guise de bouclier. Une boule d'énergie sur le tout garanti par ailleurs leur survie. Imperturbable, Floyd se tient juste là, en face du preneur d'otage, les canons de manchettes pointés dans sa direction. Maintenant il peut pleinement prendre part aux hostilités, maintenant il peut entendre ce qui est dit. Et mieux encore, maintenant il peut dialoguer.

« Hé, Moby Dick. Fais attention avec ces joujoux-là. », dit-il en désignant les canons dans les mains de ce qui semble être le chef de la bande. « C'est dangereux. »

« Mec, c'est vrai ce qu'on dit. T'es vraiment suicidaire pour te pointer ici alors que tu pouvais te barrer. Tu vas crever avec les autres. »

« Si c'était le cas, je n'aurais pas le plaisir de voir ta sale tronche. Non, je suis juste un gars qui n'a rien à perdre ; faut se méfier de ces gars là tu sais. Même quand on est une fiotte avec des pouvoirs magiques dans ton genre. Relâche la gamine et viens te battre comme un homme, ordure ! »

« LA FERME ! Butez-moi ce salaud ! »

Aussitôt dit, tous les canons se braquent dans la direction de Lawton, qui ne bronche pas si ce n'est que pour l'indexe qu'il lève, un sourire arrogant dissimulé sous son masque.

« Je ferais pas ça ! On va pas se mentir, j'ai quelques connaissances en matière de flingues. Naturellement mon armure résiste aux tirs. Donc si vous ne voulez pas de ricochets de vos propres balles, je vous le déconseille.  »

Un regard discret vers le haut lui révèle la position de Reverse Flash et Starfire. Il leur a donné du temps pour réfléchir, Floyd. Il leur a offert une distraction et une fenêtre à exploiter. Mais maintenant, c'est le moment d'agir, de venir casser du méchant. Parce que même avec toute la bonne volonté du monde, il ne pourra pas rivaliser contre cette horde de brutes sans noms, pas éternellement. En tout cas, pas s'il ne peut pas tuer.

Finalement, peut-être bien que le chef avait raison tout compte fait, peut-être bien que Deadshot est un peu suicidaire sur les bords. Néanmoins, pour le frisson de l'adrénaline inondant ses veines à cet instant, ça en vaut vraiment le coup.

__________

I Don't miss.


ω They lied to me about the importance of life. The only life anybody really cares about is their own and I don't even care about that. You understand ? I'm just killing time, waiting to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1145-bang-you-re-dead-floyd-lawton http://legendsofdc.creationforum.net/t1155-deadshot-shoot-to-thrill#14708 http://legendsofdc.creationforum.net/t1157-deadshot-i-don-t-miss http://legendsofdc.creationforum.net/t1156-arcs-narratifs-de-floyd-lawton http://lstwizzle.tumblr.com
avatar
LIGHT OF TAMARAN
Messages : 154 Age du joueur : 25 Crédits : De moi (avatar).o7 Signature : Solosand (code) Batarangs : 2290

Feuille de personnage
Nom de Code: Starfire
Multi-Comptes: Jaina Hudson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Mar 13 Fév - 11:11

Fire. Oh oui, elle le massacre. Elle le massacre de son regard vert qui luit d'agacement, ce Flash jaune. Elle se sait capable de le mettre hors d'état de nuire, bien que cela devra lui en coûter une immense quantité d'énergie. Malheureusement, ce n'est pas lui qui, menace pour le moment des innocents. Kory le fixe tout de même droit dans les yeux, affrontant ce regard brun et sombre nimbé de perversité que l'on connaît aux criminels. La Tamaran ose même approcher son visage de celui contre lequel, elle vient de signer une trêve temporaire; à tel point que leurs nez pourraient se frôler. Une manière d'intimider, mais aussi de montrer qu'elle est son égal, qu'il le veuille ou non. Car oui, la Tamaran a une idée. Depuis son départ, ses connaissances en stratégie se sont quelque peu renforcées.
"Et si vous utilisiez votre hyper vitesse pour détacher la petite en premier lieu, pendant que j'assomme le méta-humain pour annuler les effets de ses pouvoirs ? Ça changerait de vos exploits précédents ... "
On peut sentir indubitablement le sarcasme dans sa voix, et son expression dédaigneuse ne fait que renforcer cet aspect. Elle reste lèvres suspendues un moment en un léger rictus, le temps d'affronter avec toujours autant de puissance ce "Flash". Puis, l'alien tourne la tête lentement, afin de ne pas faire de gestes brusques et donner un quelconque indice sur leur position. Elle fixe Deadshot, non sans lui aussi l'assassiner du regard, mais en hochant cette fois la tête, dans un geste de remerciement. Puis, elle glisse sur l'eau, sans jeter un regard de plus à son "allié".
"Attendez mon signal. Ou je vous massacre."

Kory se remet à planer, à bifurquer entre les allées, mais surtout à vérifier qu'aucune bombe ne se trouve ailleurs que sur les victimes. Rien. Bien, ces idiots ce sont simplement retranchés de la manière la plus brutale et efficace qu'il puisse exister dans ce genre de cas. Ils n'auront pas de surprise. La voilà maintenant à l'étage où se trouvent Deadshot et ceux que l'on peut qualifier de "terroristes". Postée derrière un des piliers, la jeune femme les écoute encore un moment échanger des menaces, avant de jeter de petites boules vertes dans leur direction.
"Eh patron.
- Quoi !
"- C'est normal qu'il y ait plein de lum..."
Il n'a pas le temps de finir sa phrase. Toutes les petites boules d'énergie venues s'insinuer entre eux se mettent à décharger une intense énergie lumineuse. Le voilà le signal. Des hommes essaient de se couvrir les yeux de leurs bras en hurlant, ne voyant pas la princesse exilée passer entre eux. Et ceux qui la voient, n'ont pas le temps de réagir, de pointer leurs armes. Kory vient de prendre la petite, mais aussi d'asséner un coup phénoménal dans la mâchoire et la nuque pourtant épaisse du méta-humain. L'homme a le souffle coupé, se retrouve propulsé quatre mètres plus loin, assommé et sur les fesses. Les effets du pouvoir commencent alors à s'estomper. De son côté, la Tamaran garde la petite contre son torse, la protégeant d'éventuelles salves de tirs, avant de se mettre à désarmer quelques opposants, tandis que les mains infantiles serrent sa combinaison de peur.

Cependant, son mastodonte d'adversaire revient à la charge, littéralement. Il se met à déposer d'autres bombes formées par ses pouvoirs, mais cette fois-ci au sol, au grand dam de ceux qui sont restés durant ce sauvetage musclé.
"Roules toi en boule. Maintenant !"
Lâche-t-elle à la gosse, tandis que l'homme se met à hurler et à faire exploser ses premières bombes. Starfire vient alors englober la petite de son corps, et commence à émettre une énergie pouvant repousser quelque peu les salves de feu et de débris pouvant arriver sur elles.
"Toi, tu vas prendre cher."
La Tamaran a juste le temps de sentir qu'on l'attrape par les cheveux, en tirant de sorte qu'elle soit obligée de ressentir la douleur se dégageant de cet acte. La petite quand à elle, essaie de s'enfuir dans la direction opposée, transie de peur.
"T'es  avec ces criminels. Tu veux notre mort, alors que t'es aussi différente que nous.
Elle ne comprend pas sur le moment, avant de voir un des meta-humains à terre. Starfire ne se justifie pas. Il fallait s'attendre à cela au vu des actes précédents de ses "compagnons". Mais dans le fond. Avaient-ils tords, de s'en prendre de cette manière à des gens pareils ? Non. Kory se redresse en prenant appui sur ses deux pied et emmène plus loin son agresseur d'une propulsion violente avec elle, dans un léger accès de rage et de panique. Elle l'éclate ensuite contre le sol, pour le déstabiliser d'autant plus, mais aussi décharger ce flot qui monte en ses tripes.
"Tu crois que tu vaux mieux qu'eux ? ! Tu t'en prends à des gens qui ne t'ont jamais vu et tu oses me faire la leçon ? !!!"
Soulevé, l'homme semble choqué, ne s'attendant pas à une telle force venant d'une femme, alien ou pas. Starfire commence à avoir les yeux embués par les larmes. Elle est blessée dans son amour propre, de nouveau rejetée.
"Sois heureux qu'ils n'aient pas réussi à te tuer. Mais ça ne veut pas dire que je vais pour autant les laisser s'échapper."
Dents et poings serrés, la princesse s'avance alors vers la zone où se trouve encore Deadshot et sans doute le "Flash" jaune. Et, sans aucune retenue, elle se lance, en faisant craquer ses poings vers "eux" :
"Deadshot !!! et Flash le lâche !!!"
Kory s'empare d'un pan du sol et le lance en direction du premier criminel. Le coup évite le tireur, mais de peu. Le vert de ses yeux semble crépiter. Elle est le feu, ce que l'humanité a su créer de plus mauvais en cet esprit : la haine.
"Pour tout ceux que vous avez tués, je vous mettrai un coup, avant de vous livrer aux autorités."
La voilà enragée. Blessée. Et prête à blesser.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1649-these-days-are-ours http://legendsofdc.creationforum.net/t2124-comprendre-le-comportement-humain-kory-anders http://legendsofdc.creationforum.net/t1657-back-to-earth-for-good http://legendsofdc.creationforum.net/t1713-arcs-narratifs-de-kory-anders
avatar
ADMIN ☠ SHOOT TO THRLL
Messages : 130 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1820

Feuille de personnage
Nom de Code: Deadshot
Multi-Comptes: Nightwing | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 1 Avr - 17:49



Floyd la voit, elle lui crève les yeux : la peur, dans le regard humide de la gamine qui ressemble tant à sa Zoe. Cette pureté égarée dans ce véritable massacre, ces épaves de chair et de sang. Et aussi fort lutte-t-il pour ignorer le sentiment, il lui déchire les entrailles.

Seulement Floyd n’a jamais réellement compris les émotions, à commencer par les siennes. Oh, dire qu’il est incapable de ressentir la moindre


De la cendre pour les vivants

Stars are only visible in darkness, Fear is ever-changing and evolving. And I have been poisoned Inside But I feel so alive. The king is crowned, It's do or die. Nobody can save me now.

compassion serait on ne peut plus faux, il n’est pas un psychopathe, pas au sens clinique du terme tout du moins. Seulement la passerelle entre son ressenti et l’interprétation que son cerveau en fait est en défaillante. Mais il n’y peut rien, Floyd, c’est pathologique. Il est comme ça, c’est tout. Il l’a toujours été, même lorsqu’il luttait encore contre cette soif de sang qui le submerge. Dans sa tête, tout n’est qu’un joyeux bordel qu’il est tout bonnement incapable physiologiquement d’assimiler. C’est pour cette raison qu’il ne fait pas la distinction entre la douleur et la colère. Alors lui qui a tant souffert dans sa chienne de vie, ce qui n’a en rien amélioré son cas, il est rempli d’une rage intérieur qui le dévore encore un peu plus chaque jour. Et tandis que sa foi lui a été retirée il y a bien longtemps, son espoir de s’en sortir un jour s’est lui aussi éteint à jamais. Il ne fait aujourd’hui plus aucun effort. C’est pourquoi, devant tant de peur et de tristesse dans ces yeux qui ne devraient jamais verser la moindre larme, la seule réaction par laquelle sait répondre le mercenaire est la violence, la vengeance. Il ne connaît que le langage des poings. Le sang appelle le sang.

Starfire profite de l’ouverture offerte par le mercenaire pour disséminer des boules d’énergie dans la pièce, illuminant l’étage d’une étrange lumière verdâtre. Floyd faisant encore face à celui qui semble être le parton de l’escadron de la mort, il a le temps de voir arriver les produits de l’aliène et peut se jeter au sol à la dernière seconde avant d’être aveuglé, ne trahissant ainsi aucunement l’assaut soudain.

Et puis, tout se passe bien trop vite : la tamaranienne ne se fait pas prier avant de sauter au cou du criminel en chef, l’assaillant de coups tandis qu’elle sécurise la fillette. Floyd quant à lui roule sur son côté dès lors que son corps ne touche le sol poussiéreux pour attraper le terroriste qui tente de fuir son destin, ayant abandonné son otage dans le processus. Lâche. Quand tu prétends plaider une cause, tu vas jusqu’au bout de ce que tu entreprends. Sinon c’est que tu ne crois pas pleinement en tes convictions. Attrapant le malheureux par le col, Deadshot le remonte à son niveau : ses mains se resserrent atrocement sur le vêtement et son captif, son désir vengeur dépassant de loin sa raison. La rage et le dégoût pour cette ordure inonde ses veines et son regard s’obscurcit encore plus qu’il ne l’était déjà. Pendant une seconde, il envisage la solution la plus radicale. Le criminel semble si vulnérable entre ses doigts, si fragile ; il serait tellement facile de briser sa nuque, juste là, comme ça... Mais l’homme se rebelle soudainement, sans aucun doute alimenté par l’énergie du désespoir. Ce dernier donne un coup de genoux dans l’estomac du tueur à gage et malgré son armure l’air quitte les poumons de Lawton, qui lâche sa prise malgré lui.

« T’as changé de côté Lawton ? Tu joues aux héros maintenant ? », crache son adversaire avec arrogance alors que Floyd tousse deux coups. « J’croyais que Deadshot était un dur. »

L’intéressé relève la tête lentement. S’il ne portait pas un casque intégral, l’autre homme pourrait apercevoir un semblant de sourire audacieux se former sur ses lèvres, le genre de sourire mauvais et inquiétant qui indique clairement la dernière ouverture pour se tirer sans plus attendre. Tant qu’on respire encore.

Cependant le pauvre blondinet n’a pas cette chance.

« Je n’ai aucun côté, abruti. »

C’est tout ce que dit l’assassin avant d’attraper son opposant, le surprenant par la lame de son couteau de chasse perforant son thorax au travers de son gilet pare-balles. Parce que non, Deadshot ne fait certainement pas partie des bons gars, il a mal vu. Et que non, une pseudo-protection ne sert pas à grand chose face à un homme qui n’a plus rien à perdre.

Le corps de l’homme qui a sous-estimé le tireur d’élite tombe en une masse amorphe parmi les débris et le mouvement permet à ce dernier de remarquer les bombes posées par le méta-humain sur la totalité du sol.

Oh crap.

Lawton s’élance dans la direction opposée à ce carnage et se jette une nouvelle fois au sol, juste avant la détonation. Le souffle de l’explosion le propulse vers l’avant et l’air lui est pour la seconde fois de la journée extirpé des poumons. Il entend vaguement un craquement écœurant résonner dans ses oreilles parmi cette douce cacophonie de violence.

Et puis, tout devient blanc.

Un sifflement strident agresse ses tympans douloureux, l’air qu’il respire à nouveau est chaud et épais. Curieusement tout semble soudainement calme, bien trop calme après la tempête. Floyd reste quelques minutes sonné sur le sol avant d’oser bouger le moindre muscle. Le borgne lutte contre le coton qui remplit son crâne ; ses esprits lui reviennent petit à petit. Il lâche un grognement. Il se retourne. Son épaule le lance, le fait souffrir ; mais il ne note qu’à peine cette difficulté. Il respire encore, c’est ce qui compte, non ? Même s’il sait que son salut, il ne le doit qu’à son armure renforcée, conçue pour résister aux explosions.

Floyd se relève difficilement, se tenant l’épaules de sa main libre. Il sent un liquide chaud couler le long de son bras, sous sa manche. Mais très vite des voix le ramènent dans le présent. Deux d’entre elles. Starfire et le salaud qui a instigué à cette mascarade en premier lieu. Il ne peut cependant pas entendre tous les mots prononcés, ses oreilles bourdonnent encore de l’explosion tandis qu’un mal de crâne intense trouve son chemin vers son encéphale. Pendant un instant il envisage le fait de pointer ses armes vers le méta-humain et mettre un terme à la mission qu’il s’est donnée une bonne fois pour toutes, mais l’extraterrestre semble bien s’en sortir toute seule. Alors il se désiste. Il en a déjà assez fait. Le mercenaire se retrouve donc simplement là, au centre de ce théâtre de désolation.  

« Deadshot !!! Et Flash le lâche !!! », vint ensuite la menace. Suivie de près par un pan du sol sauvage - que Lawton évite hâtivement -.

Oh God, elle a vraiment l’air énervée cette fois.

« Pour tout ceux que vous avez tués, je vous mettrai un coup, avant de vous livrer aux autorités. »

« Crois-moi chérie, tu t’lasseras avant même d’arriver au milieu du compte.  », répond le mercenaire.

Cependant sa voix n’est pas aussi colorée par l’arrogance qu’elle n’aurait dû l’être. L’homme ne daigne même pas regarder son interlocutrice alors qu’il lui répond distraitement, bien trop préoccupé par ce qu’il pense avoir vu derrière la tamaranienne. Et pour cause.

Un petit corps, frêle et juvénile, git au milieu de toute cette abomination. La fillette est repliée sur elle même, sanglotant de manière saccadée alors que ses petites mains tentent vainement d’arrêter le flot de sang qui s’échappe de son estomac. A côté d’elle, un débris saillant de métal coloré de rouge à son extrémité, sans doute retiré à tort par l’enfant ignorant qu’elle créerait une hémorragie en le retirant de la plaie.

Sans réfléchir d’avantage, Lawton court à son chevet et s’accroupit à sa hauteur. Les yeux de la gamine le regardent avec une terreur qui lui fait bien plus de mal que son épaule abimée. Il l’effraie. La gamine est en état de choc. Floyd pousse alors les mains blanchâtres de la petite pour les remplacer par les siennes, bien plus grandes, compressant fortement la blessure pour stopper le liquide vital de s’enfuir.

Que la fille orange l’arrête si ça lui chante, mais il ne laissera pas crever la Zoe de quelqu’un.

« Hey, où est passé le mec en jaune ?! », il demande à la justicière qui vient d’arriver à leurs côtés, la colère reprenant une nouvelle fois le dessus sur tout autre sentiment indésirable. « Merde où sont les speedster quand on a besoin d’eux !! »


__________

I Don't miss.


ω They lied to me about the importance of life. The only life anybody really cares about is their own and I don't even care about that. You understand ? I'm just killing time, waiting to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1145-bang-you-re-dead-floyd-lawton http://legendsofdc.creationforum.net/t1155-deadshot-shoot-to-thrill#14708 http://legendsofdc.creationforum.net/t1157-deadshot-i-don-t-miss http://legendsofdc.creationforum.net/t1156-arcs-narratifs-de-floyd-lawton http://lstwizzle.tumblr.com
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 8 Avr - 16:51

Des cendres pour les vivants
Faire profil bas pour éviter que Nightwing ait une autre raison de lui souffler dans les bronches ne veut pas dire assignée à domicile pour autant. Loin de là. Mais depuis leur petite discussion sur le sujet Luthor, Bekka a bien compris que, même curieuse, il valait mieux dans ces temps un peu bancals qu’elle reste loin des gens de cette liste. Pas que ce soit particulièrement difficile. La déesse n’a pas spécialement envie de naviguer dans les eaux troubles de la criminalité humaine et ce pour deux raisons principales : la première, c’est qu’elle ne saurait pas par où commencer sans provoquer un incident trop gros pour elle. La seconde, c’est qu’elle risquerait de finir dans le labo d’un savant fou (ils ne semblaient pas en manquer sur Terre) qui voudrait comprendre ce qu’elle est et comment elle fonctionne. Or, à cela Bekka dit un non ferme et catégorique. Elle n’est pas venue sur Terre pour dévoiler le secret de son espèce. Elle n’est pas venue sur Terre volontairement non plus, ce fut une solution d’urgence sans réelle possibilités alternatives. Mais où pouvait-elle aller ? Elle a fui sa planète quand elle a compris que son chef est un fou, elle a rejeté la Yellow Lantern Corps…Elle n’est plus rien. Ici elle peut recommencer à zéro, elle peut espérer avoir une vie « normale » si seulement elle savait à quoi cela pouvait correspondre…

Alors elle sort, elle observe, elle imite, elle tente de comprendre. Il lui arrive très régulièrement de sortir et de s’asseoir sur un banc dans un parc, les yeux allant de personnes en personnes. Oui, elle apprend des choses, mais elle n’a aucun moyen de savoir ce qui est bien ou mal sur cette planète (à quelques détails près, tout de même). Alors c’est de l’essai et des erreurs. Jusqu’à ce qu’elle rencontre des personnes qui peuvent l’aiguiller. Nightwing, Kory, Megan…Autant de personnes qui aident Bekka à se sentir un peu moins étrangère à cette planète, à se sentir plus intégrée, même si elle sait pertinemment qu’il viendra un jour où elle devra partir que ce soit parce qu’elle a une longévité significativement plus longue que celle des humains, ou bien parce que son passé l’aura rattrapée. Au choix. Mais le futur n’est pas pour tout de suite.

Présentement, elle est allée à Central City, ville dont on lui a déjà parlé en long et en large, qu’elle a visite qu’une fois ou deux. Aujourd’hui : le centre commercial. Elle a un peu d’argent, rien de bien mirobolant, mais elle a envie de voir si elle peut trouver un petit quelque chose. Quoi ? Aucune idée, elle va se laisser porter. Puis un bruit fort et des secousses viennent perturber sa quiétude du jour. Elle sort du magasin et là, elle voit Kory, l’héroïne du jour. Mais les hommes ont quelque chose dans les mains et elle comprend. Des bombes…

"Hey toi !"

Elle se tourne et voit un homme, habillé comme les autres, un dispositif à la main. Oh non, pas tant qu’elle est là. Elle se jette sur lui, et l’assomme promptement. Sa radio grésille de l’appel qu’il reçoit et elle a un petit sourire.

"Bye bye Leo…" et elle détruit la radio dans sa main.

Il y a des gens ici, des gens qui risquent d’être blessés si elle ne fait rien, alors elle sort son téléphone et ouvre un boom tube dans une boutique qui mène vers l’extérieur du centre commercial. De grands gestes mais avec une voix basse, elle incite les gens à le traverser et si les premiers sont réticents, une fois que l’un est passé, ils suivent tous. Triste chose que l’effet mouton, mais fort utile dans le cas présent. Elle ne sait pas combien de temps elle a mis à évacuer les personnes présentes autour d’elle, mais de nouvelles secousses traversent l’endroit et Bekka referme le tube pour rejoindre l’espace principal.

Ce qu’elle voit l’inquiète. Jamais elle n’a vu Kory ainsi ; en colère, enragée presque. La raison de sa colère ? Inconnue avec exactitude, mais un homme en fait les frais et Bekka le reconnaît, lui aussi, même si uniquement du dossier qu’elle a lu sur lui : Floyd Lawton, Deadshot. Est-il part à tout cela ? La déesse n’en sait rien, mais elle voit qu’il y a encore des gens, des innocents, et des personnes qui sont responsables (avec certitude) de toute cette horreur et surtout, elle ne veut pas que Kory ne se salisse les mains ainsi. Alors elle s’élance, et vol jusqu’à Kory.

"Starfire !" elle a manqué de l’appeler par son nom civil, mais elle s’est souvenue à la dernière seconde "Arrêtes, il y a plus urgent…" elle désigne du regard les innocents qu’il faut évacuer.

Elle a senti Floyd dépasser Kory et elle regarde ce qu’il essaie de faire et la scène sous ses yeux lui brise le cœur. Une enfant. L’expression même de l’innocence. Si elle s’inquiète une seconde de l’avenir de la petite avec Lawton, son attitude est loin d’être celle d’un homme qui va donner le coup de grâce. Alors elle descend, et entend son appel.

"Pourquoi un speedster quand on a une déesse ?" ce n’est probablement pas le moment de faire de l’humour, mais ce fut plus fort qu’elle. Elle s’agenouille de l’autre côté de la petite et tend une main vers celle de l’homme qui fait compression "Laissez-moi voir."

De son côté, elle prépare sa Motherbox. Normalement, ça ne fonctionne qu’avec son propriétaire légitime, mais possiblement qu’en lui demandant gentiment…
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
avatar
LIGHT OF TAMARAN
Messages : 154 Age du joueur : 25 Crédits : De moi (avatar).o7 Signature : Solosand (code) Batarangs : 2290

Feuille de personnage
Nom de Code: Starfire
Multi-Comptes: Jaina Hudson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 29 Avr - 11:24

Fire. Les yeux de Kory s'écarquillent au maximum en cet instant. Le Flash jaune avait disparu, laissant derrière lui une traînée de sang et de vies à possiblement sauver. C'est toujours difficile de voir que certains criminels n'ont pas le même sens de l'humanité que Jason, ou même Ravager. Mais eux, peut-on vraiment les compter comme criminels ? La petite gît dans son sang en gémissant, calmant d'un cran la colère montante de la Tamarienne. Et pourtant, son envie de les tabasser est toujours présente, comme lorsqu'elle a dû se départir de ses geôliers, il y a de ça bien longtemps. L'ambiance de feu, destruction, elle au milieu des débris, luisante de rage et de déception des pieds à la tête. Tout cela revient la prendre à la gorge et lui dicter un sens qu'elle pense nécessaire, mais qui la dégoute aussi : il faudrait les tuer. Peut-être que ce serait pour le mieux.

Starfire !
L'évocation de son nom l'ébranle quelque peu. Le poing chargé d'énergie qu'elle tendait vers Deadshot s'amenuise de son éclat de lui-même quand enfin la voix l'atteint au plus profond de son être. Bekka. Koriand'r a les larmes aux yeux quand son amie, celle avec qui elle partage ses angoisses autour d'un verre fait sa place dans la rage qui la consume.
"Pourquoi."
Pourquoi eux ont le droit de vivre, mais des gens comme elle, comme Bekka, ont le droit d'être tués, que ce soit sur Terre ou dans l'espace ? Pourquoi eux ont le droit d'être pris en charge alors qu'ils ont tué père, mère, enfant, innocent pour leur propre profit ? Encore des questions qui resteront sans réponses. Cette frustration l'englobe petit à petit, à chacune des interactions qu'elle peut avoir avec les terriens. Tout est si différent entre ici, et une planète autre, que cette bleue et verte.
"Penses-tu qu'avec une manipulation de mon énergie, on puisse l'utiliser pour cautériser un maximum de ses plaies ?"
L'enflammée les a finalement rejoint, planant au dessus d'eux tandis qu'ils tentent tant bien que mal de maintenir ce petit être innocent en vie. Elle a déjà vu une Motherbox un jour durant ses pérégrinations interstellaires. C'était un homme qui la portait et l'utilisait pour diverses choses. Kory n'a jamais compris comment on pouvait les utiliser concrètement, mais elle a vu ce qu'elles sont capables de faire.

L'alien à la peau orangée s'installe finalement avec eux sur ce sol granuleux et poussiéreux, en canalisant un maximum son énergie et en oubliant toute la frustration qui sévit en elle pour cette petite. Ses doigts se teintent à nouveau d'un vert luisant.
"Deadshot."
Elle ne le regarde pas et se montre sèche et peu encline à lui faire confiance, malgré son geste.
"Vous avez déjà été confronté à ce genre de blessures non. Vous pouvez compresser de sorte que l'on puisse refermer les plaies efficacement ?"
Au vu des craquements audibles autour d'eux, il faudra aussi qu'un bouclier soit mis en place. Kory grince des dents. Puis, elle commence à envoyer l'énergie nécessaire vers la Motherbox presque intuitivement, comme quand elle utilisait le catalyseur dans son vaisseau spatial, pour se donner les moyens de faire des sauts intergalactiques.
"Ça me fait plaisir de te voir, Bekka."
Parole sincère, malgré la tension alimentée par l'urgence de la situation.
"Au ... au moins, ça nous change des shots. Haha ... ha."
Ah ça ... Kory s'empourpre légèrement aux joues, gênée, se rappelant qu'elles ne sont pas que toutes les deux. En tout cas, la Motherbox réagit de manière rapide aux apports d'énergies, sans trop faire de sienne. Après, c'est à Bekka de gérer la manipulation et la conversion. C'est que ces trucs ont l'air aussi capricieux qu'un être vivant. Bon, ça se trouve Bekka voudra lui poser des questions concernant ses acquis. Normal. Après l'important restait en vue : il fallait survivre.

Une fois sa part remplie, Koriand'r repart dans les airs, sentant que quelque chose risque de s'effondrer au dessus de leur position. Et en effet, des bris de verre ainsi que le mur séparant l'étage de bureaux du centre commencent à tomber. Cette fois, sa colère pourra servir à quelque chose, se dit-elle. La Tamarienne imagine alors tous ceux qui ont tué, détruit des civilisations pour s'imposer, puis prescrit des règles pour se protéger de la différence et se gaver sur le dos de celle-ci. De tous ces sentiments négatifs ressort alors un immense halo de rayons U.V, désintégrant instantanément tous ces débris pouvant devenir dangereux pour ceux se trouvant deux étages plus bas. Au moins, cela donnera le temps nécessaire à Bekka de sauver la petite; mais aussi à Deadshot de pouvoir s'en aller comme l'a fait le flash jaune. Ou peut-être, sans le savoir, cet homme, elle l'a mal jugé. Sans savoir, la colère qu'il lui inspire n'est pas légitime. Et peut-être Kory s'effondrera comme ce mur et ce verre dans ses convictions. Comme avec Jason et Roy. Comme avec Ravager. Sans arriver à comprendre encore une fois cette humanité complexe et imprévisible.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1649-these-days-are-ours http://legendsofdc.creationforum.net/t2124-comprendre-le-comportement-humain-kory-anders http://legendsofdc.creationforum.net/t1657-back-to-earth-for-good http://legendsofdc.creationforum.net/t1713-arcs-narratifs-de-kory-anders
avatar
ADMIN ☠ SHOOT TO THRLL
Messages : 130 Age du joueur : 21 Crédits : Twizzle Batarangs : 1820

Feuille de personnage
Nom de Code: Deadshot
Multi-Comptes: Nightwing | Red Hood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Sam 2 Juin - 11:58



Il y a une certaine tristesse dans ces yeux bleus déjà à moitié clos, un voile terne qui remplace désormais ce qui nourrissait une heure auparavant le simple espoir juvénile de trouver le plus beaux des cadeaux de Noël avec son papa, parent qu’elle ne reverra peut-être jamais. Le mercenaire sait que pour la gamine plus rien ne sera jamais comme avant : elle en a déjà bien trop vu, bien trop


De la cendre pour les vivants

Stars are only visible in darkness, Fear is ever-changing and evolving. And I have been poisoned Inside But I feel so alive. The king is crowned, It's do or die. Nobody can save me now.

ressenti. Une enfance envolée, soufflée par la perversion de quelques mauvaises âmes sans honneur, voilà devant quoi il se tient. Mais ce n’est pas ce qui lui fait le plus mal.

Entre ses doigts, l’enfant est terrorisée, apeurée. Elle ne tremble pas seulement de la perte de sang, l’homme à l’apparence étrange qui tente vainement de lui sauver la vie - et qu’elle a certainement vue en prendre une poignée d’autres - a quelque chose à voir avec ces larmes sur son visage d’ange. Le pire dans tout ça ? Il sait qu’elle a raison. Qu’elle doit avoir peur de lui, fuir les gens de sa trempe comme on fuit la peste. Parce qu’il est toxique, il est nocif ; tout ce sur quoi il pose les mains finit un jour ou l’autre par mourir. Floyd, il est pourri de l’intérieur, il n’y a plus rien à sauver dans sa carcasse livide. Mais s’il s’est fait à cette idée bien longtemps auparavant, un rappel de cette vérité au travers des yeux de l’innocence même lui fait mal ; le simple fait de voir Zoe à la place de cette enfant qui le juge lui donne envie de vomir ses tripes.

Une nouvelle venue fait son chemin à travers les décombres, étrange femme que Floyd ne connaît ni d’Ève ni d’Adam. Une déesse, d’après ses propres dires, rien que ça. Mais pour le coup, il s’en moque : elle ne semble pas représenter une menace. Elle parvient même à calmer Starfire. Enfin quelqu’un de raisonnable, note-t-il mentalement, même s’il se doute qu’elle ne le laissera pas volontairement partir pour autant. Ce n’est pas comme s’il comptait demander l’autorisation cependant.

La rouquine s’agenouille à son tour et demande à voir l’étendue des dégâts. Floyd la jauge un instant, sceptique et peu enclin à retirer sa pression sur le flot continu de sang qui coule joyeusement entre ses doigts. Il ne la connaît pas, il ne veut pas abandonner la babine sans savoir réellement à qui il remet sa vie, ni plus ni moins. Mais en fin de compte, il se désiste. Il y a une certaine sincérité dans son regard qui lui prouve qu’elle se soucie réellement de la gosse ; par ailleurs si l’intègre justicière dont les yeux émeraudes ne cessent de lui envoyer des couteaux la laisse approcher, ce doit être pour une bonne raison. Qu’a-t-il à perdre de toute manière ? L’enfant est déjà dans un sale état... Sans polluer cette atmosphère déjà lourde et acide avec la moindre parole, Lawton retire ses mains de la blessure pour montrer le trou béant au creux de l’estomac de la gamine.

« Je dois pouvoir faire ça. », répond-il aussi sèchement à la demande de Starfire.

Il y a un engin à côté de celle qu’il peut désormais qualifier de Bekka, une sorte de matrice : Deadshot ne connaît pas les boites mères, mais il est loin d’être un idiot. Il se doute que sa conception n’est certainement pas terrienne et a appris à redouter le pouvoir conféré par les objets qui proviennent d’autres formes de civilisations. Soudainement accablé par sa propre inutilité, le brun se tend davantage à cette remarque. Serait-il donc en présence de deux extraterrestres ? Génial, c’est totalement sa veine. Surtout lorsqu’elles semblent vouloir copiner sur un sujet qui vraisemblablement ne le regarde totalement pas. L’assassin roule des yeux avec exagération non feinte.

« Oh pitié, épargnez-moi ces conneries ou je vais me sentir mal ! »

Alors que la rouquine orangée s’élève gracieusement dans les airs pour prévenir la chute de débris, Lawton ouvre enfin son masque : peut-être qu’en voyant un visage humain, aussi calciné soit-il, la petite sera un peu plus rassurée... De toute manière ce n’est pas comme s’il avait encore une identité à protéger - merci la chauve-souris -. Cela semble fonctionner puisque le petit corps frêle se détend légèrement à l’action, bien que la présence de la seconde rouquine n’y soit certainement pas pour rien. Peu importe. Floyd ne perd pas de temps et désigne la motherbox de son index avant d’appliquer de nouveau ses mains sur la plaie béante.

« Qu’est-ce que tu comptes faire avec ça ? »


__________

I Don't miss.


ω They lied to me about the importance of life. The only life anybody really cares about is their own and I don't even care about that. You understand ? I'm just killing time, waiting to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1145-bang-you-re-dead-floyd-lawton http://legendsofdc.creationforum.net/t1155-deadshot-shoot-to-thrill#14708 http://legendsofdc.creationforum.net/t1157-deadshot-i-don-t-miss http://legendsofdc.creationforum.net/t1156-arcs-narratifs-de-floyd-lawton http://lstwizzle.tumblr.com
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   Dim 10 Juin - 22:37

Des cendres pour les vivants
Ce « pourquoi », Bekka le comprend sans le comprendre. Starfire est une battante, elle a connu la guerre, c’est vrai, mais pas de façon aussi intime que la déesse. Elle, elle née et a grandi dedans, cette guerre ancestrale entre deux planètes a façonné sa façon de voir les choses. Qui est innocent et qui est coupable ? Toutes les lignes devenaient floues et se perdaient quand on avait un passif comme le sien. Il n’y a plus vraiment d’innocents, que des alliées, des adversaires, et des infortunés qui se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment. Voilà pourquoi elle ne put répondre à la demande de Kory que par un regard profondément désolé. Le regarde de celle qui aimerait lui donner une réponse claire, simple, aussi courte qu’un « parce que » mais qui ne le peut pas, parce que la situation est beaucoup trop complexe, et que ce n’est pas le genre de chose que l’on peut expliquer à quelqu’un qui ne sait pas ce que ça fait. Elle se promet d’amener Kory dans un bon restaurant plus tard, ou alors d’aller acheter de la crème glacée pour ensuite aller chez elle et détruire à elles deux des pots de douceurs gelées afin de noyer le chagrin (c’est moins destructeur que dans des shots). Mais pour le moment, elle a plus urgent à gérer : La petite.

L’homme qu’elle a en face d’elle hésite, ne sait pas s’il doit lui faire confiance. Il a raison, dans le fond ; ils ne se connaissent pas et elle aimerait avoir eu plus de temps pour lui expliquer, pour le rassurer, mais ce n’est pas possible, pas maintenant, plus tard, peut-être ? Kory les rejoint et propose de donner de l’énergie à la Mother Box, un sourire de gratitude s’inscrit sur le visage de Bekka.

"Je pense qu’avec ça, on pourra faire bien mieux"

Elle ne participe pas à l’échange entre la Tamarienne et l’humain, mais c’est un drôle de nom, Deadshot, quand bien même la rousse se doute que ce ne soit pas son véritable nom, il reste un nom étrange à son avis. Les paroles de Kory lui tirent un sourire amusé et elle allait lui répondre quand elles se font sèchement réprimandées par l’homme qui découvre enfin son visage. La déesse le regarde, le jauge et finit par ouvrir la bouche.

"Dans ce cas vous serez assez aimable de vous éloigner pour rendre votre déjeuner."

Elle sait qu’il ne parlait que figurativement, mais l’idée est là : s’il n’aime pas ses méthodes, il peut aussi partir, elle ne le retiendra pas. Kory est déjà repartie s’occuper des débris qui menacent de s’effondrer sur eux, et elle se penche un peu sur la petite pour être sûre que rien ne lui tombe dessus. Cela fait, elle entre une séquence dans sa boîte, espérant qu’avec l’énergie en plus, elle soit d’assez bonne humeur pour soigner cette petite. La question lui fait relever la tête.

"La soigner du mieux que je peux. Mais ces petites choses sont capricieuses parfois."

Sur ces mots Bekka place la Mother Box près de la plaie, incitant Floyd à retirer ses doigts et dès qu’il s’exécute, la Box se met au travail. La petite se tend et geint, et ça lui serre le cœur de la voir comme ça. Elle passe une main sur le front et dans les cheveux de l’enfant, affichant un visage calme et rassurant.

"Shh…Ne t’en fais pas, tu iras mieux très vite."

Elle espère du moins. Mais si elle a mal, c’est que la Mother Box fait son travail. Mais les tissus musculaires et humains de manière générale ne sont pas indolores à reconstituer. Pourtant, la petite fille se montre plus que courageuse que la rousse ne l’aurait cru.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la cendre pour les vivants (PV Eobard Floyd)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liens pour l'histoire des mort-vivants
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Quel boitier numérique pour vieux objectifs argentiques ?
» Quels réglages pour un paysage
» Pointillés pour pliage ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Central City :: La Ville-
Sauter vers: