Partagez | 
 

 Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Professor Zoom
Messages : 231 Age du joueur : 30 Crédits : Google Image Batarangs : 650

Feuille de personnage
Nom de Code: Reverse Flash
Multi-Comptes: Cailtin Snow
Infos Diverses:
MessageSujet: Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]   Dim 17 Sep - 13:09

Mon véritable nom est Eobard Thawne. Je ne suis pas de cette époque, je viens du XXVème siècle mais voilà une dizaine d’années que j’ai remonté le temps et que je me fais passer pour l’inspecteur du CCPD, Wyatt McMahon. Je suis l’assassin de la mère de Barry Allen, que vous connaissez mieux sous le nom de Flash. En me faisant passer pour quelqu’un d’autre, je peux garder un œil sur mon ennemi juré et faire de sa vie un enfer.  

Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley♥]








La Nouvelle Orleans. La ville où la musique se fait entendre du soir au matin, ou du matin au soir, à vous de voir. Cette ville où la joie y règne me rappelle tant de souvenirs. Tant de bons souvenirs avec la seule personne que j’ai vraiment aimé, Pamela Isley. Je ne sais pas pourquoi je pense à cette ville maintenant, c’est comme si on m’envoyait un signal dans mon subconscient.



Seul, dans mon appart, un verre de Whisky, je regarde par la baie vitrée Central City. Buvant une gorgée de mon verre, je ferme les yeux. J’entends un fond de musique, des musiciens de rues font leur spectacle pour les touristes, tout le monde danse sur le trottoir. J’ouvre les yeux à nouveau. Quelque chose m’appelle là-bas c’est obligé. Je finis mon verre et le pose sur la table basse du salon, prends ma veste, mes clés et sors de mon appart en fermant soigneusement le verrou. Dehors à l’abris des regards, je me mets à courir en super vitesse direction la NOLA. C’est ainsi que je quitte le Missouri, traverse l’Arkansas et arrive enfin en Louisiane. La Nouvelle Orleans. La ville où la musique se fait entendre du soir au matin, ou du matin au soir... Sur le trottoir, je souris et regarde tout autour de moi. J’avance tranquillement, traversant la rue du Vieux Carré, ce bon vieux quartier français. Il m’avait manqué. Je continue de marcher et arrive devant un bar où j’ai passé pas mal de temps, le Rousseau’s. J’entre dans celui-ci. Rien n’a changé, tout est pareil. Je me dirige vers le bar et me commande un verre. La serveuse me sourit et me le sert, le pose devant moi et me fait un nouveau sourire. Je crois que j’ai un ticket avec la serveuse. Je bois une gorgée de mon verre et le repose.





De nouveaux souvenirs remontent soudain à la surface. Moi et Pam, quelques mois après sa transformation en Poison Ivy, nous étions venus ici loin de Gotham City pour lui faire oublier les dernières semaines douloureuses suite à l’accident qui la changer et l’abandon de Jason. Je me souviens du sentiment que j’ai ressenti la première fois que je l’ai vu, ce sourire, cette chevelure aux couleurs de feu. Je crois que c’était la première fois que je ressentais ça. Serait-ce de l’amour ? Oui je croyais bien. Même à mon époque, aucune femme n’a eu d’emprises sur mon cœur comme elle. Ce sentiment est indescriptible. Mon cœur bat plus fort en sa présence. Eobard Thawne est-il amoureux ? Je pousse un soupir et bois une nouvelle gorgée de mon verre. Pamela, où peux-tu être ? Des années se sont écoulés depuis que nos chemins se sont séparés et pourtant, tu as gardé une place dans mon cœur, une place particulière. Aujourd’hui, j’ai cette nouvelle identité, Wyatt McMahon qui me sert à garder un œil sur mon ennemi juré, Barry Allen. Je fais partie désormais de l’Injustice League et pourtant quelque chose me manque dans cette vie. Peut-être quand venant ici, je trouvais des réponses à mes questions. Je finis mon verre, et laisse un billet sous celui-ci et me lève de mon siège. Je me dirige vers la sortie du bar. Pamela, où peux-tu être ? Dehors, il y a foule. Plus que tout à l’heure. C’est vrai, aujourd’hui, c’est un peu le carnaval du Vieux Carré. La musique bat toujours son plein, les gens dansent toujours. Je regarde et souris. Leur vie est si simple, la joie est là dans leur cœur. Je ne sais pas si je venais d’avoir une hallucination ou si c’était la réalité, mais face à moi, à quelques mètres se tenait Pamela. Celle-ci me regardait droit dans les yeux. C’était elle. Serait-elle la raison qui m’ait poussé à revenir ici. Alors que j’allais faire un pas vers elle, un groupe de personnes passa devant elle. Je me stoppai net quand je vis qu’elle n’était plus là. Je jetai un coup d’œil à gauche et à droite, tout autour de moi. Personne. Elle n’était plus là. Ais-je halluciné en voulant désespérément la voir ici.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1362-eobard-thawne-reverse-flash-is-coming#18928 http://legendsofdc.creationforum.net/t1397-reverse-flash-eobard-thawne#19466 http://legendsofdc.creationforum.net/t1398-les-liens-de-reverse-flash-eobard-thawne#19469
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1609 Age du joueur : 30 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 1460

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance & Vicki Vale
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]   Dim 17 Sep - 20:50



Gotham City. J'étais enfin de retour chez moi, au cœur du Robinson Park, mon refuge. Après une escapade à National City pour capturer Etrigan et le livrer à l'ARGUS, je rentrais enfin chez moi. Je venais d'effectuer pour la première fois une mission solo pour le compte du Suicide Squad. Force était de constater qu'il s'agissait d'un véritable succès et ce malgré ma rancœur envers Waller et mon désir ardent de quitter cet escadron de la mort. Néanmoins, cette victoire ne faisait que me conforter dans la certitude que je pouvais devenir bien plus que tout ce que j'avais été jusqu'à présent. Je n'étais plus la frêle Pamela d'autrefois, je n'étais plus la Poison Ivy conciliante, arrangeante, pacifiste. Oh non... les Hommes m'avaient bien fait trop de mal. Ils devaient payer pour leur insolence, pour leur mépris, pour leur manque de considération. Pour beaucoup, je

Retrouvailles à la Nouvelle Orléans

You and I, it was strong, it was real, it was past. I tought you were dead but now, your are still here and I can't stop thinking about you.


n'étais qu'une folle à qui les plantes avaient fait perdre la tête. Pour d'autres, je n'étais qu'une excentrique incapable de faire de mal à une mouche. Rares étaient ceux à savoir la puissance que pouvait engendrer ma colère. A vrai dire, il n'y avait que deux hommes qui le savaient. Mon créateur, Jason Woodrue et mon sauveur, Eobard Thawne. Deux hommes très différents, tous deux avaient été mes amants. Mes sentiments à leur égard étaient tout aussi différent que leur personnalité. Je désirais plus que tout la mort du premier et la résurrection du second. Eobard et moi, nous nous étions quitté en plutôt mauvais termes. Il ne tolérait plus que je voue ma vie à détruire celle de Jason et moi je n'avais pas supporté qu'il me retire son soutien. Ainsi nos chemins s'étaient séparés et j'en avais eu le coeur brisé. Eobard avait été le premier homme que j'avais réellement aimé. Le premier homme à m'avoir aimé d'un amour sincère et inconditionnel. Oui je l'ai aimé plus que quiconque et encore aujourd'hui, mon coeur se serre lorsque je pense à lui. Mais voilà, durant mon exil, loin de la civilisation, alors que j'étais dans mon jardin d'Eden, la vie lui avait été retirée. Clyde m'en avait fait le récit. Mon coeur avait été brisé une seconde fois mais par fierté, je n'en avais rien montré. Mais dans l'ombre, loin des regards indiscrets, j'avais pleuré toutes les larmes de mon corps. Mon coeur s'était endurci un peu plus et j'avais alors abandonné toute idée de retrouver Eobard. Je n'avais aucune raison de ne pas croire Clyde, il était mon nouveau compagnon, l'homme que j'aimais, l'homme qui m'avait soutenu lors de mon exil. Pourquoi m'aurait-il menti sur la mort d'Eobard? Avec le recul, je dirais aujourd'hui qu'il savait que mon coeur appartiendrait toujours à mon premier véritable amour. Je dirais qu'il avait eu peur de me perdre et je dirais qu'il avait eu raison. Avait-il pris la bonne décision? Seul l'avenir nous le dira.

Quelques jours après mon retour de National City, je recevais un coup de fil qui allait tout changer, un coup de fil qui m'avait complètement bouleversé. Une vieille amie du Vieux Carré m'avait appelé pour me dire qu'elle avait vu Eobard, il était de retour à la Nouvelle Orléans. Elle était aussi surprise que moi puisque je l'avais prévenu de la mort d'Eobard à mon retour dans le monde civilisé. Je n'arrivais pas à croire ce qu'elle me disait et pensais alors immédiatement à un piège quelconque. Dans tous les cas, je devais en avoir le coeur net. Hors de question de faire presque vingt heures de route, je ne pouvais pas attendre une minute de plus. Je demandais alors une faveur à Waller suite à mon succès face à Etrigan. A ma plus grande surprise, elle accepta et Enchantress me téléporta dans le Vieux Carré. Mon coeur battait si vite, mes jambes tremblaient. Revenir ici, à la Nouvelle Orléans, faisait remonter tant de souvenirs. Au coeur de la foule, j'avais l'impression de revenir dans le passé. C'était comme si je n'étais jamais partie. Je me dirigeais alors vers le Rousseau’s, là où mon amie avait cru voir mon ancien amour. J'étais alors persuadée d'avoir fait le trajet pour rien quand soudain, une odeur unique vint me caresser les narines, son odeur. Depuis que j'étais devenue Poison Ivy, mes sens s'étaient décuplés, particulièrement l'odorat et cette odeur, je l'aurais reconnu entre mille. Ce parfum envoûtant, l'odeur de sa peau que j'aimais tant... Eobard. Il était là, aucun doute. Les larmes me montèrent aux yeux et je me mis à le chercher dans la foule.

Je me laissais guider par son odeur mais les gens autour de moi étaient agités, ils dansaient et riaient aux éclats. La tâche était compliquée mais aussi soudainement que j'avais senti son odeur, je finis par le trouver. Il était là, en chair et en os, plus vivant que jamais, plus séduisant que jamais. Et lorsque son regard croisa le mien, j'en eu le souffle coupé. Je crus un instant défaillir. Mettez vous à ma place, c'était comme voir le spectre de mon amour perdu. Je profitais alors du passage d'un groupe de personnes pour m'éclipser dans une ruelle adjacente. Je ne voulais pas qu'il me voit ainsi, je devais garder le contrôle et cacher mes faiblesses. Je ne savais pas ce que pouvait ressentir Eobard à mon égard aujourd'hui. Tant d'années s'étaient écoulées depuis notre rupture. Serait-il toujours l'allié d'autrefois ou un ennemi à combattre? Je n'en savais rien. Je devais absolument me ressaisir. Je m'adossais contre un mur le temps de reprendre mes esprits et ma respiration. J'essuyais les larmes qui avaient coulé sur mes joues et serrais les poings. Je pensais alors à Clyde, à son mensonge... un problème que je devrais régler rapidement mais pour le moment je ne voulais qu'une seule chose, retrouver Eobard. Lui aussi m'avait vu dans la foule et je voyais bien qu'il me cherchait se demandant si j'étais réelle ou si je n'étais que le fruit de son imagination.

Je jouais alors avec lui, apparaissant, disparaissant, ici et là pour le mener là où je le souhaitais, sur le pont du City Park. Un endroit très symbolique pour nous deux... Le jeu de piste était terminé, je l'attendais au milieu du pont, fébrile de le savoir si proche de moi.

City Park, Nouvelle Orléans:
 

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professor Zoom
Messages : 231 Age du joueur : 30 Crédits : Google Image Batarangs : 650

Feuille de personnage
Nom de Code: Reverse Flash
Multi-Comptes: Cailtin Snow
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]   Jeu 21 Sep - 0:23

Mon véritable nom est Eobard Thawne. Je ne suis pas de cette époque, je viens du XXVème siècle mais voilà une dizaine d’années que j’ai remonté le temps et que je me fais passer pour l’inspecteur du CCPD, Wyatt McMahon. Je suis l’assassin de la mère de Barry Allen, que vous connaissez mieux sous le nom de Flash. En me faisant passer pour quelqu’un d’autre, je peux garder un œil sur mon ennemi juré et faire de sa vie un enfer.  

Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]






Elle n’était plus là. Ais-je halluciné en voulant désespérément la voir ici. Je continuais de la chercher du regard quand je la vis de nouveau avant qu’une fois de plus, elle ne disparaisse. J’avançais alors vers elle. Je la vis de nouveau plus loin. J’avançais dans sa direction. Soit c’était vraiment elle, soit mon subconscient me jouait bel et bien un tour. Plus j’avançais et plus je commençais à reconnaitre le chemin que je prenais et surtout l’endroit de la destination finale. Je me demandais si tout ça était réel et si c’était vraiment Pamela, la femme que j’aime plus que tout au monde. J’arrivai finalement sur le pont de City Park, un endroit symbolique pour nous deux. Elle était là, au centre du pont, m’attendant. Je m’approchai doucement. Oui ça m’arrive de faire les choses doucement, et je sais pour un bolide c’est rare. Barry Allen vous le confirmera. C’était bien elle. Je le sentais. Je ne pourrais vous dire le sentiment que je ressens à cet instant. Mon amour pour elle n’a jamais changé même depuis que nous sommes séparés. Mais j’avais tellement de questions à lui poser. Où était-elle pendant tout ce temps ? Etait-elle toujours la même ? Celle qui a su capturé mon cœur de vilain garçon, de vilain bolide venu du futur. Je pense qu’elle devait elle aussi se poser autant de questions que moi.



J’étais finalement près d’elle. Un mètre nous séparait tout de même. Je plongeais mon regard dans le sien, son regard que j’aimais tant. Il n’avait pas changé ou pas tellement, juste peut-être un peu plus dur mais à la fois doux quand elle me regarde. J’ai toujours pu voir son âme à travers ses yeux. Comme on dit « Les yeux sont le miroir de l'âme » et nos âmes ont toujours été connectés depuis notre première rencontre dans ce labo. Un silence s’installe entre nous. On ne se quitte pas du regard. Je sens que c’est bien elle mais est-ce la femme que j’ai quittée il y a quelques années ou une nouvelle ennemie ? Il fallait que j’en ai le cœur net et c’est ainsi que je fis un pas vers elle, puis un second pour finalement me retrouvait à quelques centimètres d’elle. Je ne l’avais pas quitté du regard, toujours plongé dans ses yeux. Son parfum. Son si doux parfum que je n’avais pas oublié, embaumé mes narines. Il m’avait tellement manqué, elle m’avait tellement manqué. Elle est la seule femme à me rendre plus humain comme cela et pourtant tout le monde sait que je ne suis pas un tendre, je suis un vilain bolide venu du futur pour faire de la vie de mon ennemi juré un enfer. Je pose alors ma main droite sur sa joue. Elle ne bouge pas et ferme même les yeux. Sa peau. Sa peau est toujours si douce. Et ce sourire. Ce sourire qui m’a fait craqué. Un frisson parcourt mon dos à cet instant. Je sens une larme coulé le long de ma joue. J’ai enfin retrouvé la femme que j’ai toujours aimé, celle qui m’a vu tel que je suis et a accepté ma nature comme j’ai accepté sa nature, sa transformation en Poison Ivy.



- J’ai… J’ai tellement de questions à te poser. Et je su…suis tellement heureux de t’avoir retrouvé, tu m’as tellement manqué tu sais , lui dis-je alors. A cet instant, je n’avais qu’une envie : l’embrasser. Bizarrement, son baiser de la Mort n’a jamais eu d’effets sur moi. Je dois avoir quelque chose qui annule son effet. Si on m’avait dit encore il y a quelques heures que je la retrouverai après tant d’années, je n’aurai pas cru la personne et je lui aurai certainement ris au nez. Mais ce que j’espérai sincèrement là de suite c’est que ce ne soit pas un rêve mais bien la réalité. Je ne veux pas qu’on m’arrache ça une nouvelle fois. Même si je ne montre pas mes sentiments, mon côté humain sauf quand je joue mon rôle de Wyatt, cette rupture m’avait réellement brisé le cœur.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1362-eobard-thawne-reverse-flash-is-coming#18928 http://legendsofdc.creationforum.net/t1397-reverse-flash-eobard-thawne#19466 http://legendsofdc.creationforum.net/t1398-les-liens-de-reverse-flash-eobard-thawne#19469
avatar
FONDATRICE ☢ POISON IVY
Messages : 1609 Age du joueur : 30 Crédits : Twizzle & Tumblr Batarangs : 1460

Feuille de personnage
Nom de Code: Poison Ivy
Multi-Comptes: Dinah L. Lance & Vicki Vale
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]   Dim 1 Oct - 13:41



Sur ce sublime pont, au milieu de la nature, surplombant l'eau, le soleil réchauffant ma peau, une légère brise soulevant ma chevelure de feu, j'étais comme au paradis. Il apparut alors comme un fantôme du passé, mon regard plongea dans le sien et là, là j'étais au paradis. J'en oubliais complètement Clyde, son existence, ses mensonges... il disparaissait quand mon coeur battait pour Eobard. Je l'avais cru mort, je l'avais cru absent pour toujours de ma vie. J'avais tenté de le remplacer, de trouver du réconfort et de l'affection dans d'autres bras mais je comprenais à cet instant précis que je n'avais fait que me voiler la face. Clyde n'avait été qu'un substitut, une distraction pour m'aider à surmonter la douleur. Mais maintenant que j'avais retrouvé le seul et unique amour de ma vie, Clyde n'était plus qu'un souvenir que je balayais de ma mémoire avec une

Retrouvailles à la Nouvelle Orléans

You and I, it was strong, it was real, it was past. I tought you were dead but now, your are still here and I can't stop thinking about you.


facilité déconcertante. Nous réglerions nos comptes plus tard et il me devrait bien plus qu'une simple explication pour que je lui pardonne de m'avoir brisé le cœur pour un mensonge. Pour être honnête, je savais d'ores et déjà que je ne lui pardonnerai pas de m'avoir fait perdre toutes ces années auprès d'Eobard mais cela m'amuserait de lui donner l'illusion d'un espoir... avant de le faire atrocement souffrir. Mais, à cet instant précis, mon règlement de compte avec Clyde n'était que secondaire. Eobard était là, il avait suivi mon jeu de piste, il avait accepté de me rejoindre et ce n'était plus qu'une question de secondes avant que nos lèvres ne se retrouvent enfin, je le sentais. Il me dévorait du regard comme je le dévorais du mien. L'osmose qui avait jadis existé entre nous était encore bel et bien présente. Notre amour avait su et saurait toujours surmonter l'épreuve du temps.

Ce pont, je ne l'avais pas choisi pour rien. C'était ici même, sur pierres romantiques, au milieu de ce lac radieux, sous les lueurs de la pleine lune et des étoiles, que nous avions échangé notre premier baiser. Jamais ce que nous combattons et traquons avec ardeur n'auraient pu imaginer un tel romantisme chez nous. Mais au fond, Eobard et moi, malgré notre cruauté et notre détermination à glacer le sang, n'étions que des âmes égarées et incomprises. Contrairement à ce que tous pouvaient penser, nous n'étions pas de vulgaires monstres mais de simples êtres humains abîmés par la cruauté et la méchanceté des Hommes. Nous avions un coeur bien trop souvent écrasé et meurtri pour le laisser à la portée de tous. Il était le seul à me connaître réellement, le seul à me comprendre, et je me plaisais à croire que cela était réciproque. Ces moments d'intimité, ces moments d'émotions, n'appartenaient qu'à nous et, jamais au grand jamais, nous n'aurions permis à qui que ce soit de les partager. Nous ne révélions notre sensibilité et nos sentiments que lorsque nous étions seuls. C'était le cas. Le parc était vide, les gens s'amusant dans les rues, profitant de la fête qui grondait dans le Vieux Carré. Le pont était à nous, pas un chat dans les alentours. Juste des canards qui passaient sereinement par là et des oiseaux qui chantaient au dessus de nos têtes, comme pour harmoniser le tableau emprunt de romantisme qui se dessinait.

Debout sur le pont, je ne bougeais pas, j'attendais qu'Eobard vienne jusqu'à moi, qu'il fasse le premier pas. Après tout, il pourrait très bien me rejeter, il aurait très bien pu refaire sa vie avec une autre et m'avoir complètement oublié. J'interprétais peut être mal son comportement vis à vis de moi, me complaisant dans ce que j'attendais de ces retrouvailles et non pas dans la réalité des choses. Cette simple idée me rendait folle mais je n'en montrais rien, je l'attendais. Il s'approchait alors lentement de moi comme si lui aussi hésitait, attendait un signe de ma part. Il était toujours aussi élégant, toujours aussi charismatique et séduisant. Comment lui résister? Et alors qu'il se rapprochait, pas à pas, de moi, je ne quittais pas son regard. J'étais comme hypnotisée. Puis, je le vis approcher sa main de ma joue et je le laissais faire. Au contact de sa peau contre la mienne, je ressentis une explosion d'émotions. Joie, réconfort, plaisir, confiance, soulagement, amour... je fermais les yeux, bien trop submergée par l'émotion. J'avais cru ne jamais plus avoir la chance de sentir sa peau contre la mienne, c'était comme un doux rêve et j'avais peur en rouvrant les yeux de me réveiller et de le perdre à nouveau à tout jamais.

Je pris alors mon courage à deux mains et rouvris finalement les yeux. Je découvrais une larme sur la joue d'Eobard, l'émotion s'était autant emparé de lui que de moi. J'essuyais alors délicatement cette larme avec mon pouce avant d'esquisser un sourire. Il me dit alors qu'il avait beaucoup de questions à me poser et que je lui avais manqué. Mon pouce dévia alors de sa joue pour aller caresser tendrement ses lèvres. Elles étaient douces et irrésistibles. Il avait fait un pas vers moi, j'en faisais un vers lui. Je posais alors délicatement mes mains sur son torse pour y prendre appui et amener mes lèvres vers les siennes. Je ne disais pas un seul mot, mon regard, mes gestes... je savais qu'Eobard me comprenait sans même que j'ai à prononcer une seule syllabe. Lui aussi m'avait manqué, terriblement, et je ne voulais qu'une seule chose, être dans ses bras. Nos lèvres se rapprochaient doucement et le moment fatidique arrivait. Celui où notre amour renaîtrait de ses cendres, celui où nos destins seraient de nouveau liés à jamais. Le temps était comme suspendu. Mon coeur n'avait jamais battu aussi vite... Mais quelque chose, quelqu'un, en avait décidé autrement. Et avant même que nos lèvres ne s'effleurent, une épaisse racine se faufilait vers moi et me saisissait par le cou avant de me tirer avec une violence extrême dans les profondeurs du lac. Il y faisait froid et sombre, un contraste parfait avec ce que je venais de vivre auprès de mon grand amour. Venais-je de me réveiller? Avais-je rêvé tout cela? Où me privait-on encore une fois du bonheur que je méritais?

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professor Zoom
Messages : 231 Age du joueur : 30 Crédits : Google Image Batarangs : 650

Feuille de personnage
Nom de Code: Reverse Flash
Multi-Comptes: Cailtin Snow
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]   Dim 8 Oct - 12:50

Mon véritable nom est Eobard Thawne. Je ne suis pas de cette époque, je viens du XXVème siècle mais voilà une dizaine d’années que j’ai remonté le temps et que je me fais passer pour l’inspecteur du CCPD, Wyatt McMahon. Je suis l’assassin de la mère de Barry Allen, que vous connaissez mieux sous le nom de Flash. En me faisant passer pour quelqu’un d’autre, je peux garder un œil sur mon ennemi juré et faire de sa vie un enfer.  

Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥️]










Des années s’étaient écoulées depuis que nos chemins s’étaient séparés et pourtant j’étais toujours amoureux d’elle. Mon amour n’avait aucunement changé malgré la dernière dispute que l’on avait eu concernant sa vengeance contre Woodrue. J’aurais pu refaire ma vie avec une autre femme, mais non, je ne pouvais pas. Aucune femme ne fait battre mon cœur comme elle le fait. Elle est mon double féminin, ma moitié, mon âme sœur. Et oui sous ma carapace, il y a un cœur qui bat…. Pour elle. Je la regardai, elle est toujours aussi belle, quoi que, elle est même encore plus belle que dans mes souvenirs, mes rêves les plus intimes.



C’est difficile à expliquer mais quand je posai ma main sur sa joue, je senti toutes ses émotions comme si elle traversait mon corps. Elle ferma les yeux pour profiter encore plus de cet instant de plénitude absolu avant de les ouvrir de nouveau. Elle essuya la larme qui coula le long de ma joue tout en me souriant. Elle caressa ma lèvre, un frisson parcourra tout mon corps. Je sentis ses mains sur mon torse, mon cœur se mit à battre de plus en plus vite. On ne se quittait pas du regard, plongé l’un dans l’autre, nos lèvres se rapprochèrent peu à peu. Alors qu’on allait s’embrasser tendrement et amoureusement comme la première fois sur ce pont, quelque chose, ou plutôt quelqu’un m’arracha Ivy. Je vis alors une épaisse racine s’enroulait autour de son cou avant de la tirer dans les profondeur sombre du lac. Un cri (nonnn !!!)  s’échappa de ma bouche. En une fraction de seconde, je plongeai dans les eaux du lac pour aller la chercher. Je la vis s’enfoncer de plus en plus et vis une silhouette un peu plus loin. Une silhouette que je reconnu tout de suite, Woodrue. Je fis alors tournoyer mes bras, créant deux vortex qui repoussaient alors les eaux de chaque côté comme aurait pu faire Moise en séparant avec ceux de la Mer Rouge. Je me dirigeai en super vitesse vers Pam’, fit vibré ma main pour la libérer de la racine, avant de remonter sur le sol. Les eaux reprirent une seconde plus tard leur place. Pam reprit peu à peu sa respiration quand Woodrue se montra.



- Eobard Thawne, quelle bonne surprise, dit-il. On m’avait annoncé que tu étais mort mais je peux constater que mes informations sont erronées. Je règlerai d’ailleurs ce problème avec ce cher Clyde.



- Bravo Einstein, comme tu peux le voir, je suis bien vivant contrairement à toi qui va bientôt mourir pour ce que tu viens de faire, lui lançais-je, accompagné d’un regard sombre. Il avait osé toucher à la femme de ma vie, une chose qu’il ne faut surtout pas faire. Celui-ci se mit à rire, un rire que j’allais bientôt effacer de sa sale tronche. Il était dans le passé mon ami, mais ce n’était plus le cas depuis qu’il avait brisé le cœur de Pam quand elle s’est transformée en Poison Ivy. Je commençai alors à comprendre pourquoi Pam voulait absolument le retrouver quand nous étions encore ensemble pour le tuer. Je me dis que j’aurais dû l’aider à ce moment-là, peut-être que nous n’aurions pas été si loin de l’un de l’autre durant ces années et que nous aurions pu vivre notre histoire d’amour et fonder notre famille. Personne ne le sait car je ne l’ai jamais évoqué mais j’aurais aimé avoir des enfants avec Pamela, même si je n’imagine pas les conséquences sur le continuum espace-temps. Au pire des cas , nous aurions simplement fait une anomalie du temps (tant que les Legends ne débarquent pas avec le Wade Rider^^) dans le cas contraire, l'espace-temps aurait été bousillé mais je m'en moque. Mais le destin nous a peut-être donné une seconde chance en nous faisant nous retrouvait aujourd’hui. Et je pense que la venue de Woodrue n’est pas une coïncidence ni le fruit du hasard mais bel et bien un test pour voir si notre avenir peut exister. Et cet avenir existera. Je ferais tout pour. Aujourd’hui, la boucle va se boucler. Jason Woodrue va mourir et quitter nos vies à tout jamais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1362-eobard-thawne-reverse-flash-is-coming#18928 http://legendsofdc.creationforum.net/t1397-reverse-flash-eobard-thawne#19466 http://legendsofdc.creationforum.net/t1398-les-liens-de-reverse-flash-eobard-thawne#19469
 
Retrouvailles à la Nouvelle Orléans [Feat. Pamela L. Isley ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Sorcières de la Nouvelle Orléans
» James Lee Burke : "Dans la brume électrique"
» 8 - Vivre et laisser mourir - 1973
» [Jeu vidéo] Deadtime Stories
» Série Vampire diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Amérique-
Sauter vers:  




Le très célèbre criminel Jonathan Crane dit l'épouvantail s'échappe de l'asile d'Arkham à l'aide de Deathstroke. Lire la suite

Participer aux news ICI !

Une News pour 100 batarangs !
Places libres : 2/3



Réunion entre criminels
Soirée costumée

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !