Partagez | 
 

 Tentative d'évasion (Pv Slade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 107 Age du joueur : 22 Crédits : a venir Batarangs : 590

Feuille de personnage
Nom de Code: L'épouvantail
Multi-Comptes: Oswald Cobblepot
Infos Diverses:
MessageSujet: Tentative d'évasion (Pv Slade)   Mer 6 Sep - 18:45

Spoiler:
 

Am I your one and only desire ?Prénom & PrénomI hear a voice say : don't be so blind. It's telling me all these things that you would probably hide. Am I your one and only desire ? Am I the reason you breathe ? Or am I the reason you cry ? (Saliva → Always)L'entretien avec le docteur Alisson terminé, les gardes vinrent me chercher pour m'accompagner dans ma cellule. Il n'était pas très tard. L'heure du souper n'allait pas tarder. Avant d'entrer dans ma chambre, les gardes m'enlevèrent ma camisole. Je les voyaient trembler de peur, ce qui me fit sourire. Ils n'avaient pas à avoir peur de moi, je n'avais pas mes gaz à proximité, me les ayant fait confisqués en arrivant à l'asile. Cela ne servait à rien que j'entre dans ma cellule pendant quelques minutes. Mais les deux gardes m'obligèrent d'y entrer. Je m'asseyais sur le lit blanc au drap rongé par les mites, mes mains croisées posées sur mon menton. En attendant l'heure du soupé, je réfléchissais à une tentative d'évasion. Mais comment faire sans mes gazs hallucinogène et ma tenue d'épouvantail. Il fallait que j'agisse la nuit en évitant à tout prit les gardes faisant leur ronde. Je ne pourrai pas réussir ce soir, il me faudrait quelques jours pour retenir les horaires des tours de gardes et des passages des psychiatres. La porte s'ouvrit.

- Hey Crane ! C'est l'heure de manger ! Dépêche  toi ! 

Le garde referma la porte, m'attendant de l'autre côté. L'inspection allait commencer demain à la première heure. Je me levai, refis ma cravate et sortit. A peine avais-je fais un pas que le garde m'empoigna par le col de ma chemise, vociférant.

- Si je te vois brutaliser voir ne serais-ce que toucher un des patients, je te jure que tu passeras un sale quart d'heure Crane !      

Il me lâcha, observant mon costume.

- Qu'est ce que tu fiches habillé comme ça Crane ! Tu te crois encore travaillant ici ?

Il s'absenta une seconde, le temps d'aller chercher des vêtements dignes d'un criminel, qu'il me jeta à la figure.

- Dépêche toi de te changer sale monstre !   

_________________________________________________________

Il ne me reste plus que 10 minutes pour manger. Je tiens mon plateau où trône un plat non identifié remplis de grumeaux et à couleur verdâtre, un bout de pain dur datant de quelques jours et un verre remplit d'une eau imbuvable. Je me dirige vers le fond du réfectoire loin du bruit et des autres patients. Je sais que certains m'évitent, ayant subit quelques unes de mes expériences lorsque je travaillais à l'asile. Au moins je serais tranquille pour manger, bien qu'encore une fois le plat du jour ne me tente pas plus que celui d'hier.  Mais je suis bien obligé de manger pour ne pas mourir entre ces murs. Ma mort rendra heureux beaucoup de personnes aussi bien patients que médecins. Je ne compte pas leur donner cette joie. Je posai mon plateau sur une des nombreuses tables en bois non occupée. Quelques minutes plus tard, des patients viennent s'inviter à ma table. Mauvais choix, je souhaite manger seul ce soir comme tous les autres jours. Je lève les yeux vers les arrivants. 3 personnes. Ce ne sont que de simples criminels.

- Hey salut Crane ! Tu te rappelles de nous ?

Bien sur que je me souvenais d'eux. Ils avaient étés des cobayes pendant mes expériences. Aux peurs inintéressantes.
J'hochai la tête, ne leur répondant pas.    

- Alors mon petit Crane, on n'est rien sans ses petits gazs chéris ? Qu’est ce que tu vas nous faire maintenant ? Rien ! Tu n'es rien sans eux ! Tu n'es qu'un moins que rien engendré par une sale putain !...

Il n'eut pas le temps d'en dire plus que je l'empoigna par son vêtement ,lui agrippant le peu de cheveux qu'il lui restait et plongea son visage dans le plat immangeable. De l'autre main, je m'emparais du verre d'eau que je fracassais sur son crâne. Il essaya de m'agripper le bras, mais je fus plus rapide que lui, retenant sa main. Ses acolytes mirent quelques secondes pour réagir, surpris par ma réaction rapide. Ceux-ci se jetèrent sur moi.  

Je n'avais encore pas mangé mon dîné ce soir. Assis sur une chaise, en camisole de force. Les gardes m'avaient arrêtés à plusieurs alors que je tentais de massacrer mes anciens cobayes. C'est une réaction tout à fait normale n'est-ce-pas ? N'est-ce-pas ?
J'observais autour de moi. Ce n'était pas la première fois que l'on m'emmenait dans cette pièce. Une pièce aux murs blancs  sans aucune fenêtre ni mobilier. Une pièce isolant les patients dangereux. Je ne le suis pas. Je n'ai tué personne. Pas encore. La porte invisible s'ouvre sur un garde. Celui-ci s'approche de moi, une matraque à la main. Je n'eus pas le temps de dire quelque chose qu'il me frappa au visage, me faisant tomber au sol. Du sang coula de ma bouche. Il s'approcha de moi, m'agrippant, son visage tout près du mien, sa matraque pointée contre mon ventre.

- La violence sur patients est interdit.

Un rire cruel me répondit.

- Ah ouais tu crois ça Crane ?! Tu ne sais rien des sévices que l'on donne aux patients comme toi Crane ! Cette pièce n'est rien comparé à ce qui existe en ces lieux.

Le garde me donna un dernier coup de matraque à l'intestin, me coupant la respiration et sortit. La douleur m'empêchais de bouger. Je ne sais combien de jours j'allais rester ici. Peut être allais-je mourir en ces lieux. Impossible ! Je ne pouvais pas mourir avant d'avoir tenter mon évasion.                                


                                    

         
       
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
DEATHSTROKE
Messages : 388 Age du joueur : 25 Crédits : Pam' (avatar) & Tumblr (gif) & Bazzart & Staff (signature) Batarangs : 3880

Feuille de personnage
Nom de Code: Deathstroke
Multi-Comptes: Jack Emerson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Tentative d'évasion (Pv Slade)   Ven 29 Sep - 20:13






Tentative d'évasion








Jonathan Crane Slade Wilson


Tout pouvait paraître comme une journée de boulot banal. L’appel d’un mystérieux commanditaire vous demandant d’accomplir une basse besogne, un peu d’action et on rentrait chez soit avec un beau petit magot à la clef. Dit comme ça, on ne voyait ce qu’il y avait de particulier, mais quand on avait les détails, on voyait les choses différemment. Je ne savais pas qui m’avait contacté, et pourquoi il voulait que j’effectue cette mission digne de la Suicide Squad. Mais le boulot imposait discrétion sur les clients. Moins on en savait, mieux c’était. Et savoir qui, il était ses raisons, je m’en contre-fichais, tout ce qui comptait, c’était le pognon à la fin. C’était donc clair.

La mission, aller chercher quelqu’un enfermer. Il fallait donc s’infiltrer dans une prison, se débarrasser des gardes et faire sortir la cible de cet endroit. Mais quelle ne fut pas ma surprise quand on me disait que ladite prison, était en réalité l’Asile d’Arkham. Cette maison de dingues où les plus grands génies criminels et déments étaient réunis. Le trou où le chevalier noir et ses copains s’amusaient à jeter leurs adversaires, car ils nuisaient à l’image de leur cité. Bien entendu, j’avais tout fait pour ne pas finir enfermer là-dedans, et faire partie de l’Injustice League m’y avait beaucoup aider. Et voilà que je devrais m’y rendre. Encore, ce serait volontaire et payer en plus.

La sécurité de l’asile était constamment renforcée, mais en réalité, c’était un véritable gruyère, ses prisonniers s’évadaient souvent. Alors, le maximum de la sécurité reposait surtout sur les possibilités de fuites des prisonniers. Et donc, ils ne faisaient pas aussi attention à tous ceux qui y rentraient. Bon, il était clair que je ne pouvais pas entrer comme ça, avec ma panoplie. Pour m’infiltrer dans le complexe psychiatrique, rien de plus simple. J’avais juste à tomber sur le dos d’un des agents de la sécurité et lui piquer son uniforme et son badge. Je gardais juste quelques armes sur moi, bien cacher au cas-où.

Avec mon nouveau costume, je n’avais aucun mal à franchir la sécurité. Je me contentais de saluer d’un hochement de tête, et si on me posait des questions sur mon bandeau, je disais juste mettre blesser en m’interposant à une bagarre de deux patients, et cela marchait. L’asile était immense, un vrai labyrinthe digne d’un film d’horreur, avec ses patientes mises en cage qui beuglaient tout et n’importe quoi. Ce ne sera pas facile pour trouver mon chemin, alors le mieux serait de m’annoncer à l’accueil. Je m’approchais de la vitre et m’adressai à l’homme assis de l’autre côté sur un ton froid et sérieux. De quoi coller à l’ambiance.

"Bonjour. On ma appeler pour venir surveiller le patient Jonathan Crane. Et on ma envoyer directement ici."

Je lui montrais de loin que j’avais bien un badge de sécurité, cachant à moitié mon visage. L’homme ne broncha pas, semblant accepter cette preuve. Tous des idiots, ils devaient soit être trop sûr d’eux, soit aussi malade que leurs patients. Et puis, il devait se dire que ma blessure m’avait défiguré par rapport à la photo.

"Un instant je vous prie."

L’agent d’accueil se mit à pianoter sur son ordinateur et consultât ses données. Je restais figer, n’exprimant aucun signe d’émotion pouvant me trahir, restant patient. Au bout de quelques secondes, l’homme me donna l’information souhaiter.

"Jonathan Crane. Il vient d’être envoyé en salle d’isolement à l’instant. Sans doute pour ça qu’on ne vous a pas de suite renseigner sa localisation."
"Sans doute oui. Merci."

Sans rien ajouter, je partais en direction des salles d’isolement. Ma petite stratégie fonctionnait parfaitement. Les pseudos collègues me saluèrent, et les patients m’injurièrent ou se moquaient de moi. Pour le moment, tout allait bien. Suivant les flèches sur les murs, j’arrivais sans grand mal à retrouver ces fameuses salles. Elles portaient bien leur nom. Elles étaient éloignées des autres cellules ou chambres quels que soient leurs noms. J’avais l’impression de me retrouver dans l’arrière d’un entrepôt ou quelque chose comme ça, sans fenêtres, ni décoration. Éclairer par des néons et où le son de la ventilation s’entendait à peine. Il y avait plusieurs pièces, mais une seule avait déjà un garde devant. Sans doute ma cible. M’approchant du garde, je le saluais et lui exposa une raison à ma présence.

"Bonjour, il s'agit bien le la chambre de Crane ?"
"Oui c'est bien là. C'est pourquoi ?"
"On m’a demandé de venir le chercher pour le transférer dans une nouvelle salle."
"Tu te fiches de moi ? On vient tout juste de l'y mettre ! Y'a pas plus sécurisé que cette pièce pour un taré comme lui !"
"Je fais ce qu'on me demande. J'obéis aux ordres. Après, qu'il soit oui ou non délacer je m'en cogne. Mais je tiens à garder mon job."
"Ouais, attend, faut que je confirme."
"Je tant pris. Mais avant, laisse-moi au moins vérifier la sécurité, voir s’il est bien attacher, c’est ma fonction principal."

Le garde ne sentit pas venir le piège. Il devait croire qu’il pourrait contacter ses supérieurs tranquillement, pendant que je vérifierais les liens du prisonnier. Il ‘m’ouvrit donc la porte et j’entrais sans hésitation, comme si c’était véritablement mon boulot depuis toujours. Enfin, je pouvais voir à quoi ressemblait la cible. Je me demandais ce qu’il avait de particulier, mais ceci n’était pas mes affaires. Il fallait le sortir de là le plus vite possible, car à partir du moment où je suis entré dans sa cellule, le temps était compté. Le garde s’approcha de Crane, affichant bien son animosité.

"Eh le monstre ! T’as de la visite, soit content."
"Je vais juste verrifier si tout est O.k pour le moment. Après, on vous emmènera dans un endroit plus adapter."

Je m’approchais donc du prisonnier, faisant semblant de vérifier s’il était bien maitrisé ou non. Mais en réalité, je surveillais la sécurité ici. Une caméra sur le mur, et le garde. Ce dernier allait contacter ses chefs avec sa radio, je n’avais donc pas beaucoup de temps. Très vite, je sortais mon arme qui avait réussi à passer la sécurité avec moi. En même pas deux secondes, je neutraliser toutes menace. Il avait un silencieux, pratique. D’abord la caméra pour ralentir l’arrivé d’éventuels renfort. Puis le garde qui resta penaud. Un joli coup en pleine tête. Son corps s’écroula au sol, sur le dos. Un vrai travail de pro. Très vite, avec mon couteau, je me hâtais de libérer Crane.

"Ne bouge pas."

Je parvenais à découper sangles, et tissue pour lui assurer une meilleure liberté de mouvement si nous devions courir pour nous échapper. Le chrono était bel et bien lancer.


Citation.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t894-slade-wilson-pret-pour-un-nouveau-contract http://legendsofdc.creationforum.net/t906-les-missions-de-deathsroke http://legendsofdc.creationforum.net/t905-les-contracts-du-terminator http://legendsofdc.creationforum.net/t977-arcs-narratifs-de-slade-wilson
 
Tentative d'évasion (Pv Slade)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: Arkham Asylum-
Sauter vers:  




Le très célèbre criminel Jonathan Crane dit l'épouvantail s'échappe de l'asile d'Arkham à l'aide de Deathstroke. Lire la suite

Participer aux news ICI !

Une News pour 100 batarangs !
Places libres : 2/3



Réunion entre criminels
Soirée costumée

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !