Partagez | 
 

 Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 26 Aoû - 11:50



L'un des gardes du trésor royal me décocha une œillade sévère. Toute à mon rôle d'humble servante, je courbai l'échine bien bas, activai le mouvement, puis disparut à l'angle du couloir où le reste mes collègues s'étaient engouffrées. Dès le coude franchi, mon corps se colla au mur frais, et je retins mon souffle, très peu à mon aise dans cet accoutrement d'égyptienne de bas rang. Au moins, j'avais réussi à emporter mon fouet, bien enroulé sous l'épaisse jupe qui officialisait mon statut de petite main du palais. Mes pensées glissèrent momentanément vers la jeune espionne qui aurait dû se trouver à ma place, et qui devait enrager, entravée quelque-part au Caire... Cette petite espièglerie ne raccourcirait pas la liste des gens voulant me faire la peau, mais honnêtement : qui aimait les radicaux militaires assoiffés de conquêtes et de gloire obtenue par le biais d'un fusil ?
Et pourtant, au fond de moi, je pressentais qu'un de ces jours, mes effronteries répétées allaient finir par me valoir des ennuis tombant sur le coin de ma figure... À moins que ce ne soit déjà le cas ? Petit moment d'hésitation, dans mon recoin isolé du palais de Shiratu (le Joker en aurait fait une mauvaise blague, de ce nom...)

Est-ce que le fait d'avoir une génie dans ma poche m'avait rendue un peu trop téméraire, ces derniers temps ? Ou est-ce que, justement, ma rencontre avec Mejishen était censée faire office de punition karmique, pour me rappeler que mon comportement de profiteuse n'était pas digne du moindre encouragement ? Par bien des aspects, Mejishen me compliquait plus la vie qu'elle ne me la simplifiait, m'obligeant à ne jamais parler à la légère (par peur de formuler bêtement une sorte de vœu qu'elle s'empresserait d'exaucer pour être libérée de son engagement), apparaissant n'importe où (et en veillant bien sûr à ce que je sois la seule à la voir), se comportant comme une innocente tortionnaire qui ne me laissait pas l'oublier... Et de mon côté, je n'étais pas en reste ! Dès qu'une idée de souhait me venait, je commençais par me demander si elle était vraiment valable, et je finissais invariablement par tenter de concrétiser toute idée rentable sans user de mon ultime vœu, comme la dernières des avares ! Le pire restait que, pour concrétiser ces idées sans sortir mon joker, je me mettais dans de sacrément fâcheuses postures. Comme maintenant, par exemple...

Moi, Catwoman, féline solitaire, me tenait actuellement à quelques mètres d'une impressionnante salle remplie d'or et de joyaux, de sculptures et de bijoux, de tableaux et de reliques. Une cambrioleuse américaine sans visa, s'introduisant de nuit dans le trésor royal d'une nation étrangère. Si on me prenait en flagrant délit, ce serait la peine capitale, et même une extradition vers les USA pour m'y faire juger ne m'éviterait pas la prison à perpétuité, voire la mise à mort. Déjà, rien qu'avec ça, il y avait à redire sur ma capacité à évaluer les risques. Sauf que je n'étais pas en situation irrégulière dans n'importe quel pays limitrophe de l'Égypte, non ! Pourquoi choisir un banal territoire d'Afrique du nord, quand une nation limitrophe du mont Sinaï et gouvernée par un couple de surhumains vous tendait les bras ?

Black Adam et Isis ; deux individus que les spécialistes estimaient en mesure de faire jeu égal avec Superman, à un contre un. Et ils étaient deux ! Deux espèces de dieux incarnées sur Terre, régnant avec une fermeté assumée sur un pays ancré dans les traditions. Si le Kahndaq n'imitait pas ses voisins sur le traitement des femmes, il n'en demeurait pas moins très influencé par la culture moyen-orientale, l'architecture égyptienne, et les bons vieux édifices gigantesques construits à la gloire du tout-puissant souverain. De ce que j'avais retenu des fréquents bulletins d'informations sur ce pays, le prédécesseur de Black Adam avait été un tyran despotique et cruel, ce qui expliquait, pour les géopoliticiens, pourquoi l'actuel monarque avait les faveurs de la population. De plus, on décrivait sa compagne comme une modérée, grâce à qui le Kahndaq demeurait un état où on pouvait avoir envie de sourire. Certes pas le plus avancé technologiquement, mais au moins, ni la guerre civile ni la famine n'y sévissait.

Il n'empêchait : certains militaires du voisinage (tels un certain général Ahk-Ton) avaient décidé de tenter une bonne vieille mise sous tutelle militaire pour restaurer la « véritable » démocratie, celle qui ne se faisait pas à l'ombre d'un couple "d'aberrations inhumaines" (les paris restaient ouverts pour trancher : méta ou extra-terrestres ?). Mon petit doigt me soufflait même que, derrière Ahk-Ton, une puissance étrangère plus influente tirait les ficelles (ce ne serait pas la première fois que des services secrets quelconques orchestraient une destitution, et un pays géré par deux surhumains devait donner des sueurs froides à plus d'un gouvernement).

Dans tout ce remue-ménage politique, moi, j'étais juste la touriste américaine tombée au bon endroit au bon moment... De passage en Égypte (j'y avais pris des vacances, pour parfaire mon bronzage, rencontrer d'éventuels clients, et surtout, m'éloigner de Gotham le temps que les Santini m'oublient un peu - les mafieux de Central city étaient d'un rancunier !), j'avais involontairement surpris des conspirateurs s'organisant pour frapper de nuit la capitale du Kahndaq (en pleine absence du roi, bien sûr). Leur plan reposait sur la mise en place d'une agent, qui devait se faire passer pour une servante (ils avaient un réseau tout prêt pour crédibiliser cette fausse identité), et neutraliser une partie de la sécurité du palais pendant que les troupes fonceraient sur Shiratu. Très bancal, comme plan, mais je m'étais jetée sur l'occasion, neutralisant l'espionne durant son trajet vers son point de rendez-vous, pour prendre sa place (les réseaux conspirationnistes de ce genre œuvraient souvent en aveugle. J'étais une femme avec un physique collant à celui d'une espionne. Il m'avait suffi de donner le bon mot de passe, glané par mes oreilles attentives, pour achever de convaincre le contact des activistes que j'étais celle qu'il était supposé retrouver).

En toute sincérité, j'ignorais à quel point il était rare de pouvoir accéder au palais du Kahndaq... La technologie n'y était pas encore assez démocratisé pour que le bâtiment soit si difficile d'accès depuis l'extérieur, mais la surveillance humaine devait y pallier le manque de caméras. Et surtout, il y avait Black Adam, plus son épouse aux pouvoirs tout aussi redoutables, pour dissuader toute intrusion. Mais qui disait palais, disait forcément trésor, et sans doute quelques pierres d'une valeur inestimables faciles à glisser dans des poches. Je ne surprendrais personne en avouant avoir bondi sur cette occasion par simple appât du gain (une chance pareille, il fallait la saisir au vol !). En plus, par mon intervention dans cette sordide tentative d'ingérence, je sabotais indirectement une attaque portée sur ce pays (ça n'avait jamais été dans mes intentions, mais ça restait un argument valide pour contrebalancer l'aspect amoral de mon intrusion). L'attaque aurait lieu dans des circonstances qui garantissaient son échec, mais qui ne m'en fournirait pas moins une distraction idéale pour filer, les poches pleines, pendant que la sécurité déjouerait l'assaut maladroit et que la cohue s'emparerait des serviteurs. Un plan parfait, et qui, en cas d'imprévu, pourrait se régler avec un petit souhait.

J'étais
vraiment devenue trop téméraire. Il faudrait que je me surveille... Après ce coup-là.

Huit gardes armés surveillaient l'unique accès à la caverne aux merveilles. J'aurais pu attendre que l'attaque des hommes de Ahk-Ton éloigne tout ce petit monde, mais ça m'aurait mise dans un timing ultra-serré pour piller la salle puis déguerpir. Au lieu de quoi, je me faufilais dans leur dos, progressant lentement et sûrement vers mon objectif. Les neutraliser aurait été impossible (huit hommes armés et regroupés contre moi, qui ne possédait ni armure pare-balles ni gadgets ultra-sophistiqués ?) et contre-productif, puisque le raffut aurait trahi ma présence. En bonne féline, j'atterris en souplesse à l'intérieur du saint des saints, faisant moins de bruit qu'une plume sur le sol. Tout en surveillant les gardes, au cas où l'un d'entre eux se serait pris de regarder dans ma direction, je fis le tour des richesses, glanant ça et là des pierreries en ronronnant tout doucement d'un air appréciateur.



__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 26 Aoû - 23:54







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Voilà une longue journée d’audience bien remplit. Depuis quelque temps, mon chère et tendre Black Adam s’était absenté, me laissant la gérance de tout le royaume. J’ignorais bien ce qu’il pouvait trafiquer en ce moment, quand il avait une idée derrière la tête, il pouvait se montrer si têtu et user de tant d’énergie pour accomplir son dessein. Ce que je craignais, c’était qu’il soit parti dans une affaire, impliquant des activités louche. Par-là, j’entendais qu’il soit en train de déchaîner sa puissance pour anéantir des vies, se battre contre je ne savais quel ennemi et qu’il risquait de provoquer une terrible catastrophe, voir sa mort. Je me refusais de croire qu’il puisse mourir, et me laisser dans l’ignorance. À chaque instant, j’espérais le revoir sains et saufs, mais cela devenait de plus en plus dur.

Et à chaque fois que mon époux s’absentait, je devais m’occuper de la gestion de Khandaq. Tout se passait bien, le pays tournait bien et je veillais tout le temps au bien-être de mes habitants. Comme par exemple, là je recevais des sujets venus exposaient leurs problèmes et demandant de l’aide. Je laissais agir à chaque fois mon cœur et la sagesse pour résoudre chaque litige. Mais je devais faire face à d’autres problèmes bien plus graves. Adam inspirait aussi bien la crainte chez nos sujets, que chez nos ennemis et voisin. À chaque fois qu’il s’absentait, ces derniers conspiraient entre eux, croyant à chaque fois qu’en étant qu’une femme, je serais plus faible et plus facile à vaincre. Grossière erreur, à chaque fois, j’ai sus rabattre leur ego de mal.

Alors que je m’apprêtais à quitter la salle du trône pour rejoindre mes appartements, on m’annonça qu’un message venait pour me voir, afin de me remettre un présent. Lui accordant la permission d’approcher, ce dernier s’arrêta au pied du trône et se prosterna face contre terre. Je lui accordais de se relever. Ce dernier me tendit un paquet qu’on ouvrit devant moi.

Messager - Un présent pour notre reine, venant de notre roi.

Un cadeau d’Adam ? Toute excité je me précipitais pour le récupérer, et remerciais le messager en lui offrant de quoi manger et un peu d’or. Cela venait bien d’Adam, il m’offrait un pendentif en lapis-lazulis avec un mot de sa part. Il s’excusait de n’être présent, mais promettait de revenir bien vite sans me dire la raison de son départ et m’offrait ce bijou en gage de son amour. Je le serais très fort contre moi, comme si je pouvais ressentir sa présence comme ceci, comme si ce bijou servait de réceptacle. Notre conseiller s’approcha de moi, s’adressant avec un grand respect comme depuis le premier jour, étant une personne fidèle, étant souvent de bon conseil.

Conseiller - Votre majesté souhaite peut-être que l'on range en lieu sûr ce présent de notre roi.
Adrianna - Non, ce ne sera pas la peine je  vous en remercie. Je vais moi-même le ranger dans la salle aux trésors. Vous pouvez prendre congé.

Tout le monde s’inclinait à mon passage en quittant la salle du trône. Mais aussi dans les couloirs. À chaque fois, je leur souriais et leur permis de retourner à leur travail ou de prendre du repos. J’arrivais devant la grande porte qui gardait les plus beaux trésors de Khandaq. Les gardes s’inclinèrent à mon arrivée et m’ouvrir immédiatement la porte, me laissant entrer seule, sachant que je ne risquais pas grand-chose dans mon domaine. Je traversais les richesses de notre peuple et m’approchais d’un coffret en bois, recouvert d’or et de pierres. En l’ouvrant, j’y rangeais le bijou d’Adam. D’ordinaire, je préférais le faire dans ma chambre, mais je préférais garder cela dans un lieu plus sûr, jusqu’au retour de mon mari.

Mais quand je fis demi-tour pour sortir, j’eus comme un étrange présentement. Je sentais que je n’étais pas seule ici. Me retournant, je scrutais les alentours, examinant ces montagnes d’or tout autour. C’est alors que j’ai crue voir quelque chose bouger. Alors de ma main, je fis jaillir un petit éclair qui fit voler l’objet cachant la voleuse. Une femme, vêtue comme mes servantes se tenait là, mais elle semblait étrangère. La voyant, je fus à la fois choqué et courroucer. Sur un ton autoritaire, je lui ordonnais :

Adrianna – Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ?

Il était clair qu’il s’agissait d’une voleuse, voire d’une espionne à la solde des nombreux ennemis voisins. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière. Bien que je détestais tuer, je renverrais en morceaux encore en vie cette fouineuse à ses maîtres, ainsi on verra une fois de plus ce qu’il en coutait de s’en prendre à Isis. Mais elle n’était pas typée oriental, plus occidental. Soit elle était une mercenaire, ou bien ceux de l’occident cherchaient eux aussi à nous espionner.

Adrianna – Vous ne savez donc pas qu’il est impoli d’entrer chez les gens sans être invité ? Surtout pour leur voler quoi que ce soit. Mais je suis magnanime, je vous laisse une chance de vous expliquer, car sinon…

Pour montrer que je ne plaisantais pas, je fis jaillir une boule électrique dans le creux de ma main, prête à lui être envoyer et la faire regretter son acte. Je pouvais être gentille bien souvent, mais là, j’étais fatigué et stresser par la situation géopolitique. Et encore, si Adam était là, il ne lui aurait pas laissé le temps de dire quoi que ce soit, elle serait déjà dans un piteux état.

Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 2 Sep - 17:26



J'aurais pu y rester des heures, dans cette salle au trésor !
À mon avis, peu de gens avaient eu l'occasion de contempler les merveilles qui s'y trouvaient, parce que sinon, Shiratu et son patrimoine feraient l'objet de bien plus de convoitises extérieures. Les trois quarts des pièces stockées entre ces murs m'étaient inconnues (alors que je veillais à rester informée sur tout ce qui possédait une forte valeur marchande, qu'on parle d'article existant ou de simple rumeur), et pouvaient aussi bien être des œuvres d'art censées avoir disparu, que des artefacts chargés de magie... Mon regard accrocha successivement une parure d'aspect antédiluvien, des morceaux de fresque gravés d'une écriture cunéiforme, et ce que je crus identifier comme des parchemins égyptiens (le genre qui devrait se trouver dans une bibliothèque du pays voisin... ), en plus de rutiler devant le chatoiement des pierres colorées qui brillaient à la lueur de l'éclairage du palais. Tant de richesses qui auraient pu m'assurer un avenir radieux, et je ne pouvais prendre le risque d'en emporter aucune ! C'était d'un frustrant !

Cette frustration faillit causer ma perte ; je considérais toujours d'un œil gourmand une saisissante statuette qui n'aurait jamais pu tenir sous mon pagne, la lèvre inférieure mordillée par mes dents, lorsqu'un discret son de pas me tira de mes considérations pécuniaires. La porte s'ouvrit avec fracas au moment précis où je jetais mon corps derrière un amoncellement de pièces d'or, m'accroupissant et m'enroulant sur moi-même pour que le maigre couvert me dissimule entièrement. Le souffle bloqué, les oreilles en alerte, je suivis à l'aveugle le déplacement de mon visiteur, prête à changer de cachette si son avancée l'amenait dans un coin d'où mon abri ne servirait plus à rien. Il tombait à la fois très mal, et très bien, celui-là ; très mal, parce que je ne pourrai pas ressortir avant lui de la salle, mais très bien, car à quelques secondes près, je serais tombée nez-à-nez avec lui en tentant de m'esquiver en toute discrétion... Donc l'un dans l'autre, cet imprévu demeurait préférable à une prise sur le fait.

Évidemment, je ne pus m'empêcher de jeter un œil au-dessus le tas d'or, pour découvrir à quoi ressemblait mon visiteur. Et cette dernière, en l'occurrence, avait une sacrée classe ! Disons même qu'elle se déplaçait avec un port altier, et que sa tenue trahissait une fonction royale (ce qui me fit articuler un silencieux " 'chier ! " de retour derrière ma cachette). Si Isis en personne venait d'entrer, je donnais peu cher de ma peau... Sauf, bien entendu, si sa réputation avait été exagéré, et que malgré tous ses pouvoirs, elle soit incapable de détecter ma présence.

Un éclair grésillant me détrompa sur ce point, et je glapis piteusement de surprise lorsque la foudre fit voler en pluie les pièces qui me masquaient jusque-là. La souveraine me posa l'évidente question de ma présence, ce à quoi je répondis, en m'agenouillant pour coller à l'image de la servilité :


Votre humble servante terminait juste le nettoyage des biens de votre majesté... Pardonnez-moi d'avoir mis si longtemps... Tentais-je maladroitement, avant de me figer, glacée d'effroi.

La question m'avait été posée en Anglais, or je doutais que ce soit la langue locale. En répondant dans la même langue, je m'étais trahie toute seule comme étrangère du Kahndaq. La réaction de la reine de Shiratu ne se fit pas attendre : boule d'électricité à l'appui, elle me signifia que je devais lui fournir une réponse sincère, ou subir les conséquences (très désagréables) d'un nouveau mensonge. Ok ! S'il ne me restait qu'une phrase à prononcer, il faudrait la faire compter. Préparant soigneusement ma réplique, je fis donc, en me relevant doucement :


Soyez assurée d'une chose : tout ce que je souhaite, c'est de pouvoir quitter ce palais indemne, sans que vous ayez de raisons de m'en vouloir.

Énonçais-je en défiant (un peu effrontément) la reine des yeux, parce que je savais ce qui allait suivre : Mejishen allait débouler, se jeter sur cette occasion de m'accorder mon dernier vœu en me téléportant hors de cet endroit, et je veillerai à ce que le Kahndaq e revoit plus jamais ma jolie frimousse. Du peu qu'elle savait actuellement de moi, Isis ne pourrait (enfin... Je l'espérais) jamais me retrouver.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Dim 3 Sep - 2:52

C’était une journée comme les autres, si chichis ni tracas et je me disais que bon. Peut-être qu’aujourd’hui serait parfaitement morne et sans trop d’intérêt. Ce sont des choses qui arrivent. Rarement, dans mon cas, mais qui arrivent. Je n’avais pas de blague de prévue, je n’avais pas spécialement envie de faire quoi que ce soit alors… La morne quiétude du quotidien, s’il faut dire les choses. Qu’est-ce qui pourrait bien se passer de si particulier, après tout? Oh il y aurait bien un truc mais… Ce serait trop demander je suppose. Et comme vous semblez curieux de comprendre de quoi je parle, laissez-moi éclairer votre lanterne. Je parle ici bien sûr de Selina Kyle. LA Selina Kyle, Catwoman, pour ceux qui ne connaissent pas la femme derrière le masque. Celle qui croyait dur comme fer que je suis un être venu d’une autre dimension, une génie.

Je lui pourrissais la vie presque quotidiennement et parfois plus qu’une fois par jour. Elle avait voulu se garder un vœu pour plus tard? Soit. Mais rien ne disait que je ne pouvais pas pointer le bout de mon nez dès que ce qu’elle énonçait ou même pensait se rapprochait de la chose. Et le plus beau dans tout cela c’est qu’elle avait bien trop d’orgueil pour juste souhaiter n’importe quoi et se débarrasser de moi. C’est beau la vie. Surtout pour moi. Autant vous dire donc que je ne m’attendais très certainement pas à me faire invoquer dans les prochaines heures… Et c’est bien entendu quand on s’y attend le moins que les choses se produisent le plus. Car Selina Kyle venait de formuler un souhait et en jetant un œil, je constatai qu’effectivement, il s’était mis dans de sales draps. Bon. Vous savez ce que ça veut dire. Il va falloir que j’entre en scène. Eh oui. Pas le choix.



Mejishen, génie de la quatrième dimension. Cool la transformation, non?

Donc… Je dois me présenter devant Catwoman, oui. Ceci dit, le petit hic, c’est comment. Il faut que je l’embête, sinon ce n’est pas drôle. Je veux dire… Jamais je n’accepterai de lui donner, sous les traits de Mejishen, exactement ce qu’elle veut. Absolument hors de question. Je me la joue génie d’Aladin ou Glossaryck dans Star Vs the forces of evil? Hum… C’est tellement tentant. Pourquoi ne pas mélanger les genres? À peine Selina a-t-elle formulé son souhait que j’apparais… Avec un bonnet de bain sur la tête et un gant de toilette avant de pousser une exclamation de surprise et de tenter vainement de cacher ma nudité. Facteur « lol » atteint. Si elle n’est pas plus exaspérée que soulagée de me voir, c’est qu’elle est plus coriace que je ne le pensais. Et c’est qui l’autre avec elle? Qui s’en soucie, au fond? Je dois juste exaucer un vœu et puis c’est tout… Ou pas.


« Décidément, maitresse, vous avez un sens du timing positivement affreux. Une génie ne peut même plus prendre sa douche sans être si cavalièrement convoquée. Mais soit. Soit. Un vœu est un vœu. Le dernier si mes souvenirs sont exacts. Je cite, donc : pouvoir quitter ce palais indemne, sans que la demoiselle ici présente ait de raisons de vous en vouloir. Pour commencer, quitter ce palais indemne… »

Une minute, Selina était dans le palais. La seconde suivante, nous sommes environ à un demi-kilomètre du palais. Elle, moi et… L’autre femme. Je viens tellement de la piéger avec son vœu! Mauvaise formulation. Oh ne vous inquiétez pas, je vais vous expliquer dans peu de temps. Vous verrez bien. Après tout, un vœu offre toujours matière à interprétation, c’est bien connu. Oh je peux presque sentir les dagues acérées dans le regard de Catwoman qui doit se dire que ce n’est pas du tout ce qu’elle a demandé. Ceci dit elle est chanceuse : j’aurais pu la téléporter dans un volcan actif. Elle aurait effectivement quitté le palais indemne. Les conditions d’atterrissage n’ont jamais été spécifiées, après tout… Chose certaine : je m’amuse et pas qu’un peu. Je ne vois pas pourquoi je ne me paierais pas la tête de la cambrioleuse, après tout.

« Voilà qui est fait ô maitresse. Ou devrais-je dire… Ex maitresse. Vous avez quitté le palais indemne tel que demandé et ce faisant, madame ici présente n’a aucune raison… De vous en vouloir d’avoir quitté le palais tout en étant indemne. Vous en vouloir car vous êtes une voleuse, oui. Pour ce que vous avez si clairement spécifié, non. Ne me regardez pas comme ça, je vais vous répéter ce que vous avez dit.

Vous avez dit et je cite : Soyez assurée d'une chose : tout ce que je souhaite, c'est de pouvoir quitter ce palais indemne, sans que vous ayez de raisons de m'en vouloir. Donc, tout ce que vous souhaitez c’est de quitter le palais indemne et que cet acte ne donne pas de raison à la personne à qui vous vous adressiez de vous en vouloir. J’ai obéis au pied de la lettre. Oh et Selina, ce fut un plaisir non feint que de te jouer ce petit tour. »


Je me permets même de lui tirer la langue avec toute l’insolence dont je suis capable avant d’éclater de rire. Je l’ai tellement bien piégé et j’ai été tellement une peste de la pire espèce… C’est trop beau! À tout hasard, qui c’est, l’autre? Regardons vite fait dans la tête de Catwoman. Bon apparemment cette femme s’appelle Isis et… Oh c’est trop beau, c’est la reine de ce pays! Ha ha ha ha ha! C’est presque trop beau pour être vrai. Elle a réussi à se planter sur sa formulation devant la personne la plus puissante du secteur, tout ça en pensant qu’elle réussirait à s’en sortir, comme d’habitude. Je m’étoufferais presque de rire, tiens. Ce sont des situations comme celles-ci qui forment de vrais moments d’anthologie. J’ai trop hâte de voir comment elle va essayer de s’en sortir sur ce coup-là, surtout qu’elle vient d’échouer avec l’option vœu…

« Bon, ça ne dérangera personne que je reste ici et que j’assiste à votre petit échange. Correction. Je me tape l’incruste et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur toutes les deux car me faire partir contre mon gré est atrocement difficile. Je me fais apparaitre un bol de maïs soufflé… Voilà… Et je regarde avec attention votre crêpage de chignon. Allez-y, allez-y, faites comme si je n’étais pas là… »

Eh, je suis venu, j’ai venu et je m’en irai quand le spectacle ne m’amusera plus. Et voir Selina fringuée comme une esclave, c’est hilarant. Et c’est quoi ce pays, on est à Agrabah ou quoi? Oh ne venez pas doucher mon enthousiasme. De toute façon, que voulez-vous qu’il m’arrive? Je ne suis pas la méchante de l’histoire ici, je suis la victime, esclave de la volonté de Selina, ma liberté contre un vœu, tout ça, tout ça et même que je ne connais pas la reine mais moi, quelqu’un me sort la carte du génie, j’aurais de la pitié pour le génie forcé de faire des trucs pas forcément de façon volontaire. Si je réussis à passer pour la pauvre désabusée de l’histoire, ce sera trop mortel. Mais bon hein : on verra bien ce qui va se passer. Après tout, cette nouvelle aventure ne fait que commencer et déjà, j’adore. Merci pour l’occasion, Selina…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Lun 4 Sep - 9:13







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Cette étrangère me prenait vraiment pour une idiote. Mais quand on était là pour voler, on était prêt à dire n’importe quoi, surtout après une preuve d’une grande stupidité en venant voler dans un coffre royal. Croyait-elle aussi que comme c’était une femme qui avait la régence du royaume pendant l’absence de son mari, il serait facile de venir piller les richesses sans se faire prendre. Elle avait de la chance que je ne sois pas Adam. Elle croupira juste en prison et devra subir ma terrible réprimande. Sans aucun os cassé en plus, qu’elle s’estimait heureuse.

Soudain, à travers une explosion de colère qui me surprit, à tel point que je lâchais mon éclair qui vint frapper un mur, une apparition des plus étrange nous vint. Une femme, à la peau bleue, et aux cheveux de lumière nous apparut. Non avec majesté ou mystère, mais comme si elle sortait tout droit de la douche, jouant les pudique et se cachant ses attributs. Je ne comprenais pas trop ce qu’il venait de se passer. Elles semblaient se connaître, et parlaient d’un… Vœux ? Je n’eus même pas le temps de comprendre quoi que ce soit que d’un seul coup, je sentais que je me faisais aspirer vers le haut, quittant le sol, et à travers un tourbillon, j’apparaissais-je ne savais où.

J’essayais de reprendre les esprits, de comprendre où nous étions, pendant que les deux curieuses femmes se chamaillaient. Je me mis à cracher le sable que j’avais avaler et balaya celui qui avait recouvert ma robe. Regardant tout autour de nous, je comprenais que nous étions toujours à Kahndaq, mais à de nombreux kilomètre de la capitale. C’était cette femme, à la peau bleu nuit qui nous a emmener ici. Essayant de comprendre la situation, je me retournais vers elles et sur un ton empreint d’autorité et de frustration, je leur ordonnais :

Adrianna - Vous avez intérêt à arrêter de vous disputer et me dire ce qu'il vient de se passer ! Sinon je vous fais jeter tous en prison !

Je ne plaisantais pas, nous avions des cellules vides pouvant accueillir cette maudite voleuse. Et pour la créature, nous possédions tout un tas d’artefact magique pouvant la liée et nous assurer de son comportement. Mais ne voulant arriver à de telles extrémités, je leur laisser une chance de défendre leur vie. Et au passage, rendre ce qu’elles auraient pu voler. La vie de reine n’était pas facile, pas grand monde ne vous faisait confiance, on vous croyez faible, et il ne fallait pas compter non plus sur la solidarité féminine. Homme ou femme, tous partageaient plus ou moins les mêmes préjugés et tout le monde, cherchait à exploiter la situation à son avantage. Mais je n’allais pas leur facilité la tâche, je comptais bien les dégoûter d’un tel dessin. Croisant les bras, je les fusillais du regard l’un et l’autre avec un petit sourire malicieux.

Adrianna – Et j’aimerais savoir aussi, pourquoi une djinn travaillerait pour vous. Ou du moins, que fit-elle en la compagnie d’une voleuse.

Pour moi, elle avait toutes les caractéristiques d’un djinn, la couleur de peau, les pouvoirs, les vœux… J’avais l’impression de voir se dérouler devant mes yeux, l’histoire d’Aladin, mais version femme. Mais je ne voyais pas qui jouerait le rôle du prince et du méchant vizir. Enfin, je pouvais les imaginer, mais si ce que je pensais était juste, alors ce sera bien plus que de la prison qu’elle fera. Mais oublions ces futilités fictionnelles. Nous étions dans le monde réel, et je devais éclaircir cette affaire au plus vite. Après je devais rentrer, car j’avais du travail qui m’attendais au palais.

Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 12 Sep - 17:00



En toute honnêteté, j'avais trouvé ma manière de formuler un vœu tout en ayant l'air de simplement répondre à la reine de Shiratu plutôt maligne. Le charisme de ma réplique ambivalente s'évapora comme de l'eau sous le soleil ardent du Sahara quand ma "sauveuse" débarqua affublée d'une tenue de douche, telle une comédienne de l'absurde amorçant le début de son one woman show. Évidemment, pour une intervenante extra-dimensionnelle totalement extérieure aux enjeux de la scène telle que Mejishen, ce décalage gravité/légèreté devait paraître amusant ; pour moi, en revanche, pauvre Selina Kyle prise sur le fait par une quasi-déesse courroucée et dont la survie dépendait intégralement du bon vouloir d'une génie, l'ironie manquait de sel. Tous les génies avaient-ils donc cette fâcheuse manie de vouloir constamment tout tourner en ridicule ? Ils pouvaient se le permettre, ceci dit. Mais quand même...

Tout en minaudant et en se donnant en spectacle, Mejishen se plia à ma demande. Naïvement, j'eus la brève illusion que cette aventure se terminerait vite et bien, car je m'attendais à atterrir dans mon appartement, les poches pleines de bijoux qui me mettraient Holly et moi à l'abri du besoin pour très longtemps. Le sable environnant et le relief familier du Kahndaq à perte de vue se chargea de me détromper, me laissant entièrement libre de regarder, pétrifiée, la génie (très fière d'elle) qui se gargarisait littéralement du pétrin dans lequel elle venait de m'abandonner, non sans prendre le temps de me démontrer mathématiquement que toute la responsabilité de mon sort m'incombait.


"Obéis au pied de la lettre" ? Mon œil, sale petite arnaqueuse rejetée d'un casting de navet SF ! Feulais-je en lançant un regard noir à celle qui me tirait la langue, toute hilare et contente de son tour. Tu as interprété ma formulation d'une manière bien personnelle, parce que je vois mal qui, à part une génie déterminée à me piéger, aurait pu comprendre mon dernier vœu comme "je souhaite que ce soit spécifiquement le fait que je quitte ce palais sur-le-champ qui puisse être une raison de m'en vouloir" ! Glapis-je en shootant dans le sable d'un pied sanglé de sandale, tout en sachant pertinemment que mon argument ne porterait pas.

Les vœux pouvaient quasiment toujours être interprétés d'une manière emmerdant la personne l'ayant formulée ; si Aladin n'avait jamais eu de soucis de ce côté, c'était uniquement parce que le génie de son histoire était un gars sympa, qui voyait où il espérait à en venir, et ne s'amusait pas à chercher la petite bête tel un notable acariâtre fouinant dans ses annexes pour exhiber un obscur alinéa empêchant le vœu de se réaliser de la manière attendue. Mejishen voulait me casser les pieds, et elle le pouvait (en plus, il n'était pas impossible que, d'ici quelques décennies, le recul me fasse admettre que je n'étais pas étrangère à cette envie de me punir dont cette native de la quatrième dimension bouillonnait).
Sur ces échanges très intellectuels (une référence à James Cameron, ça volait haut), une troisième voix me rappela que la terriblement puissante et terriblement en colère contre moi Isis se tenait toujours à quelques mètres de ma personne (ce qui signifiait soit que Mejishen était assez puissante pour téléporter une quasi-déesse contre la volonté de l'égale de Black Adam - flippant, soit qu'Isis pouvait elle-même se téléporter et nous avait suivi sans problème – flippant aussi, voire plus flippant).

Sa demande outrée d'explications sur ce qui venait de se jouer m'apprit qu'elle avait été victime de la téléportation (donc Mejishen était officiellement plus puissante qu'une presque déesse – et osait vouloir nous faire croire qu'elle ne pouvait pas se changer en une milliseconde lorsqu'on l'invoquait dans la troisième dimension). Entendre cette figure d'autorité souveraine peiner à comprendre ce qui lui arrivait me rassura un peu sur sa nature. Au moins, cette Isis n'était pas omnisciente (j'en étais réduite à des constats de ce genre, pour me rassurer). De plus, elle venait de me menacer (enfin, de
nous menacer, mais je voyais mal Mejishen s'en émouvoir) de prison. L'époque où une boule d'électricité m'était réservée venait apparemment de toucher à sa fin. Pour autant, je ne me précipitais pas pour répondre. Tout ce que j'avais actuellement à ma disposition pour négocier avec cette reine hyper-puissante, c'était les informations dont je disposais (Mejishen aussi, mais j'espérais très fort qu'elle ne gâcherait pas tout à nouveau) ; une fois les réponses à ses questions obtenus, la régente n'aurait plus besoin de moi, et on m'enverrait en prison. Un peu comme avec la génie, l'unique levier dont je disposais avec Isis se résumait à sa curiosité, que j'allais devoir exploiter au maximum pour m'en sortir libre et indemne. Entre ces deux superpuissances qui se sentaient très bien dans la présente situation, moi, je suais (mentalement) à grosses gouttes, pareille à une équilibriste tentant de marcher sur un fil tendu au-dessus du vide.


Je vois que tu as fait de superbes progrès quant à ton attitude vis-à-vis des gens de le troisième dimension, Mejishen. Grinçais-je.

La dernière fois, faire culpabiliser cette génie avait donné de beaux résultats, et en plus, j'avais présentement pas mal de matière à exploiter pour lui donner le mauvais rôle. S'il me fallait faire porter le chapeau à n'importe qui d'autre qu'à moi pour sauver mes fesses, je ne risquais pas d'hésiter. Croisant, moi aussi, les bras, je pris bien soin d'ouvertement ignorer les menaces d'Isis (théoriquement, j'ignorais la moins puissante des deux), la laissant mariner dans ses questions sans réponse, pour me braquer sur Mejishen (tout en guettant d'une oreille les imminentes pétarades de l'attaque militaire ennemie sur Shiratu, qui déstabiliserait peut-être suffisamment la régente pour qu'elle m'oublie et me laisse filer).


"Allez, pauvres mortelles ! Disputez-vous donc, pour mon plaisir ! Après tout, qu'ai-je à faire de votre espèce inférieure, moi qui suis une toute-puissante génie ? " L'imitais-je, d'une voix que j'avais aigre à cause de mon ressentiment à son égard, ce qui fit sortir mes répliques suivantes avec une intonation plus qu'appropriée. Merci de me donner raison, en fin de compte. Comme je le disais, tu n'en as rien à foutre, des humains. Tes belles paroles sur ton envie de mieux nous comprendre, c'était du vent. Nous sommes les crabes que tu ramasses sur la plage, avec lesquels tu joues pour te distraire, et que tu abandonnes, crevés ou non, une fois lassée. Tu n'as pas l'air de comprendre, Mejishen... Mais comment le pourrais-tu, toi pour qui nos périls mortels sont de gentilles plaisanteries résolues en un battement de cils ? Mon clou bien enfoncé, j'effectuais une transition toute naturelle vers ma situation. Figure-toi qu'il n'est pas ici question d'engueulade, Mejishen. Une voleuse ne " s'engueule " pas avec la reine méta-humaine qu'elle a dépossédée ; elle se fait simplement emprisonner à vie ou exécuter. Alors oui, pour les gens de la quatrième dimension, la différence ne doit pas être très perceptible, mais pour nous autres, pauvres mortels, c'est ce qui distingue une situation banale, de la fin de tout moment positif. Assenais-je, pauvre trentenaire en habits de servante perdue en pleine nuit au milieu du sable froid, avant de me draper dans des restes de fierté. Alors crois bien que te servir de distraction pour les dernières minutes de liberté qu'il me reste, c'est quelque-chose comme le cadet de mes préoccupations actuelles, ma grande !

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 12 Sep - 20:36

Oh bon. Tout de suite, soit des menaces ou la carte de la culpabilité. Bien essayé mais cette fois, moi, Maggie, celle qui joue le rôle de Mejishen, je refuse de plier, de céder. Que d’hypocrisie dans les paroles de Selina! Et que d’arrogance dans celles de cette soi-disant reine! Vous ne voulez pas qu’on vous déroule le tapis rouge à toutes les deux avec ça? Je ne mange pas de ce pain-là! Je vais vous faire redescendre sur Terre toutes les deux, vous allez voir, ça ne va pas trainer! Le tout en m’amusant, bien entendu, sinon, où serait l’intérêt! Je vais vous le dire moi : il n’y en a pas. Le but du personnage de Mejishen était de tirer Selina Kyle d’un faux pas, je ne pensais pas le garder si longtemps mais maintenant qu’il faut l’adapter… Faire évoluer son personnage. On dirait un mix entre Pokemon et Donjons et Dragons…

« Les filles, les filles, on se calme. Princesse Jasmine, faute de savoir ton nom, je fais juste mon boulot. J’exauce des vœux. Si tu veux, tu peux en avoir trois aussi. Il te suffit juste d’avoir le bon type d’artefact et le tour est joué. Et Selina, s’il te plait, laisse tomber les violons, tu essaies d’être la victime alors que tu voulais que je te sauves les fesses des conséquences d’un acte criminel que tu as commis… »

Quoi, vous ne pensiez quand même pas que j’allais juste partir comme ça, pouf, sans rien. Je ne veux pas que Selina finisse en prison. Je ne veux pas qu’il lui arrive malheur même si elle le mérite. Je ne veux pas entrer en conflit avec cette reine qui semble toute aussi capricieuse que ma cambrioleuse préférée. C’est marrant parce que je me demande comment aurait fini Selina si elle avait connu la richesse et la royauté. Aurait-elle été aussi… Peste? Parce que sérieusement, si on regarde les choses telles qu’elles sont, elle n’a pas super, super fière allure sa, sa majesté de je ne sais trop. Un peu d’humilité ne lui ferait pas de tort non plus. Adoptant une tenue un plus… Professionnelle… Soit le retrait des accessoires de bain pour quelque chose plus « aladdinesque », je regarde à tour de rôle  les deux fortes têtes du groupe. Quoi?

Ah si, j’ai une forte tête également mais Selina, c’est du lourd et la reine, princesse, sultane ou je ne sais trop ne laisse pas sa place non plus. Et appelez ça un sixième sens mais j’ai comme l’impression que mes talents risquent de leur être utile bientôt. Vous savez, le hasard… Ça n’existe pas vraiment, en fait. Souvent c’est provoqué par des forces que vous auriez du mal à comprendre. Si je me suis retrouvée ici, c’est plus que juste pour exaucer un vœu. Et si vous voulez mon avis? Ces bruits de guerre en arrière-plan, dans le très lointain, ce qui n’a rien de rassurant, ne sont pas étrangers à cette impression. Essayons de garder les choses civilisées. Des fois que… Nous aurions besoin de collaborer. Je ne dis pas de se faire confiance et de danser main dans la main. Je dis que si mon pressentiment est bon, il va falloir mettre de l’eau dans notre vin.


« Maintenant, considérant que mon rôle dans cette histoire est terminé, j’ai exaucé le vœu de Selina, je me dis : on a toujours besoin d’un coup de pouce magique et ma cambrioleuse préférée, si je me fies à ce que j’entends, un vœu gratuit sur le thème de je ne veux pas finir en jus par un tir de mortier me semblerait à propos. Et ton altesse, je ne dis pas que tu ne peux pas te défendre mais comme je suis là... »

Je ne vais pas en faire des amies, c’est clair. Mais face à l’adversité, c’est toujours bon d’avoir des options. Et je ne suis pas parano mais je serais presque sûre que le bruit des combats s’est rapproché. Si c’est bien le cas, ça veut dire que les ennuis arrivent plus vite que prévu. Plissant les yeux, je vois une dizaine de points dans le lointain. Ce que je ne sais pas pour le moment c’est que ce n’est pas un vol d’oiseaux (oui mais ça je le sais) mais une formation de bombardiers qui ont comme objectif d’aider avec le redéveloppement urbain du pays : tout raser pour mieux reconstruire. Maintenant, je ne suis pas une spécialiste en aviation de guerre mais je parie que précis ou pas, le souffle de ces bombes va faire plus que décoiffer Selina et la souveraine des lieux… Moi-même, Cinquième Dimension ou non, je ne compte pas tester les effets d’une bombe sur moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Jeu 14 Sep - 9:43







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Elles osaient même m’ignorer. L’intruse et la djinn se lancèrent dans leur dispute de gamines, me laissant complétement de côté. Elles avaient de la chance d’être en face de moi, car si c’était Adam, il leur aurait fait passer un sale quart d’heure et ce serait un miracle qu’elles resteraient en vie. Au moins, j’apprenais que la première femme était bien une voleuse, et la seconde, pour une raison inconnue, lui devait trois vœux. Mais cette dernière, étrangement, m’expliqua comment obtenir ses faveurs. Mais pour qui on me prenait ? La situation était suffisamment stressante comme ça, sans pour autant ajouter une voleuse présomptueuse et une djinn un peu folle.

"Non merci, tout ce que je souhaite, ce serait des explications. Et je vous le demande de manière poli malgré le fait que vous êtes entré illégalement chez moi pour me cambrioler."

Vraiment beaucoup de chance. Et même si j’ignorais la puissance exacte du djinn, je n’avais pas peur de me mesurer à elle et la mettre hors d’état de nuire. On devrait avoir une lampe quelque part pouvant lui servir de nouvelle maison. Mon intention fut détournée par le bruit d’explosion et de cris se trouvant derrière nous. Me retournant inquiète, je découvris avec horreur des machines de guerre s’en prendre à Shiratu. Une tempête de feu dévorait les murs de la belle ville comme un monstre sortit de la douât. Comment une telle chose était possible ? Aucun signe d’avancer ennemi ne fut relevé. Peu importe, je devais sauver mon peuple de ce massacre coûte que coûte. Black Adam n’étant pas là, je devrais devenir la nouvelle déesse guerrière pour repousser l’envahisseur.

La djinn laissa entendre que je pouvais avoir besoin de son aide. Sur le coup, je les dévisageais. Pourquoi aurais-je besoin de l’aide de ces deux femmes ? Elles voulaient me nuire en volant dans le coffre royal. Alors pourquoi vouloir se mêler d’une histoire qui ne les concernait pas ? La situation était de plus en plus tendue, et je n’arrivais plus à réfléchir comme avant de la meilleure stratégie à adopter. Sans doute, chaque plan était aussi bon que mauvais les uns des autres. Mais je ne voyais pas trop en quoi leur aide me serait profitable, si ce n’est obtenir grâce après s'être fait prendre la main dans le sac, où plutôt dans le coffre.

"Et pourquoi j’aurais besoin de vous ? A part le cambriolage, je ne vois pas en quoi et pourquoi vous m’aideriez."

Soudain, le tir d’un obus fendit l’air et menaça d’exploser juste à côté de nous. D’un éclair, je le fis exploser à plusieurs mètres au-dessus de notre tête, créant juste plus de peur que de mal. D’une main, je devrais pouvoir les repousser, et les responsables de cette folie seront arrêter et condamner pour leur crime. Mais je devais agir et vite, la vie de milliers de personnes était en jeu.

"Si c’est pour le vol, gardez donc ces babioles avec vous. Elles n’ont aucune valeurs, j’espères qu’au moins que cela vous contentera."

Les bijoux en or et argent n’avaient aucune réelle valeur pour moi. Le plus important était la vie, la sécurité des miens. La preuve, la plupart de ces objets que beaucoup convoités auraient fini échanger contre de l’argent afin d’aider le peuple. Tout ce que je gardais pour moi, c’était les cadeaux de mon époux. Le reste, je le donnais volontiers au peuple qui en avait bien plus besoin. Il était dommage de voir que peu de personne partageaient ces valeurs, mais je savais que ce monde était rempli d’être très égoïste.
Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 28 Oct - 15:30

HRP : Toutes mes plus plates excuses à vous deux pour ce retaaaaaaaard  



Cambrioleuse préférée ? Relevais-je d'un ton soudainement intéressé, lorsque Mejishen laissa échapper (volontairement ?) cette petite caresse à mon ego.

La mention négligée d'un vœu gratuit capta également mon attention sélective, quant bien même le fait d'avoir un souhait s'était progressivement changé en torture psychologique pour moi ces derniers temps. Des profits délicieux en perspectives me montaient déjà au cerveau, repoussant un peu en arrière-plan la gravité de ma position actuelle (avec un vœu en poche, la crainte de finir en cellule s'évapora de mon esprit... Même si Mejishen avait pris soin cette fois d'inclure la petite ligne "ce vœu doit servir à empêcher une attaque militaire" dans son contrat oral).

Beaucoup de choses se dirent pendant que je rêvassais, principalement des échanges de postures entre deux volontés qui se savaient très puissantes et pensaient chacune pouvoir surmonter l'autre. Je n'eus même pas à verser de l'huile sur le feu pour qu'on cesse de s'intéresser à mon cas, ce qui m'arrangeait très bien : j'avais de mon côté un avion à prendre pour Gotham, et des pierres précieuses à écouler au Bowery. En plus, qui pouvait me reprocher d'abandonner à deux femmes extrêmement compétentes la défense de Shiratu ? " Jasmine " (Mejishen avait décidément trop regardé
Aladdin) elle-même souligna l'inutilité totale que j'aurais pu avoir dans l'affaire, après qu'elle eut pulvérisé un missile d'une décharge électrique. Elle paraissait tout à fait disposée à nous laisser partir... Et je ne tardai pas à comprendre pourquoi.

Les pierres étaient fausses. La régente me l'apprit sèchement, m'indiquant que tout ce que j'avais pris dans ses coffres n'avait aucune valeur (logique ; je trouvais aussi qu'il avait été étonnamment simple de détrousser un couple de méta-humains). Pour de fausses pierres, elles étaient incroyablement bien faites (la preuve : je m'étais faite avoir). J'envisageais une seconde de partir avec quand même, avant de réaliser qu'aucun acheteur ne tomberait dans le panneau. Plus personne n'achetait des pierres précieuses sans en vérifier scrupuleusement l'authenticité (et j'avais déjà assez d'ennemis sans en plus m'amuser à essayer d'arnaquer des revendeurs de diamants).


Tu as entendu, Mejishen ? On ne veut pas de notre aide.

J'allais jouer gros, miser sur le fait que la génie de la quatrième dimension m'appréciait peut-être un tout petit peu plus qu'elle n'appréciait la compagne de Black Adam. Mon regard se porta sur la reine, puis sur les troupes hostiles qui avançaient vers sa capitale. J'arquais un sourcil.

On devrait peut-être aller proposer à l'autre camp notre aide, plutôt ? Si on capturait la reine du Kahndaq pour la leur livrer, ils devraient nous accueillir à bras ouverts, j'imagine... Je m'engageais sur une pente affreusement glissante - mais juste une seconde, uniquement pour pouvoir amener mon argument suivant. ... En plus, rien ne me dit que ce ne sont pas eux, les gentils de l'histoire. Que ces soldats ne viennent pas mettre fin à une dictature qui aurait trop duré. Après tout, ce pays est quand même dirigé par un type connu et célèbre pour sa dangerosité, non ? Taclais-je, avant de risquer le tout pour le tout.

Moi, je dis qu'un petit exercice d'humilité s'impose. Mejishen ? Si ta proposition de vœu tient toujours, je souhaiterais que cette femme (Isis, reine du Kahndaq et épouse de Black Adam) et moi, Selina Kyle, échangions nos pouvoirs, le temps que cet assaut sur la ville de Shiratu soit résolu d'une manière ou d'une autre. Articulais-je, cette fois-ci plus déterminée à ne pas laisser de place à une mauvaise interprétation de ma demande.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Dim 29 Oct - 1:23

Manque de bol, Selina, la politique m’ennuie. Si tu espérais me convaincre d’abonder dans ton sens avec une possible récompense ou je ne sais quoi… Pas intéressée. Trouve quelqu’un d’autre. Moi je veux m’amuser et transformer des pièces d’artillerie en guimauve, c’est rigolo. Et puis les explications, ce n’est pas à moi de les donner. Non vraiment, ma cambrioleuse préférée, si tu espérais que je te sauve les fesses, tu as mal cru. Je veux te voir te tortiller comme un ver et essayer de te sortir de ce faux pas toute seule, comme une grande. Et en plus tu voulais me contraindre à faire de vilaines choses… Je peux parier que la reine de ces lieux ne sera pas très enchantée par tes manigances… Je dis ça, je dis rien, naturellement. Mais en même temps… Selina avec des pouvoirs quasi divins, ce serait presque drôle. Parce que soyons honnêtes.

Elle ne deviendra pas une meilleure personne parce qu’elle a des super pouvoirs. Au contraire, ses mauvais côtés n’en seront que davantage exacerbés. Je suis peut-être une fière représentante du chaos mais je ne suis pas stupide non plus. Si je fais ça… Hum… Oh… Oh que voilà une délicieuse, délicieuse idée. Oh Maggie je t’aime, tu es tellement géniale. Chut, grande folle, avec les compliments, tu vas me faire rougir. Non mais je t’assure, où vas-tu chercher tout ça? Comment ça, ça suffit l’autocongratulation? Je vous dis merde! Écoutez mon plan génial et vous allez bien voir que toutes ces fleurs sont largement méritées. Je vais aider la « gentille reine » et son pays tout en permettant à Selina d’expérimenter les choses avec une toute nouvelle perspective. Papa serait tellement fier de moi s’il me voyait, il verserait même une larme, tiens…


« J’ai une meilleure idée. Selina, pour la durée de cet effort de défense de ce pays, tu n’es pas Selina. Puisqu’on joue dans un décor pseudo égyptien, tu es Bastet, la déesse cambrioleuse! Tu as des super pouvoirs… Mais seulement : un, pendant la durée de l’attaque et deux, seulement dans ce pays. Ensuite, chaque fois que tu feras quelque chose d’égoïste ou de moralement répréhensible… Tu perdras en puissance!

Tu peux perdre et pour regagner, tu dois poser un vrai geste altruiste. Si tu ne le penses pas sincèrement, tu perdras encore plus de tes pouvoirs. Les paris sont ouverts : combien de temps vas-tu tenir avant de redevenir une simple mortelle? Et puis bon, ton altesse, vous ne serez pas trop de deux pour défendre ton royaume. Moi? Oh moi je suis une génie farceuse alors… Je saurai m’occuper comme une grande fille! »


Mwahaha! Au vu de la nature égoïste de Selina, je lui donne quoi? Même pas quinze minutes. Elle ne serait pas capable de poser un geste bon et généreux même si sa vie en dépendait. Je l’ai vu agir et égoïste comme elle est… C’est vraiment très décevant. Je ne dis pas qu’elle n’est pas capable de faire de bonnes choses, je dis juste qu’à la voir agir, on dirait que c’est presque contre sa nature. Moi? Je ne suis pas inquiète. Vous pensez vraiment que je lui donnerais des pouvoirs capables de me faire du mal? Jamais voyons. Oh si elle veut botter les fesses d’Isis, elle peut toujours essayer. Mais j’ai clairement dit que si elle faisait la vilaine, il lui en coûterait et je le pensais pour de vrai. Ton vœu gratuit, mes règles. À cheval donné, on ne regarde pas la bride, comme on dit. Et là… Je t’ai donné plus que généreusement, ô mon ex maitresse.

Et Isis dans tout ça? Je ne lui ai rien fait. Elle n’a donc pas de raison de me faire quelque chose. Je reste évidemment potentiellement une complice de Selina et celui qui vient d’en faire une presque déesse mais ça ne fait pas de moi son ennemie pour autant. Enfin. En toute logique. Mais la logique et les êtres mortels font souvent deux, ce n’est pas faux de le dire. D’une certaine façon, je lui donne des renforts pour défendre son peuple. Des milliers d’âmes, comme on peut le constater. Moi? Toute aide serait la bienvenue. Mais Isis n’est pas moi. Va-t-elle accepter ou refuser? C’est son pays mais un pays « amputé » d’un protecteur. Black Adam n’est pas là pour défendre ses terres et donc il faudra bien faire avec les moyens du bord… Ou faire front seule et risquer un drame. Le cœur d’une reine est-il plus orienté vers sa personne… Ou vers son peuple et son royaume?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Lun 30 Oct - 10:53







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Je croyais halluciner. Cette petite voleuse ne manquait pas de toupet. Elle se permettait de voler dans un pays étranger, pour ensuite insinuer que c’était nous les méchants dans ce conflit. Cela me mit hors de moi. D’ordinaire, je cherchais toujours à privilégiée la diplomatie et la compassion lors d’échange, mais là, elles me poussaient à bout depuis le début. Et voilà qu’elle proposait qu’on échange nos places. Non mais je rêvais quoi, pour qui elle se prenait ? Je m’inquiétais beaucoup pour le sort de mon peuple, alors je n’allais pas confier une telle responsabilité à la première voleuse mal attentionné venue. Je n’étais pas idiote. Tiens justement, vue qu’elle menaçait de me livrer à l’ennemi, autant lui faire comprendre par la parole son idiotie. Bras croisé, je la défiais du regard.

"Mais bien entendu... Je suis sûr même que vous aurez une bonne place dans leur cœur après ça, si ce n'est dans leur cuisine, ou leur lit."

À Kanhdaq, les femmes avaient bien plus de droits et de libertés que chez nos voisins. Quand la révolution fut lancer et que le tyran fut chassé, tout le peuple put profiter des bien fait de la liberté à pieds égaux. C’est ce qui n’a pas beaucoup plus à nos voisins, ça et les richesses qui donnaient envie. Croyez-moi, s’ils venaient à prendre le contrôle du pays, la situation ressemblerait à celle du moyen-âge, pire. Les luttes menaient pour la paix et la liberté seraient rendus à néant, tout ça à cause d’une femme ne sachant pas se retenir. Mon intention fut par la suite attirée celle qui se nommait Mejishen. Bien que méfiante, j’écoutais son idée jusqu’au bout, et cela, à la longue, commençait à me plaire. Une seconde déesse protectrice qui devra se tenir à un code de bonne conduite pour ne pas se transformer en chaton. Cette djinn avait le sens des affaires, et de la diplomatie. Un sourire approbateur se dessina sur mes lèvres.

"Si tu tiens parole Djinn, je vote pour ton idée. A nous trois donc, nous pourrions chasser ces impudents qui veulent massacrer les innocents. Mais j’imagine que tu t’attends à quelques choses en retour, car le sort des mortels ne doit guère t’intéresser."

On attend toujours quelque chose dans ce genre de situation. Surtout quand on avait de si grand pouvoir et qu’on se souciait de si peu du sort des autres. Ça, je ne l’avais que trop vue, une bien longue liste qui serait que perte de temps de la citer.  Mais le temps nous pressait, pendant que nous discutions, l’armée ennemi se tenait aux portes de la ville et dans très peu de temps, ce sera un massacre dont personne, même pas moi, ne pourrait supporter. Je ne pouvais pas voir mes enfants souffrir, il fallait agir et vite.

"Si vous voulez aider, soit. Repoussez l’envahisseur et j’oublierais la tentative de vol et le kidnapping. Mais il faut savoir qui est derrière tout cela, car se contenter de chasser l’ennemi ne suffira pas, il faut neutraliser le chef de meute. Si tu es si bonne voleuse, sous la forme de Bastet, tu pourrais réussir à dénicher l’information je suppose."

Code par Asi'click



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 7 Nov - 12:08



Dire que j'y avais réellement cru, à ce vœu gratuit. Évidemment qu'il ne s'agissait pas d'un vrai souhait concrétisant précisément ce que j'avais demandé. Mejishen s'était contentée de me suspendre une carotte devant le nez afin de me tester, et en m'en emparant avec avidité, j'avais encore une fois trahi mon empressement à vouloir tirer la couverture à moi. On aurait pu s'attendre à ce que je sois un peu plus lucide sur la valeur d'une offre de cette génie de la quatrième dimension, après tout ce temps passé à faire les frais de son sens de l'humour... Mais non. Heureusement que je ne me ridiculisais qu'auprès d'une femme qui n'avait déjà pas une formidable considération pour la cambrioleuse que j'étais (j'arquais silencieusement un sourcil en l'entendant m'apprendre que, si j'espérais négocier une place de choix dans la nouvellement libérée Kahndaq, je me fourrais le doigt dans l’œil).

Grâce à Mejishen, mon corps entier se mit à fourmiller d'énergie, de vigueur, de puissance. La nuit, auparavant indéchiffrable et opaque, s'éclaira tout à coup, de même que les sons et les odeurs me vinrent soudainement amplifiés. Au moins, on ne m'avait pas mentie sur ce point-là : je devenais bien une déesse... Ou au minimum, une surhumaine (n'ayant jamais eu de super-pouvoirs, je me voyais mal juger si mes capacités actuelles relevaient d'un Superman en petite forme ou d'une déité boostée aux stéroïdes). Je me sentais... Puissante. Rapide. Agile. Et investie de tout un tas de dons dont j'ignorais la fonction précise, mais qui étaient présents en moi. La sensation avait de quoi déstabiliser : on aurait dit que je venais d'enfiler un manteau aux poches remplis de gadgets dont je sentais le poids et la présence tout en ignorant leur nature. Curieuse comme je l'étais, je fis donc jouer mes capacités, une à une, craintivement.
Pouf ! Griffes rétractiles.
Pouf ! Téléportation.
Pouf ! Métamorphose en panthère noire.
Pouf ! Création de doubles illusoires.


Sympa... Murmurais-je, en observant les doublures de moi-même, plus vraies que nature (elles me sourirent malicieusement en retour).

Tandis que les deux autres vraies femmes présentes devisaient, mes yeux détaillèrent la responsable de mon nouveau statut. Les règles qu'elle m'avait énoncées prêtaient à énormément d'interprétation de sa part, et je sentis me démanger l'envie de la titiller en jouant sur les mots... Avant de me raviser. Si je mentionnais une faille à voix haute, elle la comblerait, et si elle sentait que je ne faisais pas ce qu'elle attendait de moi, je perdrais tout bonnement mes pouvoirs, au nom d'une règle arbitrairement établie. Son cadeau n'était qu'un moyen déguisé de m'encourager à faire ce qu'elle attendait de moi, à savoir aider madame la reine à repousser l'envahisseur. Une génie pour me servir de bonne conscience... Jamais Bruce ne me croirait. Encore que "bonne conscience" soit un terme légèrement excessif : Mejishen aimait trop s'amuser pour égaler le professionnalisme d'un Jiminy Cricket. D'ailleurs, je la suspectais fortement de m'avoir déifiée sous conditions parce qu'elle trouvait ça aussi amusant et distrayant que de me tendre un bâton en attendant que je frappe ma propre figure avec.

Ironie déplaisante, l'épouse de Black Adam semblait en meilleure entente avec la "djinn" depuis qu'elles se relayaient pour recadrer ; la preuve en était que la toute-puissante Isis se tenait désormais disposée à nous récompenser l'une comme l'autre pour notre aide, là où, quelques minutes plus tôt, elle boudait notre participation de vulgaires voleuses. L'entendre promettre une récompense à une créature qui ne manquait de rien et n'était là que par son bon vouloir m'arracha un sourire amusé ; je roulais ensuite des yeux en apprenant que le cadeau évoqué s'avérerait n'être qu'un effacement d'ardoise, et rien de plus substantiel.


Votre seigneurie est trop bonne. La remerciais-je malgré tout (du bout des lèvres), juste au cas où Mejishen considérerait une absence de réaction de ma part comme un motif suffisant pour me grignoter des dons.

Je ne pouvais qu'aider, en fin de compte. Rester inactive serait considéré comme une attitude égoïste, et quoi qu'il advienne, je ne pouvais espérer quitter le pays qu'en méritant, aux yeux de l'autorité locale, mon ticket de sortie. D'une pensée, je fis évoluer ma tenue pour retrouver ma combinaison noire, substituant simplement mes lunettes (inutiles) par un masque noir de chat. La magie (ou quoi que ce soit qui alimentait mes capacités) aidant, je pus faire jaillir mes griffes sans endommager mes gants (les trous créés se rebouchaient comme par enchantement). Tout en admirant le phénomène, je me permis de glisser d'un timbre suave de fausse politesse :


Inutile de promettre quoi que ce soit à Mejishen, majesté ; elle est juste là parce qu'elle trouve la situation "distrayante". Souris-je, bien consciente que la reine pouvait très mal prendre le fait que le péril de son peuple soit traité avec autant de légèreté par la génie (la confession n'était, en plus, ni moralement répréhensible, ni égoïste, donc cet aveu ne devait – en théorie – pas entamer mon capital super-pouvoirs).

Le Hasard voulut que je sois déjà en possession de l'information que convoitais Isis, à savoir le nom du commanditaire de l'assaut... Que je soupçonnais personnellement d'être manipulé par une puissance étrangère non-africaine. Juste parce que je le pouvais, je repris la forme d'une élégante panthère noire aux yeux d'émeraude qui s'accroupit sur une dune pour lorgner d'un air placide les troupes armées qui déferlaient sur Shiratu. Ma voix s'éleva, sortant inchangée d'un larynx de grand prédateur :


Le "chef de meute" est un certain général Ahk-Ton. Je ne suis pas sûre que la vraie Bastet aurait trouvé l'information aussi vite. Comme son grade le suggère, je l'imagine plus planqué loin dans l'arrière-ligne qu'au front avec les soldats. Par contre, si je puis me permettre, mieux vaudrait l'interroger avant de le supprimer, juste au cas où il ne serait qu'un intermédiaire... Et comme j'ignorais toujours l'étendue de mes nouveaux talents, impossible de savoir si je possédais le moindre pouvoir pour lire les esprits humains, forcer quelqu'un à passer aux aveux, ou plus bêtement infliger une insoutenable douleur sans risquer de tuer – d'où le fait que je laissais implicitement la main à Isis (ou Mejishen) en m'ébrouant.

Un rugissement de mise en garde retentit parmi les dunes, comme un feulement charriant la puissance du tonnerre. J'avais naïvement poussé mes cordes vocales à plein volume, sans m'attendre à un résultat aussi... Audible. La déflagration sonore parut même déstabiliser les appareils volants (un effet secondaire inattendu, mais bienvenu). Le frisson d'une excitation agressive me hérissa le poils : je venais de faire savoir à toute une armada de soldats qu'ils me trouveraient sur leur chemin, et pour une fois, je n'allais pas détaler sans demander mon reste. Stimulée par la quasi-certitude que je devais être insensible aux balles (ou assez rapide pour les esquiver. Ou capable de me téléporter avant qu'elles ne me touchent), je m'élançais droit sur eux, un bolide de crocs et de griffes qui allait joyeusement leur montrer qu'ils n'étaient pas de taille, contre moi !


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 7 Nov - 15:43

[i]Oh qu’on va s’amuser! N’est-ce pas là le but même de l’existence? Moi je dis que oui! Si vous n’êtes pas d’accord bien… Ça vous regarde. Moi? Comme vous les Humains, j’ai mes croyances et mes convictions. Catwoman peut bien penser que je lui fais une offre injuste et en conséquence de quoi, elle essaie de me faire mal paraitre devant la souveraine des lieux (Inutile de promettre quoi que ce soit à Mejishen, majesté ; elle est juste là parce qu'elle trouve la situation « distrayante ».) mais elle ne réussira pas pour une raison toute simple : je viens de lui offrir une deuxième défenderesse pour protéger sa population. Et comme en plus c’est parfaitement vrai… Je ne lui en tiendrai pas rigueur. Pas de pénalité pour la vilaine, vilaine fille qu’est Selina. Je la regarde s’extasier de ses nouveaux pouvoirs avant qu’elle ne nous lâche une info.

Bah vous savez, le méchant de l’histoire peut s’appeler comme il veut, je m’en moque un peu. Tout ce qui importe c’est d’aller lui montrer que tous ces jouets ne servent pas à grand-chose quand l’opposition est composée d’êtres surhumains voire carrément surnaturels. Bon, je vais m’occuper de l’artillerie, que j’annonce le plus nonchalamment du monde, comme si j’annonçais que j’allais faire les courses. Je commence à chantonner tout en me dirigeant vers la sortie de la ville avant de me téléporter jusqu’aux lignes ennemies. Les artilleurs du camp adverse ouvrent de grands yeux ronds car je débarque visiblement de nulle part. Je les salue et les soldats en charge de la sécurité tentent de me tirer dessus… Sans succès. Soit leurs armes refusent de fonctionner, soient ils tirent à côté comme si quelque chose repoussait les projectiles. Cinquième Dimension quoi.

Vos lois ne sont pas mes lois. Je pense avec deux dimensions de plus et par conséquent, votre physique (la discipline scientifique) est bien peu de choses à mes yeux. Je commence à poser toutes sortes de questions et plutôt que de risquer de s’attirer les foudres d’une entité clairement capable de les décimer sans trop d’efforts, ils décident de collaborer et de me parler. Ils m’expliquent le fonctionnement de toutes ces armes à longue portée, ce que ça peut faire comme destruction et tout et je leur demande si ce ne serait pas mieux de tenter de répandre la joie au lieu de répandre la terreur. Que peut-être que ça inciterait leurs ennemis à vouloir négocier avec eux. La paix, c’est cool, que je leur dit. Et pour prouver mon point, je pointe différentes pièces du doigt et lors de la salve suivante… SURPRISE! Ah mais si vous pouviez voir leur tête. Hilarant!

Les obus explosent en plein ciel, faisant pleuvoir du maïs soufflé sur la ville. Moi je dis toujours que les choses se regardent mieux avec du « popcorn ». Absolument inoffensifs, ces canons, maintenant. Sauf qu’apparemment, l’officier responsable débarque et me fait clairement savoir son mécontentement. Il pense pouvoir m’intimider? Je lui dis que je vais compter jusqu’à trois et que s’il ne s’est pas calmé, il va le regretter. Ses subordonnés font de grands gestes pour l’inciter à collaborer mais… Sans succès. Au terme de mon décompte, il continue de m’injurier alors je claque des doigts et toutes les pièces d’artillerie se changent en guimauve. De la VRAIE guimauve. Vous pourriez manger les mortiers et autres trucs. Je t’avais prévenu, que je lui dis en lui tirant la langue et de réapparaitre auprès de Catwoman et Isis. La menace à longue portée? Neutralisée!


« Leurs pièces d’artillerie ayant été changées en guimauve, je doute qu’elles constituent une menace dans un futur proche. Reste l’infanterie, les forces mécanisées, ce genre de choses mais à moins d’envoyer l’aviation, la ville ne verra plus la mort tomber du ciel. Ce que je m’amuse, on devrait stopper une guerre plus souvent! Bah quoi, ne me regardez pas comme ça, j’adore m’amuser, c’est tout! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Jeu 9 Nov - 13:09







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



La voleuse s’amusait avec ses nouveaux pouvoirs, comme une enfant qui venait de recevoir un super jouet qui venait juste de sortir. Voilà pourquoi, le pouvoir ne pouvait être confié à n’importe qui. Il fallait avoir un certain sens des responsabilités, et un peu de maturité. Malheureusement, peu de personne dans ce monde possédaient ses qualités, il n’y avait qu’à voir Selina. Heureusement que Mejishen lui avait imposer des limites, sinon je n’osais imaginer ce que cette femme aurait pu commettre. On pouvait après me traiter de femme injuste, de tyran, car je refusais de confier du pouvoir à n’importe qui, mais il fallait voir les candidats. Adam lui-même à dû faire attention, et bien réfléchir avant de me confier une telle responsabilité. Et loin de me sentir offenser, je fus au contraire honoré de savoir qu’il a pris le temps d’y réfléchir et qu’il est agi avec sagesse.

"Quelle soit là pour se distraire ou non, ses raisons m'importe peu. Toutes aides est la bienvenue."

Sous son apparence féline, la voleuse me dévoila ce qu’elle savait déjà sur les envahisseurs. Comment le savait-elle ? Aucune idée, et quelque chose me disait que je n’aimerais pas la réponse. Aller savoir, elle était sans doute espionne en plus de voleuse, comment faire confiance à une personne comme elle. Mais bon, une rapide vérification mentale me suffisait à connaître la sincérité de ses paroles. Pour ses motivations, on n’en reparlera, mais pour le moment, ses informations furent très précieuses.

"Ahk-Ton ?! J’aurais dû m’en douter. Cette fois-ci, il est allé trop loin, et je vais m’assurer qu’il ne pose plus le moindre problème."

Assez discuter, l’armée ennemie était aux portes de la ville à présent. Mejishen disparus, nous laissant seul. Avait-elle changé d’avis ? Non, pas du tout, j’eus confirmation quand je vis les missiles et obus exploser en pop-corn et retombé sur la cité, suivit de toute l’artillerie lourde changée en un éclair en confiserie. Avec de tels pouvoirs, la djinn pouvait stopper à elle seule toute cette guerre en un claquement de doigts. Pourquoi ne pas agir ainsi ? Sans doute avait-elle ses raisons, et comme de grands pouvoirs impliquaient de grandes responsabilités, elle ne voulait sans doute pas abuser, ou bien manquait elle de maturité pour les exploiter. Inutile d’en débattre.

Mejishen, nous réapparut pour nous faire un petit topo de ses exploits. Je la regardais un peu de travers, à cause de la façon décomplexé qu’elle avait de parler de la situation. Tout cela n’avait rien à voir avec un jeu, des gens souffraient, c’était la guerre. Un moment noir qui poussait les gens dans leur retranchement. Finalement, elle devait bien manquer de responsabilité, et je me disais aussi, qu’il n’y en avait pas une pour rattraper l’autre. Je me mis à lever les yeux au ciel, en signe de désespoir. Un tel comportement était choquant.

"Vouloir stopper une guerre est quelque chose de louable. Mais le faire pour s'amuser, alors que des innocents souffrent dans ces conflits, je trouve cela irrespectueux. Mais bon. Bastet ? Tu peux t'amuser avec les première ligne. Quant à moi, je compte couper directement la tête du serpent en confrontant leur chef. Cela devrait arrêter cette guerre rapidement."

Je comptais bien sur Selina pour empêcher les forces ennemies d’approcher de plus la capitale. Cela devrait me donner le temps de retrouver le sale traître et le faire tomber de son piédestal. À chaque fois, il s’en sortait lorsqu’il devait assumer les conséquences de ses actes. Mais à présent, je pensais faire pencher la balance de notre côté, trainer ce vaurien devant la justice et l’enfermer à vie dans un cachot. Je détestais le meurtre, et parfois, une punition à vie était bien pire que la mort et je comptais bien qu’il se sente assez honteux pour éviter de recommencer.

M’envolant dans les airs, je me mis à flotter, lançant un dernier regard méfiant aux deux jeunes femmes. Finalement, je leur confié de la responsabilité, et elles n’avaient pas intérêt à tout gâcher, et donc me faire regretter ma décision.

"Je compte sur vous, empêchez les d’approches davantage de la ville."

Puis je m’envolais au-dessus du combat pour retrouver la cachette d’Ahk-Ton et faire sortir ce rat de sa planque. Bien que je pensais encore user de diplomatie, je ne comptais pas me montrer très magnanime. Il était allé trop loin, et je comptais lui laisser un reste de dignité, s’il acceptait de faire demi-tour et qu’il se rendait.
Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Jeu 23 Nov - 18:01



Le monde devint soudainement flou, autour de moi. Je venais de démarrer ma course à pleine puissance sans connaître à l'avance ma vitesse de pointe, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle s'avérait... Ahurissante ! Mes muscles agissaient d'eux-même, me laissant la liberté de savourer ce qui se passait sans avoir à me focaliser sur mes mouvements. Les soldats ennemis qui braillaient en me tirant dessus grandissaient à vue d’œil, alors qu'ils se trouvaient pratiquement à l'horizon au départ de mon sprint. J'avais littéralement la célérité d'une balle, conjuguée à une souplesse infinie ! Malgré ma vitesse de formule un, je n'eus aucun mal à serpenter loin des tirs, jouant parfois à laisser un projectile me frôler pour démontrer l'écart de puissance qui existait entre moi et mes... Proies. Pour un peu, je me serais sentie d'humeur à manger de la chair humaine, tant ce sentiment d'hyper-puissance réveillant mes instincts de prédation. Sauf que j'étais Selina Kyle la cambrioleuse, juste gonflée à bloc par une dose temporaire de super-pouvoirs. Si je commençais déjà à devenir accro à ma situation actuelle, bientôt, on me retrouverait à supplier Mejishen de m'accorder une nouvelle séance de " Bastetisation ", en échange de tout ou n'importe quoi.

Mon odorat félin capta  d'ailleurs les odeurs sucrées des dernières facéties de la génie à peu près au moment où mes griffèrent rencontrèrent leur première victime. Un simple mouvement de cisaillement croisé gauche/droite avec mes pattes avants éventra l'homme malgré son kevlar, humidifiant le sable du désert avec son sang. La réaction ralentie de ses camarades m'indiqua que j'agissais toujours à une vitesse trop rapide pour l’œil humain, ce qui m'offrit un délai suffisant pour ponctuer mon assaut d'un assourdissant rugissement... Et de découvrir que je pouvais également produire des rafales sonores, en cas de besoin (un moyen non-létal de neutraliser plusieurs opposants... Cool !). Cela étant, il restait encore des dizaines et des dizaines de soldats éparpillés pleinement actifs, qui me savaient à présent dangereuse ; je repartis sans m'étendre plus que nécessaire, en entendant les balles siffler sur mes talons, et les ordres de tirs être repris en écho.

Tuer un soldat devait compter comme un acte « moralement répréhensible », puisque je ne pus pas me téléporter vers un peloton distant, m'obligeant à laminer les rangs de proche en proche (beaucoup plus laborieux, mais apparemment assez effrayant malgré tout). Mes doubles illusoires me préservèrent des balles en plus d'une occasion, ce qui contrebalançait le fait qu'ils soient intangibles (et donc totalement inutiles au combat). En revanche, pour occuper l'artillerie et gêner la visée des blindés, mes hologrammes magiques fonctionnaient à merveille, en plus de me demander un effort mental minime ! De mon côté, je me mis à privilégier les frappes pour assommer et les charges aux éventrations, parce que je me voyais mal gaspiller mon stock de pouvoirs juste pour satisfaire une certaine envie de meurtre (si une victime me privait d'une capacité, alors je pouvais me retrouver simple humaine après l'élimination d'une seule escouade ! Et alors, bon courage Selina pour rester en vie). Un peu tardivement, sans doute, je pris également conscience du fait que je comprenais les soldats, quand ils parlaient (et me suppliaient de les épargner). Au début, j'ignorai les déclarations des uns et des autres... Puis je me rendis compte que des voix plus en retrait et moins paniquées discutaient d'un sujet visiblement important. En me lançant dans les airs, je fis volter mon corps, tout en projetant mes griffes hors de mes pattes comme autant de dards à trois cents soixante degrés autour de moi (rien de mortel, mais les barbillons risquaient d'handicaper longtemps ceux chez qui ils s'étaient fichés). De retour sur mes appuis, je n'eus pas à le vérifier pour sentir que de nouvelles griffes avaient poussé. Mes oreilles pivotèrent en direction de la provenance des dialogues radios d'une importance capitale, et le soulagement dans le ton des gradés me chatouilla les tympans. Il y en avait une que je ferais mieux d'avertir...

Nouveau rugissement, cette fois-ci pour faire jaillir du sol une armée de petits félins de sable, qui griffèrent et mordirent nos ennemis. Sans téléportation pour rejoindre Isis en un battement de cils, j'avais besoin d'une distraction pour laisser le temps à mon message de lui parvenir. Intuitivement, mon esprit se focalisa sur la destinatrice, et je sentis (avant de la voir) une panthère immatérielle faite de brume filer vers la reine du Kahndaq pour lui répéter les mots que j'avais mentalement prononcés.


Ahk-Ton s'attend à recevoir de la visite, et, apparemment, il a hâte de pouvoir « vérifier à quel point il s'est rapproché des dieux ». Il ne serait pas le premier militaire un peu ambitieux à avoir mis la main sur un moyen quelconque d'obtenir des capacités. Enfin... Rien qui ne vaille les dons d'une véritable déesse, j'imagine.

Était-ce assez désintéressé ? J'allais le savoir rapidement, puisque mon mouvement suivant fut de commencer à me téléporter entre les positions ennemies, pour harceler aléatoirement les troupes, et les contraindre à l'immobilité le temps de trouver le moyen de me neutraliser. Ce qu'ils pouvaient très bien réussir à faire, étant donné que j'en savais autant qu'eux, sur l'étendue de mes pouvoirs... Or, quelque-chose me disait que de demander un manuel à Mejishen serait peine perdue : elle devait trouver beaucoup plus rigolo de me voir tâtonner au milieu des balles, du popcorn, des flammes et de la guimauve.


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Jeu 23 Nov - 19:46

Je ne sais pas si les autres s’amusent mais moi oui, clairement. J’ai neutralisé l’artillerie et Selina utilise ses nouveaux pouvoirs pour paralyser l’infanterie et les chars. Ce qui m’inquiète, par contre, ce sont les forces aériennes. Je ne peux pas les transformer en guimauve, imaginez que le pilote soit incapable de sauter, il risque de se tuer et je ne veux pas faire de morts. D’ailleurs, puisque j’aborde le sujet, surprise, surprise, je sens le « sort » utilisé sur la cambrioleuse faiblir. Ah elle a fait quelque chose de mal. Tuer, je parierais. C’est un peu dur de voler quoi que ce soit au milieu des balles donc… Tuer c’est mal. Point. Je ne donne pas pour que ce soit mal utilisé. Qu’on se le tienne pour dit. Et si vous n’êtes pas d’accord bien… Je m’en moque, en fait. C’est moi qui décide, pas vous. Nous disposons d’une pléthore d’options donc…

Comme je le suspectais, à l’annonce de Selina parlant de renforts, l’aviation (je dis l’aviation mais je parle d’un groupe composé par des avions et des hélicoptères) fait son apparition, sans doute une sorte de première vague pour s’assurer que l’arrivée du général se fasse sans encombre. Dans la théorie, c’est une bonne idée. Dans la pratique, pas du tout. Je ne comprends pas cet entêtement ridicule. Leur artillerie au complet vient d’être transformée en GUIMAUVES et ce militaire fou de guerre pense que quelque chose venu du ciel va m’empêcher de ruiner ses plans? Que d’arrogance, ce n’est rien de le dire. Et je me ferai une joie que de lui prouver qu’il ne sait pas contre quoi il joue. Réfléchissons. Je ne veux pas faire de mal aux pilotes ou autres soldats en vol. Étape numéro un, altération mineure de la réalité : ils sont maintenant tous équipés de parachutes. Parfait.

Maintenant, altération plus majeure. Tout ce qui vole devient… Un epic nyan cat géant! Et avec la chanson pour aller avec. Pris de panique, tout ce beau petit monde saute en bas de cette monture volante sortie de nulle part et les nyan cats  continuent de galoper vers l’espace et les étoiles. Ce que je m’amuse, quand même. Ils devraient bientôt considérer à battre en retraite, non? Moi je veux dire, si j’étais une simple humaine, je serais en train de courir pour ma vie ou en train d’agiter un drapeau blanc comme si ma vie en dépendait. Qu’est-ce qu’il leur reste de « menaçant »? Certainement pas leur infanterie, en train de se faire ridiculiser par Selina qui semble parfaitement bien maitriser ses pouvoirs. Les chars? S’ils continuent à avancer, ils seront ma prochaine cible. Il n’y a pas de navires de guerre ou de sous-marins donc un danger de moins et il n’y a pas de mechs.

Mais si, vous avez déjà vu ces robots géants! Regardez un sentai ou deux si vous ne savez pas de quoi je parle. Qu’est-ce que le général ennemi peut bien espérer faire? Après je m’en fiche un peu, c’est Isis qui va le gérer celui-là. Boss contre boss. Moi à la place, je vais aller voir si Selina va bien. D’après moi oui, c’est une sacrée brochette de pouvoirs que je lui ai donné donc… Si elle peine à survivre, c’est qu’elle manque de talent Et comme nous savons que ce n’est clairement pas le cas… Je me demande comment elle apprécie ce petit cadeau que je lui ai fait. Parce que bon, ce n’est pas tous les jours qu’on vous transforme temporairement en déesse… Enfin, pas que je sache! Il est plutôt rare que les Humains puissent s’élever au-dessus de leur condition limitée. Et ce n’est pas n’importe quel cadeau, c’est un cadeau de la Cinquième Dimension!


« Alors, tu t’amuses bien? J’espère en tout cas. Et je dois dire que je suis agréablement surprise! Une seule petite mauvaise action jusqu’ici. Enfin, je dis petite… J’ose espérer que ta victime est juste grièvement blessée. Ce que je suspecte, si elle était morte, tu aurais perdu beaucoup plus. Ce qui me fait penser… Voilà. Localisé, le soldat blessé. Un petit sort de soin… Il devrait aller mieux. Personne ne dort bien la nuit après avoir tué quelqu’un. Personne de sain d’esprit, en tout cas… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 25 Nov - 12:18







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Une guerre restait une guerre. Même si la Djinn s’amusait à tout transformer en nourriture, on trouvait tout de même de nombreux cadavres tout autour de nous. La Djinn, justement, trouvait bien plus de plaisir à changer les choses que d’infliger la mort. Par contre, pour la voleuse, c’était différent. Sans doute, ses pouvoirs lui avaient pris la tête, et donc elle se donnait à une danse macabre en réduisant en morceaux les soldats ennemis. Après tout, Bastet était aussi assimilée à Sekhmet, la redoutable déesse lionne de la guerre, qui réduisait à néant ses ennemis et buvait leur sang à s’enivrer. Dans ce cas, mademoiselle Kyle prenait très à cœur son rôle, mais cela vaudrait-il des mauvais points comme l’avait mise en garde Mejishen ? Nous verrons cela une autre fois.

L’immense féline noire vint me prévenir d’une effroyable nouvelle à travers sa voix grognant. De quoi voulait-elle parler ? Ahk-Ton serait-il devenu fou, je voulais dire bien plus que d’habitude. Car ce n’était pas claire cette idée de se « rapprocher des dieux ». Depuis le temps qu’il rêvait de prendre le trône du royaume, il a dû en avoir marre de se faire mettre en déroute, et à su qu’il n’égalerait jamais Black Adam. Qu’importait, il allait se rendre compte de sa bêtise. Mais contrairement à mon mari, je ne comptais pas foncer tête baissée dans un éventuel piège. J’agirais avec prudence. Au moins gagner du temps, pour qu’ainsi Sélina et Mejishen puissent en finir avec l’armée ennemie et ainsi isolé leur chef. Si jamais il a gagné une quelconque force, seul, il ne devrait tenir longtemps sans son armée. Sans doute que comme la cambrioleuse, il se croyait invincible, car il aurait obtenu un pouvoir.

"Il serait donc mal poli de faire attendre nôtre hôte. Je m'en vais donc de se pas l'honorer de ma présence, je t'en remercie. Continue d'empêcher je te pris l'armée d'atteindre la ville. Je vais tenter de gagner du temps."

À nouveau, je m’envolais pour rejoindre le chef de ces envahisseurs. Comme tout bon chef militaire, il attendait sagement dans sa tente, laissant le plus gros de ses forces faire le sale boulot. Atterrissant avec douceur, je faisais face à mon ennemi, qui ne bronchait pas. Yeux plongés sur une carte, il ricana en devinant ma présence. Cette auto-suffisance était insupportable, je n’aimais pas du tout ce genre de personne se croyant toujours supérieurs aux autres. J’arrivais toujours à garder un état d’esprit humble vis-à-vis des autres, mais je ne comprenais pas pourquoi les autres n’arrivaient pas à en faire autant. Mais je ne me laissais pas perturber par son comportement, gardant une attitude digne.

"Votre majesté m'honore de sa visite. Moi qui attendais depuis un si long moment une entrevue."
"Si vous désiriez tant me voir, il vous suffisez juste de demander audience ou envoyé un message, comme un mail par exemple. Il était inutile de faire tout ce cirque."
"Un mal nécessaire vous en conviendrez, les rois de ce monde doivent souvent faire des "sacrifices" si vous voyez ce que je veux dire.""
"Je n'ai jamais eus besoin de sacrifié la vie de qui que ce soit, au contraire. Et vous allez en apprendre durement la leçon, quand vous serrez juger pour vos crimes."

Il avait quelque chose dans son regard qui était malsain, un horrible mélange de mépris, de dégout et de jubilation. Quoi qu’il puisse avoir en tête, j’avais la ferme intention de lui faire changer ses projets.

Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Ven 29 Déc - 14:31



Durant un long bond agressif pour écraser à terre un soldat et lui expédier une puissante manchette sur son nerf vague, je repris forme humaine. Il s'agissait autant d'un petit caprice d'esthétisme que d'une envie de renouer avec mes perceptions habituelles – du point de vue d'une panthère, les choses apparaissaient parfois plus basses, ou plus proches, quand elles ne ressortaient pas avec des couleurs nouvelles ou des formes distordues. Ma combinaison officiait aussi bien qu'un pelage noir pour me camoufler, et je commençais à me sentir suffisamment à l'aise avec mes super-pouvoirs pour arrêter de jouer les quadrupèdes. Ma métamorphose me permit de constater que Mejishen continuait de laisser libre cours à ses envies. La génie déchaînait son humour surréaliste dans un joyeux festival d'altérations de la réalité (typiquement : convertir sans prévenir de redoutables avions de chasse en gros félins pixélisés chantonnant une musique criarde tout en disparaissant à l'horizon, propulsés par des arcs-en-ciels), ce qui impactait beaucoup le panache de la situation. En gros, madame nous regardait combattre en plein désert des soldats ennemis en intervenant de temps à autre, telle une mère surveillant ses enfants dans le bac à sable. Pour elle, rien n'avait d'enjeux ; toute difficulté qui survenait, elle se savait en mesure de les surmonter, exactement comme une adulte au milieux de bambins. Notre camp avait déjà gagné, tout ce qu'il restait à déterminer, c'était qui aurait le droit de neutraliser quels ennemis. Isis, impériale, avait depuis mon avertissement filé dans le ciel pour aller confronter le leader adverse. Puisque l'aviation n'existait plus et que l'infanterie peinait à se regrouper après mes petites interventions, j'en vins aux machines de guerre.

Malgré l'inutilité de leurs tirs, les chars restaient de lourds blindés de guerre que des pilotes pouvaient envoyer chenilles en avant contre les murs de Shiratu. Un tank constituait un bélier coûteux, mais néanmoins efficace. Sauf, bien sûr, lorsque le sol sur lequel il tentait de se déplacer devenait trop meuble pour qu'il s'y ancre...


Selina a dit « On ne bouge plus » ! Décrétais-je, en tendant les mains pour diriger mon intervention (j'ignorais si c'était nécessaire).

Sans trop savoir comment, mes pouvoirs embourbèrent des blindés d'Akh-Ton, pour ma plus grande satisfaction. Évidemment, je fis disparaître mon sourire ravi lorsque Mejishen se joignit à moi, parce que j'avais ma fierté. À la va-vite, je repris un air indéchiffrable (mon masque aidait bien), et une posture digne d'antique statue égyptienne, pour observer ce qu'il restait des troupes de l'envahisseur (ça, c'était surtout pour volontairement éviter de tourner mon regard vers la génie). La fin de la phrase de la malicieuse demoiselle bleue avait ravivé le fossé qui nous séparait, aussi ne me privai-je pas de lui rétorquer :


Épargne-moi les « Tu ne tueras point » et autres sermons sur la belle morale, Mejishen. J'ai grandi avec des bonnes sœurs aussi longtemps que j'ai pu le supporter, et ça n'a jamais fait de moi une sainte.

Mes petits fennecs de sable obéissaient au moindre de mes ordres mentaux. Utile ! Je pouvais philosopher sur ma dune, tout en continuant de saper les efforts ennemis pour avancer vers la capitale du Kahndaq. Mes lèvres pincées ne devaient rien au froid, et fis jouer mes griffes plus pour me distraire les doigts qu'autre chose.

J'ai déjà eu à tuer, et ça ne m'a pas privé de sommeil. Pourtant, je ne crois pas être bonne pour l'asile. Simplement, dans mon monde, les gens comme moi n'ont parfois pas le choix. On se défend contre un type qui voulait nous faire du mal, les coups pleuvent dans tous les sens, et lorsque l'adrénaline retombe, on est debout, face à l'agresseur inerte, baignant dans son sang. Indiquais-je, en décrivant volontairement la scène avec du détails, parce que quelque-part, j'étais fière de pouvoir supporter ce souvenir sans frémir, là où la toute-puissante Mejishen aurait certainement préféré détourner le regard. Je repris mon réquisitoire d'un ton non moins glacial. Ça ne devrait pas m'étonner, que madame la reine et toi soyez si vite devenues copines : vous vivez toutes les deux coupées des réalités et du quotidien des mortels. La pauvreté, la maladie, la faim, le froid... Bref ! les contraintes qui pèsent sur la majorité des habitants de la troisième dimension, vous ne les connaissez sans doute pas. Ce qui est super... Pour vous. Mais ça fais également de vous les dernières personnes légitimes pour me donner des leçons. Sur cette note austère, mon regard se tourna finalement vers Mejishen.

La bataille n'était pas terminé, et je ne souhaitais pas me mettre en mauvais termes avec une génie capable de me changer en tabouret, si l'envie le lui chantait. En plus, l'épouse de Black Adam avait conditionné ma libération à une participation active à la défense de sa cité ; impossible de cracher mon venin sur les injustices sociales de la troisième dimension ou de me moquer des illusions de la génie sans m'aliéner tout espoir de retourner librement à Gotham city. Je m'en tins donc à du sobre, pour ma conclusion.


Je pense que ça ne vous ferait pas de mal, à toi comme à elle, de passer du temps avec des gens qui vivent à la dure, sans pouvoirs ni privilèges. Lâchais-je en haussant un sourcil, pas vraiment certaine moi-même de ce que j'entendais par là.

Pour éviter que la conversation ne se poursuive, je fis mine d'éprouver un très soudain et très vif désir d'en apprendre plus sur Akh-Ton. Il n'était pas dit que ça trompe une native de la quatrième dimension, mais je tentai ma chance, plongeant dans le sol pour rejaillir bien plus loin, comme une Aquawoman dont les océans seraient faits de sable (et luxe suprême : pas un grain ne se glissa là où il ne le fallait pas !). L'infanterie repéra mon approche, et se mit à mitrailler le sol, dans une maladroite tentative pour me grêler de plomb. Je n'avais qu'à écarter ma trajectoire souterraine pour passer loin de leurs balles, telle un requin circulant autour de ses proies (mais un requin avec une excellente ouïe, puisque je continuais d'entendre avec clarté les conversations au-dessus de moi). Étant donné qu'ils ne me voyaient plus, et craignaient que je jaillisse par en-dessous pour les enterrer sous le désert, les soldats d'Akh-Ton s'immobilisèrent, afin de se tenir aux aguets. Entre eux, ils discutaient à voix basse, me fournissant des bribes d'informations, ici et là, que je pu agglomérer suffisamment pour déterminer que le général avait mis la main sur un espèce de générateur artisanal. Grâce à ce dernier, il s'était exposé à des radiations mutagènes, lui conférant la capacité de se changer en eau, en feu, en air et en terre. Apparemment, son tour favori consistait à convertir chacun de ses membres en un élément différent, pour alterner flammes, roches, courants d'air et flots lors d'un combat. C'était effectivement impressionnant, mais je voyais mal Isis être mise en péril par un adversaire de ce type. Et si, au pire, la reine du Kahndaq se trouvait véritablement en difficulté, je pourrais toujours débarquer pour lui sauver la mise... Moyennant rétribution.


__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Ven 29 Déc - 18:40

Non mais est-ce que vous avez vu? Regardez le chaos que je viens de causer! Ce n’est pas magnifique ça? Observez l’harmonie des formes et des couleurs d’une part et l’asymétrie d’une logique combinant des créations en deux et en trois dimensions… C’est une vraie œuvre d’art et vous ne vous en rendez même pas compte. Aucune appréciation pour la beauté de l’entropie. Une de mes plus belles… Toiles… On va dire. Pour vous, c’est une succession d’événements aléatoires. Pour moi, c’est une forme d’art en soi. Son, lumière, ombre, forme, profondeur… Tout est là. Et ironiquement, c’est à Catwoman que je le dois. Si je n’avais pas décidé de répondre à son appel, involontaire, certes, mais un appel quand même, non seulement elle se serait tuée à cause d’une chute mortelle mais j’aurais manqué… Bah tout ça! Alors du coup…

Quoi? Oh n’allez pas penser que je vais lui laisser un répit! Bon, nous sommes dans un contexte pseudo égyptien, Catwoman est déjà en déesse de type Bastet et moi en tant que la génie qui devait exaucer ses vœux, je suis un peu comme sa faire valoir. Une faire valoir rebelle, complètement déjantée et n’en faisant qu’à sa tête mais une faire valoir quand même. Pense Maggie. Pense. Tu es une farceuse. Tu es une agente du chaos. Une anticonformiste qui ne prend rien au sérieux. Réfléchis. Si tu étais avec Lolgan (Beast Boy quoi, un farceur parmi les farceurs) ou Donna (KOUPINE!), vers quoi tu te tournerais? La pop culture. Les trucs plus modernes. Contemporains. Les… Les jeux vidéo! Mais bien sûr! Si Selina se promène dans sa combinaison noir moulante qui rappelle un chat, je dois faire comme elle mais en version « troll ». Conséquemment…

Je me transforme en un sosie de Lucky Chloe. Comment ça, qui c’est, Lucky Chloe? Tekken 7, ça ne vous dit rien? Mais allez lire sur Internet, je ne sais pas moi! Je refuse d’être sérieuse et si je dois coller aux basques de Selina pour un bon moment encore, puisqu’elle m’a dit qu’il faudrait que je passe du temps avec quelqu’un qui vit à la dure sans pouvoirs ni privilèges… Autant avoir une apparence pseudo féline. Bon d’accord, elle n’a pas dit explicitement qu’elle se désignait comme volontaire et c’est probablement la dernière chose qu’elle veut, se farcir plus que de raison ma présence mais si elle refuse d’apprendre qu’avec moi, chaque mot doit être soigneusement pensé et choisi… C’est son problème, pas le mien. Oh quoi. Que ce soit volontaire ou non, elle me fait apprendre pleins de trucs alors c’est quand même fun de passer du temps avec elle.


« C’est gentil alors de proposer de me servir de mentor, toi qui vit à la dure sans pouvoirs ni privilèges. Quand tout ceci sera fini, je vais te suivre à la trace et tu me montreras ce que c’est. Ça va me faire plaisir de passer plus de temps avec toi sans que tu puisses m’utiliser cette fois. Je n’ai pas oublié tes manigances et ta nature égoïste. Mais bon, je t’apprécie quand même, autrement je ne serais pas ici, pas vrai? »

Va méditer là-dessus ma grande pendant que je retourne m’amuser. Il reste encore quelques chars qui semblent pouvoir bouger, les forces de réserve, si vous préférez. Quel chaos pourrais-je déclencher? Si John Constantine était là (COPAIN!), il me regarderait d’un air blasé en fumant sa cigarette en me disant que je suis encore plus insupportable que le génie dans Aladin avant de me demander de lui faire apparaitre un verre de scotch. Hey… J’ai une idée! Je sors le super téléphone rose que je lui ai donné, je l’appelle et je lui demande de me filer un peu d’inspiration. Bon, une fois son fiel acrimonieux déversé, cet anarchiste faiseur de magie (un anarcomagistocrate) me donne une idée de génie. Voilà tous ces chars transformés en roues pour hamster géantes. Essayez d’avancer maintenant, dans le sable et tout qu’on rigole. John, tu es génial! Chars de réserve… Neutralisés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 30 Déc - 10:58







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Étais-je satisfaite de l’alliance conclue entre la djinn, la voleuse et moi-même ? Je ne serais dire. J’avais d’ailleurs quelques doutes en les voyant prendre plaisir au carnage. L’une semait le chaos et la destruction et l’autre, s’amusait à tuer tout ce qui lui tombait sous les griffes. Voilà donc la raison pour là quelle, je ne voulais pas partager mes pouvoirs avec cette dernière. Une enfant qui ne savait rien des responsabilités que le pouvoir incombait et qui, dès la première occasion, jouerait les tyrans. Croyez-vous honnêtement qu’une personne lambda ou tout juste tirer du ruisseau saura faire preuve de sagesse s’il se retrouvait avec la couronne entre les mains ? Non, il y aura de forte chance qu’il se montre aussi tyrannique que son ancien maître, car il dirigerait le monde avec le regard d’une personne du peuple, et non d’une personne responsable. Autre exemple, laisseriez-vous votre enfant vous commander, lui faisant confiance pour qu’il vous dise comment faire les choses ? Concernant la djinn, un autre exemple comme quoi, le pouvoir ne pouvait pas être confiés à n’importe qui, car ce n’était pas un jouet.

Mais je n’avais pas le temps d’être sur leur dos et les réprimander. En ce moment, je devais donner une bonne leçon à ce vil Akh-Ton. Une autre personne abusant de son pouvoir, qui au lieu de chercher à user pour le bien de tous, ne cherchait de son propre intérêt. Et dire que des fous le suivait, risquant leur vie pour une personne qui n’avait cure de leur existence, si ce n’était de s’en servir comme pion. Décidément, les humains avaient une drôle de mentalité. Il fallait croire que plus leur maître était mauvais, plus ils l’aimaient. Heureusement qu’ils n’étaient pas tous ainsi.

"Tous ceux qui ont osé s'en prendre à notre demeure en on payer les frais, vous en êtes même témoin. Alors je vous accorde une dernière chance. Abandonner maintenant, et rentrez chez vous sans plus tarder et je ferais preuve de clémence."

On ne dira pas que je n’ai pas laissé une chance à mon adversaire, même s’il était évident qu’il ne la saisira pas. Obnubiler par son rêve de grandeur et de conquête, il me ria au nez, sans prendre réellement conscience à qui, il avait à faire. J’en étais un peu fatigué qu’on ne me prenait jamais au sérieux, tout ça, car j’étais une femme. Je pourrais sauver la Terre en une fois, vaincre des nations en même temps seule… On ne me verrait que comme une personne ne sachant pas gouverner, faible et stupide. Il y avait de quoi se sentir vexer, mais j’avais appris à m’en servir contre eux. Leur naïveté causera leur perte, car contrairement à eux, je ne les sous-estimais pas, je n’avais pas oublié les avertissements de Sélina.

"Haha ! Offre généreuse je le conçois, mais inutile. Pourquoi donc abandonner, quand je peux gagner et récupérer ce qui me revient de droit ?"
"Vous n'êtes qu'un menteur et manipulateur. Le trône se mérite par l'amour du peuple, et non par la force."
"C'est ce qui crée des souverains faibles ! Le peuple a besoin d'un homme fort et non d'une poupée de chiffon !"
"Il y a déjà un homme fort sur le trône qui est aimé. Et même s'il ne peut être présent, vous serez vaincu."
"Sans doute oui... Mais avant !"

J’eus juste le temps de m’écartais pour éviter l’impact d’un long membre de pierre qui vint pulvériser le sol. Alors c’était donc ça le secret Akh-Ton. Il avait réussi à trouver le moyen de transformer son corps en éléments. Ma surprise se transforma en rage et ses ricanements n’arrangeaient rien. Très vite, il enchaîna avec un bras de feu, suivit d’un fait d’air. Jusque-là, j’arrivais à éviter ses coups, mais il fallait riposter au plus vite. Alors sans tarder, je lui lançais une boule électrique sur lui. Main tendu, mon projectile magique vint frapper mon adversaire, mais ce dernier parvint à se protéger grâce à son bras de pierre, lui servant de bouclier.

"Haha ! Alors c’est tout ce que vous savez faire petite déesse ?"

Déjà, que je n’aimais pas qu’on m’appelle « Déesse », sauf dans l’intimité avec Adam, mais ça vous n’avez pas besoin d’en savoir plus, mais il s’en servait pour m’insulter. Il faudra changer de stratégie et vite. Je pris donc de l’altitude pour mettre de la distance entre lui et moi. Ce dernier me railla encore plus, et tenta de m’atteindre en me balançant des bourrasques de vent me rendant extensible ses bras de feu et d’eau. J’ignorais s’il pouvait voler aussi, ou utiliser l’air à son avantage, mais il fallait attaquer et vite. Tendant les bras vers le ciel, je fis pleuvoir des éclairs que je lançais en les dirigeant avec mes mains sur le général ennemi.

Ce dernier se montra plus agile qu’il n’en avait l’air, et ne reçut qu’une partie de l’attaque, mais son corps se protégeait sous une épaisse carapace. Pensant pouvoir attaquer à nouveau, je ne vis venir sa contre-attaque de vent, qui me fit perdre l’équilibre et me fit m’écraser au sol. Tel une grosse pierre, je heurtais violemment la terre. Mais n’étant pas complétement humaine, je n’eus aucune blessure, aucune douleur, j’étais juste un peu étourdis et eus un peu de mal à me relever. Akh-Ton s’approcha doucement de moi, l’air réjouis. Il n’avait pas encore gagné, mais il fanfaronnait comme s’il venait de remporter la guerre.

"Pathétique souveraine. Vous pensiez pouvoir m’avoir comme ça ? Je suis un dieu ! Vous feriez mieux d’aller retourner voir votre petit roi de pacotille. Profite de lui, tant qu’il sera encore en vie car je compte bien lui arracher la tête à lui aussi, l’exhiber sur une pique et montrer à tous à quel point il est faible et lâche, se cachant derrière sa femme."

Il venait de franchir la ligne rouge. Personne, je disais bien personne, n’avait le droit de parler de mon roi comme ça sans en subir les conséquences. Teh-Adam était mon grand amour, celui pour qui mon cœur battait, pour qui je donnerais ma vie sans hésiter, avec qui je me sentais le plus en sécurité. Il était tout pour moi. Il était ma vie, ma raison d’être, celui pour qui je me battais. On pourrait dire que cela faisait un peu mielleux, mais tant qu’on était pas tomber amoureux au moins une fois, on ne pouvait pas comprendre. Et ce vaurien allait s’en rendre compte. Quelque chose changea en moi, la colère qui m’avait rempli se manifesta à la vue de tous. Dents serrées, je fis pleuvoir tout autour de nous des éclairs zébrant le ciel et frappant le sol. Une tempête s’était levée, je pouvais sentir sa puissance, MA puissance. Les éclairs s’approchaient de moi de plus en plus, un vent violent entoura le camp comme un mur de protection. La tempête était mienne, je pouvais la contrôler, je le savais. Et lire l’incrédulité sur le visage d’Akh-Ton était plaisant.

Balayant l’air avec mes bras, je sentais le puissant souffle m’enveloppait comme un drap, et comme une synchronisation parfaite, je tendais mes mains vers mon ennemi, lui lançant aussi bien la puissance du vent et des éclairs ayant fusionné pour devenir un puissant rayon entre mes doigts. Tous les éléments avaient fusionné pour devenir quelque chose de parfait, quelque chose de puissant dont je n’en voyais pas la limite. Akh-Ton fut effrayé, et répondit un peu en retard. Il me lança une attaque de flamme et d’air. Nos deux attaques élémentaires s’entrechoquèrent violemment, provoquant des explosions et de secousses, tout en essayant de repousser l’attaque de l’autre. Mais mon adversaire se sentait dépasser, doutant de ses chances, et faiblissant en voyant perler sa sueur. Alors que moi, je me sentais pleine d’énergie, infatigable. Le choc des titans ne dura pas. Car malgré la contre-offensive d’Akh-Ton, mon rayon dévastateur eut raison du sien, et quand il impacta l’armure de pierre du traître, une énorme explosion aveuglante se produisit.

J’ignorais si ce qui se passa était dû à l’explosion, où à la consommation extrême de mes pouvoirs, mais j’eus comme une brève vision qui n’a duré que quelques secondes. Je voyais un grand désert qui brûlait. Des flammes hautes et puissantes, pouvant atteindre le domaine de Nout elle-même. Et au milieu de ce désert qui se consumait, apparut un symbole. Je reconnaissais d’ailleurs ce qu’il représentait, un disque solaire entourer de cornes de vaches. Il renfermait une grande puissance, mais tout disparue, souffler par le vent du désert, me ramenant à la réalité. Je me tenais debout, au-dessus du corps fumant et défigurer par la peur d’Akh-Ton. Il respirait encore la pourriture, mais le reste de son existence sera un enfer pour lui.

"Vous serrez exhiber comme un phénomène de foire. Ainsi, chacun regagne sa vrai place."

Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 2296 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 3100

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Ven 12 Jan - 12:25



Les soldats d'Akh-Ton continuaient de se battre. Toujours sous le sable, à passer de peloton en escouade pour en happer certains et les enfoncer jusqu'à ce que seule la tête dépasse, je les entendais continuer à crier et à tirer. Vainement, puisque Mejishen, Isis et moi-même avions assez clairement démontré notre supériorité sur la faction ennemie : leurs efforts pour avancer ou disposer des escouades à portée de tir de Shiratu avaient constamment été ruinées, souvent d'une manière qui couplait la neutralisation à l'humiliation. Tout observateur, même néophyte en stratégie militaire, aurait senti qu'il était temps de battre en retraite, alors à moins qu'un énorme retournement de situation ne m'ait complètement échappée, je ne comprenais absolument pas pourquoi ces gens s'acharnaient, ni pourquoi personne ne leur ordonnait de plier bagage. Cette énigme tombait à pic, puisque j'avais besoin de penser à autre chose qu'à la perspective d'avoir Mejishen sur le dos pendant une durée indéterminée.

Encore une fois, ma grande bouche m'avait mise dans une position désagréable. J'avais voulu me montrer vaguement cassante, vis-à-vis de la génie : lui balancer une réplique qui pouvait sonner cinglante, mais en des termes vagues et flous qui l'empêchaient de m'accuser frontalement d'être une peau de vache. Finalement, le retour de bâton m'avait malgré tout sanctionnée, puisque Mejishen avait interprété ma réplique comme une invitation à me faire profiter plus longuement de sa compagnie (dire que je savais pertinemment qu'elle était experte dans l'art de l'interprétation, et que je lui avais quand même tendu la perche !). On ne parlait que de paroles échangées, sans obligations d'aucunes sortes ni engagements pris par écrit ; je pouvais toujours me persuader qu'il me suffirait de rembarrer Mejishen, de la détromper, pour me débarrasser du problème... Mais je redoutais ce qu'elle me ferait ensuite. Après tout, si rien ne m'obligeait à l'accepter dans mon entourage, rien ne l'obligeait, elle, à ne pas me téléporter sur une île déserte, ou à retourner dans sa dimension après m'avoir gratifiée d'un groin de cochon à la place de mon joli nez. Ce qui était hilarant et inoffensif de son point de vue pouvait malgré tout avoir de menues conséquences, à mon échelle.

Une roue de hamster disproportionnée s'affala lourdement au sol, emprisonnant l'équipage du tank qu'avait été cette roue dans une enceinte circulaire de six mètres de diamètre, et haute de deux bons mètres. Mejishen avait encore frappé (après avoir changé d'apparence ; je la suspectais d'ailleurs d'avoir adopté une sorte de parodie de ma propre apparence – humanoïde, mais avec une tenue évoquant les félins). Je me permis de métamorphoser les hommes enfermés en chats (un autre pouvoir que je venais de découvrir), à l'exception d'un chanceux, qui allait me servir à obtenir des précisions. Je ne lui laissai pas le temps de tenter une attaque désespéré ; un fouet que je ne tenais pas la seconde précédente jaillit de mes doigts et s'entortilla autour du soldat, l'empêchant de remuer le moindre muscle. Immobilisé, droit comme un I, il me lança un regard suppliant (à croire qu'il s'attendait à ce que je le tue...).


Vous avez perdu. On ne vous paye pas assez cher pour que vous vous acharniez aussi stupidement. Prenez donc une radio, et ordonnez un repli. Suggérais-je (bon, d'accord... « ordonnais-je sévèrement » collerait mieux) en Copte.

Dans le lointain, un orage bruyant se déchaîna, et vue la vitesse avec laquelle ces gros nuages noirs s'étaient amoncelés, il ne devait pas avoir grand-chose de très naturel. Isis m'avait déjà démontrée qu'elle adorait employer la foudre, et les pouvoirs d'Akh-Ton n'incluaient – à ma connaissance – pas l'électricité. Aucune chance que le général soit à l'origine de ce tonnerre survolté. Ça bardait donc, pour monsieur « je-suis-sûr-d'être-devenu-un-dieu », et ses troupes se faisaient humilier. Pourquoi les envahisseurs persévéreraient-ils ? La réponse me vint du soldat, justement, qui se décomposa en voyant qu'Akh-Ton avait probablement subi un électrochoc bien costaud. Et en apprenant la nouvelle, je ne pus me retenir de lever les yeux au ciel.


Une bombe ? C'est d'un cliché ! Soupirais-je, sans vraiment paniquer plus que ça, avant de me téléporter juste à côté de la reine du Kahndaq.

Je vois que votre majesté n'y est pas allée de main-morte. Akh-Ton n'était plus que l'ombre d'un être humain. Ses chairs fumaient, empestaient, et il ne ressemblait plus du tout à un type convaincu de pouvoir se mesurer à une déesse.

Mes yeux restèrent braqués sur ce cadavre agonisant.


Pas d'inquiétudes : Mejishen et moi avons rempli notre mission. Précisais-je, pour ne pas me faire interrompre par des questions angoissées. Les troupes qui prétendaient conquérir Shiratu sont en déroute, et celles qui insistent font la joie de la génie. On pourrait s'étonner de cette incroyable loyauté envers un type aussi insupportable que le résidu de despote ici présent , repris-je, en pointant Akh-Ton, mais j'imagine que c'est un jeu d'enfant de motiver des soldats à se sacrifier pour vous quand une menace de mort pèse sur leurs proches, pas vrai, salopard ?

Mon talon appuya sur la main apparemment très douloureuse du bougre, qui ne fit aucun effort pour étouffer ses cris de douleur.

Monsieur a placé une bombe sale quelque-part, dans la ville où vivent des proches de chacun de ses hommes. Évidemment, l'engin n'explosera que si son concepteur n'est pas rentré à temps pour désarmer le compte à rebours. Dis-je froidement, en répétant ce que le soldat m'avait apprise. Je trouverais ça abominable, si j'avais encore foi en la nature humaine. Étant donné que ce n'est pas le cas, je vais juste trouver ça minable. Ajoutais-je, en empoignant entre mes griffes le visage de cet aspirant régent grillé comme une saucisse, pour ensuite relever mes yeux vers Isis. Je vous laisse trouver la meilleure manière de l'inciter à neutraliser sa propre bombe. Ne vous mettez pas trop la pression, cependant : en cas de problème, il y aura toujours Mejishen. Conclus-je d'une voix légère, presque comme si je récitais un slogan publicitaire, avant de me téléporter à nouveau.

Savoir la génie dans les parages me rendait très insouciante. Mejishen tenait manifestement à vaincre ses adversaires sans effusion de sang, alors l'imaginer ne rien faire si une bombe menaçait d'exploser... Elle agissait un peu sur moi comme une assurance-vie dont on aurait payé tous les suppléments : quelle que soit la tuile qui me tombait dessus, je me savais couverte. Sans doute me lasserais-je de ce sentiment d'invulnérabilité, mais actuellement, j'aimais bien pouvoir me dire que quoi qu'il advienne, je pouvais me reposer sur la certitude que la génie veillerait au grain. Tout compte fait, l'avoir sur le dos ne serait peut-être pas si affreux ?

Aux abords de Shiratu, une myriade de petits chats de sable sortirent des dunes, pour annoncer à la cantonade dans une synchronicité parfaite :


Votre attention, soldats d'Akh-Ton ! Nous savons que vous vous battez sous la contrainte. Soyez rassurés : aucune bombe n'explosera suite à votre défaite. Sa gracieuse et bienveillante majesté, la reine Isis, a vaincu votre leader, et veillera à ce que rien n'advienne à votre entourage. Vous n'aurez bientôt plus aucun soucis à vous faire pour vos proches, et pourrez rentrer chez vous ; celles et ceux d'entre vous qui sont actuellement des chats devraient reprendre forme humaine... Bientôt.

Du moins l'espérais-je.

__________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 210 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 7720

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte, Adrian Carlyle Eversfield et Cidnra Jinks
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Ven 12 Jan - 18:12

Ce qu’on s’amuse! Je devrais arrêter des guerres plus souvent. Si c’est aussi rigolo à chaque fois… Oh vous pouvez bien critiquer ma façon de faire tant qu’il vous plaira. Mon seul objectif dans la vie c’est de m’amuser. Et on dira ce qu’on voudra mais ces soldats seront heureux de retrouver les leurs. Non mais regardez les, c’est évident qu’ils ne sont pas tous des méchants. La plupart semblent plus terrifiés qu’autre chose d’affronter une force combinée défiant la compréhension des mortels. Je ne peux pas vraiment leur en vouloir, remarquez. Ils font leur travail très possiblement sous la menace et donc moi je leur donner une excuse pour arrêter de bosser. Plus d’artillerie, plus d’aviation, plus de forces mécanisées : ils vont faire quoi, une échelle humaine et escalader les murs de la ville? Ils ne sont pas SI désespérés que ça!

Je finis donc par aller rejoindre Isis (dont je refuse toujours de reconnaitre la position d’autorité, par principe de ma nature chaotique) et Selina, toujours sous les traits de Lucky Chloe. Troll un jour, troll toujours et qu’elle le veuille ou non, Catwoman contrevient à la première règle de l’Internet : on ne nourrit pas le troll! Reste à… EURK! Quelle horreur! Il est salement amoché le méchant de l’histoire. Je ne sais pas si je suis confortable à l’idée de le laisser mourir. Oh n’y voyez pas là un acte de bonté humaine, je ne suis pas humaine pour commencer, mais plutôt le fait que dans mon petit monde à moi, je fais en sorte de réduire au minimum tout ce qui est souffrance. Et là… Pour quelqu’un pouvant avoir ma sensibilité, c’est plutôt pénible à regarder, en fait. Je suis une farceuse, pas une tueuse. Et j’ose espérer que ce sera toujours ainsi. Oh oui.

Et parlant de tuer, cette histoire de bombes ne me plait pas du tout. C’est scandaleux! Comment peut-on faire quelque chose d’aussi monstrueux! Et je ne me gêne pas pour gronder ce rustre même s’il souffre et qu’il s’en moque éperdument. Tu vas m’écouter piailler mon coco, même si c’est la dernière chose que tu feras en étant conscient! Il faut sauver ces gens innocents. Le seul problème c’est que je ne suis pas une super héroïne et oui, techniquement je pourrais le faire mais trop de bonnes actions finissent par me rendre mal à l’aise. Ma nature chaotique exige de rester détachée de toutes ces affaires de politique et autre. Personne ne veut se retrouver enseveli sous les complications parce qu’en aidant untel vous avez froissé tel autre. Ne serait-il pas plus logique que ce soit Isis qui intervienne, un geste de bonne foi envers une nation ennemie?


« Pour les bombes, c’est Isis qui devrait s’en charger. Diplomatiquement, ça devrait aider. Et puis moi si vous voulez, je renvoie tout ce beau monde chez lui à bord de splendides carrosses tirés par des licornes roses ou mauves! Je dis ça comme ça mais hors de question de leur rendre quelque véhicule que ce soit : imaginez qu’ils décident de faire quelque chose de stupide! Pas cool ça! »

Surtout que bon, il faut que je colle aux basques de Catwoman que je compte bien accompagner à Gotham, en bonne faire valoir et accessoirement pseudo bonne étoile. Oh quoi. Je ne vais quand même pas laisser une broutille lui arriver si je peux l’en empêcher. Encore que ça dépend. Si elle fait exprès de se mettre en danger, là c’est différent. Mais sinon, on va avoir des soirées entre filles et elle va me montrer ce que c’est que d’être normal. On dira ce qu’on voudra mais avec des pouvoirs comme les miens, certaines habitudes ont la peau dure et en regardant votre entourage, vous vous rendez compte que bah… Les gens du coin ne font pas ça. Mais tout de même, Gotham? Hum… Je prévois beaucoup de beau temps et des arc-en-ciel pendant mon séjour. Le gris ne me va pas du tout au teint, la pluie encore moins. La vie doit être colorée bon sang!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 230 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 3180

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson - Calypso Makhaira
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 13 Jan - 11:18







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



J’étais là, contemplant le corps inerte et agonisant de mon adversaire. Éprouvais-je la moindre pitié ou regret ? Non. J’avais laissé plusieurs fois une chance pour lui, afin de faire machine arrière, mais il s’était obstiné. Il a dû faire face à mon courroux plus que mérité. Ce n’était pas à moi de regretter ses choix, et je comptais bien lui faire ressentir toute l’étendue de son erreur. Il voulait jouer les dieux, il allait en devenir un, celui des rats et des cachots humides. Je veillerais à ce qu’il soit jugé, et est la sanction qu’il mériterait. Et si Adam rentrait d’ici là, je lui laisserais le plaisir de décider de son sort. Me tenant au-dessus d’Akh-Ton, me disant que tout était fini, la voleuse assassine apparue juste à côté de moi, m’informant de quelque chose de grave. Des bombes étaient cachées sous la ville, menaçant la vie de nombreux innocents. Le cauchemar n’était pas encore fini.

"Pour les bombes, je sais quoi faire ne vous inquiétez pas."

Même si je me doutais que la voleuse n’eût que faire du sort des autres. Elle jouait sous de grands airs qu’elle se souciait du peuple, que ce serait mieux qu’il est le pouvoir, etc. Mais elle n’était nourrie que par son propre égoïsme. Le combat d’aujourd’hui l’avait bien montré. Et si elle croyait que je n’avais pas vu ce qu’elle faisait, elle se trompait. Elle n’avait trouvé que plaisir à rependre le sang et ouvrir ces hommes en deux. Une vraie Sekhmet qui se délectait du sang de ses ennemis. Mejishen aussi, c’était amuser pendant le combat. Mais bien qu’elle fût plus puissante que Selina sous sa forme divine, elle n’avait pas commis le moindre décès. Le seul point positif que je trouvais.

"Mais que vous ayez foie ou non dans la nature humaine, cela n’excuse pas tout. Quand on aime pas quelque chose, on évite de le devenir."

Lançais-je à l’intention de la voleuse, juste avant qu’elle ne disparaisse comme elle était apparue. Me tournant vers Majishen, j’écoutais son idée. Il était vrai que je n’avais nullement envie de juger et sanctionner tous ces gens. Mais même si leurs proches étaient en danger, cela ne leur donnait pas droit de tuer leurs semblables. Mais, leur chef était le principal responsable. Et son armée n’avait pas réussit à atteindre la ville. Alors, n’ayant le cœur de faire bien plus de souffrance à qui que ce soit, autant accorder à ces gens une dernière chance.

"Faites donc cela, renvoyez les tous chez eux. Que ce soit en carrosse, sur dos de Rhinocéros ou dans un vaisseau spatial, je m’en moque. Mais qu’ils ne restent pas ici."

On m’excusera ce petit caractère bien énerver, mais quand on s’en prenait à ma famille, je pouvais me montrer redoutable et peu empathique. Parlant d’empathie, je comptais bien arracher les informations que j’avais besoin de mon ennemi. Inconscient ou non, j’allais lui faire cracher le morceau. L’attrapant par le col, je le tirais vers moi sans ménagement. Mon visage était celui d’un serpent bien énervait qui s’apprêtait à mordre pour se défendre ou se venger d’une blessure subite.

"Nous allons avoir un petit tête à tête tous les deux. Dis-moi où sont ces bombes."

Il n’avait pas besoin de parler. Je plongeais mon esprit dans le sien, et en mentionnant le mot bombe, je vis les premières images qui défilaient dans sa tête. Grièvement blesser, il ne pouvait émettre aucune résistance, qui serait futile d’ailleurs. J’arrivais donc sans problèmes, à voir l’emplacement de chacune d’elles. Trois bombes au total, plaçait sous des quartiers les plus peuplés de la ville. Quel monstre, je voudrais le jeter dans des flammes pour lui faire ressentir toute sa cruauté. J’arrivais même à voir le plus important, comment les désactivé.

Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit chemin qui peut aller trop loin !
» Pourquoi aller si loin .......
» [Thor, Annika] Une île trop loin
» On ne peut pas aller plus loin...
» Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Afrique & Océanie :: Kahndaq-
Sauter vers:  




Envie de voir figurer votre RP dans ce sublime encart afin de le faire partager à la communauté de LoD ? Ajoutez votre new PAR ICI !

Une News pour 100 batarangs !
Plases libres : 3/3


Tout commença par un acte de bêtise humaine

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !