Partagez | 
 

 Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1783 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2220

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 26 Aoû - 11:50



L'un des gardes du trésor royal me décocha une œillade sévère. Toute à mon rôle d'humble servante, je courbai l'échine bien bas, activai le mouvement, puis disparut à l'angle du couloir où le reste mes collègues s'étaient engouffrées. Dès le coude franchi, mon corps se colla au mur frais, et je retins mon souffle, très peu à mon aise dans cet accoutrement d'égyptienne de bas rang. Au moins, j'avais réussi à emporter mon fouet, bien enroulé sous l'épaisse jupe qui officialisait mon statut de petite main du palais. Mes pensées glissèrent momentanément vers la jeune espionne qui aurait dû se trouver à ma place, et qui devait enrager, entravée quelque-part au Caire... Cette petite espièglerie ne raccourcirait pas la liste des gens voulant me faire la peau, mais honnêtement : qui aimait les radicaux militaires assoiffés de conquêtes et de gloire obtenue par le biais d'un fusil ?
Et pourtant, au fond de moi, je pressentais qu'un de ces jours, mes effronteries répétées allaient finir par me valoir des ennuis tombant sur le coin de ma figure... À moins que ce ne soit déjà le cas ? Petit moment d'hésitation, dans mon recoin isolé du palais de Shiratu (le Joker en aurait fait une mauvaise blague, de ce nom...)

Est-ce que le fait d'avoir une génie dans ma poche m'avait rendue un peu trop téméraire, ces derniers temps ? Ou est-ce que, justement, ma rencontre avec Mejishen était censée faire office de punition karmique, pour me rappeler que mon comportement de profiteuse n'était pas digne du moindre encouragement ? Par bien des aspects, Mejishen me compliquait plus la vie qu'elle ne me la simplifiait, m'obligeant à ne jamais parler à la légère (par peur de formuler bêtement une sorte de vœu qu'elle s'empresserait d'exaucer pour être libérée de son engagement), apparaissant n'importe où (et en veillant bien sûr à ce que je sois la seule à la voir), se comportant comme une innocente tortionnaire qui ne me laissait pas l'oublier... Et de mon côté, je n'étais pas en reste ! Dès qu'une idée de souhait me venait, je commençais par me demander si elle était vraiment valable, et je finissais invariablement par tenter de concrétiser toute idée rentable sans user de mon ultime vœu, comme la dernières des avares ! Le pire restait que, pour concrétiser ces idées sans sortir mon joker, je me mettais dans de sacrément fâcheuses postures. Comme maintenant, par exemple...

Moi, Catwoman, féline solitaire, me tenait actuellement à quelques mètres d'une impressionnante salle remplie d'or et de joyaux, de sculptures et de bijoux, de tableaux et de reliques. Une cambrioleuse américaine sans visa, s'introduisant de nuit dans le trésor royal d'une nation étrangère. Si on me prenait en flagrant délit, ce serait la peine capitale, et même une extradition vers les USA pour m'y faire juger ne m'éviterait pas la prison à perpétuité, voire la mise à mort. Déjà, rien qu'avec ça, il y avait à redire sur ma capacité à évaluer les risques. Sauf que je n'étais pas en situation irrégulière dans n'importe quel pays limitrophe de l'Égypte, non ! Pourquoi choisir un banal territoire d'Afrique du nord, quand une nation limitrophe du mont Sinaï et gouvernée par un couple de surhumains vous tendait les bras ?

Black Adam et Isis ; deux individus que les spécialistes estimaient en mesure de faire jeu égal avec Superman, à un contre un. Et ils étaient deux ! Deux espèces de dieux incarnées sur Terre, régnant avec une fermeté assumée sur un pays ancré dans les traditions. Si le Kahndaq n'imitait pas ses voisins sur le traitement des femmes, il n'en demeurait pas moins très influencé par la culture moyen-orientale, l'architecture égyptienne, et les bons vieux édifices gigantesques construits à la gloire du tout-puissant souverain. De ce que j'avais retenu des fréquents bulletins d'informations sur ce pays, le prédécesseur de Black Adam avait été un tyran despotique et cruel, ce qui expliquait, pour les géopoliticiens, pourquoi l'actuel monarque avait les faveurs de la population. De plus, on décrivait sa compagne comme une modérée, grâce à qui le Kahndaq demeurait un état où on pouvait avoir envie de sourire. Certes pas le plus avancé technologiquement, mais au moins, ni la guerre civile ni la famine n'y sévissait.

Il n'empêchait : certains militaires du voisinage (tels un certain général Ahk-Ton) avaient décidé de tenter une bonne vieille mise sous tutelle militaire pour restaurer la « véritable » démocratie, celle qui ne se faisait pas à l'ombre d'un couple "d'aberrations inhumaines" (les paris restaient ouverts pour trancher : méta ou extra-terrestres ?). Mon petit doigt me soufflait même que, derrière Ahk-Ton, une puissance étrangère plus influente tirait les ficelles (ce ne serait pas la première fois que des services secrets quelconques orchestraient une destitution, et un pays géré par deux surhumains devait donner des sueurs froides à plus d'un gouvernement).

Dans tout ce remue-ménage politique, moi, j'étais juste la touriste américaine tombée au bon endroit au bon moment... De passage en Égypte (j'y avais pris des vacances, pour parfaire mon bronzage, rencontrer d'éventuels clients, et surtout, m'éloigner de Gotham le temps que les Santini m'oublient un peu - les mafieux de Central city étaient d'un rancunier !), j'avais involontairement surpris des conspirateurs s'organisant pour frapper de nuit la capitale du Kahndaq (en pleine absence du roi, bien sûr). Leur plan reposait sur la mise en place d'une agent, qui devait se faire passer pour une servante (ils avaient un réseau tout prêt pour crédibiliser cette fausse identité), et neutraliser une partie de la sécurité du palais pendant que les troupes fonceraient sur Shiratu. Très bancal, comme plan, mais je m'étais jetée sur l'occasion, neutralisant l'espionne durant son trajet vers son point de rendez-vous, pour prendre sa place (les réseaux conspirationnistes de ce genre œuvraient souvent en aveugle. J'étais une femme avec un physique collant à celui d'une espionne. Il m'avait suffi de donner le bon mot de passe, glané par mes oreilles attentives, pour achever de convaincre le contact des activistes que j'étais celle qu'il était supposé retrouver).

En toute sincérité, j'ignorais à quel point il était rare de pouvoir accéder au palais du Kahndaq... La technologie n'y était pas encore assez démocratisé pour que le bâtiment soit si difficile d'accès depuis l'extérieur, mais la surveillance humaine devait y pallier le manque de caméras. Et surtout, il y avait Black Adam, plus son épouse aux pouvoirs tout aussi redoutables, pour dissuader toute intrusion. Mais qui disait palais, disait forcément trésor, et sans doute quelques pierres d'une valeur inestimables faciles à glisser dans des poches. Je ne surprendrais personne en avouant avoir bondi sur cette occasion par simple appât du gain (une chance pareille, il fallait la saisir au vol !). En plus, par mon intervention dans cette sordide tentative d'ingérence, je sabotais indirectement une attaque portée sur ce pays (ça n'avait jamais été dans mes intentions, mais ça restait un argument valide pour contrebalancer l'aspect amoral de mon intrusion). L'attaque aurait lieu dans des circonstances qui garantissaient son échec, mais qui ne m'en fournirait pas moins une distraction idéale pour filer, les poches pleines, pendant que la sécurité déjouerait l'assaut maladroit et que la cohue s'emparerait des serviteurs. Un plan parfait, et qui, en cas d'imprévu, pourrait se régler avec un petit souhait.

J'étais
vraiment devenue trop téméraire. Il faudrait que je me surveille... Après ce coup-là.

Huit gardes armés surveillaient l'unique accès à la caverne aux merveilles. J'aurais pu attendre que l'attaque des hommes de Ahk-Ton éloigne tout ce petit monde, mais ça m'aurait mise dans un timing ultra-serré pour piller la salle puis déguerpir. Au lieu de quoi, je me faufilais dans leur dos, progressant lentement et sûrement vers mon objectif. Les neutraliser aurait été impossible (huit hommes armés et regroupés contre moi, qui ne possédait ni armure pare-balles ni gadgets ultra-sophistiqués ?) et contre-productif, puisque le raffut aurait trahi ma présence. En bonne féline, j'atterris en souplesse à l'intérieur du saint des saints, faisant moins de bruit qu'une plume sur le sol. Tout en surveillant les gardes, au cas où l'un d'entre eux se serait pris de regarder dans ma direction, je fis le tour des richesses, glanant ça et là des pierreries en ronronnant tout doucement d'un air appréciateur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 100 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 1000

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 26 Aoû - 23:54







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Voilà une longue journée d’audience bien remplit. Depuis quelque temps, mon chère et tendre Black Adam s’était absenté, me laissant la gérance de tout le royaume. J’ignorais bien ce qu’il pouvait trafiquer en ce moment, quand il avait une idée derrière la tête, il pouvait se montrer si têtu et user de tant d’énergie pour accomplir son dessein. Ce que je craignais, c’était qu’il soit parti dans une affaire, impliquant des activités louche. Par-là, j’entendais qu’il soit en train de déchaîner sa puissance pour anéantir des vies, se battre contre je ne savais quel ennemi et qu’il risquait de provoquer une terrible catastrophe, voir sa mort. Je me refusais de croire qu’il puisse mourir, et me laisser dans l’ignorance. À chaque instant, j’espérais le revoir sains et saufs, mais cela devenait de plus en plus dur.

Et à chaque fois que mon époux s’absentait, je devais m’occuper de la gestion de Khandaq. Tout se passait bien, le pays tournait bien et je veillais tout le temps au bien-être de mes habitants. Comme par exemple, là je recevais des sujets venus exposaient leurs problèmes et demandant de l’aide. Je laissais agir à chaque fois mon cœur et la sagesse pour résoudre chaque litige. Mais je devais faire face à d’autres problèmes bien plus graves. Adam inspirait aussi bien la crainte chez nos sujets, que chez nos ennemis et voisin. À chaque fois qu’il s’absentait, ces derniers conspiraient entre eux, croyant à chaque fois qu’en étant qu’une femme, je serais plus faible et plus facile à vaincre. Grossière erreur, à chaque fois, j’ai sus rabattre leur ego de mal.

Alors que je m’apprêtais à quitter la salle du trône pour rejoindre mes appartements, on m’annonça qu’un message venait pour me voir, afin de me remettre un présent. Lui accordant la permission d’approcher, ce dernier s’arrêta au pied du trône et se prosterna face contre terre. Je lui accordais de se relever. Ce dernier me tendit un paquet qu’on ouvrit devant moi.

Messager - Un présent pour notre reine, venant de notre roi.

Un cadeau d’Adam ? Toute excité je me précipitais pour le récupérer, et remerciais le messager en lui offrant de quoi manger et un peu d’or. Cela venait bien d’Adam, il m’offrait un pendentif en lapis-lazulis avec un mot de sa part. Il s’excusait de n’être présent, mais promettait de revenir bien vite sans me dire la raison de son départ et m’offrait ce bijou en gage de son amour. Je le serais très fort contre moi, comme si je pouvais ressentir sa présence comme ceci, comme si ce bijou servait de réceptacle. Notre conseiller s’approcha de moi, s’adressant avec un grand respect comme depuis le premier jour, étant une personne fidèle, étant souvent de bon conseil.

Conseiller - Votre majesté souhaite peut-être que l'on range en lieu sûr ce présent de notre roi.
Adrianna - Non, ce ne sera pas la peine je  vous en remercie. Je vais moi-même le ranger dans la salle aux trésors. Vous pouvez prendre congé.

Tout le monde s’inclinait à mon passage en quittant la salle du trône. Mais aussi dans les couloirs. À chaque fois, je leur souriais et leur permis de retourner à leur travail ou de prendre du repos. J’arrivais devant la grande porte qui gardait les plus beaux trésors de Khandaq. Les gardes s’inclinèrent à mon arrivée et m’ouvrir immédiatement la porte, me laissant entrer seule, sachant que je ne risquais pas grand-chose dans mon domaine. Je traversais les richesses de notre peuple et m’approchais d’un coffret en bois, recouvert d’or et de pierres. En l’ouvrant, j’y rangeais le bijou d’Adam. D’ordinaire, je préférais le faire dans ma chambre, mais je préférais garder cela dans un lieu plus sûr, jusqu’au retour de mon mari.

Mais quand je fis demi-tour pour sortir, j’eus comme un étrange présentement. Je sentais que je n’étais pas seule ici. Me retournant, je scrutais les alentours, examinant ces montagnes d’or tout autour. C’est alors que j’ai crue voir quelque chose bouger. Alors de ma main, je fis jaillir un petit éclair qui fit voler l’objet cachant la voleuse. Une femme, vêtue comme mes servantes se tenait là, mais elle semblait étrangère. La voyant, je fus à la fois choqué et courroucer. Sur un ton autoritaire, je lui ordonnais :

Adrianna – Qui êtes-vous ? Et que faites-vous chez moi ?

Il était clair qu’il s’agissait d’une voleuse, voire d’une espionne à la solde des nombreux ennemis voisins. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière. Bien que je détestais tuer, je renverrais en morceaux encore en vie cette fouineuse à ses maîtres, ainsi on verra une fois de plus ce qu’il en coutait de s’en prendre à Isis. Mais elle n’était pas typée oriental, plus occidental. Soit elle était une mercenaire, ou bien ceux de l’occident cherchaient eux aussi à nous espionner.

Adrianna – Vous ne savez donc pas qu’il est impoli d’entrer chez les gens sans être invité ? Surtout pour leur voler quoi que ce soit. Mais je suis magnanime, je vous laisse une chance de vous expliquer, car sinon…

Pour montrer que je ne plaisantais pas, je fis jaillir une boule électrique dans le creux de ma main, prête à lui être envoyer et la faire regretter son acte. Je pouvais être gentille bien souvent, mais là, j’étais fatigué et stresser par la situation géopolitique. Et encore, si Adam était là, il ne lui aurait pas laissé le temps de dire quoi que ce soit, elle serait déjà dans un piteux état.

Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1783 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2220

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Sam 2 Sep - 17:26



J'aurais pu y rester des heures, dans cette salle au trésor !
À mon avis, peu de gens avaient eu l'occasion de contempler les merveilles qui s'y trouvaient, parce que sinon, Shiratu et son patrimoine feraient l'objet de bien plus de convoitises extérieures. Les trois quarts des pièces stockées entre ces murs m'étaient inconnues (alors que je veillais à rester informée sur tout ce qui possédait une forte valeur marchande, qu'on parle d'article existant ou de simple rumeur), et pouvaient aussi bien être des œuvres d'art censées avoir disparu, que des artefacts chargés de magie... Mon regard accrocha successivement une parure d'aspect antédiluvien, des morceaux de fresque gravés d'une écriture cunéiforme, et ce que je crus identifier comme des parchemins égyptiens (le genre qui devrait se trouver dans une bibliothèque du pays voisin... ), en plus de rutiler devant le chatoiement des pierres colorées qui brillaient à la lueur de l'éclairage du palais. Tant de richesses qui auraient pu m'assurer un avenir radieux, et je ne pouvais prendre le risque d'en emporter aucune ! C'était d'un frustrant !

Cette frustration faillit causer ma perte ; je considérais toujours d'un œil gourmand une saisissante statuette qui n'aurait jamais pu tenir sous mon pagne, la lèvre inférieure mordillée par mes dents, lorsqu'un discret son de pas me tira de mes considérations pécuniaires. La porte s'ouvrit avec fracas au moment précis où je jetais mon corps derrière un amoncellement de pièces d'or, m'accroupissant et m'enroulant sur moi-même pour que le maigre couvert me dissimule entièrement. Le souffle bloqué, les oreilles en alerte, je suivis à l'aveugle le déplacement de mon visiteur, prête à changer de cachette si son avancée l'amenait dans un coin d'où mon abri ne servirait plus à rien. Il tombait à la fois très mal, et très bien, celui-là ; très mal, parce que je ne pourrai pas ressortir avant lui de la salle, mais très bien, car à quelques secondes près, je serais tombée nez-à-nez avec lui en tentant de m'esquiver en toute discrétion... Donc l'un dans l'autre, cet imprévu demeurait préférable à une prise sur le fait.

Évidemment, je ne pus m'empêcher de jeter un œil au-dessus le tas d'or, pour découvrir à quoi ressemblait mon visiteur. Et cette dernière, en l'occurrence, avait une sacrée classe ! Disons même qu'elle se déplaçait avec un port altier, et que sa tenue trahissait une fonction royale (ce qui me fit articuler un silencieux " 'chier ! " de retour derrière ma cachette). Si Isis en personne venait d'entrer, je donnais peu cher de ma peau... Sauf, bien entendu, si sa réputation avait été exagéré, et que malgré tous ses pouvoirs, elle soit incapable de détecter ma présence.

Un éclair grésillant me détrompa sur ce point, et je glapis piteusement de surprise lorsque la foudre fit voler en pluie les pièces qui me masquaient jusque-là. La souveraine me posa l'évidente question de ma présence, ce à quoi je répondis, en m'agenouillant pour coller à l'image de la servilité :


Votre humble servante terminait juste le nettoyage des biens de votre majesté... Pardonnez-moi d'avoir mis si longtemps... Tentais-je maladroitement, avant de me figer, glacée d'effroi.

La question m'avait été posée en Anglais, or je doutais que ce soit la langue locale. En répondant dans la même langue, je m'étais trahie toute seule comme étrangère du Kahndaq. La réaction de la reine de Shiratu ne se fit pas attendre : boule d'électricité à l'appui, elle me signifia que je devais lui fournir une réponse sincère, ou subir les conséquences (très désagréables) d'un nouveau mensonge. Ok ! S'il ne me restait qu'une phrase à prononcer, il faudrait la faire compter. Préparant soigneusement ma réplique, je fis donc, en me relevant doucement :


Soyez assurée d'une chose : tout ce que je souhaite, c'est de pouvoir quitter ce palais indemne, sans que vous ayez de raisons de m'en vouloir.

Énonçais-je en défiant (un peu effrontément) la reine des yeux, parce que je savais ce qui allait suivre : Mejishen allait débouler, se jeter sur cette occasion de m'accorder mon dernier vœu en me téléportant hors de cet endroit, et je veillerai à ce que le Kahndaq e revoit plus jamais ma jolie frimousse. Du peu qu'elle savait actuellement de moi, Isis ne pourrait (enfin... Je l'espérais) jamais me retrouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 125 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 3420

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte et Adrian Carlyle Eversfield
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Dim 3 Sep - 2:52

C’était une journée comme les autres, si chichis ni tracas et je me disais que bon. Peut-être qu’aujourd’hui serait parfaitement morne et sans trop d’intérêt. Ce sont des choses qui arrivent. Rarement, dans mon cas, mais qui arrivent. Je n’avais pas de blague de prévue, je n’avais pas spécialement envie de faire quoi que ce soit alors… La morne quiétude du quotidien, s’il faut dire les choses. Qu’est-ce qui pourrait bien se passer de si particulier, après tout? Oh il y aurait bien un truc mais… Ce serait trop demander je suppose. Et comme vous semblez curieux de comprendre de quoi je parle, laissez-moi éclairer votre lanterne. Je parle ici bien sûr de Selina Kyle. LA Selina Kyle, Catwoman, pour ceux qui ne connaissent pas la femme derrière le masque. Celle qui croyait dur comme fer que je suis un être venu d’une autre dimension, une génie.

Je lui pourrissais la vie presque quotidiennement et parfois plus qu’une fois par jour. Elle avait voulu se garder un vœu pour plus tard? Soit. Mais rien ne disait que je ne pouvais pas pointer le bout de mon nez dès que ce qu’elle énonçait ou même pensait se rapprochait de la chose. Et le plus beau dans tout cela c’est qu’elle avait bien trop d’orgueil pour juste souhaiter n’importe quoi et se débarrasser de moi. C’est beau la vie. Surtout pour moi. Autant vous dire donc que je ne m’attendais très certainement pas à me faire invoquer dans les prochaines heures… Et c’est bien entendu quand on s’y attend le moins que les choses se produisent le plus. Car Selina Kyle venait de formuler un souhait et en jetant un œil, je constatai qu’effectivement, il s’était mis dans de sales draps. Bon. Vous savez ce que ça veut dire. Il va falloir que j’entre en scène. Eh oui. Pas le choix.



Mejishen, génie de la quatrième dimension. Cool la transformation, non?

Donc… Je dois me présenter devant Catwoman, oui. Ceci dit, le petit hic, c’est comment. Il faut que je l’embête, sinon ce n’est pas drôle. Je veux dire… Jamais je n’accepterai de lui donner, sous les traits de Mejishen, exactement ce qu’elle veut. Absolument hors de question. Je me la joue génie d’Aladin ou Glossaryck dans Star Vs the forces of evil? Hum… C’est tellement tentant. Pourquoi ne pas mélanger les genres? À peine Selina a-t-elle formulé son souhait que j’apparais… Avec un bonnet de bain sur la tête et un gant de toilette avant de pousser une exclamation de surprise et de tenter vainement de cacher ma nudité. Facteur « lol » atteint. Si elle n’est pas plus exaspérée que soulagée de me voir, c’est qu’elle est plus coriace que je ne le pensais. Et c’est qui l’autre avec elle? Qui s’en soucie, au fond? Je dois juste exaucer un vœu et puis c’est tout… Ou pas.


« Décidément, maitresse, vous avez un sens du timing positivement affreux. Une génie ne peut même plus prendre sa douche sans être si cavalièrement convoquée. Mais soit. Soit. Un vœu est un vœu. Le dernier si mes souvenirs sont exacts. Je cite, donc : pouvoir quitter ce palais indemne, sans que la demoiselle ici présente ait de raisons de vous en vouloir. Pour commencer, quitter ce palais indemne… »

Une minute, Selina était dans le palais. La seconde suivante, nous sommes environ à un demi-kilomètre du palais. Elle, moi et… L’autre femme. Je viens tellement de la piéger avec son vœu! Mauvaise formulation. Oh ne vous inquiétez pas, je vais vous expliquer dans peu de temps. Vous verrez bien. Après tout, un vœu offre toujours matière à interprétation, c’est bien connu. Oh je peux presque sentir les dagues acérées dans le regard de Catwoman qui doit se dire que ce n’est pas du tout ce qu’elle a demandé. Ceci dit elle est chanceuse : j’aurais pu la téléporter dans un volcan actif. Elle aurait effectivement quitté le palais indemne. Les conditions d’atterrissage n’ont jamais été spécifiées, après tout… Chose certaine : je m’amuse et pas qu’un peu. Je ne vois pas pourquoi je ne me paierais pas la tête de la cambrioleuse, après tout.

« Voilà qui est fait ô maitresse. Ou devrais-je dire… Ex maitresse. Vous avez quitté le palais indemne tel que demandé et ce faisant, madame ici présente n’a aucune raison… De vous en vouloir d’avoir quitté le palais tout en étant indemne. Vous en vouloir car vous êtes une voleuse, oui. Pour ce que vous avez si clairement spécifié, non. Ne me regardez pas comme ça, je vais vous répéter ce que vous avez dit.

Vous avez dit et je cite : Soyez assurée d'une chose : tout ce que je souhaite, c'est de pouvoir quitter ce palais indemne, sans que vous ayez de raisons de m'en vouloir. Donc, tout ce que vous souhaitez c’est de quitter le palais indemne et que cet acte ne donne pas de raison à la personne à qui vous vous adressiez de vous en vouloir. J’ai obéis au pied de la lettre. Oh et Selina, ce fut un plaisir non feint que de te jouer ce petit tour. »


Je me permets même de lui tirer la langue avec toute l’insolence dont je suis capable avant d’éclater de rire. Je l’ai tellement bien piégé et j’ai été tellement une peste de la pire espèce… C’est trop beau! À tout hasard, qui c’est, l’autre? Regardons vite fait dans la tête de Catwoman. Bon apparemment cette femme s’appelle Isis et… Oh c’est trop beau, c’est la reine de ce pays! Ha ha ha ha ha! C’est presque trop beau pour être vrai. Elle a réussi à se planter sur sa formulation devant la personne la plus puissante du secteur, tout ça en pensant qu’elle réussirait à s’en sortir, comme d’habitude. Je m’étoufferais presque de rire, tiens. Ce sont des situations comme celles-ci qui forment de vrais moments d’anthologie. J’ai trop hâte de voir comment elle va essayer de s’en sortir sur ce coup-là, surtout qu’elle vient d’échouer avec l’option vœu…

« Bon, ça ne dérangera personne que je reste ici et que j’assiste à votre petit échange. Correction. Je me tape l’incruste et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur toutes les deux car me faire partir contre mon gré est atrocement difficile. Je me fais apparaitre un bol de maïs soufflé… Voilà… Et je regarde avec attention votre crêpage de chignon. Allez-y, allez-y, faites comme si je n’étais pas là… »

Eh, je suis venu, j’ai venu et je m’en irai quand le spectacle ne m’amusera plus. Et voir Selina fringuée comme une esclave, c’est hilarant. Et c’est quoi ce pays, on est à Agrabah ou quoi? Oh ne venez pas doucher mon enthousiasme. De toute façon, que voulez-vous qu’il m’arrive? Je ne suis pas la méchante de l’histoire ici, je suis la victime, esclave de la volonté de Selina, ma liberté contre un vœu, tout ça, tout ça et même que je ne connais pas la reine mais moi, quelqu’un me sort la carte du génie, j’aurais de la pitié pour le génie forcé de faire des trucs pas forcément de façon volontaire. Si je réussis à passer pour la pauvre désabusée de l’histoire, ce sera trop mortel. Mais bon hein : on verra bien ce qui va se passer. Après tout, cette nouvelle aventure ne fait que commencer et déjà, j’adore. Merci pour l’occasion, Selina…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 100 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 1000

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Lun 4 Sep - 9:13







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Cette étrangère me prenait vraiment pour une idiote. Mais quand on était là pour voler, on était prêt à dire n’importe quoi, surtout après une preuve d’une grande stupidité en venant voler dans un coffre royal. Croyait-elle aussi que comme c’était une femme qui avait la régence du royaume pendant l’absence de son mari, il serait facile de venir piller les richesses sans se faire prendre. Elle avait de la chance que je ne sois pas Adam. Elle croupira juste en prison et devra subir ma terrible réprimande. Sans aucun os cassé en plus, qu’elle s’estimait heureuse.

Soudain, à travers une explosion de colère qui me surprit, à tel point que je lâchais mon éclair qui vint frapper un mur, une apparition des plus étrange nous vint. Une femme, à la peau bleue, et aux cheveux de lumière nous apparut. Non avec majesté ou mystère, mais comme si elle sortait tout droit de la douche, jouant les pudique et se cachant ses attributs. Je ne comprenais pas trop ce qu’il venait de se passer. Elles semblaient se connaître, et parlaient d’un… Vœux ? Je n’eus même pas le temps de comprendre quoi que ce soit que d’un seul coup, je sentais que je me faisais aspirer vers le haut, quittant le sol, et à travers un tourbillon, j’apparaissais-je ne savais où.

J’essayais de reprendre les esprits, de comprendre où nous étions, pendant que les deux curieuses femmes se chamaillaient. Je me mis à cracher le sable que j’avais avaler et balaya celui qui avait recouvert ma robe. Regardant tout autour de nous, je comprenais que nous étions toujours à Kahndaq, mais à de nombreux kilomètre de la capitale. C’était cette femme, à la peau bleu nuit qui nous a emmener ici. Essayant de comprendre la situation, je me retournais vers elles et sur un ton empreint d’autorité et de frustration, je leur ordonnais :

Adrianna - Vous avez intérêt à arrêter de vous disputer et me dire ce qu'il vient de se passer ! Sinon je vous fais jeter tous en prison !

Je ne plaisantais pas, nous avions des cellules vides pouvant accueillir cette maudite voleuse. Et pour la créature, nous possédions tout un tas d’artefact magique pouvant la liée et nous assurer de son comportement. Mais ne voulant arriver à de telles extrémités, je leur laisser une chance de défendre leur vie. Et au passage, rendre ce qu’elles auraient pu voler. La vie de reine n’était pas facile, pas grand monde ne vous faisait confiance, on vous croyez faible, et il ne fallait pas compter non plus sur la solidarité féminine. Homme ou femme, tous partageaient plus ou moins les mêmes préjugés et tout le monde, cherchait à exploiter la situation à son avantage. Mais je n’allais pas leur facilité la tâche, je comptais bien les dégoûter d’un tel dessin. Croisant les bras, je les fusillais du regard l’un et l’autre avec un petit sourire malicieux.

Adrianna – Et j’aimerais savoir aussi, pourquoi une djinn travaillerait pour vous. Ou du moins, que fit-elle en la compagnie d’une voleuse.

Pour moi, elle avait toutes les caractéristiques d’un djinn, la couleur de peau, les pouvoirs, les vœux… J’avais l’impression de voir se dérouler devant mes yeux, l’histoire d’Aladin, mais version femme. Mais je ne voyais pas qui jouerait le rôle du prince et du méchant vizir. Enfin, je pouvais les imaginer, mais si ce que je pensais était juste, alors ce sera bien plus que de la prison qu’elle fera. Mais oublions ces futilités fictionnelles. Nous étions dans le monde réel, et je devais éclaircir cette affaire au plus vite. Après je devais rentrer, car j’avais du travail qui m’attendais au palais.

Code par Asi'click


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
avatar
ADMIN ♔ NAUGHTY CAT
Messages : 1783 Age du joueur : 26 Crédits : Thundered Batarangs : 2220

Feuille de personnage
Nom de Code: Catwoman
Multi-Comptes: Jason Blood
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 12 Sep - 17:00



En toute honnêteté, j'avais trouvé ma manière de formuler un vœu tout en ayant l'air de simplement répondre à la reine de Shiratu plutôt maligne. Le charisme de ma réplique ambivalente s'évapora comme de l'eau sous le soleil ardent du Sahara quand ma "sauveuse" débarqua affublée d'une tenue de douche, telle une comédienne de l'absurde amorçant le début de son one woman show. Évidemment, pour une intervenante extra-dimensionnelle totalement extérieure aux enjeux de la scène telle que Mejishen, ce décalage gravité/légèreté devait paraître amusant ; pour moi, en revanche, pauvre Selina Kyle prise sur le fait par une quasi-déesse courroucée et dont la survie dépendait intégralement du bon vouloir d'une génie, l'ironie manquait de sel. Tous les génies avaient-ils donc cette fâcheuse manie de vouloir constamment tout tourner en ridicule ? Ils pouvaient se le permettre, ceci dit. Mais quand même...

Tout en minaudant et en se donnant en spectacle, Mejishen se plia à ma demande. Naïvement, j'eus la brève illusion que cette aventure se terminerait vite et bien, car je m'attendais à atterrir dans mon appartement, les poches pleines de bijoux qui me mettraient Holly et moi à l'abri du besoin pour très longtemps. Le sable environnant et le relief familier du Kahndaq à perte de vue se chargea de me détromper, me laissant entièrement libre de regarder, pétrifiée, la génie (très fière d'elle) qui se gargarisait littéralement du pétrin dans lequel elle venait de m'abandonner, non sans prendre le temps de me démontrer mathématiquement que toute la responsabilité de mon sort m'incombait.


"Obéis au pied de la lettre" ? Mon œil, sale petite arnaqueuse rejetée d'un casting de navet SF ! Feulais-je en lançant un regard noir à celle qui me tirait la langue, toute hilare et contente de son tour. Tu as interprété ma formulation d'une manière bien personnelle, parce que je vois mal qui, à part une génie déterminée à me piéger, aurait pu comprendre mon dernier vœu comme "je souhaite que ce soit spécifiquement le fait que je quitte ce palais sur-le-champ qui puisse être une raison de m'en vouloir" ! Glapis-je en shootant dans le sable d'un pied sanglé de sandale, tout en sachant pertinemment que mon argument ne porterait pas.

Les vœux pouvaient quasiment toujours être interprétés d'une manière emmerdant la personne l'ayant formulée ; si Aladin n'avait jamais eu de soucis de ce côté, c'était uniquement parce que le génie de son histoire était un gars sympa, qui voyait où il espérait à en venir, et ne s'amusait pas à chercher la petite bête tel un notable acariâtre fouinant dans ses annexes pour exhiber un obscur alinéa empêchant le vœu de se réaliser de la manière attendue. Mejishen voulait me casser les pieds, et elle le pouvait (en plus, il n'était pas impossible que, d'ici quelques décennies, le recul me fasse admettre que je n'étais pas étrangère à cette envie de me punir dont cette native de la quatrième dimension bouillonnait).
Sur ces échanges très intellectuels (une référence à James Cameron, ça volait haut), une troisième voix me rappela que la terriblement puissante et terriblement en colère contre moi Isis se tenait toujours à quelques mètres de ma personne (ce qui signifiait soit que Mejishen était assez puissante pour téléporter une quasi-déesse contre la volonté de l'égale de Black Adam - flippant, soit qu'Isis pouvait elle-même se téléporter et nous avait suivi sans problème – flippant aussi, voire plus flippant).

Sa demande outrée d'explications sur ce qui venait de se jouer m'apprit qu'elle avait été victime de la téléportation (donc Mejishen était officiellement plus puissante qu'une presque déesse – et osait vouloir nous faire croire qu'elle ne pouvait pas se changer en une milliseconde lorsqu'on l'invoquait dans la troisième dimension). Entendre cette figure d'autorité souveraine peiner à comprendre ce qui lui arrivait me rassura un peu sur sa nature. Au moins, cette Isis n'était pas omnisciente (j'en étais réduite à des constats de ce genre, pour me rassurer). De plus, elle venait de me menacer (enfin, de
nous menacer, mais je voyais mal Mejishen s'en émouvoir) de prison. L'époque où une boule d'électricité m'était réservée venait apparemment de toucher à sa fin. Pour autant, je ne me précipitais pas pour répondre. Tout ce que j'avais actuellement à ma disposition pour négocier avec cette reine hyper-puissante, c'était les informations dont je disposais (Mejishen aussi, mais j'espérais très fort qu'elle ne gâcherait pas tout à nouveau) ; une fois les réponses à ses questions obtenus, la régente n'aurait plus besoin de moi, et on m'enverrait en prison. Un peu comme avec la génie, l'unique levier dont je disposais avec Isis se résumait à sa curiosité, que j'allais devoir exploiter au maximum pour m'en sortir libre et indemne. Entre ces deux superpuissances qui se sentaient très bien dans la présente situation, moi, je suais (mentalement) à grosses gouttes, pareille à une équilibriste tentant de marcher sur un fil tendu au-dessus du vide.


Je vois que tu as fait de superbes progrès quant à ton attitude vis-à-vis des gens de le troisième dimension, Mejishen. Grinçais-je.

La dernière fois, faire culpabiliser cette génie avait donné de beaux résultats, et en plus, j'avais présentement pas mal de matière à exploiter pour lui donner le mauvais rôle. S'il me fallait faire porter le chapeau à n'importe qui d'autre qu'à moi pour sauver mes fesses, je ne risquais pas d'hésiter. Croisant, moi aussi, les bras, je pris bien soin d'ouvertement ignorer les menaces d'Isis (théoriquement, j'ignorais la moins puissante des deux), la laissant mariner dans ses questions sans réponse, pour me braquer sur Mejishen (tout en guettant d'une oreille les imminentes pétarades de l'attaque militaire ennemie sur Shiratu, qui déstabiliserait peut-être suffisamment la régente pour qu'elle m'oublie et me laisse filer).


"Allez, pauvres mortelles ! Disputez-vous donc, pour mon plaisir ! Après tout, qu'ai-je à faire de votre espèce inférieure, moi qui suis une toute-puissante génie ? " L'imitais-je, d'une voix que j'avais aigre à cause de mon ressentiment à son égard, ce qui fit sortir mes répliques suivantes avec une intonation plus qu'appropriée. Merci de me donner raison, en fin de compte. Comme je le disais, tu n'en as rien à foutre, des humains. Tes belles paroles sur ton envie de mieux nous comprendre, c'était du vent. Nous sommes les crabes que tu ramasses sur la plage, avec lesquels tu joues pour te distraire, et que tu abandonnes, crevés ou non, une fois lassée. Tu n'as pas l'air de comprendre, Mejishen... Mais comment le pourrais-tu, toi pour qui nos périls mortels sont de gentilles plaisanteries résolues en un battement de cils ? Mon clou bien enfoncé, j'effectuais une transition toute naturelle vers ma situation. Figure-toi qu'il n'est pas ici question d'engueulade, Mejishen. Une voleuse ne " s'engueule " pas avec la reine méta-humaine qu'elle a dépossédée ; elle se fait simplement emprisonner à vie ou exécuter. Alors oui, pour les gens de la quatrième dimension, la différence ne doit pas être très perceptible, mais pour nous autres, pauvres mortels, c'est ce qui distingue une situation banale, de la fin de tout moment positif. Assenais-je, pauvre trentenaire en habits de servante perdue en pleine nuit au milieu du sable froid, avant de me draper dans des restes de fierté. Alors crois bien que te servir de distraction pour les dernières minutes de liberté qu'il me reste, c'est quelque-chose comme le cadet de mes préoccupations actuelles, ma grande !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t336-the-cat-burglar-of-gotham http://legendsofdc.creationforum.net/t345-les-promenades-de-selina-kyle http://legendsofdc.creationforum.net/t344-coffre-fort-social-de-selina-kyle
avatar
Messages : 125 Age du joueur : 29 Crédits : N.A. Batarangs : 3420

Feuille de personnage
Nom de Code: Mags
Multi-Comptes: Astarte et Adrian Carlyle Eversfield
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Mar 12 Sep - 20:36

Oh bon. Tout de suite, soit des menaces ou la carte de la culpabilité. Bien essayé mais cette fois, moi, Maggie, celle qui joue le rôle de Mejishen, je refuse de plier, de céder. Que d’hypocrisie dans les paroles de Selina! Et que d’arrogance dans celles de cette soi-disant reine! Vous ne voulez pas qu’on vous déroule le tapis rouge à toutes les deux avec ça? Je ne mange pas de ce pain-là! Je vais vous faire redescendre sur Terre toutes les deux, vous allez voir, ça ne va pas trainer! Le tout en m’amusant, bien entendu, sinon, où serait l’intérêt! Je vais vous le dire moi : il n’y en a pas. Le but du personnage de Mejishen était de tirer Selina Kyle d’un faux pas, je ne pensais pas le garder si longtemps mais maintenant qu’il faut l’adapter… Faire évoluer son personnage. On dirait un mix entre Pokemon et Donjons et Dragons…

« Les filles, les filles, on se calme. Princesse Jasmine, faute de savoir ton nom, je fais juste mon boulot. J’exauce des vœux. Si tu veux, tu peux en avoir trois aussi. Il te suffit juste d’avoir le bon type d’artefact et le tour est joué. Et Selina, s’il te plait, laisse tomber les violons, tu essaies d’être la victime alors que tu voulais que je te sauves les fesses des conséquences d’un acte criminel que tu as commis… »

Quoi, vous ne pensiez quand même pas que j’allais juste partir comme ça, pouf, sans rien. Je ne veux pas que Selina finisse en prison. Je ne veux pas qu’il lui arrive malheur même si elle le mérite. Je ne veux pas entrer en conflit avec cette reine qui semble toute aussi capricieuse que ma cambrioleuse préférée. C’est marrant parce que je me demande comment aurait fini Selina si elle avait connu la richesse et la royauté. Aurait-elle été aussi… Peste? Parce que sérieusement, si on regarde les choses telles qu’elles sont, elle n’a pas super, super fière allure sa, sa majesté de je ne sais trop. Un peu d’humilité ne lui ferait pas de tort non plus. Adoptant une tenue un plus… Professionnelle… Soit le retrait des accessoires de bain pour quelque chose plus « aladdinesque », je regarde à tour de rôle  les deux fortes têtes du groupe. Quoi?

Ah si, j’ai une forte tête également mais Selina, c’est du lourd et la reine, princesse, sultane ou je ne sais trop ne laisse pas sa place non plus. Et appelez ça un sixième sens mais j’ai comme l’impression que mes talents risquent de leur être utile bientôt. Vous savez, le hasard… Ça n’existe pas vraiment, en fait. Souvent c’est provoqué par des forces que vous auriez du mal à comprendre. Si je me suis retrouvée ici, c’est plus que juste pour exaucer un vœu. Et si vous voulez mon avis? Ces bruits de guerre en arrière-plan, dans le très lointain, ce qui n’a rien de rassurant, ne sont pas étrangers à cette impression. Essayons de garder les choses civilisées. Des fois que… Nous aurions besoin de collaborer. Je ne dis pas de se faire confiance et de danser main dans la main. Je dis que si mon pressentiment est bon, il va falloir mettre de l’eau dans notre vin.


« Maintenant, considérant que mon rôle dans cette histoire est terminé, j’ai exaucé le vœu de Selina, je me dis : on a toujours besoin d’un coup de pouce magique et ma cambrioleuse préférée, si je me fies à ce que j’entends, un vœu gratuit sur le thème de je ne veux pas finir en jus par un tir de mortier me semblerait à propos. Et ton altesse, je ne dis pas que tu ne peux pas te défendre mais comme je suis là... »

Je ne vais pas en faire des amies, c’est clair. Mais face à l’adversité, c’est toujours bon d’avoir des options. Et je ne suis pas parano mais je serais presque sûre que le bruit des combats s’est rapproché. Si c’est bien le cas, ça veut dire que les ennuis arrivent plus vite que prévu. Plissant les yeux, je vois une dizaine de points dans le lointain. Ce que je ne sais pas pour le moment c’est que ce n’est pas un vol d’oiseaux (oui mais ça je le sais) mais une formation de bombardiers qui ont comme objectif d’aider avec le redéveloppement urbain du pays : tout raser pour mieux reconstruire. Maintenant, je ne suis pas une spécialiste en aviation de guerre mais je parie que précis ou pas, le souffle de ces bombes va faire plus que décoiffer Selina et la souveraine des lieux… Moi-même, Cinquième Dimension ou non, je ne compte pas tester les effets d’une bombe sur moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Queen of Kahndaq
Messages : 100 Age du joueur : 30 Crédits : Avatar : TWIZZLE - Gif : TUMBLR Batarangs : 1000

Feuille de personnage
Nom de Code: Isis
Multi-Comptes: Slade Wilson - Jack Emerson
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]   Jeu 14 Sep - 9:43







Aller trop loin
Selina Kyle & Maggie Marzena



Elles osaient même m’ignorer. L’intruse et la djinn se lancèrent dans leur dispute de gamines, me laissant complétement de côté. Elles avaient de la chance d’être en face de moi, car si c’était Adam, il leur aurait fait passer un sale quart d’heure et ce serait un miracle qu’elles resteraient en vie. Au moins, j’apprenais que la première femme était bien une voleuse, et la seconde, pour une raison inconnue, lui devait trois vœux. Mais cette dernière, étrangement, m’expliqua comment obtenir ses faveurs. Mais pour qui on me prenait ? La situation était suffisamment stressante comme ça, sans pour autant ajouter une voleuse présomptueuse et une djinn un peu folle.

"Non merci, tout ce que je souhaite, ce serait des explications. Et je vous le demande de manière poli malgré le fait que vous êtes entré illégalement chez moi pour me cambrioler."

Vraiment beaucoup de chance. Et même si j’ignorais la puissance exacte du djinn, je n’avais pas peur de me mesurer à elle et la mettre hors d’état de nuire. On devrait avoir une lampe quelque part pouvant lui servir de nouvelle maison. Mon intention fut détournée par le bruit d’explosion et de cris se trouvant derrière nous. Me retournant inquiète, je découvris avec horreur des machines de guerre s’en prendre à Shiratu. Une tempête de feu dévorait les murs de la belle ville comme un monstre sortit de la douât. Comment une telle chose était possible ? Aucun signe d’avancer ennemi ne fut relevé. Peu importe, je devais sauver mon peuple de ce massacre coûte que coûte. Black Adam n’étant pas là, je devrais devenir la nouvelle déesse guerrière pour repousser l’envahisseur.

La djinn laissa entendre que je pouvais avoir besoin de son aide. Sur le coup, je les dévisageais. Pourquoi aurais-je besoin de l’aide de ces deux femmes ? Elles voulaient me nuire en volant dans le coffre royal. Alors pourquoi vouloir se mêler d’une histoire qui ne les concernait pas ? La situation était de plus en plus tendue, et je n’arrivais plus à réfléchir comme avant de la meilleure stratégie à adopter. Sans doute, chaque plan était aussi bon que mauvais les uns des autres. Mais je ne voyais pas trop en quoi leur aide me serait profitable, si ce n’est obtenir grâce après s'être fait prendre la main dans le sac, où plutôt dans le coffre.

"Et pourquoi j’aurais besoin de vous ? A part le cambriolage, je ne vois pas en quoi et pourquoi vous m’aideriez."

Soudain, le tir d’un obus fendit l’air et menaça d’exploser juste à côté de nous. D’un éclair, je le fis exploser à plusieurs mètres au-dessus de notre tête, créant juste plus de peur que de mal. D’une main, je devrais pouvoir les repousser, et les responsables de cette folie seront arrêter et condamner pour leur crime. Mais je devais agir et vite, la vie de milliers de personnes était en jeu.

"Si c’est pour le vol, gardez donc ces babioles avec vous. Elles n’ont aucune valeurs, j’espères qu’au moins que cela vous contentera."

Les bijoux en or et argent n’avaient aucune réelle valeur pour moi. Le plus important était la vie, la sécurité des miens. La preuve, la plupart de ces objets que beaucoup convoités auraient fini échanger contre de l’argent afin d’aider le peuple. Tout ce que je gardais pour moi, c’était les cadeaux de mon époux. Le reste, je le donnais volontiers au peuple qui en avait bien plus besoin. Il était dommage de voir que peu de personne partageaient ces valeurs, mais je savais que ce monde était rempli d’être très égoïste.
Code par Asi'click

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t1211-adriana-tomaz-queen-of-the-desert#15322 http://legendsofdc.creationforum.net/t1213-le-parchemin-d-adrianna-tomaz#15337 http://legendsofdc.creationforum.net/t1212-les-sujets-d-isis#15333 http://legendsofdc.creationforum.net/t1214-arcs-narratifs-de-adrianna-tomaz
 
Aller trop loin [PV Adrianna Tomaz & Maggie Marzena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petit chemin qui peut aller trop loin !
» Pourquoi aller si loin .......
» Un pont trop loin
» [Thor, Annika] Une île trop loin
» On ne peut pas aller plus loin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Terre & Espace :: Reste du Monde :: Afrique & Océanie :: Kahndaq-
Sauter vers:  




Vous êtes fatigués de la routine ? Envie d'incarner un nouveau super héro ou un super vilain de votre choix ? La soirée costumée des supers du Iceberg Lounge Club est là pour vous ! Ouvert à tous et à toutes, peu importe le costume (ou le manque de). VOIR ICI




On nous informe que Washington DC est actuellement le théâtre d'une attaque menée par une certaine Scandal Savage. Les Titans et d'autres justiciers indépendants tentent de maîtriser la situation cependant nous restons sans nouvelles de la Justice League. Plusieurs envoyés sont déjà sur place. VOIR ICI

Ajoutez votre new ICI!



Réunion entre criminels
Tentative d'évasion (criminel uniquement)
Soirée costumée

Recenser un sujet libre : CLIQUEZ ICI !