Partagez | 
 

 ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♔ TITANS, TOGETHER !
Messages : 622 Age du joueur : 20 Crédits : Tumblr (gifs) - Moi (avatar/codes) Batarangs : 913

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Floyd Lawton
Infos Diverses:
MessageSujet: ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]   Mar 11 Juil - 2:32



Une nouvelle aube se levait pour les deux tourteaux, tandis que la tempête s'était éloignée de leur vie. Ils étaient enfin heureux ensembles et après tous ces mois ils avaient pratiquement oublié le sentiment. La dernière année avait été compliquée pour chacun d'entre eux, avec Dick écopant du masque de Batman et ainsi de toutes ses responsabilités, celles-ci s'ajoutant à ses propres problèmes.
Live and Let Die
When you were young and your heart was an open book, You used to say "Live and let live". But if this ever changing world in which we're living Makes you give in and cry, Say "Live and let die".
Associant difficilement le rôle du Chevalier Noir à son emploie au GCPD et manquant cruellement de sommeil, le jeune homme, endeuillé par la mort de son père adoptif, s'était retrouvé sous tension, à cran. Par ailleurs, il n'avait pas été aussi efficace que son mentor et bien qu'il ait reçu l'aide de quelques justiciers, Gotham avait connu une sombre période. Mais à présent tout était terminé, Bruce était revenu et Dick avait pu récupérer son ancienne vie, son ancien costume, celui de Nightwing. Et le monde de Nightwing était bien plus coloré que celui de Batman. Arborer de nouveau cette armure noire et bleue avait alors été au garçon comme une réelle bouffée d'oxygène. Enfin, Barbara lui avait confié son souhait de mettre le costume de Batgirl au placard et de reprendre ses études. Elle avait été capable de faire ce qu'aucun d'entre eux n'avait réussi à faire. Aller de l'avant. Elle allait quitter le masque pour profiter de ce que la vie avait à lui offrir. Peut-être même avait-elle déjà des projets d'avenir, avec Dick. Ensembles, ils allaient avancer. Ensemble, ils allaient tenter de créer quelque chose. Ca ne serait pas parfait, mais cela suffirait à leur bonheur. Seulement, ce qu'ils avaient ignoré tout ce temps, c'était que ce sombre chapitre de leur vie ne se terminait que pour laisser place à un chapitre encore plus sombre. La tempête s'en était allée, seulement pour laisser place à l'ouragan.

Lorsqu'il avait reçu cet appel, le temps semblait s'être figé. Comme si le Destin, aussi cruel soit-il, avait envie de laisser à Grayson tout le temps nécessaire pour peindre dans son esprit le moindre détail de cette scène abominable dans un sombre tableau qui hanterait toujours ses pensées. Les premiers mots de Bruce avaient pénétré sa sphère impénétrable de positivité et de joie de vivre, coupant son air comme des poignards. Le Joker avait tiré sur Barbara, devant son père. Elle était au bloc et personne n'était capable de dire si elle s'en sortirait. Et alors un poing invisible semblait avoir frappé le jeune héros dans l'intestin, le laissant juste là, à suffoquer silencieusement. Le reste des mots n'avait plus été qu'un flou lointain, se déroulant à des années lumières de lui. Il était alors entré dans un état second, raccrochant simplement le téléphone d'un mouvement mécanique et inconscient, sans dire un mot. Et enfin, il s'était rendu compte que ses mains s'étaient mises à trembler de façon incontrôlable, de frustration, de colère. Et de peur. Parce que oui, l'officier du GCPD était terrifié à l'idée de voir tout son monde s'effondrer aussi vite qu'une balle pouvait sortir du barillet d'un revolver, de perdre celle qui était son ancre, son rocher auquel se raccrocher. Au final ils avaient beau avoir conscience que ce genre d'appels pouvaient sonner à chaque seconde de leur vie, se tenir prêts à les affronter, eux pour qui la vie était mise dans la balance tous les soirs et qui avaient signé pour. Mais la réalité était bien plus déchirante que la simple pensée et aucune formation ne pouvait préparer à supporter un tel choque, pas même le fait d'avoir vu tomber autant de proches qu'il n'en avait vus. Parce que, tout comme chaque individu l'était, chaque perte était unique. Et si certains de ses proches perdus étaient revenus, ce n'était pas le cas de tous.

Naturellement il s'était alors rapidement rendu à l'hôpital dans lequel la demoiselle avait été amenée plus tôt mais ce n'est qu'après des heures interminables de peur et d'angoisse qu'il avait enfin pu avoir des nouvelles de sa petite amie. Elle vivrait, mais la balle ayant causé de sérieux dégâts à sa moelle épinière elle resterait paralysée. Honnêtement Dick n'avait pas su s'il devait s'en réjouir ou en pleurer. Il savait ce que cela impliquerait pour la jeune femme, tout simplement parce qu'ils étaient taillés dans le même bois. La gymnastique représentait à l'ancienne justicière autant que la voltige pour le premier Boy Wonder et l'immobilité la rendrait aussi folle qu'il le serait. Mais une seule question était revenue dans son esprit, encore et encore, comme un disque rayé. Comment une telle chose avait-elle pu se produire ? Il avait promis à James Gordon qu'il veillerait sur sa fille, qu'il serait toujours là pour elle. Dieu, il se l'était promis à lui même, bien qu'il lui semblait qu'elle soit en fait celle qui lui sauvait les miches le plus souvent. Mais maintenant, avec Barbara qui ne pourrait probablement plus jamais marcher, il n'y avait plus que ce sentiment d'échec. Sentiment hautement semblable à celui qu'il ressentait quand il pensait à Jason, dont la vie avait également été volée par le Joker. Et bien, d'abord Jason, puis maintenant Babs ? Qui serait le prochain ? Tim ? Damian ? Lui-même...  Cela faisait des années que c'était devenu personnel entre le Joker et les chauves souris. Mais combien de vies brisées faudrait-il encore pour que ce clown ne se lasse ou qu'il ne soit définitivement mis hors d'état de nuire ? Cependant au fond, Grayson savait qu'il n'y avait qu'un seul moyen pour que cela ne se produise même s'il refusait de l'admettre. Et c'était la première fois que le Fils Prodige avait considéré cette éventualité qui d'ordinaire lui aurait fait horreur, celle de prendre une vie. C'était ce qui l'avait poussé à traquer les mouvements du Joker pendant un couple de jours. Et à présent, voilà que le justicier avait trouvé où se planquait le clown. Ce dernier allait recevoir une cargaison importante sur les docks, en pleine nuit cela va de soi. Ce serait le moment où il serait le plus vulnérable. Le moment qu'avait choisi le justicier Nightwing pour lui tomber dessus... Dans le sens littéral du terme. Après avoir longuement analysé son environnement et tous les points stratégiques à noter, il était apparu comme tombant du ciel au milieu de ces criminels, interrompant leur petit trafique. D'accord, peut-être qu'il avait agi avec un peu trop de spontanéité pour un allié de Batman, peut-être avait-il été un peu trop impulsif ; mais il était bien connu que le premier Robin avait tendance à se laisser aveugler par les sentiments lorsque cela devenait trop personnel. Ça et son besoin irrépressible de faire confiance aux autres seraient sa perte. Pourtant à peine avait-il empoigné le col du prince du crime que ses hommes de mains le forcèrent à lâcher sa prise. Malheureusement pour eux, l'adrénaline et la rage coulaient dans les veines du jeune héros, sa combativité était belle et bien présente.  « Joker ! Cette fois tu es allé trop loin ! », accusa-t-il dangereusement entre deux coup, les dents serrées. « Tu t'en es pris au commissaire... » ajouta-t-il alors qu'il frappait un autre homme de main du Joker, une mâchoire craquant sous la force de son bâton d'escrima. Il eut cependant un pincement au cœur avant de poursuivre sur le même ton menaçant, bien trop inhabituel pour Nightwing. « ...et à sa fille ! ». Cependant, son visage n'était qu'un masque stoïque et inexpressif : il devait mettre ses sentiments de côté pour ne pas tout gâcher. Il devait réprimer à tout prix cette haine pour l'homme souriant narquoisement en face de lui, et quelque part la facilité avec laquelle il y parvenait le terrifiait. Seulement, une fois qu'il en eut finit avec les deux molosses du Joker, il fut frappé par un flash le faisant se sentir comme le petit garçon d'autrefois, qui tenait l'assassin de ses parents entre les doigts mais que la réalisation venait de frapper. La réalisation que la vengeance n'enlevait rien à la peine et qu'il ne devait pas laisser des sentiments aussi mauvais et consumants que la rage prendre le dessus sur son deuil et sa tristesse. C'est ainsi qu'il réalisa, tout comme lorsque Jason avait été tué, que le meurtre n'était pas une option et que cela ne ferait que le détruire encore un peu plus, entachant son âme qu'il était parvenu à conserver pure même après tout ce temps passé dans le monde de Bruce. Le Joker semblait avoir remarqué cette réalisation, parce que son sourire horrible s'accentua de plus belles. « J'espère que tu as eu ce que tu voulais, parce que tu ne sortiras pas d'Arkham avant un moment cette fois. », souffla-t-il tout de même, résigné. Pourtant les deux hommes le savaient autant l'un que l'autre : ce petit jeu durerait éternellement, parce que le Joker était comme la peste au moyen âge. Une maladie incurable semant des épidémies mortelles encore et toujours, tandis que personne ne parvenait à l'éradiquer définitivement...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
FONDATEUR ♔ MISTAH J.
Messages : 993 Age du joueur : 23 Crédits : Dickounet Batarangs : 350

Feuille de personnage
Nom de Code: Le Joker
Multi-Comptes: Barry Allen
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]   Ven 14 Juil - 23:47


LIVE AND
LET DIE
Le Joker & Dick Grayson & Jason Todd
Les jours avaient passé, mais c'était encore la nouvelle choc sur les différentes chaînes de télévision de la ville. Si je m'étais tantôt tenu à carreau, la ville savait désormais que j'étais bel et bien de retour, près une nouvelle fois à amener le chaos dans les rues de cette ville qui plongeait de plus en plus vers l'obscurité, et ce, même si Batman et ses différents alliés s'efforçaient jour et nuit à stopper la criminalité, qui ne faisait que grandir. La ville de Gotham avait-elle atteint un point de non-retour ? Le crime devait être plus facile à faire que la justice, c'est surement ce qui me facilitait autant la tâche d'ailleurs pour toujours avoir une bonne liste de sbires, tout prêts à me suivre dans cette folie grandissante. Mon dernier coup avait été de m'attaquer directement au commissaire de la police, quoi qu'en fait, la victime réelle fut sa pauvre fille qui s'était retrouvée à l'hôpital, transpercé par une balle de fusil. Les rapports de télévision laissaient présager le pire pour elle, si seulement elle pouvait en mourir, Gordon chuterai possiblement plus vite dans la folie... Je mourrais d'envie de voir le commissaire frôler la démence, le voir entre les murs de l'asile serait le summum, mais ce soir-là, j'avais pu voir son esprit se fracasser, disons que j'étais satisfait... Pour le moment, du moins.

Le corps de la jeune Gordon au sol m'avait légèrement rappelé la mort du jeune Robin. Capturé par ma propre personne, le jeune héros n'avait pas eu la chance de se débattre, acceptant contre son gré les coups de pied-de-biche que je lui avais asséné cette nuit-là, laissant ensuite son corps brûler dans une explosion, n'offrant pas une seule chance à Batman de sauver son jeune acolyte. Les situations étaient loin d'être semblables, mais le but ultime restait le même. Par mes actions, j'avais cherché à briser l'esprit d'un rival, démontrant dans les deux cas que j'étais prêt à tout pour arriver à mes fins.

Les docks, cette place, je l'aimais bien, certes pas autant qu'Ace Chemical, mais l'accessibilité de ceux-ci rendait les transferts d'arme et les nouveaux arrivage bien plus facile. Une nouvelle cargaison d'explosif, voilà ce qui m'avait attiré sur le bord des eaux, en cette nuit au ciel nuageux, n'offrant que le symbole lumineux de la chauve-souris dans le ciel comme éclairage. Si je m'attendais à recroiser rapidement l'un des protecteurs de la ville suite à mes actions, je me devais d'avouer que je commençais à trouver le délai assez long. Des jours s'étaient désormais écoulés depuis que j'avais envoyé la jeune Gordon à l'hôpital et je n'avais toujours pas eu de visite d'un des fameux membre de la famille de Batman. Personnellement, je commençais à croire que le lien d'amitié entre Batsy et Gordon n'étaient que professionnel, bien que j'en doutais.

La transaction était sur le point d'être complétée quand une ombre géante s'écroula sur deux de mes sbires, ce dirigeant d'un mouvement rapide vers ma personne m'agrippant ensuite par le cou pour me soulever légèrement de terre. Un large sourire s'imposa alors sur mon visage alors que l'ombre se révéla, Nightwing. Par ses paroles, je pouvais déjà constater qu'il n'avait pas l'intention de jouer ce soir. Mes yeux se perdirent rapidement dans les siens, alors que ce dernier m'indiqua que cette fois-ci, j'avais dépassé les bornes en m'attaquant au commissaire et à sa fille, mais la chose qui me marqua le plus fut le léger délai dans ses paroles, me faisant alors comprendre qu'il désire bien plus vengeance pour la jeune Gordon que pour le vieux à moustache.

« Un retour à la maison alors ? Vous n'êtes vraiment pas vite dans votre petit groupe de héros, pas vrai ? Batman tente encore et toujours de m'envoyer à l'asile, mais vous ne comprenez pas que cette place m'appartient, je rentre et sors comme un homme rentre dans un moulin, mais je dirais plus que je sors aussi facilement que le sang qui coulait du ventre de la petite Gordon, MOUAHHAHAHAHA!» Mon rire fut interrompu par une petite explosion, celle-ci me servit d'ailleurs de diversion afin de retrouver sur mes jambes, ne sentant plus la force incroyable de l'oiseau de la nuit contre ma gorge. Je m'approcha rapidement de Nightwing, me servant à mon tour des ombres, pour parvenir à lui infliger un coup à l'abdomen à l'aide d'une barre de fer. Le coup me donna, un temps suffisant pour que je reprenne couverture dans les ombres, c'était à mon tour d'avoir un petit avantage et je comptais bien en profiter. « Tu sais, il y a plein de façon de bien commencer une discussion, mais tes années auprès de Batman t'on bien appris que la meilleure, c'est celle avec les poings, je t'en pris ne me manque surtout pas si tu es pour me frapper, d'ailleurs frappe à gauche, le côté droit est mon meilleur profil, du moins c'est ce qu'on me dit.» Dis-je d'un ton provocateur avant d'être interrompu par un nouvel arrivant.
"Aw... Jeez... I hit Jason and Barbara a lot harder than that... The fallen soldiers of the Bat... They were your freinds right? HAHAHAHAHAAAA! "



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t644-the-emerald-knight-hal-jordan-green-lantern#8187 http://legendsofdc.creationforum.net/t1201-les-folies-du-joker http://legendsofdc.creationforum.net/t1191-will-you-live-for-me
avatar
Messages : 17 Age du joueur : 20 Crédits : ocean lounge Batarangs : 200

Feuille de personnage
Nom de Code: Red Hood
Multi-Comptes:
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]   Dim 16 Juil - 23:54


Live and let die

Les cauchemars surviennent de façon aléatoire, incontrôlés et incontrôlables pour la plupart des hommes. Fascinants et terrifiants, ils nous permettent de faire face à nos peurs ; de savourer le goût subtil de l'effroi. Alors que ces terribles songes entrent dans l'esprit des autres hommes que peu fréquemment, pour Jason Todd ceux-ci l'accompagnaient chaque sommeil, aussi léger ou court soit-il. L'abandon, la douleur, la peur, la mort, le vide … Tout se répétaient dans un cercle infernal durant plusieurs heures. L'habitude ne lui permettaient pas de s'en accommoder voir de les combattre, il n'arrivait seulement qu'à prendre de la distance face à ses peurs, face à son passé se renvoyant alors adolescent, seul et le corps en lambeaux. La précipitation de ses réveils, toujours au moment de la détonation avait une allure presque mécanique, chaque nuit était le spectacle de ce même spectacle que ce soit son réveil ou son cauchemar. Durant les quelques secondes qui suivaient son réveil, alors que la réalité se mêlaient à ses souvenirs, le jeune homme étaient, à chaque fois, de crier. D'appeler à l'aide Bruce ou même Batman, d'appeler à l'aide celui qu'il considérait être son père. Mais personne n'était venu, il avait alors enduré les coups puis s'était résigné face au compteur, chaque second faisant prendre conscience à Jason de sa solitude, de son destin, de sa triste vie. C'était dans un silence presque solennel que l'ancien Robin se leva de son lit, avant de se mettre face à sa fenêtre. Un sentiment de sécurité lui revint progressivement face à la fenêtre devant la vue d'une Gotham City embrassée par le soleil en fin de course. Cette ville, sa ville … le présumé justicier se complaisait à la vue de cette ville infâme, cette ville dont il connaissait tout les recoins et qui regorgeait en elle une infinité de souvenirs de ce spectateur aux sombres desseins.

L'heure n'était malheureusement à la paresse loin de là. Il le savait, le repos ne lui était pas permis ou du moins, il se l'interdisait. La ville devait être nettoyé. La purge se devait d'être faite de manière efficace, c'est à dire à sa manière : la punition capitale. Les malfrats devaient cesser d'agir, cesser de vivre. Afin de mener à bien cette mission, l'identité du Red Hood avait crée. Jason était fier de sa création, de son travail. Avec sa manière, il dépasserait son mentor ; la peur n'était pas l'outil parfait pour combattre le mal, le meurtre si. Le vide est le pire des emprisonnements, les violeurs et autres assassins ne doivent plus avoir le droit d'exister, de ressentir la satisfaction ou même le bonheur. L'Enfer se doit d'être leur seule terre d'accueil, là où sont punies ceux qui abusèrent des faibles. C'est avec cette conviction que le jeune homme se mit à ses exercices quotidiens. Ces exercices avaient pour lui tant de vertus, un point où se concentrer tout en l'aidant pour sa mission ; mais surtout ils étaient un des rares souvenirs un tant soit peu tangibles du lien avec Batman. Les heures s'accumulèrent alors tandis que la sueur remplaçaient les larmes enfouies, la douleur physique apaisé par l'entraînement proportionné soulageait les maux de son cœur. Le silence régnait dans l'appartement de Jason Todd seulement son souffle brisait le silence de plus en plus lourd. Sa colère enfouie refaisait surface pour qu'il puisse se dépasser, une sorte d'auto-punition ou une pulsion  masochiste le poussait à faire jusqu'à ce que son corps lui ordonne d'arrêter ou qu'il lâche. La quête de la punition que le jeune homme cachait se montrait alors dans ses mouvements. Le besoin d'être blessé, de souffrir est présent en chacun et ne se montre que dans l'intimité. Après ces moments intense, il gagna ses ordinateurs afin d’exécuter la tâche pour laquelle il s'était réveillé. Le Joker, ce clown putride raison de tant de cauchemars de ce petit prodige, la raison pour laquelle aujourd'hui il était seul, sans père ni famille.

Une cargaison importante devait arriver selon son informateur. Une parfaite occasion pour que le casque rouge se retrouve de nouveau face à sa plus grande peur, au roi du crime de Gotham . Le temps s'était chargé de faire avaler le retour de Batman à Jason, il l'avait deviné que la chauve souris originelle n'était pas morte, juste dans l'ombre à les observer. C'était dans le caractère pervers de Bruce d'agir ainsi. L'heure était pour bientôt, il était temps de se préparer alors que la mégalopole avait cédée face au voile obscure d'une nuit où brillait l'astre lunaire. Il était prêt, son identité cachée et ses armes à portée ; excité et effrayé à l'idée de la future confrontation même si son but restait de faire échouer la transaction pour affaiblir le seigneur du monde sous-terrain de Gotham City. Rapidement installé dans sa voiture, cette figure vengeresse, meurtri et assassine qu'était Red Hood se dirigeait aux docs en périphérie de la ville. L'avance lui permettrait de se fondre dans les ombres comme on lui avait appris et de se préparer à ruiner les plans de ce clown sadique.

Caché par l'obscurité et la hauteur des contenaires, le porteur du casque rouge attendait patiemment observant le criminel arriver accompagné de ses gorilles, la colère le poussait à appuyer sur la détente d'une de ses armes en direction de la némésis du chevalier noir tandis que l'inconfort de son passé lui murmurait en son for intérieur de partir discrètement comme si il n'était jamais revenu. La scène provoquait chez le jeune revenu d'entre les morts un malaise confus de peur, d'excitation mélangées aux pulsion meurtrières. Tout ça revenait dans sa gorge en un cocktail détonant résultant en de petit tremblements semblable à de l'excitation. Cependant, la scène prit une tournure que Jason n'avait pas calculé. Nightwing ou Dick Grayson pour les intimes était apparu tombant du ciel comme un dieu vengeur afin de confronter celui qui, jadis, eut pris la vie de son successeur, de son « petit frère » si l'eut considéré ainsi pour un acte que le clown avait commis il y a peu et dont Jason n'avait pour le moment pas connaissance. Il avait abandonné de suivre Dick Grayson ou Barbara Gordon, les seuls qu'il connaissait de cette famille dont il ne faisait plus partie. L'oiseau nocturne s'en prit alors rapidement aux hommes du Joker ainsi qu'à lui au grand plaisir de ce petit frère qui profitait, se régalant de ce spectacle. Ayant calculé que Batman arriverait, l'arrivée de son ancien sidekick avait chamboulé ses calculs mais ce n'était qu'une question de petit détails, les détails n'était rien, pas même un contretemps face à ses armes. D'ailleurs, lorsque le leader des Titans s'empoigna de son ennemi, Jason prit bien soin d'activer le système d'écoute de son masque tout en empoignant son arme, qui n'était rien d'autre qu'un simple lance-missiles. Il avait emporté cette arme de guerre afin de détruire la cargaison du clown ou bien distraire son ancien mentor si, e qui serait sûrement arrivé, il l'aurait repéré. Persuadé d'avoir plein contrôle sur cette arme, ce spectateur fantôme le perdit quand une attaque sur le commissaire et sa fille fut mentionné. Il avait fallu quelques secondes, le temps que l'esprit de Jason se perd et revienne, le temps qu'il revoit le visage de Barbara, de la Batgirl qu'il avait connu et qui l'avait sauvée de nombreuses fois alors que le jeune homme débutait. Elle avait étée son premier amour, celle d'une grande sœur mais aussi celle qui comme Bruce avait une grande préférence pour le premier Robin, une préférence pour Dick Grayson plutôt que Jason Tood. Imaginant le pire, son corps commit alors l'erreur d'appuyer su la détente de l'arme qui produisit une explosion. Alors son meurtrier s'échappa de l'emprise de son prédécesseur. La rage s'emparait de lui alors qu'il descendait de sa cachette. Froid, ses pas étaient silencieux et calculés alors qu'il s'approchait de la fin de l'obscurité que lui offraient les ombres, celles-ci ne pouvant combattre le feu naquit de l'explosion. Une fois devant la scène, cette fois-ci à portée des personnages ; Red Hood prit quelque secondes pour observer les protagonistes se regarder en chien de faïence tandis que les hommes du Joker commençaient à se regrouper autour de leur chef et de l'explosion. Une succession de détonations rompit la bicéphalité de la situation. Les deux armes que portaient Red Hood venaient de parler pour lui, ce qui eut pour résultat d'attirer l'attention de cette audience extraordinaire que formait Nightwing et le Joker pendant qu'une demie dizaine des subalternes de ce dernier ne tombent finalement sans vie, suite aux coups du héros assassin. Faisant de sorte qu'ils forment un triangle pour ainsi prendre part à la conversation, le masque rouge prit la parole sur un ton amusé :

Bonsoir messieurs, je nous dérange pas j'espère ? J'ai fait en sorte que l'on ne soit pas dérangé même si je parie que d'autres viendront.

Bien que le ton était enjoué, le macabre de la situation était aussi bien présent. Le jeune homme avait changé au point de faire une plaisanterie après avoir tué un homme ou plusieurs, l'acte restait le même quel que soit le nombre. De plus, il n'était pas d'humeur à jouer, pas ce soir, pas avec eux. Ses cordes vocales luttaient de toutes leurs forces pour demander l'état de la fille de Gordon, heureusement un recul inespéré avait empêché de trahir l'identité que ce soit de Nightwing ou de Batgirl ; certains y verraient alors une marque d'affection pour ces deux personnes de la part de leur ancienne connaissance. Ce qui ne l'empêcha pas non plus de pointer les deux armes qu'il empoignait en direction des deux autres membres du trio en prenant la parole comme pour prendre contrôle de la situation :

Y-a-til une affaire dont je devrais avoir connaissance ? Après tout je vous ai entendus …

Un réflexe non maitrisé aurait fait qu'il se serait tourné vers Nightwing comme pour avoir connaissance de l'état de la demoiselle qui comptait dans le cœur des deux hommes d'une intensité plus que brûlante. Mais ce ne fut pas le cas, Batman lui avait appris à avoir un grand contrôle sur son corps et ainsi l'erreur fut évité bien qu'il était certain que le message était compris. Il se permit alors d'ajouter sur un ton qui aurait pu choquer face à la brutalité et le sérieux de ces paroles :

Laissez moi deviner le programme est : arrestation et évasion ?

Une pause de quelques secondes fut marqué avant qu'il n'ajoute en insistant dans ces mouvements pour faire comprendre sur ses futures intentions sous-entendues dans ces paroles :

J'ai une alternative à vous proposer …

Un petit sourire à la limite d'un rire se cachait derrière le maque flamboyant, un rire d'excitation, de haine à l'idée de tuer enfin son meurtrier, de payer cette dette à laquelle tout son être brûler de rembourser.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♔ TITANS, TOGETHER !
Messages : 622 Age du joueur : 20 Crédits : Tumblr (gifs) - Moi (avatar/codes) Batarangs : 913

Feuille de personnage
Nom de Code: Nightwing
Multi-Comptes: Floyd Lawton
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]   Mar 18 Juil - 2:46



Batman et le Joker. Deux entités qui semblaient s'affronter depuis toujours. Le jour et la nuit, le bien et le mal. Le Yin et le Yang. Mais ne serait-ce pas naïf de penser que tout opposait le Chevalier Noir et son Némésis ? Tous deux avaient après tout adopté les ombres de la nuit, faisant des ténèbres leur alliée. Tous deux avaient choisi la peur comme arme principale de dissuasion. Pourtant, tandis que l'un avait voué sa vie entière à la quête d'un idéal de justice, le second n'était qu'une épave de perversion et d'excentricité. Un monstre vicieux et imprévisible, poussé par des pulsions sadiques et meurtrières.
Live and Let Die
When you were young and your heart was an open book, You used to say "Live and let live". But if this ever changing world in which we're living Makes you give in and cry, Say "Live and let die".
Dick, lui, avait eu la chance, à moins que ce ne soit la malchance, de côtoyer le Joker depuis son arrivée. Depuis sa création. Et si au début il n'avait été qu'un pauvre fou à la recherche d'un public, s'attaquant aux plus gros poissons de Gotham dans l'unique but de s'amuser, il était toujours resté le seul criminel qui n'ait pas de mode opératoire défini, ce qui le rendait d'autant plus dangereux. Parfois, il voulait prendre le contrôle de la ville. D'autres fois, il s'agissait de vengeance personnelle. Ou alors, le clown s'ennuyait tout simplement. Mais à chaque nouvelle folie, il frappait encore plus fort que la précédente. Ses jeux, parce que dans son esprit tordu il ne s'agissait que de ça, devenaient de plus en plus vicieux, de plus en plus pervers. De plus en plus mortels. Jusqu'à ce que l'un des leurs n'y laisse sa vie. Et alors, les règles avaient changé. C'était devenu personnel, la véritable guerre avait démarré. Une guerre de laquelle personne ne sortirait indemne. Au final, tout était devenu un combat de volonté entre le Joker et la Batfamily. Mais si le clown devait avoir appris quelque chose de cet éternel combat, c'était que la volonté des chauves-souris était de fer forgée. Le prince du crime pourrait briser leurs corps autant qu'il le voudrait, à différents niveaux; leurs esprits, eux, ne flancheraient jamais. Ils trouveraient toujours le moyen de se relever et de brandir fièrement le drapeau de la justice, à nouveau. C'était au moins le cas du premier Boy Wonder dont on ne pouvait contester la détermination. C'est pourquoi, après tant d'années, les répliques du Joker ne l'atteignaient plus. Ou.... Elles n'auraient plus dû l'atteindre... Parce que ce soir, juste ce soir, les mots du Joker réussirent à pénétrer dans cette sphère impénétrable que représentait son masque et semblèrent lui percer les tympans, lui retournant l'estomac à la scène qu'il ne put s'empêcher d'imaginer : Barbara gisant sur le sol, se noyant dans son propre sang tandis qu'elle attendait les secours qui jamais ne vinrent à elle. Pourtant ce n'est pas tant la monstruosité des propos du Clown qui poussa le jeune justicier à resserrer son emprise sur le col du criminel, mais la triste réalité qui s'y cachait. L'homme avait raison. Arkham, c'était l'une de ses demeures et pour lui cela faisait partie du jeu. Mais au moins, lorsqu'il était là bas, il ne pouvait plus nuire à la population de Gotham. Plus directement, comme cela avait été le cas pour Barbara. Par ailleurs, tant que le criminel était sur le banc de touche, Grayson ne voulait pas savoir ce qui se passerait pour lui derrière les murs de l'asile. S'il souffrirait, ou s'il s'amuserait. Parce qu'il n'y avait aucun moyen sur Terre pour changer ce qui était arrivé à celle qu'il aimait plus que tout. Son travail n'était pas de se faire une justice, mais de lui présenter les coupables. Il n'était pas un juge, encore moins un bourreau : il ne pouvait se permettre de s'octroyer les pouvoirs d'un dieu, de choisir qui doit vivre et qui doit mourir. Ce n'était pas son rôle et même lorsque la tentation était forte, comme ce fut actuellement le cas, il avait la sagesse de reconnaître où se trouvait la limite à ne pas franchir pour ne pas s'élever plus haut qu'il ne le devait. Et bien, même si le sentiment d'injustice demeurait déchirant et indélébile.    

Mais finalement le destin bascula plus vite encore qu'un clignement de cils et toute la situation lui échappa. Alors que le justicier s'apprêtait à frapper violemment le Clown dans le visage aussi bien sur une impulsion que pour le faire taire, une explosion retentit, surprenant le premier disciple de Batman et l'obligeant à desserrer légèrement sa prise sur son captif. Ce dernier profita de cette brève ouverture pour lui asséner un violent coup dans le torse à l'aide d'une barre d'acier et Grayson retint un grognement de surprise. Grâce à son armure de kevlar ce ne fut pas assez pour briser ou même fêler ses côtes, pourtant ce fut suffisant pour vider l'air de ses poumons et le faire définitivement lâcher prise. Le Joker s'évanouit aussi vite dans les ombres, monde auquel il appartenait. Ayant perdu sa trace, Nightwing maudit dans sa barbe avant d’allumer la vision nocturne de son masque. Il pourrait ainsi retrouver l'homme qu'il chassait. « Je t'en prie, ne me manque surtout pas si tu es pour me frapper, d'ailleurs frappe à gauche, le côté droit est mon meilleur profil, du moins c'est ce qu'on me dit. ». Non, il ne comptait pas le manquer. Pas lorsqu'il s'agissait de Babs. Et pas lorsqu'il savait que s'il en venait à manquer son premier coup, l'issue ne pourrait pas être bonne pour lui, ce serait une erreur fatale. Quoi qu'il en soit le Joker ne pouvait pas s'empêcher de parler, encore et toujours, bien trop imbus de sa propre voix et du mal qu'elle pouvait faire, bien qu'à ce moment l'expression du héros n'était qu'un masque de stoïcité. Il trahissait ainsi sa position. Mais encore une fois il n'eut jamais l'occasion de répondre aux provocations du Clown, ni même de réussir à avoir une nouvelle prise sur l'homme, puisqu'il fut coupé par des coups de feu. Dès lors, la situation ne pouvait être pire.

Red Hood se tenait là, juste devant les flammes rugissantes de l'explosion qui obligèrent le justicier à désactiver sa vision nocturne. Dick avait appris que l'homme était revenu d'entre les morts lorsqu'il avait porté le costume de Batman et que Red Hood avait cherché à se venger de Bruce. Mais si aujourd'hui le choc de cette découverte s'était dissipé, il savait que ce n'était pas son petit frère qui était revenu. Pas celui duquel il se souvenait. Et cette scène en était la preuve. Le sol était jonché de cadavres, nouvelle carte de visite de celui qui était en réalité son petit frère. Un frisson traversa le corps de l'officier du GCPD, remontant le long de sa colonne vertébrale et il pâlit. Voilà ce qu'était devenu Jason Todd, son successeur. Voilà ce en quoi le Joker avait transformé son frère, celui qui fut autrefois un Robin. Une bête avide de sang, un tueur de sang froid. Si Grayson ne supportait pas devoir déplorer des victimes sous sa garde, peu importe leur camp, ce fut encore pire de voir une personne de sa propre famille, parce que c'était ce que Jason était, donner le coup de grâce, rejetant alors le premier principe des alliés de Batman qui était de ne pas tuer. Au final ces hommes n'avaient été que de vulgaires pions dans un jeu où Joker était le roi, des personnes qui n'avaient pas eu de chance, qui avaient été manipulées. Ils ne méritaient pas la mort. Peut-être même n'avaient-ils pas eu le choix de travailler pour le plus grand criminel de Gotham ! Mais Jason ne faisait plus la différence et dans sa tête la notion de ce qui était bien et ce qui était mal se mélangeaient. « Y a-t-il une affaire dont je devrais avoir connaissance ? Après tout je vous ai entendus... », déclarait-il avec un masque remarquable d'inémotivité. Et bien, peut-être que la situation pouvait être pire tout compte fait. Après tout Dick était loin d'être dupe. Il avait toujours su que, à l'époque, Jason avait apprécié Barbara un peu plus qu'il ne l'aurait dû. Il n'avait jamais ressenti la moindre jalousie à son égard, il avait juste trouvé cela amusant, bien placé pour savoir comment les hormones pouvaient, à cet âge là, jouer avec les sentiments. Et la proximité régulière d'une adolescente belle, forte et courageuse, une jeune femme avec le rôle de grande sœur protectrice, n'aidait pas. Après son retour d'entre les morts, Jason devait au moins avoir conservé ces sentiments positifs qu'il avait eus pour Barbara, il n'y avait aucune raison qu'il en soit autrement. C'est pourquoi Grayson était persuadé que, malgré ce masque platonique et inexpressif qu'arborait son frère, malgré cette voix plate et grave, il devait être inquiet. Inquiet pour une personne dont il continuait de se soucier. Ou peut-être était-ce seulement l'espoir auquel se raccrochait son aîné, parce que cela voudrait dire qu'il restait une part d'humanité en Jason. Parce que oui, Dick refusait de croire que le Jason qu'il avait connu était mort. Et pourtant, c'était bel et bien le même Jason Todd qui, aujourd'hui, lui pointait une arme dessus tandis qu'il expliquait clairement son intention de meurtre. « Hood, c'est définitivement pas le bon moment. Bouge de là. », grinça le justicier entre ses dents, agacé par l'interruption de son frère. Mais en vérité, il n'aimait pas du tout la tournure que prenaient les choses, surtout en connaissant la rancune que tenait Red Hood contre celui qui lui avait jadis brutalement oté la vie. « Écoute... il faut qu'on parle. Mais pas ici. Laisse-moi le neutraliser et allons dans un endroit plus calme.  », tenta-t-il sans baisser sa garde, voyant que Jason n'avait pas l'intention de bouger. Il n'avait pas l'intention de cacher la vérité à son successeur. Jason avait le droit de savoir après tout. Mais ce n'était ni le moment ni le lieu. Pas lorsque le Joker était encore à côté, que Jason était lourdement armé... Et qu'il se retrouvait lui même entre les deux. Mauvais combo. Enfin, comme s'il lisait dans les pensées de l'homme, il anticipa son prochain mouvement en se plaçant devant le Joker, protecteur. « Même si j'en ai envie, tu sais très bien que je ne te laisserai pas le tuer. Ce n'est pas la bonne voie Red Hood ! », grogna-t-il enfin, un peu trop sèchement à son goût, n'ayant pas la patience de discuter davantage. Plus depuis que Barbara était encore en soins intensifs. Par ailleurs, devoir protéger l'assassin de son frère et celui qui avait paralysé sa petite amie, probablement détruisant sa vie, c'était l'une des pires tortures qui soient données au jeune homme d'endurer. Mais il n'avait pas le choix. Personne d'autre ne mourrait ce soir, le sang avait suffisamment coulé. Et par dessus tout, il ne permettrait pas à quelqu'un de mourir sous sa garde, encore moins par la main de Jason. Il faudrait avant cela qu'il ne l'achève. Il ne lui restait plus qu'à espérer que l'homme n'irait pas si loin pour satisfaire son besoin de vengeance, et qu'il lui restait un tant soit peu de reconnaissance et de respect pour ce qu'ils avaient autrefois partagé. Il espérait que sa vie importe davantage aux yeux de son petit frère que sa vengeance...


_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t357-richard-dick-grayson-the-boy-wonder#4185 http://legendsofdc.creationforum.net/t359-nightwing-new-adventures http://legendsofdc.creationforum.net/t358-dick-grayson-nightwing http://lstwizzle.tumblr.com/
avatar
FONDATEUR ♔ MISTAH J.
Messages : 993 Age du joueur : 23 Crédits : Dickounet Batarangs : 350

Feuille de personnage
Nom de Code: Le Joker
Multi-Comptes: Barry Allen
Infos Diverses:
MessageSujet: Re: ❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]   Ven 21 Juil - 2:43


LIVE AND
LET DIE
Le Joker & Dick Grayson & Jason Todd
L'explosion m'avait permis de s'extirper des griffes de Nightwing, la poigne du petit me rappelait pratiquement celle de son mentor, une force similaire quoi qu'un peu moins étouffante. Le coup que je lui avais porté n'avait pas eu un grand effet, mais au moins j'étais libre d'agir, libre de dicter les règles à nouveau, du moins c'est ce que je pensais, mais une troisième tête s'ajouta au mixte. Son beau casque rouge me plongea dans un souvenir. Je détestais ce genre de nostalgie, celle qui me rappelait qu'un jour, je n'étais pas celui qui décida, celui qui appuyait sur la détente quand bon lui semblait. Une nostalgie qui me rappela cependant que cette nuit-là, j'avais finalement embrassé ma réelle personne, devenant ce que les gens craignaient le plus dans cette ville. Pour certains, je suis un monstre pour d'autres un idole, au final, j'étais simplement l'envers d'une médaille. Une médaille qui représente elle-même la controverse par moment, berçant la soif de justice, la médaille du Batman et de ses alliés. Il fallait ce deuxième côté, celui qui offrait l'inverse, celui qui s'efforçait de démontrer la démence même qui se cachait au fond de ses soi-disant héros, de ses anges de la nuit. Bien que le Batman utilisait la peur autant que moi, si ce n'était pas plus que moi, ma liberté d'agir me donnait trop souvent un avantage, m'offrant pratiquement la victoire sur un plateau d'argent. Je n'avais pas de règle et pas de méthode d'opération, contrairement au héros de cette ville, heureusement d'ailleurs, car sûrement, que mon règne de terreur dans la ville serait déjà terminé. J'avais certainement dépassé les limites du respectable par moment, par exemple, lorsque j'avais abattu le second soldat de mon plus grand Némésis. Battu comme un animal mort à coup de pied-de-biche, puis ensuite victime d'un compte à rebours trop court pour permettre à Batman de le sauver, celui qui portait jadis l'identité de Robin pourrait vous dire que la limite, je l'avais dépassée, d'ailleurs, mon rival, c'était occuper de me le faire comprendre. Notre première confrontation suite à cette petite scène m'avait mené directement entre les murs d'Arkham, à l'infirmerie plus précisément alors que Batman m'avait littéralement défoncé les dents, me forçant à ajouter du métal comme support à celle-ci, rendant mon sourire encore plus démentiel aux yeux des plus faibles.

Le décor avait largement changé depuis l'arrivée de ce petit nouveau, mes hommes qui se tenait debout était maintenant sans vie au sol, baignant dans leur propre sang. Peu importe qui se cachait sous le casque rouge, Nightwing le connaissait. Leurs façons de discuter, leurs façons de détourner les mots clé, il y avait déjà existé une complicité entre ses deux-là. Ma première idée se dirigea vers le pauvre Robin mort, mais ce dernier oserait-il trahir le code d'honneur de Batman, celui qui stipule que le meurtre n'est pas une option, pour tout dire j'en avais un peu rien à faire de qui se cachait sous le casque, car peu importe qui s'était, il avait bien signalé son intention en pointant son fusil dans ma direction, insinuant que le but de Nightwing allait être le même que celui de Batman. « Je compte bien sur l'évasion, mais je ne pourrais pas le faire si tu presses sur la détente. » Un nouveau rire s'échappant de ma bouche alors que je venais de provoquer celui qui était en position de force. La mort ne m'avait jamais effrayé, ce n'était sûrement pas son casque rouge sang qui allait changer ça. L'intensité de mon rire augmenta alors que Nightwing prit place devant moi, donnant ainsi un choix qui semblait déchirant à l'homme. Désormais, s'il voulait ma peau, il allait devoir prendre celle du héros de la nuit également. « HAHAHAHHAHA! Red Hood, ça me rappel un vièle ami » Dis-je en tapant sur ma propre tête, comme pour signaler que j'étais moi-même cette personne. «Non, ne me dis pas que tu es un autre fan prêt à tout pour avoir mon autographe... Ahh! Les groupies! » Je me pencha légèrement au-dessus de l'épaule de mon bouclier humain. « Tu veux bien prendre la pose, je crois qu'il désire envoyer un petit souvenir à ton amie à l'hôpital... Ou encore à Batou...» Je me releva en faisant un bond vers l'arrière, sachant très bien que j'allais devoir éviter une nouvelle attaque de la part de Nightwing. « Écoute petit rouge, si c'est pour Batou, tu dois me laisser le temps d'aller chercher des souvenirs pour lui, comme mon chapeau de plage et un pied-de-biche, Batman adore les pieds-de-biche, mais ses alliés trouvent sa un peu dur pour le corps. MOUAHHAHAHAHAH! » La distance que j'avais pris derrière Nightwing, me permettait de me dissimuler pratiquement complètement derrière la silhouette du premier Robin, je profita alors de l'occasion pour sortir une arme à mon tour la pointa vers l'endroit que le Red Hood occupait, désignant Nightwing comme cible prioritaire en raison de son positionnement. « Alors Mr. Hood ou alors préfère-tu Red ? Vas-y presse la détente, tu sais que tu le souhaites, tu sais que Batman ou encore Nightwing n'oserons jamais à franchir cette ligne, à moins que tu ai toi aussi un code d'honneur... »

Même si mon transfert avait échoué pour ce soir, l'arrivé de Nightwing en étant la cause, je ne pouvais pas dire que l'issue de la soirée allait être une défaite. Confronté à la décision mortelle d'une simple pression contre la détente d'un revolver, je comptais bien profiter de cette soirée pour m'amuser avec le plus fidèle allié de Batman, et qui sait peut-être même découvrir l'identité de ce nouveau joueur dans les rues de ma très chère Gotham.

 
"Aw... Jeez... I hit Jason and Barbara a lot harder than that... The fallen soldiers of the Bat... They were your freinds right? HAHAHAHAHAAAA! "



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://legendsofdc.creationforum.net/t644-the-emerald-knight-hal-jordan-green-lantern#8187 http://legendsofdc.creationforum.net/t1201-les-folies-du-joker http://legendsofdc.creationforum.net/t1191-will-you-live-for-me
 
❝ LIVE AND LET DIE ❞ [feat. Joker & Jason]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rumeur : Dark knight la série avec Karl Urban en Batman et le retour du joker?
» [TEST SOFT GPS] ALK COPILOT LIVE 8 : Retrouver le test complet
» Dilemme (W9), le live depuis la Suisse
» Live Fast Die Never (Angel Soundtrack)
» Papa Wemba feat Ophelie Winter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Legends of DC :: Les Villes :: Gotham City :: La Ville-
Sauter vers:  




Actuellement, personne ne fait les gros titres. Les criminels semblent se tennir à carreau... Pour participer aux breaking news, rendez-vous ICI!
Une News pour 100 Batarangs
Places disponibles: 3/3